Philippe Top-Force

Groupe Dassault Aviation, fil sur l'avionneur/industriel

Recommended Posts

Il y a 5 heures, Skw a dit :

Ou pas... car les marchés ont vraisemblablement déjà "pricé" (comme on dit en bon français des marchés) ou autrement dit déjà intégré les attentes en matière de résultats dans la valeur du titre. Cela dit, on n'est pas à l'abri de résultats encore meilleurs qu'attendus... et le titre prendrait alors encore plus de valeur. Mais on peut très bien avoir des résultats finalement un peu inférieurs à ceux attendus... et donc un recul de la valeur du titre par rapport à ce qu'il est actuellement. Je ne sais pas si c'est très clair... mais quand tu publies des objectifs ou des projections, les investisseurs ont tendance à intégrer celle-ci - tout en leur accordant un degré de confiance plus ou moins élevé - dans leur évaluation du titre de manière anticipée. Autrement dit, si Dassault remplit les objectifs annoncés, la valeur du titre risque de rester à peu près la même... Je simplifie fortement car bien d'autres éléments peuvent expliquer la valeur d'un titre : contexte économique international, contexte économique national, contexte politique internationale, taux directeurs valorisation ou non des secteurs défense et aéronautique par rapport à d'autres secteurs, etc.

Merci.

Je n'y connait strictement rien bien qu'un vieil ami perdu de vue depuis longtemps m'encourageait fortement à m'y intéresser. Mais nos revenus n'étaient pas tout à fait les mêmes... (PDG en retraite du H de LVMH :wacko:).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Skw a dit :

Ou pas... car les marchés ont vraisemblablement déjà "pricé" (comme on dit en bon français des marchés) ou autrement dit déjà intégré les attentes en matière de résultats dans la valeur du titre. Cela dit, on n'est pas à l'abri de résultats encore meilleurs qu'attendus... et le titre prendrait alors encore plus de valeur. Mais on peut très bien avoir des résultats finalement un peu inférieurs à ceux attendus... et donc un recul de la valeur du titre par rapport à ce qu'il est actuellement. Je ne sais pas si c'est très clair... mais quand tu publies des objectifs ou des projections, les investisseurs ont tendance à intégrer celle-ci - tout en leur accordant un degré de confiance plus ou moins élevé - dans leur évaluation du titre de manière anticipée. Autrement dit, si Dassault remplit les objectifs annoncés, la valeur du titre risque de rester à peu près la même... Je simplifie fortement car bien d'autres éléments peuvent expliquer la valeur d'un titre : contexte économique international, contexte économique national, contexte politique internationale, taux directeurs valorisation ou non des secteurs défense et aéronautique par rapport à d'autres secteurs, etc.

 

Tu veux dire que la société verse peu de dividendes aux actionnaires ? Si c'est le cas, ce n'est pas forcément un problème. Si la société préfère conserver les bénéfices pour réinvestir, cela se voit généralement valorisé dans le prix de l'action elle-même.

La société divise ce qu'elle distribue en trois parties à peu près égale: 1/3 pour les Impôts, 1/3 pour les actionnaires et 1/3 pour l'intéressement et la participation des employés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Rafale, Falcon... Les cinq points à retenir des résultats de Dassault Aviation

Le groupe français Dassault Aviation a annoncé un chiffre d’affaire qui s'élève à 3 milliards d’euros au premier semestre. Les activités militaires liées aux Rafale permettent d’enregistrer de solides résultats malgré le trou d’air dans l’activité des jets d’affaires.  

https://www.usinenouvelle.com/article/rafale-falcon-les-5-points-a-retenir-des-resultats-de-dassault-aviation.N880775

Le modèle de Dassault Aviation basé sur la coexistence d’une activité militaire avec les Rafale et d’une activité civile avec les jets d’affaires a encore montré toute sa pertinence. Grâce à cette dualité et malgré la crise du marché de l’aviation d’affaires, l’avionneur a annoncé depuis son siège de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) le 4 septembre de solides résultats financiers pour le premier semestre 2019. Le chiffre d’affaires progresse sensiblement à 3,1 milliards d’euros (contre 1,71 milliard au premier semestre l'an dernier), tandis que le résultat net est en hausse de 54% à 286 millions d’euros.

Cela masque pourtant des tendances très différentes suivant les marchés où opère le groupe. Dans le domaine de l’aviation d’affaires, Eric Trappier, PDG du groupe a évoqué "un début d’année difficile et un semestre particulièrement plat en termes de commandes" avec seulement 7 commandes au 30 juin, contre 18 à la même période de l’an dernier. Pas de quoi décourager toutefois l’avionneur qui a accéléré ses investissements en R&D pour les porter à 258 millions d’euros. "Cela correspond au renforcement de nos équipes en termes de développement de Falcon. On est "plein pot" sur le Falcon 6X et on a démarré le développement du nouveau Falcon", a expliqué le dirigeant.

Sur le même thème: Après Dassault, Cessna lâche Safran dans l’aviation d’affaires

Heureusement, le groupe peut compter sur une solide activité de défense. Dans ce domaine, s’il n’a pas vendu de nouveaux Rafale ce semestre, le groupe a gagné des contrats majeurs liés à sa modernisation et sa maintenance auprès du ministère français des Armées. Dassault s’est félicité d’avoir été désigné maître d’œuvre du nouveau contrat RAVEL de maintenance des Rafale. Un juteux contrat. Cette prestation englobe en effet le pilotage de toute sa supply chain (à l’exclusion du moteur et des sièges éjectables) et court sur 10 ans. Par ailleurs, la DGA (Direction générale pour l’armement) devrait compléter d’ici la fin de l’année par de nouvelles commandes le contrat de modernisation du Rafale à travers le standard F4 pour renforcer le système de communication, la disponibilité et la survivabilité de l’avion de combat.

En matière de livraison, l’export a pris le relais à point nommé puisqu’en 2019, aucun Rafale ne sera livré aux forces françaises. Sur le premier semestre, Dassault a livré 10 appareils aux forces qataries.

Porté par l’ensemble de ses commandes et ses projets de nouveaux business jets, le groupe a rappelé son objectif de recruter 1 000 salariés cette année.

Les résultats semestriels ont été marqués par cinq grandes tendances :

1/ Export : bientôt les premières livraisons des Rafale indiens

Dassault Aviation va livrer ses premiers Rafale à l’Inde dans les prochaines semaines. La livraison des 36 appareils devrait s’étaler sur deux ans. Le groupe produit deux avions par mois selon Eric Trappier. Soutenant la politique de Make-In-India, le PDG de Dassault Aviation a confirmé qu’il serait possible d’assembler des Rafale en Inde s’il était sélectionné pour de nouvelles commandes.
Dassault a déjà livré 15 appareils au Qatar et 24 à l’Egypte. 

Sur le même thème: Après les propos de François Hollande, Dassault n'en a pas fini avec la polémique sur les Rafale en Inde

2/ Jet d’affaires : toujours la grande morosité

"Beaucoup de négociations, beaucoup de prospections, beaucoup de discussions mais peu de commandes", s’est désolé Eric Trappier concernant le marché des jets d’affaires. Durant le premier semestre, Dassault n’a livré que 7 Falcon contre 18 un an auparavant sur la même période. Toutefois, l’avionneur a bénéficié d’un fort effet de rattrapage sur les mois de juillet et d’août qui a permis de passer à 26 commandes cumulées depuis le début de l’année.

Dans le domaine des bizjets, le marché américain reste toujours porteur mais l’Europe connait un déclin. En Asie, la situation est stable avec toutefois un marché chinois qui tarde à décoller.

Le groupe continue d’investir fortement pour préparer le futur. "Nous poursuivons le développement du Falcon 6X. Nous sommes très confiants pour la mise en service en 2022. Il y a déjà des ventes" s’est félicité le dirigeant.

3/ Brexit : inquiétudes pour le secteur aéronautique

S’exprimant avec sa casquette de président du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales), Eric Trappier a confirmé l’inquiétude de ses adhérents. "Le Brexit reste une inquiétude pour l’ensemble du milieu industriel. Beaucoup des adhérents du Gifas ont des industries qui travaillent en Grande-Bretagne. On est inquiet de savoir comment cette fluidité se fera à partir du moment où l’on a no-deal Brexit. Il faudra s’adapter. Nous avons des discussions avec nos partenaires britanniques sous-traitants et coopérants" souligne-t-il. Selon lui, certaines sociétés aéronautiques du Gifas font des stocks et mais commenceront véritablement à se réorganiser une fois que les conséquences seront connues.

4/ Système de combat aérien du futur: les contrats toujours attendus

Dassault Aviation est chef de file industriel du SCAF (le Système de combat aérien du futur). Si son PDG s’est félicité de la signature d’un accord-cadre entre la France, l’Allemagne et l’Espagne lors du Bourget, il attend toujours les premiers contrats en 2019 en réponse aux propositions industrielles conjointement soumises avec AirbusDefence & Space. "On attend la contractualisation. C’est toujours trop long. On l’espérait pour le Bourget, puis en septembre et maintenant à la fin de l’année “ a confié avec philosophie le dirigeant. L’objectif est de réaliser un premier vol de démonstrateur en 2026.

Sur le même thème: Voici à quoi va ressembler le futur avion de combat européen SCAF

5/ Espace : les ambitions de Dassault Aviation

Le fabricant du Rafale a rappelé son intérêt à participer au programme de l’agence spatiale européenne autour du véhicule spatial Easy Rider. Il s’agit d’un programme d’avion spatial capable d’effectuer une rentrée atmosphérique et de manœuvrer dans l’espace contrairement à une fusée. "Tout véhicule qui rentre dans l’atmosphère de manière pilotée, cela nous intéresse d’être dans l’équipe qui le concevra" a précisé Eric Trappier. Ses équipes peuvent contribuer à travers leurs expertises dans le domaine de l’aérodynamique et des commandes de vol

Share this post


Link to post
Share on other sites

@mgtstrategy :

Citation

Dassault Aviation :s'envole, résultats au-dessus des attentes.

Le titre s'envole de plus de 6% après l'annonce des résultats du 1er semestre 2019. Oddo estime que le résultat opérationnel ressort largement au-delà de ses attentes à 250 ME (+125%) pour des ventes de 3 058 ME en progression de 79%, soit une marge de 8,2% (+168 pb). Suite à cette publication Oddo confirme conseil à l'achat et son objectif de cours de 1 720 E.

https://www.boursorama.com/bourse/actualites/dassault-aviation-s-envole-resultats-au-dessus-des-attentes-f27818fde72aa8a351a058b85a18e51c

.... Heureux ? :tongue::biggrin:

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon sinon nouvelles vidéos sur la chaîne de Dassault!

Highlights 2019: (où l'on ré-entend que le Rafale sera en service au delà de 2050 (dédicaces à justin bronk)
https://www.youtube.com/watch?v=fss4NAg4clA

Il y a aussi des images de Nagpur avec la construction du second bâtiment (dédicace à Médiapart), des nouvelles des livraisons de Falcon à des gouvernements, des nouvelles du contrat RAVEL (Rafale Verticalisé) qui a trait au MCO... Plein de choses.

À la suite, les résultats semestriels 2019:
https://www.youtube.com/watch?v=fss4NAg4clA

Et les questions réponses:
https://www.youtube.com/watch?v=bXo-Wqssoek

Je n'ai pas encore fini de regarder ces deux dernières.

 

edit: quelques infos:

A priori tous les Rafale ne seront pas passés au standard F3R. Surprenant.
Le standard F4 est bien prévu en deux phases.
Un nouveau Falcon va faire son apparition.
Pas encore de contrat signé pour le 2000LXS de surveillance maritime français (Albatros) mais ça arrive bientôt, idem pour Archange.
Partage industriel ficelé entre Dassault et Airbus autour du NGF.
Volonté de s'orienter vers le spatial avec Space Rider (IXV). Mention de Trappier de l'existence du projet de navette spatiale Hermès et du fait que les compétences afférentes sont toujours là. (suivez mon regard... :happy:)

Il y a encore plein de choses, je vous encourage à regarder tout ça en vitesse 1.5 ou 1.75, ça ne prend pas trop de temps de cette manière. Mais beaucoup d'indices disséminés de-ci de-là.

Edited by Patrick
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/09/2019 à 09:36, zx a dit :

faut savoir vendre au meilleur moment pour recapitaliser :P

Certes mais les a-t-il vendu au bon moment ?

Et s'il avait attendu un peu plus ?

:laugh:

Edited by gargouille

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 9/7/2019 at 1:44 PM, gargouille said:

Certes mais les a-t-il vendu au bon moment ?

Et s'il avant attendu un peu plus ?

:laugh:

hehehe. J'attends le contrat indien II

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, mgtstrategy a dit :

hehehe. J'attends le contrat indien II

Alors là, c'est : Et s'il attendait encore beaucoup mais vraiment beaucoup beaucoup, beaucoup plus pour vendre ?

:wink:

Edited by gargouille

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, mgtstrategy a dit :

hehehe. J'attends le contrat indien II

Oula...t'es bien jeune pour avoir des actions dassault...Ou alors t'as le secret de la jeunesse eternelle, pour penser etre encore vivant quand ce contrat la sera signé?

Remarque, c'est peut etre un investissement pour l'avenir, tes petits enfants en toucheront les fruits! :D

  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dassault Aviation, un modèle à toute épreuve

https://www.usinenouvelle.com/article/dassault-aviation-un-modele-a-toute-epreuve.N882100

Citation

Depuis le début de l’année, Dassault a livré quinze appareils aux forces qataries. L’avionneur a même confirmé qu’il envisageait d’assembler des Rafale en Inde s’il était sélectionné pour livrer de nouveaux appareils au-delà des trente-six premiers commandés.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/09/2019 à 20:27, Teenytoon a dit :

Merci.

Je n'y connait strictement rien bien qu'un vieil ami perdu de vue depuis longtemps m'encourageait fortement à m'y intéresser. Mais nos revenus n'étaient pas tout à fait les mêmes... (PDG en retraite du H de LVMH :wacko:).

@TeenytoonCognac shweppes ?

Edited by scrat s16

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, prof.566 a dit :

Je note que le slide sur le 6X insiste lourdement sur les progrès réalisés au niveau de la motorisation :tongue:

Edited by Julien

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, g4lly a dit :

Intéressant les Falcon 50 qui peuvent désormais larguer une chaîne SAR ...

Ce qui permet de ravitailler le pa en petit colis quand il est très loin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ceux qui savent pas.

Une chaîne SAR, c'est un radeau pneumatique, avec tout l'équipement de secours a bord, qui se gonfle tout seul, et qui peut être largué par avion sur les naufragés.

Ça ressemble a un beau gros bidon cylindrique ... et ça pèse 80 bon kilo.

---

Mettre des colis à la place du radeau gonflable ... ça permet de livrer des jolis colis déjà.

1170x485blobbig(3)_0.png

Falcon50_chaines-SAR.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, g4lly a dit :

Pour ceux qui savent pas.

Une chaîne SAR, c'est un radeau pneumatique, avec tout l'équipement de secours a bord, qui se gonfle tout seul, et qui peut être largué par avion sur les naufragés.

Ça ressemble a un beau gros bidon cylindrique ... et ça pèse 80 bon kilo.

---

Mettre des colis à la place du radeau gonflable ... ça permet de livrer des jolis colis déjà.

Est ce que c'est compatible avec un Kit AASM pour faire un tir de précision? :biggrin:

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Est ce que c'est compatible avec un Kit AASM pour faire un tir de précision? :biggrin:

Ca peut larguer tes drones iraniens :laugh:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Skw a dit :

Ca peut larguer tes drones iraniens :laugh:

C'est vrai que si tu les largues à plus de 1000 Km on va avoir du mal à savoir qui a fait le coup. Surtout que des avions civils il y en a dans un rayon de 1000 km.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

C'est vrai que si tu les largues à plus de 1000 Km on va avoir du mal à savoir qui a fait le coup. Surtout que des avions civils il y en a dans un rayon de 1000 km.

Etant donné le degré d'intégration des économies, des transports, des réseaux, etc. ... on peut de plus en plus imaginer un pays faire un gros coup de pearl habour en agressant les infrastructures stratégiques d'un de ses voisins en usant d'un maquillage civil. Alors, certes, si tu fais cela à grande échelle, il devient difficile de cacher l'origine des attaques. Mais cela peut donner un avantage important en vue d'un conflit plus conventionnel.

Edited by Skw

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,402
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Hannibal Lektor
    Newest Member
    Hannibal Lektor
    Joined
  • Forum Statistics

    20,690
    Total Topics
    1,244,121
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries