Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Irak] passé, présent, avenir


Recommended Posts

il y a une heure, gustave a dit :

Assez probablement oui.

Tu es sûr ?

Nan, « assez probablement ». Je pense un peu l’inverse, mais je ne l'écrirai pas sans préciser « assez probablement » également :biggrin:

J’ai développé  ces dernières années une conviction ancrée, quoique peu documentée, « qu’on » aurait dû douvent s’abstenir (une exception : le Mali, pas moyen de ne pas y aller, ressortissants, voisinage, accords de défense, amitiés africaines  toussa).

Euuuh, Chammal itou. Fallait le faire. Et c’est bien dont on parle ici justement :wink:

 

Edited by Hirondelle
Correction pour que ce soit un peu compréhensible...
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, zx a dit :

Retrait américain d'Irak: Bagdad confirme avoir reçu une lettre «signée» et «très claire»

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/retrait-americain-d-irak-bagdad-confirme-avoir-recu-une-lettre-signee-et-tres-claire-20200107

«Ce n'est pas une feuille qui est tombée de la photocopieuse (...). Maintenant, ils disent que c'était un brouillon (...), mais ils auraient pu envoyer une autre lettre de clarification» (...) «C'était une lettre officielle avec la mise en page traditionnelle», a insisté Adel Abdel Mahdi.

Il a ajouté qu'une première version traduite en arabe leur avait été remise, qui comportait des erreurs, et qu'une seconde version, corrigée, avait ensuite été renvoyée.

(...) Selon le secrétaire américain à la Défense Mark Esper, les Etats-Unis redéploient leurs troupes en Irak mais ne quittent pas le pays. «Aucune décision n'a été prise de quitter l'Irak. Point»

Mais bon Dieu :biggrin: Donald a déjà le Grand Prix du Comique des chefs d'Etat... pourquoi continue-t-il :huh:

 

Il y a 1 heure, Capitaineconan a dit :

j’imagine la scène au Pentagone, comment annoncer à ce cher Donald, les options en vigueur suite à ce coup de maître :

A; on se casse de nuit ( pour ne pas pas déranger les irakiens ) après 12 ans d’embargo, une guerre d’invasion et une guerre civile, troublante pudeur....

B : reforiqua, return in force in iraq, on remet une pièce dans le bastringue, on assume la connerie 

C:on se casse comme des voleurs, parce que ça va chier

L'option B a été choisie.

 

il y a une heure, zx a dit :

Trump estime qu'un retrait américain serait «la pire chose» pour l'Irak

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/trump-estime-qu-un-retrait-americain-serait-la-pire-chose-pour-l-irak-20200107

«Ce serait la pire chose qui puisse arriver à l'Irak», a déclaré Trump depuis le Bureau ovale (...) «A un moment donné, nous partirons (...) mais ce moment n'est pas venu»

J'aime quand un chef d'Etat prend ses décisions en fonction des intérêts d'un de ses alliés, comme vient de le faire Trump... puisque sa décision est motivée par la protection de l'Irak. C'est beau.

Sinon, concernant le "moment donné"... j'espère que tous les Américains apprécient le changement apporté par Trump comparé à ses prédécesseurs :happy:

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Kelkin a dit :

Un fil intéressant à propos d'Adel Abdul Mahdi.

Je ne me hasarderais pas à chercher à établir la part de véracité de chacun des propos ici : est-ce que Machin a vraiment dit que Bidule avait dit ça, est-ce que Bidule a vraiment dit ça, etc. Il y a toutefois des parties parfaitement crédibles, et d'autres qui le sont très peu. Ce qui est intéressant, c'est que c'est le genre de rumeurs qui circulent.

Cela ressemble à une reprise de la politique sud américaine et asiatique des USA durant la guerre froide en plus vulgaire et directe.

Edited by Arland
Link to comment
Share on other sites

Comment les Etats-Unis tiennent-ils l’Irak ? Après avoir mis le pays à feu et à sang et pillé ses richesses, les américains ont forcé Bagdad à transférer ses revenus pétroliers sur des comptes dans des banques US. Ils ont la main mise sur les fonds de la banque centrale irakienne. Trump a menacé de geler ces assets si l’Irak continuait de réclamer trop fort son indépendance. Du racket à l’état pur. 
https://www.google.com/amp/s/www.wsj.com/amp/articles/u-s-warns-iraq-it-risks-losing-access-to-key-bank-account-if-troops-told-to-leave-11578759629

Link to comment
Share on other sites

Irak : huit roquettes s'abattent sur une base abritant des troupes américaines à Bagdad, Washington dénonce "une nouvelle attaque"

L'attaque, dont l'origine reste pour l'heure indéterminée, n'a pas fait de victime chez les troupes américaines mais a blessé quatre Irakiens. 

https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/irak/irak-huit-roquettes-s-abattent-sur-une-base-abritant-des-troupes-americaines-a-bagdad-washington-denonce-une-nouvelle-attaque_3782623.html#xtor=AL-79-[article]-[connexe]

Link to comment
Share on other sites

Le 11/01/2020 à 22:41, Libanais_75 a dit :

Comment les Etats-Unis tiennent-ils l’Irak ? Après avoir mis le pays à feu et à sang et pillé ses richesses, les américains ont forcé Bagdad à transférer ses revenus pétroliers sur des comptes dans des banques US. Ils ont la main mise sur les fonds de la banque centrale irakienne. Trump a menacé de geler ces assets si l’Irak continuait de réclamer trop fort son indépendance

Attends : c’est documenté ce truc ? Certain ? Si oui, c’est énorme.

Ca ferait penser à ça, pendant la guerre civile en Espagne  :

Citation

Staline livre de nombreuses armes modernes (chars et avions) mais exige en contrepartie que les réserves d'or de l'Espagne détenues par la République « soient mise en sécurité » en URSS où elles resteront après la fin de la guerre et ne seront jamais rendues, provoquant la crise de « l'Or de Moscou », c'est-à-dire les 510 tonnes d'or

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Républicains_espagnols

Autour de cette histoire, je vous recommande ce bon roman:

Eva-Une-aventure-de-Lorenzo-Falco.jpg

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Hirondelle a dit :

Sait-on si le général des Marines US qui a malencontreusement collé un timbre sur la mauvaise enveloppe est rentré couler une retraite paisible en Floride, ou s’il continue à superviser alternativement un départ et un redéploiement ?

ça s'en va et ça revient....

c'est fait d'un tout petit rien...

Link to comment
Share on other sites

11 blessés légers américains finalement suite aux tirs de missiles iraniens.

Instant culture : comment appelle t on un théâtre de marionnettes déjà ? Ah oui : un guignol !

https://www.google.fr/amp/s/m.huffingtonpost.fr/amp/entry/larmee-americaine-contredit-trump-sur-le-bilan-de-lattaque-iranienne-en-irak_fr_5e2132d2c5b673621f736b34/

Edited by Hirondelle
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, collectionneur a dit :

@Hirondelle Blessures par ''commotions''. S'ils étaient dans les abris mais que l'onde de choc les à  secoué, niveau tympans par exemple, cela à du sifflé.

Oui, je sais : quand madame hirondelle truissotte un peu rudement, ça me fait des acouphènes, et je suis évacué une semaine dans un hôpital allemand :chirolp_iei:

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

C'est du sputnik, mais malheureusement je n'ai pas eu l'occasion de le lire en aussi gros titre ailleurs :

Citation

«Les déclarations de l'administration des États-Unis ne permettent pas de répondre sans équivoque à la question de savoir pourquoi le meurtre de Soleimani en Irak était nécessaire pour éviter une menace directe pour la vie des citoyens américains», indique le rapport du service scientifique du parlement allemand établi à la demande d’élus du parti de gauche Die Linke, qui s’en sont félicités.

De plus, les spécialistes du Bundestag doutent de la légalité de la frappe de missiles infligée par Téhéran sur deux sites en Irak qui ont été utilisés par l'armée américaine dans la nuit du 8 janvier.

«L'avis du service scientifique est une gifle pour le gouvernement fédéral qui, jusqu'à aujourd' hui, hésite à condamner l'ordre de Donald Trump, ainsi que les contre-attaques iraniennes contre des installations militaires américaines en Irak», a déclaré Heike Hansel, chef adjoint du groupe.

on en parlait aussi ici http://french.xinhuanet.com/2020-01/15/c_138705127.htm ou ici http://french.almanar.com.lb/1615935 . Notons aussi que ces articles ne sont pas des copier coller, et que ces médias ne sont certainement pas les plus consultés et les plus objectifs pour les news...

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 51 minutes, collectionneur a dit :

@rendbo Je me demande s'il n'y a pas une erreur de traduction : service scientifique du parlement allemand / service juridique peut être ?

Je serai assez d'accord avec toi, juridique serait plus logique. Par contre tous les articles en francais reprennent ce terme. Je ne connaid pas la structure des commissions du parlement allemand pour me prononcer. Et pour une recherche directe, mon niveau dans la langue de Goethe n'est plus ce qu'il est...

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

How a Hidden Parliamentary Session Revealed Trump’s True Motives in Iraq

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comment une session parlementaire cachée a révélé les véritables motivations de Trump en Irak


Depuis que les États-Unis ont tué le général iranien Qassem Soleimani et le chef de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis au début du mois, le récit officiel a soutenu que leur mort était nécessaire pour prévenir une vague, mais prétendument imminente, menace de violence envers les Américains, bien que le président Trump ait depuis déclaré que le fait que Soleimani ou ses alliés irakiens représentent ou non une menace imminente "n'a pas vraiment d'importance".

Bien que la situation entre l'Iran, l'Irak et les États-Unis semble s'être considérablement améliorée, du moins pour l'instant, il est utile de revenir sur la période qui a précédé les tensions récentes entre les États-Unis, l'Irak et l'Iran, jusqu'à l'assassinat de Soleimani et d'Abu Mahdi al-Muhandis sous le mandat de Trump, afin de comprendre l'un des facteurs les plus négligés mais les plus pertinents de la politique actuelle de Trump à l'égard de l'Irak : empêcher la Chine d'étendre son emprise au Moyen-Orient. En effet, il a été allégué que même le moment de l'assassinat de Soleimani était directement lié à son rôle diplomatique en Irak et à sa volonté d'aider l'Irak à obtenir son indépendance pétrolière, à commencer par la mise en œuvre d'un nouveau contrat pétrolier massif avec la Chine.

Alors que la rhétorique récente dans les médias s'est attardée sur l'étendue de l'influence de l'Iran en Irak, les récentes transactions de la Chine avec l'Irak - en particulier dans son secteur pétrolier - sont à l'origine d'une grande partie de ce qui s'est passé en Irak ces derniers mois, du moins selon le Premier ministre irakien Adel Abdul-Mahdi, qui joue actuellement un rôle de gardien. 

Une grande partie des pressions exercées par les États-Unis sur le gouvernement irakien en ce qui concerne la Chine se seraient déroulées secrètement et à huis clos, ce qui a permis de dissimuler largement les préoccupations de l'administration Trump concernant les liens croissants de la Chine avec l'Irak, peut-être parce qu'elle craignait qu'une bagarre publique n'exacerbe la "guerre commerciale" entre les États-Unis et la Chine et ne mette en péril les efforts visant à la résoudre. Pourtant, quelles qu'en soient les raisons, les faits suggèrent fortement que les États-Unis sont tout aussi préoccupés par la présence de la Chine en Irak que par celle de l'Iran. En effet, la Chine a les moyens et la capacité de saper de manière spectaculaire non seulement le contrôle des États-Unis sur le secteur pétrolier irakien, mais aussi l'ensemble du système pétrolier dont dépend directement le statut de superpuissance financière et militaire des États-Unis.

Bien que Trump ait publiquement promis de réprimander l'Irak pour l'expulsion des troupes américaines par le biais de sanctions, la menace de couper l'accès de l'Irak à son compte à la Banque de la Réserve fédérale de New York a été transmise en privé et directement au Premier ministre, ajoutant une crédibilité supplémentaire aux affirmations d'Abdul-Mahdi selon lesquelles les tentatives les plus agressives de Trump pour faire pression sur le gouvernement irakien sont faites en privé et dirigées vers le Premier ministre du pays.

Bien que les pressions de Trump aient cette fois-ci visé à empêcher l'expulsion des troupes américaines d'Irak, ses raisons peuvent également être liées aux préoccupations concernant l'implantation croissante de la Chine dans la région. En effet, alors que Trump a maintenant perdu la part qu'il souhaitait avoir dans les revenus pétroliers irakiens (50 %) au profit de la contre-offre chinoise de 20 %, le retrait des troupes américaines d'Irak pourrait voir les troupes américaines remplacées par leurs homologues chinoises également, selon Tom Luongo.

"Tout cela est dû au fait que les Etats-Unis maintiennent la fiction qu'ils doivent rester en Irak... Donc, l'arrivée de la Chine est le moment où elle se met en travers de la route et de la ceinture", a expliqué M. Luongo. "Cela contribue à renforcer les relations économiques entre l'Irak, l'Iran et la Chine et à éviter que les Américains ne restent là-bas. A un moment donné, la Chine aura des atouts sur le terrain qu'elle voudra défendre militairement en cas de crise majeure. Cela nous amène à la prochaine chose que nous savons, que Mahdi et l'ambassadeur chinois ont discuté de cette même chose à la suite de l'assassinat de Soleimani". 

En effet, selon les informations, Zhang Yao - l'ambassadeur de Chine en Irak - "a fait savoir que Pékin était prêt à fournir une assistance militaire" si le gouvernement irakien le demandait peu après l'assassinat de Soleimani. Yao a fait cette offre un jour après que le parlement irakien ait voté l'expulsion des troupes américaines du pays. Bien que l'on ignore actuellement comment Abdul-Mahdi a répondu à l'offre, le moment choisi a probablement suscité l'inquiétude de l'administration Trump quant à la diminution rapide de son influence en Irak. "Vous pouvez voir ce qui va se passer ici", a déclaré Luongo à MintPress à propos de la récente offre chinoise à l'Irak, "la Chine, la Russie et l'Iran essaient de séparer l'Irak des Etats-Unis et les Etats-Unis se sentent très menacés par cela". 

La Russie joue également un rôle dans le scénario actuel puisque l'Irak a entamé des discussions avec Moscou concernant l'achat éventuel d'un de ses systèmes de défense aérienne en septembre dernier, le même mois où l'Irak a signé huit accords, dont l'accord pétrolier avec la Chine. Puis, à la suite de la mort de Soleimani, la Russie a de nouveau offert les systèmes de défense aérienne à l'Irak pour lui permettre de mieux défendre son espace aérien. Dans le passé, les États-Unis ont menacé les pays alliés de sanctions et d'autres mesures s'ils achetaient des systèmes de défense aérienne russes plutôt que ceux fabriqués par des entreprises américaines.

