Libanais_75

Armée de l'air des E.A.U

Recommended Posts

La Tribune.fr - 27/01/2011

Paris autorise les compagnies du Golfe à défier davantage Air France

Selon nos informations, la France et les Emirats ont trouvé un accord favorable à Emirates et Etihad, qui auront plus de vols dans l'Hexagone. Au détriment d'Air France qui poussait les autorités françaises à ne pas accorder le moindre vol.

Dassault Aviation n'a plus d'excuses si le Rafale ne se vend pas aux Emirats arabes unis. Invoqué en coulisse pour expliquer le gel des négociations du contrat de 60 avions de chasse par Abu Dhabi (...)

Conjuguaison du verbe tondre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me demande si ça a été fait avec une considération du genre "ya plus à gagner qu'à perdre" ou autre...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Conjuguaison du verbe tondre ?

Bon, ok, là, je crois qu'on a cédé sur tout, on va le signer ce contrat ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais ben, là on est plus dans le domaine de négociations commerciales, mais dans celui du chantage pur et dur.

Que ce soit pour les canadiens ou nous.

Y z'y vont un peu fort quand même.

=(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais ben, là on est plus dans le domaine de négociations commerciales, mais dans celui du chantage pur et dur.

Que ce soit pour les canadiens ou nous.

Y z'y vont un peu fort quand même.

=(

Je ne vais pas refaire l'histoire, mais à partir du moment où les brésiliens sont entrés en période d'hésitation pour acheter le Rafy.

Les émiratis savaient qu'ils étaient en position de FORCE pour ce contrat.

De plus, il y a 10 ans, il me semble qu'on leur avait déjà promis que en 2010 , il y aurait un super Rafale toutes options.

Et puis, on arrive en 2010 et il leur a fallu leur avouer que le super rafale n'existe pas encore et que ce seront EUX qui devront payer la moitié du développement de ces belles otpions (M88 à 9T, casque à viseur intégré etc...).

Forcément en tant que "futur client du lancement", les émiratis se retrouvent dans une position ultra exigeante et peuvent nous demander n'importe quoi car la survie de l'evolution du Rafale dependra de leur décision.

Pour dire les choses simplement, ils nous tiennent par les cou****. :'(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Certe, la maniere et les méthodes ne sont pas belles, mais on aura un super rafale. =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Conjuguaison du verbe tondre ?

Ce que l'article ne dit pas c'est que Emirates et Etihad voulaient plus de créneaux sur les aeroports PARISIENS et ça Paris a dit non... ce sera des aeroports en province donc à voir si cela contentera les emiratis ou pas

Share this post


Link to post
Share on other sites

il  y a eu de la musculation dans le coin

on ne sait pas si le cdg a été coule.

http://info-aviation.com/?p=8113

Exercice aéronaval entre la France et les Emirats arabes unis

Du 23 au 26 janvier 2011, le groupe aéronaval français a participé à des manœuvres aéronavales avec la marine et l’armée de l’air émiriennes. Cet exercice, baptisé Big Fox , s’est déroulé dans le golfe d’Oman et au-dessus des Émirats arabes unis.

Sur un rythme soutenu (158 vols au total), les activités aériennes ont permis un entrainement de haut niveau. Tour à tour, les F-16 Block  60 et les Mirage  2000-9 émiriens ont attaqué ou défendu le groupe aéronaval soutenu par les Rafale  de la base aérienne d’Al Dafra. Des patrouilles d’interdiction de l’espace aérien émirien ont également été jouées.

Big Fox  a également permis aux officiers émiriens de découvrir les méthodes et les outils de travail de leurs homologues français, tout en améliorant les acquis des précédentes éditions. « D’une année sur l’autre, l’objectif est d’améliorer nos capacités communes. Par exemple, cette année, nous avons procédé des tirs conjoints à la mer avec les Emiriens, une première », a indiqué le planificateur français des manœuvres.

Le vice-amiral Ibrahim Salem Mohammed Al Musharak, chef d’état-major de la marine émirienne et le vice-amiral Marin Gillier, commandant la zone maritime de l’océan Indien et commandant les forces françaises aux Émirats arabes unis (Alindien / COMFFEAU), ont assisté à la dernière journée de l’exercice. « Il s’agit d’une opportunité exceptionnelle d’opérer en interarmées, de partager nos savoir-faire et d’harmoniser nos procédures respectives », a commenté Alindien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah ben voiila, les dates correspondent avec l'augmentation d'activite que j'ai constate.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20110211trib000600634/emirats-pourquoi-le-gouvernement-a-lache-air-france.html

En échange de vols supplémentaires pour les compagnies des Emirats, la France a verrouillé les contrats Airbus et obtenu des garanties sur la vente du Rafale ainsi qu'un gros contrat pour Areva.

Des centaines d'Airbus, une soixantaine d'avions de chasse Rafale, un gros contrat d'approvisionnement d'uranium pour Areva... Face à cela, les arguments d'Air France pour inciter les autorités françaises à refuser des vols supplémentaires aux compagnies des Emirats arabes unis (EAU) ne pouvaient peser bien lourd. Selon des sources ministérielles, ces trois dossiers ont bel et bien été au coeur des motivations de Paris pour accorder fin janvier des nouveaux droits de trafic à Emirates et Etihad Airways, les compagnies de Dubai et d'Abu Dhabi (La Tribune du 28 janvier).

"Nous nous sommes assurés tout d'abord que tous les avions commandés à Airbus ces dernières années ne seraient pas annulés", explique un proche du dossier. Il vaut mieux, en effet, être prudent au regard des énormes carnets de commandes des compagnies émiriennes : 75 A380 et 70 A350 pour Emirates, 25 A350, 10 A380, 3 A330 et sept A320 pour Etihad. Le tout pour une quarantaine de milliards de dollars au prix du catalogue.

Paris a par ailleurs obtenu des Emirats des garanties sur deux autres dossiers industriels majeurs, qui devraient, tous deux, avoir une issue favorable en 2011 : La commande de soixante Rafale à Dassault Aviation et un contrat pour Areva d'approvisionnement d'uranium, le combustible utilisé dans les centrales nucléaires. La première est vitale pour l'avenir de la filière aéronautique française. Toujours en attente d'un premier contrat à l'export, le Rafale serait fortement ébranlé par un nouvel échec alors que ses chances d'être choisi au Brésil semblent s'amenuiser de jour en jour au profit du F18 de Boeing. Pour autant, Dassault devra transformer l'essai.

Rattrapage pour areva

Pour Areva, le contrat d'approvisionnement d'uranium permettrait au groupe nucléaire français de sauver les meubles, après la débâcle de l'équipe de France du nucléaire fin 2009, qui s'est faite souffler par Korea Electric Power une commande de réacteurs d'un montant de 20 milliards de dollars. En interne, chez Areva, on parle d'un contrat de près de 8 milliards de dollars... sur 60 ans, la durée de vie de ces centrales.

Face à de tels enjeux, Air France a été renvoyé dans ses cordes. La direction a beau clamer que « chaque vol de plus des compagnies du Golfe vers la France consiste à délocaliser de l'emploi français », le discours n'a pas convaincu. "L'impact pour Air France est sans commune mesure avec celui, élevé, des intempéries de décembre (70 millions d'euros pour le groupe , ndlr)", ironise t-on dans un ministère.

Pourtant, lier les droits de trafic aérien entre deux pays aux affaires commerciales est interdit par la convention de Chicago qui régit le transport aérien. Seuls les flux de passagers qui voyagent entre les deux pays concernés doivent être pris en compte. "C'est bien pour les livres scolaires, la réalité est toute autre", balaie-t-on dans un ministère. Et de façon pragmatique, les dossiers Airbus, Dassault, Areva n'ont pas été traités au cours des réunions portant sur les droits de trafic, mais en coulisses.

Les dessous des deux jours de négociations à Abu Dhabi

Le 25 janvier, la France et les Emirats arabes unis signent un nouvel accord sur les droits de trafic entre les deux pays. Emirates et Etihad Airways obtiennent des vols supplémentaires à Paris et en province. Au détriment d'Air France, certes. Mais qui, au regard des enjeux (voir ci-dessus), s'en est bien sortie. Si des tractations concernant d'autres dossiers industriels ont influencé le résultat, la partie strictement aérienne n'a pas pour autant été simple à gérer. Retour sur ces négociations.

Le 24 janvier, à l'hôtel Rotana d'Abu Dhabi, le deuxième round des négociations sur les droits de trafic démarre. Objectif : parvenir à un accord après le clash intervenu en juin à la suite du rejet en bloc par la France des demandes de vols supplémentaires des compagnies du Golfe. La délégation d'Abu Dhabi était repartie furieuse.

Cette fois, l'Élysée, Matignon, et le Quai d'Orsay ne veulent pas de tensions. Les compagnies du Golfe auront une - petite - partie des vols souhaités. Le Quai d'Orsay envoie un de ses membres surveiller les débats. Histoire que les négociateurs de la direction générale de l'aviation civile (DGAC), accusés de défendre à outrance Air France, respectent les consignes. Surprise pour le camp français. Pris dans leur globalité, les Emirats demandent d'entrée une quarantaine de vols hebdomadaires supplémentaires. Une requête plus importante que celle déjà refusée par Paris en juin.

La France, elle, ne veut toujours rien. Surtout, les demandes de l'émirat de Sharjah sont remises sur le tapis. Hors de question pour Paris. Air Arabia n'a pas les avions pour faire du long-courrier.

Côté émirats, c'est la cacophonie. Chacun joue son jeu. Au soir du premier jour, Abu Dhabi n'avait fait aucune concession. Les français demandent à négocier avec la structure fédérale pour faciliter les choses. Ce qui est fait. Un accord est trouvé le 25 janvier. De source émirienne, l'ambassadeur français a été omniprésent au cours de ces deux jours (plutôt en coulisses le deuxième).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super intéressant cet article !

Cela nous montre que les négociations sont en bonne voies pour vendre les super rafales aux émiratis.

Néanmoins, il ne faut jurer de rien, on ne sait pas quel coup tordu pourrait nous faire nos amis ricains sur ce contrat...

Donc restons discret et faisons comme ci les choses n'avancaient pas....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils doivent etre au courrant depuis longtemps, Ils parlent d'un accord, ca voudrait dire que ca va bientot se signer, il n y a plus rien qui bloque ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'octroie des creneaux de rotation des vols commerciaux peut se faire de facon graduee, donc s'ils sont attribues au fur et a mesure des progres des signatures sur les 3 points evoques dans l'article de La Tribune, c'est un plan qui peut se reveler consistant et payant pour chaque partie... la gradation est d'ailleurs evoque ici:

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20110127trib000596326/paris-autorise-les-compagnies-du-golfe-a-defier-davantage-air-france.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/air-defense/actu/0201158101956-rafale-missiles-et-navires-paris-mise-sur-plusieurs-gros-projets-dans-le-golfe.htm

Dans le Golfe, on projète :

Les projets en cours

Aux Emirats arabes unis, la France veut vendre des satellites d'observation de très haute résolution. Prix évoqué :1 milliard d'euros. Les Etats-Unis et la Corée sont en lice.

En Arabie saoudite, Paris propose de remettre à niveau deux pétroliers et quatre frégates. Travaux estimés à 1,3 milliard d'euros. Egalement en projet, l'évolution du système de défense sol-air (2 milliards) et la fourniture de satellites d'observation (1 milliard).

A Oman, l'armée de l'air souhaite des missiles sol-air pour plusieurs centaines de millions d'euros. MBDA est en lice

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rafale : les négociations progressent aux Emirats

Directeur international de Dassault Aviation, Eric Trappier a estimé, lors d'un entretien accordé dans le cadre du salon Idex d'Abu Dhabi, que les discussions pour vendre le Rafale aux Emirats arabes unis étaient un "peu plus actives". "Nous sommes confiants" a-t-il ajouté, sans pouvoir avancer de date quant à l'issue des négociations qui portent sur la vente de 60 appareils.

21 février 11 - Les Echos - Libération - La Tribune.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faisant suite au salon IDEX 2011.

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_societes.phtml?num=be454a95c3cb234aee09b50a613382e5

Les Emirats arabes unis ont attribué mardi pour 4 milliards de dirhams (795 millions d'euros) de contrats militaires, dont la part du lion a échu aux sociétés françaises EADS, Dassault Aviation et Nexter, au moment même où la région connaît de très fortes tensions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,501
    Total Members
    1,550
    Most Online
    tomduri
    Newest Member
    tomduri
    Joined
  • Forum Statistics

    20,879
    Total Topics
    1,312,423
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries