Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Participation des aéronavales européennes à la guerre en Afghanistan


charli
 Share

Recommended Posts

Chris, Chimère, Bruno, Arpa, ... franchement je vous admire!

Répondre sans cesse a un mur qui raconte que des conneries... moi s'a m'enerve télement que je prefere pas répondre

C'est vrai que sans le ravitailleur Usaf les AV8B+ probablement ils aurait plus de problems,

Et tu parle d'un probleme! Ils auraient pu brasser de l'air au dessu de l'ocean indien!

Pour Marc:

1) oui

2) je croi que non, mais a vérifier

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 219
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Desgraciadamente los grupos de combate aeronavales europeos ,solo sirven para amedrentar a los paises negritos de Africa. Es una realidad muy triste. Malheureusement les groupes de combat Européens aéronavales, servent seulement à amedrentar aux pays des negritos de l'Afrique. C'est une réalité très triste.

Link to comment
Share on other sites

1) est-ce que, en 2002, les SEM avaient la capacité (et l'ont démontrée) de décoller du CdG, d'atteindre l'Afghanistan, d'y assurer une permanence sur zone pour des missions d'appui pendant un certain temps (1h30-2h?) et de renter se poser sur le CdG, tout ça en faisant uniquement usage d'un SEM supplémentaire dans le rôle de ravitailleur, et donc sans aucun besoin d'un avion ravitailleur (français ou de la coalition) basé à terre? Ont-ils effectivement réalisé ce genre de missions?

Peut être / Non

La capacité : Peut être ? Réalisé : Non il y avait une permanence de ravitailleurs de la coalition

2) est-ce que, toujours en 2002, les SEM avaient la capacité d'attaquer de nuit des objectifs en utilisant des armes guidées laser? J'avais la notion que cette capacité devait arriver avec le standard 5, et que ce standard n'était pas encore opérationnel à l'époque. Est-ce exact?

Oui et Non / Oui

Oui et Non : Le SEM standard IV peut délivrer un armement guidé laser de nuit à condition que la cible soit désignée par un autre moyen. Je ne crois pas qu'il y ait eu ce type de mission en afghanistan.

Oui : seul le standard 5 dispose d'une capacité de désignation et tir de nuit totalement autonome. Ils sont en service depuis 2003.

[47]

Link to comment
Share on other sites

2001 Nom de code « Héraclès » Le CDG appareille le 1er décembre. La task force 473 (2900 hommes), placée sous commandement du contre-amiral François Cluzel, appareille le 1er décembre. Elle est composée du porte-avions Charles de Gaulle, des frégates La Motte-Picquet, Jean de Vienne, Jean Bart, du sous-marin nucléaire d'attaque Rubis, du pétrolier ravitailleur Meuse et de l'aviso Commandant Ducuing. Sur le plan aérien, le porte-avions embarque 16 Super Etendard des flottilles 11F et 17F, un des deux Hawkeye de la 4F, deux Rafale dont le nombre pourrait être revu à la hausse en cours de mission, ainsi que des hélicoptères pour assurer la logistique. Le rôle du groupe aéronaval français, positionné au sud-ouest de la ville pakistanaise de Karachi, sera d'accompagner la « deuxième phase » de lutte contre les réseaux terroristes, le Charles de Gaulle et son escorte vont participer au contrôle de mers « par lesquelles transitent tous les trafics», assure un officier. Il s'agit en particulier d'éviter que des membres d'Al-Qaeda utilisent des bateaux pour se rendre en Somalie, au Yémen ou ailleurs, à partir du Pakistan ou de l'Iran. Le Charles de Gaulle franchit le canal de Suez le 11 décembre 2001 avant de faire route vers l'Océan indien. . A cette occasion, le bureau des sports du PAN a organisé un marathon de 6 heures, baptisé "les six heures de Suez" où les équipes des services sécurité, propulsion et la flottille 17F se sont partagé les lauriers. Par ailleurs durant son transit dans le Canal, à la hauteur d'Ismallia, une cinquantaine d'élèves de l'école française de la ville égyptienne a saluée a sa manière le passage du porte-avions en brandissant un drapeau français confectionné avec l'aide de t-shirts. En retour le PAN les a salué par un coup de sirène prolongé. 15 décembre : Record battu pour le PAN et son ravitailleur le PR Meuse. En effet le porte-avions a battu tous ses records de charges avec son ravitailleur. Toutes les 105 secondes, plus de 200 kilos de fret et de nourriture arrivaient à bord et étaient immédiatement engloutis dans les soutes du navire. En 48 heures, du 17 au 19 décembre 2001, le Charles de Gaulle, ses aéronefs et son escorte sont intégrés au sein d'une force internationale aux côté des groupes américains du Théodore Roosevelt et du John C. Stennis, ainsi que du groupe italien du Giuseppe Garibaldi. Cette force compte plus de cent navires (américains, canadiens, britanniques, allemands, italiens, néerlandais, australiens, espagnols, japonais, etc.). Le commandement interallié basé à Bahreïn permet d'intégrer la TF473 dans le dispositif. Les Super Etendard effectue leurs premières missions aériennes d'appui le 19 décembre au-dessus de l'Afghanistan. Se ravitaillant trois ou quatre fois par mission pour pouvoir effectuer des vols d'environ 3000 km, ils prennent des photos ou restent en couverture sur zone durant les bombardements au sol. Les avions français sont intégrés dans le dispositif américain. Ils reçoivent leur plan de vol du CAOC (Combined Air Operations Center) américain en Arabie Saoudite. Les Super Etendard travaillent par binôme : le premier désigne l'objectif avec un laser au second qui larguerait alors une bombe guidée laser (BGL) de 250 kg. netmarine.net

Link to comment
Share on other sites

debut 2002 Le jeudi 14 février, deux Rafale Marine venus de Istres (Bouches-du-Rhône) ont rallié directement le porte-avions Charles de Gaulle en mer d'Arabie. Istres 05h00Z, les deux Rafale M4 et M8 de la flottille 12F débutent leur course au décollage pour rallier dans le ciel provençal un avion ravitailleur C135-FR de l'armée de l'Air. 12h10Z, à bord du porte-avions Charles de Gaulle, en opérations dans le sud du Pakistan, complétant à 5 le nombre des Rafale du groupe aérien embarqué. Sept heures dix minutes de vol d'une traite, dont une heure de nuit ; 3300 nautiques parcourus, 24,8 tonnes de carburéacteur transférés en 4 ravitaillements sur le C135-FR : un nouvel exploit est inscrit aujourd'hui dans le livre des records de l'Aviation navale. Les limites du possible sont encore repoussées et le LV Teste "père de tous les Pingouins" peut être fier de ces "canards au tromblon" (emblème 12F) qui ont accompli avec succès leur migration vers l'Est. Le 18 février, un satellite (Hélios ?) repère une activité anormale dans une vallée à l'ouest de Gardez. Les français transmettent les photos au Caoc (centre allié de commandement des opérations aériennes). Des soldats des forces spéciales américaines sur place confirment les observations spatiales. Le 19 février, le porte-avions catapulte deux Super Etendard avec caméras embarquées pour compléter les infos recueillies (mission 112). Le lendemain, les forces américano-britanniques entrent dans la vallée. Un Super Etendard appuie l'avancée des troupes en largant une bombe de 250 kg sur la cible (la cible est illuminée par un deuxième Super Etendard). Le 16 février, un C-2 Greyhound de l'USS Théodore Roosevelt effectue une série de présentations sur le Charles de Gaulle. Depuis le 2 mars, des Super Etendard et des Mirage 2000 participent à des frappes contre 3 objectifs du réseau Al-Qaïda dans la région de Gardez, dans l'est de l'Afghanistan. C'est la première fois que la France prend part à des frappes aériennes dans la région aux côtés de ses alliés. Les 16 Super Etendard et les six Mirage 2000-D ont frappé 25 objectifs dans le cadre de l'opération Anaconda lancée le 2 mars dans l'Est de l'Afghanistan pour déloger des montagnes les talibans et combattants d'Al-Qaïda. Certains objectifs (fixés par les Américains) ont cependant été refusés, pour des raisons techniques, ou par la crainte de toucher des alliés ou des civils. Alors que le porte-avions est sur le point de recevoir prochainement deux Rafale supplémentaires, qui viendront s'ajouter aux cinq déjà embarqués, l'engagement français est souligné par le président G.W. Bush le 11 mars dans un discours salue "notre bon allié, la France, qui a déployé le quart de sa marine dans l'opération Enduring Freedom". Les moyens aériens mis en œuvre par la France dans cette opération sont les suivants : seize Super Etendard, six Mirage 2000 D, cinq Rafale, deux ravitailleurs KC-135, et deux appareils d'observation Hawkeye. Le 28 février 2002 a lieu l'appontage du premier avion étranger sur le Charles de Gaulle : un Hawkeye de l'escadron VAW112 embarqué à bord du porte-avions USS John C. Stennis. Le 16 février, un C-2 Greyhound catapulté de l'USS Théodore Roosevelt effectue une série de présentations sur le Charles de Gaulle. Le C-2A est une variante des deux E-2C Hawkeye embarqués à bord du porte-avions français, dédiée au transport de personnel ou de matériel. D'une longueur de 17 mètres et d'une envergure de près de 25 mètres et de 25 tonnes, il peut emporter une vingtaine de personnes ou du fret. Le 28 février a lieu l'appontage du premier avion étranger à bord : un Hawkeye de l'escadron VAW112 embarqué à bord du porte-avions USS John C. Stennis. Un Rafale en présentation sur le porte-avions USS John C. Stennis (14 mars 2002). La présence simultanée du Charles de Gaulle et du USS John C. Stennis en mer d'Arabie donne lieu à la réalisation de "cross decks" d'E-2C de l'escadron américain VAW112 et de la flottille 4F. Un des Hawkeye français effectue, le 14 mars, plusieurs présentations sur le pont du Stennis avant de conclure par un appontage parfait (brin 3 pinenho..pour les amateurs…) sous la houlette d'un officier d'appontage du CEIPM Landivisiau transféré à bord du porte-avions américain pour l'occasion. L'appontage à bord du Stennis s'inscrit dans la continuité des échanges d'aéronefs et d'équipages réalisés depuis l'arrivée de la TF 473 sur zone (quelques semaines auparavant, et démontrent l'interopérabilité existant entre les porte-avions, les aéronefs et les équipages des marines françaises et américaines. Le 10 avril 2002, un C-2A Greyhound a apponté à bord du Charles de Gaulle en Mer d'Arabie. Dans l'est de Afghanistan, l'opération de fouilles dans les cavernes des montagnes d'Arma pour éliminer les poches de résistance d'Al Qaïda et des Talibans se poursuit, avec l'appui au sol rapproché des avions de chasse français. Les Super Etendard du Charles de Gaulle, qui totalisent 1550 heures de vol pour 217 missions, et les Mirage 2000 D, qui interviennent depuis le 2 mars, ont déjà traité 31 objectifs dans la région de Gardez. netmarine.net

Link to comment
Share on other sites

mi 2002 fin de la mission Une mission secrète pour le baptème du feu du Rafale Du 9 au 19 juin, le groupe aéronaval français s'interpose entre l'Inde et le Pakistan, alors en pleine crise. S'affrontant au Cachemire, ces deux puissances nucléaires menaçaient d'en venir aux armes. Pour la première fois, les Rafale effectuent des missions réelles de combat air patrol. Armés de missiles air-air, ils assurent, plusieurs fois par jour, des patrouilles de deux heures, en collaboration avec les F-14 et F-18 de l'US Navy.En volant au large des côtes indiennes et pakistanaises, ces avions de chasse «neutralisent» la zone pendant que les Hawkeye participent à la surveillance aérienne et maritime. Par leur présence dissuasive, ils interdisent aux aviations des deux pays rivaux de procéder à des incursions à partir de la mer, comme cela s'est produit auparavant à plusieurs reprises (En 1999, l'Inde avait ainsi abattu un Breguet Atlantic pakistanais, sans doute en mission de renseignement). netmarine.net

Link to comment
Share on other sites

Oui : seul le standard 5 dispose d'une capacité de désignation et tir de nuit totalement autonome. Ils sont en service depuis 2003.

La mise en ligne du standard 5 c'était pas prévu pour (fin) 2006?

Sinon, merci pour tes réponses.

Si les SEM devaient se ravitailler 3 à 4 fois par mission, cela n'exclue-t-il pas qu'ils aient pu le faire uniquement à partir d'un SEM "tanker"?

Link to comment
Share on other sites

La mise en ligne du standard 5 c'était pas prévu pour (fin) 2006?

Sinon, merci pour tes réponses.

Si les SEM devaient se ravitailler 3 à 4 fois par mission, cela n'exclue-t-il pas qu'ils aient pu le faire uniquement à partir d'un SEM "tanker"?

Désolé [10], c'est bien 2006. Les essais de qualification du SEM S5 sur PA ont eut lieu fin 2005/début 2006 et ils sont rétrofités depuis. Il y a des chances qu'ils fassent leurs armes ce printemps au dessus de l'Afghanistan et que leur Pod Damocles désignent les LGB des 2 Rafales F2 si leur Pod n'est pas encore qualifiés (même si à ma connaissance les qualif décolage/appontage sont déjà réglées).

Un SEM S5

Image IPB

(je n'ai pas demandé l'autorisation à l'auteur mais vous pouvez aller voir le reste sur son site: Site French Air Wings)

Pour les SEM "tanker" - Exclu en pratique : oui.

En théorie c'est possible, même s'il faudrait regarder la carte des opérations :

- un ravitaillement après décollage / un ravitaillement au dessus de la zone par un SEM tanker qui lui même a été ravitaillé / un ravitaillement avant appontage

Ca fait 4 vols de SEM "tanker" pour deux vols de SEM "ops"....techniquement c'est possible....opérationnellement je te laisse juger [08]

Link to comment
Share on other sites

Super ! on s'y croirait [30]... Le groupe aéronaval doit normalement appareiller le 9 février pour l'Afghanistan et embarquera probablement deus Rafales F2-2, les deux premiers de la marine qui ont débuté leurs essais en octobre. Peut-être seront-ils les premiers à larguer des munitions [50]

Link to comment
Share on other sites

Yo no lo entiendo así. Pienso que el Rafale sera el ultimo avión Frances. El siguiente será un avion EUROPEO con la participacion francesa. Je ne le comprends pas ainsi. Je pense que le Rafale sera le dernier avion français. Le suivant sera un avion EUROPÉEN avec la participation française.

Link to comment
Share on other sites

Tu n'a pas compris je pense garrulo, il voulait dire que c'est l'un des dernier appareil ou tout n'est pas controler par l'électronique (sinon pour le dernier avion francais, réve pas trop, peut étre pas le suivant,...) Mais je pense que tu a quand méme de quoi faire des connerie avec le rafale!

Link to comment
Share on other sites

Pour les SEM "tanker" - Exclu en pratique : oui.

En théorie c'est possible, même s'il faudrait regarder la carte des opérations :

- un ravitaillement après décollage / un ravitaillement au dessus de la zone par un SEM tanker qui lui même a été ravitaillé / un ravitaillement avant appontage

Ca fait 4 vols de SEM "tanker" pour deux vols de SEM "ops"....techniquement c'est possible....opérationnellement je te laisse juger [08]

Ouais, c'est en effet l'impression que je me suis faite également, ce qui fait que je trouvais cette discussion sur la supposée capacité du SEM à opérer en autonomie complète au-dessus de l'Afghanistan contrairement à p.ex. des AV-8B+ sans aucun support des avions ravitailleurs de la coalition (y compris de l'Ada) ... disons un peu "surréaliste" quand on l'applique au cas particulier de l'Afghanistan.

Le théatre des opérations était tellement lointain que des avions embarqués comme le SEM ou l'AV-8B+ (aussi bien italiens que de l'USMC) nécessitaient le soutien indispensable des avions ravitailleurs basés à terre pour offrir une contribution significative aux missions d'appui des troupes au sol et de permanence sur zone.

Si bien que ce qui a été dit sur l' "autonomie complète" des SEM en 2001-2002 par rapport à la "dépendance" des AV-8B+ était en grande partie erroné.

Par contre, il ne fait aucun doute que les PA français (et leur groupe aérien embarqué) sont "pensés" comme des PA d'attaque permettant également la frappe dans la profondeur en utilisant si nécessaire des avions embarqués en version ravitailleur, ce qui n'est pas le cas du concept de la Marine Italienne p.ex.

Mais dans le cas de l'Afghanistan, pour sa situation et le type de missions effectuées, cette distinction n'est en l'occurence que peu pertinente.

Link to comment
Share on other sites

Je partage entièrement ton analyse, tu m'excuseras de n'etre pas intervenu plus tot dans le débat mais parfois les "spécialistes" ont des arguments tellement pertinents que je n'ose pas intervenir [50]. Ca me fait aussi penser que les USA ont une vraie capacité de refuelling embarquée avec le Viking S3B. Mais il n'y a rien de prévu pour le remplacer quand il sera retiré en 2009. Il ne restera plus que les Super Hornet avec des capacités similaires au Rafale. C'est bizarre car justement j'ai entendu dire que les américains ont utilisé à plein leur Viking pour les missions au dessus de l'Afghanistan.

Link to comment
Share on other sites

Je partage entièrement ton analyse, tu m'excuseras de n'etre pas intervenu plus tot dans le débat mais parfois les "spécialistes" ont des arguments tellement pertinents que je n'ose pas intervenir [50].

Ca me fait aussi penser que les USA ont une vraie capacité de refuelling embarquée avec le Viking S3B. Mais il n'y a rien de prévu pour le remplacer quand il sera retiré en 2009. Il ne restera plus que les Super Hornet avec des capacités similaires au Rafale. C'est bizarre car justement j'ai entendu dire que les américains ont utilisé à plein leur Viking pour les missions au dessus de l'Afghanistan.

Il ne faut pas oublier qu'un rafale ou un F-18 en ravitaillement se chargent de plusieurs vidon, ce qui leur donne une capacitée de ravitaillement pas si différente de celle du viking.

@+, Arka

Link to comment
Share on other sites

Par contre, il ne fait aucun doute que les PA français (et leur groupe aérien embarqué) sont "pensés" comme des PA d'attaque permettant également la frappe dans la profondeur en utilisant si nécessaire des avions embarqués en version ravitailleur, ce qui n'est pas le cas du concept de la Marine Italienne p.ex.

Mais dans le cas de l'Afghanistan, pour sa situation et le type de missions effectuées, cette distinction n'est en l'occurence que peu pertinente.

Les moyens navals ont été parmi les premiers à intervenir dans la lutte contre le terrorisme international en Afghanistan, malgré une situation géographique enclavée du théâtre d'opéartions. C'est une opération majeure pour la marine : 32 navires, 2 sous-marins, 9 flottilles de l'aviation navale, des commandos marine. 6 000 marins ont participé de près ou de loin à la mission Héraclès qui a duré 7 mois. De décembre 2001 >juillet 2002

C'est aussi le premier engagement opérationnel du Charles de Gaulle dont les avions ont effectué 777 missions et vols opérationnels au-dessus de l'Afghanistan. Pendant cette mission, le porte-avions a parcouru l'équivalent de trois fois le tour de la terre.

Les avions de guet aérien Hawkeye ,eux aussi largement utilisés durant Héraklès avec 113 missions de guerre et 800 heures de vol ,participaient activement aux opérations de guerre engagées par la coalition internationale contre le terrorisme islamiste et fondamentaliste.

Link to comment
Share on other sites

je pense qu'elle avait aussi besoin des ravitailleurs basés à terre, pour se simplifier la vie et ne pas devoir lancer 4 ravitailleurs pour un avion de combat. Surtout que le nombre de S-3 embarqué est limité, au mieux une dizaine. Mais théoriquement, elle aurait pu le faire en solo sans aide terrestre. Surtout si le raid est composé de Viking ravitailleur, de Tomcat chasseur-bombardier et de Super Hornet chasseur-bombardier, qui ont plus d'autonomie que les Hornet (je parle pour les premières années de guerre pour les Tomcat, plus actuellement).

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...