Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Cela chauffe en Centrafrique.


Recommended Posts

http://www.journaldebangui.com/article.php?aid=6123 (7 février 2014)

 

Samantha Power : Les forces africaines ont traditionnellement des règles d’engagement plus robustes que celles des forces de l’ONU. Elles sont plus opérationnelles pour désarmer les milices.

Oui sauf que si on fait la même chose qu'eux on va nous traiter de barbares. Et quand je vois a quelle vitesse elle savent tailler la route quand il y a pas de français ils sont pas capables de grand chose.

Mais on verra combien de temps le journal de Bangui continuera a fonctionner lorsque les français seront plus là.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Tu veux dire qu'on va partir de Bangui?

Ou qu'on va rentrer bientot en France?

Dans l'immédiat, ni l'un ni l'autre.

La force française va probablement continuer d'étendre son dispositif en province et diminuer sa présence dans la capital mais nos soldats sont pas près de partir de la RCA et de Bangui

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/02/07/en-centrafrique-la-situation-empire-sur-l-ensemble-du-pays_4362393_3212.html

 

On fait quelque chose de nécessaire mais pendant ce temps les mauvaises nouvelles s'accumulent sur le fil guerre en Libye ...

Link to comment
Share on other sites

Poussée de violence et nouveaux pillages à Bangui :

 

http://www.opex360.com/2014/02/09/poussee-de-violence-nouveaux-pillages-bangui/

 

Concernant les événements du 5e arrondissement les 8 et 9 février 2014, je pense qu'il est préférable de prendre les informations dans le récit de l'AFP : http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/09/1814217-bangui-au-moins-neuf-tues-dans-des-violences.html

 

Pour mémoire, le site "opex 360" n'avait pas hésité à inventer un pont imaginaire au Mali sur le fleuve Niger : http://www.air-defense.net/forum/topic/14067-op%C3%A9rations-au-mali/page-274#entry666185

Link to comment
Share on other sites

Poussée de violence et nouveaux pillages à Bangui :

 

http://www.opex360.com/2014/02/09/poussee-de-violence-nouveaux-pillages-bangui/

Je cite dans l'article: L’AFP précise que ce bilan lui a été confirmé par Peter Bouckaert; de l’ONG Human Rights Watch.

Putain mais c'est incroyable, ce mec la plupart des choses qu'il dit ou qu'il site il n'est pas présent sur place (l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours et qui n'a pas eu peur...), c'est un mythomane, un megalomane, un altermondialiste anarchiste, le mec est un manipulateur et force est de constater qu'il a une audience, c'est pathétique et incroyable les choses qu'il peut scander sur tweeter, déjà que la com autour de l'opération est lamentable le jour on un organe de presse va aller là bas ce sera Bingo. je peux plus le voir ce cafard.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Un influenceur que la com' de Sangaris a réussi (avec peu de délicatesse) à se mettre à dos... Pas malin. Fallait se le mettre dans la poche...

 

Surtout quand ils ne réussisent pas à trouver des canaux alternatifs pour aller à l'encontre de certains de ses propos qui pourraient être contredits/relativisés.

 

Après, difficile de dire quel part entre les faits qu'il rapporte et les faits qu'il constate, mais force est de constater qu'il est aussi présent sur pas mal de faits

Link to comment
Share on other sites

Un influenceur que la com' de Sangaris a réussi (avec peu de délicatesse) à se mettre à dos... Pas malin. Fallait se le mettre dans la poche...

 

Surtout quand ils ne réussisent pas à trouver des canaux alternatifs pour aller à l'encontre de certains de ses propos qui pourraient être contredits/relativisés.

 

Après, difficile de dire quel part entre les faits qu'il rapporte et les faits qu'il constate, mais force est de constater qu'il est aussi présent sur pas mal de faits

Un influenceur que dalle, c'est lui qui raconte de la merde sous tweeter avec ses droits de l'homme à la con, le mec on l'entendait pas trop quand les sélékouzes massacraient a tour de bras, et maintenant tu l'entends il est partout à la foi, faut arrêter les conneries, ce genre de mecs sont des insectes jaunes et nuisibles. La seule chose qui l'intéresserait serait plus de controler la force qu'autre chose.

Je dis pas que ces propos sont faux, juste que ces sources ne sont pas neutres, johnny de la brousse qu'il ne connait pas sort et va lui dire qu'une compagnie a violé 30 sélékouzes, il va le tweeter de suite sans chercher a comprendre si c'est vrai ou faux!Il

Il est présent où, nulle part, regardes ses photos, la même journée il est a Bossangoa, puis Sibut, puis de nouveau Bossangoa puis à la frontière soudanaise, ce mec c'est un colporteur de ragauds!

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Un influenceur que la com' de Sangaris a réussi (avec peu de délicatesse) à se mettre à dos... Pas malin. Fallait se le mettre dans la poche...

Cette approche - se le mettre dans la poche - est pratiquée par les services de renseignement français puisqu'il a répondu ceci à une question posée par L'Express :

 

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/en-centrafrique-les-francais-n-ont-pas-de-reelle-strategie_1319956.html (5 février 2014)

Quelles relations entretenez-vous au jour le jour avec l'état-major de Sangaris et l'ambassade de France, à l'évidence irrités par la tonalité critiques des commentaires postés sur votre compte Twitter?

Quand j'alerte Sangaris sur un cas précis, je reçois en retour des promesses, rarement suivies d'effets. L'ambassadeur [Charles Malinas], quant à lui, me taxe de parti-pris francophobe, m'accuse de ne pas connaître le sens du mot massacre, s'obstine à dépeindre une situation "difficile mais stable", puis finit par refuser de me parler. Alors même que les services de renseignement français, tant civils que militaires, m'invitent à échanger avec eux.

 

Il y a eu aussi les tweets suivant où il montre une attitude plus conciliante face aux Français :

 

http://twitter.com/bouckap/status/430634202258620417 (4 février 2014)

 

Le commandant de Sangaris à Mbaiki m'a donné un excellent briefing de la situation dans sa région, nous apprécions ce soutien.

 

http://twitter.com/bouckap/status/430925042818351104 (5 février 2014)

 

J'ai fait au commandant de Sangaris à Mbaiki un briefing sur Boda, je l'ai rassuré quant au fait que les musulmans et les chrétiens veulent qu'il vienne les protéger. Situation calme.

 

http://twitter.com/bouckap/status/431468282596442114 (6 février 2014)

 

Je suis impressionné par le travail accompli par le capitaine Arnaud, le Sangaris français à Yaloké. Il a même appris le sango pour mieux communiquer, excellent exemple de ce qui peut être fait.

 

Surtout quand ils ne réussisent pas à trouver des canaux alternatifs pour aller à l'encontre de certains de ses propos qui pourraient être contredits/relativisés.

Le drame, ici, c'est le déclin de la presse française, mais aussi mondiale (britannique, américaine) qui n'envoie pas suffisamment de reporters de talent et d'expérience sur place et qui vont chercher des informations inédites tout en ayant le souci de la mise en contexte, et un regard critique sur leurs sources.

Le photographe britannique Marcus Bleasdale dit ceci :

http://news.nationalgeographic.com/news/2014/02/140207-central-african-republic-violence-marcus-bleasdale/ (7 février 2014)

C'est une catastrophe complète à la quelle personne ne semble accorder beaucoup d'attention. Je peux compter le nombre de journalistes sur les doigts de la main.

Par exemple l'envoyé spécial du journal Le Monde qui a rédigé presque un article par jour jusqu'au 29 janvier ( http://www.lemonde.fr/journaliste/cyril-bensimon/ ) fait silence radio depuis, ou presque, avec une apparition le 7 février (mentionnée par TimTR, ci-dessus #1329 http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/02/07/en-centrafrique-la-situation-empire-sur-l-ensemble-du-pays_4362393_3212.html ) qui est une interview d'une responsable de Médecins Sans Frontières présente sur place, et qui ne permet pas de dire où le journaliste se trouve, s'il est toujours à Bangui ou s'il est rentré en France et a réalisé l'interview par téléphone.

 

Face à cette pénurie de moyen des journaux, on récupère une information qui est de moindre qualité, car le point de vue des observateurs du type ONG - ou du type politicien local - ou du type porte-parole de telle ou telle armée, est moins mis dans une perspective globale et critique.

 

Je me demande s'il n'y a pas un problème de langue. Dans les vidéos de Médecins Sans Frontières que j'ai mentionnées ci-dessus ( http://www.air-defense.net/forum/topic/4573-cela-chauffe-en-centrafrique/page-44#entry737343 ), il y a des interviews de réfugiés sans sous-titres, donc on ne comprend pas ce qu'ils disent. Et il y a des séquences avec deux musulmans s'exprimant en français donc on comprend ce qu'ils disent. Il n'y a aucun réfugié non-musulman s'exprimant en français dans ces vidéos. Est-ce que par hasard les musulmans ne seraient pas plus facilement en mesure de s'exprimer en français, ce qui pourrait conduire à une surreprésentation de leur point de vue dans les médias français et internationaux ? C'est aussi un problème de moyens car l'obstacle de la langue n'en est plus un si l'on a suffisamment d'argent pour embaucher des interprètes ou des traducteurs pour mettre des sous-titres dans les vidéos...

 

Je me demande s'il n'y a pas aussi un problème de sciences humaines. Y a-t-il dans les universités en France (ou en Amérique ou en Allemagne ou en Angleterre...) ou à l'université de Bangui un anthropologue ou un sociologue qui pourrait être interviewé ? Un peu comme les nombreux anthropologues spécialistes des Touareg (j'aime beaucoup Pierre Boiley, mais il y en a beaucoup d'autres, et non moins talentueux) qui ont été interviewés, qui ont participé à des débats à la télévision dans le cadre de l'opération Serval au Mali ? 

 

Lorsqu'on entend un prêtre dire qu'il y a 60% de la population qui est ni musulmane ni chrétienne ( http://www.air-defense.net/forum/topic/4573-cela-chauffe-en-centrafrique/page-44#entry737029 ) on se dit qu'il y a comme un problème anthropologique, un problème de sciences humaines, dans la dichotomie chrétiens-musulmans utilisée par 95% des journalistes occidentaux.

 

Est-ce qu'il n'y a pas aussi un problème de manque de moyens dans nos universités, en Occident ?

 

On peut aussi comparer à la Syrie où l'on peut se faire aider pour la compréhension des choses par l'Institut Français du Proche Orient ( http://www.air-defense.net/forum/index.php?app=forums&module=forums&section=findpost&pid=736814 ). Est-ce qu'on a un « Institut Français de l'Afrique Équatoriale » ?

Edited by Wallaby
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

 

Il y a eu aussi les tweets suivant où il montre une attitude plus conciliante face aux Français :

 

http://twitter.com/bouckap/status/430634202258620417 (4 février 2014)

 

Le commandant de Sangaris à Mbaiki m'a donné un excellent briefing de la situation dans sa région, nous apprécions ce soutien.

 

http://twitter.com/bouckap/status/430925042818351104 (5 février 2014)

 

J'ai fait au commandant de Sangaris à Mbaiki un briefing sur Boda, je l'ai rassuré quant au fait que les musulmans et les chrétiens veulent qu'il vienne les protéger. Situation calme.

 

http://twitter.com/bouckap/status/431468282596442114 (6 février 2014)

 

Je suis impressionné par le travail accompli par le capitaine Arnaud, le Sangaris français à Yaloké. Il a même appris le sango pour mieux communiquer, excellent exemple de ce qui peut être fait.

 

 

Il y a pas besoin d'être psy pour comprendre ses motivations... En gros tant qu'on l'associe aux opé, qu'on l'écoute (ou fait semblant de l'écouter), on est des bienfaiteurs de l'humanité. Mais si par malheur on lui dit de se mêler de ses affaires, Sangaris est au mieux incompétente, au pire génocidaire. 

Je suis sur que le commandant de Sangaris à Mbaiki a trouvé son briefing passionnant... =(

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je dis ça je dis rien, mais je crois qu'il ne porte pas ce parasite dans son coeur.

M'efin il y a une chose que je retiens, c'est que ici un mec avait parlé du parasite, j'ai été voir son tweeter et j'ai montré à ma hiérarchie ce qu'il en était, ils ont dit ouais c'est bon c'est rien, une semaine après ce mec là a commencé a devenir un problème, et maintenant c'est presque LE problème. j'ai quand même l'impression que certains se mettent des œillères.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je pense qu'il faut regarder plus large que simplement une personnalité. Il faut comprendre le jeu, les règles du jeu de « l'humanitaire ». Comme cela repose sur des dons, et non pas sur l’impôt, il faut faire "de la pub" donc donner dans le sensationnalisme, faire du buzz en tirant le maximum de chaque situation extrême, et donner l'impression au donateur qu'il est lui, le sauveur de l'humanité au moment où il signe son chèque. Faire des comptes rendus sur les trains qui arrivent à l'heure, ce n'est pas très porteur médiatiquement, ni valorisant quand on n'est pas soi-même cheminot.

Bien entendu il faut voir aussi ce qu'il y a de positif dans ce jeu. C'est par cet effet d'aiguillon sur les opinions publiques que les démocraties prennent des décisions, font voter des résolutions à l'ONU, votent des budgets, etc...

Et puis il faudrait élucider aussi ce qui se joue dans l'histoire longue entre Human Rights Watch et le gouvernement rwandais depuis les 20 dernières années. Il me semble qu'Human Rights Watch ne s'est pas fait que des amis en critiquant le rôle du gouvernement rwandais en République Démocratique du Congo. Je pense qu'à une certaine époque Human Rights Watch était la bête noire du gouvernement rwandais. Donc j'ai du mal à situer dans ce contexte l'avalanche de compliments que l'envoyé d'Human Rights Watch fait à la force rwandaise en Centrafrique.

Retour de balancier ?

Par anticolonialisme ou tiers-mondisme ? Ce que fait la France, ancien colonisateur ne peut être que négatif, et par contraste tout ce que font les gouvernements africains eux-mêmes ne peut être que paré de toutes les vertus ?

Est-ce qu'il a tout simplement des amis rwandais, ou des amis belges d'origine rwandaise, ou qu'il regarde les choses à travers le prisme de l'histoire coloniale belge au Rwanda ?

Par sentiment d'un belge flamand qui regarde la France à travers les difficultés relationnelles entre la Belgique flamande et la Belgique française ? À travers le prisme de la "colonisation" française d'une partie de la Flandre (Dunkerque, Saint Omer) ?

Retour d'ascenceur ? Peut-être que l'ambassade du Rwanda à Bangui lui a fourni de l'aide et de bonnes informations. Cette ambassade aussi fait peut-être tout ce qu'elle peut pour essayer de le "mettre dans sa poche" ?

http://twitter.com/bouckap/status/423832081697755136 (16 janvier 2014)

Le premier [détachement] des 850 gardiens de la paix des Rwanda Defense Force arrive aujourd'hui pour la mission Misca. Le Rwanda se tient avec l'Afrique en soutien de ses frères et soeurs de République Centrafricaine.

On dirait la langue de bois d'un ministre rwandais à un sommet de l'Union Africaine à Addis-Abeba.

http://twitter.com/bouckap/status/426064844639719424 (22 janvier 2014 10:52)

Difficile journée émotionnelle pour les gardiens de la paix rwandais dans la crise centrafricaine, dans l'incapacité de stopper l'attaque du quartier musulman de PK13. Ils ont fait de leur mieux.

Quand ils ne réussissent pas il leur trouve des excuses.

http://twitter.com/bouckap/status/426192494854803456 (22 janvier 2014 19:19)

J'ai dit aux soldats rwandais que les photos d'eux étaient vues chez eux [dans un journal ou magazine rwandais en ligne ou sur papier ?], et cela leur a fait plaisir de le savoir.

http://twitter.com/Francois_Gatete/status/426196410715762689 (22 janvier 2014 19:35)

[tweeté par François Gatete] Où sont les photos des soldats français ? Et est-ce que tu leur as dit que leurs photos étaient vues chez eux ?

http://twitter.com/bouckap/status/426294467747151872 (23 janvier 2014)

La Misca rwandaise entre dans PK13 à pied pour stopper le pillage et les pilleurs s'enfuient. Leur détermination est incroyable !

http://twitter.com/bouckap/status/426639735659188224 (24 janvier 2014 00:56)

La Misca rwandaise accomplit très bien sa mission dans la crise centrafricaine, et elle est respectée par la population pour son impartialité, son humanité et sa détermination.

Arrêtez de jeter des fleurs, là, c'est bon ça suffit.

http://twitter.com/bouckap/status/426771083233361921 (24 janvier 2014 09:38)

La Misca rwandaise fait beaucoup de missions lourdes et exposées aux risques. Les Sangaris français sont beaucoup plus réticents à la prise de risque.

Je pense qu'il n'a pas compris ce qu'on a dit plus haut dans ce fil sur ce forum à propos des règles d'engagement différentes entre les forces africaines et les forces françaises ou onusiennes. Il faudrait que quelqu'un lui explique.

http://twitter.com/bouckap/status/428971788689997826 (30 janvier 2014)

Nous avons eu besoin d'aide ce soir avec une voiture en panne et la Misca rwandaise a immédiatement accepté de nous aider. Sincères remerciements à eux.

http://twitter.com/bouckap/status/428976978654670849 (30 janvier 2014)

La Misca rwandaise envoie un énorme APC [Armored Personnel Carrier - véhicule de transport de troupes] pour tirer notre voiture en panne. Sérieux les gars, nous sommes vraiment reconnaissant.

http://twitter.com/bouckap/status/429452377028964353 (31 janvier 2014)

Spécialement les Rwandais, Burundais et Congolais-B [brazzaville ?] font un travail formidable, nous nous assurerons qu'ils obtiendront la reconnaissance qu'ils méritent.

Et vas-y que je te distribue des médailles...

http://twitter.com/RwandaEmbassyDC/status/430047175037681664 (2 février 2014)

[tweeté par l'ambassade du Rwanda à Bangui et retweeté par Bouckaert] : Continuez le bon travail auprès de la Misca, monsieur Bouckaert. Le Rwanda vous accompagne de ses prières pour le succès de votre mission et pour qu'il ne vous arrive rien ! Nos prières de paix également à la République Centrafricaine !

Tiens, tiens, on se demande presque pour qui il est en mission. Pour l'organisation censément "non gouvernementale" (en référence au sigle ONG) Human Rights Watch, ou pour le gouvernement rwandais ?

http://twitter.com/bouckap/status/430359546209378304  (3 février 2014)

Je coupe la communication pour acheter des bières bien fraiches aux Misca rwandais dans la crise centrafricaine qui ont aidé Human Rights Watch de si nombreuses fois, et qui la nuit dernière ont sauvé ensemble un homme d'une foule qui s'apprêtait à le lyncher.

Moralité : il faut lui réparer sa voiture si elle est en panne, et lui offrir des bières, et tout ira bien. La Belgique est le grand pays de la bière.

 

Notez aussi le "ont sauvé ensemble". Tout est dans l'adverbe "ensemble". Le récit, le "story telling", comme on dit, c'est que c'est Human Rights Watch qui sauve des vies. Éventuellement les militaires peuvent aider Human Rights Watch à sauver des vies, mais dans un rôle dont on se demande si c'est un rôle de partenaire ou de subalterne...

Plus sérieusement, ce qui me gène le plus c'est qu'on a affaire à quelqu'un qui typiquement fait un travail de journaliste, de reporter sur le terrain, la déontologie du journaliste en moins. J'entends par déontologie, la mise en contexte, le croisement des sources, l'effacement de soi, ne pas se prendre pour un justicier. Voir la charte du Syndicat National des Journalistes : http://www.snj.fr/spip.php?article1032

De façon générale je pense que le journalisme et twitter sont incompatibles. Le journalisme étant un travail de pédagogie, il nécessite non pas du raccourci mais de la longueur, de la mise en contexte, du décryptage d'images et non du lancer d'images.

Edited by Wallaby
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il est présent où, nulle part, regardes ses photos, la même journée il est a Bossangoa, puis Sibut, puis de nouveau Bossangoa puis à la frontière soudanaise, ce mec c'est un colporteur de ragauds!

 

Bon il a peut etre pas trop interet a venir en Centrafrique non plus maintenant  >:D

Link to comment
Share on other sites

De façon générale je pense que le journalisme et twitter sont incompatibles. Le journalisme étant un travail de pédagogie, il nécessite non pas du raccourci mais de la longueur, de la mise en contexte, du décryptage d'images et non du lancer d'images.

 

Oui mais Twitter cadre parfaitement avec le besoin boulimique de "nouvelles" ""informations"" de médias concurrents entre eux et dépendant d'audiences blasées et saturées. Trop de médias pour que l'information fiable survive bien, trop de concurrence, et Internet rajoute une couche sur cette tendance lourde. Pas le temps de creuser un sujet, les spectateurs sont déjà lassés. Pas de phrases de plus de 10 mots dans les débats. Pas une minute sans "blague" chez Ruquier. Suppression des blancs dans les phrases. Limitation des débats à deux partis, des combats à deux factions, et surtout, surtout, évitez de vous mettre d'accord.

 

Twitter c'est aussi la victoire de la vanne de moins de 120 caractères sur le reste.

 

 

Ah, sinon, en plus long, je peux vous citer des extraits mon journal d'entreprise...

Link to comment
Share on other sites

Les Chasseurs Alpins s'entraînent pour la Centrafrique (le mois prochain) :

 

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/chasseurs-alpins-en-partance-bangui-9070

 

M. Le Drian se dit préoccupé par le risque d’une partition de la Centrafrique :

 

http://www.opex360.com/2014/02/10/m-le-drian-se-dit-preoccupe-par-le-risque-dune-partition-de-la-centrafrique/

 

Un député du Conseil national de transition (CNT), Jean-Emmanuel Ndjaroua, a été assassiné, le 9 février, dans le 4e arrondissement de Bangui, alors qu’il venait de condamner fermement les violences commises à l’encontre des populations musulmanes.

 

http://www.opex360.com/2014/02/10/centrafrique-le-chef-de-loperation-sangaris-durcit-le-ton-legard-des-milices-anti-balaka/

Edited by alexandreVBCI
Link to comment
Share on other sites

Compléments d'informations sur Peter Bouckaert :

 

http://indylists.com/news/2009/dec/24/human-rights-superman/?print (24 décembre 2009)

 

Il est né en Belgique, d'un père qui a une entreprise de biotechnologie et qui a joué un rôle important dans le mouvement nationaliste flamand dans les années 1970.

 

Il passe son enfance en Belgique et à l'âge de 15 ans il déménage dans la région de la baie de San Francisco.

 

En 1993, il est diplômé en "black studies" et "droit et société" de l'université de Californie à Santa Barbara.

 

Militant pour la cause de la diversité, il a été à l'origine de la démission de la chancelière de l'université.

 

Puis il étudie le droit à Stanford.

 

Il est allé en Afrique du Sud où il a participé à la rédaction de la législation créant la commission vérité et réconciliation. C'est là qu'il rencontre son épouse, une Sud-africaine.

 

Déjà dans les années 1990 il va au Kosovo et sensibilise l'opinion publique aux épurations ethniques : « Il a communiqué ses découvertes à un reporter du New York Times et après que le récit eut fait son impact à la une de ce journal, ce ne fut plus qu'une question de temps pour que Bill Clinton envoie les avions ».

 

En 1999 il fonde la cellule d'urgence d'Human Rights Watch - dont il sera l'unique employé jusqu'en 2004.

 

Jusqu'alors Human Rights Watch s'occupait surtout de prisonniers et de torture, et n'entrait dans les zones de conflit qu'après qu'ils soient terminés. Avec cette cellule d'urgence, la nouvelle approche est de documenter les conflits dès leur ouverture.

 

En octobre 2009 il est en Guinée. Il publie le 27 octobre un rapport sur les atrocités qui seront à l'origine de l'arrêt de la coopération militaire entre la France et la Guinée, d'un embargo sur les armes de l'UE, et du transfert au Ghana d'un match de foot de coupe du monde programmé initialement en Guinée.

 

En décembre 2009, il vit en Suisse avec sa femme et ses deux enfants.

Edited by Wallaby
Link to comment
Share on other sites

http://reliefweb.int/report/central-african-republic/la-lra-de-joseph-kony-exploite-les-bouleversements-en-r-publique (11 février 2014)

 

Selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par le projet du LRA Crisis Tracker [ http://reports.lracrisistracker.com/fr/annual-2013/car/ ] les attaques de la LRA dans les domaines de la RCA ont sensiblement augmenté en 2013 et le groupe serait susceptible d’utiliser des raids de pillage là pour ravitailler Kony et d'autres hauts commandants.

 

http://www.enoughproject.org/blogs/radar-first-lra-attack-obo-car-over-year (5 février 2014)

 

Deux enfants ont été kidnappés par la LRA non loin d'Obo le 26 janvier, selon l'ONG Invisible Children.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/11/1815069-castres-colonel-vincent-tassel-la-situation-reste-tendue.html (11 février 2014)

 

Colonel Vincent Tassel du 8e RPIMa : «La situation en Centrafrique reste tendue»

 

http://www.bernerzeitung.ch/ausland/naher-osten-und-afrika/Eine-Orgie-des-Blutvergiessens/story/27891324 (11 février 2014)

 

Interview d'un étudiant musulman de 25 ans qui s'apprête à partir pour le Tchad. Interviews de professeurs de lycée réfugiés à l'aéroport. Un diplomate occidental dit sa crainte que des groupes rebelles ne se reforment plus tard au Tchad.

 

http://www.fas.org/sgp/crs/row/R43377.pdf (27 janvier 2014)

 

Rapport sur la crise centrafricaine, par Alexis Arieff, expert du Service de Recherche du Congrès (États-Unis). 18 pages.

 

http://www.foreign.senate.gov/imo/media/doc/Arieff_Testimony.pdf (17 décembre 2013)

 

Audition d'Alexis Arieff à la sous-commission des affaires africaines du Sénat (États-Unis). 10 pages.

 

http://dukespace.lib.duke.edu/dspace/bitstream/handle/10161/5861/Lombard_duke_0066D_11603.pdf (2012)

 

Louisa Nicolaysen Lombard, « La souveraineté des raids dans les espaces frontaliers en Centrafrique », thèse partielle de doctorat, département d'anthropologie culturelle, Université Duke, 467 pages. À propos du nord-est de la Centrafrique (Ndélé, Kaga-Bandoro, etc...).

 

http://issat.dcaf.ch/content/download/12694/131746/file/FOI%20Centr%20Afr%20Rep.pdf (octobre 2012)

 

Gabriella Ingerstad, « Volontaires et capables ? Les défis de la réforme du secteur de la sécurité dans les États faibles en situation d'après-guerre : le cas de la République Centrafricaine », Ministère de la défense, Suède, 80 pages

Edited by Wallaby
Link to comment
Share on other sites

http://www.amnesty.org/fr/news/central-african-republic-ethnic-cleansing-sectarian-violence-2014-02-12 (12 février 2014)

 

L’attaque la plus meurtrière répertoriée par Amnesty International s’est déroulée le 18 janvier à Bossemptélé. Elle a fait plus de 100 victimes parmi la population musulmane, dont des femmes et des vieillards, notamment un imam d’environ 75 ans.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Altocumulus
    Newest Member
    Altocumulus
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...