Saladin

Sur l’état de l’armée américaine

Recommended Posts

Sujet connexe

Accusations de mercenaires US (et français) embauchés par les USA pour des opérations d'assassinat au Yemen:
(des terroristes mais aussi de politiques locaux)

 

  • Merci (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Une réponse à une personne qui pose une question 

 

 

Je fais un doublon ici, l'article est intéressant. Il met en avant le politique et la stratégie des US, des des réussites et des erreurs commises depuis la 2ème guerre mondiale. 

 

Modifié par Gibbs le Cajun
  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un article très intéressant sur la volonté de combattre, sujet effectivement trop peu abordé à mon goût, alors que c'est je pense la base de tout dans l'art de la guerre. 

 

 

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'armée américaine commande 500 puis 3000 obus BONUS !! (L'honneur est sauf, ils peuvent dire que c'est BAE qui les fabrique)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
11 hours ago, herciv said:

L'armée américaine commande 500 puis 3000 obus BONUS !! (L'honneur est sauf, ils peuvent dire que c'est BAE qui les fabrique)

C'est étonnant ... il était équipé du M898 SADARM ... qui était sensé faire la meme chose. Peut être qu'il n’est plus en production.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de tomber sur cette mise en avant des carrières au niveau caporal chef et sergent dans l'USMC . Je sais qu'il y a communication sur le sujet mais là on y aborde les avantages pour celui qui rempile, donc de la fidélisation en amont via la projection de carrière pour une recrue potentielle, ou pour rappeler à des gars ayant quitté le Corps qu'il y a toujours possibilité de rempiler. 

On ne fait pas se type de communication via des vidéos en direction de mecs encore en service qui jusqu'au moment de partir sont au fait des avantages proposé pour la reconduction d'un contrat , mais toujours vers les recrues potentielles ou les gars qui ont quitté l'institution il y a quelques temps déjà, et qui n'avaient peut être pas les mêmes avantages quand ils sont parti.

Donc le sujet est bien là fidélisation, on anticipe pour éviter de combler trop de départ qui pourrait survenir et donc qui pourrait déséquilibrer le ratio jeune, ancien et vétérans , le recrutement étant lié au contexte sociétal et économique d'une société, qui plus est quand la reconversion vers le monde des militaires privés offrent pas mal d'argent et pas les a cotés de la "routine" militaire même si on travaille à se que les gars soient en permanence opérationnel via du terrain et manips. 

Ça soulève quand même une piste sur la gestion du chef d'équipe et de groupe via les limites de responsabilité et la possibilité d'évolution pour un sergent , on avait abordé le sujet sur un autre file. 

Bon on peut quand même se dire qu'il sont très réactif, se qui est pas plus mal pour anticiper les problématiques. 

@Tancrède, ton avis me serai fort utile pour confirmer ou infirmer mon analyse, vu tes analyses très pertinente sur la gestion des ressources humaine dans les armées. 

 

Modifié par Gibbs le Cajun

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(Note: je ne peux pas ouvrir la vidéo)

Ce genre de trucs est impressionnants, mais je manque de détails. Quelques remarques qui me viennent à l'esprit:

- s'ils doivent faire ça (ce sont vraiment des sommes impressionnantes pour un réengagement: y'a une décennie, c'était du genre 8 000 dollars au mieux, il me semble), c'est peut-être aussi qu'ils sont désespérés de trouver et garder de la main d'oeuvre, dans une Amérique où environs 70% d'une classe d'âge est inapte au service pour diverses raisons (casier judiciaire, usage de drogues, condition médicale, obésité, fragilité psychologique, traumas....), et où le niveau de volontariat est vraiment très bas, aec des manques qui s'observent de façon maintenant répétée (structurelle?) dans toutes les branches des armées. 

Manque de détail sur le fonctionnement, mais ce genre de choses, à moins d'être parfaitement pensées et organisées (rare dans une bureaucratie), tendent à créer des dysfonctionnements, des conséquences non planifiées, voire de mauvais comportements et abus. Est-ce réservé à ceux qui sont sortis de l'institution et pas à ceux dans l'armée mais qu'on veut voir resigner (connerie bureaucratique typique: avoir 2 statuts différents pour de tels cas, et de là un traitement différent), créant le risque de voir des gars partir, puis revenir pour toucher cette gamme d'avantages si elle est mieux que les conditions de prorogation d'un contrat en cours? Si le truc est réservé aux Marines, y'a t-il des ponts avec l'Army (ils ont des "équivalences" permettant de passer de l'un à l'autre sans repartir à zéro), qui risqueraient de vampiriser la seconde pour mieux alimenter les premiers? Ou est-ce une initiative pour les deux services? 

- même si tout est au taquet, le fait est qu'il s'agit là d'une inflation massive, vu qu'on ne parle pas de si petits effectifs: j'imagine bien que ce genre de primes s'applique à un tas de spécialités, le but étant de maintenir un niveau d'expérience conséquent, d'éviter le "manque à gagner" tactique et budgétaire consistant à sélectionner et former des gars pointus (donc surinvestissement par rapport au soldat de base) pour les voir partir bien avant qu'ils soient devenus "rentables". Le DoD vient simplement de booster le taux d'inflation militaire, et j'imagine que ça aura aussi un impact sur d'autres échelons et spécialités.

Je comprends bien qu'il y a là avant tout un effet de rapport offre-demande qui rend ce genre de choses peu évitables (quoiqu'une refonte des durées de contrats, conditionnée à la valeur de l'investissement de formation consenti, pourrait être à l'ordre du jour), mais je vois la chose comme un signe général que la matière première manque désormais gravement. Vu la baisse tendancielle du sentiment national, qui accompagne celle, peut-être plus conjoncturelle, de l'enthousiasme guerrier", et s'ajoute à certains changements culturels/générationnels (jeunes plus "fragiles", plus adaptés aux nouvelles normes de confort de vie, plus "hédonistes", voulant être plus en phase avec une société civile dont la réalité est plus éloignée que jamais des armées....), il semble que non seulement même le prix du fantassin lambda va augmenter dans des proportions drastiques (avec impact budgétaire macro? En tout cas des changements à vraiment penser pour la "rentabilité", le temps à passer sous les drapeaux pour justifier le coût....), mais plus largement, tout cela me fait l'effet d'armées modernes qui vont tendre à se "mercenariser" peu à peu, plus que dans la période précédente. Moins d'attaches au pays et au sentiment de nation, plus envers la tribu, la famille ou son propre cul, Rien d'autre pour retenir que l'argent, certains avantages et/ou le niveau d'esprit de corps qu'on pourra développer (qui n'est pas la même chose que le service de la nation, même si je n'idéalise pas la chose en en faisant un alpha et omega si puissant). C'est juste que la chose me fait l'impression d'une armée non "post nationale", mais en transition, comme ce qui est par exemple arrivé à l'armée romaine, lentement, soous l'empire: d'une levée de citoyens à fort patriotisme qui est devenue plus professionnelle, on est passé, imperceptiblement, à une armée d'abord purement professionnelle, puis plus autocentrée (dans ses garnisons: elle n'était pas un tout monobloc), puis plus mercenaire (ou se rattachant progressivement à d'autres entités: potentat local, faction politique ou éléments de la caste militaire "centrale" -voir les empereurs illyriens au IIIème siècle). J'arrive pas à mettre le doigt sur une bonne formulation, mais c'est le processus historique constaté en d'autres temps et lieux qui m'intrigue; je me demande juste si ce genre de mécanisme est ici à l'oeuvre, à un stade certes embryonnaire, mais bien réel.... Ou pas. 

Parce que 70 000 dollars de prime de réengagement plus d'autres avantages qui ne doivent pas être gratuits (aides au crédit? Aides à la reconversion? Meilleure couverture santé? Promotions accélérées?), merde! Vu du sol, ça commence à être du vrai fric: le genre avec lequel tu peux démarrer un business, constituer une sérieuse épargne retraite, envoyer des gamins à la fac, ou acheter une baraque. Et j'ai vraiment du mal à croire que ce genre de politique se limitera à un petit nombre de sergents très expérimentés que le Pentagone veut absolument voir revenir: ça va couvrir des sous-offs en pagaille, des spécialistes, des "warrant officers" (officiers issus du rang, généralement dans une spécialité pointue) ou ceux pouvant le devenir vite. 

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Tancrède

Ton analyse est très intéressante, idem via l'optique et la comparaison avec les romains. 

Je ne sais pas si ces offres sont spécifiques aux marines, ou si cela concerne aussi les autres ( Army, Navy).

Pour les romains ne faut-il pas non plus prendre en compte l'effet d'agrandissement de l'Empire, et donc des effectifs de la Légion romaine ainsi que de l'armée romaine, de facto cela ne pouvait que changer. En fait il y a une donnée qui peut être pourrait expliquer les points communs entre les US et les romains. 

Le recrutement chez les romains à vu à un moment des populations devenir des citoyens romains , donc que cela a sûrement aussi eu comme effet d'apporter quand même une influence culturelle, ne transformant pas totalement un ibère ou un gaulois par exemple en romain complètement assimilé. Que ce soit pour ceux qui allaient dans la légion romaine ou d'autres unités romaine. 

Est-ce qu'une légion romaine essayée de garder un ratio permettant d'éviter l'effet culturel via une masse plus importante de "nouveau romain", en gardant une base "romaine de souche"? 

Avec l'agrandissement de l'Empire romain, il devenait de plus en plus difficile de garder se ratio, avec au final des légions majoritairement composé de "romains non de souche", et donc que seul le commandement restait "romain de souches" . Plus le temps est passé, plus les "romains non de souches" ont fini par être aussi majoritaire au niveau commandement d'une Légion. 

Aux USA l'optique n'est pas une expansion territoriale de type impériale, mais on observe que la population Latino est de plus en plus nombreuses aux USA. Donc la problématique est qu'il n'y a peut être pas une assimilation totale au niveau culture qui était avant dans l'optique d'une population blanche, protestante majoritaire. 

À une période, l'optique de s'engager avec au bout une citoyenneté gagné à été de mise, je me rappel un reportage relatant l'histoire d'un Marine latino issu d'une famille immigré récente qui n'avait pas put avoir la medal of honor, on lui avait décerné une autre médaille car au niveau militaire on jugeait que son acte ne fut pas une action de sa part mais plutôt un dernier réflexe nerveux après qu'il soit mort. 

Donc le documentaire mener en gros une enquête, et ils interrogé des anciens marines Camarade de se Marine. A un moment ils ont interrogé un Marine qui vivait au Mexique, le type avait été blessé en Irak, mais une chose qui m'a surpris c'est qu'il ne parlait pas en anglais, juste en espagnol. Un peu étrange vu qu'il avait servi chez les marines. Donc je me suis dis que le peu de temps passé chez les marines n'avaient pas apporté l'assimilation totale à se mexicain qui une fois revenue au Mexique avait vite repris les habitudes culturelle et linguistique mexicaine. 

Voilà plus précisément l'affaire de se marine, qui lui aussi était pas né aux USA. Apparemment il reçu sa carte verte et puis ensuite obtenu la nationalité US après s'être engagé dans les marines. 

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Rafael_Peralta

Donc est-ce que l'arrivé de Latino au sein des forces Armées de manière plus importante n'a pas disons aussi modifié les mentalités. Si on observe la chose on peut deviner que via le Texas, l'Arizona, le nouveau Mexique, la Californie qui sont frontalier avec le Mexique, font parti du "sud" américain, d'où pas mal de recrues dans les forces armées est un vivier important, le sud bien au delà des pays États frontalier avec le Mexique voyait une population blanche protestante, plutôt républicain comme électorat. 

Donc on peut supposer que les Latinos devenu une grosse population ( qu'il soit de nationalité US ou immigrés récent) dans la démographie américaine sont dans une phase au niveau des armées où il n'y a pas encore un déséquilibre faisant basculer une majorité de Latino au niveau effectif dans la troupe ( militaire du rang, sous-off), idem au niveau officier. 

Si j'observe cette grille :

https://www.cfr.org/article/demographics-us-military

Ça colle avec mon analyse. Donc entre ton analyse et mon constat via la démographie, le culturel, le cultuel, l'immigration récente ou déjà devenu américaine, je trouve que l'évolution rejoint aussi mon sentiment ou chez les romains, le degré dans l'assimilation des nouveaux romains issu de l'Empire à aussi pesée. Si on observe l'évolution vers une professionnalisation chez les romains, l'idée du légionnaire romain animé par l'idéal citoyen n'était plus attractif , tout simplement parce qu'un romain issu de l'Empire n'avait pas la même capacité à le vivre, ces propres racines freinant la possibilité d'une assimilation totale comme Romain. 

De facto le système de Terre offerte au légionnaire comme retraite et avantages aussi permit d'offrir plus pour un romain non de souche, soit de s'installer dans l'Empire ou simplement un retour dans son territoire d'origine. Cela étant une manière de compenser l'impossibilité d'adhérer complètement à un sentiment d'appartenance totale à l'identité romaine. Même si avec le temps la phase invasion romaine était éloignée, pour un romain non de souche il restait forcément un particularisme "régionale". 

Donc avec les Latinos, je pense l'on retrouve peut être aussi cette situation, ou l'identité totale via une assimilation qui ne sera pas totale, se qui ne veut pas dire qu'ils ne sont pas patriote envers les USA, mais qu'avoir une double identité rend plus compliqué les choses quand on a une culture forte via le pays d'origine, qui plus est quand on vit dans état proche de la frontière. Les mexicains restant majoritaire. 

Au final, quand on observe l'histoire américaine via l'immigration, on observe que l'optique blanc et protestant voulait limiter l'arrivé massif de catholiques irlandais ou européens du continent de confession aussi catholique. Avant la guerre de sécession il y a eu les guerres contre le Mexique, et afin d'avoir des effectifs les US ont recruter beaucoup d'immigrants irlandais et européens offrant ainsi aux familles l'acquisition rapide de la citoyenneté US, le pb c'était qu'ils étaient catholique. 

Les protestants étaient méfiant, résultant qu'ils craignaient que ces "papistes" pourraient trahir et rejoindre les mexicains catholique. Donc la discipline qui était particulièrement dure, vu beaucoup d'actes d'injustices envers les recrues de confession catholique perçu comme une menace. 

C'est là qu'à force d'être maltraité, il y a eu ces types qui ont déserté, non pas forcément pour se retourner contre les US, mais bon faute de perspective, le Mexique même en étant pas une terre facile, refaire leurs vies ailleurs était une solution, mais pour se faire il fallait avoir l'accord des mexicains pour se faire. 

Au final les types ont créer un bataillon irlandais ( même si pas que composé d'irlandais), servir et devenir mexicain n'étant pas un pb vu que côté US de toute façon on les avait maltraité tout en remettant en cause leur fidélité aux USA. 

Par la suite les US ont changé leur façon de faire, et avec la guerre de sécession où il fallait du monde, les immigrants ou irlandais devenu US récemment, eux qui étaient encore perçu comme des papistes, qui avaient les boulots les plus mal payé ont aussi à mon avis voulu montrer qu'ils étaient fidèle à l'Union. 

Donc progressivement il y a eu une évolution, les USA s'agrandissait à l'Ouest, les européens catholique arrivant moins nombreux, qu'il y avait une classe moyenne qui s'agrandissait. 

Bon quand les italiens sont arrivé les choses ne furent pas simples mais au final ça c'est lissé. 

Bon question représentativité, les catholiques restaient minoritaire dans les armées ( surtout au niveau commandement) , enfin avant les 2 guerre mondiale. 

Après cela a changé via la conscription. 

Quand on regarde, aujourd'hui on des généraux catholique issu de la vieille immigration européenne , se qui colle proportionnellement, tout en prenant en compte que le cursus d'un catholique était moins rapide car moins nombreux dans les armées, et conscient que le cursus de carrière serait limité. Enfin ça c'était avant, le caractère relation protestant et catholique européen s'étant lissé. L'arrivé des descendants d'immigré catholique dans la classe moyenne puis supérieur et au dessus à aussi lissé les différences. Bon après au niveau classe populaire, les descendants d'irlandais n'ont pas vu une continuité qui aurai gonflé la démographie avec une migration régulière et permanente. Se qui n'est pas le cas pour les latinos. 

Aujourd'hui je pense que l'arrivé de Latino reste compliqué pour les blancs protestants civils , mais avec la fin de la conscription la problématique du recrutement ne pouvait pas se passer de ces recrues qui font parti du vivier recrutement, militaire du rang, sous-off, officier subalterne ( il y a une classe moyenne qui se met place), mais rare au niveau officier supérieur, pour l'instant. 

Enfin voilà en gros mon sentiment sur le sujet. Désolé si c'est un peu bordélique, j'espère que tu comprendras le fond de mon message. 

 

Citation

Démographie de l'armée américaine

Aujourd'hui, les femmes représentent 16% des forces enrôlées et 18% des corps d'officiers. 

Déployées dans le monde entier, les forces armées sont un pilier du pouvoir et de l'influence américains à l'étranger. Mais de nombreux civils ne connaissent pas leur composition. À quel point l'armée ressemble à la société américaine dans son ensemble?

Article de George M. Reynolds et Amanda Shendruk

24 avril 2018

Les États-Unis ont mis fin au projet de service militaire en 1973, en passant à la force de bénévoles actuelle. À l’époque, la composante active de l’armée comptait 2,2 millions d’hommes et de femmes. Maintenant, ce groupe comprend un peu moins de 1,29 million, soit moins de 0,5% de la population américaine. Qui sont-ils? D'où viennent-ils? Quelle est leur diversité? Plongeons-nous dans la démographie.

L'armée américaine comprend quatre branches: l'armée, le corps de la marine, la marine et l'aviation. Avec près d'un demi-million de membres, l'armée est le service le plus important.

 Quel âge ont les membres actifs?

Les forces armées, qui ont des limites d'âge strictes, sont plus jeunes que la population civile, mais les chiffres diffèrent considérablement selon le service. L'armée de l'air a tendance à avoir des recrues plus âgées, tandis que les marines penchent plus jeunes. Quatre-vingt-quatre pour cent des recrues des marines sont âgées de vingt ans ou moins.

 

À quel point les recrues enrôlées sont-elles riches?

La plupart des militaires viennent des quartiers de la classe moyenne. Une étude de richesse de quartier a révélé que les trois quintiles du milieu étaient surreprésentés parmi les recrues, tandis que les quintiles supérieurs et inférieurs étaient sous-représentés.

D'où viennent les recrues?

Les militaires enrôlés sont issus des cinquante États américains, mais certaines régions contribuent plus que d’autres. En termes absolus, les cinq États ayant recruté le plus grand nombre en 2016 étaient la Californie, le Texas, la Floride, la Géorgie et New York, en raison principalement de leur population relativement nombreuse.

Une autre façon d’analyser ces données consiste à comparer les ratios de représentation, qui considère les recrues comme une part de la population d’un État âgée de dix-huit à vingt-quatre ans. De ce point de vue, l'image change de manière significative. Un ratio de un signifie que la part de l'État dans les recrues en 2016 était égale à celle des personnes âgées de dix-huit à vingt-quatre ans.

La Géorgie affichait le ratio de représentation le plus élevé (1,5), ce qui signifie qu'elle contribuait 50% de plus que sa part de la population du pays, âgée de 18 à 24 ans. Par cette mesure, la Floride, la Caroline du Sud, la Virginie et l’Arizona complètent le top cinq. À l'autre bout du spectre, les États qui comptent moins de recrues que leurs 18 à 24 ans (ceux dont le ratio est inférieur à un) sont Washington, DC, le Dakota du Nord, le Rhode Island, le Massachusetts et New York.

 

 

Citation

Quelle est la diversité de l'armée?

Les organismes fédéraux classent les races en cinq groupes: Blancs, Noirs ou Afro-Américains, Amérindiens ou Amérindiens, Indigènes d’Alaska, Asiatiques et Hawaïens ou d’autres îles du Pacifique. L'ethnicité, que le gouvernement considère comme distincte de la race, est divisée en deux catégories: hispanique ou latino, et non hispanique ou latino. Parmi les recrues, 43% des hommes et 56% des femmes sont hispaniques ou appartiennent à une minorité raciale. Les recrues féminines sont systématiquement plus diverses que la population civile; ils sont aussi plus diversifiés que les recrues masculines. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 27/02/2019 à 14:22, Gibbs le Cajun a dit :

Je viens de tomber sur cette mise en avant des carrières au niveau caporal chef et sergent dans l'USMC . Je sais qu'il y a communication sur le sujet mais là on y aborde les avantages pour celui qui rempile, donc de la fidélisation en amont via la projection de carrière pour une recrue potentielle, ou pour rappeler à des gars ayant quitté le Corps qu'il y a toujours possibilité de rempiler. 

On ne fait pas se type de communication via des vidéos en direction de mecs encore en service qui jusqu'au moment de partir sont au fait des avantages proposé pour la reconduction d'un contrat , mais toujours vers les recrues potentielles ou les gars qui ont quitté l'institution il y a quelques temps déjà, et qui n'avaient peut être pas les mêmes avantages quand ils sont parti.

Donc le sujet est bien là fidélisation, on anticipe pour éviter de combler trop de départ qui pourrait survenir et donc qui pourrait déséquilibrer le ratio jeune, ancien et vétérans , le recrutement étant lié au contexte sociétal et économique d'une société, qui plus est quand la reconversion vers le monde des militaires privés offrent pas mal d'argent et pas les a cotés de la "routine" militaire même si on travaille à se que les gars soient en permanence opérationnel via du terrain et manips. 

Ça soulève quand même une piste sur la gestion du chef d'équipe et de groupe via les limites de responsabilité et la possibilité d'évolution pour un sergent , on avait abordé le sujet sur un autre file. 

Bon on peut quand même se dire qu'il sont très réactif, se qui est pas plus mal pour anticiper les problématiques. 

@Tancrède, ton avis me serai fort utile pour confirmer ou infirmer mon analyse, vu tes analyses très pertinente sur la gestion des ressources humaine dans les armées. 

 

 

Le 27/02/2019 à 21:48, Tancrède a dit :

(Note: je ne peux pas ouvrir la vidéo)

Ce genre de trucs est impressionnants, mais je manque de détails. Quelques remarques qui me viennent à l'esprit:

- s'ils doivent faire ça (ce sont vraiment des sommes impressionnantes pour un réengagement: y'a une décennie, c'était du genre 8 000 dollars au mieux, il me semble), c'est peut-être aussi qu'ils sont désespérés de trouver et garder de la main d'oeuvre, dans une Amérique où environs 70% d'une classe d'âge est inapte au service pour diverses raisons (casier judiciaire, usage de drogues, condition médicale, obésité, fragilité psychologique, traumas....), et où le niveau de volontariat est vraiment très bas, aec des manques qui s'observent de façon maintenant répétée (structurelle?) dans toutes les branches des armées. 

Manque de détail sur le fonctionnement, mais ce genre de choses, à moins d'être parfaitement pensées et organisées (rare dans une bureaucratie), tendent à créer des dysfonctionnements, des conséquences non planifiées, voire de mauvais comportements et abus. Est-ce réservé à ceux qui sont sortis de l'institution et pas à ceux dans l'armée mais qu'on veut voir resigner (connerie bureaucratique typique: avoir 2 statuts différents pour de tels cas, et de là un traitement différent), créant le risque de voir des gars partir, puis revenir pour toucher cette gamme d'avantages si elle est mieux que les conditions de prorogation d'un contrat en cours? Si le truc est réservé aux Marines, y'a t-il des ponts avec l'Army (ils ont des "équivalences" permettant de passer de l'un à l'autre sans repartir à zéro), qui risqueraient de vampiriser la seconde pour mieux alimenter les premiers? Ou est-ce une initiative pour les deux services? 

- même si tout est au taquet, le fait est qu'il s'agit là d'une inflation massive, vu qu'on ne parle pas de si petits effectifs: j'imagine bien que ce genre de primes s'applique à un tas de spécialités, le but étant de maintenir un niveau d'expérience conséquent, d'éviter le "manque à gagner" tactique et budgétaire consistant à sélectionner et former des gars pointus (donc surinvestissement par rapport au soldat de base) pour les voir partir bien avant qu'ils soient devenus "rentables". Le DoD vient simplement de booster le taux d'inflation militaire, et j'imagine que ça aura aussi un impact sur d'autres échelons et spécialités.

Je comprends bien qu'il y a là avant tout un effet de rapport offre-demande qui rend ce genre de choses peu évitables (quoiqu'une refonte des durées de contrats, conditionnée à la valeur de l'investissement de formation consenti, pourrait être à l'ordre du jour), mais je vois la chose comme un signe général que la matière première manque désormais gravement. Vu la baisse tendancielle du sentiment national, qui accompagne celle, peut-être plus conjoncturelle, de l'enthousiasme guerrier", et s'ajoute à certains changements culturels/générationnels (jeunes plus "fragiles", plus adaptés aux nouvelles normes de confort de vie, plus "hédonistes", voulant être plus en phase avec une société civile dont la réalité est plus éloignée que jamais des armées....), il semble que non seulement même le prix du fantassin lambda va augmenter dans des proportions drastiques (avec impact budgétaire macro? En tout cas des changements à vraiment penser pour la "rentabilité", le temps à passer sous les drapeaux pour justifier le coût....), mais plus largement, tout cela me fait l'effet d'armées modernes qui vont tendre à se "mercenariser" peu à peu, plus que dans la période précédente. Moins d'attaches au pays et au sentiment de nation, plus envers la tribu, la famille ou son propre cul, Rien d'autre pour retenir que l'argent, certains avantages et/ou le niveau d'esprit de corps qu'on pourra développer (qui n'est pas la même chose que le service de la nation, même si je n'idéalise pas la chose en en faisant un alpha et omega si puissant). C'est juste que la chose me fait l'impression d'une armée non "post nationale", mais en transition, comme ce qui est par exemple arrivé à l'armée romaine, lentement, soous l'empire: d'une levée de citoyens à fort patriotisme qui est devenue plus professionnelle, on est passé, imperceptiblement, à une armée d'abord purement professionnelle, puis plus autocentrée (dans ses garnisons: elle n'était pas un tout monobloc), puis plus mercenaire (ou se rattachant progressivement à d'autres entités: potentat local, faction politique ou éléments de la caste militaire "centrale" -voir les empereurs illyriens au IIIème siècle). J'arrive pas à mettre le doigt sur une bonne formulation, mais c'est le processus historique constaté en d'autres temps et lieux qui m'intrigue; je me demande juste si ce genre de mécanisme est ici à l'oeuvre, à un stade certes embryonnaire, mais bien réel.... Ou pas. 

Parce que 70 000 dollars de prime de réengagement plus d'autres avantages qui ne doivent pas être gratuits (aides au crédit? Aides à la reconversion? Meilleure couverture santé? Promotions accélérées?), merde! Vu du sol, ça commence à être du vrai fric: le genre avec lequel tu peux démarrer un business, constituer une sérieuse épargne retraite, envoyer des gamins à la fac, ou acheter une baraque. Et j'ai vraiment du mal à croire que ce genre de politique se limitera à un petit nombre de sergents très expérimentés que le Pentagone veut absolument voir revenir: ça va couvrir des sous-offs en pagaille, des spécialistes, des "warrant officers" (officiers issus du rang, généralement dans une spécialité pointue) ou ceux pouvant le devenir vite. 

 

Ce qu'il y a de dramatique avec cette façon de faire, c'est à dire aligner les biftons, est que c'est perdu d'avance: l'armée - américaine ou une autre dans un pays développé- ne pourra jamais faire la course avec ce que propose le monde civile aux profils les plus intéressants, même pour un pays aux budget de défenses aussi considérable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, Shorr kan a dit :

 

 

Ce qu'il y a de dramatique avec cette façon de faire, c'est à dire aligner les biftons, est que c'est perdu d'avance: l'armée - américaine ou une autre dans un pays développé- ne pourra jamais faire la course avec ce que propose le monde civile aux profils les plus intéressants, même pour un pays aux budget de défenses aussi considérable.

Je suis d'accord. 

Au final se que Tancrède met en avant sur l'évolution des armées est un cycle qui revient si on on observe les différentes puissances et à chaque période de l'histoire. Et l'exemple romain qui reste pour moi le 1er dans la construction d'une armée, de son évolution, en modèle qui s'est adapté puis épuisé avec la fin de l'Empire romain. 

La suite ne fut que le renouvellement de se cycle mais sur du plus court terme via l'histoire et l'évolution des puissances occidentales, européens et maintenant américain. 

J'ai toujours été fan de l'époque romaine, mais en restant sur les grandes lignes. Via le forum au travers de Tancrède et d'autres personnes, j'ai beaucoup appris, et je comprend pourquoi Tancrède est un passionné. 

Ces analyses sur l'évolution de nombre d'armées dans l'histoire militaire jusqu'à aujourd'hui me font penser effectivement que c'est toujours ou presque cyclique. 

Dans le sujet que j'ai abordé via ces primes, j'ai rajouté le côté évolution démographique, influence culturelle selon l'histoire du pays. Je n'étais pas dans l'optique de forcément y voir un problème, car lorsque l'on voit l'évolution des armées qui sont née avec la naissance de nouveaux pays issus de l'Empire Romain, on a vu une histoire riche via un mélange des racines culturelles, de l'héritage romain. 

Bien évidemment l'histoire US ne sera pas forcément celle de Rome, la preuve en étant que chaque armée ayant eu cycle évolutif n'a pas vu non plus la fin de pays. C'est la perte de poids comme puissance qui en a découlé. 

Enfin voilà mon avis sur le sujet. 

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 329
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    ThincanKiller
    Membre le plus récent
    ThincanKiller
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 505
    Total des sujets
    1 196 468
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets