Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine Australienne: modernisations, acquisitions et exercices navals.


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

Ceci dit, els américains sont censés commencer à acquérir une nouvelle classe de sous-amrin en 2031, le SSN(X).

https://crsreports.congress.gov/product/pdf/IF/IF11826

"Under the Navy’s FY2020 30-year (FY2020-FY2049) shipbuilding plan, the first SSN(X) would be procured in FY2031, along with a single Virginia-class boat. In FY2032 and FY2033, the final four Virginia-class boats would be procured. Procurement of follow-on SSN(X)s, at a rate of two per year, would then begin in FY2034. The 30-year plan’s sustained procurement rate of two SSNs per year would achieve a force of 66 SSNs—the Navy’s current SSN force-level goal—in FY2048. A long-range Navy shipbuilding document released by the Biden Administration on June 17, 2021, proposed a new SSN force-level goal of 66 to 72 boats and envisaged increasing the SSN procurement rate years from now to something more than two boats per year."

Donc les sous-marins australiens pourrait être incorporés dans cette volonté d'augmenter la cadence de production et de peut être prolonger la série quand la demande américaine se tarira. Où les américains pourraient refiler des vieux Virginia aux Australiens pour els remplacer par des SSN(X) neufs.

En tout cas, cela me semble plus facile et réaliste d'augmenter la cadence de production d'un modèle existant en dix ans plutôt que de développer un nouveau chantier naval en Australie pour une courte série.

Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Boule75 a dit :

Le lubrifiant, ce seront les compensations pour arrêt du contrat.

Sinon, le scepticisme s'étend... "Plus je lis d'informations sur les défis que représentent la construction des futures sous-marins australiens de classe Licorne (je maintiens ce nom), moins AUKUS a du sens."

Avec un lien vers un article assez fouillé et très, très pessimiste sur la faisabilité du projet dans le New-York Times.

Now, a month into their timetable, the partners are quietly coming to grips with the proposal’s immense complexities. Even supporters say the hurdles are formidable. Skeptics say they could be insurmountable.
->
Aujourd'hui, un mois après le début du calendrier, les partenaires s'attaquent tranquillement aux immenses complexités de la proposition. Même les partisans disent que les obstacles sont formidables. Les sceptiques disent qu'ils pourraient être insurmontables.

Point intéressant : plan de charge des chantiers américains et britanniques :

 

 

Mais les deux chantiers navals américains qui fabriquent les sous-marins nucléaires, ainsi que leurs fournisseurs, ont du mal à répondre aux commandes de la marine américaine. Les chantiers navals construisent environ deux bateaux de la classe Virginia par an pour la marine et s'apprêtent à construire des sous-marins de la classe Columbia, des navires de 21 000 tonnes qui transportent des missiles nucléaires comme moyen de dissuasion mobile - une priorité pour toute administration.

Dans un rapport présenté le mois dernier à la commission des forces armées du Sénat, il est indiqué que "la base industrielle de la construction navale nucléaire continue à avoir du mal à répondre à la demande croissante" des commandes américaines. Ce rapport a été préparé trop tard pour prendre en compte la proposition australienne.

[...]

Les sous-marins britanniques sont sortis relativement lentement de la chaîne de production, et souvent en retard sur le calendrier. Le fabricant britannique de sous-marins, BAE Systems, est également occupé à construire des sous-marins Dreadnought pour transporter la dissuasion nucléaire du pays.

"La capacité de réserve est très limitée", a écrit dans un courriel Trevor Taylor, professeur chargé de recherche en gestion de la défense au Royal United Services Institute, un institut de recherche. "Le Royaume-Uni ne peut pas se permettre d'imposer un retard sur son programme Dreadnought afin de détourner les efforts vers l'Australie".

Pour ajouter aux complications, la Grande-Bretagne a éliminé progressivement le réacteur PWR2 qui alimente l'Astute, après que les responsables ont convenu que le modèle ne serait "pas acceptable à l'avenir", a déclaré un rapport d'audit en 2018. L'Astute n'est pas conçu pour s'adapter au réacteur de nouvelle génération, et cette question pourrait rendre difficile la reprise de la construction du sous-marin pour l'Australie, ont déclaré M. Taylor et d'autres experts.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Ce qui est cocasse c'est que si l'Australie héritait d'un Astute copié-collé, une partie des éléments de la chaufferie est fabriquée chez Framatome au Creusot pour le compte de Rolls-Royce... Et il me semble aussi que certains équipement sont fournis par Naval Group...

Il était même question de coques en HLES fourni par Industeel au Creusot pour les SSBN Dreadnought, car pas possible d'avoir la même qualité en sourcing UK... On a ptet des moyens de faire chier :biggrin:

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, penaratahiti a dit :

Ce qui est cocasse c'est que si l'Australie héritait d'un Astute copié-collé, une partie des éléments de la chaufferie est fabriquée chez Framatome au Creusot pour le compte de Rolls-Royce... Et il me semble aussi que certains équipement sont fournis par Naval Group...

Il était même question de coques en HLES fourni par Industeel au Creusot pour les SSBN Dreadnought, car pas possible d'avoir la même qualité en sourcing UK... On a ptet des moyens de faire chier :biggrin:

D'ici à ce que la prochaine majorité australienne décide de finalement commander des Suffren... sur étagère, pour 2029, sans système de combat US. Un truc qui marche, quoi, qui ne nécessite pas d'équipage pléthorique et qui fonctionne à l'uranium peu enrichi.

  • Like 1
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, pascal a dit :

@ARMEN56

Les Américains gèrent la Chine comme ils ont géré l'URSS au temps de la guerre froide et dans le Pacifique tentent de recréer un bloc de "langue anglaise"

 

Pas d'accord

les Importations de la Chine vers les USA c'est énorme. A lépoque de URSS il n'avait rien.     

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, pascal a dit :

Mais justement ce contrat n'est qu'un aspect presque mineur de la question. Il retient notre attention car nous sommes les premiers concernés mais au final l'enjeu majeur ne porte pas sur les sous-marins australiens. ils porte sur la reconstitution par les USA d'une logique de blocs face à la Chine. Les Américains gèrent la Chine comme ils ont géré l'URSS au temps de la guerre froide et dans le Pacifique tentent de recréer un bloc de "langue anglaise"

Je vous poste ce lien d'une excellente émission écoutée hier dans la bagnole qui au-delà de son titre pose la question de la stratégie US face à la Chine ... L'Australie a mis le doigt dans un "grand jeu" dont elle ne maîtrise pas vraiment les tenants et aboutissants.

https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/biden-macron-sans-rancune

On peut aussi lire les évènements d'une autre manière. Certes, les Américains semblent contents de pouvoir repartir sur une logique de blocs légitimant leur place maîtresse au sein du monde occidental. Mais la Chine semble avoir tout fait pour pousser l'Australie à plonger dans ce système de blocs... Et c'est d'ailleurs un peu étonnant et assez nouveau car la politique étrangère chinoise avait été, pendant de longues années, assez prudente en la matière. Avec l'idée de ne pas pousser les pays vers l'Oncle Sam. J'ai l'impression que l'épisode Covid-19 a laissé des traces profondes.

Edited by Skw
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Scarabé a dit :

Pas d'accord

les Importations de la Chine vers les USA c'est énorme. A lépoque de URSS il n'avait rien.     

Nous sommes tout à fait d'accord sur l'interdépendance USA/Chine en matière économique dans l'émission dont j'ai placé le lien du podcast il est dit que les investissement US en Chine avoisinent les 125 milliards de $ ... Néanmoins malgré cela la manière dont les Américains envisagent la confrontation avec la Chine n'a pas changée par rapport à la logique qui prévalait durant la guerre froide qui est une logique de blocs (on voit bien la réthorique militaire développée) qui impose aux alliés de suivre la ligne choisie ... ce qui s'est passé avec les Australien.

Ce que disent les deux intervenants c'est que la manière d'appréhender les choses par les USA n'a pas évoluée

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

C’est la solution technique nuk /Aussie en réponse au bloc ANKUS qui interroge en terme de difficulté/risques/calendaire

En comprenant la nécessité d’un  durcissement face à cette expansion décomplexée, de mon strapontin parc d’Armorique donc très très lointain :rolleyes: ;  sais pas dire quelle est la meilleure stratégie indo pacifique , l’US ou la notre/UE ….sachant qu’on ne pèserait pas lourd en capacitaire dès fois que çà s’enflamme .

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 29 minutes, ARMEN56 a dit :

C’est la solution technique nuk /Aussie en réponse au bloc ANKUS qui interroge en terme de difficulté/risques/calendaire

En comprenant la nécessité d’un  durcissement face à cette expansion décomplexée, de mon strapontin parc d’Armorique donc très très lointain :rolleyes: ;  sais pas dire quelle est la meilleure stratégie indo pacifique , l’US ou la notre/UE ….sachant qu’on ne pèserait pas lourd en capacitaire dès fois que çà s’enflamme .

Réflexion par ailleurs exprimée par Bertrand Badie dans le podcast FRculture partagé par Pascal. La France n'est pas une puissance du Pacifique (elle a déjà du mal à l'être en Méditerranée), elle n'y a que des emprises (et sous valorisées, sujette, pour la Nouvelle-Cal, à des référendums à répétition, ce qui rend leur avenir incertain).

Link to comment
Share on other sites

C’est vraiment déraisonnable d’imaginer qu’en une quinzaine d’années, les US sont d’étendre la capacité de production des Virginia pour en produire 8 de plus pour les aussies? Et pour l’Australie de former les ingénieurs avec les qualifications qui vont bien en une dizaine d’années ? Je ne suis pas du tout spécialiste du sujet mais il me semble que s’agissant d’une technologie d’aujourd’hui et mature, le calendrier n’est pas délirant…

Link to comment
Share on other sites

il y a 37 minutes, tipi a dit :

C’est vraiment déraisonnable d’imaginer qu’en une quinzaine d’années, les US sont d’étendre la capacité de production des Virginia pour en produire 8 de plus pour les aussies? Et pour l’Australie de former les ingénieurs avec les qualifications qui vont bien en une dizaine d’années ? Je ne suis pas du tout spécialiste du sujet mais il me semble que s’agissant d’une technologie d’aujourd’hui et mature, le calendrier n’est pas délirant…

Probablement des goulots d'étranglement au niveau de la production de certaines pièces des centrales ? Entre le marché civil, la classe Ford, les SNLE et les SNA ça commence à faire beaucoup. En combien de temps il serait envisageable d'augmenter les capacités du creusot et de framatome ?

En comparaison il était question ici d'une dizaine d'années pour formé un compagnon autonome chez Dassault.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, tipi a dit :

le calendrier n’est pas délirant…

Sais pas

Comprendre qu'un soum nuk c’est le haut du panier en terme de complexité conception/construction. Ce avec des équipes formées/mobilisées au top rodées long terme le tout concentré sur un site industriel ad hoc et  rares sont les pays capables de manufacturer un  produit de ce type .

nzibes.png

 

 Ici je comprends qu’on parle de faire construire un « Virginia » ou un Astude en Australie en transfert techno sous contrôle maitrise d’œuvre US/UK très occupée sur leurs programmes nationaux et sous maitrise d’ouvrage Aussie n’ayant jamais/peu pratiqué ...

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je sais bien ils ont changé d'avis mais bon ......

"The submarine choice

Perspectives on Australia’s most complex defence project       

September 2014

https://s3-ap-southeast-2.amazonaws.com/ad-aspi/import/Strategy_submarine_choice.pdf?VersionId=iQ_QB1RJZnzOHnJfHr8DWZmV5xlT_hGd

Quelques extraits d'intervenant australiens

Senator the Hon David Johnston—The importance of the Future Submarine for Australia

En vérité, nos exigences sont probablement beaucoup plus complexes que ne l'a jamais été Collins. Idéalement, nous recherchons une capacité comparable à celle d'un sous-marin nucléaire équipé de moteurs diesel-électriques. Il y a quatre objectifs principaux pour l'entreprise du sous-marin du futur que je peux identifier, et ce sont les suivants :

- Premièrement, fournir une capacité de sous-marin conventionnel supérieure, durable et dominante au niveau régional.

- S'assurer que notre nouvelle capacité de sous-marin est abordable, et c'est une partie très importante de tout le programme dans son ensemble.

- S'assurer que l'Australie est capable de maintenir une capacité supérieure de sous-marins conventionnels dans un avenir prévisible de manière rentable.

- Éviter, bien sûr, un manque de capacité sous-marine.

Dr Andrew Davies—Trends in submarine and antisubmarine warfare

Les sous-marins nucléaires d'attaque présentent ces caractéristiques, mais ce n'est pas une option pour l'Australie. Les deux grandes options sont les suivantes

- investir massivement dans la conception d'un grand bateau rapide et à forte autonomie, capable d'opérer à haut niveau dans un avenir caractérisé par des technologies anti-accès avancées

-tempérer nos ambitions et nous contenter d'une flotte qui ne peut opérer que dans les situations les plus difficiles.

Mr John Coles—Lessons from the past

Les programmes de sous-marins comportent deux éléments critiques et interdépendants : quoi acheter et comment acheter. Comme l'ont dit d'autres intervenants à cette conférence, l'élément "quoi acheter" pourrait se résumer à un "Collins contemporain" avec des améliorations en matière de furtivité.

Si l'on s'en tient aux objectifs aux objectifs du Livre blanc 2009, cette conception pourrait se retrouver dans le haut de gamme de difficulté technique en raison de la forte volonté  pour un sous-marin conventionnel avec des capacités souhaitées plus proches de celles d'un modèle nucléaire. Mais la conception consiste toujours à résoudre des demandes contradictoires et, si le « quoi » n'est pas contrôlé, un projet peut avoir de sérieux problèmes dès le départ. Les principales parties prenantes auront besoin d'une main ferme  pour empêcher le glissement des capacités

Ensuite, il y a le "comment acheter". La prochaine classe de sous-marins doit être gérée de manière stratégique. En tant qu'archétypes, les programmes Polaris et Trident au Royaume-Uni sont des exemples de projets stratégiques réussis en termes de délais, de coûts et de performances.

Mais l'exemple infructueux de la classe Astute du Royaume-Uni devrait nous mettre en garde contre la "conspiration de l'optimisme" et nous rappeler que tous les programmes de ce type sont sujets à caution et nous rappeler que tous ces programmes sont à hauts risques."

Edited by ARMEN56
  • Thanks 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 30/10/2021 à 13:35, Nec temere a dit :

Probablement des goulots d'étranglement au niveau de la production de certaines pièces des centrales ? Entre le marché civil, la classe Ford, les SNLE et les SNA ça commence à faire beaucoup. En combien de temps il serait envisageable d'augmenter les capacités du creusot et de framatome ?

En comparaison il était question ici d'une dizaine d'années pour formé un compagnon autonome chez Dassault.

Pour Framatome au Creusot le goulet d'étranglement sera la presse s'il faut forger du Naval + EPR2, et également Industeel qui fournit les lingots. Autant en terme d'usinage en aval on peut racheter des tours et des fraiseuses avec un Lead Time conséquent mais gérable, voire sous-traiter certaines opérations, autant racheter une presse de 10 000 tonnes + les fours qui vont avec... Et les lingotières en amont ... Ça s'anticipe sur sur des années et l'état devra mettre la main à la poche.

  • Like 1
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 30/10/2021 à 18:59, ARMEN56 a dit :

Sais pas

Comprendre qu'un soum nuk c’est le haut du panier en terme de complexité conception/construction. Ce avec des équipes formées/mobilisées au top rodées long terme le tout concentré sur un site industriel ad hoc et  rares sont les pays capables de manufacturer un  produit de ce type .

nzibes.png

 

 Ici je comprends qu’on parle de faire construire un « Virginia » ou un Astude en Australie en transfert techno sous contrôle maitrise d’œuvre US/UK très occupée sur leurs programmes nationaux et sous maitrise d’ouvrage Aussie n’ayant jamais/peu pratiqué ...

Même si ça permet de mettre les choses en perspectives, ce genre de graph c'est un peu de la poudre aux yeux.

La complexité de faire un équipement typé "grande série" (type automobile, ou encore smartphone, ou une puce genre Intel/AMD), ce n'est pas la difficulté du produit final, mais la difficulté de l'usine pour faire si vite et bien.

Regardez Tesla pour faire une voiture la somme d'investissement. A contrario dans la défense, sur des petites séries on est presque sur de l'artisanal en terme de "processus" d'assemblage / contrôle etc.

Une nouvelle usine AMD c'est entre 3 et 4 Milliard pour le site de production. Et sans ce site, le produit final n'a pas de sens si on dit qu'il faut 5h pour faire la puce et qu'elle est constitué de 50 sous composants et qu'on le fout sur le graph.

De plus il aurait fallut une case spécifique pour le F35 :combatc:

 

Il n'en reste pas moins que faire une Sous Marin Nucléaire, c'est sur que c'est plus compliqué que de monter artisanalement un pick up.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Dernières nouvelles du feuilleton (géo)politique.

Tout d'abord le tacle de Macron à la COP26 :

https://www.lepoint.fr/politique/macron-je-sais-que-le-premier-ministre-australien-m-a-menti-sur-les-sous-marins-01-11-2021-2450047_20.php

En réponse, Morrison dévoile un SMS :

la news : https://www.ladepeche.fr/2021/11/02/crise-des-sous-marins-un-sms-entre-emmanuel-macron-et-le-premier-ministre-australien-devoile-9904512.php

une analyse Australienne : https://www.dailytelegraph.com.au/business/work/who-is-really-lying-in-scott-morrison-emmanuel-macrons-french-submarine-feud/news-story/f77df0b11df50eee5d07e681a2ef749d

But the texts, sent just two days before the big deal was announced, also show he didn’t know exactly what was being announced because Mr Macron asked Mr Morrison, “Should I expect good or bad news for our joint submarines ambitions?”

Hardly evidence of someone who knew exactly what was going on.

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,750
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...