Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

encore une histoire belge. =)

combien de belges veulent une scission ?

La vrais scission(donc cree des etats independant +-2 a 5 pourcent ,pour une plus grande autonomie et la partition des pouvoir entre le regional et le federal en flandre +-50 pourcent en wallonie juste un peut moin et a bruxelles et ben tous les sondages que jai trouver donne des resultat tellement different que je prefere ne pas donner de chiffre mes lambiance dans la capitale  est plus pour un statut co

Mes en meme temps 2 belges sur trois dise que la scission est inevitable et que a un moment ou a un autre sa dois arriver

Pour les chiffres que je vous donne je les est trouver dans des revue et journaux belge, les chiffres varie dun article flamand ,wallon ou bruxellois donc jai fait une synthese c donc a prendre avec des pincette sy queqlquun a des chiffre bcp plus sure

Link to comment
Share on other sites

Démembrement de la Belgique

Un démembrement programmé : quel doit être la position du Forum sur ce sujet ?

La Belgique connaît depuis plusieurs mois une montée en puissance très rapide de revendications poussant au démembrement du pays. Bien entendu, il n’est pas possible de donner une date à cet événement. En revanche, au vu des éléments qui secouent politiquement et économiquement la Belgique, on peut affirmer que le phénomène se produira assez rapidement. Les divergences qui opposent les communautés flamande et wallonne sont nombreuses. Sans les citer toutes, on peut relever trois phénomènes récents majeurs :

1) Le groupe de Warande réunissant des économistes, industriels et universitaires flamands fin 2005 soulignant le fardeau financier que représente la Wallonie sur l’économie flamande. Ces représentants demandent l’indépendance de la Flandre. (suite ci-apres)

2) Fin janvier 2006, au Parlement régional flamand, lancement par les partis traditionnels d’une constitution flamande reconnaissant la « nation flamande ».

3) 1er juin 2006, lancement d’une résolution par le Vlams Belang au Parlement belge demandant le démembrement de la Belgique et la souveraineté politique flamande et wallonne. Cette résolution a été adoptée par tous les partis flamands (moins une abstention) qui se sont donc rangés sur la même ligne que le Vlams Belang. Ceci révèle la communion de pensée de tous ces partis flamands peu importe l’étiquette politique. En revanche, tous les partis francophones ont voté contre. Nous avons une parfaite fracture entre les deux communautés.

En raison du démantèlement prévisible de la Belgique, une question se pose : Quel avenir politique pour la Wallonie et Bruxelles (territoire majoritairement francophone en territoire flamand) ? Il est possible – sans être une certitude – que de nombreux Wallons souhaitent un rattachement à la France. La réponse à donner doit être politique. C’est-à-dire résultant d’un calcul reposant sur la connaissance des points clefs du contexte politique européen et américain dans lequel la France baigne (en particulier en raison de la création d’un marché transatlantique sans frontières).

D’abord, il faut rappeler cette vérité de la Palice. La France est membre de l’Union européenne. Cela signifie que les ordres viennent des instances bruxelloises. En France, le Parlement dit « national » est une caisse enregistreuse. La France comme tous les pays de l’UE doit se plier aux normes européistes et, plus exactement, aux normes de l’organisation politique européenne qui sont : la régionalisation, la coopération transfrontalière destructrice des frontières nationales, la reconnaissance du principe ethniciste, l’aménagement du territoire ou encore le code civil européen (pour ne citer que quelques éléments). Le lecteur intéressé peut lire « Minorités et régionalismes » et « La décomposition des nations européennes » aux Editions François-Xavier de Guibert pour connaître le cadre général et les dessous de l’affaire.

Tout d’abord, il faut rappeler les points clefs de la construction européenne.

1) Les régions (ethniques ou pas) sont appelées à devenir indépendantes politiquement et économiquement en particulier avec l’octroi de la gestion des Fonds structurels en liaison directe avec Bruxelles sans passer par la voie nationale. En avril 2006, les représentants de l’Association des régions françaises (l’ARF), en particulier Ségolène Royal, se sont rendus à Bruxelles pour obtenir cette facilité. Le président de la Commission, José Barroso, est pour la satisfaction de cette demande. Il n’a pas encore le pouvoir de l’imposer. Pour le moment, le gouvernement français a refusé de souscrire à cette exigence venant des présidents des régions … mais pour combien de temps ? En fait, tôt ou tard, les présidents de régions obtiendront ce privilège majeur correspondant au principe de la féodalité.

2) L’Union européenne (l’UE) acquiert une autorité politique croissante. Entre les régions et l’Union européenne, l’Etat-nation est pris dans un étau et vidé de ses prérogatives régaliennes.

3) Avec la coopération transfrontalière, les frontières nationales deviennent administratives et amovibles.

4) Les textes de l’UE officialisent la reconnaissance ethniciste.

