Recommended Posts

Galileo à des problémes :rolleyes: :arrow:

Galileo: Berlin menace de bloquer le projet en cas de fusion des offres

[23/05/2005 à 05:38:13 UTC] Source : AFP

BERLIN, 23 mai 2005 (AFP) : : : Le gouvernement allemand envisage de bloquer le projet européen de navigation par satellite Galileo en cas de fusion des offres des deux candidats à sa concession, selon une interview du ministre allemand des Transports Manfred Stolpe au quotidien Handelsblatt de lundi.

"A l'heure actuelle, je suis contre une telle fusion", a indiqué le ministre qui se dit prêt à "l'empêcher avec tous les moyens pacifiques imaginables".

Deux consortiums, iNavSat (EADS, Thales, Immarsat) et Eurely (Alcatel, Finmeccanica, Aena, Hispasat), qui revendiquent une quarantaine de partenaires chacun, sont concurrents pour obtenir la concession du système.

Mais l'entreprise publique européenne Galileo JU n'a pas réussi jusqu'ici à les départager, et la Commission européenne avait indiqué mi-mai qu'une "réflexion" était "en cours" sur une possible fusion des deux offres.

"Nous devons veiller à avoir assez de retombées industrielles en Allemagne dans le projet Galileo", a expliqué M. Stolpe.

Alors que les intérêts de plusieurs sous-traitants allemands sont en jeu, M. Stolpe réclame l'implantation d'important sites de Galileo en Allemagne, selon le Handelsblatt qui selon l'usage de la presse allemande rapporte une partie des propos au style indirect.

Le ministre s'inquiète également d'une possible flambée des coûts du projet s'il n'y a plus qu'une seule offre, ajoute le journal.

Galileo sera le concurrent européen du seul grand système de navigation par satellite existant aujourd'hui, le GPS américain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'offre commune proposée par les deux candidats à la concession du système européen de navigation par satellite Galileo, Alcatel-Finmeccanica d'une part et EADS-Thales d'autre part, "me paraît bonne", a déclaré Denis Ranque, Pdg de Thales, samedi. "Cette offre commune, nous l'avons souhaitée. Elle me paraît bonne", a-t-il déclaré à quelques journalistes en marge du salon aéronautique du Bourget. "Thales a un rôle majeur dans Galileo. On fait toute la partie sécurisée", a également commenté le Pdg du groupe français d'électronique professionnelle. Les deux consortiums vont déposer lundi une "proposition conjointe", avait annoncé vendredi à l'AFP le porte-parole de l'entreprise publique européenne Galileo JU, Peter Marchlewski. Il a cependant insisté sur le fait que cela ne préjugeait en rien de la décision de Galileo, attendue le 27 juin, de retenir ou non cette proposition, les deux offres concurrentes restant valables jusqu'à nouvel ordre. Les deux consortiums iNavSat (EADS, Thales, Immarsat) et Eurely (Alcatel, Finmeccanica, Aena, Hispasat) ont déposé des offres concurrentes pour obtenir la concession du système. Mais Galileo JU a échoué par deux fois à les départager. Galileo sera le concurrent européen du seul grand système de navigation par satellite existant aujourd'hui, le GPS américain. Le futur concessionnaire aura la charge d'exploiter Galileo pendant 20 ans et d'en tirer des recettes commerciales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Galileo: l'offre commune EADS-Thales/Alcatel-Finmeccanica retenue L'offre commune des consortiums iNavSat (EADS, Thales) et Eurely (Alcatel, Finmeccanica) a finalement été retenue pour la concession du système européen de navigation par satellite Galileo, a annoncé lundi l'entreprise publique européenne Galileo JU (GJU). "L'évaluation de la proposition commune par GJU a clairement montré une valeur ajoutée", a expliqué l'entreprise, créée par la Commission européenne et l'Agence spatiale européenne. Galileo JU "va maintenant commencer les négociations pour le contrat de concession" en tant que tel, qui devra être finalisé avant la fin de l'année, "sur la base de cette proposition conjointe", a-t-elle ajouté. L'entreprise publique avait déjà échoué à deux reprises à départager les deux consortiums, qui lui avaient depuis présenté une fusion de leurs propositions. Cette offre était assurée de l'emporter si une décision était effectivement prise ce lundi. La seule incertitude résidait dans la position de l'Allemagne, qui entendait assurer un "retour" suffisant à son industrie et se montrait depuis le début sceptique à l'idée d'une fusion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il serait bon de faire un petit point de situation sur nos partenaires du programme ,la Chine ,Israël ,l'Ukraine et l'Inde sont déjà partenaires. Des négociations sont en cours avec la Norvége ,Maroc ,Corée du Sud ,Argentine ,Russie ,Brésil ,Chili ,Mexique ,Malaisie ,Australie ,Arabie Saoudite. 8) A la fin ,il va rester les USA :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il en reste plus qu'a epserer que les pays européen arrivent a se mettre d'accord pour financer la partie principale du programme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui le programme suit son cours mais si ca continue il risque d'y avoir un blocquage dans le programme. Apprement une solution devrait être trouvé d'ici la fin de l'année.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Feu vert l'ESA pour contrat de développement de Galileo Feu vert de l'ESA pour le contrat de développement de Galileo (responsable) AFP 28.10.05 | 13h56 'Agence spatiale européenne (ESA) a donné son feu vert au contrat de développement du projet de système de navigation par satellite européen Galileo, a affirmé vendredi à l'AFP une source de l'ESA. "Le comité de politique industrielle et le comité de programme de l'ESA ont autorisé vendredi les budgets et le contrat, ce qui permet de maintenir le calendrier et les délais", a déclaré un responsable de l'ESA ayant requis l'anonymat. "Nous venons d'être autorisés à placer le contrat sur les quatre premiers satellites de Galileo", a-t-il ajouté. La phase de développement des quatre premiers satellites du système Galileo, futur concurrent européen du GPS américain, exige un financement d'environ 1 milliard d'euros. L'ESA et la Commission européenne ont déjà apporté 600 millions d'euros mais il manquait encore 400 M EUR sur la répartition desquels les pays membres, notamment l'Allemagne, s'opposaient. Sur ces 400 millions d'euros, l'ESA et la Commission européenne en ont débloqué 200 millions en utilisant "tous les fonds accessibles, selon les règles de l'agence", c'est à dire ceux déjà souscrits par les Etats membres et en reportant le financement d'autres activités moins prioritaires, a expliqué cette source. "Pour couvrir l'ensemble du programme, il faut encore 200 millions d'euros (...) qu'il faudra trouver en 2006", a-t-elle ajouté. Mais en attendant, "nous pouvons engager le contrat de développement des satellites", ce qui permet de "maintenir le calendrier". La Commission européenne a retenu fin juin l'offre commune des consortiums iNavSat - réuni autour d'EADS (aéronautique et défense) et de Thales (électronique) - et Eurely - réuni autour d'Alcatel (équipementier en télécommunications) et Finmeccanica (aéronautique et défense) - pour devenir concessionnaire de Galileo. Le concessionnaire aura non seulement la charge d'exploiter Galileo pendant 20 ans mais aussi d'en tirer des recettes commerciales sur des modèles à inventer. Le GPS américain, que Galileo devrait concurrencer, est en effet gratuit pour l'utilisateur. Le système prévoit le déploiement d'une constellation de 30 satellites. Les deux premiers, de type expérimental, devraient être lancées par des fusées russes Soyouz depuis le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) fin 2005 et début

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le système prévoit le déploiement d'une constellation de 30 satellites. Les deux premiers, de type expérimental, devraient être lancées par des fusées russes Soyouz depuis le cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) fin 2005 et début 2006

apres l'echec de la fusée Rockot et sachant que nos amis Americains avait inscrit l'echec de galileo dans leurs trois objectifs stratégiques.

est-ce prudent ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sachant que nos amis Americains avait inscrit l'echec de galileo dans leurs trois objectifs stratégiques.

est-ce prudent ?

si les ricains "sabottent" la fusé alors les russe vont pas etre du tout mais du tout content et c est sur tout irrealiste...

de plus ca ne tourneré pas a l avantage des russes que leur source de revenu ce plante encorre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et en général les fusée sont fiable et fonctionnent tres bien. Je pense que si il y a intervention US elle se fait actuellement au niveau politique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Commission européenne a annoncé mardi la signature d'un accord avec le Maroc ouvrant la voie à la participation de ce pays au projet européen de navigation par satellites Galileo.

L'accord, qui devra être validé par les ministres européens des Transports en décembre, "comprend une coopération industrielle et scientifique" et "permettra également le développement d'applications spécifiques pour le Maroc et son environnement géographique", explique Bruxelles dans un communiqué.

Le Maroc est "le cinquième pays à adhérer au programme Galileo", rappelle la Commission. Les quatre premiers pays sont la Chine, Israël, l'Ukraine et l'Inde.

:arrow: L'exécutif européen a aussi entamé des négociations pour des accords du même type avec l'Argentine, le Brésil, le Mexique, la Norvège, le Chili, la Corée du Sud, la Malaisie, le Canada et l'Australie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

a la page 7 de l' heraclés numero11 du cdef il y a un article sur le GMLRS ou on cite entre parenthese GPS ou GALILEO 8) :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité karim tarhbalouti

c'est cool tout ça, mais est-ce que plus il faudrait que les armées européenes abononnent tous leurs système GPS et les remplacer par le GALILEO? :?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est cool tout ça, mais est-ce que plus il faudrait que les armées européenes abononnent tous leurs système GPS et les remplacer par le GALILEO?

