Sign in to follow this  
Perry

Missiles gonflables Russes.

Recommended Posts

On avait déjà la première photo mais je viens de trouver ces photos de ces systèmes de lancement-leurres en train d'être manipulés. Le problème est que la définition des satellites militaires est telle aujourd'hui que je me demande si cela suffira à leurrer qui que ce soit.

Image IPBImage IPBImage IPBImage IPB

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

certes, certes, mais tu prends qq unes de ces baudruches, tu les mets en situation la plus proche du réel sur une position de tir ( qq groupes électrogènes par ci par là, qq cables de donnés judicieusement placés à terre, qq tentes et un chiotte pour simuler un échelon...) et  à défaut de passer pour du vrai je t'assure que qq loulous des services de renseignement militaires US genre interprètes photos vont passer pas mal d'heures à suer sur le sujet..... =D =D =D

Share this post


Link to post
Share on other sites

certes, certes, mais tu prends qq unes de ces baudruches, tu les mets en situation la plus proche du réel sur une position de tir ( qq groupes électrogènes par ci par là, qq cables de donnés judicieusement placés à terre, qq tentes et un chiotte pour simuler un échelon...) et  à défaut de passer pour du vrai je t'assure que qq loulous des services de renseignement militaires US genre interprètes photos vont passer pas mal d'heures à suer sur le sujet..... =D =D =D

Un passage avec un thermographe ou un radar montrerons vite la supercherie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

a ouais, tu expliqueras pourquoi l'OTAN a gaché des GBU a plusieurs millions de $ pièce sur des carcasses en bois/plastique/PVC ou sur des charriots à boeufs avec monté dessus un bidon rempli de charbons ardents (le tout valant qques centaines de $) au Kosovo ??

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un passage avec un thermographe ou un radar montrerons vite la supercherie.

Certains leurres possèdent des systèmes de chauffage pour paraître plus vrai.

Share this post


Link to post
Share on other sites

a ouais, tu expliqueras pourquoi l'OTAN a gaché des GBU a plusieurs millions de $ pièce sur des carcasses en bois/plastique/PVC ou sur des charriots à boeufs avec monté dessus un bidon rempli de charbons ardents (le tout valant qques centaines de $) au Kosovo ??

Je ne saurais mieux dire...

Share this post


Link to post
Share on other sites

a ouais, tu expliqueras pourquoi l'OTAN a gaché des GBU a plusieurs millions de $ pièce sur des carcasses en bois/plastique/PVC ou sur des charriots à boeufs avec monté dessus un bidon rempli de charbons ardents (le tout valant qques centaines de $) au Kosovo ??

Ca s'appelle du déstockage, On utilise le matériel le plus ancien pour ça, c'est comme l'armée de l'air français allume simplement les réacteurs des avions sur le tarmac justes pour vider les cuves de kéroséne.

Certains leurres possèdent des systèmes de chauffage pour paraître plus vrai.

Un moteur thermique atteind 2000° celsuis, de plus comment atteind tu la répartission de la chaleur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le propre de ces baudruches là n’est , à mon sens, que de semer le doute, rien de plus. Un doute de Rens.

Hors le doute en période de combat ( surtout en début d’opération ) fait lui-même par nature l’objet d’un déploiement d’énergie qui est loin d’être neutre, très loin. Quel EM de force prendra le risque  de classer « neutre » un tel dispositif face à lui sur un théâtre sans avoir validé cette neutralité ?

Dès lors l’image satellitaire va entrer en action avec son lot d’exploitation et contre exploitation, du Rens de profondeur sera peut-être à l’ordre du jour, l’ADA se verra aussi doter d’un ensemble de mission sur objectif, et pendant tout ce temps là  pas mal de monde ( dans pas mal d’endroits )  vont faire de ces qq trucs gonflables le centre de leur vie. Bref, une débauche de potentiels pour dans la majeure partie des cas déboucher sur la découverte du pot aux roses….

Mais en face, les méchants, qu’est-ce que cela leur aura coûté à eux ? Le prix des ballons verts ? Quelques mètres cubes d’air compressé ? Le rapport est clair, des tas de petits trucs insignifiant comme ça mis bout à bout font que l’on débouche sur des  moyens et du temps ( extrêmement précieux)  copieusement dépensés. Akilleus illustre ça parfaitement avec ses propos sur le targetting OTAN au Kosovo le genre d’implication opérationnel que possède par nature un leurre.

Bien évidemment qu’il existe sur étagère des dispositifs techniques simples de vérification ( IR, IL, thermo’et autres ), bien entendu que des « gens » suivent  ce type de système d’armes ( marchés/ joint venture, savoirs faire, production, dotation et ventes.. ect… ) quand à leur dissémination ou à leur prolifération sur la planète….

N’empêche que pour peu d’argent d’un coté on mobilise beaucoup de l’autre. ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca s'appelle du déstockage, On utilise le matériel le plus ancien pour ça, c'est comme l'armée de l'air français allume simplement les réacteurs des avions sur le tarmac justes pour vider les cuves de kéroséne.

Un moteur thermique atteind 2000° celsuis, de plus comment atteind tu la répartission de la chaleur.

destockage ??

mouais c'est ca c'est pour ca que les objectifs detruits étaient comptabilisés comme de veritablers vehicules (J-1 avant le cessez le feu 200 MBT 600 APC et 950 pièces d'artilleries detruites, J+1 après un Battle damage assesment au sol sur place on tombe a +/- 18 à 24 MBT detruits, +/- 45 à 65 APC detruits +/-100 à 120 pièces d'artillerie detruite ca fait du 1-10 ça)

et puis faire partir des avions au combat en mission de guerre pour destocker mouais la marmotte ... enfin tu connais la suite ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

destockage ??

mouais c'est ca c'est pour ca que les objectifs detruits étaient comptabilisés comme de veritablers vehicules (J-1 avant le cessez le feu 200 MBT 600 APC et 950 pièces d'artilleries detruites, J+1 après un Battle damage assesment au sol sur place on tombe a +/- 18 à 24 MBT detruits, +/- 45 à 65 APC detruits +/-100 à 120 pièces d'artillerie detruite ca fait du 1-10 ça)

et puis faire partir des avions au combat en mission de guerre pour destocker mouais la marmotte ... enfin tu connais la suite ....

Tu penses pas que l'armée vas garder les munitions ad vitarnum, une bonne guerre est un bon moyen de renouveller le stock.

Et en plus, c'est cool la propagande,on fait d'une pierre, deux coup.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est plutôt un aveu d'inefficacité, le potentiel de l'armée serbe était intact après la guerre.

C'est la destruction des centrales électriques avant l'hiver qui a mis Milosevic sur la touche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au prix des munitions, on s'amuse pas à balancer, même quand on est l'armée américaine ... L'OTAN s'est fait avoir en Serbie il n'y a rien à redire.

kotai ou t'a vu qu'un moteur de blindé montait à 2000°C ?

Dans l'armée francaise on chauffe des carcasses au chalumeau ^^ pour les cibles.

Pour simuler la signature thermique d'un blindé pas besoin de monter au delas de 100°C.

Et tu peux dire ce que tu veux, c'est mon domaine ... :)

Il y a aussi les mêmes types de cible gonflable avec des avions (mig29).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sur, cela s'appelle de la désinformation et rentre dans le cadre des missions spéciales

(psychologique et autres).

Je sais que les allemands utilisent des leurres (dummies), ils poussent le vice à placer des "sources

de chaleur" pour simuler une signature thermique.

J'ai des photos de ces dummies quelque part. Dès que j'ai remis la main dessus, je les post.

Share this post


Link to post
Share on other sites

salut a tous,

je sais cela fait un bout de temps qu'il n'y a pas eu de réponses,

et je ne voulaient pas commencer un nouveau fil de discussion,

donc voici:

Parmi les tanks, avions ou missiles de l'armée russe se trouvent des leurres: la Russie s'est dotée depuis des années de d'armements gonflables, dans le but hypothétique de devoir tromper l'ennemi.

Dans un atelier de Khotkovo, à une cinquantaine de km au nord-est de Moscou, les employés du fabricant de ces leurres grandeur nature s'activent pour répondre aux commandes de leur principal client, l'armée russe.

Rousbal, entreprise fondée en 1993, reproduit aussi bien des tanks T 80 que des missiles S-300 ou des avions de chasse, pour un prix tenu secret.

"Ces engins sont efficaces pour tromper l'ennemi, ils protègent les véritables équipements en faisant diversion", explique Victor Talanov, directeur de l'usine, qui fabrique également des châteaux gonflables et autres objets gonflables destinés aux enfants.

La technique des leurres existe en fait "depuis la seconde guerre mondiale", rappelle le directeur de l'entreprise.

Les Alliés avaient notamment massé alors des leurres face au Pas-de-Calais (nord de la France) pour faire croire au régime hitlérien que c'est là qu'ils préparaient le débarquement qui eut en fait lieu plus au sud, en Normandie.

Selon les employés de Rousbal, il est très difficile, à distance, de distinguer un vrai tank d'un faux. Les équipements fabriqués sont par exemple équipés de dispositifs imitant l'empreinte thermique des véritables armements.

"A hauteur d'un immeuble de 10 étages, si un vrai tank et un faux tank sont l'un à côté de l'autre, on ne fait presque pas la différence. D'autant plus que nos machines dégagent la même chaleur que les vraies et émettent les mêmes ondes radio", explique Lioudmila Stepanova, chef technique chez Rousbal.

Autre point positif, ces leurres gonflables sont très faciles à déployer. Un tank se gonfle par exemple en quelques minutes.

La Russie n'est d'ailleurs pas la seule à avoir recours à ces faux équipements. Des pays comme la Chine ou le Canada en disposent également.

Mais Rousbal affirme que ses armements gonflables sont bien plus performants. Ses tanks ne pèsent ainsi que 90 kilogrammes.

"Avant, on devait gonfler la maquette et la boucher comme un matelas pneumatique. Maintenant, de l'air est insufflé en permanence dans le tank. Ce qui nous permet d'utiliser des matériaux plus légers, qui se gonflent plus vite et qui sont plus résistants aux coupures", indique M. Talanov.

Il souligne n'avoir aucune information sur l'usage fait par l'armée russe de ces faux chars d'assaut ou missiles.

Vingt ans après la fin de la guerre froide et de la course aux armements avec les Etats-Unis, la Russie peine à maintenir à niveau une armée aux équipements souvent vieillissants.

Moscou a annoncé fin février un vaste plan de modernisation de près de 500 milliards d'euros, prévoyant d'ici à 2020 d'équiper ses forces de huit sous-marins nucléaires et de centaines d'avions de combat

Depuis des années, l’armée russe s’équipe de missiles et de tanks gonflables ! Stratégique, non ? L’objectif est de créer des leurres et ainsi de protéger les véritables équipements qui serviront pour le combat. Rousbal, située à environ 50 km de Moscou, est l’entreprise spécialisée dans cette fabrication d’“armes trompeuses”. Active depuis 1993, l’entreprise fabrique des avions de chasse, des tanks ainsi que des missiles S-300 gonflables. Rousbal fait affaire uniquement avec l’armée russe et... les enfants ! En effet, la boîte mène une double vie, elle construit également des châteaux gonflables et des jouets pour les bambins. « Ces engins sont efficaces pour tromper l’ennemi, ils protègent les véritables équipements en faisant diversion », confie le directeur de l’entreprise, Victor Talanov. Il explique également que cette technique de combat a déjà fait son effet lors de la Seconde Guerre mondiale lors du débarquement de Normandie. « Du haut d’un immeuble de 10 étages, un vrai tank et un faux tank côte à côte sont difficilement différenciables. D’autant plus que nos machines dégagent la même chaleur que les vraies et émettent les mêmes ondes radio », déclare le chef technique de Rousbal, Lioudmila Stepanova. La Chine et le Canada useraient également de ce type d’armes pour affronter l’ennemi

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

1234567© NPP Rusbal

Les missiles S-300, les chars T-72 et T-80 et les chasseurs Su-27 et MIG-31 en caoutchouc ont une vocation particulière. "Les systèmes modernes de reconnaissance et frappe ne laissent aucune chance au matériel de guerre. Les imitations pneumatiques permettent d'améliorer la longévité des armements réels. Cette astuce sert à détourner le tir sur les cibles simulées, tout en obligeant l'ennemi à consacrer beaucoup de temps à la recherche des cibles réelles", estime le spécialiste de la fabrique Iouri Stepanov

Les modèles gonflables reproduisent les ondes thermiques et radio du matériel de guerre réel. "La reconnaissance aérienne aura du mal à détecter la substitution, car les maquettes imitent la température du moteur en marche et reflètent même les ondes radio des radars grâce à un revêtement spécial du tissu",

La configuration variable de la maquette permet de la faire prendre pour une cible réelle. Ainsi, le char gonflable possède une tourelle tournante et des trappes qui s'ouvrent à volonté.

Les maquettes pneumatiques remplacent progressivement celles en contreplaqué. Selon l'expert, la fabrique de Khotkovo produit depuis plusieurs années des imitations de systèmes S-300 pour le ministère de la Défense. Les producteurs espèrent que les chasseurs Su-27 et MIG-31 en caoutchouc équiperont également les forces armées russes

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est sympa ces engins en caoutchouc !  =)

Pour l'efficacité, les Serbes leurraient bien l'OTAN avec des maquettes en bois et des fours micro-ondes alors ces répliques de bonne qualité, pas de souci !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un passage avec un thermographe ou un radar montrerons vite la supercherie.

Ouaip, mais combien de nation dispose, aujourd'hui, de ce genre de moyen... donc, les "duperies" de ce genre, relativement peu couteuse, on encore de beau jour.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les US ont été leurrés en Iraq par des troncs de palmiers morts bourrés de bouteilles de propane que les pilotes detectaient par caméra IR en cherchant des missiles SCUD. Le propergol liquide étant froid, sa signature IR était décelable sur le sol desertique chaud.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,467
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Odenlachips
    Newest Member
    Odenlachips
    Joined
  • Forum Statistics

    20,806
    Total Topics
    1,284,954
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries