Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Russie et dépendances.


Recommended Posts

il y a 7 minutes, Wallaby a dit :

https://novayagazeta.ru/articles/2022/02/28/mama-ia-tebia-liubliu-esli-budet-pokhoronka-ne-ver-srazu

"Maman, je t'aime, si tu reçois une lettre d'enterrement, ne la crois pas tout de suite".

Comment des soldats russes ont été pris dans des "opérations spéciales". Et quel genre de soldats ils sont.

Nous ne connaissons pas les pertes réelles subies par l'armée russe en Ukraine. Différentes sources donnent des chiffres différents, mais ils sont tous terribles, et il n'y a ni confirmation ni démenti de la part du ministère russe de la Défense. Et cela ne fait même pas une semaine que l'"opération spéciale" a commencé.

Mes deux conversations avec les parents de jeunes soldats russes, avec la mère de l'un et la grand-mère de l'autre, expliquent beaucoup de choses. Oui, leurs garçons sont des soldats sous contrat. Mais ce sont des soldats sous contrat qui n'ont pas accompli leur service obligatoire. Comment pensez-vous que ces "soldats" devraient se battre ? Et pour quoi ? Pourquoi devraient-ils être mutilés et tués dans un pays dont le peuple a été qualifié de fraternel même par son président hier ?

Il suffit de lire ce que disent leurs proches. Elles m'ont permis de donner leur nom et celui de leurs enfants en entier, car ces femmes sont maintenant épuisées par l'angoisse : elles veulent juste savoir où sont leurs enfants maintenant. Le commandement ne les a même pas honorés d'une réponse rudimentaire.

Pavel Abramov (lieu d'affectation et numéro d'unité disponibles auprès de la rédaction)

Le nom de sa mère est Elena Aleksandrovna Abramova. Le fils est professeur d'anglais et de français dans une école. Il sert dans la brigade motorisée des fusiliers avec le grade (selon sa mère) de caporal.

Pavel a obtenu son diplôme de l'institut et s'est immédiatement engagé pour le service militaire. Il a été recruté malgré ses pieds plats et sa mauvaise santé.

- Dans ma famille, il est très cultivé, son vocabulaire est riche, dès l'enfance il aimait les livres d'Ernst Junger, Remarque, il répétait souvent la phrase du film "il y a un tel métier - défendre la patrie"", dit sa mère.

C'est pourquoi Pavel n'a pas essayé de "sortir". De la région de Ryazan, où sa mère est restée, il a été envoyé pour servir en Extrême-Orient, et là, selon sa mère, il a changé d'avis pour rester professionnellement dans la défense de la Mère Patrie. Mais ensuite, il a "volontairement et involontairement" signé un contrat.

- Tous ceux qui refusaient de signer un contrat étaient envoyés dans une "station de montage", une sorte de terrain d'entraînement spécial où vous deviez porter de lourdes caisses de munitions toute la journée", raconte Yelena. - Beaucoup d'entre eux n'ont pas pu le supporter et ont signé un contrat, pour ensuite revenir à des conditions normales. Mon fils a eu un tel mal de dos qu'il a fini à l'hôpital. Il a décidé qu'il ne retournerait jamais au gréement à partir de là et qu'il préférait signer un contrat. En outre, le contrat promettait un salaire décent - 45 000 roubles, et en tant qu'enseignant dans notre district, il recevrait un salaire minimum. Alors mon fils a signé. Mais il voulait vraiment quitter l'armée le plus vite possible.

Pavel a signé le contrat pour deux ans en septembre 2021. Selon Elena, il n'a pas reçu les 45 000 roubles promis. Son allocation était de 27 000 roubles.

- Et c'est encore mieux s'ils passent les normes physiques, et si vous ne les passez pas, c'est 5 000 de moins", précise Elena. - Et même avec ces gains, ils collectaient constamment de l'argent : maintenant pour les réparations de la caserne, maintenant pour l'essence, maintenant pour autre chose.

Pavel Abramov s'est retrouvé dans une "opération spéciale" en Ukraine avant de servir pendant un an. Depuis, sa mère ne sait pas où est son fils, ce qui lui est arrivé, s'il est en bonne santé ou vivant.

- Mon fils a été trompé", répète-t-elle comme un refrain. - Mon fils a été trompé.

- Pavel a servi dans le district militaire de l'Est", dit Yelena. - L'ensemble de l'Extrême-Orient - Primorsky Krai, Khabarovsk Krai, Amur Oblast, Transbaikalia - a été envoyé à un exercice d'entraînement à Bryansk en janvier. Tous les soldats ont reçu un ordre, la liste de voyage a également été signée.

Le train de l'Extrême-Orient à l'extrême ouest du pays a circulé pendant quinze jours. Début février, il est arrivé dans la région de Bryansk. Les travailleurs contractuels étaient autorisés à avoir de simples téléphones à bouton-poussoir et Pavel a pu contacter sa mère tous les jours. Donc elle sait que
leur unité est restée à Bryansk pendant environ quatre heures. Pendant toutes ces heures, les militaires sont restés dans les wagons, interdits de sortie. Et puis le train est parti pour la Biélorussie.

Yelena, quant à elle, a lu dans les journaux que des manœuvres conjointes avec la Russie étaient prévues en Biélorussie, et n'était pas plus inquiète pour son fils que d'habitude.

- En Biélorussie, chaque unité a occupé son propre terrain près de la frontière biélorusse-ukrainienne", poursuit Yelena. - Certains au-dessus de Pripyat, d'autres près de Gomel, d'autres encore ailleurs, mais près de la frontière. On vit dans des tentes. Ceux qui avaient un établissement à proximité achetaient de la nourriture. Mon fils a été contacté tous les jours pendant une minute à cause de l'itinérance. Mais entendre sa voix était tout ce dont j'avais besoin. Le 7 février, il a été annoncé un exercice conjoint avec les troupes biélorusses.

Pavel n'a pas seulement appelé sa mère ce jour-là. Il a crié qu'il était "moralement brisé". Avec difficulté, elle a calmé son fils, mais elle-même n'a pas été tranquille depuis ce moment.

Les manoeuvres devaient se terminer le 20 février, comme Elena l'a appris, mais le 16, Pavel lui a dit qu'elles s'étaient terminées plus tôt. Elena a vu aux informations que la presse occidentale dénigrait la Russie, affirmant que c'était le jour où la Russie allait attaquer l'Ukraine. Elena a lu et s'est moquée de l'Ouest menteur et stupide.

- "C'est bon, maman, on a fini, on rentre à la maison", m'a dit mon fils", se souvient-elle. - Nous aussi, nous regardions les nouvelles et nous pensions : génial, regarde comme ils mentent, cette propagande occidentale, quel genre d'actions militaires, que fais-tu ?

Mais le 16 février, son fils et ses compagnons d'armes ne sont pas ramenés en Extrême-Orient. Et le 17, ils n'ont pas été repris non plus.

- Putain de merde, je lui ai demandé où tu habites ? - Yelena continue. - "Nous dormons dans les voitures", répond mon fils. Wow, je pense.

Le 18 février, Pavel annonce à sa mère qu'ils montent à nouveau des tentes : on leur a dit que les manœuvres allaient être prolongées. Elena a lu dans la presse : oui, elles ont en effet été prolongées.

- Je pense qu'elles ont été prolongées, ce n'est pas grave", dit-elle. - Et dans toutes les unités, des personnes intelligentes ont réussi à cacher des smartphones et à les utiliser pour accéder à Internet. Ils lisent les messages des services de renseignements occidentaux : il y aura certainement une guerre. Mon fils me l'a dit et je l'ai rassuré : "Oui, mon fils, ils disent de telles choses et nous nous moquons d'eux. Non, fils, c'est fou, il n'y a rien de tel.

Le 21 février, Pavel dit à sa mère qu'ils sont à nouveau "retirés du sol" et qu'ils sont redéployés plus près de la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine.

- Et j'ai lu dans les médias que les services secrets britanniques ont déclaré : une invasion va commencer dans les 48 heures", ajoute Elena. - Je lui explique : "Fils, ils mentent pour créer des tensions.

Le 22 février, Pavel a dit à sa mère qu'ils étaient déjà à deux ou trois kilomètres de la frontière ukrainienne, qu'ils voyaient déjà le territoire ukrainien.

- Le 23 février, il a appelé tard dans la soirée, à dix heures", s'est fendue la voix d'Elena, qui avait la gorge nouée. - Je pouvais voir à son état que tout le monde était sous le choc, prostré et en larmes. Et il dit : "Maman, on nous a alignés et on nous a dit que nous avions franchi illégalement la frontière de la Biélorussie, que notre liste de missions et l'ordre que nous avions signé faisaient référence à Bryansk, et que nous avions osé quitter notre lieu de déploiement sans aucune permission. A partir de ce moment, ils nous ont dit, vous n'avez rien à faire avec l'armée russe, vous êtes des déserteurs". C'est ce que leurs propres commandants ont dit. J'ai parlé à d'autres mères - la même chose. On leur a également dit qu'ils n'avaient pas droit à une rémunération supplémentaire. Parce qu'ils étaient en voyage d'affaires à Bryansk, et qu'ils avaient quitté Bryansk par leurs propres moyens. Comment ça, ils sont partis volontairement ? ! Qu'en est-il des manoeuvres en Biélorussie ? Pour quelles raisons le train s'est rendu en Biélorussie ?

Puis on leur a dit qu'ils devraient aller en prison et qu'il serait préférable d'aller chez les Ukrainiens. Mon fils criait au téléphone : "Maman, nous avons été trahis !

Je suis resté debout toute la nuit. Je me suis rassurée en me disant que ça ne pouvait pas être comme ça. Mais lorsqu'il téléphone à cinq heures et demie, on entend le grondement des avions et des tirs dans le téléphone : "Maman, ils nous mettent dans les voitures, on part, je t'aime, s'il y a une notification, ne la crois pas tout de suite, vérifie bien". Je ne sais rien d'autre sur mon fils. Et personne ne sait rien de leurs enfants, ils n'ont plus jamais été en contact.

Novaïa Gazeta dispose de toutes les confirmations de l'histoire de Yelena qui sont possibles dans une telle situation : scans de ses appels au bureau du procureur et au commandement de son fils, photos de son passeport - c'est ce que Yelena nous a donné la permission de publier.

du delire si c'est vrai les histoires pour faire signer les contrats et la manipulation sur la désertion pour les forcer à se battre

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

- - -

Zhenya vivait avec sa grand-mère dans le Krai de Perm, et après l'école, il est allé à une école technique dans l'Oblast de Kirov. Il a obtenu son diplôme, dit Alevtina Leonidovna, en tant que conducteur de train et est rentré chez lui. En octobre 2020, Zhenya, 18 ans, a été enrôlé dans l'armée.

- Il est resté à Perm pendant trois jours, puis les commandants sont venus d'Ussuriisk et l'ont emmené là-bas", raconte sa grand-mère. - Ils ont dit qu'il servirait dans le parc automobile et qu'ensuite il pourrait être formé comme chauffeur. On lui a proposé un contrat tout de suite et il m'a appelé pour me dire qu'il voulait le signer. J'ai dit : "Absolument pas." "Pourquoi ? - demande-t-il. - Ils ont promis de payer beaucoup d'argent, j'aurais un grade, j'apprendrais." Il a donc signé.

Sa grand-mère ne se souvient pas de l'allocation promise à son petit-fils dans l'armée, mais l'argent était bon pour leur région de Perm. Elle se souvient que l'argent devait encore dépendre du type de troupes :

"Si vous étiez lanceur de grenades, moins, et si vous étiez dans une unité de fusiliers motorisés, plus.

- Mais en fait, le salaire était faible : d'abord 18 000, puis 24 000 - pas du tout ce qu'on lui avait promis", poursuit ma grand-mère. - Ils vivaient dans une caserne, mais il n'y avait même pas de lumière. Il a ensuite partagé un appartement avec ses amis, mais il devait encore payer cinq mille roubles pour le loyer. Nous devions acheter nos propres uniformes. Nous avons également dû acheter toutes ces bandes nous-mêmes. Et tout le temps, ils donnaient de l'argent pour une chose ou une autre : pour de l'essence, pour des affiches, des choses comme ça. Il n'avait pas assez d'argent, alors je l'ai aidé. Il a dit : "Grand-mère, j'en ai tellement marre de tout ça que je veux résilier le contrat". Pour une raison quelconque, il ne l'a jamais fait.

Au début du mois de janvier, Zhenya a appelé sa grand-mère et lui a dit qu'ils étaient envoyés à un exercice d'entraînement en Biélorussie. En février, elle a découvert que son petit-fils était en Biélorussie, il lui a envoyé des SMS de là-bas. C'était très cher pour lui d'appeler chez lui. Et il n'y a pas grand-chose que l'on puisse dire dans un SMS. Et Alevtina Leonidovna ne voit pas très bien.

- Je lui ai écrit : "Zhenya, où es-tu, comment vas-tu ?" Et il répond : "Nous sommes à un concert." Quel concert ? Avant cela, il a écrit qu'ils étaient en Biélorussie, et ensuite - qu'ils étaient près de la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine. Je n'ai pas eu d'autres nouvelles de lui. Elena a commencé à m'aider - elle cherche son enfant, et moi. Peut-être que grâce à vous, je découvrirai quelque chose ?

 

Edited by Wallaby
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Cette partie du texte cité par Wallaby est un peu mystérieuse : ici ce seraient les commandants d'unités qui auraient renvoyés leurs propres soldats ? . Je dois rater quelque chose

Et il dit : "Maman, on nous a alignés et on nous a dit que nous avions franchi illégalement la frontière de la Biélorussie, que notre liste de missions et l'ordre que nous avions signé faisaient référence à Bryansk, et que nous avions osé quitter notre lieu de déploiement sans aucune permission. A partir de ce moment, ils nous ont dit, vous n'avez rien à faire avec l'armée russe, vous êtes des déserteurs". C'est ce que leurs propres commandants ont dit. J'ai parlé à d'autres mères - la même chose. On leur a également dit qu'ils n'avaient pas droit à une rémunération supplémentaire. Parce qu'ils étaient en voyage d'affaires à Bryansk, et qu'ils avaient quitté Bryansk par leurs propres moyens....

Puis on leur a dit qu'ils devraient aller en prison et qu'il serait préférable d'aller chez les Ukrainiens. Mon fils criait au téléphone : "Maman, nous avons été trahis !

Link to comment
Share on other sites

Dans le système politique russe, il y a un parti central Russie Unie, et deux oppositions "compatibles système", la gauche avec les communistes et la droite avec les libéraux-démocrates.

Oui, Poutine, dans le contexte russe c'est Macron... 

Ces deux oppositions ont des députés et ne sont pas réprimées. Naturellement, les politiciens en question savent ne rien dire qui dérange vraiment. Mais chacun apporte son grain de sel, avec sa tendance spécifique, à la tonalité générale définie par Russie Unie.

Vous avez reconnu le PS et LR...

Bon, les "libéraux-démocrates", malgré leur nom, ne se caractérisent pas par trop d'esprit libéral ni d'attachement à la démocratie. Leur créneau, c'est plutôt le nationalisme. Le nom de Vladimir Jirinovski vous dit peut-être quelque chose ? Ce politicien n'est pas vraiment renommé pour sa modération, à preuve ces propos de 1991

"Je le dis très clairement, quand je serai au pouvoir, il y aura une dictature. La Russie a besoin d'un dictateur maintenant. Je serai impitoyable. Je fermerai les journaux les uns après les autres. Je devrai peut-être abattre 100 000 personnes, mais les 300 autres millions vivront paisiblement. Vous voulez appeler ça le fascisme russe, très bien."

Bref, les libéraux-démocrates sont toujours à la manœuvre aujourd'hui. Et ils ont déposé une proposition de loi...

Disons-le, j'ai du mal à imaginer qu'une telle proposition soit adoptée.

Mais enfin le parti libéral-démocrate continue bien à remplir sa fonction... Démontrer que Poutine est en fait tout à fait modéré :wacko:

Reconnaissons-le, la tâche est devenue plus ardue depuis le 24 février. Mais le PLDR fait face !

  • Confused 2
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

https://www.telegraph.co.uk/world-news/2022/03/10/afghanistan-even-worse-ukraine-war-denounced-russian-state/

La télévision d'État russe a diffusé des appels à Vladimir Poutine, le président du pays, pour qu'il mette fin à sa guerre en Ukraine, au cours d'un programme dans lequel des experts ont ouvertement comparé l'invasion à "l'Afghanistan, mais en pire".

Vladimir Soloviyev, habituellement l'un des propagandistes en chef les plus fiables du Kremlin, a dû interrompre les invités de son talk-show télévisé à une heure de grande écoute pour qu'ils cessent de critiquer l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

S'exprimant au cours d'une émission diffusée sur Russia 1, Karen Shakhnazarov, cinéaste et homme d'État, a déclaré que le conflit en Ukraine risquait d'isoler la Russie.

Il a déclaré à M. Soloviyev : "J'ai du mal à imaginer la prise de villes telles que Kiev. Je ne peux pas imaginer à quoi cela ressemblerait".

Il a ensuite appelé à mettre un terme au conflit, en déclarant : "Si ce tableau commence à se transformer en une catastrophe humanitaire absolue, même nos proches alliés comme la Chine et l'Inde seront contraints de prendre leurs distances avec nous3.

"Cette opinion publique, dont ils saturent le monde entier, peut nous porter préjudice ... Mettre fin à cette opération stabilisera les choses à l'intérieur du pays."

Plus tard, lors de la diffusion d'Une soirée avec Vladimir Soloviev, l'un des programmes les plus regardés de la télévision russe, l'invité Semyon Bagdasarov, un universitaire, a déclaré : "Avons-nous besoin de nous engager dans un autre Afghanistan, mais encore pire ?"

Sur la chaîne de télévision du ministère russe de la défense, Zvezda, un officier de l'armée en activité a expliqué à un public de talk-show comment les soldats russes mouraient en Ukraine.

"Nos gars là-bas, de Donetsk et de Louhansk, et nos forces d'opérations spéciales sont en train de mourir, ainsi que notre pays", a-t-il déclaré.

"Non, non, non", interrompt le présentateur qui se lève de son bureau en gesticulant et marche à travers le studio en criant : "Stop !"

"Nos jeunes continuent de mourir", poursuit le soldat.

À ce moment-là, le présentateur s'était approché de lui et avait crié : "Pouvez-vous arrêter maintenant ? Je vais vous dire ce que nos gars font là-bas. Nos gars écrasent les serpents fascistes. C'est un triomphe de l'armée russe. C'est la renaissance de la Russie."

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il semblerait bien que l’Azerbaidjan ait depuis plusieurs jours coupé le gaz aux 100 000 habitants du Nagorny Karabak alors que les températures y sont négatives. Certains parlent même d’un risque de reprise du conflit par les Azerbaïdjanais.

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Le 11/03/2022 à 12:14, Wallaby a dit :

https://www.telegraph.co.uk/world-news/2022/03/10/afghanistan-even-worse-ukraine-war-denounced-russian-state/

La télévision d'État russe a diffusé des appels à Vladimir Poutine, le président du pays, pour qu'il mette fin à sa guerre en Ukraine, au cours d'un programme dans lequel des experts ont ouvertement comparé l'invasion à "l'Afghanistan, mais en pire".

Vladimir Soloviyev, habituellement l'un des propagandistes en chef les plus fiables du Kremlin, a dû interrompre les invités de son talk-show télévisé à une heure de grande écoute pour qu'ils cessent de critiquer l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

S'exprimant au cours d'une émission diffusée sur Russia 1, Karen Shakhnazarov, cinéaste et homme d'État, a déclaré que le conflit en Ukraine risquait d'isoler la Russie.

Il a déclaré à M. Soloviyev : "J'ai du mal à imaginer la prise de villes telles que Kiev. Je ne peux pas imaginer à quoi cela ressemblerait".

Il a ensuite appelé à mettre un terme au conflit, en déclarant : "Si ce tableau commence à se transformer en une catastrophe humanitaire absolue, même nos proches alliés comme la Chine et l'Inde seront contraints de prendre leurs distances avec nous3.

"Cette opinion publique, dont ils saturent le monde entier, peut nous porter préjudice ... Mettre fin à cette opération stabilisera les choses à l'intérieur du pays."

Plus tard, lors de la diffusion d'Une soirée avec Vladimir Soloviev, l'un des programmes les plus regardés de la télévision russe, l'invité Semyon Bagdasarov, un universitaire, a déclaré : "Avons-nous besoin de nous engager dans un autre Afghanistan, mais encore pire ?"

Sur la chaîne de télévision du ministère russe de la défense, Zvezda, un officier de l'armée en activité a expliqué à un public de talk-show comment les soldats russes mouraient en Ukraine.

"Nos gars là-bas, de Donetsk et de Louhansk, et nos forces d'opérations spéciales sont en train de mourir, ainsi que notre pays", a-t-il déclaré.

"Non, non, non", interrompt le présentateur qui se lève de son bureau en gesticulant et marche à travers le studio en criant : "Stop !"

"Nos jeunes continuent de mourir", poursuit le soldat.

À ce moment-là, le présentateur s'était approché de lui et avait crié : "Pouvez-vous arrêter maintenant ? Je vais vous dire ce que nos gars font là-bas. Nos gars écrasent les serpents fascistes. C'est un triomphe de l'armée russe. C'est la renaissance de la Russie."

Merci ... Ça commence à sortir, je trouve ça hyper positif vue la chape de plomb actuelle sur les médias russes... Surréaliste quand même la réaction du présentateur, il a peur pour ses fesses.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, penaratahiti a dit :

Merci ... Ça commence à sortir, je trouve ça hyper positif vue la chape de plomb actuelle sur les médias russes... Surréaliste quand même la réaction du présentateur, il a peur pour ses fesses.

Bof, ça ressemble beaucoup à nos propres journalistes qui s'étranglent quand un de leurs invités ne répond pas la réponse stéréotypée politiquement correcte sur des questions qui fâchent. Exemple pris dans le fil Mali/Barkhane :

Le 06/02/2022 à 16:00, Wallaby a dit :

Christine Ockrent : On est bien intervenu au Mali à la demande des autorités maliennes ?

04:49 MAPM Je dois quand même vous reprendre là-dessus : à la demande d'autorités maliennes quand c'était un gouvernement putschiste qui était en place : un premier ministre qui avait été mis en place mais pas élu par la Cédéao, la communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest. [Dans un livre co-écrit] un collèque malien [inaudible] Keita avait très clairement remis en cause la solidité juridique de cette demande d'autorité illégale. (...) Aujourd'hui la question est la même : de quelle autorité parle-t-on aujourd'hui au Mali ?

 

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, penaratahiti a dit :

Merci ... Ça commence à sortir, je trouve ça hyper positif vue la chape de plomb actuelle sur les médias russes... Surréaliste quand même la réaction du présentateur, il a peur pour ses fesses.

J'avais déjà pu visionner d'autres extraits de cette émission. A se demander d'ailleurs si certains participants à cette émission ne sont pas invités par le Kremlin (la présidence et/ou les ministères) à préparer un certain retour sur terre. Difficile à dire, car l'on voit par ailleurs, sur d'autres émissions, des commentateurs soutenant l'idée, bien que sous une tournure hypothétique, de nouvelles invasions...

 

il y a 19 minutes, pascal a dit :

Oui enfin chez nous en 2022 on ne fout pas les journalistes en prison, on ne les tue pas non plus, ou on ne leur fait pas manger des trucs en "nium"

Il semblerait également que la mention du terme guerre ne soit pas légalement interdite.

Edited by Skw
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, pascal a dit :

Oui enfin chez nous en 2022 on ne fout pas les journalistes en prison, on ne les tue pas non plus, ou on ne leur fait pas manger des trucs en "nium" ...

On pourrait peut-être comparer ce qui est comparable

Il ne s’agirait pas de caricaturer non plus hein… même si le traitement de la presse n’est évidemment pas comparable tous les journalistes russes ne finissent pas au goulag ou assassines et il y a des points de vue qu’un journaliste français ferait mieux de ne pas défendre s’il souhaite poursuivre dans le métier. Mais c’est HS

Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, gustave a dit :

il y a des points de vue qu’un journaliste français ferait mieux de ne pas défendre s’il souhaite poursuivre dans le métier

Il risque quoi sinon ? (on peut continuer en MP :wink:)

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Wallaby a dit :

Bof, ça ressemble beaucoup à nos propres journalistes qui s'étranglent quand un de leurs invités ne répond pas la réponse stéréotypée politiquement correcte sur des questions qui fâchent. Exemple pris dans le fil Mali/Barkhane :

C'te vieux truc de propagande pour changer de sujet... :bloblaugh:

Il y a 5 heures, gustave a dit :

De ne pas trouver d’emploi…

Tiens, le même... Si ça marche ! ?

Link to comment
Share on other sites

https://wciom.ru/analytical-reviews/analiticheskii-obzor/specialnaja-voennaja-operacija-v-ukraine-otnoshenie-i-celi (28 février 2022)

Le Centre panrusse de recherche sur l'opinion publique (VTsIOM) présente les données de l'enquête sur l'attitude des Russes face à la décision de mener une opération militaire spéciale en Ukraine.

68% des Russes soutiennent plutôt la décision de mener une opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, un répondant sur cinq (22%) ne la soutient pas, un citoyen sur dix a trouvé difficile de répondre (10%).

Selon un quart des citoyens, l'opération militaire spéciale en Ukraine vise à protéger la population russophone de la DNR et de la LNR (26%), un cinquième déclare que l'objectif de l'opération est d'empêcher l'installation de bases militaires de l'OTAN en Ukraine (20%), la même proportion de répondants pense que l'opération est menée pour démilitarisation en Ukraine (20%), 7% ont répondu que la Russie vise à dénationaliser l'Ukraine et à changer son cours politique, 6% - à changer le régime politique défavorable à la Russie, et 4% - à diviser l'Ukraine en parties et à établir son influence sur certaines parties de l'Ukraine.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Wallaby a dit :

https://wciom.ru/analytical-reviews/analiticheskii-obzor/specialnaja-voennaja-operacija-v-ukraine-otnoshenie-i-celi (28 février 2022)

Le Centre panrusse de recherche sur l'opinion publique (VTsIOM) présente les données de l'enquête sur l'attitude des Russes face à la décision de mener une opération militaire spéciale en Ukraine.

68% des Russes soutiennent plutôt la décision de mener une opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, un répondant sur cinq (22%) ne la soutient pas, un citoyen sur dix a trouvé difficile de répondre (10%).

Selon un quart des citoyens, l'opération militaire spéciale en Ukraine vise à protéger la population russophone de la DNR et de la LNR (26%), un cinquième déclare que l'objectif de l'opération est d'empêcher l'installation de bases militaires de l'OTAN en Ukraine (20%), la même proportion de répondants pense que l'opération est menée pour démilitarisation en Ukraine (20%), 7% ont répondu que la Russie vise à dénationaliser l'Ukraine et à changer son cours politique, 6% - à changer le régime politique défavorable à la Russie, et 4% - à diviser l'Ukraine en parties et à établir son influence sur certaines parties de l'Ukraine.

Si l'on voit les choses de façon optimiste, on en déduira qu'il reste encore en Russie environ 17% d'esprits lucides (7% ont répondu que la Russie vise à dénationaliser l'Ukraine et à changer son cours politique, 6% - à changer le régime politique défavorable à la Russie, et 4% - à diviser l'Ukraine en parties et à établir son influence sur certaines parties de l'Ukraine). Le reste vit dans une réalité parallèle sous l'effet d'une propagande longue et intense.

Link to comment
Share on other sites

Citation

"La télévision russe, toute la journée, répète la même chose, qu’il s’agit d’une opération militaire pour combattre le génocide qui vise les populations russophones d’Ukraine. La population le croit en large partie, sauf les jeunes, car ça fait des années qu’ils sont abreuvés par cette propagande officielle. Par ailleurs, toute la journée aussi, ils regardaient des films qui étaient des films de la Deuxième Guerre mondiale qui montraient toujours des Ukrainiens nazis. Tout cela a été porté pendant des années, c’est pour ça que la population le croit aujourd’hui", confirme à BFMTV Sylvie Bermann, ancienne ambassadrice de France en Russe.

Parmi la clique des propagandistes russes, le pire, le plus cynique, le plus violent, est certainement Vladimir Soloviev. C'est aussi le plus populaire...

Citation

Certains médias n'hésitent pas à aller plus loin. Comme l'a repéré Quotidien, la chaîne publique Rossiya-1 propose un programme présenté par Vladimir Soloviev, journaliste devenu pierre angulaire de la propagande du Kremlin.

Dans son émission, ce dernier menace directement les pays qui se mettraient en travers du chemin russe. "Aucune sanction ne nous interdit pour l’instant de ne pas nous arrêter aux frontières de l’Ukraine, et perdu pour perdu, rien ne nous empêche de réduire le monde entier en cendres. Nous ne le ferons pas maintenant mais on va faire un gros 'boum', ça c’est sûr", dit-il.

Pire, Vladimir Soloviev encourage également Vladimir Poutine à aller plus loin dans son invasion et à s'en prendre à d'autres pays.

"Si je comprends bien ce qu’on nous dit sur la Moldavie et la Géorgie, les pays qui ne sont pas l’Otan, c’est ‘envahissons-les’", tandis qu'un des invités en plateau appelle à pendre "les terroristes ukrainiens."

Un article intéressant sur ce sinistre personnage :

https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2022-02-28/vladimir-soloviev-le-plus-celebre-des-propagandistes-du-kremlin-31246142-e40c-4d15-8d9f-34ba9193e366

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, DAR a dit :

Si l'on voit les choses de façon optimiste, on en déduira qu'il reste encore en Russie environ 17% d'esprits lucides (7% ont répondu que la Russie vise à dénationaliser l'Ukraine et à changer son cours politique, 6% - à changer le régime politique défavorable à la Russie, et 4% - à diviser l'Ukraine en parties et à établir son influence sur certaines parties de l'Ukraine). Le reste vit dans une réalité parallèle sous l'effet d'une propagande longue et intense.

c'est l'avantage des sondages, on y voit un verre à moitié vide ou à moitié plein selon ce qu'on veut y trouver...

Link to comment
Share on other sites

Plus les jours passent et plus j’ai le sentiment que la "victoire" russe n’est plus si évidente que ça. 

Au début on nous a dit ça fait une semaine c’est normal que ça piétine. 

Au bout de quinze jours ils font une pause pour se réorganiser. 

Aujourd’hui la seule stratégie qu’on voit émerger c’est la destruction systématique de grandes villes. 

La politique de la terre brûlée peut-elle représenter une victoire ? 

Link to comment
Share on other sites

11 minutes ago, Teenytoon said:

La politique de la terre brûlée peut-elle représenter une victoire ? 

On en revient toujours à la même chose ... quels penses tu être les but de guerre russes?

Ou pense tu que le but est la guerre en elle même?

Link to comment
Share on other sites

Pierre Binette. La doctrine Poutine. Paix et sécurité européenne et internationale, université Côte
d’Azur 2016.

"L’objectif de notre projet de recherche est de mieux comprendre les fondements, les orientations et les stratégies de la politique étrangère de la Russie sous la direction des présidents Poutine et Medvedev. Il ne s’agit pas ici de produire
une analyse exhaustive de la politique étrangére russe, mais plutôt d’en comprendre les dynamiques et le sens de son évolution.
"

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03156044/document

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, g4lly a dit :

On en revient toujours à la même chose ... quels penses tu être les but de guerre russes?

Ou pense tu que le but est la guerre en elle même?

Tu devrais pouvoir nous éclairer là dessus puisque visiblement tu es dans la tête de Poutine. De mon côté, je vois que le plan initial (foireux à la base) d'une guerre-éclair avec des forces légères qui prennent le contrôle de points-clés, accompagnée d'une rapide fuite en exil du gouvernement ukrainien remplacé par des hommes-liges pro-Kremlin, a échoué. Et que les plans suivants, paraissant plus ou moins improvisés, ne marchent pas très bien non plus.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, g4lly a dit :

On en revient toujours à la même chose ... quels penses tu être les but de guerre russes?

A quel moment ? Désormais, je me demande si le but de guerre n'est pas celui - à moins que la situation se décante sur le terrain, après par exemple une éventuelle chute de Mariupol - qui permettrait à Vladimir Poutine de communiquer quelque chose d'un minimum acceptable à sa population. Et, encore, il va falloir faire de beaux efforts de communication - un peu plus qu'une vidéo de soldats russes avec battes de baseball dénazifiant à la Inglourious Basterds - pour arriver à vendre ce récit. Mais pas évident que les décideurs ukrainiens soient prêts à accepter de trop lourdes concessions, qui pourraient d'ailleurs être vues comme une trahison par certains et profondément déstabiliser le pays, pour sauver l'image de Vladimir Poutine.

Edited by Skw
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,809
    Total Members
    1,550
    Most Online
    O.livier
    Newest Member
    O.livier
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...