Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

La réponse de Pascal Kummerling :

@pk,
AIR 2030 est hors sujet mais pourriez-vous à l'occasion des visites prévues courant janvier aux constructeurs faire une rappel du fonctionnement des équipes d'évaluation ?
De mémoire elles sont distinctes donc comment les offres sont compares entre elles ensuite ?
Si les équipes d'évaluations sont séparées pourquoi ne pas avoir prévu des visites simultanées ?

Écrit par : Herciv | 11/01/2021

@Herciv: Oui, chaque groupe (vol, maintenance, Offsets) travaille avec une évaluation propre. Cette dernière est notée. Dans durant le premier trimestre, les notations sont transmises au groupe de travail restreint qui est le premier et le seuil a avoir l'ensemble des données et notations, dont les offres finales transmises en novembre dernier. Cette équipe va compiler les résultats pour ensuite déterminer le gagnant. L'équipe qui part visiter chaque avionneur à pour but de compléter les informations reçues. En fait, elle est composée d'un représentant de chaque groupe et celui-ci va poser les dernières questions pour son secteur de travail. Donc pas besoin de faire des visites simultanées. Ces réponses vont venir compléter les dossiers pour le choix final. En parallèle, le Directeur d'Armasuisse, va informer les avionneurs sur la suite du processus et les détails pour les mois à vemnir

Écrit par : PK | 11/01/2021

En clair c'est pas une équipe par constructeur. Mais une équipe par thème. Mea Culpa.

  • Thanks 2
  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites

... vous angoissez mais il ne faut pas. A part une faute de cares, un malheureux trou dans le gruyère, une rayure sur un diamant ou une marrée haute à Genève, cette visite devrait bien se passer. :biggrin:

Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Pierre_F a dit :

... vous angoissez mais il ne faut pas. A part une faute de cares, un malheureux trou dans le gruyère, une rayure sur un diamant ou une marrée haute à Genève, cette visite devrait bien se passer. :biggrin:

Elle est déjà passé d'ailleurs (5 janvier).   Alea Jacta Est

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, mgtstrategy a dit :

Tu oublies que c'est la Suisse et la Suisse, c'est le pays du ski. Et au ski, celui qui passe en 1er ouvre la voie.

Donc si le Rafale passe en 1er, c'est le maître étalon et celui qui passe en dernier, une bouse. Sauf si il est pété aux amphétamines, comme les skieurs italiens aux cuisses d'haltérophiles

En fait, lors de la deuxième manche, les skieurs les mieux classés partent en dernier. Comme hier à Flachau, où les dernières à partir ont été Shiffrin, Holdener, Liensberger...

Et Shiffrin, dernière à partir, qui a remporté le slalom !

https://www.youtube.com/watch?v=7ankPhGTTe0

 

Link to post
Share on other sites

Vu la teneur  l'article de la revue militaire suisse posté par Benoitleg dans les différentes rubriques (Eurofighter, rafale,...), j'ai comme l'impression que le principal concurrent du Rafale ça sera l'Eurofighter, plus que le F18-SH

Link to post
Share on other sites
19 hours ago, Pakal said:

Vu la teneur  l'article de la revue militaire suisse posté par Benoitleg dans les différentes rubriques (Eurofighter, rafale,...), j'ai comme l'impression que le principal concurrent du Rafale ça sera l'Eurofighter, plus que le F18-SH

source?

Link to post
Share on other sites

De cet excellent document, aimablement mis à notre disposition par un gentil membre de ce forum https://revuemilitairesuisse.ch/wp-content/uploads/2020/09/RMS-Thematique-No-02-2020_web.pdf  je tire surement un peu vite la conclusion que c'est mal engagé pour le F35, indépendamment de tout ce qu'on a déjà pu écrire.

Les suisses avaient préféré le FA18 au M2000-5 car ils avaient peur de devoir essuyer les plâtres du débogage de cette nouvelle version.  En clair ils voulaient un avion de suite mure.  La légendaire sagesse suisse n'a pas failli depuis (mon employeur est suisse ! ) aussi je les vois mal s'emmerder avec un tel sac de noeuds.

Ca va se jouer entre SH18 et Rafale.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Je n'en suis pas si sur

Eurofighter fait le forcing en proposant un assemblage sur place et une coopération "Eurofighter based" pour la  police du ciel entre Allemagne, Autriche, Italie et Suisse 

Que le F35 ne convienne pas aux Suisses,  oui ça c'est probable

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, B52 a dit :

De cet excellent document, aimablement mis à notre disposition par un gentil membre de ce forum https://revuemilitairesuisse.ch/wp-content/uploads/2020/09/RMS-Thematique-No-02-2020_web.pdf  je tire surement un peu vite la conclusion que c'est mal engagé pour le F35, indépendamment de tout ce qu'on a déjà pu écrire.

Les suisses avaient préféré le FA18 au M2000-5 car ils avaient peur de devoir essuyer les plâtres du débogage de cette nouvelle version.  En clair ils voulaient un avion de suite mure.  La légendaire sagesse suisse n'a pas failli depuis (mon employeur est suisse ! ) aussi je les vois mal s'emmerder avec un tel sac de noeuds.

Ca va se jouer entre SH18 et Rafale.

Ça ne les a pas empêché de vouloir acheter un avion en papier suédois !

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

@B52 même si la Suisse est neutre et ne fait donc pas partie de l'OTAN, l'achat restera un acte politique (de souveraineté ou de soumission) , et les USA savent parfaitement rappeler que si on n'est pas avec eux, on est contre eux. Par exemple en 2020 :

Citation

La Suisse n’est plus sur la liste noire des Etats qui manipulent sa monnaie, mais les Etats-Unis appellent Berne «à ajuster ses politiques macroéconomiques».

Les Etats-Unis ne considèrent plus que la Chine manipule sa monnaie et l’ont retirée de leur liste noire mais ils la maintiennent en observation avec Berne. Alors que la Suisse en avait été retirée en mai 2019, elle est de retour parmi les pays placés sous surveillance.

Le Trésor américain met sur cette liste les Etats qui remplissent au moins deux des trois critères suivant: avoir un excédent des comptes courants global représentant plus de 2 % du produit intérieur brut (PIB), avoir un excédent commercial avec les États-Unis de plus de 20 milliards de dollars et intervenir activement sur le marché des devises de leur pays. Ce dernier critère étant rempli en cas d’achats continus sur les marchés des changes équivalant à 2% du PIB sur 12 mois.

Aux yeux du Trésor, la Suisse remplit dans ce rapport les deux premières conditions. Il appelle Berne «à ajuster ses politiques macroéconomiques, en particulier en utilisant sa vaste marge de manœuvre budgétaire pour soutenir plus énergiquement l’activité économique intérieure». La Confédération a figuré dans la liste des pays sous surveillance dans chaque rapport entre octobre 2016 et octobre 2018, «en raison d’un excédent de la balance des opérations courantes et était engagée dans des interventions unilatérales persistantes sur le marché des changes», souligne le Trésor américain. 

Pour les autorités helvétiques, le retour de la Suisse sur la liste américaine n’aura pas de conséquences immédiates. La Suisse ne manipule pas sa monnaie pour éviter des adaptations de sa balance des paiements ou pour obtenir des avantages concurrentiels injustifiés, a indiqué le Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI). La Suisse est une économie très ouverte. Elle exporte beaucoup et importe aussi tout en faisant face à la concurrence internationale. Le Fonds monétaire international a confirmé en 2019 que son compte courant est conforme à une politique économique prudente compte tenu de la conjoncture mondiale. Berne et Washington sont d’importants partenaires économiques. Les autorités des deux pays ont d’excellentes relations bilatérales et abordent régulièrement les questions financières et monétaires, relève le SFI. Les entreprises suisses figurent parmi les plus importants investisseurs aux Etats-Unis. Elles contribuent à ce titre à créer des centaines de milliers d’emplois, ajoute le Secrétariat d’Etat.

[...]

https://www.allnews.ch/content/réglementation/la-suisse-de-retour-sur-la-liste-d’observation-du-trésor-us

Or être contre eux, ça peut vite devenir compliqué.

Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, gargouille a dit :

Ça ne les a pas empêché de vouloir acheter un avion en papier suédois !

euh.....  c'est juste !

Enfin, c'est juste un mec qui a essayé.  Il s'est planté.  On sait ce qu'il est devenu?

il y a 24 minutes, rendbo a dit :

@B52 même si la Suisse est neutre et ne fait donc pas partie de l'OTAN, l'achat restera un acte politique (de souveraineté ou de soumission) , et les USA savent parfaitement rappeler que si on n'est pas avec eux, on est contre eux. Par exemple en 2020 :

Or être contre eux, ça peut vite devenir compliqué.

la Suisse n'est pas l'Iran.  On peut ne pas être tout à côté d'eux sans non plus dormir chacun dans une chambre séparée.

Des pressions il y en aura toujours. Les US aiment faire de la diplomatie avec un gourdin dans la main.

Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, B52 a dit :

la Suisse n'est pas l'Iran.  On peut ne pas être tout à côté d'eux sans non plus dormir chacun dans une chambre séparée.

Des pressions il y en aura toujours. Les US aiment faire de la diplomatie avec un gourdin dans la main.

Non, la Suisse n'est pas l'Iran, la Chine, la Russie, le Venezuela... elle n'est pas non plus le Japon des années 80 ou la Corée des années 2010. Mais il faut se demander pourquoi les entreprises acceptent de payer d'aussi lourdes pénalité sur les lois propres au USA comme l'extra territorialité... amendes qui ne peuvent pas se justifier au regard du droit national dont elles dépendent, ni des règles de droits international. 

et comme tu l'admet pourtant si bien, la diplomatie du canon à la Perry te fait accepter bien des choses, F-35 compris 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, B52 a dit :

euh.....  c'est juste !

Enfin, c'est juste un mec qui a essayé.  Il s'est planté.  On sait ce qu'il est devenu?

Ueli Maurer...? C'est vrai qu'on l'avait oublié. Mais qu'on se rassure, il n'est pas vraiment mort politiquement puisqu'il tient les manettes du Bercy fédéral depuis 2016 et a quand même réussi à (re)devenir Président de la Confédération pour l'année 2019.
D'ailleurs sa fiche Wiki élude complètement le dossier Gripen, c'est superbe. 

  • Like 3
Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, Kerloas a dit :

Ueli Maurer...? C'est vrai qu'on l'avait oublié. Mais qu'on se rassure, il n'est pas vraiment mort politiquement puisqu'il tient les manettes du Bercy fédéral depuis 2016 et a quand même réussi à (re)devenir Président de la Confédération pour l'année 2019.
D'ailleurs sa fiche Wiki élude complètement le dossier Gripen, c'est superbe. 

La Suisse compte 7 Conseillers Fédéraux (dans d’autres pays on les appellerait ministre). Lorsque l’un d’entre eux décide de s’en aller en prenant sa retraite, ceux qui restent peuvent choisir de changer de département afin de diriger un secteur avec lequel ils ont plus d’affinité en faisant une rocade. Le Conseiller le plus ancien en poste peu choisir en premier et ainsi de suite. Le dernier arrivant prend ce qu’il reste. Bien entendu, si un Conseiller Fédéral se trouve bien à son poste, il peut y rester.

Pour ce qui est de la présidence, chaque Conseiller Fédéral le devient à tour de rôle durant une année et cela également en fonction de l’ancienneté (c’est la raison pour laquelle Ueli Maurer a été élu président). Dans ce cas il a une surcharge de travail car il continue de diriger son département mais il devient également l’interlocuteur privilégié vis-à-vis de l’étranger. Il doit également être la personne qui fait passer des messages à la population et il a une fonction de « modérateur » au sein du Conseil Fédéral lorsqu’il y a des divergences d’opinions parmi ses membres. Toutefois, en cas de désaccord, ce n’est pas le Président qui tranche. Au pire la décision finale est prise à la majorité de ses membres (ce n’est pas pour rien qu’ils sont 7) et ensuite la décision devra être défendu de façon collégiale par tous les membres, même ceux qui n’étaient pas d’accord (il y a parfois quelques petites entorses, mais dans l’ensemble, cela ne fonctionne pas trop mal). Le fait qu’un président ne soit élu que pour une année évite entre autres choses qu’il ne prenne la grosse tête.

Pour 2021, le Président est Guy Parmelin

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, FAFA a dit :

Pour 2021, le Président est Guy Parmelin

Un de mes meilleurs amis suisses a été à l'école avec Guy Parmelin. 

Le monde (ou la Suisse) est si petit...

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, B52 a dit :

Les suisses avaient préféré le FA18 au M2000-5 car ils avaient peur de devoir essuyer les plâtres du débogage de cette nouvelle version.  En clair ils voulaient un avion de suite mure.  La légendaire sagesse suisse n'a pas failli depuis (mon employeur est suisse ! ) aussi je les vois mal s'emmerder avec un tel sac de noeuds.

Il faut pas aussi oublier la réputation catastrophique de Dassault en Suisse. 
C'est pas vraiment mérité mais des spécialisations suisses "helvetisation" du mirage III ont eu un coup très important. 
Elles étaient délirantes d'ailleurs, c'était de la pure responsabilité des décideurs suisses mais à l'époque la presse comme la population ont mis tout le monde dans le meme panier. 
Après cette affaire, les suisses n'ont plus jamais demandé de spécialisation, d'ou la volonté d'avoir un avion mure tester en Suisse. 

Link to post
Share on other sites

@FAFA : merci de ce rafraîchissement. Ce qui m'a toujours épaté (de mes TD de scpo à aujourd'hui), c'est « l'inébranlabilité » de ces Conseillers Fédéraux. L'une des forces  de la collégialité.

Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, DEFA550 a dit :

L'Eurofighter ne leur a pas laissé un souvenir impérissable la dernière fois, du moins pas de manière positive. Quant à l'Autriche, ça fait des années qu'elle cherche à s'en débarrasser d'une manière ou d'une autre. Et comme si ça ne suffisait pas, le développement de cet engin se fait au forceps depuis des années, et toujours avec un train de retard. On peut ajouter que le carnet de commandes s'assèche très vite ce qui n'est jamais un bon signe, et que 3 des fondateurs mettent leurs oeufs dans un autre panier, ce qui introduit d'autres priorités. Ca commence à faire beaucoup d'indicateurs qui ne sont plus au vert.

Se laisser tenter sous la pression d'un forcing, ça se discute. Mais comme c'est une choix qui engage sur plusieurs décennies, ce n'est certainement pas une décision à prendre à la légère.

Oui moi je suis convaincu mais je ne suis pas Suisse et encore moins décideur Suisse, et je vois que l'Eurofighter fait beaucoup d'effort pour faire oublier ses précédents déboires (conflit avec l'Autriche soldé) et mettre l'accent sur les développements futurs (nouvelle commande de la Luftwaffe)  L'Eurofighter est clairement vu comme inférieur au Rafale en Air-sol mais la priorité des Suisses c'est l'Air Air.  Qui plus est Eurofighter joue également sur la corde industrielle

le moins  indéniable de l'Eurofighter par rapport au Rafale est son radar actuel pas encore Asea, ou ses 3 futurs radar Asea différents entre versions export, anglaise et germano espagnole

Autre moins :  son manque d'agilité à basse altitude dans un environnement montagneux, sa distance importante de décollage, ses couts d'exploitation, son autonomie moindre, son manque de discrétion/furtivité, ses brouilleurs/détecteur EM, la nacelle de reconnaissance

Parmi les plus : son IRST, son viseur de casque,  son comportement à haute altitude, sa vitesse ascensionnelle,  son plafond de combat, sa capacité "supercruise", le coût de l'armement avec les Amraam du F18 réutilisables 

etc..

Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Pakal a dit :

Oui moi je suis convaincu mais je ne suis pas Suisse et encore moins décideur Suisse, et je vois que l'Eurofighter fait beaucoup d'effort pour faire oublier ses précédents déboires (conflit avec l'Autriche soldé) et mettre l'accent sur les développements futurs (nouvelle commande de la Luftwaffe)  L'Eurofighter est clairement vu comme inférieur au Rafale en Air-sol mais la priorité des Suisses c'est l'Air Air.  Qui plus est Eurofighter joue également sur la corde industrielle

le moins  indéniable de l'Eurofighter par rapport au Rafale est son radar actuel pas encore Asea, ou ses 3 futurs radar Asea différents entre versions export, anglaise et germano espagnole

Autre moins :  son manque d'agilité à basse altitude dans un environnement montagneux, sa distance importante de décollage, ses couts d'exploitation, son autonomie moindre, son manque de discrétion/furtivité, ses brouilleurs/détecteur EM, la nacelle de reconnaissance

Parmi les plus : son IRST, son viseur de casque,  son comportement à haute altitude, sa vitesse ascensionnelle,  son plafond de combat, sa capacité "supercruise", le coût de l'armement avec les Amraam du F18 réutilisables 

etc..

Le Rafale a aussi un viseur casque !

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
2 minutes ago, Pakal said:

Oui moi je suis convaincu mais je ne suis pas Suisse et encore moins décideur Suisse, et je vois que l'Eurofighter fait beaucoup d'effort pour faire oublier ses précédents déboires (conflit avec l'Autriche soldé) et mettre l'accent sur les développements futurs (nouvelle commande de la Luftwaffe)  L'Eurofighter est clairement vu comme inférieur au Rafale en Air-sol mais la priorité des Suisses c'est l'Air Air.  Qui plus est Eurofighter joue également sur la corde industrielle

le moins  indéniable de l'Eurofighter par rapport au Rafale est son radar actuel pas encore Asea, ou ses 3 futurs radar Asea différents entre versions export, anglaise et germano espagnole

Autre moins :  son manque d'agilité à basse altitude dans un environnement montagneux, sa distance importante de décollage, ses couts d'exploitation, son autonomie moindre, son manque de discrétion/furtivité, ses brouilleurs/détecteur EM, la nacelle de reconnaissance

Parmi les plus : son IRST, son viseur de casque,  son comportement à haute altitude, sa vitesse ascensionnelle,  son plafond de combat, sa capacité "supercruise", le coût de l'armement avec les Amraam du F18 réutilisables 

etc..

tout ça pour avoir été noté comme inférieur deja à la derniere eval au Rafale...

J'imagine pas 5 ans + tard...

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,560
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Jojo91
    Newest Member
    Jojo91
    Joined
  • Forum Statistics

    21,130
    Total Topics
    1,387,075
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...