Recommended Posts

il y a 14 minutes, Alexis a dit :

Quant à Angela et Vladimir, j'ignore s'ils parlent allemand ou russe ensemble. De toute façon, chacun parle la langue de l'autre

Angela parle bien le Russe, Vladimir écoute très bien l'Allemand.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce fil est vraiment en hibernation :

Le gouvernement russe de Medvedev démissionne, et Poutine propose des changements dans la constitution russe, à approuver par référendum.
Il ne touche pas à la limitation constitutionnelle qui l'empêcherait de dépasser les 2 mandats consécutifs (du moins pas encore)

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/01/15/en-russie-vladimir-poutine-propose-un-referendum-sur-une-serie-de-reformes-constitutionnelles_6025964_3210.html

Je n'ai pas eu le temps de creuser en détail, mais vu qu'il conserve de facto tous les pouvoirs, ça ressemble plutôt à une réforme cosmétique, pour redonner de l'élan, ou de l'adhésion populaire au régime, qui a connu une année 2019 compliquée (manifestations suite à la réforme des retraite, le parti au pouvoir qui s'est pris des baffes aux élections (malgré les candidatures qui évitaient le label du parti Russie Unie)

 

Edited by rogue0
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Poutine l’avait déjà fait au début des années 2000.

Le nouveau gouvernement qui avait été nommé ensuite était quasi identique au précédent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, rogue0 a dit :

Ce fil est vraiment en hibernation

Oui, c'est bizare hein?

alors que pour d'autres pays on a des débats sur des pages sur la production de particules fines chinoise ou la stérilisation des chats en Australie...

Ah si, le fil sort de son sommeil quand une prouesse (genre un missile de la mort version star wars) est annonce, sinon....

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, aviapics a dit :

Oui, c'est bizare hein?

alors que pour d'autres pays on a des débats sur des pages sur la production de particules fines chinoise ou la stérilisation des chats en Australie...

Ah si, le fil sort de son sommeil quand une prouesse (genre un missile de la mort version star wars) est annonce, sinon....

n'hésite pas a posté des infos...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Portant les reformes que Poutine propose étais ce que demandais ,une partie de l'elite moscovite et occidental  ,la seule inconnu est Poutine ce que lui fera après ,titre honorifique ,Guide,retraité ...

Mais ce plaindre que la Poutine propose rien d'autre qu'une explosion démocratique montre bien d'ou vient la propagande ,au lieu de félicité parce-que c'est la Russie et parce-que c'est Poutine  ont insinue,ont inventes, ont insultes ,l'occident est bien dans une phase de déliquescence avancé rongé par le déni aveugle de l'arrogance ,engloutie par un sentiment de supériorité et surtout apeuré d’être déclassé 

meme les médias américains ce sont montré plus intelligent que les médias français  quand tu tombe sur un article de cnn qui félicite Poutine c'est déja une victoire 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/01/2020 à 00:52, rogue0 a dit :

Il ne touche pas à la limitation constitutionnelle qui l'empêcherait de dépasser les 2 mandats consécutifs (du moins pas encore)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.zeit.de/politik/ausland/2020-01/wladimir-putin-russland-veroeffentlichung-dokumente-zweiter-weltkrieg (19 janvier 2020)

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé que les documents d'archives sur la Seconde Guerre mondiale seront mis à la disposition d'un large public. Un centre ouvert au public et un site Internet devraient à l'avenir lutter contre les tentatives de falsification de l'histoire, a déclaré M. Poutine à Saint-Pétersbourg. Là, le Président a rappelé l'anniversaire de la percée du blocus de Leningrad et a rencontré des vétérans. La Wehrmacht allemande avait assiégé Saint-Pétersbourg, alors appelée Leningrad, pendant la Seconde Guerre mondiale de 1941 à 1944.

" Nous allons fermer la bouche de ceux qui tentent de réécrire l'histoire (...) et déprécier le rôle de nos pères et de nos grands-pères, nos héros qui sont morts pour protéger leur patrie et pratiquement le monde entier de la peste brune ", a déclaré Poutine à l'agence de presse d'Etat Tass. Certains responsables à l'étranger n'ont pas pu se taire, a dit le président. Ils remettaient en question le rôle de l'ex-Union soviétique dans la libération du fascisme hitlérien.

Auparavant, la Pologne, la Lituanie et la Lettonie avaient protesté contre le fait que Poutine et d'autres politiciens russes de haut rang avaient tenté de relativiser le Pacte Molotov-Ribbentrop et de blâmer la Pologne pour le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Entre autres, Poutine avait qualifié l'ambassadeur de Pologne à Berlin de 1933 à 1939, Józef Lipski, de "porc antisémite". Le traité de non-agression germano-soviétique, le pacte Hitler-Staline, a divisé la Pologne, les États baltes et la Finlande entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique. La Wehrmacht allemande envahit la Pologne le 1er septembre 1939, et les troupes de Staline marchèrent dans l'est du pays une bonne quinzaine de jours plus tard. La Pologne veut interdire à la Russie de réinterpréter ce début de Seconde Guerre mondiale avec une loi. La Pologne a déjà convoqué l'ambassadeur russe dans le cadre de ce différend historique.

Le 9 mai, la Russie célèbre le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la victoire de l'Union soviétique avec un grand défilé militaire à Moscou. Le jour de l'anniversaire, il y aura également un paiement unique de 75 000 roubles (environ 1 100 euros) pour tous les vétérans, a annoncé Poutine. Lors de la commémoration à Saint-Pétersbourg, il a également fait l'éloge de l'État d'Israël, qui préserve la mémoire de l'Holocauste - le génocide des Juifs.

Le président russe prononcera également un discours jeudi au mémorial de l'Holocauste au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. Lors de sa visite dans la capitale israélienne, il inaugurera également un mémorial au blocus de Leningrad dans le parc Sacher. Le blocus de 900 jours est considéré comme l'un des plus graves crimes contre l'humanité de la Wehrmacht allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. L'ordre d'Adolf Hitler était d'anéantir la ville en affamant systématiquement ses habitants. Plus d'un million de personnes sont mortes à cette époque de la faim, du froid et de la maladie ainsi que des bombardements et des combats autour de Leningrad. Le blocus a été brisé par l'Armée rouge le 18 janvier 1944 et a pris fin le 27 janvier.

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, collectionneur a dit :

Tentative de falsification de l'Histoire... :blink: Ce Poutine est un comique qui s'ignore :laugh:

C'est surtout son incapacité à contrôler la communication en dehors de son pays qui l'agace. De toute façon la deuxième guerre mondiale made in Poutine c'est la Russie gagnante qui s'est sacrifiée pour nous sauver, les américains et tous les autres n'ont servis à rien et surtout la guerre commence en 1941, pas avant!

  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

ah bon l'invasion des sudète c'etais apres l'invasion de la Pologne ,c'est bien l'Occident qui réécrit l'histoire ,la seconde guerre mondiale debut avec l'invasion des sudètes qui doute sur ce point est un bien gros nigaud 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ceci dit, et sans que cela n'excuse en rien l'attitude russe, il me semble bien que la Pologne de l'entre deux guerre n'était pas forcément exempte de tout reproche. Son martyre rend tout examen objectif rétrospectif difficile certes...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Jésus a dit :

C'est surtout son incapacité à contrôler la communication en dehors de son pays qui l'agace. De toute façon la deuxième guerre mondiale made in Poutine c'est la Russie gagnante qui s'est sacrifiée pour nous sauver, les américains et tous les autres n'ont servis à rien et surtout la guerre commence en 1941, pas avant!

pour certains elle a même commencé en 1936... une certaines guerre d'espagne...

mais c'est vrai que pour le communistes français, elle commence en 1941

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Wallaby a dit :

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé que les documents d'archives sur la Seconde Guerre mondiale seront mis à la disposition d'un large public. Un centre ouvert au public et un site Internet devraient à l'avenir lutter contre les tentatives de falsification de l'histoire, a déclaré M. Poutine à Saint-Pétersbourg.

Connait-on l'adresse de ce site internet ? J'imagine que ça sera disponible dans d'autres langues que le russe.

Pour l'URSS, j'aurai tendance à placer le début de leur guerre mondiale en Finlande (30 nov 1939). D'ailleurs, cette agression soviétique est toujours considérée comme une guerre défensive en Russie actuelle... Perspective qui a d'ailleurs été fabriquée après l'échec de l'URSS d'installer un gouvernement provisoire de transition à Terijoki (avec leur marionnette finlandaise Otto Ville Kuusinen à leur tête) et qui est restée telle quelle jusqu'à nos jours, avec quelques timides remises en question avant l'arrivée de Poutine, qui a éteint ces initiatives révisionnistes dans le but de solidifier l'histoire de la Russie post-URSS.

Edited by Armfelt
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, collectionneur a dit :

Tentative de falsification de l'Histoire... :blink: Ce Poutine est un comique qui s'ignore :laugh:

Révélation

 

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Armfelt a dit :

Connait-on l'adresse de ce site internet ? J'imagine que ça sera disponible dans d'autres langues que le russe.

Pour l'URSS, j'aurai tendance à placer le début de leur guerre mondiale en Finlande (30 nov 1939). D'ailleurs, cette agression soviétique est toujours considérée comme une guerre défensive en Russie actuelle... Perspective qui a d'ailleurs été fabriquée après l'échec de l'URSS d'installer un gouvernement provisoire de transition à Terijoki (avec leur marionnette finlandaise Otto Ville Kuusinen à leur tête) et qui est restée telle quelle jusqu'à nos jours, avec quelques timides remises en question avant l'arrivée de Poutine, qui a éteint ces initiatives révisionnistes dans le but de solidifier l'histoire de la Russie post-URSS.

C'était clairement une guerre offensive, mais avec un but défensif, on a pus voir lors du siège de Leningrad a qu'elle point le front de Finlande fut une plaie pour l'URSS

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parmi les déclencheurs de la résolution russe, la résolution du parlement européen du 19 septembre 2019 :

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/11/RIMBERT/60955 (novembre 2019)

Le Parlement européen « se dit préoccupé par le fait que des symboles de régimes totalitaires continuent à être utilisés dans les espaces publics et à des fins commerciales ». Faut-il, pour le tranquilliser, rebaptiser la place de la Bataille-de-Stalingrad, à Paris, « place du Marché commun », ou, comme en Hongrie, tenter d’interdire une marque de bière dont l’étiquette porte une étoile rouge ?

La résolution ne s’en tient pas à ce révisionnisme rudimentaire. « La seconde guerre mondiale, y lit-on aussi, a été déclenchée comme conséquence immédiate du tristement célèbre pacte de non-agression germano-soviétique du 23 août 1939. » Habituellement, les historiens attribuent la responsabilité du conflit à l’expansionnisme belliqueux de l’Allemagne nazie (1). Brûlant d’y associer l’Union soviétique, la résolution du Parlement de Strasbourg oblitère à dessein un autre épisode, moralement tout aussi embarrassant, mais qui implique cette fois d’irréprochables démocraties européennes : les accords signés à Munich en septembre 1938, à l’issue desquels la France et le Royaume-Uni autorisent Adolf Hitler à envahir les Sudètes, une région de la Tchécoslovaquie.

Hasard du calendrier, l’historien de la seconde guerre mondiale Christopher Browning rendait compte au même moment de l’état le plus avancé de la recherche sur cet événement (2). Il montre à quel point les démocraties, par volonté d’apaiser Hitler, l’enhardirent, le renforcèrent, et provoquèrent la guerre. « En 1938, l’Allemagne n’avait ni la marge de supériorité nécessaire pour remporter une victoire rapide ni la capacité de mener une guerre longue. » Or la Tchécoslovaquie, bien équipée, était alliée à la France et à l’URSS. Son annexion sans combat représenta pour les nazis une double aubaine. « L’industrie militaire tchèque réquisitionnée produisit un tiers des nouveaux modèles III et IV de chars d’assaut, cruciaux dans la victoire allemande en Pologne puis en France. » La capitulation de Munich porta également un coup aux opposants allemands du Führer. « Un groupe de conspirateurs antihitlériens projetait de renverser le dictateur sitôt qu’il partirait en guerre contre la Tchécoslovaquie. L’abjecte reddition de Chamberlain [Arthur Neville Chamberlain, le premier ministre britannique] à Munich a dérobé le tapis sous leurs pieds et donné à Hitler la victoire sans effusion de sang qui consolida sa position. »

Mais foin de ces recherches, puisque, désormais, ce sont des parlementaires européens qui écrivent l’histoire.

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/10/19/le-parlement-europeen-a-t-il-reecrit-l-histoire-de-la-seconde-guerre-mondiale_6016173_4355770.html (19 octobre 2019)

Plusieurs critiques ont été formulées à l’encontre du texte adopté par les eurodéputés. Tout d’abord, le fait qu’il vise à « mettre un trait d’égalité entre communisme et nazisme », a dénoncé le 26 septembre, le directeur du journal L’Humanité, Patrick Le Hyaric, dans un éditorial.

L’ancien eurodéputé communiste s’insurge également contre le fait que la signature du pacte germano-soviétique en 1939 y soit « obsessionnellement désignée comme cause principale du déclenchement de la seconde guerre mondiale ». Un « grossier raccourci historique » et une « bouillie antirusse » qui passe sous silence, selon lui, « tout le faisceau de causes mobilisées par des générations d’historiens pour tenter d’expliquer le déclenchement de la seconde guerre mondiale ».

Au-delà des contestations factuelles, c’est plus largement l’idée que le Parlement européen se penche sur l’Histoire qui est en cause. « Non à une Histoire officielle », s’indigne ainsi un collectif d’académiques, d’intellectuels et d’artistes dans La Libre Belgique.

Les deux historiennes [Wieviorka Cœuré] et  n’en jugent pas moins le texte du Parlement européen critiquable sur le fond. « Il est ambigu, car il ne prend pas le soin de dire que ce n’est pas aux parlementaires d’écrire l’Histoire », ajoute Sophie Cœuré. Pour elles, il pèche également par manque de contexte historique, tant sur les racines du conflit que sur le rôle joué par la suite par l’Union soviétique dans la chute du régime nazi ou le prix qu’elle a payé dans le conflit.

De même, certaines critiques reprochent aux eurodéputés de vouloir induire une équivalence entre l’Allemagne nazie et le pouvoir stalinien. L’emploi du terme « totalitaire » pour qualifier les deux régimes est justifié mais, s’« il est évident que les régimes ont des points communs, on ne peut pas dire pour autant qu’ils sont jumeaux », nuance Annette Wieviorka. 

Si les eurodéputés ont largement voté ce texte en septembre, il est intéressant de noter qu’il émanait principalement d’élus de pays de l’Est.

La porte-parole du ministère des affaires étrangères russe, Maria Zakharova, a qualifié le texte d’« amas d’affirmations révisionnistes », estimant que ses affirmations sur le pacte germano-soviétique n’ont « aucun rapport avec les faits historiques ».

Pourtant, en 2009, Vladimir Poutine avait jugé « les pactes conclus avec les nazis entre 1934 et 1939 de “moralement inacceptables” », visant à la fois l’accord Molotov-Ribbentrop, mais aussi le pacte de non-agression signé entre la Pologne et l’Allemagne en 1934 et les accords de Munich signés en 1938 entre la France, le Royaume-Uni et le régime nazi. Mais la ligne officielle du Kremlin s’est clairement durcie depuis. En 2015, par exemple, le président russe justifiait la signature de l’accord en ces termes : « Lorsque l’URSS a réalisé qu’on l’avait laissée toute seule face à l’Allemagne de Hitler, [Staline] a pris des mesures visant à éviter un affrontement direct, et le pacte Molotov-Ribbentrop a été signé. »

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a une certaine "équivalence" entre les horreur d'Hitler et celle de Staline (qui fit bien pire conte sa population) mais ce dernier à eu un rôle clé dans la défaite des Bôches (9 mio de morts allemands sur 12 mio au total sont le fait de l'URSS)

Share this post


Link to post
Share on other sites

« Lorsque l’URSS a réalisé qu’on l’avait laissée toute seule face à l’Allemagne de Hitler, [Staline] a pris des mesures visant à éviter un affrontement direct, et le pacte Molotov-Ribbentrop a été signé. »

 

On me souffle qu'au fond de la salle la Pologne et la Finlande ont une lecture différente du pacte sus-nommé.

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/01/2018 à 01:39, Alexis a dit :

http://www.air-defense.net/forum/topic/17323-politique-étrangère-du-royaume-uni/?do=findComment&comment=1114240

S'agissant des sources d'inspiration intellectuelles du président russe, il cite parfois Nicolas Berdiaev, philosophe représentatif de l' "existentialisme chrétien". 

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/05/08/31002-20150508ARTFIG00166-dans-la-tete-de-vladimir-poutine.php (8 mai 2015)

Reste la question, pour Eltchaninoff, de Dostoievski, difficilement réductible à une seule idéologie, mais aussi et surtout du grand philosophe chrétien russe Nicolas Berdiaev (1874 - 1948). Poutine l'évoque dans son adresse à l'Assemblée fédérale de 2013: « En utilisant les mots de Nicolas Berdiaev, le sens du conservatisme n'est pas d'empêcher le mouvement vers l'avant et vers le haut, mais d'empêcher le mouvement vers l'arrière et vers le bas, vers l'obscurité du chaos, le retour à la situation initiale ». Poutine ira même jusqu'à envoyer certains de ses ouvrages aux hauts fonctionnaires et aux cadres du parti Russie unie… Le problème, note Michel Eltchaninoff, est que l'héritage de Berdiaev est également réclamé par les opposants de Poutine, y compris… les Pussy Riot! Car il y a au cœur de la pensée de Berdiaev la notion de «liberté» qui précède tout autre principe. Une véritable bataille idéologique se joue donc aujourd'hui autour de Berdiaev en Russie.

Vladimir Poutine est un personnage complexe, ambivalent, à l'inclination autoritaire incontestable mais qui ne peut se réduire à cette seule caricature. Emmanuel Carrère a parfaitement résumé cette ambivalence dans Limonov: « Je pense que Poutine est un homme d'Etat de grande envergure et que sa popularité ne tient pas seulement à ce que les gens sont décervelés par des médias aux ordres. Il y a autre chose. Poutine répète sur tous les tons quelque chose que les Russes ont absolument besoin d'entendre et qui peut se résumer ainsi: ‘On n'a pas le droit de dire à 150 millions de personnes que soixante-dix ans de leur vie, de la vie de leurs parents et de leurs grands-parents, que ce à quoi ils ont cru, ce pour quoi ils se sont battus et sacrifiés, l'air même qu'ils respiraient, tout cela était de la merde' ».

  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, Fanch a dit :

On me souffle qu'au fond de la salle la Pologne et la Finlande ont une lecture différente du pacte sus-nommé.

Ce en quoi Poutine n'a pas totalement tort, c'est que ni la France ni le Royaume-Uni ne voulaient signer quoi que ce soit avec les Soviétiques (on reparle de la mission Doumenc-Drax ?) et que la Pologne a joué l'équilibriste avec Hitler jusqu'à la fin. Pour les Finlandais, c'est autre chose mais jamais Staline n'a eu dans l'idée (revendiquée ou plus ou moins affirmée) de prendre toute la Finlande. Même si ça peut paraître étrange.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,445
    Total Members
    1,550
    Most Online
    RAFMAN
    Newest Member
    RAFMAN
    Joined
  • Forum Statistics

    20,780
    Total Topics
    1,272,914
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries