Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Russie et dépendances.


Recommended Posts

Il y a 4 heures, collectionneur a dit :

Le nombre de ministres, haut fonctionnaires européens et même un ex chancelier allemand passant dans des groupes russes doit faire suer tout les services de contre espionnage occidentaux :sad: Toutes les procédures, rapports, secrets en tout genres qu'ils peuvent dévoiler devant une vodka de façon involontaire ou non doit être effrayant. Et encore plein plus le fait qu'ils font du ''lobbying'' pour leurs patrons parfois aux dépens des intérêts de leurs pays :dry:

Vois ça comme une opportunité!

Les américains auront moins tendance à être sympas avec l'allemagne, ce qui pourrait inciter outre-Rhin à être un peu moins stupidement aggressif vis-à-vis de la France... Enfin, ça c'est si l'opposition à la Russie est réelle. Ce qui est très probablement faux. biden ou pas biden. Voir le cas de nordstream2 qui s'est finalement fait.

Et puis avec un peu de chance les allemands achèteront des S75 checkmate plutôt que des F-35. Non je rigole. :laugh: Par contre les américains seraient peut-être moins enclins à les leur vendre, allez savoir.

Tout ce qui favorise un monde multipolaire est bon pour l'Europe! En théorie.

...Mais surtout c'est bon pour nous car ça fait diminuer la pression et ça simplifie drastiquement les équations diplomatiques.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Link to comment
Share on other sites

C'est tout le principe de payer des gens pour service rendus et de la faire publiquement: ça dissuade ceux en poste d'être trop agressifs envers la Russie de peur de passer à coté d'une montagne de pognon, et ça incite ceux qui la trouvaient déjà un peu sympathique à être encore plus amicaux. Bref, de la corruption à l'américaine, où tant que la contrepartie n'est pas explicitement exigée c'est OK.

Edited by hadriel
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Un étudiant de 19 ans qui avait uriné sur le portrait d'un vétéran de la Seconde Guerre mondiale a été condamné à quatre ans de prison, du chef de "réhabilitation du nazisme"

Un tribunal de la ville de Moscou a condamné Matvei Yufyorov, 19 ans, qui a uriné sur un stand où se trouvait un portrait du vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Anatoliy Frolov, à quatre ans de détention dans une colonie pénitentiaire à régime général. Cette décision de justice a été rapportée par le service de presse du bureau du procureur.

Le tribunal a déclaré Yuferov coupable de réhabiliter le nazisme. Selon l'enquête, dans la nuit du 25 novembre, dans l'allée de la Gloire des vétérans de la Grande Guerre patriotique, dans le quartier d'Izmailovo, un adolescent "a commis des actes insultant la mémoire des défenseurs de la Patrie" en urinant sur un stand portant le portrait d'un vétéran. Des photos du processus ont été publiées sur Instagram. Son ami Grigory Vdovets, qui a pris des photos du jeune homme près de la barre, a témoigné sur l'affaire. La victime dans cette affaire est le fils du vétéran, Sergei Frolov, 69 ans. Il n'a pas demandé d'indemnisation pour le préjudice moral.

Le jeune homme a plaidé non coupable. Lors du procès, il a déclaré s'être repenti et ne pas partager les croyances nazies.

"Je sais que cet acte est tellement stupide et immoral qu'il me rend malade de l'intérieur quand je le regarde. J'ai mal au ventre. Je sais qu'il n'y a pas de pardon pour cela, mais je vous prie de me pardonner", aurait-il déclaré selon RBC.

Le bureau du procureur a demandé la peine maximale prévue par l'article, soit cinq ans de prison, mais le tribunal lui en a finalement accordé quatre. Matvey a également été interdit de publier toute information sur Internet pendant cinq ans.

Ambiance, ambiance :sad: ...

Edited by Alexis
Link to comment
Share on other sites

https://www.bbc.com/russian/news-59743209 (24 décembre 2021)

L'article sur la réhabilitation du nazisme (354.1 du code pénal) a été durci en avril 2021, peu après le procès d'Alexei Navalny pour diffamation envers le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Ignat Artemenko. Elle prévoit notamment la responsabilité en cas d'"humiliation de l'honneur et de la dignité d'un ancien combattant" dans les médias ou sur Internet.

