Recommended Posts

Guest Dorfmeister
il y a 3 minutes, The mouse a dit :

Il doit en maquer quelqu'uns.  Selon ce doument américain.

Meuh non, voyons!

C'est de la propagande, la Russie ne pourrait jamais disposer d'autant de missiles et de lanceurs! Et quand bien même, ils ne servent à rien: la rouille les a déjà détruits dans le fond des silos.

En plus tu nous cites du Tass. Manquerait plus que tu nous sortes du RT ou du Sputnik: les sources les plus fiables et crédibles du monde.

29ae50ff49.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, The mouse a dit :

@Dorfmeister les chiffres donnés par Tass se retrouvent dans les documents officielaméricains voirs dans des journaux  américains reconnus pour leur sérieux.  

Dorf faisait de l'ironie. 

Mais c'est vrai que l'humour soviétique c'est spécial :tongue:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Xavier a dit :

Alors bien entendu, croire que les américains vont attaquer la Russie est une paranoïa propre aux russes, on pourrait prendre cela pour une politique légitimant les dépenses d'armements, mais je pense que non, la plupart sont convaincus de cette folie.Comprenons donc bien cette communication russe sur leurs armes dans ce contexte ou malgré leurs efforts à investir pour se moderniser, leur potentiel militaire se réduit.Le Kremlin ne veut pas un "déclassement" de la Russie, il ne veut pas être devancé par les USA (pourtant c'est déjà le cas depuis bien longtemps), il veut rester la puissance rivalisant avec les américains et à défaut de faire fondre des milliers de chars et d'avions, jouent d'une supériorité de leurs matériels via leur communication, mais faut-il y croire juste pour leur faire plaisir dans leur complexe d'infériorité?

Ils font pareil en face...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, collectionneur a dit :

@rendbo Les américains font ils un complexe d'infériorité ? :blink: 

Non, tout le contraire, un complexe de supériorité couplé à un à un système industriel obèse qu'il faut bien faire tourner... :rolleyes:

Soyons réalistes, ces arguments et ce comportement sont propres à tout les pays qui cherchent à étendre leur influence, s'assurer les ressources et imposer leurs règles avec en trio de tête les USA, la Russie et la Chine.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Arland Même avec Trump a la Maison Blanche, les États-Unis n'annoncent pas que des centaines d'espions sont neutralisés chaque années :

Plus de 400 agents étrangers en 2017, on atteint les records des années 96/97 :laugh: 

http://www.lefigaro.fr/international/2018/03/06/01003-20180306ARTFIG00221-poutine-reve-de-suprematie-nucleaire.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, mais non, ce n'est pas la peine de donner des idées à Trump !

 

Il en a déjà assez comme ça pour rédiger ses tweets...

crowdbabble_trump-top-tweets_iq_33230821

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

 

Les disciples doivent se sentir humiliés par la richesse ostentatoire et la force de l'ennemi. Quand j'étais enfant, on m'apprenait que les Anglais étaient « le peuple aux cinq repas ›› : ils mangeaient plus souvent que le pauvre mais sobre Italien. [...] Ainsi, par un continuel déplacement de registre rhétorique, les ennemis sont à la fois trop forts et trop faibles. 

Mon Dieu ! Quelle image surpuissante des Anglois avaient-ils alors !

Un peuple capable d'endurer 5 repas PAR JOUR de cuisine anglaise, voilà les vrais Übermensch !

 

nota : intéressant de voir qu'aujourd'hui, l'homme-Uber est un concept bien éloigné de l'Übermensch :blink:

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, rendbo a dit :

Ils font pareil en face...

Ah non justement, cette réciprocité qui existait dans la guerre froide n'est plus d'actualité.Les américains depuis la fin de l'URSS ont tournés la page de la Russie, ils ne sont pas focalisés sur elle, ils ne cherchent pas sans arrêt à vouloir continuer comme avant, à mesurer qui a la plus grosse et à faire chier au maximum les intérêts russes.

La chute de l'URSS a complètement mis la Russie "hors jeux" , du côté américain c'était "la fin" de cette menace et commençait alors une situation étrange ou ils se retrouvaient seul, les gagnants de la guerre froide.Malgré un important potentiel militaire en héritage, la Russie des années 90 était une Russie qui démantelaient toutes ses implantations nucléaires, qui cédait tout, qui connaissait la misère économique et sociale.Cette époque aura totalement détourné le regard américain de Moscou et tout le monde commençaient par désarmer massivement, par se désengager, tout le monde en Europe tournait la page.Même avec le Kosovo, la Russie n'était rien, ne représentait rien, ne faisait rien, elle ne comptait pas.

Puis ce fût l'épisode du 11 septembre, qui aura complètement modifié la politique américaine et son armée.Depuis cette date, ils avaient le regard tourné au Moyen Orient et en Afghanistan, ils cherchaient à se protéger des terroristes, toutes leurs armées étaient formés et équipés pour la contre-insurrection etc.

Pendant ce temps là, en Russie, Poutine qui est un nostalgique de l'URSS et de sa grandeur, avait toujours le même état d'esprit que celle de la guerre froide.Pour lui l'amérique c'est l'ennemi contre qui il faut s'opposer, l'Otan c'est un ennemi et les anciennes républiques qui formaient l'URSS appartiennent (territorialement ou par influence) à la Russie. La politique de Poutine c'est pour moi, je le dis clairement même si certains ne le partage pas, celle de reconstruire l'URSS.

Pendant qu'en Europe, on s'habituait à chercher une raison d'être de l'Otan dont l'adhésion était presque couplé avec l'adhésion à l'UE, pendant qu'on continuait à désarmer, que les américains engageaient un basculement asiatique en retirant bon nombre de leurs troupes du continent, on ne se souciait pas de voir une Russie se réarmant.Même avec l'épisode géorgien on ne voulait pas voir la transformation russe, on finissait même par participer à son réarmement (BPC, blindés etc...).

Nous nos budgets diminuaient car nous n'avions plus de stratégie militaire, en Russie ça augmentait massivement car Poutine a "son" plan qui n'est pas juste une modernisation pour "défendre" le pays.Dès la réélection de Poutine en 2012, les choses ont changés et il a commencé par agir.Tout d'abord par l'influence, notamment par les médias, ou on a créer un organe de presse regroupant d'autres journaux afin de créer sputnik et de transformer russia today en instrument de désinformation, de sites à scandales devant créer et alimenter des oppositions dans les pays occidentaux, l'objectif étant de pousser et d'aider les courants d'idées comme les partis politiques susceptibles de "casser" l'unité occidentale, celle de l'UE et de l'OTAN, voilà l'objectif de la propagande russe qui est offensive et que nous ne faisons pas en Russie, je dis bien "EN" Russie.Il y a bien longtemps que Voice of america ou radio liberty ne font plus de la propagande même s'ils mettent en valeur les positions et les intérêts américains.Couplés à cette propagande la Russie use largement de la déstabilisation informatique, du piratage et autres, pour créer et glaner des infos, pour foutre le bordel dans l'ombre à défaut d'avoir d'autres leviers sous la main.

Car le problème russe il est aussi là, c'est que la Russie n'a pas beaucoup de moyens pour s'affirmer et pour réellement peser, Poutine exploite les faiblesses et les hésitations des autres pour avancer ses pions, mais il ne peut pas imposer la Russie sur le plan économique (même s'il cherchait et cherche encore à rendre dépendant l'Europe de son gaz) ou diplomatique.On surfe sur un monde anti-américain (vous ne trouverez pas un seul adepte de la Russie de Poutine qui ne soit pas opposé aux USA). Donc à défaut de pouvoir s'imposer, la politique russe est celle visant à casser de l'intérieur ses ennemis pour y créer des failles dans lesquels cela peut aider à la reconstruction de la nouvelle URSS et de sa grandeur.Bien entendu ils s'arment également et jouent énormément sur la puissance militaire pour leur "grandeur".

Mais c'est bien en 2014, avec l'Ukraine que la vraie nature de cette politique a été réellement bien comprise, l'annexion de la Crimée, la déstabilisation du Donbass et d'autres villes sont allés très vite, à la première instabilité, faiblesse, ils entrent dans le jeu, comme en Géorgie.Les russes viennent ainsi titiller et influencer pour créer ce genre d'ouvertures, ils ne vont pas envahir les pays Baltes membres de l'UE ou de l'Otan, ils chercheront d'abord a foutre un bordel politique susceptible de ramener un pouvoir qui fera sortir ces pays de l'alliance et de l'union pour pouvoir agir.Comme au Montenegro, le récent coup d'état avorté, la Moldavie avec la Transnistrie, sans oublier son pion serbe qu'elle arme dans une région qui pourrait bien foutre la merde.Comme pour la Biélorussie, je le dis également, le jour ou un gouvernement ou une crise sociale viendrait à placer un mouvement pro-Europe en place, la Russie interviendra derrière.La Russie attend les brèches et quand elle peut, elle foncera.Idem en Syrie, elle est intervenue par ce qu'elle a vu que les occidentaux, en particulier les américains, ne veulent pas se mêler du conflit.

Alors depuis la crise en Ukraine, l'occident commence par agir et prendre en compte la menace russe.Tout le monde se réarme, l'Otan reprend une raison d'exister, certains pays neutres songent à rejoindre l'alliance, des forces étrangères alliés s'installent dans les pays de l'Est, des sanctions sont prises etc. Mais en même temps, la Russie de Poutine a accéléré ses actions de l'ombre, de plus en plus d'actes de piratages, de propagandes, d'influences, de fake news et autres se produisent et la proximité du Kremlin avec Snowden (wikileaks) et autres n'est pas un hasard.La Russie est en pleine campagne électorale et on se demande ce qu'est le programme de Poutine! Il n'a aucun programme et la seule chose qu'il met en scène c'est cette idéologie guerrière de la grandeur russe, pendant que ses "opposants" soigneusement choisis se tirent dessus (personnes ne s'opposent à Poutine dans un débat!) pour se rendre tous le moins présidentiable possible.La Russie de Poutine c'est aussi cela, celle d'un contrôle politique totale, celle ou on assassine les opposants et on ne peut pas ignorer le cas de cet ex espion russe sans doute empoisonné (avec sa fille) en GB il y a quelques jours.

Cette Russie de Poutine n'est pas comme nous, elle n'est pas un pays qu'on peut considérer comme un simple partenaire économique car la politique menée par ce pays est fondamentalement figé dans une guerre froide ou nous sommes clairement des cibles.

L'avenir dira si cette politique aura réellement été bénéfique au pays ou si cela n'aura été qu'une parenthèse vers un destin ou le système fera plonger le pays.

Le nouveau mandat de Poutine risque d'être très actif et plus ce nostalgique vieillit, plus il voudra mettre rapidement son rêve en oeuvre

  • Thanks 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, jean-françois a dit :

Rassure-moi, ce texte est ironique ?

Je ne pense pas que son texte soit ironique. Pour avoir voyager une bonne paire de fois en Russie, je trouve assez vraie son analyse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, Xavier a dit :

Ah non justement, cette réciprocité qui existait dans la guerre froide n'est plus d'actualité.Les américains depuis la fin de l'URSS ont tournés la page de la Russie, ils ne sont pas focalisés sur elle, ils ne cherchent pas sans arrêt à vouloir continuer comme avant, à mesurer qui a la plus grosse et à faire chier au maximum les intérêts russes.

Heu... dès la première phrase on flotte dans l'alcool pur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On sait tous que les batteries de missiles anti-missiles en Pologne et ailleurs en Europe de l'est sont là avant tout pour contrer les velléités de l'Iran hein, pas pour la Russie. Quelle idée saugrenue que de penser le contraire malgré tous les signes apparents qui le justifient. Mais certains diront que les apparences sont trompeuses... :ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, rendbo a dit :

Heu... dès la première phrase on flotte dans l'alcool pur.

Flotter dans l'alcool pur, c'est un truc de slaves ça. Allez, il y a un peu d'alcool dans la première phrase, mais ce qui suit est plutôt juste. Et vu la grande finesse des américains, il ne faut pas croire que les roues de leur hummer ont toujours volontairement écrasé les pieds des russes depuis la fin de la guerre froide. Dès fois, ils passaient juste par là et ils avaient pas vu le clodo assis sur le bas coté avec sa pancarte. Et puis bon, dans les années 90 et 2000, faut dire qu'ils roulaient souvent avec un verre de champagne à la main, et en reluquant sur le retro les nichons siliconés des bimbos en bikini cheveux au vent sur la banquette arrière. Ca aide pas.

 

Edited by Carl
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour avoir régulièrement côtoyé des militaires US, je peux vous assurer que la Russie n'a pas disparu de leur horizon, bien loin de là et à un degré surprenant... Je dirai même que se focaliser sur elle leur permet d'éviter de penser au géant chinois qu'il faudrait traiter, et de façon bien moins connue avec un rapport de force bien moins favorable...

Edited by gustave
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.thedailybeast.com/she-was-stabbed-in-the-throat-and-almost-died-weeks-later-she-was-asking-tough-questions-again

 

https://www.thedailybeast.com/putins-opposition-stabbed-bludgeoned-burned-even-attacked-with-poison-gas

 

Le traitement des journalistes en Russie empire... Enfin, des journalistes qui essaient un peu de faire leur boulot: une bonne partie de la profession est passée en mode Pravda et se retourne comme une meute sur le moindre membre du groupe qui ose poser des questions. Tatyana Felgenhauer, qui avait déjà défrayé la chronique lors d'une tentative d'assassinat qui l'avait vue écoper d'un coup de couteau à la gorge et qui avait du s'exiler pendant un temps, en a refait l'expérience lors d'une conférence de presse. Et elle fait partie des chanceux (la preuve, elle respire encore). 

 

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici un article d'articles sur le dispositif de renseignement/sécurité Russe, et un second qui fait la comparaison régime soviétique/régime poutine.

https://www.ttu.fr/russie-fonctionne-dispositif-de-renseignement-de-securite/

https://www.diploweb.com/Pourquoi-et-comment-V-Poutine-gagne-t-il-un-4e-mandat-presidentiel-en-Russie.html

Et voici une série de vidéo qui aborde l'évolution de la géopolitique Russe depuis 1991, ainsi que leurs ambitions pour l’Arctique. Ces vidéos sont bien fouillées, même si beaucoup de chose ont étaient déjà dite ici, mais c'est toujours utile de reprendre la perspective historique.

 

 

 

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Xavier

Pour moi une chose est simple, les US ou les russes ont pas mal de points communs. 

Quand les US sont intervenu au Panama en 1989, ils ont protégé le passage maritime leur permettant de passer de l'Atlantique au Pacifique, tout en ayant une base navale sur Cuba permettant de soutenir leur flotte de l'Atlantique. 

Quand on observe la base de Guantanamo, les cubains n'ont jamais eu ni n'auront jamais la possibilité de reprendre de force cette partie de Cuba, idem pour le faire en mode diplomatique... Donc on restera indéfiniment sur cette optique qui verra les US restaient. Certes les US payaient un loyer avant Castro, mais depuis Cuba refuse ce loyer, de facto c'est tout bénéfice pour les américains. 

Les russes sont intervenu en Crimée pour garder Sebastopol comme base navale ouvrant l'accès sur les mers chaudes. Ils ont une base navale en Syrie leur permettant de soutenir leur flotte en Méditerranée. 

Au Panama l'intervention US à vu de la casse, même les panaméens qui n'aimaient pas Noriega ont pas du tout apprécié l'intervention des gringos... 

En Crimée on a vu que l'arrivée de l'armée russe n'a pas était un pb pour la majorité des criméens, quand bien même on vu du bourrage d'urne lors du vote pour le rattachement à la Russie , ce n'est pas cela qui a changé  la donne au vu du sentiment pro russe présent sur place, le nié serait faire preuve de manque de justesse intellectuelle. 

Rappelons que la Crimée, ce fut un simple décret :

http://mobile.lemonde.fr/europe/article/2014/03/15/d-un-simple-decret-khrouchtchev-fit-don-de-la-crimee-a-l-ukraine_4383398_3214.html

Alors si les US ne sont pas près d'abandonner un passage maritime et une base navale, pourquoi les russes le feraient ? 

Quand on a du soutien auprès d'une population comme en Crimée, fallait pas s'attendre à voir les russes ne pas en profité. 

Tu parles des serbes comme si ils étaient des trolls, mais entre l'église orthodoxe et l'alphabet en cyrillique, des proximités de facto s'était une évidence que les russes et les serbes finiraient par être très lié à un moment où un autre. 

On a bien des pays de l'Est qui sont du côté européen, donc à un moment faut pas s'étonner que les russes qui n'ont plus de glacis depuis la chute du mur, de facto c'était  évident que ceux-ci aller tout faire pour garder leur pré-carré et les alliances avec certains pays... 

Oui en Russie il y a encore des oligarques, mais ils restent fidèle à la Russie, pas comme les oligarques qui allaient vendre les commandes du gaz aux US. Je ne connais pas de pays qui auraient laissé faire non ? 

Certes les oligarques ce n'est pas bien, mais bon il faudrait être naïf pour croire que ceux-ci ci disparaîtrait ... 

On parle de l'Empire russe en oubliant que les USA est un pays ayant des gènes proche en terme "d'empirer" et  qui s'est agrandi en virant ou forçant les autochtones à plier ou s'intégrer dans le nouveau format , en colonisant et donc en remplaçant une partie des autochtones... 

De facto, il était évident que si les US ne voulaient pas voir les rouges militairement et en terme d'influence  à leur porte et leur pré-carré en Amérique Latine, il est évident que pour les russes ce serait la même chose en voyant les US à leurs portes dans leur pré carré , que ce soit militairement ou en terme d'influence.

On oubli que la Russie a été à deux doigts de la guerre civile après la chute du mur, l'état soviétique était déjà pourri avec le marché noir et la corruption... 

Les USA ont fait des conneries, et le coup d'envahir un pays pour apporter la démocratie ne fonctionnait plus... Alors quand ils ce sont assis sur les principes pour l'Irak... 

C' était de facto l'ouverture de la boîte de pandore, si les US le font pourquoi les russes n'en ferait pas autant pour leurs propres intérêts ? 

Sans oublier  l'affaire libyenne  même si il faut reconnaître que les USA étaient pas motivé, la France et la GB oui par contre... les russes l'ont eu mauvaise de s'être fait entourlouper... 

C'était évident qu'ils joueraient sur ce facteur ou tout le monde fait ce qu'il veut... 

Alors je ne suis ni pro russe, ni pro US  mais il faut aussi observer que le monde ne resterait pas avec une puissance, ni avec un monde bipolaire via les USA et la Chine, déjà on observe que le monde voit des puissances régionales émerger, chacune voulant être la puissance régionale, le Moyen-Orient par exemple... 

De facto il était évident que la Russie aurait aussi des ambitions tout en protégeant son pré-carré. 

Moi ce qui m'agace c'est de voir une fan boy attitude en direction des US tout comme il y en a en direction des russes... 

Moi je part du principe qu'on ne doit pas être dans une optique de suiveur, ni dans une posture de donzelle... 

Pas de pb pour moi d'avoir des liens avec les USA, face aux barbus ou pour la défense d'intérêt commun, mais pas du suivisme bête et con , et je ne cache pas que le French bashing pour l'Irak en 2003 m'a bien gonflé, en plus on avait raison...  ( on est toujours déçu par un ami, jamais par une personne qui n'est pas notre ami) ...  et avec la Russie ben poli mais ferme, sans vouloir leur apporter notre vision de la démocratie... Ils s'en tapent de notre vision...  donc soyons réaliste et  pragmatique, mais en restant ferme mais poli... 

Enfin voilà, les russes ont bien évidemment des défauts , mais il faut aussi être honnête sur les réalités des uns et des autres. 

On est arrivé en limite de friction au niveau frontière avec  la Russie, et le pb ukrainien montre les limites d'influence russe ou occidental. 

Bon ben voilà on sait à quoi s'en tenir. 

Bon j'espère que l'on ne va pas me faire de procès , mais j'aime bien que l'on soit aussi objectif même si on aime pas un pays, tout en étant objectif sur les erreurs de pays amis.

Edited by Gibbs le Cajun
  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Gibbs

Vous avez raison, les américains et les russes ont un point commun, ils sont tous les deux impérialiste et chacun défend ses intérêts.

Après bien entendu, les américains ne sont pas un exemple, que ce soit pour l'invasion de l'Irak ou autres, mais ce mauvais exemple est bien trop souvent utilisé pour "excuser" les actions russes, soit on critique les deux pour être réellement impartial, mais prendre l'un pour légitimer l'autre, ce n'est pas être impartial.

Je ne crois pas avoir défendu les actions américains dans mon message, j'expliquais qu'après la chute de l'URSS, ils ont regardés ailleurs et qu'à partir du 11 septembre 2001, ils étaient plongés dans une stratégie politique et militaire tournant autour du Moyen Orient et non pas pour contrer la Russie et ses intérêts.Les américains avaient considérés que la Russie allait se regarder le nombril pendant un long moment et ils n'y ont plus prêtés attention.

Je dis également que Poutine, lui, est un pure produit de l'URSS et qu'il n'a pas une nouvelle stratégie russe mais qu'il souhaite revenir à une situation d'avant 1990, mais qu'il n'en a pas les moyens et les possibilités, d'où une stratégie offensive de l'ombre (il ne s'agit pas juste d'espionnage, ce que tout le monde fait l'un sur l'autre, même entre allié) , d'une propagande et d'opportunisme.

En Crimée, les russes sont arrivés sur un territoire qui ne leur est pas hostile, oui c'est vrai, mais cela n'excuse pas cette annexion de force et je ne pense pas sincèrement qu'on peut comparer cela avec la colonisation de l'amérique avec les amérindiens, là aussi on cherche à excuser les russes ou à légitimer leur action avec une comparaison américaine, mais c'est bien mal procédé pour justifier de son impartialité.Chaque pays a son histoire, ses intérêts, dans chaque pays on peut trouver des exemples dans le passé qui ne sont pas tout rose, mais étrangement, dès qu'on parle de ces choses pour la Russie, le réflexe d'auto-défense revient à chercher dans le passé américain des exemples sensés pousser à la conclusion que vous faîtes, "pourquoi si eux le font, d'autres ne le feraient pas?"

Mais cette manière de procédé est mauvaise et très vicieuse.C'est la même qui fait dire à des pays cherchant l'arme nucléaire que pourquoi ils devraient renoncer si d'autres en ont? Demain devra t-on annexer la Belgique en disant que si la Russie l'a fait, ben on peut le faire? Que la Chine envahit Taïwan? Ce procédé de l'auto-défense, c'est le même procédé que la vendetta, c'est une spirale sans fin.La Russie plutôt que de répéter les mêmes erreurs qu'elle critique, devrait plutôt pousser les USA face à un mur, les américains devraient être isolés dans leurs actions, mais le problème comme vous l'avez bien dit, c'est que les américains et les russes sont tous les deux semblables par leur impérialisme.

La situation actuelle de la Russie me rappel l'Allemagne des années 30.Je sais que beaucoup pensent comme moi et que beaucoup d'autres vont dire que ça n'a rien à voir.Oui Poutine n'est pas Hitler, il n'y a pas une idéologie nazi fanatique qui pousse à cela et non ils ne vont pas pousser à envahir toute l'Europe.Moi je parle bien des années 30 d'avant la Pologne, je parle du contexte, celui d'une Allemagne victime d'une grave crise économique voyant venir un leader, sortant un peu de nulle part, vouloir redresser et redonner de la fierté au pays, de laver l'honneur et de rêver à une grande nation.Ce que je met en parallèle, c'est qu'à l'époque, Hitler pouvait tout faire par ce qu'en Europe, personnes ne voulait d'une guerre.Il commença l'expansion allemande sur les mêmes thèmes que les russes, s'appuyant sur des populations germanophones pour légitimer l'annexion de territoires, d'abord l'Autriche (là aussi pas un coup de feu, un référendum sensé enterrer toute contestation), puis les sudètes qu'il négocia avec les autres puissances, faisant croire qu'après cela ce sera finit....Dans le même temps les allemands intervenaient en Espagne dans la guerre civile, presque un terrain d'entraînement pour leurs nouvelles armes.

Non bien sûre, on ne risque pas de voir la Russie déclencher une 3e guerre mondiale, le monde actuel avec l'arme nucléaire fait que certaine chose qui se faisaient facilement hier ne peuvent plus se faire aujourd'hui.Mais je pense que Poutine est aujourd'hui un peu dans le même état d'esprit qu'Hitler à l'époque face au reste des puissances européennes, il se sent en position de force, intouchable, il peut faire ce qu'il veut, là il est le danger, car on ne parle pas d'une petite action au Panama dans la guerre froide, on parle de l'Europe, l'Ukraine n'est pas loin et réalimenter le nationalisme serbe (peu importe les liens orthodoxe ou slave, les relations peuvent être bonne sans devoir tourner autour du militaire et de revendications territoriale), d'y amener des armes, ce n'est pas juste un problème qui concerne la Russie.

La Russie actuelle cherche une influence par le bâton, ce n'est pas de bons partenaires économiques avec qui elle va organiser des fêtes culturelles qu'elle cherche, on est vraiment dans un esprit de domination et de conquête, un esprit que nous avons perdus en Europe depuis la fin des empires coloniaux.Poutine cherche à reconstruire la Russie qu'il a dans sa tête, c'est à dire l'URSS, mais cette reconstruction n'est pas dans notre intérêt.Les russes ne se cachent pas pour nous considérer comme des rivaux et le problème n'est pas juste américain ou l'otan, ne pensez pas que si il n'y aurait plus un seul américain en Europe et que si l'Otan disparaitrait, la Russie deviendra l'ami de tout le monde, au contraire, elle se verrait pousser des ailes et croyez bien que son opposition à l'Otan et aux américains ce n'est pas pour avoir la paix, mais pour conquérir.

Poutine poussera ses pions, il lui faudra attendre de se prendre un mur pour que son assurance se perde, que ce soit dans un échec militaire, un échec économique ou autres.

  • Haha 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dorfmeister
Le 07/03/2018 à 07:28, MoX a dit :

Un peuple capable d'endurer 5 repas PAR JOUR de cuisine anglaise, voilà les vrais Übermensch !

Même les nord-coréens n'ont pas osé infliger ça à leurs prisonniers politiques! :biggrin::biggrin:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,467
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Odenlachips
    Newest Member
    Odenlachips
    Joined
  • Forum Statistics

    20,806
    Total Topics
    1,285,208
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries