Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Irak] passé, présent, avenir


Recommended Posts

https://foreignpolicy.com/2020/01/06/america-suleimani-trump-iran-iraq-killing/

Ce serait une chose de tuer Suleimani et de supporter le fardeau des risques associés si l'on pouvait démontrer de façon plausible que le fait de se débarrasser de lui aurait un effet salutaire sur l'Irak et la capacité des États-Unis d'influencer les événements qui s'y déroulent. Cela semble peu probable. L'Irak est en phase terminale d'effondrement, et les États-Unis y sont isolés et impuissants. Il est donc difficile de comprendre ce que veut Washington et ce que les Américains qui ont été laissés vulnérables à des gens comme M. Suleimani sont en mesure d'accomplir. La dure vérité est que l'Irak est perdu, et qu'il est temps de partir.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, loki a dit :

Ca revient souvent dans ses discours des phrases du style "comme ils n'en ont jamais vu auparavant" et dans de nombreux sujets différents : ça veut certainement dire quelque chose …...

Sur le fonds : menacer un pays officiellement allié de menaces/sanctions pires que celles réservées à son pire ennemi, c'est assez hallucinant et ça démontre à minima une incapacité à négocier ( ou alors ça illustre la phrase célèbre de Audiart )  

Trump, en plus d'être atteint de démence sénile avancée, a une mentalité de petit caïd mafieux. Le respect est à sens unique, la désobéissance est punie sévèrement (un traitre est pire qu'un ennemi) pour décourager les autres de désobéir aussi, mais l'obéissance est récompensée simplement par l'absence de punition, au mieux.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Wallaby a dit :

Le grand ayatollah Ali al-Sistani, l'ecclésiastique le plus vénéré d'Irak, a condamné Washington pour son " agression flagrante " mais, dans le même souffle, il a également appelé à la retenue. De plus, il a cité l'attaque liée à l'Iran contre l'ambassade américaine à Bagdad comme faisant partie d'un dangereux tourbillon d'événements qui pourrait entraîner l'Irak dans un nouveau chaos.

Comme quoi certains ont encore la tête sur les épaules.

Il y a 10 heures, Pierre_F a dit :

En France, Ils doivent encore hésiter entre le plus idiot des 2 :rolleyes:

Pas besoin le troisième fait très bien l'affaire in fine.

Tu sais, celui qui invite tonton Vladimir à Versailles pour parler chiffons.
Ce qui, si son adversaire l'avait fait, aurait été mis sur le même plan que le pacte Molotov-Ribbentrop ou que sais-je...

Link to comment
Share on other sites

Si l'armée américaine se retire d'Irak, ne peut on pas juger que dans les faits la mort du général est "vengée", dans le sens ou l'objectif est atteint (gagner une guerre contre les US en ne perdant qu'un homme, chapeau bas l'Iran).

Link to comment
Share on other sites

il y a 43 minutes, rendbo a dit :

Si l'armée américaine se retire d'Irak, ne peut on pas juger que dans les faits la mort du général est "vengée", dans le sens ou l'objectif est atteint (gagner une guerre contre les US en ne perdant qu'un homme, chapeau bas l'Iran).

Si les Américains se retiraient d'Irak, de Syrie et d'Arabie Saoudite, oui. Là, avec un retrait non contraignant légalement et pas du tout esquissé, non.

Le message de Rohani sur le chiffre 290 va donner à réfléchir aux compagnies aériennes, surtout si elles ont bien assimilé les RETEX du Donbass. Attendez-vous à ce que ça bouge niveau couloirs de navigation au-dessus du Golfe.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, Pierre_F a dit :

A moins que la mort du général Soleimani soit le signal américain et le point d'orgue de leur retrait total du Moyen Orient.

C'est une option n'est pas à négliger, avec un Trump qui met au pied du mur les pays en leurs proposant :

-Je m'en vais et vous restez sage- Vous n'êtes pas sage, je casse tout en partant -

Un peu comme si un prof sortait d'une classe difficile après avoir ouvert un paquet taille familiale de bonbons et laissé sur sa table quelques dizaines de pétards type mortiers en leur disant de ne pas faire trop de bruit pendant qu'il s'en va faire des photocopies ? :dry:

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, Ciders a dit :

Un peu comme si un prof sortait d'une classe difficile après avoir ouvert un paquet taille familiale de bonbons et laissé sur sa table quelques dizaines de pétards type mortiers en leur disant de ne pas faire trop de bruit pendant qu'il s'en va faire des photocopies ? :dry:

Est-on sûr que le départ des ´ricains serait pire que leur présence ?

Et puis ils ne seraient pas loin du tout, juste un peu plus (confortablement) au sud.

Edited by Hirondelle
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Capitaineconan a dit :

Très joli cafouillage de l’etat major us qui a envoyé une lettre « par erreur » au gvt irakien annonçant le retrait des troupes us 

Je n'y crois pas du tout. Ce genre d' "erreur", franchement...

Pour moi c'est de la pression et des disputes internes. Par exemple en direction du Commandant en chef.

Le général William Seely a pu en prendre l'initiative pour "signaler lourdement" que quand on vous demande de partir il faut le faire, sinon on devient un occupant, on recommence une guerre, et Seely n'a peut-être aucune envie de recommencer une guerre pour rien. Il y a des personnes honorables parmi les généraux américains !

Ou ça peut être plus compliqué, avec implication d'autres acteurs.

Mais on ne rédige pas une lettre, même pas marquée de "draft", pour la fiche dans une enveloppe marquée d'un petit post-it "Ne pas envoyer", suite à quoi gros coup de vent hop le post-it se barre et la lettre est envoyée. Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles, notamment les militaires américains.

 

Il y a 2 heures, Pierre_F a dit :

A moins que la mort du général Soleimani soit le signal américain et le point d'orgue de leur retrait total du Moyen Orient.

C'est une option n'est pas à négliger, avec un Trump qui met au pied du mur les pays en leurs proposant :

-Je m'en vais et vous restez sage- Vous n'êtes pas sage, je casse tout en partant -

J'ai déjà essayé d'interpréter tel ou tel élément de la politique de Trump comme fausse naïveté et vraie astuce d'un filou matois trompant son monde.

Au final, j'ai été obligé de me rendre à l'évidence. Il est vraiment (un)con(pétant) à ce point.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 29 minutes, Alexis a dit :

J'ai déjà essayé d'interpréter tel ou tel élément de la politique de Trump comme fausse naïveté et vraie astuce d'un filou matois trompant son monde.

Au final, j'ai été obligé de me rendre à l'évidence. Il est vraiment (un)con(pétant) à ce point.

Il faudra peut être un deuxième mandat pour qu'il obtienne plus sûrement le statut incontestable du meilleur bâtisseur de l'Union Européenne.

Edited by capmat
  • Haha 4
Link to comment
Share on other sites

D'accord avec Alexis à moins de supposer un niveau d'incompétence dans l'armée tazu à faire palir l'administration de certain pays africain cela marque forcément des conflits internes.Je pense que des gens on voulu faire savoir à POTUS/ les néocon qu'ils en avaient assez d'une politique erratique sans égard pour la vie des hommes sur le terrain...

Edited by nemo
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Alexis a dit :

Je n'y crois pas du tout. Ce genre d' "erreur", franchement...

Pour moi c'est de la pression et des disputes internes. Par exemple en direction du Commandant en chef.

Le général William Seely a pu en prendre l'initiative pour "signaler lourdement" que quand on vous demande de partir il faut le faire, sinon on devient un occupant, on recommence une guerre, et Seely n'a peut-être aucune envie de recommencer une guerre pour rien. Il y a des personnes honorables parmi les généraux américains !

Ou ça peut être plus compliqué, avec implication d'autres acteurs.

Mais on ne rédige pas une lettre, même pas marquée de "draft", pour la fiche dans une enveloppe marquée d'un petit post-it "Ne pas envoyer", suite à quoi gros coup de vent hop le post-it se barre et la lettre est envoyée. Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles, notamment les militaires américains.

 

J'ai déjà essayé d'interpréter tel ou tel élément de la politique de Trump comme fausse naïveté et vraie astuce d'un filou matois trompant son monde.

Au final, j'ai été obligé de me rendre à l'évidence. Il est vraiment (un)con(pétant) à ce point.

Je suis d’accord, c’est bien pour ça, que j’ai mis par erreur entre guillemets, effectivement dur à interpréter :

contre ordre de dernière minute, possible quand on voit le côté versatile de potus, prêt à déclencher une guerre entre 2 golfs 

signal d’alerte envoyé par le Pentagone, les 5 000 h risquant d’etre en première ligne des représailles 

signal de désescalade envers l’iran ?

j’aime beaucoup là paragraphe sur l’intensification des mouvements d’hélicoptères, il y a un petit côté saigon avril 75 .

Link to comment
Share on other sites

il y a 45 minutes, Capitaineconan a dit :

j’aime beaucoup là paragraphe sur l’intensification des mouvements d’hélicoptères, il y a un petit côté saigon avril 75 .

Saigon 75 peut-être, mais avec "appropriate measures to minimize and mitigate the disturbance to the public"

Partir sur la pointe des pieds. En faisant attention à ne pas déranger. Et bonjour chez vous.

Cela dit, c'est le mieux que les Etats-Unis puissent faire dans ces circonstances. William Seely a raison

Link to comment
Share on other sites

Soleimani venait à Bagdad recevoir une proposition de négociations des saoudiens ( qui sont dans leurs petits souliers depuis, et ont fait savoir aux iraniens qu’ils n’étaient pour rien dans la neutralisation), les américains ont eu l’info peu de temps avant l’action,je penche vraiment pour une frappe opportuniste sans réflexion sérieuse sur les conséquences 

Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, Capitaineconan a dit :

Soleimani venait à Bagdad recevoir une proposition de négociations des saoudiens ( qui sont dans leurs petits souliers depuis, et ont fait savoir aux iraniens qu’ils n’étaient pour rien dans la neutralisation), les américains ont eu l’info peu de temps avant l’action,je penche vraiment pour une frappe opportuniste sans réflexion sérieuse sur les conséquences 

Au vu des informations que l'on a c'est aussi ce que je pense. Une réaction irresponsable de la part de POTUS et personne capable de lui dire "c'est pas une bonne idée". La décadence du système politique tazu dans toute sa splendeur.

Link to comment
Share on other sites

L'Irak précise que non mais en fait on ne veut pas chasser les troupes américaines mais non alors voyons. Et déjà pas les troupes engagées dans la "formation" ni la "logistique", bien sûr.

(peu de temps après les menaces de Trump à son encontre)

Les responsables irakiens ont pris leurs distances par rapport aux menaces d'expulsion des forces américaines après que Donald Trump eut menacé d'imposer des sanctions suite au vote du Parlement irakien en faveur de représailles pour le meurtre du général iranien Qassem Suleimani à Bagdad par un drone américain.

Le porte-parole militaire du Premier ministre irakien par intérim, Adel Abdul Mahdi, qui a rencontré l'ambassadeur américain lundi pour mettre en œuvre la décision, a déclaré que tout retrait n'impliquerait que des forces de combat et non pas la formation et le soutien logistique de l'armée irakienne, qui ont été des composantes essentielles de la présence américaine en Irak ces dernières années.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

heuu ! ben les canadiens se cassent, trop chaud dans le coin

Le Canada va déplacer une partie de ses troupes d'Irak vers le Koweït

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-canada-va-deplacer-une-partie-de-ses-troupes-d-irak-vers-le-koweit-20200107

Un retrait militaire américain d'Irak: où, quand, comment?

https://www.lepoint.fr/monde/un-retrait-militaire-americain-d-irak-ou-quand-comment-07-01-2020-2356510_24.php

Citation

 

L'annonce puis le démenti d'un retrait des troupes américaines d'Irak rend la stratégie militaire des Etats-Unis dans ce pays quasi-illisible.

Une seule chose est sûre après le cafouillage de lundi soir autour d'une lettre envoyée aux Irakiens puis présentée comme un "brouillon": l'option d'un départ des Américains, qui s'étaient déjà retirés en 2011 après huit ans d'occupation, est sur la table.

Retirer les troupes, mais comment ?

Un haut responsable militaire américain a détaillé auprès de l'AFP les consignes théoriques d'un retrait des Etats-Unis, qui mènent depuis des années la coalition antijihadistes.

Cela prendra "des semaines" mais, si le contexte devenait critique, les opérations pourraient être bouclées "en plusieurs jours".

Des avions-cargo transporteront les équipements par les airs, tandis que les troupes au sol prendront la route vers le sud et le Koweït voisin.

Ensuite, il faudra "étudier les routes terrestres et les plans d'évacuation pour les soldats, les civils et les sous-traitants" qui les accompagnent, explique à l'AFP Jack Watling, du Royal United Services Institute. "Et décider quels équipements et documents seront emportés, abandonnés ou détruits".

Que se passe-t-il déjà ?

La lettre adressée lundi soir aux Irakiens par le général William H. Seely, commandant des opérations militaires américaines dans le pays, donne des indications.

Elle évoque un "repositionnement des forces (...) pour s'assurer que le retrait d'Irak est mené de manière sécurisée et efficace", affirmant que les déplacements nocturnes d'hélicoptères vont s'intensifier à Bagdad.

C'est le cas depuis trois jours.

De son côté, l'armée allemande --membre de la coalition anti-EI-- a annoncé mardi avoir transféré dans la nuit 35 de ses soldats vers la Jordanie et le Koweït, "avec des soldats d'autres pays membres de la coalition".

Car, explique un diplomate européen à l'AFP, "si les Américains partent, nos troupes ne pourront pas rester", tant ce contingent est vital pour sécuriser l'ensemble des troupes de la coalition.

Le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi a lui de nouveau signifié à l'ambassadeur américain Matthew Tueller et au chef de l'Otan Jens Stoltenberg qu'il souhaitait le départ des troupes étrangères, comme le Parlement l'a voté dimanche.

La France, de son côté, n'a "pas l'intention" de retirer d'Irak ses militaires envoyés là-bas pour des missions de formation --soit trois quart de ses effectifs--, a déclaré mardi une source gouvernementale sous couvert d'anonymat.

Pourquoi des soldats étrangers en Irak ?

Des milliers de soldats étrangers sont déployés dans des bases irakiennes à travers le pays au titre de la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

En 2014, alors que les jihadistes s'emparaient d'un tiers de l'Irak et de larges pans de la Syrie, le ministre des Affaires étrangères irakien avait envoyé une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU pour réclamer de l'aide.

La coalition --76 Etats-- avait alors envoyé des soldats et des instructeurs pour appuyer et former les forces irakiennes.

Ce déploiement avait donc été effectué à la demande du gouvernement, et n'a jamais fait l'objet d'un texte ratifié au Parlement.

Il n'existe pas d'accord détaillé, comme le "Status of Forces Agreement" de 2008 qui autorisait la présence de troupes américaines jusqu'au retrait de 2011.

D'autres forces étrangères participent à la mission de formation de l'Otan lancée fin 2018.

Cette organisation a annoncé mardi le retrait temporaire d'une partie de son personnel d'Irak, après avoir déjà suspendu sa mission de formation des forces irakiennes.

Qui est déployé où ?

Le plus gros contingent de la coalition est américain (5.200 soldats). Il est déployé sur plusieurs bases dont la plus grande est la base aérienne d'Aïn al-Assad (ouest), ainsi que dans la capitale du Kurdistan irakien, Erbil, et à Bagdad, près de l'ambassade américaine.

La coalition compte entre autres 400 soldats britanniques, 200 français et 120 allemands, ainsi que des milliers de sous-traitants civils.

Le nombre de soldats américains a toutefois varié ces derniers jours, alors que Washington annonçait jusqu'à 4.000 soldats supplémentaires en Irak et aux alentours, sur fond de tension avec l'Iran.

Au moins 150 soldats américains supplémentaires sont arrivés la semaine dernière à Bagdad pour protéger l'ambassade américaine après une attaque inédite par les pro-Iran. Des centaines d'autres ont été déposés sur la base de Taji, au nord de Bagdad.

 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,978
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...