La veille, on a appris que des agents du département de Smolensk du FSB ont arrêté Alexei Chervyakov, un résident de Safonovo. Le département régional du Comité d'enquête de la Fédération de Russie a déclaré qu'une affaire relevant de la partie 4 de l'article 354.1 du Code pénal de la Fédération de Russie (le même article que celui contre Yufeirov) avait été ouverte.

Selon l'enquête, le suspect "dans l'une des communautés Internet" a diffusé des informations "exprimant un manque de respect évident envers la société" sur les jours de gloire militaire de la Russie liés à la défense de la patrie et des informations humiliant l'honneur et la dignité de l'un des vétérans. Cela a été découvert "sur la base des résultats de la surveillance des médias".

La raison de la détention était les commentaires de Chervyakov sur un post de réseau social dans le groupe "overhearing Smolensk", qui faisait référence au fait que des graffitis avec le portrait d'un vétéran artilleur vont apparaître sur la façade d'une école à Smolensk, rapporte "Kommersant". Selon le journal, M. Chervyakov s'est impoliment interrogé sur l'utilité d'une telle image pour l'école, puis, dans le cadre d'une dispute avec d'autres utilisateurs, a "grossièrement modifié" les mots "héros" et "vétéran" (il a également critiqué le gouvernement russe et exprimé l'opinion que le "culte de la guerre" dans le pays est nuisible).

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Franchement, on peut détester Poutine, son clan et ce qu'ils représentent, leur utilisation abusive, à leur bénéfice, de la mémoire des anciens combattants et le faire savoir mais s'attaquer à ces mêmes anciens combattants pour faire passer ce message est aussi abjecte.

Après la sanction, c'est dans la veine de la politique de Poutine et son instrumentalisation de l'information. Au final, ils lui rendent service à agir sans réfléchir. :sad:

Link to comment
Share on other sites

À son âge, j'avais déjà pissé contre nombre de momuments aux morts, d'églises et de statues croisées sur mon chemin des soirs d'ivresse. Et c'est bien parce que j'ai joui de cette liberté que j'ai compris que toute liberté n'est pas bonne à exercer.

Qu'un pouvoir flingue les excès d'un mioche de 19 ans en dit long sur ce qu'il redoute: Pas de débat en société possible, pas de liberté de parole, pas de démocratie.

Edited by Phacochère
Joui
  • Confused 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 43 minutes, Phacochère a dit :

Qu'un pouvoir flingue les excès d'un mioche de 19 ans en dit long sur ce qu'il redoute: Pas de débat en société possible, pas de liberté de parole, pas de démocratie.

Les Chinois ont un proverbe "Tue le poulet pour effrayer le singe". Il s'agit d'intimider par l'exemple et d'inciter à l'auto-censure.

Voltaire quant à lui disait

En Angleterre, il est bon de tuer de temps en temps un amiral pour encourager les autres

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, loki a dit :

Tu peux  y ajouter des attaques contre les historiens remettant en cause le roman national de la Russie et de l'URSS : l'historien Nicolas werth rappelait dans un article récent les pressions (emprisonnement etc) subies par l'association mémorial notamment pour ses recherches sur les crimes du stalinisme.

Cela dit j'ai du mal à comprendre comment cette association s'est mise en situation de dépendre de dons de l'étranger ? N'aurait-il pas été plus prudent de leur part de limiter leur action à ce qu'ils peuvent faire avec un budget strictement limité à des dons de donateurs russes ?

Link to comment
Share on other sites

Le 26/12/2021 à 19:49, Alexis a dit :

C'est du vandalisme irréfléchi qui mérite sans doute quelques jours de TIG... mais en aucun cas quatre ans de prison. Et ce n'est pas une action politique.

Non mais sur la sanction disproportionnée et absurde nous sommes d'accord.

Quand aux motivations de l'individu permettez moi de douter, pisser sur un panneau de commémoration en hauteur, écrire des choses, se faire photographier et le poster, il faut le vouloir, même avec la pseudo excuse de l'alcool.

Révélation

51a8a557baa9bdac377d7831bf08a1a7-439x500

Le 26/12/2021 à 19:49, Alexis a dit :

Alexeї Tcherviakov quant à lui est juste un citoyen ordinaire excédé par le "culte de la victoire" - et il a pris une telle proportion dans la Russie contemporaine qu'on peut le comprendre. Il s'exprime sur un forum,  de manière certes impolie... et se retrouve arrêté par le FSB :blink: ! Son "crime" là encore n'est pas une action politique à proprement parler, juste d'avoir exprimé son incompréhension de manière un peu vive. En pratique

Le problème c'est que critiquer, même de manière légère la mémoire des anciens combattants et la "gloire" passée de l'Union Soviétique c'est forcement dans le registre politique tellement le sujet est sensible (presque une religion) en Russie, encore plus quand le chef se complaît dans la défense de cette mémoire eu autres valeurs "russes". Bon le gars s'en tire bien, la mode en ce moment c'est le passage par la fenêtre....

 

Le 26/12/2021 à 19:49, Alexis a dit :

C'est le crime de blasphème qui a été réintroduit en Russie :sad: ...

Déjà le cas depuis 2013. :unsure:

Citation

En juin 2013, la Douma adopte une loi prévoyant des peines pouvant atteindre 500 000 roubles d'amende et trois années de prison pour des « actes publics exprimant un irrespect vis-à-vis de la société ayant pour objectif d’offenser les sentiments religieux des croyants ».

 

Edited by Arland
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 26/12/2021 à 21:58, Phacochère a dit :

À son âge, j'avais déjà pissé contre nombre de momuments aux morts, d'églises et de statues croisées sur mon chemin des soirs d'ivresse. Et c'est bien parce que j'ai joui de cette liberté que j'ai compris que toute liberté n'est pas bonne à exercer.

C'est marrant...

Comme quoi moi j'ai pas fait cela, question d'éducation certainement.

peut être que 3 semaine de TIG t'aurais permis d'apprendre plus rapidement le respect dû à un monument au mort !

La peine que le jeune homme a reçu me désole pour lui, surtout ci c'est un bon gars, qui a fait une connerie...

Mais au moins le message est passé... on ne chie/pisse pas sur l'histoire du pays, question de principe...

  • Like 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il faut voir aussi le problème dans sa globalité, il y a une mode à faire des photos dénudées devant les églises (en médiatisé on a eu un étudiant du MGU/influenceur qui se faisait mimer une fellation sur la place rouge devant la cathédrale Basile-le-Bienheureux, la demoiselle portait une veste de la police, une influenceuse/début dans le porno qui a montré son cul devant une église à SpB) on a eu des petits malins qui se sont amusés à poster des photos de nazi lors des cérémonies en ligne de 2020 , la liste est très très longue, génération tiktok avec des influenceurs plus c** les uns que les autres, que le pouvoir essaye de contenir la tendance je trouve ça très bien. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Snapcoke a dit :

Mais au moins le message est passé... on ne chie/pisse pas sur l'histoire du pays, question de principe...

Le regard qu'on porte sur l'histoire évolue, si possible, espérons-le, en bien, en mieux. 

Donc pisser sur la statue d'un tyran, c'est faire œuvre de santé mentale.

On peut réprimer la dégradation d'un bien public, mais sans présumer de la valeur morale que représente l'épisode historique symbolisé par la statue. Donc c'est le morceau de bronze ou de marbre qu'on protège en tant que matériau, mais pas le symbole qui peut être très négatif, et que les citoyens ont le droit de penser négatif (c'est la liberté de pensée et de conscience).

Donc fabriquer sa propre statue, pisser dessus chez soi, puis mettre les images sur twitter ou sur tiktok ou tout ce que vous voulez devrait être entièrement libre.  

Le 15/05/2020 à 19:23, Wallaby a dit :

La liberté d'expression :

« Vaut non seulement pour les informations ou les idées accueillies avec faveur, ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l'Etat ou une fraction quelconque de la population. Ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l'esprit d'ouverture sans lesquels il n'y a pas de société démocratique ».

Cour Européenne des Droits de l'Homme, Royaume-Uni contre Handyside, 7 décembre 1976.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Wallaby a dit :

Donc fabriquer sa propre statue, pisser dessus chez soi, puis mettre les images sur twitter ou sur tiktok ou tout ce que vous voulez devrait être entièrement libre.  

Oui, mais ce n'ait  pas ce qu'il a fait.

Comme les types au mont Valérien,  si on les trouvent,  qu'ils prennent  2 ans de prisons ne me choquerait  pas outre-mesure.

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le problème en Russie c'est l'Histoire revisitée uniquement sur ses beaux aspects. C'est de faire la glorification de Staline comme un héro de la guerre patriotique en rappelant le nombre de russes qui se sont sacrifiés dans cette guerre mais d'oublier de préciser que la plupart des russes morts dans la 2e GM ne le sont pas au combat par exemple, en oubliant que Staline a causé plus de morts dans l'URSS que les nazis.

C'est par exemple le même comportement qui poussa l'URSS à nier jusqu'à sa fin les crimes commis contre l'élite polonaise (Katyn etc...) en l'imputant dans un récit de propagande au nazi, car l'URSS a été un sauveur des peuples. Si on croit que c'est terminé c'est faux, en Russie on continue largement de faire l'impasse sur le pacte germano-soviétique ou alors on cherche à le justifier par "la faute des autres" (comme bien souvent...). On n'aime pas rappeler la guerre contre la Finlande et cette URSS qui malmenait des pays comme l'Ukraine à qui on va trouver un soutien pour le nazisme plutôt que de se remettre en question en comprenant que pour beaucoup d'entre eux, les soviétiques étaient une plaie, pour ne pas dire un ennemi. C'est de considérer la guerre en Tchétchénie comme une lutte contre les terroristes islamistes alors que son origine est une lutte pour l'indépendance.

On sait bien que l'Histoire est écrite par le vainqueur, mais ignorer une partie de l'Histoire conduit à ne pas comprendre des réalités présentes. Ainsi les russes confortés dans leur vision idyllique de leur rôle et leurs actions dans l'Histoire vont trouver étrange de voir l'Ukraine lui tourner le dos, de voir les pays Baltes, la Finlande, la Pologne et d'autres se méfier d'eux. Ils sont tellement dans leur passé qu'on arrive très vite à ressortir la menace nazie, l'invasion, le génocide, ce qu'on pense parfois être ridicule sont pour eux un réflexe. Un pays qui tourne le dos à la Russie ne peut-être qu'un traitre non reconnaissant de tout ce que la Russie lui a apporté et un vendu à une puissance étrangère, il n'y a jamais aucune remise en question. C'est là le plus gros problème de ce pays, il a sa perspective de son idéal à lui, veut l'imposer aux autres en pensant que sa logique est une logique commune mais se retrouve à voir tout le monde dresser contre lui et là aussi ne voulant pas se remettre en question, il va dire que tous les autres ont un problème ou de mauvaises intentions contre lui, renchérissant sur le discours, la menace, les pressions et les actes hostiles.

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Jésus a dit :

C'est par exemple le même comportement qui poussa l'URSS à nier jusqu'à sa fin les crimes commis contre l'élite polonaise (Katyn etc...) en l'imputant dans un récit de propagande au nazi, car l'URSS a été un sauveur des peuples. Si on croit que c'est terminé c'est faux, en Russie on continue largement de faire l'impasse sur le pacte germano-soviétique ou alors on cherche à le justifier par "la faute des autres" (comme bien souvent...).

C'est un peu avant la fin, puisque c'est Gorbatchev qui rétablit la vérité sur Katyn :

https://de.wikipedia.org/wiki/Massaker_von_Katyn#Sowjetunion

Avec le soutien de Gorbatchev, le chef du parti soviétique favorable aux réformes, la commission bilatérale d'historiens a été créée en mai 1987. Durant l'été 1987, plusieurs courriers d'Europe occidentale ont appelé Gorbatchev à faire la lumière sur le massacre. Son conseiller en politique étrangère, Anatoli Tcherniaev, lui conseilla de faire rechercher les dossiers de Katyn dans les archives soviétiques et de "tout mettre au clair, au moins pour nous-mêmes". Gorbatchev ne réagit pas[206]. Le 22 mars 1989, le ministre soviétique des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze, le conseiller de Gorbatchev Valentin Falin et le président du KGB Vladimir Kryutschkov proposèrent au Comité central de désigner les véritables auteurs du massacre "afin de clore le débat". Car le danger grandit que la population polonaise demande également des informations sur les autres personnes assassinées, sur lesquelles on leur a jusqu'à présent refusé toute information. Un rapport interne établi à cet effet mentionnait 12.000 officiers polonais assassinés, dont seule une partie avait été tuée à Katyn.

https://de.wikipedia.org/wiki/Massaker_von_Katyn#Folgen_seit_1990

Début 1990, Jaruzelski a exigé du gouvernement soviétique qu'il reconnaisse publiquement la vérité sur Katyn. Dans le cas contraire, il ne préparerait pas davantage sa visite d'État prévue pour avril. Le 23 février, Falin a informé Gorbatchev des documents découverts par les trois historiens et de leur intention de les publier à l'été 1990. Il a considéré ces découvertes comme des preuves et a proposé de les annoncer et de les expliquer officiellement lors du prochain 50e anniversaire du massacre : Les recherches dans les archives ont révélé que l'assassinat des officiers polonais était l'œuvre du NKVD, de Beria et de Merkulow. Cela permettrait de causer le moins de dommages possible. Gorbatchev informa Jaruzelski. Mais fin février, le Politburo interdit aux trois historiens de publier leurs découvertes[213].

Natalia Lebedeva voulait publier son article La tragédie de Katyn dans l'hebdomadaire Moskovskiye Novosti. Le membre du Politburo Alexandre Yakovlev accepta d'être interviewé. Le 25 mars, elle y révéla que le NKVD était l'auteur du crime. Le Comité central envisagea donc de lui interdire toute autre publication et l'accès aux archives d'État, mais il y renonça[215].

Le 13 avril 1990, Gorbatchev remit à son invité d'État Jaruzelski deux dossiers contenant les listes de transport du NKVD depuis les camps spéciaux et fit déclarer l'agence de presse TASS : Les documents d'archives récemment découverts laissaient penser que Beria, Merkulow et leurs subordonnés étaient responsables des "atrocités commises dans la forêt de Katyn". "La partie soviétique exprime ses plus sincères condoléances pour la tragédie de Katyn et déclare qu'elle constitue l'un des crimes les plus graves du stalinisme"[216]. En octobre, Gorbatchev présenta ses excuses au peuple polonais et remit d'autres documents sur Katyn[217]. En novembre, il chargea la justice soviétique, le KGB et le ministère de l'Intérieur de rassembler des documents d'archives sur tous les prisonniers de guerre polonais sur le sol soviétique depuis 1939 et de lui rapporter les résultats.

Le 16/11/2014 à 10:37, Wallaby a dit :

http://fr.ria.ru/world/20100407/186413708.htmlhttps://fr.sputniknews.com/20100407/186413708.html (7 avril 2010)

Les crimes commis par le régime totalitaire sont injustifiables, a déclaré mercredi le chef du gouvernement russe Vladimir Poutine à Katyn où il participe avec son homologue polonais Donald Tusk à des manifestations commémoratives.

"Les répressions détruisaient des personnes, quelle que soit leur nationalité, leur religion ou leurs convictions. Des couches entières de la population en ont été victimes: cosaques, prêtres, simples paysans, professeurs et officiers, notamment des gradés de l'armée tsariste ayant opté pour l'Armée rouge, même eux n'ont pas été épargnés. Il n'y avait qu'une seule logique: semer la terreur, réveiller les pires instincts de l'être humain, confronter les gens les uns aux autres, les faire obéir aveuglement", a-t-il indiqué.

"Ces crimes sont injustifiables. Notre pays a dressé une estimation politique, juridique et morale très précise des crimes commis par le régime totalitaire et elle ne saurait être révisée"; a ajouté le chef du gouvernement russe.

http://www.spiegel.de/international/europe/remembering-the-katyn-massacre-putin-gesture-heralds-new-era-in-russian-polish-relations-a-687819.html (8 avril 2010)

Le film Katyn d'Andrzej Wajda a été diffusé sur la chaîne culturelle Kultura de la télévision nationale russe.

N'oublions pas que ces crimes soviétiques avaient été couverts par les Occidentaux (à l'exclusion des Polonais eux-mêmes, complètement isolés sur cette question) :

https://de.wikipedia.org/wiki/Massaker_von_Katyn#Großbritannien

Depuis le 13 avril 1943, Owen O'Malley, l'ambassadeur britannique auprès du gouvernement polonais en exil, a recueilli des informations sur Katyn. Le 24 mai 1943, il envoya son rapport au ministre des Affaires étrangères Anthony Eden. La culpabilité soviétique était presque indiscutable, la passer sous silence pourrait saper la référence de l'Occident aux valeurs morales. L'Angleterre aurait utilisé sa bonne réputation pour dissimuler le massacre, un peu comme les assassins l'avaient fait pour les tombes avec des conifères[157]. Le gouvernement britannique tenta d'étouffer tout rapport de fond sur Katyn et passa sous silence le rapport O'Malley, car sa conduite de la guerre dépendait de la coalition avec Staline. Churchill écrivit à Staline qu'il voulait essayer d'empêcher les polémiques antisoviétiques de la presse polonaise en Grande-Bretagne[158]. Il serait inutile de "se rassembler maladivement autour de tombes vieilles de trois ans à Katyn". Seule l'alliance avec Staline offrirait la sécurité à la Pologne. En février 1944, Churchill demanda à O'Malley de prendre position sur le rapport Burdenko. Celui-ci y voyait des indices encore plus forts d'une culpabilité soviétique, mais était désormais favorable, comme Churchill, à passer le crime sous silence malgré les réserves morales. C'est ce qu'il aurait également conseillé au gouvernement polonais en exil.

Le 6 mai 1943, le United States Office of War Information (OWI) a mis en garde contre les informations "très douteuses" des Allemands sur Katyn, parmi lesquelles il comptait le rapport médical. Les commentaires de la presse ont critiqué la demande polonaise du CICR en la qualifiant de stupidité et d'initiative inopportune. Seuls quelques rapports discutaient de la question des coupables et supposaient alors le plus souvent qu'il s'agissait d'Allemands ; cette hypothèse était un devoir pour tous les citoyens américains loyaux.

En revanche, le journaliste William Lindsay White a indiqué dans son best-seller Report on the Russians (mars 1945) que les vêtements d'hiver des victimes contredisaient la date supposée de leur mort, à savoir l'été 1941. Il est également inexplicable, selon lui, que l'Union soviétique n'ait pas pu trouver l'endroit où se trouvaient les prisonniers avant l'invasion allemande (22 juin 1941) et qu'elle n'ait pas fait savoir par la suite que les Allemands les avaient capturés en 1941[166]. L'écho médiatique à ce sujet fut négatif, la plupart des citoyens américains souhaitant rapatrier rapidement leurs propres soldats et ne voulant pas d'un nouveau conflit avec l'Union soviétique. White fut également attaqué par des représentants du gouvernement et par le National Council of Soviet-American Friendship.

Edited by Wallaby
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Wallaby a dit :

On peut réprimer la dégradation d'un bien public, mais sans présumer de la valeur morale que représente l'épisode historique symbolisé par la statue. Donc c'est le morceau de bronze ou de marbre qu'on protège en tant que matériau, mais pas le symbole qui peut être très négatif, et que les citoyens ont le droit de penser négatif (c'est la liberté de pensée et de conscience).

Donc fabriquer sa propre statue, pisser dessus chez soi, puis mettre les images sur twitter ou sur tiktok ou tout ce que vous voulez devrait être entièrement libre.  

Le 15/05/2020 à 19:23, Wallaby a dit :

La liberté d'expression :

« Vaut non seulement pour les informations ou les idées accueillies avec faveur, ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l'Etat ou une fraction quelconque de la population. Ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l'esprit d'ouverture sans lesquels il n'y a pas de société démocratique ».

Cour Européenne des Droits de l'Homme, Royaume-Uni contre Handyside, 7 décembre 1976.

 

Si dans l'absolu je suis d'accord avec toi sur les principes mais

Citation

Des tags insurrectionnels sur l'Arc de Triomphe, et des gilets jaunes au sommet du monument : le 1er décembre 2018, ces images avaient choqué la France et fait le tour du monde. Deux ans plus tard, huit hommes et deux femmes sont jugés devant le tribunal correctionnel de Paris, et risquent jusqu'à dix ans de prison.

https://www.franceinter.fr/deux-ans-apres-le-saccage-de-l-arc-de-triomphe-le-proces-de-dix-gilets-jaunes

et pour le second point, peut on évoquer les caricatures de Mahomet où même des avis personnels sur certains aspects de (cette) religion, qui ont conduit à des menaces sur l'intégrité physique des personnes... dans le meilleurs des cas. Au final on évoque la liberté de penser, mais on introduit en même temps par la censure ou l'autocensure une volonté de ne pas "choquer", ce qui revient quasiment au délit de blasphème...

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Concernant la perception d'une complicité de Poutine avec les crimes de Staline, elle est difficilement compatible avec son hommage à Soljenitsyne (qu'on lui reproche par ailleurs parce que Soljenitsyne serait trop "nationaliste" aux yeux de certains) :  

Le 25/06/2014 à 12:52, Wallaby a dit :

https://elpais.com/elpais/2014/06/12/opinion/1402595994_928330.html (12 juin 2014)
 
Cet article du quotidien espagnol El Pais revient sur la visite de Vladimir Poutine le 24 mai 2009 au cimetière Sretenski de Moscou où il a commémoré trois personnages :
 
- Le général tsariste - « blanc » - Dénikine (1872-1947) ;
- Le philosophe Ivan Iline (1883-1954) ;
- L'écrivain Alexandre Soljenitsyne (1918-2008).
 
Devant la tombe de Dénikine, Poutine a rappelé les paroles du général sur la perte « criminelle » de la « Petite Russie » à savoir l'Ukraine. Iline serait un « gourou spirituel » que Poutine a l'habitude de fréquemment citer dans ses discours. Il est l'auteur de l'essai « National-socialisme : l'esprit nouveau » publié en 1933 dans lequel il exprime son admiration pour Hitler en qui il voit un rempart contre le communisme et d'un article de 1948 où il voit le fascisme comme un « phénomène salutaire » contre le « chaos de gauche », mais commettant l'erreur d'éliminer tous ses concurrents, alors que pour Iline, l'Église et les partis politiques peuvent être tolérés « toujours et lorsqu'ils sont loyaux ».
 
Iline et Soljenitsyne sont des slavophiles, un courant de pensée qui voit dans la Russie une civilisation distincte qui illumine le monde par son chemin spirituel et moral se distinguant du chemin purement pragmatique et rationnel perçu comme imposé par l'Occident.
 
« En plus de pouvoir compter Schröder et Berlusconi parmi ses amis, il [Poutine] a reçu des louanges de la part de divers hommes politiques du Tea Party américain, et récemment l'extrême droite européenne se réclame de la Russie de Poutine comme bouclier contre la déterioration morale » (*).

 

¿ Qui peut s'empêcher de penser dans ce contexte à la phrase de Franco sur l'Espagne comme « réserve morale de l'Occident » ?

 
L'auteure, Monika Zgustova, est une écrivaine tchèque vivant à Barcelone. Elle a traduit Milan Kundera et Vaclav Havel en castillan et en catalan.

 

Edited by Wallaby
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Snapcoke a dit :

C'est marrant...

Comme quoi moi j'ai pas fait cela, question d'éducation certainement.

peut être que 3 semaine de TIG t'aurais permis d'apprendre plus rapidement le respect dû à un monument au mort !

 Oui, c'est marrant, tout est relatif ici-bas.

Mes parents m'ont toujours invité à la plus grande délicatesse quand à juger de l'éducation d'un semblable, dans la mesure où, outre le fait de parler sans savoir, on mettait en cause leurs parents de façon inutile, gratuite, voir insultante.

Tu comprendras que je n'en fasse pas de même et que je reste mesuré. Tu es peut-être un petit jeune de 19 ans après tout.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,765
    Total Members
    1,550
    Most Online
    yggtor
    Newest Member
    yggtor
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...