Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

il y a 40 minutes, Kiriyama a dit :

Mais est-ce que c'est seulement légal ? Une ambassade et un consulat sont techniquement un territoire américain, et par conséquent la loi russe ne s'y applique pas.

@Jésus

Il me semble que si l'URSS se rapproche de l'Allemagne nazie, c'est parce que justement elle avait été isolée par les puissances occidentales (États-Unis, Angleterre...) et qu'elle avait besoin de l'alliance avec une puissance industrielle pour l'aider à se développer. 

 

C'est surtout que par principe les Russes n'ont pas pour habitude de se mêler de la politique intérieure des autres, surtout s'ils sont géographiquement éloignés, ce dont l'Occident ferait bien de s'inspirer.

En revanche l'Ukraine fait historiquement, culturellement et démographiquement partie du monde russe.

 

Pour le personnel, oui. C'est du personnel civil local qui travaille pour les représentations diplomatiques mais n'a pas de statut diplomatique. Ils n'ont pas de protection liée à la convention de Genève. Ceci dit, ce n'est pas la première fois que les Russes utilisent cette méthode. Ça avait déjà été fait sous Brejnev ce me semble. 

Pour le pacte germano-soviétique et sans oublier que le régime stalinien était très sale, oui. On oublie trop souvent que Staline, bien que prêt à se vendre au plus offrant, a passé des mois à attendre que l'Ouest lui tende la main. Ce que ni Londres ni Paris n'ont fait. Pas sûr que la suite eut été plus rose pour les Polonais ceci dit.

Pour le dernier point... disons que si tu dis ça à des habitants de l'Asie centrale ou des pays baltes, tu vas te prendre des canettes dans les parties molles. :happy:

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Snapcoke a dit :

Ce qui est l'inverse de sévir !

Ah, merci explication, moi étranger, moi pas savoir bien parler français.

(si on ne peut plus capter le deuxième degré, il vaut mieux causer anglais)

Edited by Zalmox
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, Jésus a dit :

Aujourd'hui, les russes craignent une réponse des américains, une réponse qui a été annoncé par Biden (dans l'ombre et dans la lumière) pour diverses actions que les russes se sont permis de faire. Alors certes Biden va faire logiquement et en premier lieu une année de lutte contre le covid et plan de relance. L'économie américaine affiche une insolente croissante et pourrait très vite conforter la maison blanche et la réorienter sur l'extérieur (car là aussi, Biden l'a dit, "america is back"). Les russes s'attendent à un retour de bâton d'autant plus que chez eux, la situation ne va pas si bien même si dans le discours officiel, tout va bien, tout s'améliore.

Ah bon?

Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, Jésus a dit :

On cherche à dégager les gens qui comprennent le russe et les russes, peur qu'ils ne ramènent des informations mais toujours aucunes remise en question de la politique menée par le Kremlin.

Car dans le discours russe, le problème c'est toujours les sanctions, se plaçant en "victime" d'une volonté étrangère d'affaiblir, d'agresser, d'encercler (etc...) le pays quand on ne tombe pas dans du complotisme. Jamais, non jamais ils ne vont porter le débat sur les causes des sanctions et du pourquoi ça continue, tellement ils sont dans leur propre logique ou l'annexion de la Crimée ne se discute pas et n'est plus un problème, que les actions dans le cyberespace ce n'est pas eux. C'est un peu comme pour la seconde guerre mondiale, on a l'impression que tout commence en 1941 par une agression nazi et se termine par leur victoire en 1945. Et quand on va leur expliquer le pacte germano-soviétique et ou les militaires allemands et russes se sont serrés la main au milieu d'une Pologne envahie des deux côtés, ah non pas bien. Eux qui ont libérés l'Europe du joug nazi mais qui étrangement ne comprennent pas pourquoi ces pays qu'ils pensent libérés ne les aiment pas, sans doute que le terme "libéré" ne colle pas avec la réalité, celle ou ils sont passés d'un occupant nazi temporaire à un occupant soviétique imposant son communisme sur des décennies.

Et aujourd'hui quand ils continuent à évoquer les nazis d'Ukraine pour en faire un paria dangereux contre lequel on cherche à légitimer l'usage de la force, on se dit qu'on nage vraiment en plein milieu de la pensée révisionniste soviétique qui a été martelé à la population. Car c'est d'autant plus ridicule qu'en Russie, il y a de nombreux extrémistes néonazis et que beaucoup ne sont pas ennemis de Poutine, que de nombreux extrémistes nationalistes qui sont traités de nazis en Ukraine sont aussi largement soutenu par la Russie ailleurs en Europe. Car pour la Russie il y a d'un côté les méchants nazis qui ont comme dessein nationaliste de contrer l'influence russe, de l'autre les bons néonazis qui ont pour dessein nationaliste de contrer l'influence américaine et de l'UE. Pour l'Ukraine on mettra tous les nationalistes dans le sac des néonazis, ailleurs en Europe on fera semblant de ne pas les voir ou comprendre qu'on défend pleinement leurs idéaux qu'on va alimenter sur les réseaux sociaux et les médias russes destinés aux étrangers sans craindre que les plus extrémistes finissent par s'imposer. Je vous le dis, si demain en France on verrait un parti néonazi pire qu'Hitler se mettre en place et dont la politique tendrait à se porter contre les américains et le reste des européens, les russes lui donnera la main et n'y verra pas la moindre goutte de nazisme, qu'on déporte des millions d'étrangers, qu'on va interdire aux musulmans l'accès à la fonction publique et à certains lieux public pour dira t-on se prémunir du terrorisme, qu'on brûle toutes les mosquées, les russes ne moufteront pas. Par contre si en Ukraine, on va déboulonner une statue de Staline ou qu'on recherche une identité ukrainienne moins liée à la Russie, on va avoir le sentiment d'une épuration ethnique avec le retour des nazis et toute la machine médiatique et des trolls vont le marteler partout pour que ça rentre bien dans la tête.

Aujourd'hui, les russes craignent une réponse des américains, une réponse qui a été annoncé par Biden (dans l'ombre et dans la lumière) pour diverses actions que les russes se sont permis de faire. Alors certes Biden va faire logiquement et en premier lieu une année de lutte contre le covid et plan de relance. L'économie américaine affiche une insolente croissante et pourrait très vite conforter la maison blanche et la réorienter sur l'extérieur (car là aussi, Biden l'a dit, "america is back"). Les russes s'attendent à un retour de bâton d'autant plus que chez eux, la situation ne va pas si bien même si dans le discours officiel, tout va bien, tout s'améliore.

 

 Excusez moi de contredire, je ne vois pas en quoi la russie craint biden , au contraire, malgrès les menaces de joe biden ( et qu'il a appelé poutine tueur) ils continue de hacker les autres pays, de faire de l'espionnage, de menacer l'ukraine, de réprimer les opposants  etc ..... .   A la limite , ils s'en fichent de biden .   Vous allez un peu vite en besogne , je ne crois pas que les russes craignent biden ( vu tout se qui se passe , en action des russes )  . J'ai vraiment du mal à avaler cela !  ( dans l'ombre comme la lumière ! ) 

Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas pourquoi vous vous étonnez - et même argumentez ! - face à un formeur dont la prose sous la forme de tartines indigestes, est maintenant bien connu pour être purement à charge à chaque fois qu'il s'agit de la Russie (et d'un certain nombre d'autres pays).

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

J'ai l'impression que Jésus fantasme un poil la Russie, comme si les Russes n'étaient pas capable de comprendre l'objet des sanctions.

La vérité est simplement qu'il n'interprète pas les choses de la même manière.

Si on prend la Crimée, les Russes estimes qu'ils récupèrent quelques choses qui leurs appartient.

Sans compter que 40% du reste de l'Ukraine s'identifie comme Russes.

Nous on part du principe qu'ils envahissent un pays voisin, j'ai plutôt l'impression que les frontières ce redéfinissent, après 25 d'écroulements

Sans discontinuer de l'urss...

 

On devrait peut être ce remettre dans leurs contexte, n'avions nous pas aussi raisons de récupéré l'Alsace et la Lorraine ?!?!