Les efforts des États-Unis pour freiner l'influence et la présence croissantes de la Chine en Irak dans le cadre de ces nouveaux partenariats et accords stratégiques sont toutefois limités, car les États-Unis s'appuient de plus en plus sur la Chine dans le cadre de leur politique à l'égard de l'Iran, en particulier dans leur objectif de réduire à zéro les exportations de pétrole iranien. La Chine reste le principal importateur de pétrole brut et de condensats de l'Iran, même après avoir réduit ses importations de pétrole iranien de manière significative suite aux pressions américaines l'année dernière. Pourtant, les États-Unis tentent maintenant de faire pression sur la Chine pour qu'elle cesse complètement d'acheter du pétrole iranien ou qu'elle fasse face à des sanctions, tout en essayant de saboter en privé l'accord pétrolier entre la Chine et l'Irak. Il est très peu probable que la Chine cède aux Etats-Unis sur ces deux fronts, si tant est qu'elle le fasse, ce qui signifie que les Etats-Unis pourraient être contraints de choisir le front politique (l'"endiguement" de l'Iran contre les accords pétroliers de l'Irak avec la Chine) auquel ils accordent le plus d'importance dans les semaines et les mois à venir.

En outre, la récente signature de la "première phase" de l'accord commercial avec la Chine a révélé une autre facette potentielle de la relation de plus en plus compliquée des États-Unis avec le secteur pétrolier irakien, étant donné que l'accord commercial implique la vente de pétrole et de gaz américains à la Chine à très faible coût, ce qui suggère que l'administration Trump pourrait également voir dans l'accord pétrolier entre l'Irak et la Chine un concurrent potentiel pour les États-Unis dans la vente de pétrole bon marché à la Chine, le premier importateur mondial de pétrole.

Le pétrodollar et le fantôme de Pétroyuan
Dans ses déclarations télévisées de la semaine dernière à la suite de la réponse militaire de l'Iran à l'assassinat du général Soleimani par les États-Unis, M. Trump a insisté sur le fait que la politique américaine au Moyen-Orient n'est plus dirigée par les vastes besoins en pétrole des États-Unis. Il a déclaré spécifiquement que :

Au cours des trois dernières années, sous ma direction, notre économie est plus forte que jamais et l'Amérique a atteint l'indépendance énergétique. Ces réalisations historiques ont modifié nos priorités stratégiques. Ce sont des réalisations que personne ne pensait possibles. Et des options se sont présentées au Moyen-Orient. Nous sommes désormais le premier producteur de pétrole et de gaz naturel au monde. Nous sommes indépendants et nous n'avons pas besoin du pétrole du Moyen-Orient. (c'est nous qui soulignons)".

Derrière le rideau, un récit différent pour les tensions entre l'Irak et les États-Unis
Le Premier ministre intérimaire de l'Irak, Adel Abdul-Mahdi, a fait une série de remarques le 5 janvier, lors d'une session parlementaire qui a étonnamment peu retenu l'attention des médias. Au cours de cette session, qui a également vu le Parlement irakien approuver le retrait de toutes les troupes étrangères (y compris américaines) du pays, Abdul-Mahdi a fait une série de déclarations sur la préparation de la situation récente qui a placé l'Irak au cœur des tensions entre les États-Unis et l'Iran. 

Pendant cette session, seule une partie des déclarations d'Abdul-Mahdi a été diffusée à la télévision, après que le président irakien de la Chambre - Mohammed Al-Halbousi, qui a une relation étroite avec Washington - ait demandé que le flux vidéo soit coupé. Al-Halbousi a curieusement assisté à la session parlementaire alors qu'elle était boycottée par ses alliés sunnites et kurdes.

Après la coupure du flux, les députés présents ont noté les remarques d'Abdul-Mahdi, qui ont ensuite été transmises à l'agence de presse arabe Ida'at. D'après cette transcription, Abdul-Mahdi a déclaré que

Ce sont les Américains qui ont détruit le pays et qui l'ont ravagé. Ils ont refusé de terminer la construction du système électrique et les projets d'infrastructure. Ils ont négocié la reconstruction de l'Irak en échange de l'abandon par l'Irak de 50% des importations de pétrole. J'ai donc refusé et j'ai décidé de me rendre en Chine et de conclure un accord important et stratégique avec ce pays. Aujourd'hui, Trump tente d'annuler cet important accord".

Abdul-Mahdi a poursuivi ses remarques, notant que la pression exercée par l'administration Trump sur ses négociations et les transactions ultérieures avec la Chine s'est considérablement accrue au fil du temps, entraînant même des menaces de mort pour lui-même et son ministre de la défense :

Après mon retour de Chine, Trump m'a appelé pour me demander d'annuler l'accord, j'ai donc refusé et il a menacé de me faire tomber lors de manifestations massives. En effet, les manifestations ont commencé, puis Trump a appelé, menaçant d'escalader en cas de non-coopération et répondant à ses souhaits, selon lesquels une tierce partie [présumée être des mercenaires ou des soldats américains] viserait à la fois les manifestants et les forces de sécurité et les tuerait du haut des plus hauts bâtiments et de l'ambassade américaine pour tenter de faire pression sur moi et se soumettre à ses souhaits et annuler l'accord avec la Chine". 

"Je n'ai pas répondu et j'ai présenté ma démission et les Américains insistent encore aujourd'hui sur l'annulation de l'accord avec la Chine. Lorsque le ministre de la défense a déclaré que ceux qui ont tué les manifestants étaient une tierce partie, M. Trump m'a immédiatement appelé et m'a menacé physiquement, ainsi que le ministre de la défense, au cas où l'on parlerait davantage de cette tierce partie".

Très peu de médias de langue anglaise ont rapporté les commentaires d'Abdul-Mahdi. Tom Luongo, un analyste indépendant basé en Floride et éditeur de la lettre d'information The Gold Goats 'n Guns, a déclaré à MintPress que les raisons probables du silence médiatique "surprenant" sur les déclarations d'Abdul-Mahdi étaient que "cela n'a jamais vraiment été diffusé sur les chaînes officielles..." en raison de la coupure du flux vidéo pendant la session parlementaire irakienne et du fait que "c'est très gênant et que les médias - puisque Trump fait ce qu'ils veulent qu'il fasse, être belligérant avec l'Iran, ont protégé les intérêts d'Israël là-bas". 

"Ils ne vont pas le contredire sur ce point s'il joue le jeu", a ajouté M. Luongo, avant de poursuivre que les médias "le garderont néanmoins pour référence future....Si cela se révèle pour de vrai, ils l'utiliseront contre lui plus tard s'il tente de quitter l'Irak". "Tout à Washington est utilisé comme levier", a-t-il ajouté.

Étant donné le manque de couverture médiatique et la coupure du flux vidéo des remarques complètes d'Abdul-Mahdi, il convient de souligner que le récit qu'il a présenté dans son discours censuré correspond non seulement à la chronologie des récents événements dont il parle, mais aussi aux tactiques connues pour avoir été employées à huis clos par l'administration Trump, en particulier après que Mike Pompeo a quitté la CIA pour devenir secrétaire d'État.

Par exemple, la délégation d'Abdul-Mahdi en Chine s'est terminée le 24 septembre, avec les protestations contre son gouvernement que Trump aurait menacé de lancer le 1er octobre. Des rapports faisant état de tirs d'une "troisième partie" sur des manifestants irakiens ont été repris par les principaux médias de l'époque, comme dans ce reportage de la BBC qui a déclaré

Les rapports disent que les forces de sécurité ont ouvert le feu, mais un autre compte rendu dit que des tireurs inconnus étaient responsables....une source à Karbala a dit à la BBC que l'un des morts était un garde d'un sanctuaire chiite voisin qui passait par là. La source a également déclaré que l'origine des tirs était inconnue et qu'ils avaient visé à la fois les manifestants et les forces de sécurité. (c'est nous qui soulignons)".

Les protestations soutenues par les États-Unis dans d'autres pays, comme en Ukraine en 2014, ont également montré qu'un "troisième camp" avait tiré sur les manifestants et les forces de sécurité.

Après six semaines d'intenses protestations, Abdul-Mahdi a remis sa démission le 29 novembre, quelques jours seulement après que le ministre irakien des affaires étrangères ait fait l'éloge des nouveaux accords, dont celui du "pétrole pour la reconstruction", qui avait été signé avec la Chine. Abdul-Mahdi est resté depuis lors Premier ministre dans un rôle d'intérimaire jusqu'à ce que le Parlement décide de son remplacement.

Les allégations d'Abdul-Mahdi concernant la pression secrète exercée par l'administration Trump sont renforcées par l'utilisation de tactiques similaires contre l'Équateur, où, en juillet 2018, une délégation américaine aux Nations unies a menacé le pays de mesures commerciales punitives et du retrait de l'aide militaire si l'Équateur allait de l'avant avec l'introduction d'une résolution des Nations unies visant à "protéger, promouvoir et soutenir l'allaitement maternel". 

Le New York Times a rapporté à l'époque que la délégation américaine cherchait à promouvoir les intérêts des fabricants de préparations pour nourrissons. Si la délégation américaine est prête à utiliser une telle pression sur les nations pour promouvoir l'allaitement maternel plutôt que les préparations pour nourrissons, il va sans dire que cette pression derrière les portes closes serait beaucoup plus intense si une ressource beaucoup plus lucrative, par exemple le pétrole, était impliquée.

En ce qui concerne les revendications d'Abdul-Mahdi, Luongo a déclaré à MintPress qu'il convient également de considérer qu'il aurait pu s'agir de n'importe quel membre de l'administration Trump qui aurait menacé Abdul-Mahdi, et pas nécessairement Trump lui-même. "Ce que je ne dirai pas directement, c'est que je ne sais pas si c'était Trump à l'autre bout du fil. Mahdi, c'est à son avantage politique de tout mettre sur le dos de Trump. Cela aurait pu être Mike Pompeo ou Gina Haspel parlant à Abdul-Mahdi... Cela aurait pu être n'importe qui, ce serait très probablement quelqu'un avec un démenti plausible... Cela [les affirmations de Mahdi] semble crédible... Je crois fermement que Trump est capable de faire ces menaces mais je ne pense pas que Trump ferait ces menaces directement comme ça, mais ce serait absolument conforme à la politique américaine".

Luongo a également fait valoir que les tensions actuelles entre les dirigeants américains et irakiens ont précédé de plusieurs semaines l'accord pétrolier entre l'Irak et la Chine, "Tout cela commence avec le Premier ministre Mahdi qui a lancé le processus d'ouverture du poste frontière entre l'Irak et la Syrie et qui a été annoncé en août. Ensuite, les attaques aériennes israéliennes ont eu lieu en septembre pour essayer d'empêcher cela, les attaques contre les forces du PMU au poste frontière ainsi que les attaques par largage de munitions près de Bagdad... Cela a attiré la colère des Irakiens... Mahdi a ensuite essayé de fermer l'espace aérien au-dessus de l'Irak, mais la question est de savoir dans quelle mesure il peut faire respecter cela".

Quant à savoir pourquoi il serait à l'avantage de Mahdi de blâmer Trump, Luongo a déclaré que Mahdi "peut faire des édits toute la journée, mais, en réalité, dans quelle mesure peut-il réellement empêcher les États-Unis ou les Israéliens de faire quoi que ce soit ? Sauf pour la honte, la honte diplomatique... Pour moi, cela [les affirmations de Mahdi] me semble parfaitement crédible parce que, pendant tout ce temps, Trump est probablement ou quelqu'un d'autre le secoue [Mahdi] pour la reconstruction des champs de pétrole [en Irak]... Trump a explicitement déclaré "nous voulons le pétrole".

Comme l'a noté Luongo, l'intérêt de Trump pour que les États-Unis obtiennent une part importante des revenus pétroliers irakiens n'est pas un secret. En mars dernier, Trump a demandé à Abdul-Mahdi "Et le pétrole ?" à la fin d'une réunion à la Maison Blanche, ce qui a poussé Abdul-Mahdi à demander "Que voulez-vous dire ? Ce à quoi Trump a répondu "Eh bien, nous avons fait beaucoup, nous avons fait beaucoup là-bas, nous avons dépensé des billions là-bas, et beaucoup de gens ont parlé du pétrole", ce qui a été largement interprété comme une demande de Trump pour une partie des revenus pétroliers de l'Irak en échange des coûts élevés du maintien par les États-Unis de leur présence militaire désormais malvenue en Irak. 

Abdul-Mahdi ayant rejeté la proposition de "pétrole pour la reconstruction" de Trump en faveur de celle de la Chine, il semble probable que l'administration Trump se mette par défaut à utiliser la tactique dite de la "diplomatie des gangsters" pour faire pression sur le gouvernement irakien afin qu'il accepte l'accord de Trump, d'autant plus que l'accord de la Chine était une bien meilleure offre. Alors que Trump exigeait la moitié des revenus pétroliers de l'Irak en échange de l'achèvement des projets de reconstruction (selon Abdul-Mahdi), l'accord qui a été signé entre l'Irak et la Chine verrait environ 20 % des revenus pétroliers de l'Irak aller à la Chine en échange de la reconstruction. Outre la perte potentielle des revenus pétroliers de l'Irak, il y a de nombreuses raisons pour que l'administration Trump se sente menacée par les récentes transactions de la Chine en Irak.

L'accord pétrolier entre l'Irak et la Chine - un prélude à quelque chose de plus ?
Lorsque la délégation d'Abdul-Mahdi s'est rendue à Pékin en septembre dernier, l'accord "pétrole pour la reconstruction" n'était qu'un des huit accords conclus. Ces accords couvrent une série de domaines, dont les finances, le commerce, la sécurité, la reconstruction, la communication, la culture, l'éducation et les affaires étrangères, en plus du pétrole. Pourtant, l'accord pétrolier est de loin le plus important.

En vertu de cet accord, les entreprises chinoises travailleront sur divers projets de reconstruction en échange d'environ 20 % des exportations de pétrole irakien, soit environ 100 000 barils par jour, pendant une période de 20 ans. Selon Al-Monitor, Abdul-Mahdi a déclaré à propos de l'accord : "Nous avons convenu [avec Pékin] de mettre en place un fonds d'investissement commun, que l'argent du pétrole financera", ajoutant que l'accord interdit à la Chine de monopoliser des projets en Irak, obligeant Pékin à travailler en coopération avec des entreprises internationales. 

L'accord est similaire à celui négocié entre l'Irak et la Chine en 2015, lorsque Abdul-Mahdi était ministre du pétrole irakien. Cette année-là, l'Irak s'est joint à l'initiative chinoise "Belt and Road Initiative" dans le cadre d'un accord qui prévoyait également l'échange de pétrole contre des projets d'investissement, de développement et de construction et qui a permis à la Chine de se voir attribuer plusieurs projets. A l'instar des événements récents, cet accord a été suspendu en raison des "tensions politiques et sécuritaires" causées par les troubles et la montée en puissance de l'ISIS en Irak, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'Abdul-Mahdi voie l'Irak rejoindre à nouveau l'initiative à la fin de l'année dernière par le biais des accords que son gouvernement a signés avec la Chine en septembre dernier.

Notamment, après les tensions récentes entre les États-Unis et l'Irak au sujet de l'assassinat de Soleimani et le refus ultérieur des États-Unis de retirer leurs troupes d'Irak malgré les demandes du Parlement, l'Irak a discrètement annoncé qu'il augmenterait de façon spectaculaire ses exportations de pétrole vers la Chine pour tripler le montant établi dans l'accord signé en septembre. Compte tenu des récentes déclarations d'Abdul-Mahdi sur les véritables forces à l'origine des récentes protestations de l'Irak et des menaces de Trump à son encontre, qui sont directement liées à ses relations avec la Chine, cette décision semble être un signal pas si secret d'Abdul-Mahdi à Washington qu'il prévoit d'approfondir le partenariat de l'Irak avec la Chine, au moins aussi longtemps qu'il restera dans son rôle de gardien.

La décision de l'Irak d'augmenter considérablement ses exportations de pétrole vers la Chine est intervenue juste un jour après que le gouvernement américain ait menacé de couper l'accès de l'Irak à son compte de banque centrale, actuellement détenu à la Banque fédérale de réserve de New York, un compte qui détient actuellement 35 milliards de dollars de revenus pétroliers irakiens. Ce compte a été créé après l'invasion et l'occupation de l'Irak par les États-Unis en 2003. L'Irak retire actuellement entre 1 et 2 milliards de dollars par mois pour couvrir les dépenses essentielles du gouvernement. Perdre l'accès à ses revenus pétroliers stockés sur ce compte conduirait à "l'effondrement" du gouvernement irakien, selon les responsables du gouvernement irakien qui se sont entretenus avec l'AFP.

Pourtant, étant donné le rôle central du récent accord pétrolier entre l'Irak et la Chine dans l'orientation de certaines des récentes mesures de l'administration Trump en matière de politique au Moyen-Orient, il semble que ce ne soit pas le cas. La distinction réside peut-être dans le fait que, même si les États-Unis sont désormais moins dépendants des importations de pétrole du Moyen-Orient, ils doivent continuer à dominer la façon dont le pétrole est échangé et vendu sur les marchés internationaux afin de maintenir leur statut de superpuissance militaire et financière mondiale.

En effet, même si les États-Unis importent moins de pétrole du Moyen-Orient, le système pétrodollar - forgé pour la première fois dans les années 1970 - exige que les États-Unis maintiennent un contrôle suffisant sur le commerce mondial du pétrole pour que les plus grands exportateurs de pétrole du monde, dont l'Irak, continuent à vendre leur pétrole en dollars. Si l'Irak devait vendre son pétrole dans une autre devise, ou échanger du pétrole contre des services, comme il prévoit de le faire avec la Chine dans le cadre de l'accord récemment conclu, une part importante du pétrole irakien cesserait de générer une demande de dollars, violant ainsi le principe clé du système pétrodollar.

Comme l'ont noté Kei Pritsker et Cale Holmes dans un article publié l'année dernière dans MintPress : 

Ce qu'il faut retenir du phénomène du pétrodollar, c'est que tant que les pays auront besoin de pétrole, ils auront besoin du dollar. Tant que les pays auront besoin de dollars, les États-Unis pourront continuer à s'endetter massivement pour financer leur réseau de bases militaires mondiales, les sauvetages de Wall Street, les missiles nucléaires et les réductions d'impôts pour les riches".

Ainsi, l'utilisation du pétrodollar a créé un système dans lequel le contrôle américain des ventes de pétrole des plus grands exportateurs de pétrole est nécessaire, non seulement pour renforcer le dollar, mais aussi pour soutenir sa présence militaire mondiale. Il n'est donc pas surprenant que la question de la présence des troupes américaines en Irak et la question de la pression exercée par l'Irak pour obtenir l'indépendance pétrolière contre la volonté des États-Unis soient devenues étroitement liées. Notamment, l'un des architectes du système pétrolier et l'homme qui a infâmement décrit les soldats américains comme "des animaux stupides et idiots à utiliser comme pions en politique étrangère", l'ancien secrétaire d'État Henry Kissinger, conseille Trump et oriente sa politique à l'égard de la Chine depuis 2016.

Ce point de vue a également été exprimé par l'économiste Michael Hudson, qui a récemment fait remarquer que l'accès des États-Unis au pétrole, la dollarisation et la La récente politique de Trump en Irak vise à "intensifier la présence américaine en Irak pour garder le contrôle des réserves pétrolières de la région" et, comme le dit Hudson, "à soutenir les troupes Wahabi d'Arabie Saoudite (ISIS, Al-Qaida en Irak, Al-Nusra et d'autres divisions de ce qui est en fait la légion étrangère américaine) pour soutenir le contrôle américain du pétrole du Proche-Orient en tant que soutien du dollar américain".

Hudson affirme en outre que ce sont les efforts de Qassem Soleimani pour promouvoir l'indépendance pétrolière de l'Irak au détriment des ambitions impériales américaines qui ont servi l'un des principaux motifs de son assassinat. 

L'Amérique s'est opposée au général Suleimani avant tout parce qu'il luttait contre l'ISIS et d'autres terroristes soutenus par les États-Unis dans leur tentative de démanteler la Syrie et de remplacer le régime d'Assad par un ensemble de dirigeants locaux conformes aux exigences américaines - le vieux stratagème britannique "diviser pour mieux régner". À l'occasion, Souleimani avait coopéré avec les troupes américaines pour combattre les groupes de l'ISIS qui s'étaient "écartés" de la ligne de conduite du parti américain. Mais tout indique qu'il était en Irak pour travailler avec ce gouvernement qui cherchait à reprendre le contrôle des champs de pétrole que le président Trump s'est vanté si fort de s'être emparé. (c'est nous qui soulignons)".

Hudson ajoute que "...les néoconservateurs américains craignaient le plan de Suleimani pour aider l'Irak à affirmer le contrôle de son pétrole et à résister aux attaques terroristes soutenues par les Etats-Unis et les Saoudiens sur l'Irak. C'est ce qui a fait de son assassinat une pulsion immédiate".

Si d'autres facteurs - tels que la pression des alliés des États-Unis comme Israël - ont également joué un rôle dans la décision de tuer Soleimani, la décision de l'assassiner sur le sol irakien quelques heures seulement avant qu'il ne rencontre Abdul-Mahdi dans un rôle diplomatique suggère que les tensions sous-jacentes causées par la poussée de l'Irak pour l'indépendance pétrolière et son accord pétrolier avec la Chine ont effectivement joué un rôle dans le choix du moment de son assassinat. Il a également servi de menace à Abdul-Mahdi, qui a affirmé que les États-Unis avaient menacé de le tuer, lui et son ministre de la défense, quelques semaines auparavant, en raison de tensions directement liées à la poussée vers l'indépendance du secteur pétrolier irakien vis-à-vis des États-Unis. 

Il semble que le rôle omniprésent du pétrodollar dans l'orientation de la politique américaine au Moyen-Orient reste inchangé. Le pétrodollar a longtemps été un facteur déterminant de la politique américaine envers l'Irak en particulier, puisque l'un des principaux éléments déclencheurs de l'invasion de l'Irak en 2003 a été la décision de Saddam Hussein de vendre le pétrole irakien en euros plutôt qu'en dollars à partir de l'année 2000. Quelques semaines seulement avant le début de l'invasion, Hussein s'est vanté que le compte de recettes pétrolières de l'Irak, basé en euros, rapportait un taux d'intérêt plus élevé que s'il avait continué à vendre son pétrole en dollars, un signal apparent aux autres exportateurs de pétrole que le système pétrodollar ne bénéficiait réellement aux États-Unis qu'à leurs propres dépens.

Au-delà des efforts actuels pour éviter l'indépendance pétrolière de l'Irak et maintenir son commerce pétrolier aligné sur celui des États-Unis, le fait que les États-Unis cherchent maintenant à limiter le rôle toujours croissant de la Chine dans le secteur pétrolier irakien est aussi directement lié aux efforts connus de la Chine pour créer son propre concurrent direct au pétrodollar, le petroyuan.

Depuis 2017, la Chine n'a pas caché ses projets concernant le pétrodollar, un concurrent direct du pétrodollar, en particulier après que la Chine a éclipsé les États-Unis en tant que premier importateur mondial de pétrole. Comme l'a fait remarquer CNBC à l'époque :

La nouvelle stratégie consiste à s'assurer le concours des marchés de l'énergie : Pékin pourrait introduire une nouvelle façon de fixer le prix du pétrole dans les mois à venir - mais contrairement aux contrats basés sur le dollar américain qui dominent actuellement les marchés mondiaux, cette référence utiliserait la propre monnaie de la Chine. Si elle est largement adoptée, comme l'espèrent les Chinois, cela marquera une étape vers la remise en cause du statut du billet vert comme monnaie la plus puissante du monde... Le plan consiste à fixer le prix du pétrole en yuan en utilisant un contrat à terme adossé à l'or à Shanghai, mais la route sera longue et ardue".

Si les États-Unis continuent sur leur lancée et poussent l'Irak plus loin dans les bras de la Chine et d'autres États rivaux, il va sans dire que l'Irak - qui fait maintenant partie de l'Initiative chinoise Belt and Road - pourrait bientôt favoriser un système pétrolier plutôt qu'un système pétrodollar, d'autant plus que l'administration américaine actuelle menace de prendre en otage le compte de la banque centrale irakienne pour avoir mené des politiques que Washington juge défavorables.

Cela pourrait également expliquer pourquoi le président Trump est si préoccupé par l'emprise croissante de la Chine en Irak, car elle risque non seulement de provoquer la fin de l'hégémonie militaire américaine dans le pays, mais pourrait également entraîner des problèmes majeurs pour le système pétrodollar et la position des États-Unis en tant que puissance financière mondiale. La politique de Trump visant à mettre un terme aux liens croissants entre la Chine et l'Irak a clairement l'effet inverse, montrant que la "diplomatie des gangsters" de cette administration ne sert qu'à rendre d'autant plus attrayantes les alternatives offertes par des pays comme la Chine et la Russie.

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,749
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...