Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine Australienne: modernisations, acquisitions et exercices navals.


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

Il y a 6 heures, fraisedesbois a dit :

Oui, et puis au nord-est: la barrière de corail (comme me le faisiez remarquer toi-même ou bien Scarabé)

Donc sud-est: NavalNews évoquait 3 sites possibles: Brisbane (sud Queensland), Newcastle et Port Kembla (Nouvelles Galles du Sud). abc.au vote pour port Kembla.

Brisbane est le site le plus au nord, mais cela reste tres loin de la zone d'operation ... Mais j'imagine que c'est surtout car les americains refuseront de se deployer a l'ouest du pays car ils viennent deja de tres loin a l'est (Hawai est deja a 8000 km de Brisbane)

En fait, un deploiement a l'est de l'Australie est en fait pire car cela veut dire que pour rallier les detroit indonesiens, les soums devront franchir le detroit de Torres qui n'est pas tres large et est tres peu profond. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Fusilier a dit :

Il y a la question du choix des armes, je suis pas certain que l'on ait la capacité d'autonomie pour en décider, et la question du choix des adversaires, il se peut qu'ils, chinois ou russes, décident pour nous; je pense même qu'ils ont déjà décidé... En Afrique, les russes comme les chinois, sont là pour nous manger sur la tête. Les chinois plus précisément, sont dans un stratégie de développement de puissance, de prédation (pêche industrielle qui épuise les ressources dans plusieurs zones du monde, pour prendre un exemple)  Certes, ils sont "plus malins" que les russes, ils jouent sur plusieurs registres. Mais, ils n'hésitent pas au coup de force et au fait accompli, îlots de la  Mer de Chine par exemple. Dans le jeu de Go on appelle ça des coups de coin ou des placements stratégiques, qui paraissent anodins au début...  Alors, on peut jouer aux béats façon germanique, pensant que l'économie va les prendre dans ses filets; il semble que nos copains d'outre Rhin n'ont pas encore compris ce qui se passe à l'Est.  

En résume, les chinois sont des adversaires et on n'a ni le choix de l'adversaire ni les choix des moyens; on ne peut rien faire sans les alliés: USA, Brits et Cie... 

Je comprends , mais au moment de la signature du contrat ATTACK en 2016 , la Chine , dans un contexte de montée en puissance de  sa flotte avait déjà montré des prétentions sur les ilots en question , or malgré cela l’Australie avait  quand même « matché » avec la France .

Je comprends aussi l’évolution du contexte stratégique, mais je pense que Bojo « démenotté » de l’UE avec le bon timing  Brexit a eu les mains libres pour  savonner .

Plutôt que de nous prendre pour des cons en  nous désignant après coup comme les meilleurs amis du monde ; réflexion de mon parc d'Armorique , FRAUKUS était il possible ?

 

 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, ARMEN56 a dit :

Je comprends aussi l’évolution du contexte stratégique, mais je pense que Bojo « démenotté » de l’UE avec le bon timing  Brexit a eu les mains libres pour  savonner .

C’est qu’il etait libre que mis sous pression par l’opposition qui parlait d’isolement. 

Et c’est aussi un moment pour le ru de se venger de la France qui pretenduement avait tout fait contre le ru lors des nego sur le brexit. Barnier notamment. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Deres a dit :

Brisbane est le site le plus au nord, mais cela reste tres loin de la zone d'operation ... Mais j'imagine que c'est surtout car les americains refuseront de se deployer a l'ouest du pays car ils viennent deja de tres loin a l'est (Hawai est deja a 8000 km de Brisbane)

En fait, un deploiement a l'est de l'Australie est en fait pire car cela veut dire que pour rallier les detroit indonesiens, les soums devront franchir le detroit de Torres qui n'est pas tres large et est tres peu profond. 

À l'est//pacifique ouest, les aussies ont tout de même à protéger leurs cables sous-marins:

spacer.png

Il y a aussi à gérer la menace d'extension de la marine chinoise dans le Pacifique Ouest: il y a le fameux pacte de sécurité entre Pékin et les Salomon (avec une possible base navale), mais d'autres s'inquiètent à propos de la Papouasie-Nouvelle Guinée, ou bien les Kiribati, ou bien Bougainville (si elle acquière l'indépendance en 2027), etc.

Bref, 2 zones d'opérations, 2 bases: ça "fait sens".

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

2 beaux articles de War Zone et Navy Lookout.

Je retiens du premier que les australiens participeraient à la rénovation et au développement des chantiers d’entretien des Virginia (liberant ainsi des capacités de construction en améliorant la disponibilité de la flotte, principale difficulté de la Navy) et que le maintien d’un Astute en Australie sera un gros effort pour la RN, et du second que l’integration du système de combat US dans le SSN Aukus ne sera pas triviale du tout (les gibis en profiteront ils pour basculer également et faire des économies ?), mais, je cite:

Citation

AUKUS est vraiment l'enfant d'une autre course aux armements mondiale non désirée déclenchée par la Chine qui mène l'une des constructions militaires les plus rapides de l'histoire, lançant maintenant des navires de guerre et des sous-marins à peu près équivalents à l'ensemble de la Royal Navy tous les quatre ans. Les SSN fourniront à l'Australie une forte augmentation de la capacité et partageront le fardeau avec les États-Unis pour se défendre et défendre leurs partenaires dans le Pacifique. Du point de vue de l'infirmière du RN, AUKUS est extrêmement positif, surtout si les coûts de la conception de SSN(R) peuvent maintenant être répartis et qu'il y aura des économies d'échelle dans la construction et la chaîne d'approvisionnement. Plus largement, il place le RN au centre d'une alliance mondiale centrée sur le maritime, partageant une technologie de pointe et approfondissant la coopération en matière de renseignement et son expérience opérationnelle.

https://www.thedrive.com/the-war-zone/everything-we-know-about-the-future-ssn-aukus-nuclear-submarines-configuration
 

https://www.navylookout.com/australia-to-join-royal-navy-ssnr-submarine-programme/

Edited by Hirondelle
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Feu vert pour la vente de Tomahawk à l'Australie pour équiper les destroyers de la classe Hobart

https://www.thedrive.com/the-war-zone/australia-cleared-to-gain-tomahawk-cruise-missile-capability

Le département d'État a approuvé jeudi un contrat potentiel de 895 millions de dollars pour la vente à l'Australie de 200 missiles de croisière Tomahawk Block V et de 20 missiles de croisière Tomahawk Block IV All Up Rounds (AUR), ainsi que des équipements connexes.

Une source au fait de l'accord a déclaré à The War Zone qu'il s'agit d'une nouvelle introduction des systèmes d'armes Tomahawk pour les destroyers australiens de la classe Hobart.

Ces navires de guerre modernes, d'un déplacement de 7 000 tonnes, ont été optimisés principalement pour des missions de défense aérienne. Les Tomahawk ajouteraient de nouvelles et puissantes capacités d'attaque terrestre et maritime à longue portée et renforceraient la capacité de dissuasion de l'Australie en matière d'anti-accès et de déni de zone contre de futurs adversaires potentiels comme la Chine.

"En déployant le système d'armes Tomahawk, l'Australie contribuera à la préparation mondiale et renforcera la capacité des forces américaines opérant à ses côtés dans le monde entier", selon le DSCA. "L'Australie utilisera cette capacité accrue comme moyen de dissuasion face aux menaces régionales et pour renforcer la défense de son territoire.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 15/03/2023 à 10:35, Blackie91 a dit :

Eux qui rallaient pour 60 milliards du plus moderne AIP seraient prés à dépenser $368 milliards sur 30 ans (12 milliards par an) pour de virginia IV qui seront dépassé dans 10 ans alors que les US ne peuvent pas fournir dans les temps pour leur propre navy?

avec des piles HEU quand même les chinois ont modernisé au LEU ?  je ne parle pas des poubelles rouillantes english,  avec des réacteurs RR que les ricains viennent finir, puisque les britons sont incapables d'avoir une industrie civile nucléaire?

le pire pour les anglish c'est qu'ils croient qu'ils vont avoir une part en soudant des tôles sachant que tout ce qu'il y a dedans sera US,  le contrat avec Naval et le matosse US, Naval n'en tirait 1/5 du total !

laissez les politiques rêver, rien n'est signé et loin de l'être, c'est une posture, un éléphant blanc qui devrait secouer l'opinion publique down under et filler aux oubliettes très bientôt..

 

en tout les cas les australiens perdent du temps, dans 3 ans ils viendront demander à Naval des barracudas sur étagère   

Respire Blackie, tu vois des AIP là où il n’y en a jamais eu, des dollars américains comparés à des dollars australiens, de la rouille ailleurs que sous les planchers du nh90 et des éléphants roses ou blancs partout :tongue:

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Une bonne analyse d'un ancien CEMM et d'un IGA...

Citation

Membres de l'Académie de marine, Alain Bovis est Ingénieur général de l'armement et Alain Oudot de Dainville est amiral.

Comme annoncé il y a dix-huit mois, les trois partenaires du pacte AUKUS (États-Unis, Royaume-Uni, Australie) ont dévoilé le 13 mars depuis la base navale américaine de San Diego, l'architecture de leur future coopération sur les sous-marins à propulsion nucléaire. Le communiqué de la Maison Blanche, tout en donnant la teneur de ce programme dont l'ampleur gigantesque n'apparaît que mieux, exprime un certain nombre de conditions dont la réalisation soulèvera d'importantes difficultés.

Il est clair que les États-Unis et le Royaume-Uni ont trouvé un financeur pour renforcer significativement leur présence navale dans le Pacifique sud, ainsi que pour consolider leurs programmes nationaux et leur base industrielle de défense, tandis que l'Australie perd toute souveraineté sur une composante majeure de sa sécurité insulaire, sa force sous-marine.

Selon le premier ministre australien, dont la presse locale salue la franchise, le programme pourrait coûter jusqu'à 368 milliards de dollars australiens (230 milliards d'euros) sur les trente ans à venir soit 2 fois le coût estimé de la construction des 12 futurs sous-marins stratégiques lanceurs de missiles balistiques de l'US Navy, pour un pays dont le PIB est moitié de celui de la France.

Ces sous-marins devraient incorporer une part importante de technologie américaine.

Alain Oudot de Dainville et Alain Bovis

Car l'Australie va payer beaucoup. Elle va dans un premier temps construire une base à Perth capable d'accueillir en permanence dès 2027 un sous-marin britannique et jusqu'à 4 sous-marins américains, contournant au passage, sous prétexte d'entraînement de marins australiens, son principe politiquement sensible d'interdiction de bases militaires étrangères.

Dans un deuxième temps, le Royaume-Uni ayant renoncé à prolonger la série de sous-marins de type Astute, l'Australie achètera entre 3 et 5 sous-marins d'occasion américains à partir de 2034, début du retrait de service des premiers bâtiments de la classe Virginia. Ces sous-marins devront subir une importante refonte pour prolonger leur durée de vie, dont un délicat changement de cœur nucléaire. Il est peu probable que l'US Navy se sépare, même facialement, d'unités stratégiques majeures neuves dont elle peine à atteindre, malgré les incitations vigoureuses et répétées du Congrès, la cible qu'elle s'est fixée.

Pourtant, ces sous-marins, retirés du service dans la marine américaine resteront sous son complet contrôle, car étant du même type qu'une partie de la flotte sous-marine américaine, les États-Unis devront donc gérer les conséquences de tout incident.

Enfin, l'Australie co-financera la construction des futurs sous-marins britanniques qui prennent désormais le nom d'AUKUS Class, livrés à la Royal Navy à partir de la fin de la décennie 2030 et à l'Australie à partir du début de la décennie 2040, ces derniers assemblés dans un chantier australien à créer avec du personnel à former. Ces sous-marins devraient incorporer une part importante de technologie américaine, en premier lieu le système de combat ce qui était déjà le cas sur les sous-marins australiens précédents et serait, incidemment, pour les Britanniques une perte de compétences, et en deuxième lieu le réacteur nucléaire, technologie que le Royaume-Uni ne maîtrise plus sans l'aide des États-Unis.

L'Australie devra également financer des extensions de capacités dans les chantiers navals britanniques et américains et chez leurs sous-traitants à «juste proportion» des quelque 6 milliards de dollars déjà investis par ces deux nations.

Le ministère de la Défense australien annonce que le programme créera 20.000 emplois directs dont 8 500 au sein des forces sous-marines. Dans une économie qui connaît de fortes tensions structurelles sur le marché de l'emploi et une Marine, qui dès aujourd'hui a d'importantes difficultés de recrutement, le défi est de taille.

D'un point de vue stratégique, il confirme la perte d'autonomie de l'Australie au sein du dispositif militaire américain du Pacifique dans le contexte d'une Chine de plus en plus agressive.

Alain Oudot de Dainville et Alain Bovis

Enfin, toute mise à disposition de l'Australie de sous-marins à propulsion nucléaire restera soumise à l'accord du Congrès américain, dont on connaît la proximité historique avec l'US Navy, elle-même extrêmement réticente à toute coopération nucléaire. L'autorisation sera donc tributaire d'un ensemble exhaustif de démonstrations sur la capacité autonome de l'Australie à garantir une sûreté nucléaire totale par la mise en place d'une organisation, d'infrastructures et de compétences dont la trajectoire de montée en puissance reste à présenter de façon crédible.

La divulgation de ce programme laisse en suspens les interrogations soulevées il y a un an et demi. D'un point de vue stratégique, il confirme la perte d'autonomie de l'Australie au sein du dispositif militaire américain du Pacifique dans le contexte d'une Chine de plus en plus agressive. L'alliance anglo-saxonne et la course aux armements qu'elle comporte continuent à alimenter les craintes des «non-alignés» de la région, Malaisie, Indonésie, Nouvelle-Zélande, États du Pacifique. Malgré le long plaidoyer de la Maison Blanche, l'ambiguïté vis-à-vis du traité de prolifération nucléaire subsiste, l'Australie n'ayant pas accès au combustible nucléaire, tout en étant responsable de sa gestion et s'engageant à le conserver après usage, mais s'interdisant son retraitement…

Après une année 2022, où la Russie et l'Ukraine occupaient le devant de la scène, la stratégie américaine confirme que la priorité reste l'Asie. La Chine avait profité du relatif désintérêt de l'année écoulée sur le théâtre indopacifique pour passer un accord avec les îles Salomon et disposer d'un point d'appui dans la branche Pacifique de la pénétration de son influence. Les États-Unis avaient tenté de reprendre la main au sommet des îles du Pacifique convoqué en septembre à Washington, mais sans grand succès. Avec l'accord AUKUS 2 ils réaffirment avec force leur volonté de contenir la Chine dans ses frontières. L'Union Européenne, marginalisée, confirme malheureusement qu'elle ne sait pas voir plus loin que le bout de son continent. Dans ce théâtre où une partie de l'avenir se joue, la France peut répondre aux avances britanniques de coopération proposées dans la Revue stratégique IR 23 pour la défense de ses intérêts qui deviendront par ricochet ceux de l'Union.

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/accord-sur-les-sous-marins-ou-est-l-union-europeenne-20230324

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, ARMEN56 a dit :

D Day news :laugh:

France Joins AUKUS Submarine Program

The upgraded program will be renamed FUKUS after France joins.

It is understood that Canada will not be allowed to join FUKUS for common decency reasons.

https://www.navalnews.com/naval-news/2023/04/france-joins-aukus-submarine-program/

 

Très très en forme l’équipe de NavalNews (l’article n’est pas signé): chantier à mi chemin de Cherbourg et Southampton, acheminement par train en Australie, TLT fbnw

Citation

La situation du tube de torpille ne serait pas imprégante. « En cas d'augmentation des tensions ou de déclenchement d'hostilités », a ajouté la source, « les sous-marins pourraient être reconstruits avec des tubes à torpilles en quelques années seulement ». Il faut se rappeler qu'une révision de 4 ans est considérée comme courte en termes de sous-marins. Surtout au Canada.

C’est drôle et fin.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Le chantier naval Austal à des ennuis avec la justice américaine après des manipulations financières concernant la construction de littoral combat ships , 3 de ses ex dirigeants américains inculpés :

https://www.reuters.com/business/aerospace-defense/shipbuilder-austal-sinks-former-us-executives-indictment-financial-fraud-2023-04-03/

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20230422-torpillé-en-1942-avec-plus-d-un-millier-de-morts-le-montevideo-maru-retrouvé-en-mer-de-chine?ref=fb_i

Ça va, pas rancunier les australiens vis à vis des ricains puisqu'ils ont fait l'Aukus 80 années plus tard :rolleyes:

Sérieusement, c'était la guerre et Nimitz avait ordonné des ordres très claires à ses loups gris. 

Edited by Claudio Lopez
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Avant

wxa0qm.png

 

Après refit mâture

ev3tj6.jpg

 

Après quelques nautiques

x415iy.jpg

 

En théorie on anticipe via aérologie des gaz d’échappement ;  les suies sont une choses , les température de surface mâture dans le panache GAZ une autre …..

https://www.linkedin.com/posts/navalnews_australias-dsr-navy-signals-shift-towards-activity-7058946277639610368-r0I3?utm_source=share&utm_medium=member_desktop

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, ARMEN56 a dit :

Après premier refit mâture

ev3tj6.jpg

 

Après quelques nautiques et une seconde évolution de la mâture.

x415iy.jpg

La même classe probablement, mais le même navire a-t-il tant vu d'évolution de ses radars ?

(n'est-il pas un peu "chargé dans les hauts" d'ailleurs ? )

Link to comment
Share on other sites

Le 01/05/2023 à 14:22, ywaDceBw4zY3tq a dit :

… A lire l’article on comprend très bien que le « fiasco » lié à l’arrêt du contrat avec NG n’est qu’une énième péripétie émaillant les décisions atermoiements de l’amirauté Australienne.

En être rendu à confier à des capitaines étrangers le commandement de leurs navires et -le meilleur pour la fin - croire qu’ils vont pouvoir faire naviguer encore plus de 10 années cette flotte cacochyme … comment dire.

Personne ne le souhaite mais personne ne sera - 3 fois hélas - surpris si un grave accident survenait.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ardachès a dit :

… A lire l’article on comprend très bien que le « fiasco » lié à l’arrêt du contrat avec NG n’est qu’une énième péripétie émaillant les décisions atermoiements de l’amirauté Australienne.

En être rendu à confier à des capitaines étrangers le commandement de leurs navires et -le meilleur pour la fin - croire qu’ils vont pouvoir faire naviguer encore plus de 10 années cette flotte cacochyme … comment dire.

Personne ne le souhaite mais personne ne sera - 3 fois hélas - surpris si un grave accident survenait.

 

AUKUS et l'arrêt du contrat NG sont un calvaire à gérer pour cette amirauté. Je ne pense pas qu'ils aient poussé dans cette direction. 

Pour le format de la navy. Il y a des sous mais ce n'est pas illimité et tous les programmes avec les US dérapent dans les grandes largeurs.

Ensuite la réflexion sur la diminution du tonnage des unités est mondial. Elle n'est pas propre à l'Australie. J'ai mis un article du même genre sur l'USN se posant des question en lien hier. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Boule75 a dit :

La même classe probablement, mais le même navire a-t-il tant vu d'évolution de ses radars ?

(n'est-il pas un peu "chargé dans les hauts" d'ailleurs ? )

Les 3 photos concernent le 152 HMAS Warramunga , dont j'avais bien noté apparition/disparition de  l'antenne tournante sur la nouvelle mâture ( composite ? ) , masse de l'antenne je dirais la tonne (?),

Oui on devine du poids dans les hauts avec cette nouvelle mâture travaillée en SER , ce qui est moins le cas du reste de la plateforme .

Une frégate de 3600 t dans le format d'une FLF ayant toutefois une vitesse de pointe de 27 nds sur TAG alors que les FLF peinent vers le  24 nds .

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,977
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...