Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

ISS


Neowens
 Share

Recommended Posts

Alien arrive...

Vous imaginez le potentiel pour les scénaristes ? Un film par an au moins...

 

 

     Hého pousses pas mémé dans les escaliers alors qu'ils viennent juste de reset la licence avec promethéus ... (enfin reset, c'est un spin-off, mais qui reset + ou - l'univers d'Alien globalement)

 

 

 

    Après concernant le risque d'éparpiller dangereusement la vie dans le système solaire a cause de nos bactéries, le danger principal c'est Mars d'autant que si par exemple un engin contaminé était en dérive, ce serait le + probable a hauteur de l'orbite terrestre autour du soleil :   Déja la, comment aller faire une rentrée atmo contaminante sur Mars a cette orbite solaire en moyenne 60 millions de km + proche que le soleil ...

 

      Pour que ça soit vraiment un risque élevé il faudrait que ça arrive sur un engin a qui on aurait donné une orbite solaire très très fortement élyptique (car la son orbite pourrait croiser bien + aisément cette de Mars)

 

 

    Et puis bon Mars a une atmosphère assez épaisse même si elle est 20x moindre que sur Terre, elle n'en implique pas moins des rentrée atmo tout aussi dangereuse que sur Terre en risque d'être méga carbonisé a des t° extreme et ce plusieurs dizaines de km avant de toucher le sol

 

    Après le risque existe dans le sens qu'on sait que les germes peuvent survivre a un échange de rochers éjectés dans l'espace très contaminé par la vie (la Terre quand elle subit des impacts majeurs avec des bolides de + de 1 Km elle éjecte a une vitesse de libération des roches de ce genre et dont on sait qu'en général elles finissent en rentrée atmo sur Mars quelques milliers d'années + tard (si aidé par aucun biais artificiel, c'est bien plusieurs milliers d'années)

 

    Mais ces roches abritent souvent des extrêmophiles au coeur même de la roche (des organismes qui vivent de la dissolution de la roche par des acides pour trouver leur énergie chimique qui permet de vivre) et c'est ça le vrai danger, car une roche épaisse peut avoir son coeur qui reste totalement indemne après une rentrée atmo (seul la surface jusqu'a plusieurs dizaines de cm d'épais atteingnent des t° qui implique la mort garantie de ces germes durant la rentrée ...

 

    Hors un engin technologique c'est différent, ils n'ont pas la densité de matière "en plein et jusqu'au coeur"  d'une roche, eux quand ils subissent des rentrée atmos ils brulent intégralement en général et si par malheur des pièces touchent le sol quand même (ça arrive) elles auront de toute façon atteint malgré tout une t° probablement de plusieurs centaines de degrés soit mort garantie quand même des germes quand bien même ils seraient les + résistants connus

 

 

 

    Par contre ce qui poserait + de problème c'est un engin contaminé abandonné a hauteur de l'orbite de Jupiter et qui aurait un risque non négligeable de se crasher sur Europa, car même si l'engin ne parvient pas a percer la couche de glace a l'impact pour atteindre l'eau liquide en dessous, il aura des milliers d'années pour lui pour s'enfoncer lentement dans la glace ... Et comme on sait qu'en général il suffit juste que l'objet pris dans la glace soit juste un peu exposé aux rayons solaires pour accélérer sa pénétration dans la glace

 

    Une fois réalisé, ce n'est plus qu'une question de quelque milliers d'années que les mouvements "tectonique" de la glace amène a faire plonger l'engin en profondeur et contaminer les océans d'Europa ... (et la le cas serait potentiellement bien + grave qu'une contamination de Mars)

 

    Mars pourrait être contaminé que ça ne poserait pas un problème en soi car après tout il me parrait probable que la Terre ait réussi plusieurs fois a contaminer Mars et on sait que même l'inverse est possible surtout quand on repense au théatre du système solaire il y a 3-4 milliards d'années (il est possible que la vie ne soit jamais apparu spontanément sur la Terre mais qu'elle provient juste d'un transfert de roches avec Mars a l'époque ou cette dernière avait probablement de la vie ...)

 

     Le seul problème que ça poserait, ben c'est les faux positifs que ça induirait pour la recherche de la vie sur Mars, mais on se rendrait vite compte de quelle espèce il s'agit et que c'est juste une contamination ... (soit au pire des cas une confusion de quelques jours) puis une fois su, on continuerait a rechercher tout en s'accomodant de la présence de cette bactérie pour éviter a nouveau les faux positifs

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

ca c'est intéressant 

 

Du plancton trouvé sur la Station spatiale internationale

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/08/22/01008-20140822ARTFIG00240-du-plancton-trouve-sur-la-station-spatiale-internationale.php

 

 

Selon un cosmonaute russe, des organismes marins ont été découverts à la surface de la Station spatiale internationale. Une preuve de la capacité de certains organismes à survivre dans l'espace.

Edited by zx
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

ca c'est intéressant 

 

Du plancton trouvé sur la Station spatiale internationale

 

http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/08/22/01008-20140822ARTFIG00240-du-plancton-trouve-sur-la-station-spatiale-internationale.php

 

 

Selon un cosmonaute russe, des organismes marins ont été découverts à la surface de la Station spatiale internationale. Une preuve de la capacité de certains organismes à survivre dans l'espace.

 

 

 

     La part contre je serais méfiant, l'annonce n'a rien de scientifique ... Elle est simplement rapportée par un cosmonaute russe ...

 

 Elle aurait pu avoir bien + de valeur informative si c'était une annonce officielle des agences spatiales au niveau de ce constat ! D'autant que des algues qui auraient réussi a coloniser la surface de la station sur certains modules, cela parait étrange dans le sens qu'il s'agit d'un milieu extrêmement sec par le vide (le vide transforme tout eau liquide en vapeur gazeuse pas même en micro-goutellettes)

 

      Et puis ils ne précisent même pas si c'est a l'intérieure ou a l'extérieur (paroi simplement, sauf que bon on sait tous qu'un volume de ce genre a une paroi externe et une interne m'enfin bon ) et je pense qu'il se pourrait bien qu'on ait ici la preuve qu'il s'agit d'une info + ou - bidon de part ce type d'oubli de préciser :

 

    Si on relit bien, ils jouent sur les mots quand déja ils expliquent "gravité zéro, t° extrême, radiations cosmiques" :  Ok mais il manque le + important dans cette liste c'est le vide spatial m'enfin bon ... Car ça permet de jouer encore sur le fait qu'on ne sait pas si ils parle de la paroi interne ou externe, idem en citant le tardygrade qui a vécu dans l'ISS lors d'une expérience :  Il était bien au chaud, pressurisé a l'intérieur et dans un milieu adapté prévu ...

 

      Aucun sérieux donc au niveau des descriptions manifestement volontairement floues, et la NASA serait la première au courant quand bien même il s'agit de la partie russe

 

   

    Et le + important :  C'est une info scoop délivrée par un cosmonaute encore et tjrs ... Non confirmée par je ne sais quel agence spatiale, ni organisme scientifique en capacité de confirmer ... Bon est il utile de vous rappeler qu'aux USA ça fait des décennies que les astronautes US font régulièrement des conférences de presses notamment ceux ayant volés mais qui ont peut de chance de "re-voler" (la retraite viens tot et on fait tourner les talents ... Normal, bien qu'ils restent souvent a disposition comme éventuel capitaine de mission comme équipage secondaire o cas ou un équipage ne peut pas partir pour des raisons médicales soudaines ect)

 

      Et on sait très bien les contenus de ces conférences de presse lorsqu'ils sont a la retraite des vols ou pas loin :

 

 

    Du type d'info spécialement pour relancer complotisme HET & cie via des témoignages de ce qu'ils auraient vu a bord de l'ISS ou des diverses missions STS

 

 

  Car de nombreux médias US en sont friands et eux ça leur permet de conserver une visibilité (les astronautes) post carrière spatiale et d'être après régulièrement invités par des médias ... Ca ne rapporte pas d'argent ou pas dans l'immédiat ... (du fait que la notoriété est maintenue, ils gardent donc la visibilité dans la sphère médiatique, ce qui attire tjrs les propositions pas ou peu rémunérées au début, mais a la longue on sait comment ça évolue ...)

 

 

     Il suffit de voir ce qu'on fait certains astronautes qui ont fait parti des missions apollo notamment celles qui se sont posées sur la Lune, en nombre de conférences non officielles NASA des années après une fois retraités ou ils se sont copieusement étalés pour certains dans le sensationalisme via des déclarations faisant clairement allusions a une présence ET ou d'OVNI ect ... Puis après ont été régulièrement invités de partout dans les médias car la visibilité fortement maintenue par ce genre de déclarations croustillantes

 

 

     Perso je n'ai aucun mal a croire ou penser que les cosmonautes russes soient tentés de faire pareil en exploitant d'autres sujets, d'autant qu'en Russie c'est un phénomène montant (discuter des théories HET ect) bien que la, on a affaire a autre chose puisque ce serait l'annonce qu'on aurait retrouvé de la vie terrestre a 400 km de haut ... Probablement que c'est un cosmonaute qui voudrait que son nom soit lié a une affaire sensationnelle

 

 

 

      Vous pariez combien qu'il n'y aura jamais quelconque confirmation scientifique autour de cela ?

 

 

   D'autant que je note qu'aucun site ou média de science n'ait vraiment repris l'info, l'info circule par la presse classique ... Logique, quand on constate déja le manque de précision qui arrange bien et pose le doute :  Logique qu'aucun webmaster de site de science n'ait voulu en faire une news, pas de fait scientifique dans l'histoire et manque de cohérences quand aux précisions

Edited by alpacks
Link to comment
Share on other sites

Moi j'aimerais bien qu'ils essaient de cultiver du plancton à l'extérieur de la station sous des cloches de verre, éventuellement on pourrait le refaire sur la lune, ça pourrait être un moyen de produire de l'oxygène et de la nourriture.

Edited by Divos
Link to comment
Share on other sites

Moi j'aimerais bien qu'ils essaient de cultiver du plancton à l'extérieur de la station sous des cloches de verre, éventuellement on pourrait le refaire sur la lune, ça pourrait être un moyen de produire de l'oxygène et de la nourriture.

Qu'est ce qui permet de dire que du plancton pourrait vivre dans une "serre" en orbite?!

Link to comment
Share on other sites

Qu'est ce qui permet de dire que du plancton pourrait vivre dans une "serre" en orbite?!

 

Du plancton trouvé sur la Station spatiale internationale :)

http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/08/22/01008-20140822ARTFIG00240-du-plancton-trouve-sur-la-station-spatiale-internationale.php

 

Blague à part,  on doit contrôler la température, les nutriments et l'exposition aux ultraviolet, je vois pas pourquoi ça serait pas possible. Enfin, il y a peut-être un détail qui m'échappe...

Link to comment
Share on other sites

Moi j'aimerais bien qu'ils essaient de cultiver du plancton à l'extérieur de la station sous des cloches de verre, éventuellement on pourrait le refaire sur la lune, ça pourrait être un moyen de produire de l'oxygène et de la nourriture.

 

 

       Dans l'espace seul des systèmes testés et d'une très forte redondance technique peuvent être validés pour apporter un intrant a la vie humaine aussi essentiel que l'O²

 

   Et quand bien même le plancton pourrait apporter une certaine efficacité productive en rapport a son besoin d'intrant pour fonctionner (produire) j'ai de très gros doutes que cela puisse arriver ne serait ce qu'a la cheville d'un système de recyclage chimique complet de l'Oxygène permettant de vivre avec tjrs la même masse d'oxygène en jeu et tjrs les mêmes atomes dans un sens ...

 

      (bien que je sais bien qu'un système basé sur du vivant serait tout aussi recycleur de l'O² mais le niveau d'efficacité par rapport a un système chimique rien a voir ... Ou alors probablement en le surdimensionnant ...)

 

     Ton plancton, a la première maladie qui prolifère dans le système, ben c'est tout ta prod d'O² qui s'effondre ... C'est pas bien bon de compter la dessus

 

 

     Et de toute façon, on a déja montré plus d'une fois par des expériences sur Terre, que toute la chimie du vivant est reproductible en systèmes chimiques divers (on a même reproduit des organes humains en cycle fermé comme ça, attention je ne parle pas d'organes clonés, mais imité en utilisant des principes proches et simplement symbolisés par une cuve en inox pour chaque organe pour faire simple et tout un bordel dans chacunes mais différentes pour reproduire tel ou tel organe (des reins ça sera des filtres a la con, des poumons ça sera des échangeurs gazeux moléculaires, un estomac un bain d'acide ect)  et qu'elle était surtout bien + efficace ainsi décomposée en systèmes chimiques au niveau des quantités ect :

 

     Car l'organe était reproduit a sa simple fonction pure, la ou avec le vivant y a pas que sa fonction propre :  Faut le faire survivre l'organe ... Ce qui n'est pas la même chose en terme d'efficacité en comparaison ...

Link to comment
Share on other sites

Comme la dit Alpacks l'avantage du système chimique est sa compacité (ce qui compte énormément dans ISS) et sa fiabilité, tout en exigent relativement peu d'entretien (hormis changer les consommables de temps en temps).

 

Maintenant le système biologique a l'avantage de pouvoir fonctionner en cycle fermé à la condition de pouvoir reproduire tout un mini-écosystème dont les spationautes feront partie intégrante. S'il est bien conçu ce système serait auto-entretenu et n'utiliserait aucun consommable ce qui serait intéressant pour du long terme. Mais il ne faut pas rêver, un tel système de survie prendrait une place monstrueuse (au minimum 30m3/personne rien que pour la production d'o2). Donc autant ce système est inenvisageable pour l'ISS, autant il devient très intéressant dans le cadre de la colonisation spatiale.

Link to comment
Share on other sites

Comme la dit Alpacks l'avantage du système chimique est sa compacité (ce qui compte énormément dans ISS) et sa fiabilité, tout en exigent relativement peu d'entretien (hormis changer les consommables de temps en temps).

 

Maintenant le système biologique a l'avantage de pouvoir fonctionner en cycle fermé à la condition de pouvoir reproduire tout un mini-écosystème dont les spationautes feront partie intégrante. S'il est bien conçu ce système serait auto-entretenu et n'utiliserait aucun consommable ce qui serait intéressant pour du long terme. Mais il ne faut pas rêver, un tel système de survie prendrait une place monstrueuse (au minimum 30m3/personne rien que pour la production d'o2). Donc autant ce système est inenvisageable pour l'ISS, autant il devient très intéressant dans le cadre de la colonisation spatiale.

 

 

     Sincèrement même pour des projets de très grosses infrastructures spatiales j'ai de gros doutes ... Quelque soit l'échelle, le fait est que le chimique sera forcément supérieur au "biologique" (pas dans le sens bio merci) comme tu l'as mieux exprimé que moi par sa compacité mais il n'y a pas que cela :

 

      Il y a tout simplement les rendements aussi, le temps a investir sur le système au niveau humain pour son fonctionnement normal, l'énergie nécessaire, la sécurité dans le sens de la sureté (la sureté a bord d'un engin spatial habité c'est déja de pouvoir maintenir a tout prix les systèmes de survie ...)

 

      Et quand bien même par je ne sais quel miracle on arrivait a faire un système biologique aussi efficace que le chimique, la redondance de sureté exigera que de toute façon il y ait un système chimique près a prendre le relais au moindre problème sur le biologique principal, et qui est capable de livrer les mêmes quantités d'O² ...

 

      Bref quoi qu'il arrive, le système chimique s'impose ...

 

 

      Et puis un système biologique pourrait avoir le défaut d'être bien moins souple en rapport a son dimensionnement de base, pour acceuillir de l'imprévu a bord et garantir leur survie aussi ... Car un système biologique si on l'habitue a produire une quantité qui variera peu, le jour ou il faudra le pousser a son potentiel max car + de gens prévus a bord :  Les chances que les colonies d'organisme assurant le travail soient incapables d'augmenter leur production pour assurer le surcroit de besoin sont a mon sens élevées :

 

      Car le vivant a la facheuse habitude de s'adapter a sens unique ... Dans le sens que si une colonie de plancton occupe un volume pour produire, il va s'habituer au niveau d'espace qu'on lui a cédé et va très probablement tellement s'habituer a ces conditions que le moindre changement même positif (lui donner + de volume pour qu'il produise + en proliférant sur cet espace ou volume libéré par exemple) risque de ne rien apporter

 

      Un peu a la manière par exemple des arbres qui ont été chouchouté dans un verger par irrigation ... Si on leur coupe l'eau alors que l'espèce d'arbre pourtant dans la nature n'en a pas besoin :  Ils seront potentiellement incapables de s'adapter, et potentiellement idem si on leur en donne + aussi, car conditionné pour vivre avec ... Du plancton ça risque fort de faire pareil même si un individu ne vit pas longtemps et est rapidement remplacé par la reproduction, génétiquement il aura développé des traits en lien avec les conditions qui si elles changent pourraient destabiliser la colonie d'organisme et ce même si ce sont pourtant des conditions + favorables offertes (comme + de volume pour laisser la colonie gagner du terrain par des individus en + et ainsi produire +)

 

       Le vivant est tjrs bien moins maléable et ce justement a cause des gênes ou bien de la longévité de vie d'un individu qui va tellement s'habituer a des conditions stables uniques qu'il pourrait ne pas supporter même un changement positif pourtant

Edited by alpacks
Link to comment
Share on other sites

On va surment pas remplacer le chimique ,mais je crois qu'on devrait faire des testes pour évaluer le potentiel. Ce serait un bon progrès pour les astronautes, qu'ils commencent à produire une partie de leur nourriture et de l'oxygène en prime. 

Link to comment
Share on other sites

On va surment pas remplacer le chimique ,mais je crois qu'on devrait faire des testes pour évaluer le potentiel. Ce serait un bon progrès pour les astronautes, qu'ils commencent à produire une partie de leur nourriture et de l'oxygène en prime.

Le petit souci c'est que pour cela il faut de la matiere premiere et de l'énergie pour la transformer. Pour l'énergie on peut imaginer le soleil via des prcessus type photosynthese. Mais pour la matiere premiere on prend quoi?

Je ne sais pas s'il existe un écosysteme suffisament petit et simple qui fonctionne seulement avec un apport d'énergie solaire?! Ca consommation d'eau d'oxygene de carbone etc.

Link to comment
Share on other sites

On sait déjà le faire avec les algocarburants

 

Bior%C3%A9acteurs-de-la-soci%C3%A9t%C3%A

 

 

Faudrait voir si c'est possible de le refaire sur l'ISS et si l'eau réduirait suffisament l'amplitude termique entre le jour et la nuit (très court sur l'ISS).

 

Une fois sur la lune ce serait s'en doute beaucoup plus simple à faire que des panneaux solaires.

Edited by Divos
Link to comment
Share on other sites

     Sincèrement même pour des projets de très grosses infrastructures spatiales j'ai de gros doutes ... Quelque soit l'échelle, le fait est que le chimique sera forcément supérieur au "biologique" (pas dans le sens bio merci) comme tu l'as mieux exprimé que moi par sa compacité mais il n'y a pas que cela :

 

      Il y a tout simplement les rendements aussi, le temps a investir sur le système au niveau humain pour son fonctionnement normal, l'énergie nécessaire, la sécurité dans le sens de la sureté (la sureté a bord d'un engin spatial habité c'est déja de pouvoir maintenir a tout prix les systèmes de survie ...)

 

Totalement d’accord avec toi mais attention je n’ai jamais dit qu'un système biologique serait aussi efficace qu'un système chimique et pour cause... c'est impossible. C'est d'ailleurs en raison de leur fort rendement que les systèmes chimiques sont aussi compact.

 

 

   

      Et puis un système biologique pourrait avoir le défaut d'être bien moins souple en rapport a son dimensionnement de base, pour acceuillir de l'imprévu a bord et garantir leur survie aussi ... Car un système biologique si on l'habitue a produire une quantité qui variera peu, le jour ou il faudra le pousser a son potentiel max car + de gens prévus a bord :  Les chances que les colonies d'organisme assurant le travail soient incapables d'augmenter leur production pour assurer le surcroit de besoin sont a mon sens élevées :

 

Techniquement il y a les mêmes limitations pour les systèmes chimiques. Ceux-ci ne peuvent pas dépasser les capacités maximum pour lesquelles ils sont conçu. Quoique si on veut chipoter les plantes peuvent s'adapter et produire un peu plus d'O2 lorsque la concentration de CO2 augmente (mais ça prend du temps donc tout le monde sera mort d'ici là).

 

 

          Car le vivant a la facheuse habitude de s'adapter a sens unique ... Dans le sens que si une colonie de plancton occupe un volume pour produire, il va s'habituer au niveau d'espace qu'on lui a cédé et va très probablement tellement s'habituer a ces conditions que le moindre changement même positif (lui donner + de volume pour qu'il produise + en proliférant sur cet espace ou volume libéré par exemple) risque de ne rien apporter

 

      Un peu a la manière par exemple des arbres qui ont été chouchouté dans un verger par irrigation ... Si on leur coupe l'eau alors que l'espèce d'arbre pourtant dans la nature n'en a pas besoin :  Ils seront potentiellement incapables de s'adapter, et potentiellement idem si on leur en donne + aussi, car conditionné pour vivre avec ... Du plancton ça risque fort de faire pareil même si un individu ne vit pas longtemps et est rapidement remplacé par la reproduction, génétiquement il aura développé des traits en lien avec les conditions qui si elles changent pourraient destabiliser la colonie d'organisme et ce même si ce sont pourtant des conditions + favorables offertes (comme + de volume pour laisser la colonie gagner du terrain par des individus en + et ainsi produire +)

 

       Le vivant est tjrs bien moins maléable et ce justement a cause des gênes ou bien de la longévité de vie d'un individu qui va tellement s'habituer a des conditions stables uniques qu'il pourrait ne pas supporter même un changement positif pourtant

 

Au contraire le vivant est extrêmement malléable et s'adaptera dans la mesure du possible a ce qu'on lui proposera. De plus il y a toujours l'option OGM pour avoir vraiment quelques choses qui répondent parfaitement aux besoins (forte production d'O2 et résistance).

 

 

 

Bref un système biologique ne répond pas du tout au même cahier des charges :

 

Sur ISS il faut avant tout que ce soit le plus compact et le plus petit léger possible. Dans ce cas le chimique s'impose, mais celui-ci va s'user irrémédiablement et aura besoin d'un approvisionnement régulier en consommable chimique.

Maintenant dans le cadre de la colonisation spatiale comme une base scientifique sur Mars la place et le poids sont virtuellement illimités. Mais elle serait ravitaillé tout les 36 du mois, donc il faut un système qui puisse fonctionner en cycle fermé, sans entretien (ou presque) et fournir sur de (très) longue période tout ce dont à besoin la base pour maintenir en vie tout le monde (filtration de l'eau et de l'air + production de nourriture). Ce qui un rôle qui est taillé sur mesure pour le biologique.

 

Je sais que 30m3 est le minimum requis pour produire l'O2 pour un adulte, maintenant si on ajoute la production de nourriture (de mémoire 50m² par personne) et la filtration de l'eau... 100m3 est vraiment un minimum je pense (impensable sur ISS mais largement faisable sur Mars).

 

Donc imaginons une petite base de vie (pour une petite équipe) construite en "dure" avec quelques bâtiments de recherche, un dortoir, plusieurs petites "serres" (pas besoin d’être transparente, la lumière peut être fourni 24h/24 par des lampes) et un petit champs de panneau solaire à côté pour fournir une quantité virtuellement illimité d’énergie.

 

Les eaux usées et l'air vicié sont envoyées dans la serre :

 

- Une importante flore de microorganisme converti l'azote minérale (déchet biologique gracieusement fourni par les habitants) en azote organique assimilable par les plantes, ce qui correspond au cycle de l'azote.

- Les plantes convertissent le CO2 en O2 (cycle de l’oxygène) par photosynthèse, ce qui permet la production de glucide servant à la croissance de la plante (cycle du carbone).

 

L'air et l'eau ainsi purifié sont renvoyé dans la zone habitable, tandis que l’excédent de production végétal peut être consommé... et hop on recommence.

 

S'il est bien proportionné, cette écosystème (une fois à l'équilibre) est auto-entrenu et peut fonctionné aussi longtemps qu'on le souhaite.

 

 

On sait déjà le faire avec les algocarburants

 

Bior%C3%A9acteurs-de-la-soci%C3%A9t%C3%A

 

 

Faudrait voir si c'est possible de le refaire sur l'ISS et si l'eau réduirait suffisament l'amplitude termique entre le jour et la nuit (très court sur l'ISS).

 

Une fois sur la lune ce serait s'en doute beaucoup plus simple à faire que des panneaux solaires.

 

Par réduction de l’amplitude thermique, tu sous entends de placer des cylindres de ce genres à l’extérieur de la paroi ? Si c'est ça c'est les algues qui ne vont pas aimer l'amplitude thermique.

 

De toute façon un système biologique c'est surtout beaucoup d'eau, donc beaucoup de poids. C'est pas demain la veille que la NASA va installer ça sur l'ISS, sauf en miniature juste pour expérimenter (je serais d'ailleurs très étonné que ça n'est pas encore était fait).

Link to comment
Share on other sites

Par réduction de l’amplitude thermique, tu sous entends de placer des cylindres de ce genres à l’extérieur de la paroi ? Si c'est ça c'est les algues qui ne vont pas aimer l'amplitude thermique.

 

De toute façon un système biologique c'est surtout beaucoup d'eau, donc beaucoup de poids. C'est pas demain la veille que la NASA va installer ça sur l'ISS, sauf en miniature juste pour expérimenter (je serais d'ailleurs très étonné que ça n'est pas encore était fait).

 

 

 

Les algues ne vont pas aimer l'amplitude thermique c'est certain ,mais comme l'eau a une bonne conductivité thermique et que c'est bon accumulateur de chaleur, Je serais curieux de connaitre la variation de l'amplitude thermique d'une quantité d'eau en fonction de sa masse durant 24 heure a l'extérieur de ISS.   Peut-être que c'est impossible ,mais peut-être que c'est possible, moi je n'ai pas suffisament de connaissance scientifique pour le dire .  :rolleyes:

 

 

Je sais que 30m3 est le minimum requis pour produire l'O2 pour un adulte, maintenant si on ajoute la production de nourriture (de mémoire 50m² par personne) et la filtration de l'eau... 100m3 est vraiment un minimum je pense (impensable sur ISS mais largement faisable sur Mars).

 

 

Si on utilise des plantes ,mais faudrait voir avec les technologies des microalgues qui est encore relative nouvelles, ceux la même qui produisent 50% de l'oxygene de l'atmosphère et qui sont à la base de la faune aquatique.

 

Du fait de leur taille réduite (0,4 mm) et de leur temps de reproduction (environ 3,5 h), elles ont un avantage certain sur les générations précédentes de biocarburants (Greg Mitchell de l’Institut Scripps d’océanographie, Université de Californie, San Diego (UCSD). Selon l’américain ExxonMobil4 (géant pétrolier) la productivité des algues pourrait atteindre 7580 litres d’huile par acre, bien loin devant les biocarburants actuels.

  • Palme : 2463 litres /acre /an
  • Sucre de canne : 1705 litres /acre/an
  • Maïs : 947 litres /acre/an
  • Soja : 190 litres /acre/an 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Microalgue

Edited by Divos
Link to comment
Share on other sites

Même chose que des plantes ordinaires, Co2 et nutriment qu'on injecte directement dans les cuves. Dans ISS, on pourrait peut-être simplement injecter l'air de la station dans le circuit d'eau et on utilise les déjections comme fertilisants 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Station_spatiale_internationale#Syst.C3.A8me_de_support_de_vie

 

Et tu le trouve ou ce CO2? Parce que pour lancer l'exploitation il va en falloir un peu plus que la respiration humaine non?

Link to comment
Share on other sites

 Parce que pour lancer l'exploitation il va en falloir un peu plus que la respiration humaine non?

 

J'en sais rien ,mais on peut certainement récupérer le Co2 avec les méthodes chimiques déjà en fonction sur ISS. Actuellement le co2 est jeté a l'extérieur. Alors on pourrait le récupérer .

 

D'ailleurs je me demande si le système ne pourrait pas être en plastique transparent pour économiser en poids ^-^

Link to comment
Share on other sites

Les algues ne vont pas aimer l'amplitude thermique c'est certain ,mais comme l'eau a une bonne conductivité thermique et que c'est bon accumulateur de chaleur, Je serais curieux de connaitre la variation de l'amplitude thermique d'une quantité d'eau en fonction de sa masse durant 24 heure a l'extérieur de ISS.   Peut-être que c'est impossible ,mais peut-être que c'est possible, moi je n'ai pas suffisament de connaissance scientifique pour le dire .  :rolleyes:

 

L'eau est un excellent bouclier anti-radiation mais n'est pas vraiment un bon bouclier thermique. Vu les températures extrême a encaisser, l'importante surface d’échange thermique (surface des tubes), le faible volume d'eau (quelques m3), le fait que l'eau dans les tubes soit en mouvement (régime turbulent)... les lois de la thermodynamique ne mettront que quelques dizaines de minutes pour détruire tout le système (au choix congélation totale ou explosion de vapeur).

 

 

Si on utilise des plantes ,mais faudrait voir avec les technologies des microalgues qui est encore relative nouvelles, ceux la même qui produisent 50% de l'oxygene de l'atmosphère et qui sont à la base de la faune aquatique.

 

Du fait de leur taille réduite (0,4 mm) et de leur temps de reproduction (environ 3,5 h), elles ont un avantage certain sur les générations précédentes de biocarburants (Greg Mitchell de l’Institut Scripps d’océanographie, Université de Californie, San Diego (UCSD). Selon l’américain ExxonMobil4 (géant pétrolier) la productivité des algues pourrait atteindre 7580 litres d’huile par acre, bien loin devant les biocarburants actuels.

  • Palme : 2463 litres /acre /an
  • Sucre de canne : 1705 litres /acre/an
  • Maïs : 947 litres /acre/an
  • Soja : 190 litres /acre/an 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Microalgue

 

Je sais bien que le ricain moyen est un grand amateur de gras mais je ne suis pas sur que les médecins de la NASA soit vraiment fan à l'idée de nourrir ces braves explorateurs de l'espace avec juste que de l'huile.

 

Mais ce système de culture peut aussi être utilisé pour élever des bactéries. Or les cyanobactéries ont d'excellentes propriétés nutritionnelles et médicales tout en pouvant produire de l'O² par photosynthèse.

 

 

Et tu le trouve ou ce CO2? Parce que pour lancer l'exploitation il va en falloir un peu plus que la respiration humaine non?

 

2 CO² <==> C² + 2 O²

 

Il faut juste trouver le bon équilibre entre la quantité de plante/algue et le nombre de personne. Donc si après expérimentation on détermine que la production en CO² de 80kg de bonhomme équivaut à la consommation en CO² de 3t de plante (chiffre au hasard) et inversement pour l'O². On peut théoriquement maintenir 80kg de bonhomme au milieu de 3t de plante.

 

Le seul problème est d'avoir déjà 3t de plante à l'arrivé de notre bonhomme (donc une source extérieur de CO² le temps que nos plantes se développent). Mais ça c'est pas un problème (au pire il suffit de bruler quelque chose et hop on a notre CO²)

 

De mémoire, il y a déjà eu au moins une expérimentation où quelqu'un c'est enfermé plusieurs jours dans une pièce hermétique remplit uniquement de plante. Je vais essayer de retrouver ça sur le net.

 

edit : j'ai retrouvé, c'était dans une émission scientifique de la BBC "How to grow a planet : Life from light"

Edited by Flippy
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Bof, les humains seront has been dans l'Espace, voici déjà des remplaçants.   >:D

 

http://www.industrie-techno.com/video-kirobo-seul-a-bord-de-la-station-spatiale-internationale.32273

 

http://www.industrie-techno.com/video-le-robonaut-2-de-la-nasa-sera-bientot-un-astronaute-confirme.32298

 

Devra t'on envoyer John Connor en orbite si ces robots décide d'en faire à leur tête ?  :happy: 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

faudrait que les capsules puissent embarquer plus de monde, au moins 5 personnes. les places sont chères sur soyouz,

avec les taxis boeing et spacex, orion, ca devrait donner plus de rotation, manque plus qu'un taxi européen.

 

Russia's sending a woman into space for the first time in 17 years and all people want to ask about is her hair

 

http://www.cosmopolitan.co.uk/reports/news/a29960/russia-first-woman-space-cosmonaut-questions-about-hair/

Edited by zx
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,644
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mehdi2909
    Newest Member
    Mehdi2909
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...