5) La désarticulation complète des Etats autorise le regroupement de régions pour des raisons économiques et/ou ethnicistes – dans le cadre des eurorégions - en particulier avec celles se trouvant de part et d’autre des frontières nationales devenues défuntes.

Quand la Belgique éclatera et si la Wallonie demande son rattachement à la France, il faudra refuser en raison des divers faits cités ci-dessus mais aussi en raison d’autres facteurs.

1) D’abord, c’est nous, Français, qui devons avoir le dernier mot. On ne rentre pas en France sans notre accord. Nos intérêts priment sur tout le reste.

2) La Wallonie est une petite « république démocratique allemande » de langue française. En termes clairs, la Wallonie traverse une grave crise économique et son rattachement à la France serait un véritable handicap. Notre pays croulant sous le poids de la dette, du chômage et des problèmes en tout genre n’a vraiment pas besoin d’une surcharge supplémentaire.

3) Quand bien même, l’économie wallonne serait florissante, l’intégration à la France serait prématurée car elle entraînerait un effet domino partout en Europe. En effet, en raison des 5 point évoqués (construction européenne) et qui concernent tous les Etats européens, nous assisterions à une multiplication des revendications territoriales, économiques et ethnicistes. Il faut être logique, si la Wallonie est rattachée à la France, comment cette dernière pourrait refuser le rattachement de la Flandre française (la région de Dunkerque) à la Flandre « belge » ou les exigences des Basques espagnols envers les Basques français. Ce phénomène se répétera partout en Europe comme avec les Hongrois de Roumanie vers Budapest etc… Finalement, la France aura donné le mauvais exemple en ouvrant la boîte de Pandore. Compte tenu que tous les documents européens autorisent la satisfaction de ses demandes en raison des textes susmentionnés, nous assisterions à un véritable chambardement en Europe. On ouvrirait la voie à des guerres comme cela a été le cas avec la Yougoslavie dans les années 1990. Pour l’acquisition d’un petit territoire d’environ 15 000 km², nous paierions dans le sang partout en Europe cette annexion de la Wallonie à la France.

4) En fait, parler d’un rattachement de la Wallonie à la France n’a pour l’instant pas de sens car l’indépendance programmée politique et économique des régions fait qu’il n’y a plus de France politiquement souveraine. En fait, la Wallonie serait rattachée à une eurorégion, c’est-à-dire à un groupe de régions ex-françaises et ex-allemandes traitant directement avec Bruxelles. En effet, des mesures ont été lancées afin de créer une eurorégion regroupant la Wallonie, le Luxembourg, la Rhénanie-Palatinat, la Sarre et la Lorraine.

Conclusion

« La vraie force est de savoir se limiter » comme le disait Charles-Maurice de Talleyrand. Dans le contexte actuel de la destruction des Etats-nations par l’UE, il ne faut pas se faire avoir en entrant dans le jeu de nos ennemis qui cherchent à démanteler les Etats par tous les moyens. Qu’on ne se méprenne pas des propos que je vais tenir. La défense de la langue française ou des intérêts stratégiques de la France sont « secondaires ». Non pas dans le sens quantité négligeable, en fait ce sont des sujets importants, mais dans le sens qu’on ne peut vraiment les défendre qu’à la condition d’obtenir d’abord et avant tout le retour de la souveraineté politique de la France. Donc, pas de romantisme, pas d’exaltation à l’égard de la Wallonie. Ce qui compte, c’est ce qui est utile à la France à court et à long terme. Bien évidemment, quand le système européiste que l’on cherche à nous imposer aura été mis à terre, la France et la Wallonie pourraient légitimement unir leurs destins. En attendant, la raison impose d’établir des liens privilégiés avec le futur Etat wallon pour l’aider à surmonter les conséquences de sa scission avec la Flandre.

Divorçons de l’Union européenne. Politique d’abord ! et le reste suivra.

Pierre Hillard

Animateur de la commission « Amènagement du Territoire »

Du Forum pour la France

Source :

http://www.forumpourlafrance.org/spip/Demembrement-de-la-Belgique.html

Link to comment
Share on other sites

Le suffixe phobe est un peu fort mais oui, je suis contre l'UE.

Je suis pour et contre l'UE

Si l'UE vise à devenir un état nation OUI la renaissance de l'empire de Charlemagne en république (Allemagne, Luxembourg, Autriche, Hollande, Belgique, France, ev et prob Italie et espagne) , je la défends à 100%

Si l'UE n'organise pas la fusion des principaux états dans une seule nation européenne il vaut mieux y mettre fin en tous les cas limiter fortement ses prérogatives.

Le problème de l'europe et que nous devons décider de plus d'Europe ou de moins d'Europe, mais la situation actuelle est intenable.

Les états nations sont de plus en plus faible et l'état européen se fait attendre.

Link to comment
Share on other sites

Le Parlement français n'a pas besoin de l'Union Européenne pour etre une caisse enregistreuse... et autre grande phrase les frontières sont capables de bouger car seulement adminstrative.. Qu'est ce qu'il ne faut pas entendre (ou lire dans ce cas-ci)!

Pour en revenir à la Wallonie, je pense aussi qu'il ne faudrait pas intégrer la Wallonie à la France. On n'a pas d'intérêts et je ne pense pas que beaucoup de Wallons aimeraient devenir une région française.

De toute façon, la Belgique est le coeur de l'Europe et je vois mal qu'on la laisse se déchirer en deux alors que toutes les institutions européennes s'y trouvent.

Link to comment
Share on other sites

Pour en revenir à la Wallonie, je pense aussi qu'il ne faudrait pas intégrer la Wallonie à la France. On n'a pas d'intérêts et je ne pense pas que beaucoup de Wallons aimeraient devenir une région française.

De toute façon, la Belgique est le coeur de l'Europe et je vois mal qu'on la laisse se déchirer en deux alors que toutes les institutions européennes s'y trouvent.

Excepté celles qui sont à strasbourg, au luxembourg, à Berlin, etc.

Link to comment
Share on other sites

Les états nations sont de plus en plus faible et l'état européen se fait attendre.

C'est à mon avis une illusion de penser, alors que tu constates justement que les états nations sont de plus en plus faibles, que l'on va faire de l'europe unie un super-état nation.

Link to comment
Share on other sites

Source : AFP:  Belgique:les francophones gagnent 4 mois.

Les partis francophones belges ont activé aujourd'hui une procédure permettant de geler durant quatre mois tout vote d'un texte législatif explosif attaquant les droits linguistiques de leur communauté dans la périphérie de Bruxelles.

Les députés régionaux francophones bruxellois ont adopté aujourd'hui à l'unanimité une motion dite de "conflit d'intérêt", au cours d'une séance plénière du Parlement de la région de Bruxelles, afin d'obtenir un délai de 120 jours.

L'Europe unie intégrée -fédérale pour parler clair- qui en veut encore? Pas grand monde. On aura au mieux une confédération où les nations seront fortes et le pouvoir supra-national faible, c'est ce que je crois. Au pire on aura un grand marché avec peu de pouvoir politique centralisé.

Link to comment
Share on other sites

http://www.lesoir.be/actualite/monde/wilders-parle-d-une-fusion-2008-05-12-597779.shtml

Wilders parle d’une fusion Pays-Bas/Flandre

Le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende devrait prendre le pouls auprès de son homologue Yves Leterme au sujet de l’opportunité d’une fusion entre les Pays-Bas et la Flandre, a affirmé le député nationaliste néerlandais Geert Wilders.

Geert Wilders souhaite que les Flamands et les Néerlandais s’expriment au sujet de cette option par référendum. En novembre dernier, un sondage auprès de ses électeurs avait démontré qu’une majorité d’entre eux étaient favorables à une fusion entre la Flandre et les Pays-Bas. D’après Geert Wilders, la nouvelle union serait bonne pour l’économie des Pays-Bas, affirme-t-il dans les colonnes du quotidien « De Telegraaf ».

Le fondateur du « Parti pour la liberté », qu’il a créé en 2006 à la suite de son départ du parti libéral, a jugé que les troubles politiques en Belgique « constituent la preuve que ce pays ferait mieux de s’arrêter d’exister ».

Link to comment
Share on other sites

Au fait, les chocolats belges, et les autres spécialités, en cas de scission c'est qui qui revendique les spécialités locales ?

Parceque dire chocolat flammand ou chocolat wallon, j'ai un peu de mal. =)

Link to comment
Share on other sites

Au fait, les chocolats belges, et les autres spécialités, en cas de scission c'est qui qui revendique les spécialités locales ?

Parceque dire chocolat flammand ou chocolat wallon, j'ai un peu de mal. =)

CVS vous serez punis.  :lol:

Link to comment
Share on other sites

Les hollandais sont assez favorables, les flamands beaucoup moins

Les hollandais pour un rapprochement ?!!!!! lesquels ? Ils considerent les flams comme des bouseux incultes, un peu comme les albanais, les kosovars c'est dire.

Link to comment
Share on other sites

Les hollandais pour un rapprochement ?!!!!! lesquels ? Ils considerent les flams comme des bouseux incultes, un peu comme les albanais, les kosovars c'est dire.

Je me base sur un sondage fait il y a 6 mois.

IL faut bien comprendre que la révolte de 1830 fut peu suivie en Flandre et imposée par la noblesse et par l'Eglise (les hollandais étaient protestants)

Mais c'est vrai que les hollandais se gaussent de l'accent flamand

Link to comment
Share on other sites

Moi je propose de réunir wallons et flamands à une même table avec une hoegarden, des moules frites et du chocolat belge, en disant messieurs, si on se scinde, on risque de perdre des valeurs sacrées.  =D

Link to comment
Share on other sites

  • Fenrir changed the title to [Belgique]

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,982
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...