Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Colonisation de la Lune


Recommended Posts

Il ne s'agit pas uniquement de mettre 130 t en orbite, mais de le faire sans que ça coûte trop cher.

Pour le SLS, j'attend de voir. Au début des 80's, la navette spatiale promettait monts et merveilles. Au final un record d'astronautes tués et un boulevard pour Ariane (je sais je simplifie :-) )

Des minerais concentrés de haute valeur? J'ai surtout entendu parler de l'exploitation (hypothétique) de l'Helium 3.

L'analyse des échantillons lunaire a révélé d'autres ressources intéressantes?

 

    Je sais pas si t'es au courant, mais le régolite lunaire est de même nature que le régolite qu'on trouve sur tout astéroïde en surface, en peut être un peu moins concentré que le régolite des astéroïdes :  Car il est mélangé il est vrai a du régolite lié aux impacts sur la Lune qui s'est aussi re-déposé ... Le régolite lunaire est un mix a 50/50 de régolite d'origine météoritique et l'autre moitié : De la croute lunaire réduit en poudre et re-déposée après impacts (donc a taux de silicium + haut vu que la Lune est un corps différencié)

 

   Mais globalement on parle de la même matière première ... Concernant ce que je considérais comme du minerai a haute concentration, je pensais a du traitement sur place pour ne pas avoir a transporter des milliers de tonnes pour rien de matières a jeter

 

 

     Ceux qui ne voient en l'exploitation lunaire qu'un champ a Helium3 font une grave erreur, le régolite lunaire est une vrai mine d'or, il est juste un peu moins concentré en matériaux précieux que le régolite de surface d'astéroïde (et j'ai expliqué vite fait pourquoi + haut) mais comme il va être beaucoup + facile a exploiter et a traiter sur place : Economiquement il est probablement encore bien + rentable qu'un astéroïde au vu des quantités infinies et le fait qu'on pourra envisager des usines de traitement sur la Lune carrément et il y a une gravité qui simplifie bien des choses et possibilités ...

Link to post
Share on other sites

 

l'oxygène, enfin. On assiste depuis quelques années à l'essor des moteurs ioniques, qui rendent inutiles l'emploi de comburant. Avant que nous nous trouvions en mesure d'exploiter la lune, je pense que la propulsion électrique sera devenue courante, tant pour les déplacements sur orbite, que pour les voyages interplanétaires. Il n'y a que pour la respiration des astronautes que ce gaz pourrait constituer un intérêt.

 

 

Les moteurs ioniques fournisse bien trop peu de poussée pour les déplacements surface-orbite. En plus si on découvre une couche de glace sur la lune on peut aussi délivrer de l'eau et de l'hydrogène en plus de l'oxygène.

http://www.shackletonenergy.com/

 

https://www.youtube.com/watch?list=CLSrniZtGDGHU&v=zHNjhOARJfo

 

Economiquement il est probablement encore bien + rentable qu'un astéroïde au vu des quantités infinies et le fait qu'on pourra envisager des usines de traitement sur la Lune carrément et il y a une gravité qui simplifie bien des choses et possibilités ...

 

Je comprend pas pourquoi il est plus facile de travailler sous gravité que en apesanteur. En apesanteur tout tiens en l'air tout seul donc pas besoin de maintenir en l'air et déplacer un objet requière moins de force et d'energie. En plus la Lune n'a pas une gravité très élevé seulement 1/6 de celle de la Terre.

Edited by stormshadow
Link to post
Share on other sites

Les outils interagissent les uns avec les autres, des forces sont transmises. Or, un effort même minime fait valdinguer lesdits outils dans tous les sens en apesanteur.

 

La lune est idéale. La gravité est assez faible pour permettre d’élaborer de grandes structures qui serait trop fragile sur terre et suffisamment forte pour permettre de travailler confortablement.

 

 

Autre chose. L'absence de gravité implique de tout repenser, alors qu'avec, il suffit de transposer ce qui existe déjà sur notre planète.

Link to post
Share on other sites

Les moteurs ioniques fournisse bien trop peu de poussée pour les déplacements surface-orbite. En plus si on découvre une couche de glace sur la lune on peut aussi délivrer de l'eau et de l'hydrogène en plus de l'oxygène.

http://www.shackletonenergy.com/ (...) .

J'ai bien précisé qu'il s'agissait d'utiliser les moteurs ioniques dans le cadre des déplacements sur orbite, et des voyages interplanétaires.

Pour décoller depuis la terre, je pense qu'on a déjà une filière d'approvisionnement en carburant/ comburant. Reste la surface lunaire, mais si on veut y implanter une exploitation minière, autant y construire une catapulte électromagnétique ... (https://fr.wikipedia.org/wiki/Catapulte_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique)

Link to post
Share on other sites

Je comprend pas pourquoi il est plus facile de travailler sous gravité que en apesanteur. En apesanteur tout tiens en l'air tout seul donc pas besoin de maintenir en l'air et déplacer un objet requière moins de force et d'energie. En plus la Lune n'a pas une gravité très élevé seulement 1/6 de celle de la Terre.

Parce que la gravité te permet pas mal de choses. Pour prendre un exemple concret. Les imprimantes 3D par dépôt fonctionnent très bien sur terre puisque la gravité permet de faire "tomber" la matière. En apesanteur tu n'as pas cette aide et du coup ils ont du repenser les imprimantes 3D envoyée dans l’ISS. En gros c'est plus facile car tous nos outils sont pensé pour être utilisés en état de gravité et que cette dernière est souvent utilisée dans les processus.

Link to post
Share on other sites

Les moteurs ioniques fournisse bien trop peu de poussée pour les déplacements surface-orbite. En plus si on découvre une couche de glace sur la lune on peut aussi délivrer de l'eau et de l'hydrogène en plus de l'oxygène.

http://www.shackletonenergy.com/

 

https://www.youtube.com/watch?list=CLSrniZtGDGHU&v=zHNjhOARJfo

 

 

Je comprend pas pourquoi il est plus facile de travailler sous gravité que en apesanteur. En apesanteur tout tiens en l'air tout seul donc pas besoin de maintenir en l'air et déplacer un objet requière moins de force et d'energie. En plus la Lune n'a pas une gravité très élevé seulement 1/6 de celle de la Terre.

 

 

      Tu devrais un peu mieux observer le monde industriel autour de toi ... Tu prendrais alors conscience que l'énergie et la force principale qui est utilisée dans le traitement des matières premières ou dans la réalisation de process industriel : Que la gravité est l'outil numéro 1 qui est utilisé ... Et c'est l'évidence même sur ce qui est pourtant des opérations bêtes & méchantes : Juste par exemple, l'excavation dans une mine, avoir une gravité est très important pour véhiculer facilement les grandes quantités de minerais a déplacer :

 

     Par un bête tapis roulant, ou encore un camion-benne de mine ... C'est la gravité dont on se sert principalement ...

 

 

    En fait la gravité c'est un truc tellement con qu'on y pense même pas ... Mais pourtant, elle est essentielle a notre monde industriel ...

 

   Une exemple simple qui me saute a l'esprit, dans un fourneau de recyclage d'or, tu dois séparer les métaux d'alliage de l'or "bijoutier" (cuivre & argent principalement comme métaux d'alliage a l'or) il te faut absolument de la gravité pour que ça soit possible : L'or va se séparer de l'argent et du cuivre en fondant et ils vont se placer par densité pour que ce soit aisé de récupérer seulement l'or, l'argent, le cuivre quasi "pur" : Mais pour qu'ils se séparent par densité, il te faut obligatoirement une gravité ...

 

 

     Et si tu y regardes bien et y fait bien attention : La gravité est l'énergie principale dont se sert le monde industriel humain pour qu'il puisse fonctionner ...

 

    C'est pour cela que je pense, l'exploitation des astéroïdes en micro-gravité ne pourra pas se faire sans milieu d'opérations sous effet centrifuge pour remplacer la gravité, et ce surtout si on fait du traitement du minerai ça sera encore + vrai ...

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites

    Je sais pas si t'es au courant, mais le régolite lunaire est de même nature que le régolite qu'on trouve sur tout astéroïde en surface, en peut être un peu moins concentré que le régolite des astéroïdes :  Car il est mélangé il est vrai a du régolite lié aux impacts sur la Lune qui s'est aussi re-déposé ... Le régolite lunaire est un mix a 50/50 de régolite d'origine météoritique et l'autre moitié : De la croûte lunaire réduit en poudre et re-déposée après impacts (donc a taux de silicium + haut vu que la Lune est un corps différencié)

   Mais globalement on parle de la même matière première ... Concernant ce que je considérais comme du minerai a haute concentration, je pensais a du traitement sur place pour ne pas avoir a transporter des milliers de tonnes pour rien de matières a jeter (...)

Non en effet j'ignorais la différence. Je ne savais même pas qu'on disposait de données géologiques aussi précises et détaillées sur les astéroïdes, alors que l'on n'a pu en ramener que 2-3 échantillons de poussières  :)

 

Mais même en ce qui concerne le métaux précieux, j'ai expliqué pourquoi je restais sceptique à ce sujet. Les coûts d'extraction, de traitement et d'acheminement rendent-ils ces matériaux économiquement intéressants? J'en doute. Il faudra construire une infrastructure d'exploitation sur la Lune. Si la faible gravité présente un avantage, il existe aussi quelques inconvénients comme le vide, de grosses variations de température, les rayons cosmiques et le vent solaire.

Sans oublier la poussière. Les astronautes des missions Appolo se plaignaient déjà de la difficulté qu'ils rencontraient pour en débarrasser leurs combinaisons (à cause de l'électricité statique, semble-t-il) Or, on parle ici d'une mine qui va donc remuer d'énormes quantité de cette substance. Et comment fonctionneront les machines? Surement grâce à l'électricité à laquelle la poussière s'avère si sensible..

 

Toutes ces difficultés me paraissent très difficiles à surmonter. Cependant le futur rover Mars 2020 devrait embarquer une expérience intéressante. Il s'agit de Mars Oxygen ISRU Experiment qui vise à produire de l'oxygène (22g/h) à partir du CO2 de l'atmosphère de la planète rouge. Vu les conditions d'extraction, SI le processus fonctionne correctement, on pourra peut-être envisager des expériences à plus large échelle et pour d'autres substances. Mais il faudra attendre une demi douzaine d'années pour se trouver fixé sur ce seul point.

A ce rythme là, on aura trouvé avant comment exploiter les nodules polymétalliques du fond des océans terrestres (on attend des résultats depuis les années 70 ...)

Link to post
Share on other sites

Tout cela me rappelle les années 80, quand on nous promettait des médicaments ou des alliages conçus en apesanteur dans des stations orbitales (et à l'époque, j'y croyais. J'étais jeune :-) )

...

 

Je me souviens aussi de l’optimisme de toutes ces études – surtout celles de Rockwell – sur les possibilités offertes par l’apesanteur et  relayées par les revues scientifiques de l’époque qui promettaient monts et merveilles ; que ce soit des monocristaux de semi-conducteurs extrapurs pour l’industrie électronique, ou au service de  la recherche pharmaceutique avec la croissance des très fragiles macrocristaux de protéines difficiles à obtenir sur terre ;) .

 

 

 

..

Pour reprendre les matériaux que tu cites:

- une bonne partie (du fer au silicium, en passant par le magnésium) nécessite des transformations plus ou moins importantes. Il faut les extraire des minéraux et les transformer au minimum en produits semi-finis. Sinon le coût de transport dans l'espace de gros volumes de roches brutes va beaucoup augmenter.

Cela implique d'installer sur notre satellite une infrastructure minière dotée d'une importante source d'énergie. Le second point ne me semble pas hors de portée (nucléaire ou bien, un jour, la fusion aneutronique que j'ai découvert sur ce forum ;-) ) Par contre le premier va nécessiter de très gros investissements et ce pour obtenir des matériaux pas trop difficiles à se procurer sur terre.

- le titane pourrait constituer un cas plus intéressant, mais j'ignore si la demande terrestre, même potentielle, suffirait à justifier qu'on lance une telle exploitation. D'autant qu'un point me surprend: comment ce métal peut-il ne pas s'oxyder, si la régolite contient 40% d'oxygène?

...

 

Plus que l’oxygène, la réactivité de la silice est plus problématique.

 

Pour le traitement du minerai, le principal procédé de désoxydation proposé et le plus réaliste/intéressant consiste à faire préalablement fondre la matière lunaire dans un four solaire ou nucléaire, puis d’utiliser des électrodes pour ségréger les constituants du magma. Les éléments électronégatifs comme l’oxygène vers l’anode et électropositif comme les métaux vers la cathode.

 

Et c’est là qu’apparait l’avantage de ne pas avoir d’atmosphère. Les éléments comme le titane sont laissé à refroidir de leur côté sans risque de recombinaison avec l’oxygène.

 

C’est très simple  comme technologie et contrairement à ce que tu penses, assez léger.

 

D’autre technique ont été envisagée. La réduction avec du CO2 et méthane dissous dans la matière en fusion ou réagissant avec de la régolite concassée finement et réchauffée. Des procédés classiques de raffinage à base d’acides et de bases bien sûr. L’inconvénient majeurs de ces approches au contraire de la 1er, en plus de nécessiter un recyclage soigneux des catalyseurs, et qu’il faut les rapporter de la terre.

 

J’oubliais. Encore le titane. C’est un excellent catalyseur de réactions chimiques. Ce serait probablement son tout 1er marché.

 

 

 

...

- l'oxygène, enfin. On assiste depuis quelques années à l'essor des moteurs ioniques, qui rendent inutiles l'emploi de comburant. Avant que nous nous trouvions en mesure d'exploiter la lune, je pense que la propulsion électrique sera devenue courante, tant pour les déplacements sur orbite, que pour les voyages interplanétaires. Il n'y a que pour la respiration des astronautes que ce gaz pourrait constituer un intérêt.

Pour résumer: quand nous nous trouverons en mesure d'exploiter les ressourcées lunaires évoquées, notre niveau technique nous permettra sans doute de nous en passer.

Le voyage dans l'espace nécessite une civilisation de l'abondance: Star Trek avait raison!

 

Remarque, l’oxygène qui n’est pas le gaz propulseur le plus efficace peut néanmoins être utilisé par un moteur ionique, et il est  bien moins cher que le xénon.

 

Ou si l’on y tient, sur la Lune les gaz rares se retrouvent combinés au fameux titane. De manière générale, même les éléments se trouvant en faible concentration le sont déjà beaucoup plus que sur Terre. Quelque chose comme 3 fois plus pour le souffre, 10 fois pour le cobalt…ecetera.

Edited by Shorr kan
Link to post
Share on other sites

Comme tout, au début ce sera très cher et certains hurleront que c'est de l'argent gaspillé, etc... Vous connaissez la chanson. Puis après X années les exploitations, applications et marchés se seront structurés, ça deviendra une part conséquente de la vie humaine et les gens diront "comment faisaient-ils avant ?"... Y a qu'à voir ne serait-ce que notre réseau satellite.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Comme tout, au début ce sera très cher et certains hurleront que c'est de l'argent gaspillé, etc... Vous connaissez la chanson. Puis après X années les exploitations, applications et marchés se seront structurés, ça deviendra une part conséquente de la vie humaine et les gens diront "comment faisaient-ils avant ?"... Y a qu'à voir ne serait-ce que notre réseau satellite.

 

Dans ce fil, on a évoqué l'exploitation des nodules polymétalliques au fond des océans terrestres, et les possibilités offerts par l'apesanteur: 

Je me souviens aussi de l’optimisme de toutes ces études – surtout celles de Rockwell – sur les possibilités offertes par l’apesanteur et  relayées par les revues scientifiques de l’époque qui promettaient monts et merveilles ; que ce soit des monocristaux de semi-conducteurs extrapurs pour l’industrie électronique, ou au service de  la recherche pharmaceutique avec la croissance des très fragiles macrocristaux de protéines difficiles à obtenir sur terre ;) .(...)

 

Deux pistes prometteuses, qui n'ont toujours rien donné 30 à 40 ans après les premières annonces (le plus gros projet d'exploitation des nodules polymétalliques était en fait une opération de la CIA pour récupérer un sous-marin soviétique naufragé. Et après Hollywood se plaint de manquer d'idées!)

Tu comprendras donc que je conserve un minimum de réserves concernant ce type de projets.

 

(...)   Plus que l’oxygène, la réactivité de la silice est plus problématique.

Pour le traitement du minerai, le principal procédé de désoxydation proposé et le plus réaliste/intéressant consiste à faire préalablement fondre la matière lunaire dans un four solaire ou nucléaire, puis d’utiliser des électrodes pour ségréger les constituants du magma. Les éléments électronégatifs comme l’oxygène vers l’anode et électropositif comme les métaux vers la cathode.

 

Et c’est là qu’apparait l’avantage de ne pas avoir d’atmosphère. Les éléments comme le titane sont laissé à refroidir de leur côté sans risque de recombinaison avec l’oxygène.

C’est très simple  comme technologie et contrairement à ce que tu penses, assez léger.

 

D’autre technique ont été envisagée. La réduction avec du CO2 et méthane dissous dans la matière en fusion ou réagissant avec de la régolite concassée finement et réchauffée. Des procédés classiques de raffinage à base d’acides et de bases bien sûr. L’inconvénient majeurs de ces approches au contraire de la 1er, en plus de nécessiter un recyclage soigneux des catalyseurs, et qu’il faut les rapporter de la terre.

J’oubliais. Encore le titane. C’est un excellent catalyseur de réactions chimiques. Ce serait probablement son tout 1er marché. (...)

 

Même quand il existe un potentiel, très très peu d'entreprises se hasardent à investir et à se lancer dans une exploitation à grande échelle sans une première expérimentation suivie d'une montée en puissance (ou alors, il s'agit d'une opération de la CIA !)

Il faudrait déjà envoyer un rover récolter de la régolite, puis la traiter selon le procédé que tu décris, avant de renvoyer la substance obtenue sur terre pour analyse et évaluation. Cela constituerait une première étape indispensable. A ma connaissance, il n'existe aucun projet dans ce sens (même Elon Musk ne s'y risque pas  :rolleyes: )

Edited by Desty-N
Link to post
Share on other sites
  • 3 months later...

 

    Un signe clair et net que la NASA envisage une base habitée permanente sur la Lune pour 2025-30 ?

 

 http://www.air-cosmos.com/la-nasa-vise-une-desserte-commerciale-de-la-lune-20361

 

 

    

Après avoir réussi l'externalisation du transit de fret vers l'ISS et alors que se prépare celle du transport des astronautes vers l'orbite basse, la Nasa vient d'annoncer son intérêt pour des concepts de véhicules commerciaux capables de se poser sur la Lune.

Baptisée Lunar Catalyst (Lunar Cargo Transportation and Landing by Soft Touchdown), cette initiative vise au développement de « capacités d'alunissage robotiques commerciales, fiables et économiques, pour la dépose de charges utiles à la surface de la Lune ». Les industriels intéressés ont jusqu'au 17 mars pour présenter leurs propositions. Des lauréats pourraient être sélectionnés en avril et des accords sans échange de fonds signés en mai.

Les firmes sélectionnées pourront avoir accès aux technologies déjà développées par la Nasa, notamment via ses démonstrateurs d'atterrissage autonomes Morpheus et Mighty Eagle ou le système Alhat (Autonomous Landing and Hazard Avoidance Technology).

Ces PPP (partenariats publics-privés) s'inscriront dans le cadre de la « Feuille de route globale pour l'exploration » (Global Exploration Roadmap) publiée en août 2013 et soutenue par douze agences spatiales membres du Groupe international de coordination de l'exploration spatiale (ISECG) : ASI, Cnes, CSA, DLR, ESA, Isro, Jaxa, Kari, Nasa, NKAU, Roskosmos et UKSA.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 years later...
  • 11 months later...
  • 1 month later...
Il y a 11 heures, collectionneur a dit :

Des américains sur la Lune dans 5 ans !!! (?)

Trump gueule contre la NASA et veut un retour sur notre satellite le plus tôt possible, en embauchant des sociétés privés s'il le faut :

https://www.tvanouvelles.ca/2019/03/26/trump-veut-des-astronautes-sur-la-lune-dans-cinq-ans

Donald Trump a fixé cet objectif en 2017, et il y tient. Il est très important que des Américains atterrissent à nouveau sur la Lune avant la fin de son second mandat d'ici cinq ans. Et si ça tarde, il sait quoi faire, il a déjà dirigé des chantiers que diable ! Tapez du poing sur la table, menacez de changer les sous-traitants, exigez que les gens se sortent les doigts une organisation plus agile et réactive, et vous aurez des résultats !

Enfin ce n'est pas sorcier de construire un casino géant ou une tour de bureaux ! Aller sur la Lune, c'est la même chose.

En attendant, c'est Pence qui s'y est collé.

Ce n'est pas que tout soit faux dans son discours. Il est vrai que le lanceur SLS prend un temps fou à achever, pendant que son budget dérive. Il est vrai que la NASA n'est plus ce qu'elle était à la grande époque d'Apollo - du moins pour ce qui est des vols habités, du côté des sondes lointaines ils continuent à progresser et réaliser quelques exploits...

Le principal problème à mon sens c'est l'objectif. Pourquoi envoyer à nouveau des hommes sur la Lune :huh: :wacko: ?

- Si c'est pour la gloriole, pour montrer que America is great again, c'est bien mal choisi. Si le programme Apollo était un remarquable exploit, c'est parce qu'il réalisait quelque chose d'à la fois neuf et très difficile. Kennedy avait bien été conseillé, envoyer des hommes sur la Lune sous une décennie était bien à la limite de ce que les Etats-Unis d'alors pouvaient viser - notamment grâce à leurs recherches sur les nouveaux moteurs cryogéniques - donc précisément quelque chose d'inaccessible pour l'URSS, qui se cassa les dents avec le lanceur N-1 précisément parce qu'elle ne disposait pas de ces moteurs.

Aujourd'hui, tout le monde pratiquement a ce genre de moteurs. Le reste n'est qu'une question d'organisation et de gros sous. Si la France, ou le Japon, voulait envoyer des hommes sur la Lune, ils le pourraient. C'est juste que ces pays estiment - à raison - avoir mieux à faire avec leur argent.

Donc si des Américains foulent le sol lunaire en 2028, ou en 2024, ils n'auront rien prouvé du tout de la grandeur de leur pays, ils auront juste montré la profondeur des poches du contribuable américain !

- Si c'est pour la technologie... justement, à l'inverse d'Apollo qui força à développer des technologies nouvelles, un futur débarquement lunaire ne ferait que réutiliser des technos existantes. Rien de neuf à attendre

- Si c'est pour la science, c'est tout à fait inutile. Ce n'est pas qu'on sache tout de la surface lunaire, il s'en faut de beaucoup. Simplement, y envoyer des robots coûte un ou deux ordres de grandeur de moins qu'y envoyer des hommes. Et contrairement à Mars par exemple, les robots sur la Lune peuvent être aussi efficaces que des gens, pour la bonne et simple raison qu'ils se trouvent à environ 1,3 seconde-lumière de contrôleurs humains sur Terre, ce qui est suffisamment proche pour téléguider le robot pratiquement en temps réel - alors que Mars par exemple est à entre 4 et 20 minutes-lumière si bien qu'un robot ne peut y progresser qu'à une allure d'escargot

- Si c'est pour quelque future colonisation ou pour alimenter des missions plus lointaines, c'est totalement illusoire. Contrairement à la surface de Mars par exemple, la surface de la Lune est pratiquement dépourvue d'éléments indispensables à toute base un peu autonome - sans parler d'alimenter des missions plus lointaines - notamment hydrogène, azote et carbone ! Oui, il y a de l'eau sur la Lune... un tout petit peu, et seulement au fond de rares cratères polaires, probablement difficiles d'accès ! Imaginer alimenter une colonisation ou des missions lointaines de cette manière n'est pas sérieux

Bref, envoyer des hommes sur la Lune à notre époque ne serait qu'un vaste gaspillage. Autant jeter directement l'argent par les fenêtres !

 

Si le président Trump voulait égaler le président Kennedy :
en montrant que l'Amérique est toujours capable d'exploits dans l'espace notamment de quelque chose de nouveau et difficile à la limite de ses capacités,
- en forçant le développement de technologies nouvelles les moteurs nucléothermiques,
- en donnant un grand coup d'accélérateur à la connaissance d'une autre planète
- tout en préparant pourquoi pas une colonisation ou la préparation de missions plus lointaines à très long terme
il ordonnerait une mobilisation technologique américaine pour envoyer des hommes sur Mars sous dix ans.

Ce n'est pas que redonner dynamisme et grandeur à son pays soit un mauvais objectif... c'est que c'est du toc :sad:

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Mais il faut bien une première étape. On ne vas pas construire une nouvelle station internationale juste pour survoler la Lune tout de même :excl: Rien que pour s'entrainer à allez sur les autres mondes de notre systéme solaire, il faudra tout tester la haut :bloblaugh: Sinon a quoi bon continuer a envoyer des humains dans l''espace ?  

Link to post
Share on other sites
Citation

Si c'est pour quelque future colonisation ou pour alimenter des missions plus lointaines, c'est totalement illusoire. Contrairement à la surface de Mars par exemple, la surface de la Lune est pratiquement dépourvue d'éléments indispensables à toute base un peu autonome - sans parler d'alimenter des missions plus lointaines - notamment hydrogène, azote et carbone ! Oui, il y a de l'eau sur la Lune... un tout petit peu, et seulement au fond de rares cratères polaires, probablement difficiles d'accès ! Imaginer alimenter une colonisation ou des missions lointaines de cette manière n'est pas sérieux

Bref, envoyer des hommes sur la Lune à notre époque ne serait qu'un vaste gaspillage. Autant jeter directement l'argent par les fenêtres !

Pas tout à fait d'accord avec cela car la surface de la lune regorge d'oxygène qui constitue les 3/4 en masse des carburant de fusée. En ravitaillant les vaisseaux depuis la lune on consommera beaucoup moins d’énergie et de ressource qu'en le faisant depuis la terre.

La Lune constitue un excellente zone pour y placer des télescopes et la régolite lunaire peut être utiliser comme matériaux de construction et bouclier anti-radiation.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Le ‎24‎/‎07‎/‎2015 à 08:00, clem200 a dit :

Hum ... Pour les néophytes, on en fait quoi de la regolithe ?

[Ouverture mode C'est pas sorcier!]

La régolithe, pour rappel, est la couche de matière meuble qui couvre la roche-mère d'un sol.

La régolithe lunaire est pressentie comme matériel de construction des abris lunaires.

A lire sur 3D native // L’impression 3D de régolithe lunaire, un moyen de conquérir la Lune?

Le problème est qu'elle est potentiellement toxique. En fait, vu les problèmes qu'elle cause, elle tient plus de l'amiante que du sable.

A lire sur Luxorion // La toxicité de la poussière lunaire

Tout cela pour dire que les gisements de titane et d'Helium 3, il va falloir les mériter.

[Fermeture mode C'est pas sorcier!]

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Le 27/03/2019 à 11:02, Alexis a dit :

Donald Trump a fixé cet objectif en 2017, et il y tient. Il est très important que des Américains atterrissent à nouveau sur la Lune avant la fin de son second mandat d'ici cinq ans. Et si ça tarde, il sait quoi faire, il a déjà dirigé des chantiers que diable ! Tapez du poing sur la table, menacez de changer les sous-traitants, exigez que les gens se sortent les doigts une organisation plus agile et réactive, et vous aurez des résultats !

Enfin ce n'est pas sorcier de construire un casino géant ou une tour de bureaux ! Aller sur la Lune, c'est la même chose.

En attendant, c'est Pence qui s'y est collé.

Ce n'est pas que tout soit faux dans son discours. Il est vrai que le lanceur SLS prend un temps fou à achever, pendant que son budget dérive. Il est vrai que la NASA n'est plus ce qu'elle était à la grande époque d'Apollo - du moins pour ce qui est des vols habités, du côté des sondes lointaines ils continuent à progresser et réaliser quelques exploits...

Le principal problème à mon sens c'est l'objectif. Pourquoi envoyer à nouveau des hommes sur la Lune :huh: :wacko: ?

- Si c'est pour la gloriole, pour montrer que America is great again, c'est bien mal choisi. Si le programme Apollo était un remarquable exploit, c'est parce qu'il réalisait quelque chose d'à la fois neuf et très difficile. Kennedy avait bien été conseillé, envoyer des hommes sur la Lune sous une décennie était bien à la limite de ce que les Etats-Unis d'alors pouvaient viser - notamment grâce à leurs recherches sur les nouveaux moteurs cryogéniques - donc précisément quelque chose d'inaccessible pour l'URSS, qui se cassa les dents avec le lanceur N-1 précisément parce qu'elle ne disposait pas de ces moteurs.

Aujourd'hui, tout le monde pratiquement a ce genre de moteurs. Le reste n'est qu'une question d'organisation et de gros sous. Si la France, ou le Japon, voulait envoyer des hommes sur la Lune, ils le pourraient. C'est juste que ces pays estiment - à raison - avoir mieux à faire avec leur argent.

Donc si des Américains foulent le sol lunaire en 2028, ou en 2024, ils n'auront rien prouvé du tout de la grandeur de leur pays, ils auront juste montré la profondeur des poches du contribuable américain !

- Si c'est pour la technologie... justement, à l'inverse d'Apollo qui força à développer des technologies nouvelles, un futur débarquement lunaire ne ferait que réutiliser des technos existantes. Rien de neuf à attendre

- Si c'est pour la science, c'est tout à fait inutile. Ce n'est pas qu'on sache tout de la surface lunaire, il s'en faut de beaucoup. Simplement, y envoyer des robots coûte un ou deux ordres de grandeur de moins qu'y envoyer des hommes. Et contrairement à Mars par exemple, les robots sur la Lune peuvent être aussi efficaces que des gens, pour la bonne et simple raison qu'ils se trouvent à environ 1,3 seconde-lumière de contrôleurs humains sur Terre, ce qui est suffisamment proche pour téléguider le robot pratiquement en temps réel - alors que Mars par exemple est à entre 4 et 20 minutes-lumière si bien qu'un robot ne peut y progresser qu'à une allure d'escargot

- Si c'est pour quelque future colonisation ou pour alimenter des missions plus lointaines, c'est totalement illusoire. Contrairement à la surface de Mars par exemple, la surface de la Lune est pratiquement dépourvue d'éléments indispensables à toute base un peu autonome - sans parler d'alimenter des missions plus lointaines - notamment hydrogène, azote et carbone ! Oui, il y a de l'eau sur la Lune... un tout petit peu, et seulement au fond de rares cratères polaires, probablement difficiles d'accès ! Imaginer alimenter une colonisation ou des missions lointaines de cette manière n'est pas sérieux

Bref, envoyer des hommes sur la Lune à notre époque ne serait qu'un vaste gaspillage. Autant jeter directement l'argent par les fenêtres !

 

Si le président Trump voulait égaler le président Kennedy :
en montrant que l'Amérique est toujours capable d'exploits dans l'espace notamment de quelque chose de nouveau et difficile à la limite de ses capacités,
- en forçant le développement de technologies nouvelles les moteurs nucléothermiques,
- en donnant un grand coup d'accélérateur à la connaissance d'une autre planète
- tout en préparant pourquoi pas une colonisation ou la préparation de missions plus lointaines à très long terme
il ordonnerait une mobilisation technologique américaine pour envoyer des hommes sur Mars sous dix ans.

Ce n'est pas que redonner dynamisme et grandeur à son pays soit un mauvais objectif... c'est que c'est du toc :sad:

Il y a deux faisceaux de raisons pratiques - c'est à dire hors but scientifique- de vouloir aller sur la Lune :

1- Apprendre à travailler sur un autre astre en relative sécurité. La Terre, pour un retour d'urgence ou une mission de sauvetage, n'est pas loin en cas de coup dure. Il serait beaucoup plus long, laborieux et surtout dangereux de faire tout ça sur la lointaine Mars

2- Comme base de ravitaillement grâce à l'extraction de l’oxygène présent en grande quantité dans la régolite. Il ne faudrait amener de notre planète que de l’hydrogène qui ne représenterait qu'un septième des ergols pour un rapport de masse d'un 1 pour 6 vis à vis de l'oxygène (proportion limite avec nos technologies actuels même si théoriquement une combustion avec un rapport stœchiométrique d''une unité massique d’hydrogène avec 8 unités massique d’oxygène est possible).

Aucune autre astre n'a pour nous ce potentiel  à part peut être Ceres et la ceinture d’astéroïdes, et encore. Parce-que comme le disait un collègue de  Von Braun qui a beaucoup étudié la question, Krafft Ehricke *...

                                                                                 

Révélation

            124045-Krafft-Arnold-Ehricke-Quote-If-Go

 

                                                                                                                *   Krafft_Ehricke.jpg

 

 

 

 

 

J'en profite pour poster l'adresse du blog et quelques documents commis par le Dr Paul Spudis, défenseur passionné et convaincant du retour de l'Homme sur la Lune :

http://www.spudislunarresources.com/

http://www.spudislunarresources.com/Bibliography/p/102.pdf   dont je cite la conclusion:

Révélation

 

We desire to extend human reach in space beyond its current limit of low Earth orbit. The Moon has the material and energy resources needed to create a true space faring system. Recent data show the lunar surface richer in resource potential than we had thought; both abundant water and near-permanent sunlight is available at selected areas near the poles. We go to the Moon to learn how to extract and use those resources to create a space transportation system that can routinely access all of cislunar space with both machines and people. Such a goal makes our national space program relevant to national security and economic interests as well as to scientific ones. This lunar outpost serves as the vanguard for studying the practical employment of techniques, processes, and systems that will allow humanity to effectively extend its reach off-planet. This return to the Moon is affordable under existing and projected budgetary constraints. Creation of sustainable space access opens the Solar System to future generations. Having access to the Moon and the ability to use its resources is more important than how we go or how soon we get there. This architecture can relax schedule to fit any monetary or programmatic shortfall, as well as accelerate schedule if funding increases. But regardless of program pace, our goals and tactics remain the same; open the space frontier for a wide variety of purposes by harvesting the material and energy resources of the Moon. The decisions we make now will determine if our longdelayed journey into the cosmos can begin and be sustained over time.

 

 

http://www.spudislunarresources.com/Bibliography/p/118.pdf

http://www.spudislunarresources.com/Bibliography/a/a40.pdf 

 

 

 

 

Edited by Shorr kan
  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,550
    Total Members
    1,550
    Most Online
    vicky
    Newest Member
    vicky
    Joined
  • Forum Statistics

    21,091
    Total Topics
    1,376,694
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...