Ce n'est pas une difficulté et ca peut être fait tres rapidement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ca veut dire koi CA :

Le Maroc est "le cinquième pays à adhérer au programme Galileo", rappelle la Commission. Les quatre premiers pays sont la Chine, Israël, l'Ukraine et l'Inde.

et CA aussi :

L'exécutif européen a aussi entamé des négociations pour des accords du même type avec l'Argentine, le Brésil, le Mexique, la Norvège, le Chili, la Corée du Sud, la Malaisie, le Canada et l'Australie.

JE RESPIRE ! du calme

ca veut pas direque tt ces pays la vont partissiper a la construction des satellites ???

La Chine ? et pis la Corée du Nord et l Iran n ont plus mé n importe quoi...

utilisation militaire de galileo les Rosbeaf bloque tjrs ?

si non

Enfin c'est qui qui va geré ca pas le consortium je veut dire ya une guerre entre 2 pays du programme ( or europeen ) c est qui ki controle ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ca veut dire koi CA :

et CA aussi :

JE RESPIRE ! du calme

ca veut pas direque tt ces pays la vont partissiper a la construction des satellites ???

La Chine ? et pis la Corée du Nord et l Iran n ont plus mé n importe quoi...

utilisation militaire de galileo les Rosbeaf bloque tjrs ?

si non

Enfin c'est qui qui va geré ca pas le consortium je veut dire ya une guerre entre 2 pays du programme ( or europeen ) c est qui ki controle ?

ceux qui controleront gallileo seront les européens avant tout donc, ca sera un arbitrage européen en cas de conflit entre deux pays ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Corée du Sud adhère au système de navigation européen Galileo BRUXELLES (Reuters) - La Corée du Sud a adhéré au système de navigation satellitaire européen Galileo, annonce la Commission européenne. Le programme, qui a lancé le mois dernier le premier de ses 30 satellites en orbite, a pour vocation d'ébranler le monopole du système américain Global Positioning System (GPS). "Après le lancement réussi du premier satellite Galileo Giove-A, ce nouvel accord souligne, une fois encore, l'intérêt grandissant pour le programme à travers le monde", a déclaré dans un communiqué le commissaire européen aux Transports, Jacques Barrot. L'UE estime que trois milliards de personnes recevront Galileo d'ici 2020, générant 275 milliards d'euros de revenus par an et créant plus de 150.000 emplois en Europe. La Corée du Sud est le dernier pays en date non membre de l'UE à rejoindre le projet après Israël, la Chine et l'Ukraine. Des négociations sont en cours avec l'Inde et l'Arabie saoudite est également sur les rangs pour adhérer au programme développé sous les auspices de l'Agence spatiale européenne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelques news supplementaires :

Le satellite GIOVE-A fonctionne parfaitement et a commencé, le 12 janvier, à émettre les premiers signaux Galileo depuis son orbite terrestre moyenne.

http://www.futura-sciences.com/news-satellite-giove-envoie-premiers-signaux-galileo_8007.php

Et ....

PARIS (Reuters) - L'Agence spatiale européenne (ESA) et Galileo Industries signeront le 19 janvier à Berlin un contrat d'un montant de 950 millions d'euros pour le développement et la validation en orbite des quatre premiers satellites du système Galileo, le futur système de navigation européen concurrent de l'américain GPS.

"Grâce à ce contrat, un grand projet européen prend forme avec une mini-constellation de quatre satellites, à laquelle sera associé un vaste réseau de stations sols, qui constitueront les fondations à partir desquelles le concessionnaire mettra en oeuvre l'ensemble de la constellation Galileo opérationnelle", a déclaré dans un communiqué diffusé samedi Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'ESA.

Dans ce communiqué, l'Agence affirme que la signature de ce contrat, qui se déroulera dans l'enceinte du ministère allemand des Transports, "marque le démarrage concret du projet".

L'Union européenne a lancé avec succès le 28 décembre le premier satellite de Galileo, qui a vocation à ébranler le monopole du système américain Global Positioning System (GPS).

Ce premier satellite, baptisé Giove-A, a émis un premier signal le 12 janvier, a précisé l'ESA dans son communiqué.

Ce programme de 3,6 milliards d'euros doit entrer en service en 2008 et déployer, à terme, 30 satellites. Il permettra à l'Europe de s'affranchir du système américain GPS pour la navigation par satellite.

Le projet est porté par plusieurs poids lourds de l'UE et soutenu par des partenaires internationaux tels que l'Ukraine, Israël et la Chine.

Le consortium Galileo Industries rassemble le groupe aéronautique européen EADS, les entreprises françaises Thalès et Alcatel, le Britannique Inmarsat, l'Italien Finmeccanica, les Espagnols AENA et Hispasat, et une huitième entité réunissant Deutsche Telekom et le Centre aéronautique allemand.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 252
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    mayce
    Membre le plus récent
    mayce
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 391
    Total des sujets
    1 164 023
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets