Sign in to follow this  
Fenrir

EADS tenté par Safran?

Recommended Posts

On veut réindustrialiser le pays, faire des réformes, blablabla, mais dès qu'on peut sauver les copains, on le fait. C'est vraisemblablement une présidence normale sous la cinquième.

On peut taxer Enders de beaucoup de choses, mais de par son habile jeu qui consiste à tirer sur l'Allemagne dès que possible, et sur des Allemands (tout en les remplaçant par des Allemands hein !) il est parvenu à ne plus passer pour un résident d'outre Rhin, mais un simple cadre dirigeant d'EADS. Dès lors, son avis compte double, vu qu'une bonne part des gens comprennent qu'il faut sortir du paradigme national, et que c'est bien les Allemands qui plombent EADS de ce côté là.

Dès lors, tout choix qui sera retoqué par Enders passera pour objectif. L'est il vraiment? Je ne sais pas. Néanmoins se débarasser de madame Lauvergeon permet de crédibiliser encore plus le prochain président d'EADS.... Et de ridiculiser le gouvernement Français si d'aventure il insistait (ce qui fuiterait malencontreusement) pour l'ex Areva. Très habile. Pourquoi ne pas nommer un étranger? ni Francophone, ni Germanophone? Après tout, EADS signifie une suite de terme qui ne sont ni Français, ni Allemands.

Share this post


Link to post
Share on other sites

EADs attaquée par des hackers chinois.

Berlin s'inquiète d'une recrudescence des cyberattaques chinoises visant des entreprises allemandes : au moins deux grands groupes implantés outre-Rhin, EADS et le sidérurgiste ThyssenKrupp ont subi des attaques majeures en 2012, révèle l'hebdomadaire allemand Der Spiegel dimanche 24 février.

Un porte-parole d'EADS a indiqué à Reuters que ces piratages informatiques étaient des "attaques standard" et que le groupe coopérait étroitement avec les autorités sur le dossier de la cybersécurité.

http://www.francetvinfo.fr/eads-attaquee-par-des-hackers-chinois_258579.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Combien de temps ça va durer cette passivité face a la Chine qui mène une véritable guerre informatique de grande ampleur contre l'occident entière ?

Chaque jour ce pays prouve son hostilité permanente tant aux USA qu'en Europe via ses attaques de hackers ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Combien de temps ça va durer cette passivité face a la Chine qui mène une véritable guerre informatique de grande ampleur contre l'occident entière ?

En même temps, si "occident" est considéré au féminin, c'est normal d'être "passif" ...

Chaque jour ce pays prouve son hostilité permanente tant aux USA qu'en Europe via ses attaques de hackers ...

Peut-être ..., mais faut aussi se méfier d'hackers d'autres nationalités qui utilisent des passerelles de serveurs localisées en Chine. Et là, toutes les nationalités peuvent être concernées.

Je ne nie pas la politique agressive de la Chine sur le plan économique, industriel, voire virtuel, mais ils ont la prétention d'être n°1 mondiaux et on ne peut pas qualifier la politique des US dans ces domaines-ci de "friendly". Combien de sociétés françaises ont vu leur savoir piraté par les US sans même s'en rendre compte ? la guerre économique, c'est un concept anglo-saxon à la base.  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Évidemment, aujourd'hui tout le monde se félicite du succès d'Airbus avec le décollage réussi de l'A350 et le carnet de commande plein.  :oops:

Néanmoins et même si EADS est centré sur Airbus, force est de constaté que c'est la forêt qui cache la décrépitude :

- Astrium est dans une période de transition dont il tarde à sortir,

- Cassidian est en déclin continuel avec la contraction des marchés de défense, l'échec Eurofighter et l'échec des drones,

- Eurocopter est dans le rouge financièrement et les perspectives ne sont pas nécessairement si bonnes que l'on pouvait le croire ; et ce n'est pas un record de vitesse d'un proto qui améliorera la situation.

Heureusement Airbus tient bon car sinon la baraque tomberait au moindre coup de vent ...  :-[

Certains vont peut-être dire que je suis très pessimiste mais quand on analyse la situation des filiales EADS hors Airbus dans le détails, pas de quoi pavoiser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Évidemment, aujourd'hui tout le monde se félicite du succès d'Airbus avec le décollage réussi de l'A350 et le carnet de commande plein.  :oops:

Néanmoins et même si EADS est centré sur Airbus, force est de constaté que c'est la forêt qui cache la décrépitude :

- Astrium est dans une période de transition dont il tarde à sortir,

- Cassidian est en déclin continuel avec la contraction des marchés de défense, l'échec Eurofighter et l'échec des drones,

- Eurocopter est dans le rouge financièrement et les perspectives ne sont pas nécessairement si bonnes que l'on pouvait le croire ; et ce n'est pas un record de vitesse d'un proto qui améliorera la situation.

Heureusement Airbus tient bon car sinon la baraque tomberait au moindre coup de vent ...  :-[

Certains vont peut-être dire que je suis très pessimiste mais quand on analyse la situation des filiales EADS hors Airbus dans le détails, pas de quoi pavoiser.

Ok pour Astrium, ils ont raté le passage au tout éléctrique (comme Thales) et vont avoir de plus en plus de compétition (MHI). Une restructuration en France, avec TAS, est à craindre.

Pour Cassidian il y a la partie MBDA qui se porte assez bien et qui apparemment s'en sort sur le livre blanc (à confirmer). Je te trouve un peu dur sur l'l'Eurofighter. Serais tu prêt à dire la même chose du Rafale ?

Eurocopter je n'ai pas entendu parler de pertes financières, peut-être as-tu des infos privilégiées ? Le problème sur la famille Super Puma est très sérieux mais la société  garde de bonnes perspectives je pense.

Airbus Military a de bonnes perspectives avec l'A330MRTT et l'A400M.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour Cassidian il y a la partie MBDA qui se porte assez bien et qui apparemment s'en sort sur le livre blanc (à confirmer).

MBDA n'est pas 100% Cassidian. Sinon oui, MBDA va très bien.

Je te trouve un peu dur sur l'l'Eurofighter. Serais tu prêt à dire la même chose du Rafale ?

Le Rafale a la perspective indienne, ça change tout.

Cassidian va par ailleurs de déconvenues en déconvenues sur les drones.

Heureusement pour eux, il reste des systèmes com ou de sécurité sur lesquels ils ont des contrats qui font rentrer du cash.

Eurocopter je n'ai pas entendu parler de pertes financières, peut-être as-tu des infos privilégiées ? Le problème sur la famille Super Puma est très sérieux mais la société  garde de bonnes perspectives je pense.

Je l'ai déjà évoqué sur le fil EC, cette année Eurocopter sera dans le rouge à cause effectivement de ce problème EC225 et de ventes moins bonnes que prévus.

Je ne dis pas qu'il y a péril en la demeure car les perspectives et les fondamentaux sont là ; mais cela montre que même ceux que l'on considère comme en bonne santé peuvent avoir de sérieux problèmes.

Cela mine également l'investissement et par la même réduit la compétitivité future de l'hélicoptériste.

Airbus Military a de bonnes perspectives avec l'A330MRTT et l'A400M.

Je n'avais pas évoqué Airbus Military effectivement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

MBDA n'est pas 100% Cassidian. Sinon oui, MBDA va très bien.

Pas 100% mais quand on parle de la société Cassidian sans préciser que dans ton esprit il s'agit de seulement de la partie "defence electronics" on doit intégrer MBDA à 37.5%.

Cassidian a toujours eu un EBIT positif. Ils doivent juste trouver leur stratégie, chose à laquelle les dirigeants actuels s'emploient. La com et la sécurité (Tetra) sont des activités modestes en taille, par rapport par exemple à l'electronique des Typhoon. Je ne suis pas sûr que ces 2 activités puisque tu en parles soient conservées à l'issue de la revue stratégique en cours, l'avenir nous le dira.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La dernière rumeur en date voudrait que EADS devienne Airbus ...  :P

Tom aurait cela en tête.  :rolleyes:

"rumeurs"?

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20130717trib000776227/eads-appelez-moi-desormais-airbus.html

Tom Enders, le président du groupe aéronautique et de défense, prépare une révolution grandeur nature. Celle-ci touchera aussi bien l'organisation que l'esprit pionnier qui a toujours prévalu depuis la création d'EADS et d'Aerospatiale. La rentabilité sera désormais le maître-mot de la maison. Symbole de cette mutation : le nom EADS va sans doute disparaître au profit d'Airbus, qui regroupera sous son aile les activités civiles et militaires du groupe.

Tom Enders ne fait jamais dans dans la demi-mesure. Ce sera encore le cas avec la revue stratégique que le patron d'EADS doit présenter lors du conseil d'administration du groupe du 29 juillet. Et cela va décoiffer les salariés et les cadres dirigeants, dont certains pourraient se retrouver simple patron de division et en prendre ainsi pour leur ego. Mais Major Tom est bien décidé à tracer la voie qui lui semble la meilleure pour EADS, ou plutôt pour Airbus. Car le débat qui perdurait depuis des années sur le nom du groupe a semble-t-il été tranché, sous réserve de l'approbation du conseil d'administration.

Cela devrait donc être Airbus, qui réunira sous son aile les activités civiles et militaires du groupe. A l'exception peut être d'Eurocopter dont la marque, mondialement connue et appréciée, doit voir sa réussite commerciale impressionnante préservée. En tout cas, un groupe de travail, mis en place par Tom Enders, a été chargé de plancher sur les modalités techniques, juridiques... d'un changement de nom. Ce qui fait grincer les dents chez Airbus, dont certains craignent de voir la marque polluée par de nouvelles activités.

Airbus Defence ?

La semaine dernière à l'occasion d'un colloque sur l'Europe de la défense, le directeur général délégué en charge de la stratégie et de l'international d'EADS, Marwan Lahoud, a confirmé que le groupe resterait dans la défense. La question s'est posée il y a plus d'un an, elle ne pose plus depuis plusieurs mois maintenant. Une défense qui sera le grand chantier de Tom Enders. Objectif : fusionner la plupart des activités militaires du groupe, d'Airbus Military à  Eurofighter, de Cassidian à Astrium. A l'exception des hélicoptères militaires d'Eurocopter, entité qu'il serait difficile de scinder en deux.

Pour convaincre Berlin de cette restructuration, la direction d'EADS s'est mise en chasse d'un manager allemand pour piloter tout ou partie de cet ensemble. Une denrée apparemment rare car, il y a peu de temps encore, la recherche n'avait pas abouti. Enfin, reste à connaitre le sort des activités spatiales civiles (satellites de télécoms civils).

Encore moins d'Etat dans EADS ?

Tom Enders veut aussi en finir complètement avec les interférences des Etats (Allemagne, France) dans le groupe. Au-delà de la nouvelle gouvernance arrachée en décembre 2012 à Berlin et Paris, il a lancé un débat interne sur les aides publiques, notamment les avances remboursables : faut-il continuer à les demander? Tom Enders ne supporte plus d'obtenir ces aides en contrepartie de concessions (emploi, localisation de la production) revendiquées par les Etats. Ces derniers mois, l'Allemagne qui a fait du chantage au groupe pour débloquer des avances remboursables à Airbus pour l'A350, l'a excédé. Aussi, veut-il limiter l'influence des Etats pour qu'ils n'interviennent plus dans les décisions du groupe. Pour Tom Enders, EADS doit être "une entreprise dont le mode de fonctionnement est le même que celui de nos concurrents directs", comme il l'avait expliqué en juin dans l'hebdomadaire Air&Cosmos.

EADS, une cash machine ?

Les Etats ayant moins d'influence sur le groupe, les marchés pèseront davantage sur la stratégie du groupe. Est-ce réellement une bonne chose au vu du caractère erratique de ces marchés. Si EADS est devenu aujourd'hui ce qu'il est - le numéro deux mondial de l'aéronautique - c'est en partie parce qu'il a pu s'affranchir de leur exigence : le groupe aurait-il lancé l'A380, où même les programme militaires A400M (avion de transport) et NH90 (hélicoptère de transport de troupes) sans le soutien des Etats qui pouvaient assumer le risque d'un échec ?

Ce qui est sûr, c'est que le choix de lancement des nouveaux programmes sera beaucoup, beaucoup plus sélectif au regard des critères de rentabilité désormais exigés. Car l'objectif avoué de Tom Enders est d'atteindre 10 % de marge. Et cela semble même un minimum pour lui. Ce que certains programmes auront bien du mal à respecter. "Fini le temps où on se faisait dicter les programmes par les directeurs des ventes trop sûrs de leur fait", lâche-t-on dans le groupe.

Cette nouvelle stratégie pourrait être fatale pour trois projets : le successeur du Beluga (le cargo de l'air qui devait être réalisé sur une base d'A330) dont le coût est estimé à 1,5 milliard d'euros, une nouvelle version allongée d'un A380 pour relancer un programme en difficulté, ou encore le nouveau modèle de 90 sièges du constructeur de turbopropulseurs, ATR. Pour cet appareil, EADS et Airbus ont également des craintes qu'il marche sur les plates-bandes de l'A318, qui est un énorme échec commercial, et surtout de l'A319. A suivre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"rumeurs"?

Bien sur.

1 - Je n'avais pas cet article.

2 - Rien n'est officiel via cet article.

Comme on dit, "tant que ce n'est pas signé ..."

Share this post


Link to post
Share on other sites

La commission de l'Union Européenne a annoncé mercredi 17 juillet le lancement de la seconde phase du programme Clean Sky doté de 4 milliards d'euros de fonds publics et privé. L'ambition des participants et de leur partenaires est de réduire de moitié les émissions de CO2 d'ici 2030. EADS, Dassault Aviation, Thalès mais surtout Safran sont les grands bénéficiaires de ce projet.

(...) Ces subventions doivent encore être votées par le Parlement européen. Reste aussi à espérer qu'elles ne seront pas contestées par l'éternel rival d'Airbus, Boeing. Ou par d'autres motoristes, équipementiers, ensembliers et fournisseurs. Car la question récurrente des aides publiques à l'aviation civile et militaire empoisonne les négociations commerciales internationales depuis des décennies...

Suite : http://votreargent.lexpress.fr/bourse/bruxelles-debloque-4-milliards-pour-l-aviation-verte-une-bonne-nouvelle-pour-eads-safran_325798.html#4EF0T1ZxO51D86Z5.99

Share this post


Link to post
Share on other sites

La dernière rumeur en date voudrait que EADS devienne Airbus ...  :P

Tom aurait cela en tête.  :rolleyes:

L'art de la prestidigitation suppose d'attirer l'attention sur ce que fait une main... pendant que l'autre réalise ce qui est vraiment important.

Le nom d'un groupe est bien visible mais a une importance tout de même assez secondaire. Ce qui sera plus intéressant ce sera les autres décisions qu'annoncera Enders.

Par exemple celle-ci "le choix de lancement des nouveaux programmes sera beaucoup, beaucoup plus sélectif au regard des critères de rentabilité désormais exigés"...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sur.

1 - Je n'avais pas cet article.

2 - Rien n'est officiel via cet article.

Comme on dit, "tant que ce n'est pas signé ..."

Et moi, j'ai lu 2 ou 3 articles se contredisant au sujet du changement ou pas du nom Eurocopter http://www.air-cosmos.com/industrie/eads-les-actionnaires-etatiques-peuvent-s-opposer-au-changement-de-nom.html

http://www.journal-aviation.com/actualites/23614-eads-va-se-reorganiser-et-pourrait-prendre-le-nom-d-airbus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et moi, j'ai lu 2 ou 3 articles se contredisant au sujet du changement ou pas du nom Eurocopter

Airbus hélico  :P  Airbus illico  :lol:  Airbus à hélice ... y a moyen de trouver des noms sympas.  :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec une longue vue depuis ma lointaine planète, ça ressemble à une direction exécutive qui cherche à entuber ses actionnaires.

La fusion avec BAE ayant échoué, il a imaginé une autre approche plus subtile. Mais il ne cache pas ses intentions. C’est dit dans l’article : le but est d’écarter les Etats et à défaut d’avoir pu les minorer directement, il disqualifie leurs exigences.

Bonne ou mauvaise nouvelle ? J’en sais rien, mais je pense que la rationalisation devrait plutôt profiter à la France, et mettre un coup d’arrêt au transfert de savoir-faire vers l’Allemagne qui en sera mécontente et pourrait faire capoter le projet. A moins que des gages lui soit donné ?

En tout cas, tenace le Tom.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me garderai bien de tout procès d'intention, car aucune intention n'est réellement claire ici.

1 - EADS a peu de visibilité avec ce nom. C'est un fait. Airbus est plus connu qu'EADS et dit de suite de quoi il retourne.

La lisibilité d'une marque ça compte pas mal.

Même si les professionnels du secteur connaissent très bien, c'est moins simple avec des clients des pays émergeant, des actionnaires privés ou des agents financiers

2 - "le choix de lancement des nouveaux programmes sera beaucoup, beaucoup plus sélectif au regard des critères de rentabilité désormais exigés"

Ah bon ? parce qu'avant EADS lançait des projets pour se faire plaisir ?

Il n'y a aucune prestidigitation derrière cela ...  :P :

    - 2a : la crise

    - 2b : la gamme Airbus complète qui n'implique de nouveau modèle dans un avenir court

    - 2c : la constitution de EADS Innovation Works par qui les nouveaux projets passeront

3 - La fusion BAE-EADS ?  :P non, je ne pense pas que ça soit le cas. Enders a pris une baffe avec cette affaire, je le vois mal tendre l'autre joue. Réduire le poids des état était un objectif de toute façon.

4 - J'ai plutôt entendu qu'il y avait une tentation de tendre vers un groupe d'activité civile aéro. Donc constituer un Airbus military ou Airbus Defence avec toutes les activités liés et le détacher, pourquoi pas vers BAE, d'ailleurs, ou avec DA ...

Et donc avoir juste un Airbus civil avec les activités les plus rentables donc.

Safran pourrait d'ailleurs à cette occasion être à nouveau scinder (vu que le mariage Snecma / Sagem a tellement bien fonctionné ... :P ) pour s'associer aux deux parties et constituer deux pôles civils et militaires européens de classe mondiale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le groupe d'aéronautique et de défense EADS étudie des projets pour se réorganiser autour de trois divisions sous l'appellation Airbus dans le cadre de la revue stratégique de ses activités, ont dit jeudi à Reuters trois sources proches du dossier.

Si le conseil d'administration approuve cette réorganisation, les résultats de cette revue stratégique pourraient être présentés dès le 31 juillet à l'occasion des résultats semestriels d'EADS, selon ces mêmes sources sous couvert d'anonymat.

Dans le cadre de sa réorganisation, qui survient neuf mois après l'abandon du projet de fusion avec BAE Systems, EADS pourrait décider de réunir ses activités spatiales et de défense au sein d'une seule et même division avec l'apport de la branche militaire d'Airbus.

Cette nouvelle division Airbus Defence & Space devrait être très probablement basée à Munich. D'après les chiffres 2012, elle génèrera un quart des revenus et bénéfices du groupe européen alors que les deux filiales, Cassidian pour la défense et Astrium pour les activités spatiales, n'y contribuent pour le moment qu'à hauteur de 10% chacune.

Les activités d'Airbus dans l'aviation commerciale devraient quant à elles rester à Toulouse, ont dit les sources. Eurocopter, la branche hélicoptères d'EADS, devrait rester dans le sud de la France et prendrait aussi le nom d'Airbus.

Même privée de sa branche militaire Airbus Military, qui fabriquera le nouvel avion de transport militaire A400M, l'aviation commerciale d'Airbus restera la principale division d'EADS avec 68% des revenus, selon les comptes 2012.

En regroupant ses activités spatiales et de défense et en y intégrant l'aviation militaire, EADS adoptera ainsi une organisation plus semblable à celle de son grand rival américain Boeing.

http://www.capital.fr/bourse/actualites/eads-va-s-organiser-en-trois-poles-et-regrouper-sa-defense-861321

Share this post


Link to post
Share on other sites

Airbus hélico  :P   Airbus illico  :lol:  Airbus à hélice ... y a moyen de trouver des noms sympas.  :P

AirbusCopter .... :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

En même temps c'est vrai qu'EADS sans les allemands ça serait génial  :oops:

Mais bon si on garde Eurocopter et Airbus chez nous, faut bien leur filer un truc...  O0

Puis si ça les oblige à gonfler leur budget spatial afin d'avoir une vrai légitimité à "s'approprier' Astrium chez eux, c'est bon pour l'ESA  =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,435
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Faith_Healer
    Newest Member
    Faith_Healer
    Joined
  • Forum Statistics

    20,749
    Total Topics
    1,262,843
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries