Libanais_75

Armée de l'air des E.A.U

Recommended Posts

bah l'histoire du F18 c'est toujours monosource pour l'instant soit à la base un article de Defensenews qui se contredit et qui cite des sources anonymes ...

Dans une une série d'article sur Khalid al Buainnain (ex commandant de l'UAE force et soutien du rafale, le National (principal quotidien de langue anglaise des UAE) semble toujours ne considerer que le Rafale

http://thenational.ae/apps/pbcs.dll/article?AID=/20100923/BUSINESS/709239964/1354

http://www.thenational.ae/apps/pbcs.dll/article?AID=/20100923/BUSINESS/709239962/1005

http://www.thenational.ae/apps/pbcs.dll/article?AID=/20100923/BUSINESS/709239964/1354/business

Share this post


Link to post
Share on other sites

Allez, tous les journaux veulent publier un papier sur la malédiction du Rafale...

C'est abusé ! Ca fait 10 jours qu'on nous bassine avec du copié-collé !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui m'inquiete, c'est surtout le silence coté francais, ca fait longtemps qu'ils sont en discussion.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Emiratis sont restés tellement longtemps au soleil, qu'ils en seraient devenus fous et donc prêts à miser sur une flotte aérienne d'une seule et même provenance ? Et 100% US pour le coup ?

J'ai beaucoup de mal à le croire, même les Saoudiens ne le font pas, et misent sur du Typhoon en plus des appareils US.

Si les informations nous donnaient du Su-37 ou du Mig-35 en lieu et place du Super-Hornet pour contrer le Rafale, je trouverai ça plus crédible, car plus en rapport avec une certaine indépendance d'action que souhaitent détenir les UAE.

Share this post


Link to post
Share on other sites

article interessant sur defensenews

[...]

Selon le quotidien économique 'Les Echos', les Emirats auraient pu vouloir envoyer un avertissement à Paris après deux incidents qui les ont agacés, selon des sources concordantes. Ainsi, les Emirats auraient été chiffonnés par un article paru en juin dans 'Le Figaro' (propriété du groupe Dassault) évoquant l'achat d'équipements de sécurité israéliens par les Emirats, alors que Tel-Aviv et Abu Dhabi n'ont officiellement pas de relations diplomatiques...

Deuxième accroc : un général français a donné il y a quelques mois en public des détails sur les négociations secrètes sur le Rafale !... Il a été depuis appelé à d'autres fonctions, mais Abu Dhabi n'aurait pas apprécié ce manquement à la discrétion...

Une autre explication, plus prosaïque, tient au fait que les Etats-Unis, face à la menace iranienne, font actuellement une campagne active dans le Golfe, à commencer par l'Arabie Saoudite, pour vendre leurs armements. Abu Dhabi aurait été approché dans ce cadre et aurait accepté d'examiner le dossier du F18...

Côté Français, on reste cependant confiant pour l'instant, soulignant que les Emirats ont traditionnellement eu plusieurs sources d'approvisionnement. En examinant un avion concurrent, les Emirats pourraient aussi mettre la pression commerciale sur Paris au sujet du prix des appareils...

Article complet

http://www.boursier.com/vals/ALL/le-rafale-en-difficulte-aux-emirats-eco-4509.htm

et Merchet fait comme si de rien n'etait

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2010/10/vente-du-rafale-aux-emirats-qui-va-payer-les-options-exig%C3%A9es-par-le-client-.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca va mettre des mois pour analyser l'offre du F18, y en a pour un moment avant d'être fixé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca va mettre des mois pour analyser l'offre du F18, y en a pour un moment avant d'être fixé.

Fixé rapidement puisque négociation suspendue  :-X http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20101001.REU0544/les-negociations-avec-les-eau-sur-le-rafale-suspendues.html

PARIS (Reuters) - Les Emirats arabes unis ont décidé de suspendre les négociations sur l'achat de 60 Rafale à la suite d'un article du Figaro, quotidien de Serge Dassault, le principal actionnaire de Dassault Aviation, a déclaré à Reuters un haut responsable gouvernemental français.

Les autorités françaises espèrent néanmoins que les Emiratis reviendront sur leur décision.

Le 15 juin, le ministre français de la Défense, Hervé Morin, assurait que la vente de l'avion de combat polyvalent de Dassault Aviation aux EAU était en voie de finalisation.

Mais le 26 juin, le Figaro publiait un article sur le recours des EAU à la technologie et à des sociétés israéliennes pour sécuriser leurs frontières face à la menace iranienne.

Si ces informations ont fait peu de bruit en France, elles ont suscité un tollé dans le monde arabe, où tout ce qui touche aux relations avec Israël est extrêmement sensible.

"Huit jours après, la presse du Proche-Orient a pris le relais et montré du doigt les EAU", explique un haut responsable français. "Cheikh Mohamed a dit : 'M. Dassault est propriétaire du Figaro, il m'a poignardé dans le dos, les discussions (sur le Rafale) sont terminées'."

Cheikh Mohamed bin Zayed bin Sultan Al Nahyan est le prince héritier d'Abou Dhabi et le chef des forces armées des EAU.

"Pas de commentaire", s'est borné à déclarer un porte-parole de Dassault Aviation interrogé par Reuters.

La revue spécialisée américaine Defense News a d'ailleurs écrit le 13 septembre que les EAU avaient demandé au constructeur américain Boeing des "informations techniques" sur son F18 Super Hornet.

Cet appareil, plus ancien de conception que le Rafale, en est un concurrent direct dans sa version modernisée, avec notamment des moteurs plus puissants.

Paris et les industriels français du secteur confirment que l'article du Figaro a "déplu" aux Emiratis mais espèrent que la suspension des discussions avec Dassault n'est que provisoire.

"MOUVEMENT D'HUMEUR" ET PRESSIONS

"C'est un mouvement d'humeur tout à fait compréhensible, qui se traduit par un ralentissement des discussions mais il n'y a pas de rupture", estime ainsi une source gouvernementale.

Une source diplomatique française assure pour sa part que les relations bilatérales entre la France et les EAU continuent de se "porter très bien".

Le "mouvement d'humeur" des EAU et leur intérêt soudain pour le F18 américain pourraient également être une façon de faire pression sur Paris et Dassault Aviation afin d'obtenir satisfaction à plusieurs de leurs demandes.

"C'est de bonne guerre", souligne-on de source proche de l'industrie aéronautique. "Les Emirats arabes unis ont toujours été des clients très exigeants."

Avant l'article du Figaro, les Emiratis demandaient une version du Rafale dotée de réacteurs de neuf tonnes de poussée au lieu de 7,5 pour améliorer sa réactivité dans un espace aérien restreint à proximité immédiate de l'Iran. Ils demandaient aussi un radar plus puissant.

Or, cela suppose d'importants coûts supplémentaires que la France n'était de toute évidence pas prête à prendre seule à sa charge. "Nous n'avons pas trop d'argent à mettre là-dedans", souligne une source gouvernementale française.

Il est clair pour tout le monde, en tout état de cause, que cette question sera au coeur des négociations avec Dassault, si les EAU décident de les poursuivre.

Dassault Aviation n'a pas encore vendu à l'exportation le Rafale, qui n'équipe que les armées françaises. Des négociations sont en cours, notamment avec le Brésil, mais peinent à aboutir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

bon le Figaro , a partir de maintenant , interdit d'écrire quoi que ce soit sur l'Inde , le Bresil et les Emirats !  :lol:

et puis le Koweit aussi tiens !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors pour faire plaisir a trois barbus enturbannes mais riches, on devrait museler notre presse?

Desole, on vendera des rafales aux bresiliens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, je m'aventure sur un sujet que je ne maîtrise pas mais...

La place de la France (mais cela est valable pour d'autre) sur le marché des armements est due à divers facteurs: la qualité de sa production, ses relations politiques, ... mais aussi, j'imagine, au fait que certains (les acheteurs potentiels) ne souhaitent pas prendre leurs joujoux aux US, aux Russes, aux Chinois, ... (bref à ceux qui "politiquement" sont trop lourd à assumer (et j'imagine que cela était encore plus vrai du temps de la guerre froide)).

En supposant que ceux qui décident ces achats ne sont pas des buses myopes corrompues, n'est-il pas contreproductif de mettre le "couteau sous la gorge" du fournisseur, au risque de le tuer, et de finalement se retrouver obligé, quelques années plus tard, de négocier avec les "poids lourds", en position de faiblesse (plus d'alternative) ?

Dans le cas du Rafale, que feront tous ceux qui veulent diverssifier leurs fournisseurs quand ils auront, par d'apparent calculs à court terme, mis sur la paille la société qui peut leur offrir ce choix ??

Que ce soit le Brésil, les EAU, ... cela donne l'impression qu'ils n'ont, eux aussi (comme on le reprroche souvent à notre pays/à sa classe politique), que "demain" comme horizon, "qu'après-demain" est absent de leurs réflexions...

Share this post


Link to post
Share on other sites

En supposant que ceux qui décident ces achats ne sont pas des buses myopes corrompues, n'est-il pas contreproductif de mettre le "couteau sous la gorge" du fournisseur, au risque de le tuer, et de finalement se retrouver obligé, quelques années plus tard, de négocier avec les "poids lourds", en position de faiblesse (plus d'alternative) ?

Les EAU font parties des plus gros clients de la France. Mais on parle de seulement 60 rafale, ce n'est pas ça qui permettra ou non à Dassault de continuer sur le marché militaire.

Éventuellement s'il y avait un pool entre plusieurs pays permettant de commander plusieurs centaines de chasseurs, cela pourrait se justifier mais ce n'est pas pour une décision (presque) indépendante des autres qui changera quoique ce soit.

Normalement pour un client souhaitant s'équiper de plus de 2000 avions, il ferrait mieux de chercher à favoriser une concurrence. Mais même les USA (pourtant capitaliste donc favorisant la concurrence) n'encouragent pas la concurrence au risque de se trouver obliger de s'équiper d'un F35 au prix d'un F22 nettement plus performant et pourtant plus vieux. Pour un pays qui ne souhaite que s'équiper de quelques dizaines d'appareils et qui sait qu'il y aura toujours de la concurrences (au moins avec les T50 russes) je doute que ça se justifie économiquement de sur payer le matériel du petit producteur juste pour lui permettre d'exister.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Exact, mais c'est pas tant les "60" exemplaires qui compte ici (j'ai lu ici ou la jusqu'à 80ex), c'est plutot le flux en R&D pour maintenir le rafale et les bureaux d'étude à flot jusque la génération suivante, sans compter pour nos armées la possibilité de souffler un peu pour financer le reste...On n'a quand meme perdu une bonne partie de notre socle client depuis le mirage 3 et à chaque génération cela decroit...

On ne peut pas perdre ce contrat!

Share this post


Link to post
Share on other sites

On n'a quand meme perdu une bonne partie de notre socle client depuis le mirage 3 et à chaque génération cela decroit...

Enfin la France a reçu 400 mirage 3/5 pour moins d'une centaine de rafale. La carrière du rafale est loin d'être terminé donc on peut s'attendre à en vendre un paquet à l'export. Il est déjà en compétition officielle dans différents appel d'offre pour plus de 300 exemplaires.

On ne peut pas perdre ce contrat!

C'est un contrat important mais à mon avis il l'est surtout du point de vue politique avec notre alliance avec les EAU qui veulent une escadrille française pour les protéger.

Juste d'un point de vue commercial, l'Inde avec ses 126 avions (+60 options + probablement pour la marine) ou le Brésil avec 36 avions (+12 pour la marine et probablement 2 autres série de 36/48) me paraissent plus intéressant. Si on veut un client de référence qui ne risque pas de se faire influencer, il y a la Suisse. Et en client dont la perte serrait vraiment inacceptable, il y a le Qatar donc on sait depuis presque 20 ans qu'on va lui vendre des rafale (on ne sait pas quand ni combien, mais on sait qu'on le ferra)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part, la rupture de négociation sur la base de fuite, ca me parait bien gros, ca mérite une engueulade et des excuses, voir des concessions en guise de compensation, mais cela reste très exagéré,  il y a forcement autre chose, c'est plus un pretexte qu'autre chose.

Si les usa ont fait une offre largement supérieur aux EAU même a perte, il s'en fichent du moment qu'ils éliminent un concurrent dans la région, il n y a pas de raison qu'il ne s'y intéressent pas et qu'il délaissent l'offre francaise.

Le poids politique semble plus important que l'avion lui même.

L'autre possibilité, la France ne veut pas payer les évolutions demandées, les EAU non plus,

ca ne peut finir qu'en clash et une mise à la porte.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,402
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Hannibal Lektor
    Newest Member
    Hannibal Lektor
    Joined
  • Forum Statistics

    20,690
    Total Topics
    1,244,091
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries