Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine Australienne: modernisations, acquisitions et exercices navals.


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

HI Sutton se fait plaisir dans NavalNews en énumérant les solutions envisageables pour les soums australiens (à lire car bien foutu, mais pas de scoops pour ceux qui traînent beaucoup ici):

https://www.navalnews.com/naval-news/2021/09/the-5-main-options-for-australias-aukus-nuclear-submarine-deal/

Tout est très compliqué. Mon hypothèse favorite (Astute) semble compromise par un réacteur qui n’est plus produit. Adapter un réacteur US dedans en plus de la fabrication indigène serait à mon sens abominablement coûteux, facteur de délais et plein d’incertitudes techniques.

Que reste-t-il ? Peut-être attendre la prochaine génération si d’ici là le monde libre n’a pas été aspiré par un vortex rouge et jaune.

Je trouve vraiment que NavalNews est un site réactif, intéressant, équilibré et factuel et bien informé. On trouve d’ailleurs pas mal d’autres médias sérieux qui s’y référent volontiers.

J'espère que ça marche fort pour @xav &Co

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Je me demande si dans quelques années les Australiens ne vont pas revenir vers la France.

Expliquer la nécessité de "créer une alliance forte multilatérale", que "la France est un partenaire exceptionnel et a toujours été un allié de premier plan", qu'on s'était mal compris, que la situation a changé...

Ça franchement je le vois déjà venir.

Edited by Kiriyama
Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, Kiriyama a dit :

Je me demande si dans quelques années les Australiens ne vont pas revenir vers la France.

Expliquer la nécessité de "créer une alliance forte multilatérale", que "la France est un partenaire exceptionnel et a toujours été un allié de premier plan", qu'on s'était mal compris, que la situation a changé...

Ça franchement je le vois déjà venir.

Pourquoi attendre quelques annees. 
c’est en realite deja le cas ! 

sauf que le gouvernement actuel ne veut pas assumer le coup de pute diplo. Ils disent deja que la france est un partenaire qu’on aura besoin les uns des autres. 
le probleme c’est qu’ils ont choisi la voix, la plus direct, la plus sure et la plus humiliante pour casser le contrat attack. Maintenant ce qu’ ils attendent toujours de nous c’est qu’on aille les proteger et le sourire au levre le tout gratuit bien sur. 

maintenant, je pense bien que la classe attack etait le soum le plus realiste pour l’australie. la realite, ce pays a une demande et peut etre un veritable besoin de defense qui depasse complement ses finances et surtout sa base industrielle. 


des lors le calcul du gouvernement actuel n’est pas forcement mauvais, il s’en remet completement aux usa et tant pis pour l’industrie locale ou la souverainte. 
c’est beaucoup ambitieux que ce qui avait ete affiche jusqu’a present mais aussi potentiellement beaucoup plus dangereux. Rien ne dit que les usa voudront defendre ou arriveront a defendre ce pays. 

la priorite de l’australie doit etre son developpement economique et indus. je vois pas comment elle pourra y arriver en etant brouiller avec son principal partenaire commercial … avec les ecolo qui interdisent tout developpement industriel (meme propre).

bref la france a ete prise dans le jeu interne de la politique australienne. Elle y reviendra selon les australiens, pour moi il apparait clairment que ce pays va tres vite devenir un etat non fiable pour beaucoup et qu’il va tres vite finir par se retrouver en tete a tete a pekin. 
une envie de riz cantonais d’un coup. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Je vois quand même pas l’Australie ouvertement revenir vers la France rapidement. Ce serait trop humiliant et fâcherait leur maître.

Ça prendra un peu de temps, mais ils y reviendront quand ils réaliseront qu'ils ont fait une énorme connerie et qu'ils ne verront jamais leurs sous-marins nucléaires.

Probablement d'ici quelques années.

Edited by Kiriyama
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, Kiriyama a dit :

Je vois quand même pas l’Australie ouvertement revenir vers la France rapidement. Ce serait trop humiliant et fâcherait leur maître.

Ça prendra un peu de temps, mais ils y reviendront quand ils réaliseront qu'ils ont fait une énorme connerie et qu'ils ne verront jamais leurs sous-marins nucléaires.

Probablement d'ici quelques années.

Tu ne comprends pas ce que je veux dire …

je vais reformuler. L’australie le demande deja et prend la france au mots avec l’histoire de strategie indo. En gros c’est vous avez plus les soum mais vous pouvez venir en australie on vous paie les bases. (Je ne sais pas si c’est exactement le fond de la pense aus mais pas loin). Sauf qu’on s’est foutu de nous et la confiance n’est plus là donc pourquoi mettre des francais en danger pour sauver ces gens … (de qui ?). 
 

si biden a appele macron, c’est tout le gouv australien qui appele la france ! (Les ministres en charges de ces affaires là defenses, diplo et commerce). Mais c’est tres simple, a paris on ne repond tout simplement pas ! 
 

le gouv australien fait preuve d’une legerté incroyable en prenant ce qu’il l’interessait sans penser aux consequenses.

 

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, pascal a dit :

c'est le sens des propos de Turnbull envers Morrison

Pas grave, les australiens  achèterons  ce qu'ils ne peuvent se permettre  et comme les suisses avec leurs avions  un jour le scandale éclatera, ils perdrons du temps et ce qu'ils auront sera déjà obsolète , et nous on n' aura plus de scrupule à vendre à L'inde la Corée des barracudas à un prix compétitif 

Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, Kiriyama a dit :

J'aimerais quand même beaucoup connaître les dessous de ce revirement.

Tu n’as pas lu le fil, Kiri ?)

Que reste t il de mystérieux ? On a les explications officielles, qui se tiennent, et toutes les sous-jacences (terme inventé pour toi :wink:) qu’on a plus ou moins savamment imaginé depuis.

Seules inconnues : pourquoi si violemment fait, et pourquoi la France n’a rien vu venir (ou trop tard et a choisi de jouer les andouilles pour espérer ne pas tout perdre) ?

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, Kiriyama a dit :

Je n'en reviens quand même toujours pas qu'une telle décision ait été prise autant à la légère.

J'aimerais quand même beaucoup connaître les dessous de ce revirement.

Un programme attack de plus en plus difficile a tenir politiquement parlant. 
impossible industriellement. 
alors quand la propal d’un sna avec un traite us uk et arrivée … 

le secret etait vital pour empecher la france de reagir mais aussi tout les acteurs regionaux voir mondiaux nucleaire oblige. Politique du fait accompli bonjour. 
En fait, il avait tout prevu sauf que le coup de chauf fr  

les americains se sont couvert de ridicule dans cette affaire, la superiorite morale wokiste en a prit un coup. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 39 minutes, Hirondelle a dit :

Que reste t il de mystérieux ?

Moi j'ai bien suivi l'affaire, et je ne sais toujours pas avec certitude de qui est parti l'idée foireuse :

- des US qui ont tordus le bras à l'Australie pour tout un tas de raisons valables ?

- des UK qui y ont vu un moyen de faire ch... la France ?

- des Australiens, qui préferaient ce partenariat plus stratégiques ?

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@wagdoox

Dans quel sens "impossible à tenir industriellement" ? D'après ce que j'ai cru comprendre, rien n'indiquait que Naval Group n'arriverait pas à réaliser ce qui était convenu.

il y a 24 minutes, wagdoox a dit :

En fait, il avait tout prevu sauf que le coup de chauf français.

Ça je dirais que ça reste finalement gérable. Les moyens de rétorsions français sont quand même assez limités.

Je pense que ce qu'ils n'avaient pas anticipé, c'est que ce nouveau programme nucléaire était complètement irréaliste. C'est pour ça que je n'arrive pas à comprendre cette décision qui semble avoir été prise à la légère... sur un sujet pourtant extrêmement complexe.

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Kiriyama a dit :

@wagdoox

Dans quel sens "impossible à tenir industriellement" ? D'après ce que j'ai cru comprendre, rien n'indiquait que Naval Group n'arriverait pas à réaliser ce qui était convenu.

Ben en realite, les augmentations du cout du programme vient du desert industrielle qu’est l’australie. les retards aussi, en partie.

il faut comparer le cout des attack par rapport au suffren. La difference est phenomenale. 
 

 

ensuite sur la reaction fr, je crois que tu comprends pas ce qui attend l’australie. 
pour les usa, ils vont faire profile bas pendant un moment. Pour les anglais ca va rendre les choses a peine plus compliquees quelles ne l’etait. 
 

je reviens sur l’australie, etre exclu d’avance de tout systeme militiaire et naval fr, privation d’accord eco avec l’ue. C’est qu’un debut. Vente de sna a l’indonesie et j’en passe. La france n’est certes pas la chine mais croire que l’australie n’a rien a craindre de la france, c’est juste faux. On reprend quand les essaies nucleaires ?

Edited by wagdoox
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Delbareth a dit :

Moi j'ai bien suivi l'affaire, et je ne sais toujours pas avec certitude de qui est parti l'idée foireuse :

- des US qui ont tordus le bras à l'Australie pour tout un tas de raisons valables ?

- des UK qui y ont vu un moyen de faire ch... la France ?

- des Australiens, qui préferaient ce partenariat plus stratégiques ?

Ça vaut ce que ça vaut... L'auteur est très, comment dire... british et anti français.

Citation

L'opération Hookless, ou le pacte de sécurité et de défense entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis (AUKUS), comme on l'appelle désormais, a commencé d'une manière plutôt inattendue.  En mars 2020, le First Sea Lord (chef de la Royal Navy), l'amiral Sir Tony Radakin, a assisté à une réunion importante mais néanmoins routinière au Haut Commissariat australien à Londres.  Lors de cette réunion, il a rencontré le vice-amiral Michael Noonan, le chef de la Royal Australian Navy (RAN).  Noonan a expliqué que Canberra était de plus en plus préoccupée par la capacité croissante de la marine de l'Armée populaire de libération (PLAN). Les Australiens sont particulièrement préoccupés par le nouveau sous-marin nucléaire d'attaque de type 095A et par la capacité de la classe Barracuda/Attack à ailettes courtes de conception française à répondre aux besoins stratégiques de l'Australie.

Les Australiens ont demandé si Londres, et éventuellement Washington, seraient intéressés à aider les Australiens à construire une flotte de sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire qui seraient plus rapides, plus furtifs et avec une endurance illimitée que les sous-marins conventionnels diesel-électriques que les Australiens construisent à Adélaïde dans le cadre d'un contrat de 2016 avec le groupe français Naval. Lors de la réunion, les Australiens ont déclaré que l'endurance et la capacité à entreprendre une surveillance furtive étaient des capacités particulièrement importantes pour eux.  Les Australiens entretenaient déjà une relation étroite et de confiance avec les Britanniques par le biais de la communauté du renseignement Five Eyes et les discussions ont progressé.

Par la suite, Sir Stephen Lovegrove, le secrétaire permanent du ministère de la Défense à Londres, a pris la responsabilité de traiter la demande (qui a reçu le nom de code Opération Hookless).  Hookless avait également le soutien total du Premier ministre Boris Johnson, qui souhaitait qu'une relation stratégique beaucoup plus profonde en ressorte (AUKUS).  La sensibilité des négociations était telle qu'à Londres, seules dix personnes ont été tenues au courant. Les Britanniques se rapprochent alors des Américains. Cela a quelque peu retardé les négociations, car la demande devait passer par la laborieuse machine du Pentagone pendant une année d'élection à Washington.  Ce retard a suscité des inquiétudes à Canberra, car les Australiens étaient de plus en plus pressés par le temps, car ils se rapprochaient rapidement d'une exigence contractuelle qui verrait les coûts du contrat français augmenter de façon exponentielle.  Finalement, la nouvelle administration Biden a donné son accord de principe au pacte, dont la forme finale a été convenue à huis clos par Biden, Johnson et le Premier ministre australien Scott Morrison lors de la réunion du G7 de Carbis Bay en Cornouailles en juin 2021.

Les trois principaux éléments d'AUKUS sont l'alignement stratégique des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'Australie dans la région indo-pacifique, la construction de huit nouveaux SSN pour la Royal Australian Navy et la collaboration sur les futures applications de défense de l'intelligence artificielle, de l'apprentissage automatique, de l'informatique quantique et de la cyberguerre (l'Australie dispose déjà d'une solide base de recherche dans ces domaines). La construction des huit SSN de la RAN s'inscrira également dans le cadre d'une nouvelle "relation nucléaire spéciale".  Alors que le gouvernement australien prendra la décision finale sur le système spécifique à acheter en 2023, les Britanniques semblent être les mieux placés.  La semaine dernière, le secrétaire d'État britannique à la défense, Ben Wallace, a engagé 160 millions de livres sterling dans le développement du programme de remplacement nucléaire des navires submersibles (SSNR), notamment par l'attribution de deux contrats à BAE Systems Maritime et Rolls Royce.  Le programme SSNR commencera à remplacer les SSN actuels de la classe Astute à partir de 2035, cinq ans après que les Australiens aient dû prendre livraison des premiers sous-marins de la classe Attack.  Ils seront probablement propulsés par une variante du nouveau système de propulsion nucléaire Rolls Royce PWR3 en cours de développement pour le SNLE britannique de classe Dreadnought actuellement en construction.  Ce n'est pas un hasard si l'Australie prévoit également de prendre possession du premier SSN en 2035.

Selon certains critères (le magazine Naval Technology aux États-Unis), les Astute sont les sous-marins nucléaires d'attaque les plus performants du monde, bien qu'ils ne disposent pas des tubes de lancement verticaux des Virginia.  Les Astutes ont également une charge d'armement plus faible que les Virginias (mais plus de tubes de torpilles/missiles de croisière que la variante à propulsion nucléaire de la classe Barracuda française). Cependant, l'équipage par bateau est inférieur d'un quart (98 contre 135), ce qui est important pour la RAN dont les effectifs sont limités.  Les Astute ont également une autonomie et une endurance illimitées (comme les Virginia, mais contrairement aux Barracuda qui doivent être ravitaillés tous les dix ans).  Les contre-mesures électroniques des Astutes sont également très performantes et ils sont plus rapides sous l'eau que les Virginias (30 nœuds contre 25 nœuds).  Les Astute sont aussi spécialement conçus pour les opérations de surveillance, d'infiltration et d'exfiltration, ce qui est une priorité pour l'Australie. Ils permettront également à l'Australie d'accéder à des systèmes d'armes américains et britanniques avancés (et améliorables).

es options nucléaires de l'Australie

Les Américains pourraient proposer une variante tardive du Virginia, mais c'est peu probable, car la marine américaine aura besoin de ses 66 navires et les quatre navires de la classe Los Angeles seront trop vieux en 2035.  Il en va de même pour les SSN britanniques de la classe Trafalgar, dont les deux derniers commencent à être mis hors service.  Bien que le HMS Audacious, le dernier des sept SSN de la classe Astute, ait été mis en service dans la Royal Navy la semaine dernière, celle-ci ne dispose pas, et ne disposera pas, d'un nombre suffisant d'Astute pour en céder un aux Australiens. Il est également peu probable que les Américains donnent aux Australiens ou aux Britanniques l'accès à certaines des technologies de la boîte noire développées pour le futur SSN (X).  

Ironiquement, c'est l'histoire très mouvementée des premiers jours du programme Astute qui peut être révélatrice de la voie à suivre pour les Australiens, notamment parce que le Premier ministre Johnson a directement lié l'AUKUS à des emplois britanniques hautement qualifiés.  En mars 1997, le gouvernement britannique a signé un contrat avec ce qui est devenu BAE Systems et Rolls Royce pour construire la classe Astute.  Toutefois, lorsque les travaux ont commencé en 1999, la conception était incomplète et les 30 000 travailleurs qualifiés qui avaient construit le SNLE britannique de la classe Vanguard plus de dix ans auparavant n'étaient plus que 3 000.  En bref, BAE Systems avait dépassé ses limites et ce n'est qu'avec la nomination de General Dynamics Electric Boat (et d'un directeur de programme américain) dans le cadre d'un contrat avec la marine américaine que le programme Astute a commencé à se redresser.  Dans l'ensemble, ces problèmes ont été résolus, bien qu'à grands frais pour le contribuable britannique.  En d'autres termes, en rejoignant SSNR, les Australiens achèteraient un programme bien établi et opérationnel qui combine l'expertise américaine et britannique.

Par conséquent, la solution la plus probable pour les Australiens est de rejoindre le programme britannique SSNR, à condition que leurs variantes intègrent davantage de technologie américaine que leurs homologues britanniques, afin de garantir qu'elles soient adaptées aux opérations dans la région indo-pacifique, par opposition à l'Atlantique Nord ou à la Méditerranée. Les huit sous-marins seront probablement construits au chantier naval d'Osborne à Adélaïde, où les variantes de la RAN des nouvelles frégates de classe Hunter de type 26 sont également construites par un consortium dirigé par BAE Systems et où les sous-marins de classe Attack auraient été achevés.  Contrairement à ce qui s'est passé en 1999 au chantier naval Devonshire Hall Barrow, où sont construites les Astute, le chantier d'Osborne dispose déjà d'une main-d'œuvre qualifiée. Les Australiens sont également habitués à coopérer avec les Britanniques, car les frégates de type 26 sont également construites pour la Royal Navy (classe Town), les trois premiers navires, HMS Glasgow, HMS Cardiff et HMS Belfast, étant sur le point d'être achevés, ainsi que pour la Royal Canadian Navy en tant que combattant de surface canadien.

Une dernière réflexion. Les premiers sous-marins à propulsion nucléaire de l'Australie pourraient bien s'appeler la classe Odin et les deux premiers bateaux auraient l'honneur de porter le même nom que les deux premiers sous-marins du pays, HMAS Oxley et HMAS Otway.  

 Julian Lindley-French

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://lindleyfrench.blogspot.com/2021/09/operation-hookless.html

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Ponto Combo a dit :

Ça vaut ce que ça vaut... L'auteur est très, comment dire... british et anti français.

https://lindleyfrench.blogspot.com/2021/09/operation-hookless.html

Oui je connais cette version.

Mais elle me semble tellement... poétique... pour les américains que j'ai du mal à y croire sans plus d'éléments.

Link to comment
Share on other sites

Le 28/09/2021 à 20:11, Kiriyama a dit :

Si tu prenais la peine de regarder le reportage, tu verrais que le contenu est très neutre.

Mouais. Une petite réserve quant au Gil Mihaely de chez Causeur (:rolleyes:) qui balance pas mal d'éléments de langage très subtils... Enfin bon c'est RT.

Link to comment
Share on other sites

Je colle ici un commentaire très pertinent que j'ai lu et qui apporte un éclairage nouveau :

"It’s fascinating to read about this reassessment of the military needs of Australia, which then resulted in the cancelation of the French contract and the introduction of AUKUS. The problem with that is: there never was an offical reassessment, no new Defence White Paper, just “some sessions” of Morrison and some people with some Americans and some Brits. The previous assessment, the Defence White Paper of 2009 stated explicitly we do NOT want a nuclear submarine, because it does NOT fit in our vision of the Defence of Australia beyond 2030 …

In short, it may well be that your view on Australia’s defence makes sense, but don’t you think Australia’s parliament should have a say in it on the basis of a full statement of ALL the pro’s and con’s??"

Effectivement, les Australiens eux-même pourraient être un peu mécontents...

  • Like 2
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Kiriyama a dit :

Je n'en reviens quand même toujours pas qu'une telle décision ait été prise autant à la légère.

J'aimerais quand même beaucoup connaître les dessous de ce revirement.

j'ai bien quelques hypothèses qui me viennent à l'esprit : incompétence, incurie, bétise...

comme disait quelqu'un de célèbre ( j'ai plus la citation exacte en tête en ce début de matinée, mais l'idée est là) : le complot nécessite de l'intelligence, ce que l'on prend pour un complot est plus souvent tout simplement de la bétise !...

  • Like 4
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,764
    Total Members
    1,550
    Most Online
    yggtor
    Newest Member
    yggtor
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...