Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Israël cherche une stratégie en cas de conflit avec ses voisins


Recommended Posts

Mon anglais est nul mais je pense que l'article ci dessous indique que la production de la M141antibunker est stoppé :

http://www.globalsecurity.org/military/systems/ground/m141.htm

Si quelqu'un veut vérifier si je ne suis pas trompé.

Il dit juste que la commande US de 6000 munition SMAW-D ou M141 a commencé a arrivé dans l'armée US en 1999 ... et que ces arme sont utilisé au compte goutte vu qu'il y en a peu.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 2.9k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Israël pourrait payer le prix fort pour une offensive dans la bande de Gaza

Par Par Ron BOUSSO AFP - Mercredi 31 octobre, 10h24JERUSALEM (AFP) - Si l'armée israélienne met à exécution ses menaces de vaste offensive dans la bande de Gaza contrôlée par les islamistes du Hamas, elle devra faire face à une résistance sans précédent de la part d'une armée de combattants aguerris et bien équipés, estiment des responsables.

(publicité)

Le nombre relativement élevé de pertes israéliennes durant de récents raids dans la bande de Gaza, avec la mort de trois soldats et de dizaines de blessés, illustre le fait que les activistes palestiniens ont mis au point de nouvelles tactiques et armes.

Des experts estiment que l'armée israélienne serait confrontée à des roquettes anti-chars, à des mines, et à des combattants aguerris, déployés dans des tranchées et des positions bien fortifiées.

Une vaste offensive semble toutefois inéluctable alors que les attaques terrestres et aériennes des derniers mois n'ont pas permis de mettre un terme aux tirs de roquettes de la bande de Gaza vers le territoire israélien.

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a averti mardi que "chaque jour qui passe nous rapproche d'une vaste opération à Gaza".

Mais le Premier ministre Ehud Olmert, qui mène des négociations intensives avec le président palestinien et chef du Fatah Mahmoud Abbas en vue d'une réunion internationale prévue le mois prochain aux Etats-Unis, a pour le moment refusé de donner son feu vert.

"D'un point de vue militaire, chaque minute qui passe est une perte de temps. Mais des considérations politiques telle que l'approche de la réunion de paix internationale ont reporté le lancement d'une opération", affirme le général de réserve Jacob Amidror.

Ehud Olmert hésiterait également en raison des pertes qu'une telle opération pourrait provoquer alors que sa cote a été sérieusement affectée par la guerre au Liban contre le Hezbollah de l'été de l'an dernier.

Des hauts responsables de sécurité israéliens estiment que le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin, s'est doté d'une force militaire basée sur le savoir-faire iranien et des tonnes d'armes passées en contrebande par des tunnels à partir de l'Egypte.

"Le Hamas s'arme. Nous ne l'ignorons pas et nous le ressentons sur le terrain", a affirmé lundi le commandant de la région de Gaza, le général Moshé Tamir.

La supériorité militaire d'Israël en équipement, hommes et expertise pourrait toutefois être battue en brêche par quelque 8.000 militants du Hamas entraînés à la guérilla sur le modèle du Hezbollah libanais.

Pour se préparer à une possible offensive israélienne, qui se traduirait par une attaque de chars et des raids aériens, le Hamas a renforcé ses défenses.

"Le Hamas creuse des tranchées, construit des fortifications et des tunnels. Ils ont disséminé des mines", a souligné lundi le chef du Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, Youval Diskin.

Le Hamas a également créé des ateliers de productions d'armes en utilisant les 70 tonnes d'explosifs passés en contrebande depuis l'Egypte, selon Youval Diskin.

Le Hamas dispose "d'une chaîne de commandement, de régiments et brigades bien entraînés. Il met au point des programmes d'entraînement avec des activistes de retour de longues périodes de formation en Iran et dans d'autres pays", a poursuivi le chef du Shin Beth.

Israël a lancé sa dernière offensive à Gaza en juin 20006 à la suite de l'enlèvement d'un soldat israélien en bordure du territoire. Plus de 400 Palestiniens et trois soldats israéliens y ont été tués.

Mais la prochaine offensive pourrait être beaucoup plus meurtrière pour les deux parties, estime Jacob Amidror.

"L'armée devra utiliser beaucoup plus de force. Le prix sera payé par la population de Gaza car Israël se prépare pour une guerre contre une force qui dispose d'armes sophistiquées et qui est bien retranchée", affirme à l'AFP ce général de réserve.

En dehors du fait qu'ils aient du materiel un peut plus sofitiqué , est-il possible de transformer un mouvement de guerilla qui n'arrivait pratiquement pas a causer de pertes sur l'armée Israelienne , en mouvement de guerilla suffisament dangeureux , pour que les dirigeants Israeliens preparent l'oppinion publique à de possibles pertes concequentes , en l'espace de seulement 1 an ?

Link to comment
Share on other sites

A mon avis c'est plutot les palestiniens qu'il faudrait sensibiliser pour leur propre bien car à mon avis les pertes seront beaucoup plus élevés du coté palestinien qu'israélien, civils et militaires/terroristes. Le Hamas prend tout simplement en otages Gaza, et tire beaucoup trop de roquèttes sur le territoire israélien pour que cela passe "inaperçu". L'attaque n'est qu'une question de temps.

Link to comment
Share on other sites

Non que comme ce sont les US qui financent, Israël doit acheter US.

Quand on sait que Haifa était protégé par des Patriot pac III et non pas des Arrow II pendant la guerre au liban V2.0 ..... on se pose des questions quand même

Link to comment
Share on other sites

Quand on sait que Haifa était protégé par des Patriot pac III et non pas des Arrow II pendant la guerre au liban V2.0 ..... on se pose des questions quand même

quoi comme questions? sinon les battries d'arrows sont répartie de maniére a protégé la totalité du térritoire israelien en complement des patriots.

sinon l'arrow n'est pas concu pour arréte des roquettes comme celles qui sont tombé sur haifa.

Link to comment
Share on other sites

quoi comme questions? sinon les battries d'arrows sont répartie de maniére a protégé la totalité du térritoire israelien en complement des patriots.

sinon l'arrow n'est pas concu pour arréte des roquettes comme celles qui sont tombé sur haifa.

Le patriot non plus..... Le risque de tire de missile Zelzal-2 existait d'où le déploiment d'au moins une batterie de patriot pac III au tour de Haifa. Mais si l'Arrow II surclasse le patriot pac III,pourquoi les généraux lui ont préférer le Pac III?

Link to comment
Share on other sites

Peut être parce que les américains vendent cette merde innommable au poids de la ferraille qui la compose histoire de tuer dans l'œuf la concurrence israélienne sous couvert d'aide au pays. Quand on sait par exemple qu'il leur vendent des M16 à 89$... le prix d'un jeu vidéo en France par exemple.

Link to comment
Share on other sites

Le patriot non plus..... Le risque de tire de missile Zelzal-2 existait d'où le déploiment d'au moins une batterie de patriot pac III au tour de Haifa. Mais si l'Arrow II surclasse le patriot pac III,pourquoi les généraux lui ont préférer le Pac III?

les arrow sont déployé en permancence ,les patriots ont été redéployé au nord en appui de la battrie arrow 2 couvrant la galilée et la region de haifa,les israéliens n'ont prit aucun risque dans l'éventualité d'une escalade du conflit avec la syrie et l'iran et c'est bien normal.

sinon voici un article d'aviationweek sur le raid israélien en syrie,le sattélitte ofeq7 ,les F-16I ,le missile spice et le pod litening ont prit une importance de taille dans ce raid.

New Satellite Surveillance System Was Key Israeli Tool In Syria Raid

Nov 2, 2007

David A. Fulghum, Robert Wall and Douglas Barrie/Aviation Week & Space Technology

Israel pulled out all the stops technologically in its recent raid on Syria, employing several new intelligence-gathering and strike systems in a chain of events stretching from satellite observations to precision bombing of a target thought to be a nuclear facility.

Syria's internal politics might have contributed to the apparent success of the Sept. 6 mission. The target was so highly classified in Damascus that the military wasn't briefed and, therefore, air defenses were unprepared, says an Israeli official.

But the absence of a dense air defense around the facility didn't stop Israel from digging deep into its technology quiver, drawing on the newest technologies in its arsenal.

The first piece of the puzzle is linked to the launch of a new reconnaissance satellite this summer. It allowed the integration of several advanced technologies, including electro-optical imaging from space, image enhancing algorithms, scene-matching guidance for precision weapons, and the use of advanced targeting pods carried by the Israeli air force's two-man F-16Is, which are not yet available on its F-15Is.

Israeli and U.S. officials will not reveal operational details or even the actual target under threat of criminal prosecution. Political and military leaders in Tel Aviv and Jerusalem don't want to humiliate or anger Syria by providing details of the attack. The desire to avoid any discussion of the event extended to an apology for violating Turkish airspace. Turkey found unmarked drop tanks inside its border with Syria that officials believe came from Israeli warplanes conducting the raid.

"If Israeli planes indeed penetrated Turkish airspace, then there was no intention thereby, either in advance or in any case, to -- in any way -- violate or undermine Turkish sovereignty," said Prime Minister Ehud Olmert. He apologized for "any violation that may have occurred." Egyptian and Syrian press reports had accused Turkey of either turning a blind eye to the operation or actively cooperating. In past years both the U.S. (warplanes) and Syria (an errant Scud missile) have made similar apologies to Turkey.

But in a series of interviews with Aviation Week & Space Technology, various specialists explained several of the technologies and how they were used. "Reality is more impressive than your imagination in some areas," says a senior military officer.

Space observations provided early planning details for the raid.

The key satellite for the Syrian raid was Ofeq-7 launched on June 11. It has multispectral and high-resolution electro-optical sensors and a resolution far better than a half-meter, although exact figures are classified. The spacecraft also provides a tactical downlink to transmit imagery directly to combat forces, industry officials note.

The orbiting of Ofeq-7 improved the Israeli Defense Force's operational capabilities by dozens of percent, said Brig. Gen. Haim Eshet, director of space programming at Israel's Defense Research and Development Directorate (AW&ST Sept. 17, p. 28). The space images were then improved by specialized imagery enhancement algorithms to sharpen pictures for planning precision bombing attacks.

Israel also is in the process of further upgrading its space intelligence operations. It plans to launch the nation's first Polaris/TecSat military imaging radar satellite from India as part of a cooperative effort between the two countries. The new satellite will have an electronically steered, synthetic aperture radar (SAR) with 1-meter resolution in high-resolution mode. In strip mode, the system could deliver a resolution of 3-8 meters. The spacecraft should be able to gather 40 images per pass of a target, with most of the processing done on the ground.

The primary aircraft for the Syrian raid were some of the new, two-man Lockheed Martin F-16Is (Sufa or Storm) that Lockheed Martin began delivering to the Israeli air force (IAF) in February 2004. The backseater is a weapon systems officer who can focus on targeting and electronic warfare while the pilot focuses on flying and evading air defenses (AW&ST Oct. 8, p. 28). Conformal fuel tanks give the fighters an unrefueled combat radius of more than 500 mi., which almost matches the unrefueled range of F-15Is that would normally escort a flight of strike aircraft. However, the F-16I can carry both the Derby medium-range radar missile and the shorter-range Python 4 and 5 infrared air-to-air missiles.

Sensors on the $45-million F-16I includes an APG-68(V)9 radar with high-resolution synthetic aperture radar mapping capability and about 30% more range that other mechanically scanned radars. But more importantly for this raid, the fighter has the Litening targeting pod. Its EO imagery can be used for seeker cueing. Litening is so far deployed only on the IAF's F-16Is, not the F-15s. It was the sensor of choice partly because of its image-stabilization algorithms coupled with the 1,000 X 1,000-pixel charge-coupled device detector to provide high-resolution imagery.

That imagery can be used for scene-matching with the observations made by the satellite. The pod also can provide the scene matching for images sent by the precision weapons carried by the F-16Is -- in this case the Spice-2000 missile. However, in planned scenarios, the military would draw on enhanced satellite imagery for the weapon. The satellite pictures also can be provided in flight and, after a few minutes of manipulation, be uploaded into the weapon; but in the Syria scenario, that capability was apparently not required.

The Spice-2000 is part of a family of weapons being developed by Rafael, but it's the only one currently operational with the Israeli air force (the Spice-1000 is in final qualification trials). Owing to a wing kit, the 2,000-lb. version has a standoff range exceeding 60 km. (37 mi.), which is considerably longer than the standard U.S.-build Joint Direct Attack Munition.

The IAF considers standoff capability a must since "Syria has the biggest air defense capability in the Middle East," says a senior Israeli military official. "They've been investing in it, they're investing today, and they'll invest in the future. They're trying to get the best. The Tor is a very good air defense system, and they chose it because they could get 29 systems for the same cost as one-and-a-half S-300 surface-to-air missile systems."

The Tor-M1 (SA-15 Gauntlet) is a mobile point defense system, while the S-300 (SA-10/SA-20) provides a medium- to long-range air defense capability. Israeli officials continue to monitor discussions between Damascus and Moscow about a potential S-300 sale, and are quietly working diplomatic channels to stop that from happening. One military planner notes that even though the S-300 is a formidable air defense system, after several months of watching it operate in Syria, solutions to defeat it would quickly emerge. It would not alter the strategic balance, he asserted.

Although Spice is preferred when there's time to plan the mission (as was the case in the recent attack), for fast response strikes, the IAF would rely on its lineup of laser-guided weapons. The service recently announced it had bought the Eblit Systems Lizard LGB. In general, the air force has decided to depend less on GPS-navigation weapons because of fears that the satellite signal could be jammed, altered or turned off. There's also concern that using GPS bombs leaves much room for error. Target location inaccuracies introduced during planning and by the GPS-kit itself (around 10 ft.) could lead to a miss.

By contrast, Spice-2000 has an EO guidance sensor for terminal-phase target updates. It matches a large scene with what the seeker sees, so even if the precise target is obscured by smoke or clouds, the weapon can determine its impact point. Only if the seeker cannot make a match does the weapon default to GPS navigation.

"We can work with or without GPS [because] there's a real-time scene-matching algorithm [and] midcourse navigation [adjustments via Link-16 data communications]," says a specialist. "It takes a few minutes to manipulate the data on the aircraft [and] make a mission planning file. We can use regular satellite data. An auto-reference to the bomb's [internal guidance system] creates a launch envelope. It goes to GPS if there's no match."

That doesn't mean Israel is backing away from GPS-guided weapons. "From the operational point of view, we want alternatives," the senior officer says. "I believe we must have GPS, but we have unique and good alternatives with platforms, weapons and systems that are better than GPS. We're developing new combinations all the time."

In addition to the military objective of destroying the target, the raid on Syria also had important international and domestic political overtones, notes one Israeli official. The goal was to send a strategic signal to the region about Israel's willingness to act. Moreover, for the IAF, the mission was an important step. The armed forces are grappling with lessons learned from last year's Lebanon war and a potential budget shift to the ground forces. As a result, the air arm wanted to signal its continued importance to national defense.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour tout le monde,

je ne sais pas si quelqu'u a entendu parler de ça mais ajourd'hui le hezbollah a annoncé qu'il a effectué la plus grande manoeuvre defensive de son histoire pendant ces trois derniers jours.

Toutes les unités étaient impliquées dans cette opération qui s'est deroulée entre nakoura et safh el jabel (ouest - Est) et puis dans une profondeur de 10aines de km entre le litani et la frontière sud du liban (ils ont cité carrèment la barrière).

l'opération a été suivie personnellemnt par cheikh hassan nasrallah. le Hezb cite que les dernières manoeuvres israeliennes et les différents changement de poste des unités israeliennes l'on poussé à revoir et confirmer la disponibilité et les capacités de ses unités pour contrer une attaque israelienne gloabale.

l'unité des missiles et celle anti char ont été les plus sollicitées.

le 11 novembre le chekh hassan va prononcer un disours commemorant le jour du martyr et il parlera de quelques points liés à cette opération.

Link to comment
Share on other sites

Ta signature saad n'a aucun sens et est de surcroit une provocation ridicule.

je suis d'accord avec toi,il s'agit d'une accusation scandaleuse et perverse, il suffirai d'analysé le comportement de l'état israélien pour voir qu'il n'y a en aucun cas volonté d'holocauste de la part d'israel a l'égard de qui que ce soit, mais par contre personne ne parle de l'éducation scolaire scandaleuse et anti-sémite que recoit les jeunes palestiniens endoctriné depuis leurs  enfances;mais  la diabolisation d'israel fait vendre .

pour en revenir au sujet de base ,le liban ne fait rien pour empéché le hezbollah de ce réarmé et de menacé israel ,aprés y'a pas de quoi s'étonné si srael survol le hezbollah land et récolte des informations sur ce groupe térroriste .

le liban est responsable de ce qui ce passe sur son sol ,soit ils prennent leurs responsabilité soit ils prennent le risque d'une autre guerre avec israel ,la turquie est conforté au méme probléme qu'israel , et elle a réussie a faire passé un méssage sans faille a l'irak , usa et au pkk ,israel devrai s'inspiré de cette politique .

Link to comment
Share on other sites

pour en revenir au sujet de base ,le liban ne fait rien pour empéché le hezbollah de ce réarmé et de menacé israel ,aprés y'a pas de quoi s'étonné si srael survol le hezbollah land et récolte des informations sur ce groupe térroriste .

le liban est responsable de ce qui ce passe sur son sol ,soit ils prennent leurs responsabilité soit ils prennent le risque d'une autre guerre avec israel ,la turquie est conforté au méme probléme qu'israel , et elle a réussie a faire passé un méssage sans faille a l'irak , usa et au pkk ,israel devrai s'inspiré de cette politique .

S'ils s'etaient contenté de bombarder les positions de hezbollah ok , normal , mais là ils ont delibérement bombardé des infrastructures civiles  , et causé deliberement la mort de civiles.
Link to comment
Share on other sites

Quelques missiles de croisière sur les palais de Bachar Al Assad devraient calmer le Hezbollah. Les USA ne se sont pas encombrés au milieu des années 80. Quelques missiles sur les palais de Kadhafi, quelques tués dont une de ses filles adoptives en représailles des attentats terroristes sur les avions US. Et voilà le travail. C'est comme ça qu'on calme les débiles.

Link to comment
Share on other sites

La sécurité autour de la centrale nucléaire de Dimona a été renforcée la semaine dernière, par crainte d'une attaque aérienne de l'armée syrienne. C'est ce qu'affirme le journal britannique, le Sunday Times. (Guysen.International.News)

Les journalistes rapportent que plusieurs missiles Patriot ont été transférés à Dimona ces derniers jours. Les autorités israéliennes craignent que la Syrie ne tente de riposter au raid aérien de Tsahal il y a 2 mois.

Link to comment
Share on other sites

Guest barbaros pacha

Shimon Peres achève mardi une visite officielle à Ankara. Le président israélien doit prononcer un discours devant le Parlement turc, un geste symbolique fort. Il croisera également à cette occasion le président palestinien, Mahmoud Abbas, en voyage en Turquie lui aussi. Ce va et vient diplomatique intervient alors que doit se tenir, avant la fin de l’année, la réunion d’Annapolis aux Etats Unis, un rendez-vous qui vise à réactiver le processus de paix au Proche-Orient. M. Peres a affirmé à Ankara lundi qu’il était déterminé à œuvrer à la réussite de cette conférence tout en prévenant qu’il ne faut pas s’attendre à des résultats immédiats.

Image IPB

« Israël est bien décidé à faire d’Annapolis un succès, à mettre un terme au conflit et à faire la paix avec les Palestiniens ». Shimon Peres, optimiste, a fait ces déclarations au cours de la conférence de presse commune qu’il a tenu lundi avec son homologue turc Abdullah Gül. Plus pragmatique, ce dernier a rappelé au président israélien que l’Etat hébreu devait avant tout mettre un frein à sa politique de colonisation en Cisjordanie.

Le processus de paix a donc été cœur de la rencontre Gül-Peres à Ankara. Le chef de l’Etat israélien considère que sa visite en Turquie est historique, il va en effet prendre la parole mardi devant les députés turcs, une première. Au-delà du symbole, ces rencontres avec les responsables turcs ont surtout été l’occasion de préparer la réunion d’Annapolis qui se tiendra aux Etats-Unis dans quelques semaines. Dans cette perspective, Shimon Peres s’entretiendra d’ailleurs mardi avec le président palestinien Mahmoud Abbas qui se trouve lui aussi à Ankara.

La Turquie a un rôle important à jouer pour l’instauration de la paix au Proche-Orient, a souligné Shimon Peres. Ankara est membre de l’Otan, c’est le plus proche allié d’Israël au sein du monde arabe et les Turcs ont déjà joué les médiateurs entre Israéliens et Palestiniens par le passé. Il semble que depuis quelques mois, la diplomatie turque s’active à nouveau au chevet du Proche-Orient et ses émissaires tentent surtout de relancer les pourparlers entre l’Etat hébreu et Damas.

La Turquie au chevet du Proche-Orient

L’hypothèse de travail des médiateurs turcs est simple : la perspective d’une reprise des négociations entre la Syrie et Israël apparaît plus réaliste qu’un accord définitif avec les Palestiniens puisque, selon eux, il s’agit d’une simple question territoriale : celle du plateau du Golan. Abdallah Gül a donc insisté ce lundi devant Shimon Peres pour que toutes les parties soient présentes à Annapolis, Syrie incluse. Les invitations à la réunion d’Annapolis n’ont pas encore été lancées officiellement mais les Américains semblent prêts à accueillir des représentants syriens.

Le chef de l’Etat turc a également indiqué que son pays était prêt à lancer des pourparlers pour obtenir la libération de deux soldats israéliens capturés par le Hezbollah libanais l’an dernier.

Le maintien de relations cordiales avec la Turquie, pays musulman strictement laïc, est crucial pour Israël. Abdullah Gül s’était rendu en Israël en 2005 pour améliorer les relations bilatérales entre les deux pays. Ankara estime être bien placée pour faciliter les efforts de paix au Proche-Orient car les autorités turques entretiennent de bonnes relations aussi bien avec Israël, allié régional, qu’avec les palestiniens. En revanche, l’opinion publique turque penche clairement pour la cause arabe. D’ailleurs, le Premier ministre turc, M. Erdogan qui dirige un parti islamo-conservateur, a émis par le passé de sévères critiques à l’intention d’Israël pour sa politique à l’égard des Palestiniens.

Des initiatives économiques

La visite des présidents israélien et palestinien coïncide avec la tenue de la 7eme édition du Forum économique d’Ankara. Un accord tripartite doit d’ailleurs être conclu ce mardi, il concerne la création d’une zone industrielle entre le territoire israélien et la Cisjordanie. Ce projet serait susceptible de créer des milliers d’emplois pour les Palestiniens. Un accord similaire avait été signé il y a deux ans pour la reconstruction de la zone industrielle d’Erez, au nord de la bande de Gaza. Le projet avait été suspendu lorsque le mouvement islamiste Hamas avait gagné les élections législatives. Turcs, Israéliens et Palestiniens tentent à présent de mettre en œuvre une initiative similaire mais pour plus de sûreté dans les territoires qui sont toujours sous contrôle du Fatah, le parti de Mahmoud Abbas.

Concernant la lutte fratricide qui déchire aujourd’hui la société palestinienne, les diplomates turcs refusent de prendre franchement position. Ils estiment que le président Abbas ne peut pas offrir à Israël de solution de paix viable sans s’assurer d’abord du soutien du Hamas. Pragmatique, la Turquie maintient donc ses relations avec le mouvement islamiste. Une position qui diverge singulièrement de celle de ses alliés américains et israéliens.

Link to comment
Share on other sites

article intéréssant sur les manoeuvres du hezbollah qui aurai pour but selon l'auteur de menacé les ocidentaux et de les influencé a travers l'election présidentiel libanaise.

http://www.mediarabe.info/spip.php?article1145

quelqu'un pourrait donner des details sur les types de manoeuvres, l'article n'est pas tres revaleur (sauf pour l'objectivite du journaliste  =D)

c'est bizarre tout de meme qu'israel n'est rien dit, c'est le genre de chose qu'elle ne laisse pas passer!

Link to comment
Share on other sites

quelqu'un pourrait donner des details sur les types de manoeuvres, l'article n'est pas tres revaleur (sauf pour l'objectivite du journaliste  =D)

c'est bizarre tout de meme qu'israel n'est rien dit, c'est le genre de chose qu'elle ne laisse pas passer!

en réponse israel a envoyé une dizaine d'avions survolé tyr et le liban sud ,ces mémes avions ont laché des leurres histoires de dire ont vous surveille .

sinon israel développe un tous nouveau drone qui n'aura pas son pareil dans le monde et pour cause je vous laisse lire.

Tsahal a entamé le développement de drones chargés de missions logistiques, et notamment du transfert de blessés. Ces avions sans pilote pourront contrôler les mouvements ennemis, transférer du matériel logistique aux combattants, évacuer des blessés et contrôler les axes de circulation.  (Guysen.International.News)

Le coup d'envoi de ces travaux a été donné après la Seconde guerre du Liban.

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,806
    Total Members
    1,550
    Most Online
    De Mersuay
    Newest Member
    De Mersuay
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...