 

 

 

 

 

  • Upvote 4
Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Snapcoke a dit :

Si on prend la Crimée, les Russes estimes qu'ils récupèrent quelques choses qui leurs appartient.

Et le principe de l'intangibilité des frontières, hein ?

(enfin, les Serbes étaient des méchants, ça compte pas)

  • Like 1
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Zalmox a dit :

Et le principe de l'intangibilité des frontières, hein ?

(enfin, les Serbes étaient des méchants, ça compte pas)

Serbie, comme tu l'a dit.

Soudan. 

Israël.

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Snapcoke a dit :

On devrait peut être ce remettre dans leurs contexte, n'avions nous pas aussi raisons de récupéré l'Alsace et la Lorraine ?!?!

Comparaison n'est pas raison, et celle-ci est un poil hors-contexte pour le coup. D'ailleurs d'aucun te diraient que les "français" souhaitant libérer "l'Alsace" et ses habitants, dans cette métaphore histoirique, sont plus les ukrainiens que les russes, mais c'est là aussi à nuancer.

 

Link to post
Share on other sites

La seule solution serait un référendum. D'ailleurs je pense que cela a été une terrible erreur de la Russie que de ne pas organiser un référendum immédiatement après la prise de la Crimée, sous contrôle international. Je n'ai guère de doute sur le fait qu'ils auraient gagné haut la main et coupé l'herbe sous le pied de tout le monde...

Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, gustave a dit :

La seule solution serait un référendum. D'ailleurs je pense que cela a été une terrible erreur de la Russie que de ne pas organiser un référendum immédiatement après la prise de la Crimée, sous contrôle international. Je n'ai guère de doute sur le fait qu'ils auraient gagné haut la main et coupé l'herbe sous le pied de tout le monde...

Mais ils ont fait un référendum...

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

 

lls ont fait plutôt un pseudo-referendum qui n'était pas très régulier si on veut employer un euphémisme...

Un referendum ça s'organise. Surtout quand ils ont trait à l'indépendance ou au rattachement à un autre pays, ça prend souvent des années quand il y a "litige". Rien que le recensement est souvent un chemin de croix.

Mais ça n'aurait pas été possible non plus, vu que qu'internationalement ça ne serait pas passé et que l'ONU n'aurait pas apporté son accords/soutient à la démarche.

Ce qui m'étonne moi, c'est que les Russes n'aient pas invoqué le referendum des criméens au lendemain de la chute de l'URSS comme base juridique à leur annexion.

Je soupçonne aussi Moscou qu'en plus d'une opération pour prouver le soutient populaire, il s'agit aussi de ne pas vouloir donner l'exemple d'une élection trop fonctionnelle, histoire de ne pas donner des idées en interne...

Edited by Shorr kan
  • Upvote 3
Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Kiriyama a dit :

Sympa la police russe.

 

Bas c'est assez sein comme réaction :biggrin:

Un type te fait une queue de poisson descend et frappe a ta portière, le policier lui montre avec sérieux que

beaucoup respect l'insigne, tous respect l'arme.

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites

Après, je ne sais pas pourquoi le type à la BMW fait une queue de poisson. Il s'est passé quelque chose avant ?

En tout cas, j'avais toujours entendu qu'il fallait éviter de s'embrouiller avec les personnes qui sont dans des Mercedes G en Russie (les Gelik), car elles sont soit aux forces de l'ordre, soit des mafieux (ou ce qui en reste) ou à des oligarques.

Link to post
Share on other sites
Le 01/08/2021 à 23:47, Shorr kan a dit :

lls ont fait plutôt un pseudo-referendum qui n'était pas très régulier si on veut employer un euphémisme...

Un referendum ça s'organise. Surtout quand ils ont trait à l'indépendance ou au rattachement à un autre pays, ça prend souvent des années quand il y a "litige". Rien que le recensement est souvent un chemin de croix.

Mais ça n'aurait pas été possible non plus, vu que qu'internationalement ça ne serait pas passé et que l'ONU n'aurait pas apporté son accords/soutient à la démarche.

Ce qui m'étonne moi, c'est que les Russes n'aient pas invoqué le referendum des criméens au lendemain de la chute de l'URSS comme base juridique à leur annexion.

Je soupçonne aussi Moscou qu'en plus d'une opération pour prouver le soutient populaire, il s'agit aussi de ne pas vouloir donner l'exemple d'une élection trop fonctionnelle, histoire de ne pas donner des idées en interne...

Dans le cadre d'un règlement du "litige", la Russie pourrait proposer ou accepter qu'un référendum soit refait, dans les normes (ce qui nécessiterait de bien les définir, mais les diplomates sont là pour ça).
S'il faut l'appeler "consultation populaire de discernement", pourquoi pas.

---

Sinon, ça brûle en Sibérie, et ça mouille dans le sud du pays :

La Fédération de Russie est actuellement confrontée à des feux de forêts dévastateurs en Sibérie ainsi qu'à des inondations dans le sud du pays. « L’ampleur et la nature des catastrophes naturelles dans certaines régions est absolument sans précédent », a déclaré le président lors d'une réunion retransmise à la télévision. Vladimir Poutine appelle le gouvernement à agir « rapidement et efficacement » face aux problèmes écologiques : « Tout cela montre encore une fois à quel point il est important de nous engager de manière profonde et systématique à l'avenir dans le programme climatique et environnemental », a ajouté le numéro un russe.

J'ai l'impression que, là-bas aussi, l'humeur face à l'urgence climatique change (un éditorialiste très conservateur US, Georges F. Will, vient d'affirmer négligemment comme une évidence la réalité du changement climatique par exemple). Il serait temps de prendre date et de définir, à l'échelle mondiale, que le temps n'est plus à la reprise de la course aux armements, mais au contraire à une bascule de ces dépenses largement improductives vers de la R&D, des investissements, des dépenses visant à assurer la baisse drastique des émissions et la mobilisation des énergies pour sauver ce qui peut l'être.

Un sujet de conversation avec Poutine peut-être ?

  • Like 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

Il serait temps de prendre date et de définir, à l'échelle mondiale, que le temps n'est plus à la reprise de la course aux armements, mais au contraire à une bascule de ces dépenses largement improductives vers de la R&D, des investissements, des dépenses visant à assurer la baisse drastique des émissions et la mobilisation des énergies pour sauver ce qui peut l'être.

avec de l'armement, on peut toujours allez prendre chez son voisin ce qui nous manque, ce qui permet à nos modes de vie de conserver un statu quo, certes illusoire, au yeux de la population.

 

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, rendbo a dit :

avec de l'armement, on peut toujours allez prendre chez son voisin ce qui nous manque, ce qui permet à nos modes de vie de conserver un statu quo, certes illusoire, au yeux de la population.

Certains peuvent y penser, mais ça n'apportera ni l'eau ni la modérations des éléments climatiques.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Incendies en Russie, l'une des causes du discours de Poutine sur le dérèglement climatique :

17,08 millions d’hectares précisément, selon Greenpeace, soit davantage que l’ensemble des territoires ravagés cet été par les flammes sur le reste de la planète. Pour la première fois, des cendres ont même atteint le pôle Nord.

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, collectionneur a dit :

17,08 millions d’hectares précisément, selon Greenpeace, soit davantage que l’ensemble des territoires ravagés cet été par les flammes sur le reste de la planète. Pour la première fois, des cendres ont même atteint le pôle Nord.

Et il a plus sur le sommet du Groenland. Comme une odeur de rétroaction positive généralisée avec accélération des dérives par rapport aux valeurs historiques.
Je serais curieux de connaître les estimations d'équivalent CO2 (par rapport au productions d'origine humaines) produit tous ces feux, la non-captation de carbone par la végétation cramée et les sols à nu, le permafrost qui fond, etc... Ca va chauffer, au propre comme au figuré.

  • Sad 1
Link to post
Share on other sites
12 minutes ago, Boule75 said:

Et il a plus sur le sommet du Groenland. Comme une odeur de rétroaction positive généralisée avec accélération des dérives par rapport aux valeurs historiques.
Je serais curieux de connaître les estimations d'équivalent CO2 (par rapport au productions d'origine humaines) produit tous ces feux, la non-captation de carbone par la végétation cramée et les sols à nu, le permafrost qui fond, etc... Ca va chauffer, au propre comme au figuré.

C'est assez compliqué à appréhender les feux de forets à l'échelle mondiale ... l'année dernière par exemple ils étaient en recul.

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/climat-les-incendies-de-foret-polluent-de-moins-en-moins-la-planete-1274256

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Gorbatchev - En aparté | ARTE

Trente ans après la chute de l'URSS, une fascinante immersion dans l'intimité de son ultime dirigeant, Mikhaïl Gorbatchev, qui échoua à sauver l'empire en le démocratisant. Plus existentiel que politique, le testament d'un nonagénaire combatif malgré la maladie et la solitude.

Comme son visage devenu lunaire, son corps épuisé, gonflé par le diabète, est méconnaissable, mais sur le crâne lisse, la fameuse tache de naissance de celui que le monde, de sa prise du pouvoir, en 1985, à sa démission après la chute de l'URSS, en 1991, a célébré comme un libérateur, reste bien visible. À 90 ans, l'ultime dirigeant de l'empire, qui "a lutté jusqu'au bout", mais en vain, pour sauver sa "patrie soviétique" en la démocratisant, vit retiré à proximité de Moscou, dans une vaste et belle villa prêtée par l’État russe. Entouré d'un petit cercle de proches et d'employés, chez lui ou à la fondation qui porte son nom, et des portraits omniprésents de son épouse Raïssa, morte d'un cancer en 1999, il a laissé le réalisateur Vitaly Mansky (Poutine, l'irrésistible ascension) qu'il connaît bien et tutoie, le filmer dans son quotidien diminué, et le questionner sur son bilan historique et politique. Comment explique-t-il le ressentiment à son égard de la majorité de ses compatriotes, qui le considèrent comme le fossoyeur de l'empire ? Reconnaît-il aujourd'hui que son entreprise était vouée à l'échec ?

"Le dernier socialiste" Sur ces deux questions centrales, le dialogue contradictoire, mais affectueux, entre les deux hommes, s'avère forcément instructif, davantage par les anecdotes et commentaires savoureux distillés au passage par "Mikhaïl Sergueïevitch" que par une profession de foi dont il n'a jamais dévié, y compris deux années plus tôt, face à la caméra de Werner Herzog. Mais cette immersion dans l'intimité d'un vieil homme vaut moins pour ce testament politique parcellaire que pour le pouvoir de séduction paradoxal qu'elle révèle peu à peu. Qu'il évoque son amour pour Raïssa ou pour un grand-père passé par les geôles staliniennes, qu'il moque la "méthode Eltsine" et ses "demi-seaux de vodka", ou encore (magie du cinéma direct, qui saisit au vol cette facétie de l'histoire) qu’il perde opportunément son sonotone alors que Vladimir Poutine délivre ses vœux de Nouvel An à la télévision, Mikhaïl Gorbatchev garde la simplicité directe, l'humour et l'humanité qui le rendirent si populaire. Celui qui se définit comme "le dernier socialiste" parmi les dirigeants russes reste aussi un homo sovieticus façonné par un appareil et une doctrine qu'il se refuse à renier. Mais il apparaît d'abord comme un homme debout face à sa mort prochaine, assumant sa responsabilité passée comme sa faiblesse présente. Un fascinant portrait, diffusé trente ans presque jour pour jour après le bref putsch qui, le 19 août 1991, constitua le premier acte de sa défaite.

Documentaire de Vitaly Mansky (2020, 1h40mn)

 

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Les feux de forêts en Russie en vidéo depuis les airs :

 

 

J'ai vu passer des photos de la Yakoutie depuis l'ISS, et on voit très nettement la traînée de fumée, c'est impressionnant.

Edited by Nemo123
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,630
    Total Members
    1,550
    Most Online
    victor27
    Newest Member
    victor27
    Joined
  • Forum Statistics

    21,250
    Total Topics
    1,436,869
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...