Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Russie et dépendances.


Recommended Posts

Link to comment
Share on other sites

https://responsiblestatecraft.org/putin-russia-collapse/ (30 avril 2024)

Le régime de Poutine est très différent de l'Union soviétique de l'époque de la perestroïka, et ce à plusieurs égards.

Tout d'abord, Mikhaïl Gorbatchev n'a été au pouvoir que pendant six ans et il n'a jamais été en mesure d'établir un contrôle efficace sur le cercle restreint des dirigeants soviétiques, ni sur la bureaucratie dans son ensemble. En conséquence, ses initiatives politiques n'ont pas pu être mises en œuvre efficacement, ce qui l'a contraint à adopter des mesures plus radicales qui ont déstabilisé l'ensemble du système.

En revanche, Poutine a très rapidement établi un contrôle fort sur les élites rivales après son arrivée au pouvoir en 2000, rétablissant ainsi la « verticale du pouvoir ». Il est au pouvoir depuis 24 ans et la plupart des analystes s'accordent à dire que les fondations institutionnelles du régime de Poutine sont solides et qu'il survivra probablement à la mort de son fondateur.

Troisièmement, l'Union soviétique était en faillite, accusant des déficits commerciaux et empruntant de l'argent à l'étranger. En revanche, malgré la pression des sanctions occidentales, la Russie a enregistré un excédent commercial de 50 milliards de dollars l'année dernière. L'économie planifiée soviétique était rigide et destructrice de valeur, un gouffre de subventions publiques. Contrairement à l'Union soviétique, la Russie possède une économie capitaliste dynamique, bien intégrée dans l'économie mondiale et dont les entrepreneurs ont su échapper aux sanctions occidentales.

Quatrièmement, l'URSS était une fédération où les Russes ethniques représentaient 52 % de la population. La Russie de Poutine est un État plus centralisé où les Russes représentent 82 % de la population.

Certes, l'éventualité d'une insurrection islamiste dans le Caucase du Nord constitue un défi potentiel pour la sécurité. Mais la logique qui a fait du leader tchétchène Ramzan Kadyrov un fidèle vassal de Moscou s'appliquerait à tout successeur. Il vaut mieux bénéficier d'un flux de subventions de Moscou et acheter des Lamborghini que de voir Grozny se transformer en une mer de décombres. Les Tchétchènes ont tiré la leçon de la première et de la deuxième guerre : la poursuite de l'indépendance n'en vaut pas la peine. Aucune des autres républiques ethniques de la Fédération de Russie n'a le moindre intérêt à déclencher une guerre avec Moscou.

L'attentat du Crocus City Hall du 22 avril n'a pas seulement rappelé que le terrorisme islamiste reste une menace pour la sécurité de la Russie, mais il a également représenté un échec massif des services de sécurité russes en matière de renseignement. Les États-Unis les avaient prévenus à l'avance de l'imminence d'un tel attentat : ils auraient dû placer des gardes armés dans toutes les salles de concert de Moscou. Toutefois, des attentats comme celui de Crocus ne vont pas provoquer un changement de régime en Russie.

Les terroristes ne venaient pas du Caucase du Nord, mais du Tadjikistan. Cela indique que les 8 millions de travailleurs migrants d'Asie centrale représentent un risque potentiel pour la sécurité. Mais leur valeur dans l'économie russe en manque de main-d'œuvre l'emporte encore sur le défi sécuritaire, du moins pour l'instant.

L'insurrection de Wagner en juin 2023 a été un événement extraordinaire, la menace la plus grave pour la stabilité du régime de Poutine depuis sa fondation en 2000. Nous ne saurons jamais ce qui se serait passé si le chien avait rattrapé la voiture : si Evgeniy Prigozhin n'avait pas fait demi-tour, mais avait ordonné à ses troupes d'avancer jusqu'à Moscou. Ce que nous savons, c'est que l'insurrection a échoué. Prigozhin est mort et enterré, et la stabilité du régime a été rapidement rétablie.

Permettre au groupe Wagner de se développer au point de pouvoir lancer cette mutinerie a été une grave erreur de la part de Poutine, la deuxième après sa décision de lancer une invasion à grande échelle de l'Ukraine. Mais cela reste une exception et ne peut servir de base à la politique américaine.

Pour l'emporter en diplomatie et en guerre, il faut une évaluation réaliste des forces et des faiblesses de l'adversaire. L'effondrement brutal de l'Union soviétique nous rappelle qu'il faut s'attendre à l'inattendu. Mais Poutine (et le président chinois Xi Jinping) ont appris des erreurs de Gorbatchev. Washington ne devrait pas fonder sa politique russe sur l'hypothèse que la foudre frappera deux fois au même endroit.

Peter Rutland est professeur de gouvernement à l'université Wesleyan et associé au Davis Center for Russian and Eurasian Studies de l'université Harvard.

Link to comment
Share on other sites

https://www.fr.de/wirtschaft/wachstum-westliche-sanktionen-ukraine-krieg-europa-russland-wirtschaft-93016147.html (24 avril 2024)

En 2024, l'économie russe devrait croître de 3,2 pour cent. C'est ce qu'a indiqué le Fonds monétaire international (FMI) en se basant sur de nouvelles données économiques. Par rapport à la croissance de 3,6 pour cent en 2023, dont certains experts continuent de douter, cela représenterait un net recul. Toutefois, la Russie connaîtrait toujours une croissance plus forte que de nombreux pays occidentaux. Quant à l'Allemagne, le FMI lui a laissé entrevoir une croissance économique de 0,2 % dans les mêmes prévisions.

Pourquoi la nation du Kremlin est-elle si forte ? Tout d'abord, comme l'a rapporté le FMI, cela est dû à la stabilité des exportations de pétrole du pays. L'Occident tente certes de limiter les bénéfices russes issus de l'exportation de pétrole en imposant une limite de prix, mais Vladimir Poutine cherche constamment de nouveaux moyens de contourner les différentes sanctions. Pour le commerce du pétrole par exemple, la Russie a recours à une flotte fantôme qui détourne le pétrole et finit tout de même par l'acheminer vers l'Ouest. Une véritable petite guerre fait rage pour imposer (de la part de l'Occident) et contourner (de la part de la Russie) les sanctions.

Deuxièmement, les investissements des entreprises privées et des entreprises appartenant à l'Etat ainsi que la "consommation privée robuste" devraient soutenir l'économie russe. Malgré les sanctions occidentales prises à l'encontre de Poutine en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, contraire au droit international, le FMI avait légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance économique pour la Russie. En 2025, la croissance devrait continuer à reculer, tout en étant plus élevée que ce qui était encore prévu en janvier.

Bonne évaluation de l'économie mondiale - mais l'Occident faiblit

Dans l'ensemble, le FMI a ajouté que l'économie mondiale était "étonnamment résistante". "Malgré de nombreuses prévisions mitigées, le monde a échappé à la récession", a déclaré le FMI cité par la BBC. "Le système bancaire a fait preuve de résilience et les économies des grandes économies émergentes n'ont pas subi d'effondrement soudain".

Le FMI prévoit désormais une croissance de 0,5 pour l'Europe et le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni devrait réaliser la performance la plus faible des pays du G7, à l'exception de l'Allemagne.

Link to comment
Share on other sites

https://www.politico.eu/article/alexei-navalny-vladimir-putin-death-order-russia/ (27 avril 2024)

Les agences de renseignement américaines estiment que le président russe Vladimir Poutine n'a "probablement" pas ordonné l'assassinat du leader de l'opposition Alexei Navalny dans une prison de l'Arctique en février, a rapporté le Wall Street Journal samedi.

M. Navalny, figure de proue de l'opposition russe menacée, est décédé le 16 février dans une colonie pénitentiaire. L'Union européenne et les États-Unis ont directement accusé la Russie d'être responsable de la mort de M. Navalny, s'apprêtant à imposer de nouvelles sanctions au Kremlin.

Toutefois, le WSJ a indiqué samedi que plusieurs agences américaines, dont la Central Intelligence Agency, le Bureau du directeur du renseignement national et l'unité de renseignement du département d'État américain, s'accordent à dire que M. Poutine n'a probablement pas ordonné la mort de M. Navalny "à ce moment-là", citant des personnes familières de l'affaire.

Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, Wallaby a dit :

https://www.politico.eu/article/alexei-navalny-vladimir-putin-death-order-russia/ (27 avril 2024)

Les agences de renseignement américaines estiment que le président russe Vladimir Poutine n'a "probablement" pas ordonné l'assassinat du leader de l'opposition Alexei Navalny dans une prison de l'Arctique en février, a rapporté le Wall Street Journal samedi.

M. Navalny, figure de proue de l'opposition russe menacée, est décédé le 16 février dans une colonie pénitentiaire. L'Union européenne et les États-Unis ont directement accusé la Russie d'être responsable de la mort de M. Navalny, s'apprêtant à imposer de nouvelles sanctions au Kremlin.

Toutefois, le WSJ a indiqué samedi que plusieurs agences américaines, dont la Central Intelligence Agency, le Bureau du directeur du renseignement national et l'unité de renseignement du département d'État américain, s'accordent à dire que M. Poutine n'a probablement pas ordonné la mort de M. Navalny "à ce moment-là", citant des personnes familières de l'affaire.

On pouvait s'en douter, d'ailleurs je n'ai pas entendu grand monde prétendre le contraire.

Link to comment
Share on other sites

il y a 51 minutes, gustave a dit :

On pouvait s'en douter, d'ailleurs je n'ai pas entendu grand monde prétendre le contraire.

Le journal Le Monde avait parlé d'un "assassinat" : https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/02/17/l-assassinat-d-alexei-navalny_6217068_3232.html

France Info a titré "On sait que c’est un meurtre, sinon le corps aurait immédiatement été rendu à la famille", affirme un géopoliticien : https://www.francetvinfo.fr/monde/russie/alexei-navalny/mort-d-alexei-navalny-on-sait-que-c-est-un-meurtre-sinon-le-corps-aurait-immediatement-ete-rendu-a-la-famille-affirme-un-geopoliticien_6376333.html

Le Point a titré Mort d’Alexeï Navalny : « C’est un meurtre, il faut le dire clairement » citant Natalia Morozova, juriste pour l’association Memorial : https://www.lepoint.fr/monde/mort-de-navalny-16-02-2024-2552611_24.php

Renew Europe a titré : « L'assassinat d'Alexeï Navalny ajoute du sang sur les mains de Poutine » : https://www.reneweuropegroup.eu/fr/news/2024-02-16/alexei-navalnys-murder-adds-more-blood-on-putins-hands

Link to comment
Share on other sites

Russie et dépendances, à l'influence politique dans le sport. 

L'actuel président du comité international Olympique, Thomas Bach, doit-il sa nomination à l'action de la Russie ? Une question soulevé à la suite d'un livre enquête par des journalistes du Süddeutsche Zeitung.

https://www.lemonde.fr/sport/article/2024/05/06/les-liens-troubles-entre-le-president-du-cio-et-vladimir-poutine-mis-en-lumiere-dans-un-livre-enquete_6231930_3242.html

Citation

Les liens troubles entre le président du CIO et Vladimir Poutine mis en lumière dans un livre-enquête

0c72e05_bc5545c12f7743eb99026dd2f49d7282

Si les relations entre Moscou et le Comité international olympique se sont détériorées en raison du durcissement des sanctions contre la Russie, Thomas Bach a longtemps été considéré comme un allié par le Kremlin, révèlent deux journalistes allemands dans l’ouvrage « Putins Olygarch ».

Par Serge Enderlin (Munich, envoyé spécial)

Publié aujourd’hui à 17h30, modifié à 19h01

La charge est précise, documentée, implacable. « Comme les oligarques russes qui sont parvenus à survivre jusqu’ici, le nôtre a suivi la règle à la lettre : argent et pouvoir contre loyauté inconditionnelle et fidélité politique à Vladimir Poutine », expliquent les journalistes allemands Johannes Aumüller et Thomas Kistner. Le leur ? Thomas Bach, 70 ans, à la tête du Comité international olympique (CIO) depuis 2013, présenté comme « l’oligarque » du chef de l’Etat russe, dans un livre-enquête (Putins Olygarch, dtv, 320 pages, 17,99 euros, non traduit), publié à un peu moins de trois mois de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Paris (26 juillet-11 août).

L’ouvrage des deux reporters du Süddeutsche Zeitung, le grand quotidien de centre gauche de Munich, est le résultat de plusieurs années de recherches et d’entretiens. Il montre que Thomas Bach a longtemps roulé pour Moscou, malgré les dénégations réitérées du principal intéressé et la récente crise entre le Kremlin et le mouvement olympique, qui laisse suggérer que les deux parties sont désormais irréconciliables ; au point que la Russie multiplie l’organisation d’événements parallèles, comme les Jeux des BRICS, en juin, et les Jeux de l’amitié, en septembre.

Johannes Aumüller et Thomas Kistner ont présenté leur opus, lundi 29 avril, dans la capitale bavaroise, soulignant qu’il pouvait se lire comme un « vade-mecum de la corruption à tous les échelons de la gouvernance du sport mondial », dont il retrace d’ailleurs avec autant de méticulosité que de gourmandise des épisodes antérieurs, pour la plupart connus, mais avec moins de détails.

Ainsi de la saga de l’équipementier allemand Adidas, présenté comme la matrice originelle de la corruption. Cette « véritable CIA des baskets », qui a eu recours à toutes les techniques du renseignement pour asseoir son pouvoir et tisser ses réseaux, notamment dans le bloc communiste URSS-RDA pendant les deux dernières décennies de la guerre froide. Un jeune juriste – médaillé d’or olympique au fleuret par équipe à Montréal en 1976 – fait partie du dispositif, dans l’entourage de Horst Dassler, le fils d’Adolf Dassler, fondateur de la marque : il s’appelle Thomas Bach.

Alfons Hörmann, un témoin-clé

La pièce maîtresse du livre est le témoignage, sous serment, d’Alfons Hörmann, ex-président du Comité olympique allemand, à la tête duquel il avait succédé à M. Bach en 2013. Il a confié aux auteurs une histoire restée jusqu’ici secrète, qui établit la proximité de longue date entre le président du CIO et l’autocrate russe, ainsi que les bases du pacte scellé entre eux.

Nous sommes en février 2011. M. Hörmann est, à cette époque, le patron de la fédération allemande de ski. Des épreuves internationales importantes se déroulent dans la station bavaroise de Garmisch-Partenkirchen. Il est essentiel que le gratin du sport allemand soit présent et affiche son unité, alors que Munich et Garmisch sont candidates à l’organisation de futurs Jeux d’été et d’hiver.

A peine arrivé dans les Alpes, M. Bach « s’est excusé pour le lendemain et, invoquant une confidentialité absolue, m’a dit qu’il s’envolerait pour Moscou à l’invitation de Vladimir Poutine, se souvient M. Hörmann. Il avait explicitement déclaré qu’il serait transporté par avion à destination et en provenance de Moscou à bord d’un appareil privé ».

Moins de vingt-quatre heures plus tard, Thomas Bach est de retour à Garmisch. A Alfons Hörmann, il rapporte que la conversation avec celui qui est alors le chef du gouvernement russe s’est avérée « agréable et fructueuse ». « Poutine m’a dit qu’il était d’accord avec ma candidature à la présidence du CIO et qu’il la soutiendrait activement, lui confie l’ancien champion d’escrime. (…) Maintenant, je suis sûr que je peux le devenir. » Ce sera chose faite, deux ans plus tard.

Le 10 septembre 2013, les applaudissements des caciques du Comité international olympique n’ont pas fini de retentir lors d’un congrès à Buenos Aires que le portable de Thomas Bach vibre dans sa poche. Au bout du fil, un homme tient absolument à être le premier à le féliciter : le maître du Kremlin.

« Une campagne de désinformation ciblée »

Cette connexion explique-t-elle l’extraordinaire passivité du CIO autour des révélations, dès la fin de l’année 2014, d’un système de dopage institutionnalisé en Russie ? C’est ce que laissent entendre Johannes Aumüller et Thomas Kistner dans leur enquête. « Le plus grand scandale sportif de l’histoire a d’abord été pris à la légère par l’institution, affirment-ils, puis il y a eu de multiples pressions sur l’Agence mondiale antidopage. A chaque fois, il s’agissait de permettre à Moscou de sauver la face, et jusque très récemment. »

Les tergiversations vont durer six ans, de demi-mesures en demi-sanctions. Un coup, on interdit de jouer l’hymne national, une autre les Russes n’ont pas le droit à leur drapeau ou à l’affichage de leur nationalité pendant les épreuves, concourant sous la dénomination baroque d’« athlète olympique de Russie », puis sous la bannière du comité olympique russe aux Jeux d’été de Tokyo. Le 24 février 2022, les troupes du Kremlin envahissent l’Ukraine. Ses athlètes se voient un temps mis au ban du sport mondial, avant qu’une question n’agite le siège du CIO à Lausanne (Suisse), quelques mois plus tard : comment fera-t-on pour que les athlètes russes puissent participer aux Jeux de Paris ? Ménager Poutine, à tout prix.

Cette décennie de compromission va pourtant s’achever à l’automne 2023, quand il apparaît clair aux yeux de Moscou que la présence de Thomas Bach a la tête de l’instance ne suffit plus à défendre ses intérêts et que le président du CIO finira par céder aux pressions internationales en durcissant les sanctions. Le 12 octobre 2023, le comité olympique russe est suspendu pour avoir placé sous son autorité quatre organisations de régions ukrainiennes occupées. C’est désormais la guerre ouverte avec la direction du CIO, à coups d’anathèmes.

Le Comité international olympique n’a pas répondu aux questions des auteurs de Putins Olygarch. A la place, il a fait savoir ceci : « Vos nouvelles questions suggèrent qu’elles sont basées sur des informations trompeuses, qui pourraient faire partie d’une campagne de désinformation ciblée qui est déjà en cours depuis plusieurs mois contre le CIO et son président. »

c1233be_1714984069454-bach9783423263924-

 

Link to comment
Share on other sites

L'optimisme de Marie Mendras :

https://www.telos-eu.com/fr/la-guerre-de-trop.html (4 mai 2024)

Marie Mendras a une thèse qu’elle résume clairement dans sa conclusion : « Il existe un lien de causalité entre la perte d’autorité en interne et la tentation de la guerre extérieure. Poutine déstabilise l’Ukraine parce qu’il est sur le qui-vive dans sa forteresse. (…) C’est bien un régime en mode survie qui cherche une protection dans l’intervention extérieure. L’urgence pour Poutine est de garder le pouvoir en Russie, certainement pas de l’étendre à l’Ukraine dans un projet de conquête territoriale traditionnelle » (p. 280) et, un peu plus loin, cette prévision optimiste : « L’invasion de l’Ukraine est la guerre de trop, celle qui mettra probablement le point final à l’entreprise dévastatrice d’un régime tyrannique » (p. 282).

Le délitement de la société russe rend l’auteur relativement optimiste sur l’avenir [peut-on d'ailleurs être optimiste sur le passé ?]. Imprévisible, le dictateur est aussi vulnérable, il vit dans la méfiance généralisée et la peur d’être lui-même assassiné. L’armée ne peut qu’être dysfonctionnelle. L’isolement de Poutine sur la scène internationale est grandissant. Une résistance interne s’organise sous des formes diverses, mais efficaces. « Si la tyrannie appelle la violence, la violence appelle la guerre et celle-ci éprouve la tyrannie » (p.177). La fin de la guerre conduira à la fin de la tyrannie.

Et les doutes de Dominique Schnapper :

J’avoue ne pas partager entièrement cet optimisme. Le poids de l’histoire pèse sur la conscience politique de la population qui, dans son histoire, n’a jamais fait l’expérience de la démocratie. Rien n’est moins naturel que la pratique démocratique, elle demande un long apprentissage. Beaucoup des populations russes les plus européisées et démocratiques ont quitté le pays. Que savons- nous de l’attitude de la population non politisée ? Je ne suis pas non plus sûre que les sanctions soient aussi efficaces que semble le penser Marie Mendras, l’Inde, l’Iran et la Turquie ont vu leur intérêt à aider la Russie à les contourner. Je suis aussi moins convaincue qu’elle sur la solidarité du monde démocratique, qui me paraît plus préoccupé par son bien-être immédiat que par la défense de la liberté politique ; le retard dans la livraison des armes nécessaires à la résistance de l’Ukraine risque d’avoir des conséquences tragiques sur l’évolution de la guerre.

Les régimes fondés sur la terreur ne s’écroulent pas aisément. La terreur et le mensonge sont des moyens de gouverner qui ont leur efficacité et les héros sont peu nombreux.

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, olivier lsb a dit :

Mais c'est encore surement un coup de la CIA, qui ne veut à la fois pas déstabiliser la Russie dont elle se fout, et lui piquer son influence en Géorgie. 

Ils ont un gouvernement et un parlement représentatif élus démocratiquement, avec un label "approuvé par l'OCDE", et ce n'est plus valable ? La majorité des votes exprimés à tort quand elle ne donne pas le résultat souhaité ?

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

Emission sur le sujet:

https://www.rfi.fr/fr/podcasts/invité-international/20240502-conflit-en-géorgie-le-pouvoir-table-sur-le-soutien-d-une-majorité-silencieuse

L'invité souligne aussi les nombreuses ingérences US. Certainement un agent russe.:biggrin:

Sur le fond ce qui est surprenant (si j'ai bien compris, je n'ai pas creusé particulièrement) c'est le refus d'un système de référencement des financements étrangers supérieurs à 20%, système qui n'est pas propres aux régimes pro russes ou totalitaires, et même assez légitime non?

Edited by gustave
Link to comment
Share on other sites

Les manifs en Georgie, c'est le Kremlin.

Les manifs à Paris c'est la CIA ( ou Poutine, çà dépend lesquelles ). Des marionnettes quand même dans tous les cas, n'imaginez pas qu'un manifestant pense en toute liberté, même au pays de Descartes.

Voila voilà.

( ou pas )

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, ksimodo a dit :

Les manifs en Georgie, c'est le Kremlin. Les manifs à Paris c'est la CIA ( ou Poutine, çà dépend lesquelles ). Des marionnettes quand même dans tous les cas, n'imaginez pas qu'un manifestant pense en toute liberté, même au pays de Descartes.

Le manifestant, même au pays de Descartes, il achète du Nouvel Ariel parce que la publicité lui a dit qu'il lavait plus blanc que l'ancien.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, Skw a dit :

Le manifestant, même au pays de Descartes, il achète du Nouvel Ariel parce que la publicité lui a dit qu'il lavait plus blanc que l'ancien.

Ouh là... Ça marque pas mal son époque cette vanne là... :laugh:

Link to comment
Share on other sites

https://www.bbc.com/news/world-europe-69000698 (13 mai 2024)

Le président russe Vladimir Poutine s'apprête à remplacer son allié de longue date Sergei Shoigu au poste de ministre de la défense, a annoncé le Kremlin.

M. Shoigu, âgé de 68 ans, occupe ce poste depuis 2012 et sera nommé à la tête du Conseil de sécurité de la Russie.

Des documents publiés par la chambre haute du parlement russe indiquent que M. Shoigu sera remplacé par le vice-premier ministre Andrei Belousov.

Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, Wallaby a dit :

M. Shoigu sera remplacé par le vice-premier ministre Andrei Belousov.

Un peu étrangement c'est un économiste ...

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Vu que le précédent était un ingénieur civil qui a inventé le "ministère des situations d'urgence" pour mieux se faire remarquer pour, ensuite, se retrouver comme par magie général d'armée sans formation ni carrière militaire à la tête du ministère des armées (tout débordant sur les affaires étrangères), l'étrange est depuis longtemps la norme dans l'univers de Poutine.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, gustave a dit :

Peut-être en rapport avec la dimension industrielle du conflit ? 

L'enjeu stratégique d'un conflit débordant assez largement de la sphère militaire 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, g4lly a dit :

Un peu étrangement c'est un économiste ...

Dans une guerre d'usure longue ET une économie de guerre, de flux, etc...c'est pas forcément couillon. Y'aura toujours de la ressource en N-1 pour les choses plus mili.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,966
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...