Libanais_75

Armée de l'air des E.A.U

Recommended Posts

Je sais qu'elles sont rares, mais bon j'esperais que quelqu'un aurait LA perle rare...

Bon en attendant je poste les photos que j'ai:

Premiers essais sous F-16D (le F-16F n'était pas encore disponible, je suppose):

Image IPB

F-16F avec 4 PGM-2000:

Image IPB

F-16F avec 1 PGM-2000 (emport dyssimétrique, une autre photo montre que le point droit est occupé par une CBU-87)

Image IPB

Essais de largage d'une PGM-500 par un M-2000E

Image IPB

Mirage-2000E avec le fameux pod de transfert de données en centerline. Je ne sais pas pour quelle version ce pod est nécessaire. Je suppose que c'est celle à guidage TV mais je ne suis pas certain.

Image IPB

Série de photos prises à Sigonella par un Spotter montrant une patrouille de 2000-9 en route vers la Libye. On voit clairement une PGM-500 en point d'épaule gauche.

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Une configuration d'emport MICA peu utilisée:

Image IPB

Gros plan:

Image IPB

F-16F avec GBU et 2 AIM-120

Image IPB

F-16 avec GBU et 4 AIM-120 (vu en Libye):

Image IPB

F-16E avec JDAM (aux USA)

Image IPB

La seule photo à ma connaissance de F-16E/F montrant l'emport d'un AGM-65:

Image IPB

Si vous en avez d'autres ça m'intéresse !

Je n'en ai aucune des Black Shaheen sous M-2000-9. Est-ce que les points intérieurs de voilure sont ouverts pour ce type d'arme ou est-il limité au point central ? Je n'ai pas non plus de photos de F-16E/F avec des AGM-88/84

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'information a déjà été apposée depuis lundi sur cette même page par xz.

Une autre source  =)

http://www.opex360.com/2012/05/30/les-negociations-pour-la-vente-de-60-rafale-aux-emirats-sont-de-nouveau-au-point-mort/

Bon c'est autour de Hollande de se bouger le cul  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette histoire n'a rien d'étonnant : on sait que les EAU veulent négocier avec une certaine constance et que les équipes françaises n'ont pas arrêté de changer. Là c'est encore un autre changement. Ajouter au tout un peu de "rien ne presse à part le pouvoir français" et roule ma poule.

On en a marre d'être patient depuis... toujours.  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

l'avion leur convient mais ils ne sont pas pressés donc ... on attend, comme des glands

Nicolas Sarkozy avait essayé de faire accélérer le systus mais les EAU ne sont pas pressés donc, on attend ... et comme c'est un contrat à 6 milliards et des poussières on est prié d'être poli

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plusieurs ici ont déjà dit que leur flotte n'était ni vieille, ni obsolète et que seules des considérations politiques et de prestige semblaient pousser le dossier Rafale vers des délais "courts".

M-2000-9 et F-16 bk60 seront toujours au niveau en 2020.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, je sais, c'est du taticalreport, mais on dirait qu'on s'impatiente coté UAE alors qu'ils n'étaient plus pressés.

http://www.tacticalreport.com/view_news/UAE:_Sheikh_Mohammad_Le_Drian_and_the_Rafale_issue/2788

UAE: Sheikh Mohammad, Le Drian and the Rafale issue (40 credits)

Posted on: Fri, Jul 13, 2012

Crown Prince of Abu Dhabi and Deputy Supreme Commander of the UAE Armed Forces General Sheikh Mohammad Bin Zayed Al Nahyan is said to be waiting for Defence Minister Jean-Yves Le Drian to come up with a working paper on the Rafale issue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A voir ... à voir ..;

On peut imaginer les choses de la manière suivante :

- La France, Dassault et le Rafale ont été un peu snobés au prétexte que l'émirat a le temps, et n'a pas de réel besoin. C'est un bon moyen de négociation, d'avoir le temps pour soi.

- L'Inde et sa perspective de contrat retirent le couteau de la gorge de Dassault, vis à vis du "never sold outside of France".

- La pression baissant, la négociation avec les EAU n'est plus au centre des préoccupations françaises, ce qui est confortable pour le Rafale, et moins agréable pour les émirs

- A côté de ça, les émirs subissent les assauts marketings de BAe qui ne doit plus les lâcher.

- La pression change de camp ...

=)

Donc, vite, vite, signons avec les EAU, à NOS conditions, pour les sauver du péril marketing anglois.  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc, vite, vite, signons avec les EAU, à NOS conditions, pour les sauver du péril marketing anglois.  :lol:

Je suppose que l'inde monopolise beaucoup de ressource de Dassault

Excellent,  :oops: :happy:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Fatac...  :P

+10

C'est dingue, même involontairement on ne peut pas s’empêcher de taper dessus  :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

peut-être le fait que dans tous les émirats du Golfe un des gros soucis c'est la structure de la population et que quand tu as 1/2 ou les 2/3 d'une population qui est constituée d'habitants d'autres nationalités la question de la pérénité de ton pays est clairement posée notamment en cas d'affaiblissement du leadership de ton principal allié dans la région (les USA) ...

que seront dans une génération les émirats du Golfe ? une fois l'épisode pétrolier clôturé ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le ministre de la Défense se rend à Abou Dhabi en fin de semaine. Le déplacement a une connotation politique en premier lieu, même si les questions d'exportation feront partie des discussions.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/air-defense/actu/0202326742639-le-drian-aux-emirats-pour-parler-du-rafale-entre-autres-500467.php

Le Drian aux Emirats pour parler du Rafale, entre autres

Après ses tournées européennes, Jean-Yves Le Drian prend le grand large. Le ministre de la Défense se rend dimanche prochain pour deux jours aux Emirats Arabes Unis, l'un des rares pays avec lequel la France a noué un accord stratégique de défense bilatéral. En attendant le Brésil, début novembre, et l'Inde, en principe l'année prochaine, il évoquera avec ses interlocuteurs tous les grands dossiers géopolitiques du moment, mais aussi ceux liés aux exportations. De quoi relancer les spéculations sur le Rafale ?

Jean-Yves Le Drian est le premier membre du gouvernement Ayrault à se rendre aux Emirats. Son déplacement a donc d'abord une connotation politique. « La France et les Emirats Arabes Unis sont alignés sur tous les sujets chauds du moment, comme l'Iran ou la Syrie, mais il faut renforcer le dialogue politique », explique-t-on dans son entourage. Le ministre de la Défense va donc visiter les trois bases militaires françaises permanentes implantées sur place, concrétisation de l'accord d'auto-défense qui lie les deux Etats.

« Stand-by »

Au-delà des sujets purement militaires, ce déplacement sera aussi l'occasion de parler exportations à un moment où les flux de commandes des Emirats auprès des industriels français sont au plus bas. Le premier dossier, évidemment, c'est celui du Rafale. Malgré (où à cause de) sa forte implication personnelle, Nicolas Sarkozy n'a pas réussi à arracher un contrat. Initiée en juin 2008, les négociations ont connu des hauts et des bas. Depuis le changement de majorité en France, elles sont en « stand by ».

La visite de Jean-Yves Le Drian permettra-t-elle de les relancer ? Pas sûr, car les Emirati ne sont pas pressés de remplacer leurs 60 Mirage 2000-9 qui leur donnent entière satisfaction (de même que les 80 F-16 américains, eux aussi au top de la technologie). Qui plus est, Abou Dhabi doit trouver un ou plusieurs pays à même de les reprendre avant de passer à la génération Rafale. Aucun représentant de Dassault n'est d'ailleurs prévu dans la délégation française.

Jean-Yves Le Drian évoquera peut-être un autre dossier très important, puisqu'il concerne Nexter. Les Emirats ont étudié la modernisation de leur parc de blindés avec l'espoir pour l'ex-Giat-Industries de placer plusieurs centaines de VBCI. Le chiffre qui circule porte sur 700 exemplaires. Les autorités locales ont même demandé que soit étudiée la mise en place d'une société commune avec Tawazun, l'industriel local de l'armement. Pour couper court en septembre à toute négociation, selon nos informations, sans que l'on sache si le finlandais Patria, le concurrent en lice pour ce marché, a connu le même sort. « Il y a eu un revirement de situation dont on ne connaît pas la cause », confirme une source proche du dossier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tout cas -Edelstenne l'a dit récemment- désormais c'est le MinDef qui gère les dossiers export et pas l'Elysée

Share this post


Link to post
Share on other sites

Outre le contrat pour lequel concoure le VBCI il y a aussi une compétition (contre les Américains je pense) pour un satellite d'imagerie optique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les relations avec les Émirats arabes unis se sont dégradées (Le Drian)

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121024.FAP1644/les-relations-avec-les-emirats-arabes-unis-se-sont-degradees-le-drian.html

PARIS (Sipa) - Les relations avec les Émirats arabes unis (EAU) se sont fortement dégradées, notamment en terme de dépenses militaires, a estimé Jean-Yves Le Drian dans une interview au Parisien/Aujourd'hui en France publiée mercredi. "Les EAU, qui effectuaient 70% de leurs dépenses militaires en France, ont fait passer ce pourcentage à 10%", a chiffré le ministre de la Défense, en visite à Abu Dhabi le week-end dernier.

"Cette visite (...) avait pour objectif de réaffirmer notre attachement à (un) partenariat" avec les EAU qui se traduit "par l'existence de forces françaises terrestres, aériennes et navales prépositionnées (750 hommes)" sur leur territoire, a expliqué M. Le Drian, qui réfute le rôle de VRP de l'industrie militaire française.

"Le rôle d'un membre du gouvernement, c'est d'établir les conditions de la confiance. Les industriels, eux, doivent jouer leur rôle et proposer l'offre la plus performante. Mais il ne faut pas mélanger les genres", a-t-il estimé.

"Je pense que, si la France n'a jamais vendu de Rafale, c'est peut-être qu'on a confondu les rôles. Je ne les confondrai pas", a-t-il assuré, parlant d'un dossier qui "empoisonnait" les relations menant à un "effilochage" des rapports depuis 18 mois. "Je ne suis pas allé aux Emirats pour les Rafale. Les Rafale attendront" précisant que l'avion de chasse "n'est pas notre unique produit militaire d'exportation".

Le ministre s'est entretenu avec l'émir de Dubaï et le prince héritier d'Abu Dhabi. Il a admis être porteur d'une lettre du président de la République, mais n'a pas voulu confirmer qu'elle préfigurait une prochaine visite de François Hollande dans les EAU.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Doit on comprendre qu'on a essayé par le passé de leur forcer la main avec des offres industrielles pas au top et que JYLD met les industriels face à leurs responsabilités ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aux EAU il y a un client qui est doté d'équipements modernes dont on sait pour certains (les -9) qu'ils lui donnent satisfaction. Ce client appréhende le Rafale comme un moyen de réaliser les missions du -9 avec un gain capacitaire certain. Mais ce client est exigeant, versatile, pas pressé notamment les décideurs. Les négociateurs de Dassault en savent quelque chose. Au niveau des opérationnels c'est un peu différent les missions de haut niveau se sont succédées chez Dassault.

Que par le passé on ai tenté d'accélérer le mouvement au niveau politique c'est indéniable et a priori çà n'a pas plus. Ce fut même une erreur car le client en question n'est pas pressé, il a l'habitude qu'on se plie à ses 4 volontés et il a l'ego des gosses de riches ... Les déclarations de Longuet en marge des élections en France avaient quelque chose de pathétique.

C'est ce que dit Le Drian dans l'interview, on en est à recoller les morceaux au niveau politique, après avoir constaté une baisse drastique des commandes militaires des EAU à la France. La lettre de Hollande c'est quoi ? pour rappeler le partenariat stratégique et notre attachement à cette coopération, sous entendu ce serait bien que nous redevenions des fournisseurs privilégiés. Mais ce que dit aussi le Drian c'est que le militaire français çà n'est pas que le Rafale;

Dès lors il ne s'agit pas de véroler un partenariat et l'ensemble de nos exportations militaires à cause d'un seul dossier.

D'autre part le client est roi même quand ses méthodes et ses attitudes sont désagréables.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est ce que dit Le Drian dans l'interview, on en est à recoller les morceaux au niveau politique, après avoir constaté une baisse drastique des commandes militaires des EAU à la France. La lettre de Hollande c'est quoi ? pour rappeler le partenariat stratégique et notre attachement à cette coopération, sous entendu ce serait bien que nous redevenions des fournisseurs privilégiés. Mais ce que dit aussi le Drian c'est que le militaire français çà n'est pas que le Rafale;

Dès lors il ne s'agit pas de véroler un partenariat et l'ensemble de nos exportations militaires à cause d'un seul dossier.

D'autre part le client est roi même quand ses méthodes et ses attitudes sont désagréables.

La tribune reprend aussi l'info.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20121024trib000726810/le-drian-les-rafale-qui-empoisonnaient-les-rapports-avec-les-emirats-attendront.html

Oui, le précédent locataire de l'elysée a apparemment un peu trop insisté auprès de l'émir pour vendre à tout prix le Rafale durant son mandat et cela a semble-t-il agacé l'émir qui a toujours achèté selon son rythme et selon ses règles, son humeur, bref son bon plaisir.

En effet, sa majesté l'émir n'a pas un mandat de 5 ans pour faire ses preuves.

C'est un peu comme dans un souk à Louxor, quand un vendeur devient trop harcelant, ca ne vous donne plus envie de lui acheter quoi que ce soit et c'est ce qui s'est passé probablement passé avec les émiraties

Mais bon, Le Drian a raison de prendre son temps avec l'émir pour regagner sa confiance et vus que maintenant le contrat indien a enlevé ce couteau sous la gorge de Dassault et qu'ils ont 5 ans de marge pour faire aboutir ce contrat et surtout 5 ans pour trouver un client potentiel pour recaser les 2000-9.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une autre analyse est de dire que la vente d’avions de combats prend du temps, et que comme dans le reste du monde le soutien politique est indissociable  de la vente d’armement.

Que si le Rafale portait le nom de Pigasse ou Bergé et non Dassault, il obtiendrait un franc soutient de notre gouvernement.

Drian le 20 juin dans Les Echos :

"je serai très présent auprès des industriels pour accompagner notre industrie de défense à l'exportation"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Que si le Rafale portait le nom de Pigasse ou Bergé et non Dassault, il obtiendrait un franc soutient de notre gouvernement.

non sincèrement je ne pense pas on est dans le stratégique pas dans les paillettes du Plazza Athénée

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,542
    Total Members
    1,550
    Most Online
    salvaggioc
    Newest Member
    salvaggioc
    Joined
  • Forum Statistics

    20,992
    Total Topics
    1,348,970
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries