Recommended Posts

La  Gendarmerie Nationale est très sensible à ce problème de sécurité. Elle ne fait pas confiance à Microsoft.

En conséquence, son informatique est basée sur des produits plus sur : serveurs sous Linux,  postes client avec Open Office, Firefox,…

Je ne dis que 100 % des postes sont propres. Il doit y avoir quelques postes développeurs  qui sont nécessaires pour avoir certains outils. Mais ces postes sont isolés, identifiés et surveillés.

Je trouve admirable cet effort de la part de la Gendarmerie.

Et je suis déçu de voir que d’autres secteurs de notre administration ne font pas le même effort. En particulier nos militaires…

Oui la Gendarmerie a fait pas mal d’économie avec ca et une parties des économies ont été réinvestit sur des postes de devs en internes pour adapter certaines solutions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/internet-sms-comment-thales-va-mettre-les-reseaux-francais-sur-ecoute_383757.html

Internet, SMS : comment Thales va mettre les réseaux français sur écoute

La France va se doter d'un système centralisé d'interception des données téléphoniques et internet. Mais les futures grandes oreilles de l'Etat, gérées par le groupe Thales, posent de graves problèmes. Surcoûts, failles de sécurité, risques de conflit d'intérêts... Révélations.

Dès cet été, les écoutes autorisées par la justice vont être centralisées au sein de la plate-forme nationale des interceptions judiciaires.

DR

Cette visite devait être une formalité. Ce fut une catastrophe. Le 15 février, Christian Vigouroux s'invite pour la première fois dans les locaux de Thales, le groupe de défense et d'électronique, à Elancourt, dans les Yvelines. Ce déplacement n'a officiellement jamais eu lieu. Et pour cause : le haut fonctionnaire, alors directeur de cabinet de la ministre de la Justice, veut vérifier de ses propres yeux où en sont les derniers préparatifs d'un projet secret, classé "confidentiel défense". Son nom est tout ce qu'il y a de plus anodin : la PNIJ, pour "plate-forme nationale des interceptions judiciaires". En réalité, derrière ce sigle, se cache un monstre numérique sur le point de s'éveiller.

Conversations téléphoniques, SMS, MMS, Internet... Dès cet été, l'ensemble des communications mises sur écoute passera par ces grandes oreilles de l'Etat. Souhaité dès 2010 par l'ancien président Nicolas Sarkozy, ce système de surveillance va permettre de centraliser en un seul point plus de 5 millions de réquisitions judiciaires (liste des appels téléphoniques, identité d'un abonné derrière un numéro...) et près de 40 000 écoutes autorisées par les juges dans le cadre de leurs enquêtes.

Ce 15 février, pour s'assurer que ce titan ne porte pas atteinte à la vie privée des citoyens, la présidente de la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), Isabelle Falque-Pierrotin, fait aussi le déplacement. L'Association française des magistrats instructeurs, également conviée, n'a pas daigné envoyer de représentant, signifiant ainsi la désapprobation des juges, qui n'ont jamais été consultés.

Cette petite délégation est accueillie par plusieurs responsables de Thales - des "guides" omniprésents tout au long d'une visite très encadrée. Ce jour-là, les émissaires de la garde des Sceaux se sentent alors dépossédés de leur projet. Ils comprennent qu'une partie de leurs prérogatives est désormais tombée entre les mains d'une société privée (même si "l'Etat est actionnaire"). Le golem leur échappe. Pourtant, d'autres implantations avaient été envisagées, comme les locaux de la police, sur le site de Nanterre, ou ceux des gendarmes, sur celui de Rosny-sous-Bois. La place Vendôme, siège du ministère, avait également été évoquée. Mais ces points de chute ont tous été écartés pour des raisons de capacités d'accueil.

La centralisation engendre un risque majeur

A la veille de son entrée en vigueur, avec deux ans de retard sur le calendrier initial, le "Big Brother" français pose surtout des problèmes d'une tout autre gravité : risque sur la sécurité des données, appel d'offres biaisé, dépassement de budget, coûts cachés et conflits d'intérêts avec le groupe Thales, lui-même sous le coup de plusieurs enquêtes. Autant de dérives que L'Express est en mesure de révéler.

Sur le papier, le projet était pourtant séduisant. Il permettait, à la fois, de gérer l'explosion des réquisitions et de réduire les coûts. Car l'augmentation continue du nombre d'écou-tes téléphoniques ou des interceptions de SMS ne cesse de grever le budget de la Justice. En cinq ans, les dépenses ont ainsi pratiquement doublé, passant de 55 à 106 millions d'euros en 2011. Et l'inflation n'est pas près de s'arrêter, étant donné l'accroissement de la surveillance des échanges sur l'Internet fixe et mobile.

L'envoléee des coûts

Jusqu'à présent, les opérateurs de télécommunications étaient défrayés lors de chaque interception. Ils envoyaient les informations une fois saisies aux officiers de police et de gendarmerie. Six petites sociétés privées épaulaient alors les forces de l'ordre en leur fournissant gratuitement du matériel pour retranscrire les écoutes (lignes sécurisées, ordinateurs, logiciels). La PNIJ, elle, permet de tout regrouper, de réaliser des économies et de faire disparaître près de 1 million de documents administratifs. Adieu la paperasse. "Il a été décidé de renforcer la sécurité autour des réquisitions et des écoutes, explique Richard Dubant, responsable de la Délégation aux interceptions judiciaires (DIJ). Pour cela, seule une grande entreprise comme Thales possède les capacités techniques suffisantes pour gérer des volumes à traiter de plus en plus importants."

Mais ce tableau idyllique se fracasse aujourd'hui contre le mur de la réalité. D'abord, la centralisation même des informations en un seul lieu engendre un risque majeur. Dès 2011, le directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, s'en était ému dans une note confidentielle dont L'Express a obtenu copie. Ce proche de Nicolas Sarkozy n'hésitait pas alors à déclarer que cette plate-forme était "une cible potentielle, du fait même de la concentration de données sensibles", avant de préciser : "Cette fragilité a été soulignée par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information [Anssi]." Un autre sujet l'alarmait. Il s'agit de la difficulté pour le ministère de changer d'hébergeur. "Nous pouvons récupérer l'ensemble des éléments à tout moment, se défend Richard Dubant. D'ailleurs, il est prévu de rapatrier un jour la PNIJ au sein de la Justice."

Cinq entreprises, s'estimant lésées, ont attaqué en justice

Plus inquiétant encore, afin que son bon fonctionnement soit assuré, la plate-forme doit être dotée d'une soeur jumelle, qui prendrait le relais en cas de pannes. Or, selon nos informations, celle-ci est, elle aussi, basée à Elancourt, à 300 mètres seulement de la première. Un éloignement insuffisant en cas d'incendie, d'accident ou d'actes de malveillance. "Les bonnes pratiques en la matière exigent une installation située à une distance entre 20 et 30 kilomètres du premier site", estime Marc Ayadi, consultant associé en sécurité informatique chez Deloitte.

Le système actuel, quoique imparfait et dispersé, ne soulève pas ce type de problèmes. Les centrales d'écoutes sont éparpillées sur tout le territoire. Pour l'heure, six entreprises (Foretec, Elektron, Amecs, Azur Integration, Midi System et SGME) équipent gratuitement quelque 350 centres de police et de gendarmerie par le biais de lignes sécurisées et de plus de 10 000 ordinateurs, selon leurs dires. Difficile pour des malfrats de repérer l'endroit où se trouvent les données les concernant. Ces six sociétés rentabilisent leurs investissements en facturant leurs prestations à des tarifs élevés, même si ceux-ci ont baissé de près de la moitié ces dernières années. "En cas de panne, les transferts peuvent facilement être [basculés] d'un centre sur un autre en un temps très court. La PNIJ devra pouvoir relever ce défi", déclarait, en octobre dernier, la prudente Cour des comptes.

Aujourd'hui, voyant ce marché leur échapper, cinq de ces six entreprises se sont regroupées pour attaquer en justice l'appel d'offres du ministère dont, au passage, elles n'ont jamais été informées. De fait, ce dossier avait été classé "confidentiel défense" afin que soient écartés plusieurs groupes étrangers comme l'israélien Nice Systems ou le danois ETI Connect, attirés par ce juteux marché. Le tribunal administratif de Paris leur a donné raison, estimant que "la garde des Sceaux [avait] commis une erreur manifeste d'appréciation" en les excluant. Pour l'Etat, hors de question cependant de faire machine arrière, car "l'annulation [de ce] contrat porterait une atteinte excessive à l'intérêt général"... Plus de 15 millions d'euros ont en effet déjà été engagés. Le tribunal propose donc aux plaignants de demander des dédommagements à la justice. Si elle aboutissait, leur requête alourdirait une facture déjà bien salée.

La moralisation de la vie politique menacée

Faisons les comptes. A l'origine, le Big Brother devait coûter 17 millions d'euros. A présent, la douloureuse se monte à 43 millions. Au bas mot. Car Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free et Numericable ont dû déployer des fibres optiques jusqu'au site d'Elancourt pour répondre à leurs obligations légales d'acheminer les communications. En considérant les frais de mise à jour de leurs systèmes d'information, ils sont en droit de se faire rembourser une quinzaine de millions d'euros supplémentaires. Mais il y a pire. Comme le souligne Francis Nebot, secrétaire national du syndicat Synergie officiers : "Les réseaux Internet de la police nationale n'offrent pas les débits suffisants pour se connecter à ce système dans de bonnes conditions et accéder aux écoutes à distance. Du coup, le ministère de l'Intérieur va devoir investir pour redimensionner nos réseaux. On nous a offert une Ferrari sans avoir les routes pour la faire rouler !"

Selon ce syndicat, l'ardoise pourrait donc s'allonger de 40 à 50 millions d'euros. Et encore, ce montant n'inclut pas les dépenses engagées par les gendarmes et les douanes. "Si cela s'avère nécessaire, il est convenu que le ministère de l'Intérieur prenne à sa charge le réseau de la police", argumente Richard Dubant, manifestement soucieux de rassurer son monde.

La PNIJ doit être mise en service en septembre prochain et rendre obsolètes les trois plates-formes actuellement spécialisées dans l'interception des données. L'une concerne les SMS (le STIJ) : elle a coûté plus de 1 million d'euros. Les deux autres ont trait à l'Internet fixe et mobile. Appelées Cariatide et Primatice, elles vont également cesser leurs activités. Quant aux six entreprises gérant les centrales d'écoutes téléphoniques, elles vont reprendre les 10 000 ordinateurs mis jusqu'ici à la disposition de la police. "Finalement, pour écarter des petites sociétés privées du marché des écoutes, ils ont fait appel à une grosse société... privée. Tout cela est ubuesque", observe avec amusement un ancien gendarme.

En plein débat sur la moralisation de la vie politique voulue par François Hollande, l'éveil prochain de la PNIJ paraît bien problématique. Par exemple, les gouvernants pourraient-ils avoir accès à des enquêtes en cours les concernant, eux ou leurs proches, en se connectant directement à cette plate-forme ? Nul ne le sait. Le risque est important. Et, d'abord, pour Thales lui-même. "Même si, techniquement, cette hypothèse paraît improbable, un comité de contrôle de six "sages" va être constitué pour apporter toutes garanties aux citoyens", confie Richard Dubant. Une manière aussi de répondre à la question que tout le monde se pose : "Qui surveillera les surveillants ?"

Share this post


Link to post
Share on other sites

En ouverture d’un colloque dédié à la cybersécurité, organisé à l’Ecole des Transmissions, à Rennes, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a précisé, ce 3 juin, les contours de la politique que la France entend mener dans le cyberespace :

http://www.opex360.com/2013/06/03/la-france-ripostera-de-maniere-proportionnee-dans-le-cyberespace/

Share this post


Link to post
Share on other sites

L’Otan a approuvé la création d’une force de réaction rapide dont la mission sera de protéger les réseaux informatiques de l’Alliance en cas de cyber-attaque.

“Nous avons conclu un accord pour créer des équipes de réaction rapide pour protéger les systèmes informatiques de l’Otan”, a déclaré Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l’Alliance, à l’issue d’une réunion, à Bruxelles, des 28 ministres de la Défense des Etats membres, ayant porté sur les questions de cyberdéfense. Cette “Net Force” devrait être opérationnelle d’ici l’automne prochain. A priori, elle devrait être très modeste puisqu’il s’agirait de former, dans un premier temps, deux équipes de trois personnes chacune.

“C’est un problème sérieux que nous prenons avec sérieux” car “il peut avoir des conséquences dévastatrices”, a fait valoir M. Rasmussen. Le fait est : en 2012, les réseaux informatiques de l’Otan ont été la cible de 2.500 cas d’activités “anormales” ou de tentatives d’intrusion, soit une toutes les trois heures, jour et nuit, chaque jour de l’année.”

Par ailleurs, et suite à des cyberattaques massives ayant visé l’Estonie un an plus tôt, l’Otan a inauguré, en 2008, un Centre de recherche et de formation à la cyberdéfense (CCDCOE), à Tallin, en Estonie. La France vient de prendre la décision d’y participer, avec “la volonté de rapprocher l’Union européenne et l’Alliance” dans ce domaine, comme l’a indiqué Jean-Yves Le Drian.

Suite :  http://www.opex360.com/2013/06/06/vers-la-creation-dune-force-de-reaction-rapide-de-lotan-en-cas-de-cyber-attaque/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon en France

- Quels sont les capacités de cyberguerre ?

- Quels sont les organisme qui gèrent cela ?

- A t-on uniquement une capacité de défense ? Ou peut-on véritablement attaquer un autre pays ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon en France

- Quels sont les capacités de cyberguerre ?

- Quels sont les organisme qui gèrent cela ?

- A t-on uniquement une capacité de défense ? Ou peut-on véritablement attaquer un autre pays ?

=) ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas sûr que le supercalculateur ait beaucoup de chose à voir avec la "lutte informatique active" elle-même.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Va falloir que je me recycle dans le hacking ou la securité, mais faut que je passe d'abord par la case hacker avant la securité, y a de l'avenir dans ce métier et ca va sacrément embaucher :lol:

Déjà je vais dans les gares parisiennes, et je sniff le wifi, tout passe en clair, les contrats,les plans,les secrets, ou que je traine du coté de saint cloud :happy:.

à moi les mails et les fichiers attachés. :oops:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh que oui. Va simplement sur un hall de gare ou dans un train Thalys. Je dis ça, je dis rien. ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vous ai lu et j'ai pu lire quelques articles de journaux sur l'espionnage américain. Je me doute que tout cela n'est pas nouveau et que nous ne faisons pas mieux. Mais quels sont les moyens français pour l'espionnage ? Quelles sont les cibles ? Je ne trouve aucun documents intéressants sur le sujet, peut être pourrez vous m'éclairer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

...

il faut savoir que google chrome est très intrusif, j'ai suivi les échanges réseau en arrière plan avec un sniffer, c'est pour ca que je démarre souvent en navigation privé,

pouf plus d'échange, pour l'instant ca marche. ce qui est intéressant, chrome essaye par tous les moyens de s'installer sur votre ordinateur même quand vous ne voulez

pas de lui.

...

Oui Chrome est une belle arnaque, il y a quelques années Firefox était devant Chrome et internet explorer en France, mais chrome l'a dépassé, c'est triste  :P

Je ne comprends pas l’intérêt d'utiliser Chrome alors que Firefox fait tout en mieux et ne compile pas vos données pour les envoyer dans les bases de données d'une multinational (oui il est plus "lourd" mais reproche t-on a un X6 d'être plus lourd qu'une C3 ?).

Quand j'utilise Chrome je me retrouve toujours avec des pub qui arrivent à cibler m'a ville ou ma région alors qu'avec Firefox dans le meilleur des cas les pubs arrivent à cibler... la France  :lol:

Ça laisse une idée du niveau de traçage et protection offerte par les logiciels.

Puis Firefox propose une sacré palanquée de plugin pour sécuriser la navigation, alors qu'avec Chrome si tu installes la moitié de ces plugin il ne fonctionne plus correctement...  :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui Chrome est une belle arnaque, il y a quelques années Firefox était devant Chrome et internet explorer en France, mais chrome l'a dépassé, c'est triste  :P

Je ne comprends pas l’intérêt d'utiliser Chrome alors que Firefox fait tout en mieux et ne compile pas vos données pour les envoyer dans les bases de données d'une multinational (oui il est plus "lourd" mais reproche t-on a un X6 d'être plus lourd qu'une C3 ?).

Quand j'utilise Chrome je me retrouve toujours avec des pub qui arrivent à cibler m'a ville ou ma région alors qu'avec Firefox dans le meilleur des cas les pubs arrivent à cibler... la France  :lol:

Ça laisse une idée du niveau de traçage et protection offerte par les logiciels.

Puis Firefox propose une sacré palanquée de plugin pour sécuriser la navigation, alors qu'avec Chrome si tu installes la moitié de ces plugin il ne fonctionne plus correctement...  :P

Tout simplement parce que l'ergonomie et la rapidité de chrome a mis pendant longtemps Firefox à la ramasse (et pour l'ergonomie c'est toujours le cas). Mais bon le troll chrome/firefox n'a pas sa place ici à mon avis. Ensuite il existe des versions libre de chrome ;)

Faut pas non plus raconter n'importe quoi sur le ciblage. Celui-ci est du d'abord du aux requêtes faites sur le moteur de recherche de google, en liant celui-ci à votre compte gmail si vous êtes connecté + votre adresse IP et non pas à votre navigateur web. Maintenant sur ce point (ciblage de la publicité), c'est à peu près le cas de tous les moteurs de recherche/webmail/réseau social. Donc à part utiliser un VPN + un hébergement mail local et abstinence de présence sur les réseaux sociaux, vous vous ferrez cibler par une pub à un moment ou un autre. mais franchement c'est un problème mineur, sans conter que cela permet un accès à du contenu gratuit ou à pris réduit et permet aussi d'améliorer la qualité des résultats de vos recherche sur google.

La vrai protection, c'est de savoir tenir sa langue quand on a des infos précieuses. Comme disait un ancien agent des renseignement, on sait presque plus de chose en écoutant les gens dans le TGV qu'en sniffant leurs communications sur internet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour te débarrasser des publicités, y'a AdBlock et Ghostery, assez bons mais qui alourdissent Chrome. Et puis tu vois la consommation de la RAM exploser dès que tu ouvres plusieurs onglets. Y'a des solutions Open Source en matière de VPN comme TOR qui garantissent un certain anonymat :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'utilise Firefox par défaut, chrome en alternatif, j'ai installé adblock pour les pub,  quand j'utilise IE, c'est quand je suis désespéré.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout simplement parce que l'ergonomie et la rapidité de chrome a mis pendant longtemps Firefox à la ramasse (et pour l'ergonomie c'est toujours le cas). Ensuite il existe des version libre de chrome ;)

Chromium n'est pas vraiment mise en avant, les binary disponible pour windows son les version de dev pas tres rassurante pour les non initié. Les build linux c'est différent elle sont incluse dans les package des distros donc on les installe naturellement. De plus chromium n'integre pas par défaut certaine fonctionnalité de Chrome - pas indipensable certes -.

J'ai toujours du mal a comprendre ce que les utilisateur de chrome reproche a Firefox?! Ni pourquoi personne n'utilise opéra qui est pourtant très bon. Les mystères du marketing.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis utilisateur de Chrome (Chromium sur mon poste linux) principalement pour l’ergonomie de la barre de recherche/adresse, la rapidité général du navigateur, et la disposition des onglets qui permettent un affichage bien meilleur de la page web. J'ai essayé plusieurs fois de revenir à Firefox, je n'ai jamais été convaincu. Opéra avec quelques soucis quand je l'ai testé, mais je ne me souviens plus précisément des griefs que j'avais eu contre lui  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est juste une question de gout, mais je pense qu'on est tous d'accord pour ne pas utiliser IE. les pages web s'affichent  plus rapidement sous chrome, mais

le hic, c'est que chrome a tendance à accumuler des choses en arrière plan (gourmand en mémoire et en réseau). firefox le fait moins.

D'ou le mode privé pour garder la vitesse, ce que je fais pas avec firefox. d'ailleurs j'ai toujours les deux navigateurs ouverts, il y a parfois des incompatibilités

d'affichages sur les sites web quand il a été mal adapter. J'utilise firefox car je rencontre rarement des problèmes de compatibilité avec les sites.

Il faut faire attention à l'accumulation de plugin, plus il y en a plus cela croque des ressources.

Je ne suis pas allé à utiliser tor, j'en avais pas l'utilité. il met en place des noeuds avec un cryptage intermédiaire qui masque l'ip pc aux sites web.

ou utiliser des proxy server.

http://korben.info/lanonymat-sur-internet-existe-encore.html

// info audio intéressant à écouter, attention c'est long au niveau introduction des concepts

Comme il le dit, on ne peut pas considérer un système propriétaire comme sur du fait qu'on ne dispose pas du code source et qu'on ne sait pas ce qu'il fait.

http://korben.info/digital-forensic-evasion-le-guide-de-lanonymat-sur-internet.html

perf chrome/firefoxe

Share this post


Link to post
Share on other sites

il y a du geek ici  :lol: :lol: :lol: :lol:

Par expérience j'utilise opéra et firefox plus chrome sur la même machine

Je préfère Opera

pour info voilà un article

http://www.challenges.fr/high-tech/20130614.CHA0833/14-conseils-pour-echapper-a-prism-l-oeil-de-la-nsa-sur-les-internautes-du-monde-entier.html

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour le lien

Excellent, choisissez, vous voulez être écouté par quel matos ?  va falloir qu'on fasse quelque chose  :lol:

Utilisez moins votre Smartphone

C’est un choix cornélien: se passer de smartphone ou prendre le risque d’être écouté. Inutile de se raconter des histoires, les smartphones sont difficiles à protéger. Trois systèmes d’exploitation se partagent le marché : Android, iOS, et Windows Phone. Ils appartiennent respectivement à Google, Apple et Microsoft. Il va donc falloir attendre la sortie en France de Firefox OS pour disposer d’un système d’exploitation moins risqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Houla je ne veux pas lancer une guerre entre Chrome et Firefox.

Tout le monde sais bien que Chrome c'est du cassual alors que Firefox c'est du hardcore...

Je sors => [_]  :oops:

Mon constat sur la protection de la navigation et des données provient juste de mon expérience personnelle.

J'utilise plein de plugin pour être tranquille Adblock, Ghostery etc. et constate que ça marche mieux avec l'un qu'avec l'autre.

De toute façon vu mon utilisation de Firefox, je ne pourrai pas faire de même avec Chrome, donc mon probléme est réglé de base  O0

Des fois j'ai plus de 150 onglets ouverts (souvent en fait), bon là j'en suis à 30 seulement, j’enregistre environ 10 onglets ou plus en quittant le navigateur, je lance 5 ou 6 recherches en même temps, charge des vidéos etc. (journée normale quoi) et avec Chrome c'est pas la même histoire.

Rien que le "Voulez-vous que Firefox enregistre vos onglets pour le prochain démarrage ?" m'a sauvé la vie tellement de fois que je ne peux qu'aimer ce logiciel.

Vous allez me dire Chrome aussi enregistre avant de quitter, oui mais il ne vous demande pas votre avis !

Alors t'as quand même l'air con quand tu veux aller dans les favoris et que tu miss-clic... Parce que relancer Chrome avec 150 fenêtres ouvertes, dont 25 vidéos, 6 jeux flash, 20 articles de presses etc. ça va juste prendre 3/4 d'heure, si ton PC n'a pas flambé avant :P

Puis même l'interface de Chrome est trop minimaliste, ou est la barre de menu, la barre personnel, le minimum vital quoi.

Enfin bon trop loin de ce que je demande à un navigateur de faire dans ma vie de tous les jours comme pour le travail, pour ça que j'utilise plutôt l'un que l'autre (IE étant hors catégorie :lol:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Puis même l'interface de Chrome est trop minimaliste, ou est la barre de menu, la barre personnel, le minimum vital quoi.

Tu veux dire les trucs qui servent à rien ?  :lol:

Bon si au lieu de débattre sur chrome vs firefox, on rapatriez les discussion sur la protection des données qui sont sur la section UE ici ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,499
    Total Members
    1,550
    Most Online
    creek
    Newest Member
    creek
    Joined
  • Forum Statistics

    20,873
    Total Topics
    1,310,831
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries