Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

"Algérie, un "pays frère" (Kouchner)


Recommended Posts

  • Replies 192
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Bien sur ! il y'a pas mal de retard de ce coté la...

tiens voici quelques articles sur le sujet:

Les enntreprises en Algérie face au défi de la globalisation

lundi 26 novembre 2007.

« L’Algérie doit faire de la PME une priorité. » C’est ce qu’a indiqué hier Bakhti Belaib, expert en économie, à l’occasion du colloque international sur ‘Les défis des PME/PMI face à la globalisation’.

Intervenant lors de la rencontre à laquelle ont pris part des experts algériens et étrangers, l’économiste est revenu sur l’historique de la PME algérienne qui « a été marginalisée et mise de côté pendant les décennies de la gestion collective », soulignant qu’elle « a été pendant tout ce temps frappée d’ostracisme ». Selon lui, la PME algérienne n’a pas trop évolué parce qu’elle est restée familiale, avec une gestion plus ou moins archaïque qui n’a pas progressé pour se mettre à l’aune de l’évolution du marché.

La PME algérienne a été par la suite enfoncée avec les différents programmes de restructuration, la dévaluation du dinar, l’ouverture anarchique du marché, le marché informel, l’environnement hostile et une mise à niveau qui n’a pas touché toutes les PME. « La mise à niveau devait toucher 20.000 PME. A la fin de l’opération, 400 seulement ont pu achever l’opération qui a duré plus de 5 ans », a-t-il dit. Pour lui, la productivité de la PME algérienne n’atteint pas le degré voulu. L’expert continuera en déclarant que même les différents organismes et banques de soutien créés n’ont pas pu relever le défi et faire de la PME algérienne une structure industrielle créatrice de richesses.

Et, avec l’ouverture du marché aux produits européens et la prochaine intégration à l’OMC, elle nécessite une véritable mise à niveau. Il appellera ainsi à mettre à profit l’aisance financière de l’Algérie pour aider la PME à se mettre au niveau concurrentiel des entreprises européennes. « Il faut soutenir les PME privées, créer des liens entre l’entreprise et l’université, améliorer la qualité des produits, réduire le marché informel, résoudre le problème du foncier industriel et mettre en place une formation du personnel » dira un autre intervenant, en soulignant que « les PME ne peuvent être compétitives dans une économie entièrement détournée de la productivité ». Selon lui, « dans les pays développés, l’Etat apporte son soutien entier aux PME qui constituent un fer de lance pour les multinationales ».

Auteur : Tahar A.O. — La Voix de L’Oranie

http://actualite.el-annabi.com/article.php3?id_article=6810

"Algérie: L'externalisation des entreprises fait ses premiers pas"

http://fr.allafrica.com/stories/200711200337.html

Link to comment
Share on other sites

@madmax

le problème des Harkis est un problème Franco/Français, il ne sert à rien de taper sur l'Algérie pour évacuer ce douloureux choix qu'ont pu faire tes semblables.

c'est pas l'Algérie qui vous a abandonnait et encore moins, pour ceux rapatriés en France, parquet comme des animaux dans des cités cachés.

c'est vraiment pas cool d'insulter les autres, assumés!

sans trop rentrer dans ce douloureux chapitre qui concerne les tiens, ils auraient du comprendre le 8 mai 1945, suite aux manifestations d'algériens de Guelma, Sétif et kherrata  et aux morts que nous avons connu, plus de 45 000, paix à leur âme, que la France d'alors n'avait que faire de ces Algériens qui souhaitaient eux aussi, profiter de leur indépendance.

après les glorieux faits d'armes d'algériens incorporer dans l'armée de libération de la France libre, ont leur a refuser de l'être, j'ai encore en mémoire les récits d'Algérien à la bataille de Monté casino en Italie et à leur retour au pays.

quant tu écris:

SI Algérie était rester  française serait le plus beaux endroit au monde

mais mon pauvre, pour qui cela aurait été le plus beau endroit du monde, si tu peux lire le livre d'Alain Peyrefitte "C'était de Gaulle " et ses mémoires, tu comprendras que tu nages encore en pleine utopie.

l'histoire c'est répétée pour vous, encore et encore...

l'Algérie d'aujourd'hui n'est pas forcément ce que tu crois, mais il y a une donnée qui semble d'échapper complètement encore, et je doute que tu saches un jour ce que cela veut dire: être libre et indépendant, savoir d'où l'on vient et ou est sa mère patrie qui ne viendra jamais un jour te dire que tu n'ai pas son fils.

l'Algérie, c'est pas le pays des rêves, c'est un pays jeune et plein d'avenir qui nécessite énormément de travail de construction et qui a avançait sans vous, pour notre plus grand bien.

pour revenir au sujet initial, les freins à une relation pérenne entre la France et l'Algérie sont des deux côtés et quoi qui ce passe, le temps les briseront.

de toute manière la France peut vivre sans l'Algérie, et l'Algérie peur vivre sans la France...mais j'attends avec impatience la visite de Sarkosy en Algérie quand même!

Link to comment
Share on other sites

L'Algérie prépare sans enthousiasme la prochaine visite de Nicolas Sarkozy

Une simple "visite de courtoisie" qui vise à garder les relations bilatérales actuelles, "en attendant de savoir ce que nous réserve l'avenir". En tenant ces propos, lundi 26 novembre, dans le quotidien El Khabar, le plus gros tirage d'Algérie, Mohammed Abbès, le ministre des moudjahidins (anciens combattants) a créé la stupéfaction.

La visite d'Etat de Nicolas Sarkozy en Algérie, les 3, 4 et 5 décembre, ne déclenche pas un enthousiasme excessif au sein de la population algérienne - ici, le nom du nouveau président français est synonyme de restriction des visas, de tests ADN, de soutien à Israël - mais on ne s'attendait pas à une déclaration aussi virulente de la part d'un haut responsable.

Selon Mohammed Abbès, "il n'y aura pas de normalisation des relations avec la France sous l'ère Sarkozy", lequel doit son élection "au lobby juif" qui, dit-il, a "le monopole de l'industrie en France."

Si ces considérations ne reflètent pas l'état d'esprit de la majorité des responsables algériens, elles illustrent la difficulté persistante des relations entre les deux pays. A moins d'une semaine de la venue de Nicolas Sarkozy à Alger et Constantine, beaucoup de points restent en suspens. Du côté algérien, on précise cependant "vouloir tout faire pour accueillir dignement le président de la République française".

Le volet économique est en cours de règlement, même si tout n'est pas encore finalisé. Les deux pays devraient signer des contrats pour quelque 5 milliards d'euros, dont la moitié environ se traduira en investissements français (Total et Gaz de France).

Le volet politique, en revanche, reste épineux. La visite, fin octobre, du président français au Maroc, a surpris et déçu à Alger. Qu'il s'agisse du projet d'Union méditerranéenne ou de coopération en matière de nucléaire civil, c'est au royaume chérifien que le président Sarkozy a réservé ses premières déclarations "fondatrices". La France semble toujours considérer le Maroc comme un partenaire privilégié, et l'Algérie n'a pas senti le "rééquilibrage" espéré avec l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Pour preuve : la question du Sahara occidental. Les responsables algériens savaient que les positions de M. Sarkozy ne différeraient pas fondamentalement de celles de Jacques Chirac, mais ils ne s'attendaient pas à ce que le président français déclare aussi vigoureusement, à Rabat, devant les députés, son soutien au plan d'autonomie marocain. Un plan que, pour leur part, ils rejettent, puisqu'il exclut toute possibilité d'indépendance pour le peuple sahraoui.

L'autre pierre d'achoppement concerne la circulation entre les deux pays. La politique restrictive de visas menée par Nicolas Sarkozy, en tant que ministre de l'intérieur puis chef de l'Etat, inquiète et indispose. "Pour nous, la dimension humaine est l'élément fondamental des relations franco-algériennes. C'est même le point d'équilibre de nos rapports. Nous n'aboutirons pas, sans cela, à un partenariat d'exception", souligne un haut responsable algérien, avant de déplorer que les dirigeants français "soient prisonniers de leur politique d'immigration". Une politique dont Alger redoute que la communauté algérienne de France fasse les frais.

La question de la mémoire, enfin, continue d'empoisonner les relations entre les deux pays, même si Alger semble, à présent, adopter un certain détachement sur ce sujet. "Nous ne sommes pas demandeurs. C'est au président Sarkozy d'assumer son passé et de nous donner l'occasion de tourner la page. Nous en tirerons ensuite les conclusions", indique encore ce haut responsable. L'Algérie, dit-il, ne demande pas de "repentance" mais une "reconnaissance des faits" commis par la France pendant la guerre d'Algérie, à défaut d'"excuses".

En réalité, les autorités algériennes ne misent plus sur un geste spectaculaire de la France dans le contexte actuel. Elles n'excluent pas que le président Sarkozy évoque "les crimes de la colonisation", dans son discours de Constantine, le 5 décembre, de la même façon qu'il avait dénoncé, le 23 octobre à Tanger, "les crimes du protectorat". Le chef de l'Etat français ira-t-il au-delà ? A Alger, on ne se fait pas trop d'illusions, et surtout, on veut s'épargner l'humiliation d'une déception. D'où, sans doute, les propos d'Ahmed Ouyahia, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique, membre de la majorité présidentielle, samedi, à la télévision nationale, estimant qu'il fallait cesser de demander à la France des excuses et que l'heure était aux relations "d'Etat à Etat".

Alger fait mine d'adopter le même langage pragmatique que l'Elysée, mais, de toute évidence, les blessures et les non-dits sont loin d'avoir disparu.

Florence Beaugé (avec Amir Akef)

Article paru dans l'édition du 28.11.07.

Le MONDE.FR

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-982916@51-981390,0.html

Link to comment
Share on other sites

Oui Su-30MKA merci de ton intervention, mais laisse tomber les modos sont la.  ;)

general/Vinia ce n'est la peine de poster deux fois le même article, scorpion-rouge la deja posté en page 2.

Autre chose, voici deux articles :

France : un responsable socialiste évoque «un climat malsain» pour la visite de Sarkozy en Algérie

Par AFP le 30/11/2007 à 11:38

Pierre Moscovici (Parti Socialiste français) a trouvé «mou» le démenti du président algérien concernant les propos d'un de ses ministres sur le «lobby juif» et Nicolas Sarkozy, et il a estimé que la visite du chef de l'Etat français se déroulerait dans «un climat malsain».

"J'ai trouvé le démenti de Bouteflika mou" car "il n'a pas désavoué les propos" de son ministre des anciens combattants, "il n'a pas démenti ce ministre, il n'a pas viré ce ministre", a déclaré sur France Info le secrétaire national du PS aux questions internationales. "Cela signifie qu'il n'y a pas de vraie volonté de l'Algérie de se réconcilier avec la France au prétexte qu'il y a un lobby juif. Je trouve ça scandaleux", a ajouté M. Moscovici.

"Je pense que cette visite se déroule dans un climat malsain (...) Nicolas Sarkozy ne peut pas faire autrement que d'y aller mais j'imagine qu'il y va de très mauvaise humeur et je le comprends", a-t-il conclu.

http://www.toutsurlalgerie.com/algerie-france-polemique-1851.html

Algérie : une pétition appelle la France à reconnaître sa responsabilité dans les traumatismes de la colonisation

Par toutsurlalgerie.com le 30/11/2007 à 15:21

A trois jours de la visite d’Etat de Nicolas Sarkozy en Algérie, plusieurs personnalités algériennes et françaises lancent aujourd'hui une pétition appelant à dépasser le contentieux historique algéro-français.

Les signatures, parmi lesquels figurent notamment Hocine Aït Ahmed et Abdelhamid Mehri ainsi que de nombreuses personnalités françaises, demandent «aux plus hautes autorités de la République française de reconnaître publiquement l’implication première et essentielle de la France dans les traumatismes engendrés par la colonisation en Algérie».

Une «reconnaissance nécessaire pour faire advenir une ère d’échanges et de dialogue entre les deux rives, et, au-delà, entre la France et les nations indépendantes issues de son ancien empire colonial », selon le texte de la pétition.Le texte de la pétition et la liste complète des signataires figure sur le site Internet : ldh-toulon.org.

http://www.toutsurlalgerie.com/algerie-france-memoire-petition-1854.html

Link to comment
Share on other sites

Je ne vois pas en quoi l'Algérie serait étrangère a la question des harkis c'est quand meme les gens qui les ont massacrés qui on été au pouvoir de l'algérie pendant des décennie

Certes je reconnais que j'englobais les berbères dans le terme "arabe"(d'ailleur les chefs du fln étaient des berbères) mais  tu m'apprend que c'est une majorité je ne le savais pas ,d'autre part je ne comprend pas qu'en tu m'accuse de les avoir traités de parasites cela est tout simplement scandaleux

D'autre parts je vous conseille de lire des livres dur la guerre d'algérie quoique vous en dites  j'en ai lu quantité.

Deplus je ne comprend comment en étant algériens on peut insulter les harkis tout en vivant en France mais pour cela que je dis que si les algériens ne peuvent pas les supporter ils feraient mieux de retourner au magreb c'est  logique et il n'y aucune trace de racisme la dedans ,moi meme étant d'origine berbère je ne suis pas raciste.

Deplus tu m'accuses de ne pas savoir ce que s'est la mère patrie

biensur que si; ma sainte mère patrie c'est la France

et s'a la toujours été, les harkis que vous traités de traitre sont née français ET ont combattus pour la patrie

Comment un homme qui est née français que son père avait combattus a montecassino et qui était lui meme français pourrait prendre les armes contre le drapeau tricolores sa cet de la trahison

Alors tu n'a aucune leçons a me donner sur le patriotisme car moi je vis dans MON PAYS!

Link to comment
Share on other sites

Autre bonne nouvelle : =)

Algérie : la Télévision numérique terrestre (TNT) disponible à partir du 1er décembre

Par sonia lyes le 29/11/2007 à 22:58

La mise en place d’une offre de Télévision numérique terrestre (TNT) sur tout le territoire national se confirme. Le français Eutelsat Communications a annoncé aujourd’hui avoir signé un contrat avec Télédiffusion d’Algérie (TDA) portant sur la location de capacité sur son satellite Atlantic Bird 3 destinée à assurer la diffusion du futur bouquet de la TNT algérienne.

D’une durée de 5 ans, ce contrat permettra d'assurer à la nouvelle TNT une couverture complète et immédiate de tout le territoire algérien, en réception directe dans un premier temps puis via les réémetteurs terrestres, selon des indications fournies par Eutelsat.

Dès le 1er décembre, TDA commencera la diffusion en clair d’un bouquet réunissant trois chaînes de télévision : ENTV, Canal Algérie et A3, ainsi que quatre stations de radio : CH I, CH II, CH III et RAI-Radio Algérie Internationale. D’autres chaînes de télévision et de radio devraient venir enrichir le bouquet dans le futur. Mais aucune indication n’a été fournie sur la stratégie que compte mener TDA en matière de diffusion de chaînes étrangères, occidentales et arabes.

« L’alimentation du réseau terrestre de la TNT algérienne par le satellite ATLANTICBIRD™ 3 démarrera courant 2008 avec la mise en service des premiers réémetteurs terrestres. L’objectif de TDA est d’assurer, dans les meilleurs délais, un accès de tous les foyers à la TNT algérienne, en ville comme dans les zones les plus isolées dans ce pays », souligne l’opérateur français de satellites.

30/11/2007 à 07h25

Eutelsat : signe avec Télédiffusion d'Algérie

(Boursier.com) -- Eutelsat a signé un contrat de location de capacité sur son satellite Atlantic Bird 3 avec Télédiffusion d'Algérie (TDA), pour assurer la diffusion du bouquet de la TNT nationale algérienne. Le lancement de ce bouquet de chaînes de télévision et stations de radio numériques s'inscrit dans le cadre du processus engagé par le gouvernement algérien pour assurer la transition numérique du paysage audiovisuel national.

L'accord signé porte sur la location d'un répéteur de 36 MHz, pour une durée de 5 ans, sur le faisceau orientable du satellite Atlantic Bird 3 centré sur l'Algérie. La configuration de ce faisceau permet à TDA de disposer d'une couverture de très forte puissance sur l'Algérie et sur l'ensemble des pays du Maghreb et de la Méditerranée, permettant la réception directe des programmes de télévision sur de petites antennes de 60 centimètres.

Link to comment
Share on other sites

Je voudrais revenir sur la réaction épidermique à la venue d'enrico Macias en Algérie, il a été dis ici plusieurs fois qu'il avait fais parti de l'OAS. J'ai bien cherché des infos là-dessus...et rien, que dalle, néant. Il était instituteur et musicien, son beau-père, Cheickh raymond, chanteur très apprécié en algérie a été assasiné en 1961 par le FLN, ce qui a provoqué le départ de Macias... Quels sont les sources de telles accusation envers lui ? J'ai trouvé un article Algérien qui regrette cette gesticulation politicarde nauséabonde, et ne parle nulle-part d'une hypotétique appartenance à l'OAS...

Bref ça pue la propagande haineuse à deux balles... C'est triste d'en arriver là.

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=80274

DIPLOMATIE • Nouveau "coup de grisou" entre Paris et Alger

Sarkozy attendu au tournant à Alger

ALGÉRIE • Enrico Macias n'est toujours pas le bienvenu à Constantine

Le Quotidien d'Oran

Enrico Macias ne mérite pas tant d'hostilité

Face à l'hostilité exprimée côté algérien, le chanteur a dû renoncer à accompagner Nicolas Sarkozy lors de sa prochaine visite d'Etat. Pour le quotidien d'Oran, s'en prendre au "troubadour" d'Israël est un combat d'arrière-garde.

AFP

On peut reprocher à Macias d'avoir plus chanté sa nostalgie de l'Algérie que l'Algérie elle-même, et d'avoir déclamé plus de poèmes pour Israël que pour Constantine [sa ville natale]. A la fin, il s'est retrouvé être à la fois israélien, français, algérien et rien de tout cela. Le problème n'est cependant pas dans ce flou artistique de l'artiste, mais dans ce que nous, de ce côté-ci de son histoire, nous en faisons à chaque fois. Agité comme un épouvantail ou investi d'un sens qui déborde sa guitare, le cas Macias sert en Algérie à rendre visible les maladies profondes de ce pays, ses infantilismes idéologiques et les misères de son mauvais commerce avec l'altérité. Lorsqu'on met ce chanteur de côté et que l'on éteint ses instruments, il reste en Algérie un bruit de fond malsain, désagréable, douteux et insupportable : celui de la mêlée de ceux qui n'ont pas réussi le martyr, les partisans de l'Algérie pure, les oisifs de l'histoire nationale et les idéologues désœuvrés.

Chanteur moyen, Macias est devenu un phénomène de bruits et de nuisances sonores en Algérie. A chacune de ses visites annoncées, les fabricants d'intégrismes prêt-à-porter, certains journaux et beaucoup d'avocats du vide retrouvent un sens à leur histoire et se mettent à crier à la trahison de la cause palestinienne, aux constantes nationales, à l'atteinte à notre arabité archéologique et à nos valeurs pour masquer le reste des désastres domestiques. La réaction à la dernière annonce du pèlerinage de ce chanteur [il désirait accompagner Nicolas Sarkozy lors de sa viste d'Etat, prévue du 3 au 5 décembre] semble être si disproportionnée que l'on est tenté de l'analyser à travers la grille de la psychologie des profondeurs.

Pourquoi sommes-nous ainsi ? Pourquoi donnons-nous à voir au monde des infantilismes si nocifs ? Avons-nous tant de temps à perdre pour le perdre à faire barrage à un chanteur, au lieu de réparer nos avaloirs qui mettent en échec tout un Etat face à la plus petite averse de pluie ? Macias peut bien sortir vainqueur par les images et la manipulation des sentiments dans cette confrontation entre l'absurde et le futile et déclarer qu'il ne veut plus venir, à la fin ; c'est nous qui ne pouvons plus aller nulle part sans nous piéger nous-mêmes.

Nous aurions pu gagner cette petite bataille entre sentiments et nostalgies avec une meilleure méthode : celle de la hauteur. On ne sert pas le nationalisme par ce genre de purge rétroactive, et on ne vainc pas Israël en battant au tambour l'un de ses troubadours. Macias est français, juif d'origine algérienne. Son tort est d'avoir été plus israélien que français, et plus français qu'algérien aux jours où l'Algérie en avait le plus besoin, durant les années 1990. C'est tout.

Investir cette question avec des reliquats de contre-croisades et une surenchère de susceptibilité ne mène nulle part. Ou plutôt si : à réactiver les vieux diables des extrêmes et à gonfler le patriotisme facile avec du foin. Chose que même les idéologues de l'empire de Dar El-Islam, à l'époque de sa gloire et de ses extensions, ont réussi à éviter avec élégance. Toute la différence étant entre les hommes et ce détail qu'il faut rappeler pour éviter les lectures simplistes : un juif a le droit de visiter El-Madina El-Mounaouara pour y avoir vécu à l'époque du Prophète et même avant, mais n'a pas le droit de visiter Constantine aujourd'hui. Pourquoi ? Parce que Constantine se trouve en Algérie, qui se trouve coincée entre les siens et le vide.

Kamel Daoud

Le Quotidien d'Oran

Link to comment
Share on other sites

Je rappelle à l'aimable assistance qu'à défaut de cordialité cela va sentir le sapin... Je laisse le soin à Akhilleus de clouer les planches vu qu'il semble bien apprécier ce topic. Ne croyez pas que vous pouvez dire ce que vous voulez sans qu'il y ait un retour de TOPOL.  O0
Link to comment
Share on other sites

<c'est bon vous êtes arrivés à me fatiguer..... c'est pas faute d'avoir prévenu les uns et les autres ...... donc histoire que tout le monde se calme et boive frais et puisque un certain nombre d'entre vous est incapable de pas se sauter à la gorge tout les 2 posts, ce topic est fermé jusqu'a nouvel ordre>
Link to comment
Share on other sites

<Bien .... nous sommes à 24 heures de la visite présidentielle de Sarkozy en Algérie....je réouvre ce fil.....cela dis qu'il soit bien clair pour tout les participants que ce thread sera fermé de manière définitive à la prochaine envolée de nerfs et que son plongeon dans les abysses sera assorti d'un allé simple dans le fin fond du web pour les fauteurs de troubles.... sur ce thread les bans ne seront plus temporaires vous avez suffisemment été avertis comme ça.... accessoirement si certaines personnes, qui se reconnaitrons peut être, pensent faire fermer ce topic en faisant de la provocation gratuite, qu'elle sachent qu'elles en seront pour leurs frais puisque connaissant les dit loustics, ce sera leur compte qui sera fermé et pas le thread>

et pour être sur que tout le monde a bien compris, merci d'apposer avant votre premiere reponse ou votre premier post de message dans ce topic la mention : "j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus; signé XXX"

c'est une sorte de contrat moral sur ce topic entre vous et moi, comme ça personne ne pourra dire qu'il n'est pas au courant des règles

sur ce  bon forum

Link to comment
Share on other sites

Algérie: Total investira 1,5 milliard de dollars et GDF 1 milliard (Sarkozy)

ALGER, 2 déc 2007 (AFP) - Le groupe pétrolier français Total va investir 1,5 milliard de dollars en Algérie, Gaz de France (GDF) 1 milliard de dollars et ce dernier reconduira ses contrats d’approvisionnement en gaz algérien jusqu’en 2019, a annoncé le président français Nicolas Sarkozy.

"Gaz de France va investir un milliard de dollars sur le gisement de Touat et Total un milliard et demi de dollars à Arzew", a-t-il dit dans un entretien publié dimanche par l’agence algérienne APS. "Sans attendre, il nous faut avancer sur du concret, et le concret, c’est l’interdépendance énergétique : il s’agit pour nous de sécuriser l’approvisionnement du marché français et, pour vous, de sécuriser les débouchés et de préparer l’après-pétrole", a-t-il dit. L’Algérie est le 3e fournisseurs de gaz à la France après la Norvège et les Pays-Bas et avant la Russie. Les importations françaises d’hydrocarbures algériens représentent quelque 4 milliards d’euros. Total va investir 1,5 milliard de dollars, en partenariat avec la compagnie publique algérienne d’hydrocarbures Sonatrach, dans un vapocraqueur (installation permettant le craquage d’hydrocarbures en présence de vapeur d’eau) à Arzew (ouest), d’un coût total de 3 milliards USD. GDF va investir 1 milliard de dollars pour le développement du gisement gazier du Touat, au Sahara algérien. "Les contrats dont nous espérons la signature ou la confirmation à l’occasion de ma visite pourraient ainsi représenter jusqu’à 7.000 emplois directs supplémentaires en Algérie", a indiqué M. Sarkozy. "La France est devenue le premier investisseur hors hydrocarbures en Algérie et elle pourrait même devenir très bientôt le premier investisseur tous secteurs confondus, grâce aux projets de nos grandes compagnies", a-t-il souligné.

http://www.france-info.com/spip.php?article46388

j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus; signé Watson

Je ne sais pas si les relations entre deux pays peuvent être sincères si les parties ne reconnaissent pas leurs erreurs passés, peut être pas s’excuser mais au moins les reconnaitre

Par exemple, les relations franco-allemande aurait elle put être aussi intense sans excuse/reconnaisance de l’Allemagne ?

Link to comment
Share on other sites

et pour être sur que tout le monde a bien compris, merci d'apposer avant votre premiere reponse ou votre premier post de message dans ce topic la mention : "j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus; signé XXX"

c'est une sorte de contrat moral sur ce topic entre vous et moi, comme ça personne ne pourra dire qu'il n'est pas au courant des règles

sur ce bonne bon forum

On ne peut pas signer xxx, avant minuit, il y a peut-être des mineurs qui regardent. :lol:

Link to comment
Share on other sites

j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus; signé Vinia ;)

Algérie : du pétrole et du gaz dans les valises de Sarkozy 

Du pétrole, du gaz et même un accord de coopération nucléaire. Nicolas Sarkozy, qui se rend en Algérie lundi pour une visite d'Etat de trois jours, a annoncé que le groupe pétrolier français Total allait investir 1,5 milliard de dollars en Algérie et Gaz de France 1 milliard de dollars pour le développement d'un gisement de gaz algérien. L'entreprise doit également profiter du voyage pour reconduire ses contrats d'approvisionnement en gaz algérien jusqu'en 2019. "Sans attendre, il nous faut avancer sur du concret, et le concret, c'est l'interdépendance énergétique : il s'agit pour nous de sécuriser l'approvisionnement du marché français et, pour vous, de sécuriser les débouchés et de préparer l'après-pétrole", a dit Nicolas Sarkozy dans un entretien diffusé dimanche par l'agence algérienne APS.

Selon l'Elysée, la France espère signer cinq milliards d'euros de contrats et d'accords d'investissement avec l'Algérie. "Des investissements industriels devraient aussi être confirmés à l'occasion de ma visite, comme par exemple une usine de montage de tramways et une autre de montage de véhicules de lutte contre l'incendie", a ajouté le chef de l'Etat. La RATP pourrait également signer un accord sur l'exploitation du métro d'Alger et Thales quelque 300 millions d'euros de contrats pour des équipements de signalisation et de télécommunications. "La France est devenue le premier investisseur hors hydrocarbures en Algérie et elle pourrait même devenir très bientôt le premier investisseur tous secteurs confondus, grâce aux projets de nos grandes compagnies", a souligné Nicolas Sarkozy, ajoutant qu'un accord de coopération nucléaire doit être signé au cours de sa visite, sans donner plus de détails.

Autre sujet : le projet d'Union méditerranéenne. Le président français a souligné que l'Algérie y sera "un partenaire essentiel", ce projet devant selon lui donner "un nouveau souffle" au partenariat entre les pays des rives nord et sud de la Méditerranée. "Je pense que nous devons nous tourner d'abord vers l'avenir, car les nouvelles générations, qui forment dans votre pays la grande majorité de la population, ne vont pas attendre que les adultes aient fini de régler les problèmes du passé", a dit Nicolas Sarkozy, faisant référence, sans l'évoquer directement, à la polémique sur les excuses réclamées par Alger à la France pour les "crimes" de la colonisation française en Algérie. Le chef de l'Etat a toutefois affirmé qu'il ne fallait pas "ignorer l'Histoire, mais l'assumer" et "réconcilier les mémoires".

http://tf1.lci.fr/infos/monde/afrique/0,,3640267,00-algerie-petrole-gaz-dans-valises-sarkozy-.html

Link to comment
Share on other sites

j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus; signé P4  :O

"Des investissements industriels devraient aussi être confirmés à l'occasion de ma visite, comme par exemple une usine de montage de tramways et une autre de montage de véhicules de lutte contre l'incendie", ajoute-t-il.

Les investissements français en Algérie représentent 250 filiales, 22.000 emplois directs et 100.000 emplois indirects dans ce pays. Selon Nicolas Sarkozy, les accords qui seront signés mardi représentent "plus de 7.000 emplois" en plus.

Des contrats en Algérie lors de la visite de Nicolas Sarkozy

Link to comment
Share on other sites

Je pense que c'est peut être la France délivre plus de visas au Algériens, que les Algériens n'en délivrent au Français. il faut essayer de trouver des chiffres officiels.

Mais il ne faut pas oublier que les flux migratoires ne sont pas les mêmes aussi.

Link to comment
Share on other sites

et pour être sur que tout le monde a bien compris, merci d'apposer avant votre premiere reponse ou votre premier post de message dans ce topic la mention : "j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus; signé XXX"

c'est une sorte de contrat moral sur ce topic entre vous et moi, comme ça personne ne pourra dire qu'il n'est pas au courant des règles

j'accepte  =D puis je sais pas pour quoi mais ça donne un aire flippent .....ça va incité certain a accepté juste pour faire l'experiance  >:( :lol:

[glow=red,2,300]j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus; signé Oliv[/glow]

Source : http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20071202/tts-france-algerie-sarkozy-visas-ca02f96_1.html

Nicolas Sarkozy veut la réciprocité sur les visas avec l'Algérie

si se point est reglé on pourra vraiment parlais de réchaufement des relation politique entre les deux pays vue que se probléme a était a de nombreuse reprise abordé lors de visite d'officiel des deux pays  ;)
Link to comment
Share on other sites

j'accepte les conditions particulières de participation a ce fil de discussion comme décrites ci dessus, et même à l'ensemble de la charte de ce même forum, m'étonne quand même que cela n'ait pas été mis en avant plus tôt en laissant des écris plus que mal faisandés de la part de certains.

Visite de Nicolas Sarkozy en Algérie le 05/12/2007 : la délégation officielle

M. Jean-Louis BORLOO; M. Bernnard KOUCHNER; Mme Christine LAGARDE ; Mme Rachida DATI; Mme Christine ALBANEL ; M. Jean-Marie BOCKEL; Mme Fadela AMARA; M. Alain MARLEIX; Bernard BAJOLET Amiral; Edouard GUILLAUD Chef de l'Etat-major particulier du Président de la République; M. Henri GUAINO Conseiller spécial du Président de la République; Mme Catherine PEGARD Conseiller du Président de la République; M. Jean-David LEVITTE Conseiller diplomatique du Président de la République; M. François PEROL Secrétaire général adjoint de la Présidence de la République; M. Georges-Marc BENAMOU Conseiller à la Présidence de la République; M. David MARTINON Porte-parole de la Présidence de la République; M. Jean-Pierre ASVAZADOURIAN Chef du Protocole; M. Franck LOUVRIER Conseiller communication, Chef du Service de presse de la Présidence de la République; M. Boris BOILLON Conseiller technique à la Présidence de la République; M. Rachid KACI Conseiller technique à la Présidence de la République; M. Lieutenant Colonel Patrik STEIGER Aide de camp du Président de la République

M. Jean Claude GAUDIN; Michel VAUZELLE; M. Bernard DEROSIER; M.Pierre LELLOUCHE; M. Alexandre ARCADY Réalisateur; M. Didier BARBELIVIEN compositeur, interprète; M. Dominique BAUDIS président de l'IMA ; Mme Yamina BENGUIGUI Réalisatrice; M. Malek CHEBEL sociologue;M. Constantin COSTA GAVRAS Réalisateur; Mme Michèle RAYJournaliste, épouse de M. Constantin COSTA GAVRAS; M. Frédéric HISSBACH Réalisateur, Jara Production; M. Emmanuel HOOG président de l'INA; SMAÏN Humoriste et acteur; M. Hubert AURIOL Pilote automobile - organisateur de raids; Mme Malika BENLARBI Sous-préfète; M. Dalil BOUBAKEUR Recteur de la Mosquée de Paris et Président du CFCM; M. Al Sid CHEIKH Assistant du Recteur; M. Nacer KETTANE Président de Radio Beur FM; M.Salim SAIFI Président d'association.

Les chefs d'entreprises accompagnant la visite d'État du Président de la République

Délégation présidée par Mme Laurence PARISOT, Présidente du MEDEF et M. Yves-Thibault de SILGUY, Président de Vinci et co-président du Conseil des chefs d'entreprises algériens et français

ACTARIS Mathias MARTIN Directeur Général International

ADPI Marc NOYELLE Président du Conseil d'Administration

AIGLE AZUR Arezki IDJEROUIDENE Président Directeur Général

Méziane IDJEROUIDENE Directeur Général

ALSTOM Patrick KRON Président Directeur Général

Philippe DELLEUR Directeur Zone Europe du Sud, Afrique et Moyen Orient

ALTADIS Jean-Dominique COMOLLI Président du Conseil d'Administration

AS. ARCHITECTURE STUDIO Laurent-Marc FISCHER Architecte Associé

ARTE CHARPENTIER & ASSOCIES Jean-Marie CHARPENTIER Président Directeur Général

ATSP Tom SHEEHAN Architecte

AXA Group Jean-Raymond ABAT CEO Region Méditerranéen

Dalida GOUMEZIANE Chargée des Relations Européennes et Institutionnelles

BEE Jihade BELAMRI Président Directeur Général

BERNARD KRIEF CONSULTING Louis PETIET Président

BETONS GRANULATS SYLVESTRENathalie CZIMERDirecteur Général

BNP PARIBASPierre MARIANI Membre du Comité Exécutif Responsable du Pôle SFDI

BOUYGUES BATIMENT INTERNATIONAL Nicolas de ROQUEFEUIL Directeur du Développement International

BRETAGNE INTERNATIONAL Marc GILLAUX Directeur Général

BRINK'S France Roger DUTOIT Président Directeur Général

BTKMiroslav JAKIRCEVIC Directeur Général

BULLDidier LAMOUCHE Président Directeur Général

Luc SAINT-JEANNET Vice Président Opérations Internationales

CALYONMichel PONS Regional Manager Africa, Middle-east

CATERING INTERNATIONAL SERVICES - CIS Julien SALAS Directeur Général

CEGELEC Patrick BOISSIER Directeur Général

CFAOAlain VIRY Président Directeur Général

CFPB - CENTRE DE FORMATION DE LA PROFESSION BANCAIRE Olivier ROBERT de MASSY Directeur Général

CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE PARIS - CCIP Jean-Paul VERMES Vice Président

CHAMBRE FRANÇAISE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE EN ALGERIE - CFCIA Michel de CAFFARELLI Président

Jean-Christian DONET Vice-Président; Jean-Pierre BONNET Vice-Président; Jean-François HEUGAS Directeur

CHARLES RILEY CONSULTANTS Laurent BURT-RILEY Président du Directoire

CIC Michel LUCAS Président du Directoire

CITELUMMichel TESCONI Président

Pierre DANIEL Conseiller du Président

CMA CGM Farid T. SALEM Directeur Général Groupe

CODIFOR Guillermo MIMICA Directeur

COLAS Bruno TABARIE Directeur Général International

CONSEIL DE COOPERATION ECONOMIQUE Andréa CANINO Président

CONSOLIS Pierre BROUSSE Vice-Président

COYNE ET BELLIER Bernard TARDIEU Président Directeur Général

CREDIT AGRICOLE René CARRON Président du Conseil

DEGREMONT SA Pierre VILLATTE Directeur Afrique

EADS INTERNATIONAL Philippe BOHN Senior Vice President Afrique

EAU PURE Pascal GUASP Président Directeur Général

EAUX DE MARSEILLE Jean-Marc SIMONDI Directeur des Affaires Internationales

ECART ARCHITECTURE INTERIEURE Gérard BORGNIET Gérant

EGISNicolas JACHIET Directeur Général

ENTREPOSE CONTRACTING Jacques MENOCHET Vice-Président Business Dévelopment

EPIS CENTRE / GRANIT François PIGNOLET Directeur des Marchés

ERALIS Michel APESTEGUY Directeur

ERNST & YOUNG Philippe MONGIN Associé

EUROCOPTER Xavier HAY Vice Président Africa, Middle East

EUROPLASMA Didier PINEAU Président Directeur Général

FAURE INGENIERIE Louis Paul FAURE Président Directeur Général

FORUM DE PARIS - EUROMEDITERRANEE Albert MALLET Président

GAZ DE FRANCE Jean-François CIRELLI Président Directeur Général

GEOSPierre MONTORO Président de GEOS International

GIDE LOYRETTE NOUEL Pierre RAOUL-DUVAL Associé

GIMAEX INTERNATIONAL Philippe MIS Président Directeur Général

GRAS SAVOYE Patrick LUCAS Président Directeur Général

GROUPE BANQUE POPULAIRE Philippe DUPONT Président

GROUPE CAHORS Michel HIBON Président Directeur Général

Olivier BERTHELAT Directeur International

GROUPE CAISSE D'EPARGNE Charles MILHAUDPrésident

GROUPE DANONE Sylvie GALLIAERDE Directeur des Relations Institutionnelles

GROUPE HORIZON Dominique STAGLIANO Président Directeur Général

GROUPE PIZZORNO ENVIRONNEMENT Francis PIZZORNO Président Directeur Général

GROUPE ROULLIER Karine de la GUERONNIERE Vice-Présidente

IDEAL MEDICAL PRODUCT Maxime MARZIN Responsable Développement International

INTERNATIONAL SOS Arnaud VAISSIE Président

JC DECAUX Jean-Charles DECAUX Directeur Général

KEOLIS Patrick JEANTET Directeur Général Adjoint

KEYRUS Soumia BELAIDI MALINBAUM Directrice des Ressources Humaines

LAFARGE Guillaume ROUX Directeur Général Adjoint

LEFEVRE PELLETIER ET ASSOCIES Philippe PELLETIERAvocat Associé

Vincent LUNEL Avocat Associé

LE FLOCH DEPOLLUTION Patrick LE FLOCH Président Directeur Général

LES ABEILLES Paul EYRAUD JOLY Directeur de Développement

LEEM Gérard DUFOUR Président de la Commission des Affaires Internationales

LFB Christian BECHON Président Directeur Général

LUNALOGIC Fadila PALMER Gérante

MEDEF BOUCHES-DU-RHONE Stéphan BROUSSE Président

MEDIACO LEVAGE Christian-Jacques VERNAZZA Président Directeur Général

MICHELIN Jean-Dominique SENARD

NATIXIS Louis BEDOUCHA Senior banker

OBSERVATOIRE DES PAYS ARABES Antoine BASBOUS Directeur

PIERRE FABRE Georges FARAH Directeur Général de la Coordination Internationale Groupe

POLLEN INTERNATIONAL Frédéric MANGIN Directeur

POWEO Charles BEIGBEDER Président Directeur Général

RAMERY TRAVAUX PUBLICS Rodrigue LESCAILLET Président

RANC DEVELOPPEMENT Romain GILLE Directeur Général

RATP DEVELOPPEMENT Jean-Marc JANAILLAC Président

RAZEL Michel LALLEMENT Président

REALMECA Jean FRIESS Président

REINHART MARVILLE TORRE Mohamed LANOUAR Avocat

Laurent MARVILLE Associé

SAINT-GOBAIN Jerôme FESSARD Directeur Général Adjoint

SATREMT - MAINTENANCE INDUSTRIELLE ET PORTUAIRE Yves LETHUILLIER Directeur Général

SCHNEIDER ELECTRIC INDUSTRIES Christian WIEST

SNEF Jean-Pierre DREAU Président Directeur Général

SOCIETE GENERALE Frédéric GENET

SOGETRAPMichel de CAFFARELLI Vice Président

SUEZGérard MESTRALLET Président

SYSTRA Michel CORNIL Président

TECHNIP Thierry PILENKO Président Directeur Général

TELEMEDIA GROUP Pierre GUILLERMO Président Directeur Général

THALES Denis RANQUE Président Directeur Général

TOTAL Christophe de MARGERIE Directeur Général

TRUFFLE Jean-François FOURT Directeur Général

UBAF - UNION DE BANQUES ARABES ET FRANCAISES Patrick LEGAIT Président du Directoire

VINCI Yves-Thibault de SILGUY Président

WEBHELPFrédéric JOUSSET Co-Président

MEDEF LAurence PARISOT Présidente Présidente de l'IFOP

MEDEF INTERNATIONAL Thierry COURTAIGNE Vice-Président, Directeur général.

Link to comment
Share on other sites

Guest barbaros pacha

waaaaaa mais c'est quoi tout ces type  :rolleyes:

c'est une invasion ou quoi  :O :lol:

Attention ils reviennent, le débarquement d'Alger... :lol: :lol:

Link to comment
Share on other sites

Algérie : les Français soupçonnent des tentatives de déstabilisation contre leurs intérêts

Par ali idir le 03/12/2007 à 09:31

Les intérêts français en Algérie feraient-ils l’objet d’une tentative de déstabilisation ? Au moment où Nicolas Sarkozy effectue une visite délicate à Alger, les milieux d’affaires et les diplomates de ce pays s’interrogent. Depuis quelques semaines, des événements jugés « troublants » se succèdent : attentat en septembre contre un convoi du groupe de travaux publics Razel, tentative d’enlèvement contre deux employés de la société Aéroport de Paris (ADP), annonce d’un départ imminent du groupe Michelin, des informations sur le désengagement du groupe Accor d’Algérie, des négociations difficiles avec l’Algérie sur les volets économiques…Tous ces événements ont un point commun : ils concernent tous des entreprises française. Aucun diplomate ni touriste français, pourtant de plus en plus nombreux et mobiles, n’ont été inquiétés.

Contrairement aux années 1990 durant lesquelles les terroristes du GIA ont cherché à obtenir un désengagement politique de la France en s’attaquant à ces diplomates ou à des symboles comme Air France, cette fois les attaques semblent nettement plus ciblées. Pour les milieux d’affaires français, il ne fait aucun doute : tous ces événements ont un seul et même objectif : déstabiliser les intérêts économiques de la France en Algérie au moment où ce pays tente de revenir sur le marché algérien pour profiter de la manne financière et des nombreux contrats.

A Paris, certains diplomates vont même plus loin : la dernière polémique sur les origines juives de Nicolas Sarkozy s’inscrit dans cette stratégie de déstabilisation. D’où la décision du président français de maintenir sa visite d’Etat d’aujourd’hui, malgré les fortes pressions des partis de la majorité et de l’opposition qui souhaitaient voir le déplacement annulé. En réalité, Nicolas Sarkozy est convaincu que son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika est étranger à la polémique.

La question est de savoir qui est derrière cette tentative de déstabilisation ? « Les concurrents de la France en Algérie sont nombreux. Les Français sont légitimement les mieux placés pour profiter des contrats mais les Américains et les groupes moyen-orientaux veulent aussi leur part du gâteau. La concurrence est rude », explique un connaisseur des relations algéro-françaises, qui a requis l’anonymat.

Link to comment
Share on other sites

Économie et contrats

Même s’ils sont adeptes du libéralisme, Bouteflika est marqué par une fibre sociale plus profonde que son homologue français. Les privatisations en Algérie tâtonnent alors que Sarkozy démantèle à tour de bras en France. Les deux hommes ne convergent pas quant aux échanges commerciaux. Bouteflika est l’homme qui a fait perdre de nombreux marchés aux entreprises françaises en Algérie en cassant le huis clos économique au profit des Chinois, des Indiens, des Américains et des autres États européens. Paris, malgré sa position privilégiée, est loin d’injecter le même montant d’IDE en Algérie qu’au Maroc. Si Sarkozy a arraché 3 milliards d’euros à Rabat et 20 à Pékin, il risque de faire chou blanc en Algérie qui, mis à part le marché de Total à Skikda (3 milliards d’euros), n’a pas de gros contrats à offrir aux Français, sauf dans le cas hautement improbable de centrales nucléaires d’Areva ou de contrats d’armements réellement hypothétiques. Sur ce point, l’énergie est le seul point qui peut rapprocher ces visions divergentes, même si on annonce une enveloppe de 5 milliards d’euros. Il faut dire, que sur ce plan, le rapport de force s’est inversé au profit des Algériens qui, avec leur manne financière, ont élargi leur marge de manœuvre vis-à-vis de Paris.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,825
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...