Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Armée Suisse


AWACS
 Share

Recommended Posts

De plus dispose-t-elle de soldats à y envoyer ? En l'état actuel clairement non. Il faudrait disposer d'une armée professionnelle pour cela. On ne peut pas y envoyer des miliciens non préparés et surtout non motivés, de plus cela mettrait clairement le pays en état de guerre. Et comment sélectionnerait-on les troupes à y envoyer, cela ressemblerait à une loterie plutôt funeste.     

pas d'accord...

il est sur et certain que l'on ne va pas envoyer des soldats en cours de répétition ou service long se faire massacrer en Afghanistan.

Par contre je pense qu'un système du même genre que celui appliqué pour le Kosovo serait possible.

Et de toute façon, il faudrait choisir quelques types d'éléments on voudrait envoyer.

Exemple 1:

si on envoie de l'infantrie (et tout ce qui va avec), je suis sûr qu'on arriverait à recruter assez de soldats motivés dans les corps d'élites tel que: les Grenadiers, les Grenadiers de char ou les Eclaireurs parachutistes. Voir même des soldats simples fusillés mais motivés et avec un très bon niveau.

Ils seraient encadrés par des militaires professionnels, soit chargés de l'instruction dans ces unités, soit venant du DRA ou de la sécurité militaire.

Et bien sûr, on ne les enverrait pas directement en Afghanistan, ils s'entraineraient d'abord intensivement pendant 3 à 4 mois, minimum, avant d'être déployés pour autant de temps.

Coté équipement, il faudrait bien sûr lancer quelques Cash programme sur l'équipement des soldats et le blindage des véhicules, mais je pense qu'avec un mix de Eagle II (que l'on aurait surblindé), de CV90 et de Duro IIIP (parait-il qu'ils sont mieux protégés contre les IED que les Piranah...) on aurait déjà du matos pas trop merdique.

Idem pour l'armement, nos soldats n'ont pas que de la merde (SIG-550 ou 552, FASS, etc.).

Coté motivation, je pense qu'on combinant les avantages accordés aux soldats de millice (assurance gratuite, transport gratuit en suisse, etc.) avec une bonne solde/salaire (genre celui touché par les officiers ou sous-officiers de millice pendant l'IFO, soit jusqu'à 4500/5000 CHF pour un lieutenant...) et en comptant cet engagement comme temps de service (donc plus de cours de répétition par la suite), on pourrait rendre la chose attractive.

Exemple 2: missions autour des forces aériennes

Nos forces aériennes disposent d'hélicoptères performants (les cougar) et équipés d'un système de contre-mesure, donc je pense qu'ils pourraient facilement être utiles en Afghanistan. Il faudrait bien sûr les modifier un peu (permettre le montage de mitrailleuses, etc...) mais ça ne devrait pas couter trop cher.

Dans ce cas, le personnel serait un mix de professionnels et de milliciens. Les pilotes (que l'on enverrait s'entrainer aux combats dans une unité française, espagnole ou nerlandaise (vu qu'ils ont des Cougar...) seraient bien sûr pro, le personnel au sol un mix de professionnels (pour l'encadrement et les taches les plus pointues) et de soldats de millice (pour la préparation et la maintenance courante des machines). Tout le personnel suivant quand même une formation d'au moins un mois aux techniques de combat et de survie, au cas où, même s'il (en dehors des équipages d'hélico) ne sera probablement jamais ammené à quitter la base.

Pour ce qui est des servants de mitrailleuse, là j'ai pas de solution, vu qu'aucun militaire suisse ne doit être formé à ce genre d'exercices... On pourrait éventuellement prendres des gars du DRA ou des éclaireurs para (pour rester dans les forces aériennes...) ou alors demander à un pays ami de fournir des servants (genre coopération avec la France, vu qu'ils n'ont que peu de machines sur place).

Mais dans tous les cas, le problème sera, à moins avis, le soutien aux troupes déployées. Là, que nous ayons une armée pro ou de millice, cela ne changera rien tant que nous n'aurons pas d'appareils de transport tactiques...

A moins de payer la peau des fesses des compagnies civiles ou de supplier les alliés pour qu'ils nous laissent utiliser leurs avions de transport, nous sommes incapables de soutenir des troupes déployées si loin de notre pays...

PS: il ne s'agit là que d'une discution sur nos moyens, pas sur l'utilité d'une telle OPEX...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
  • 4 weeks later...

Enfin l'armée suisse va changer ses bottes, datant de l'âge de pierre, pour de nouvelles, elles devraient être développées en Suisse et distribuées à la troupe en 2013.

J'espère qu'elles tiendront chaud aux pieds ces nouvelles bottes. Mais sinon elles étaient pas si mauvaises, solides, protégeaient bien les chevilles, étanches.

J'attends avec impatience de nouveaux gants et une écharpe de camouflage parce que l'actuelle bleu-gris  :lol: rien de mieux pour passer inaperçu.

Link to comment
Share on other sites

perso, j'aurais bien aimé une deuxième paire de bottes "légères" plutôt qu'une deuxième paire standard...

pour l'utilisation que j'en faisais, une paire de basket aurait largement suffit...

Et je ne ne dois de loin pas être le seul soldat à penser cela... Vive les planqués qui ne sortent jamais de leur halle/bunker. :lol:

La paire de bottes de combat standard servant pour les exercices en terrain moins faciles, donc plutot pendant les 7 semaines de formation initiale...

Mis à part ça, si on excepte le fait qu'en été, c'est de véritables autocuiseurs et que ça prend quelques semaines pour les former, moi je les aimais bien. Je les trouvais même assez confortables, à la longue. J'ai même pas eu de cloques après la marche du soldat de 35 km, c'est dire...

Bon, bien sûr, le soir, quand on avait fini le service, c'était avec plaisir que j'enfilais des baskets ou des schlaps et une tenue civile...

PS: les KS, étanches, oui, dans les limites du raisonnable... Les traversées de rivière, elles n'aiment pas trop. :lol:

Link to comment
Share on other sites

Selon une information de la télévision suisse alémanique l'armée suisse et son DRA 10 pourrait intervenir dans le golf d'aden en colaboration avec l'Europe afin de protéger les bateaux avec pavillons suisse.

relayé par la TSR hier soir en image

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&channel=info#program=15;vid=10105847

Il n'y a encore pas de confirmation ou de négation de la part du conseil fédéral.

Link to comment
Share on other sites

Salut

L'armée suisse va acheter pour 50M$ des tourelleaux Kongsberg M-151 pour équiper le GMTF Type 93

Les livraisons débutereont fin 2009

Image IPB

Et aussi pour équiper le véhicule de reco ABC (12 véhicule sur Piranha 8x8)

Image IPB

Ainsi que le véhicule de détection ABC (4 systèmes soit 12 véhicules sur DURO 3)

Image IPB

Au total et d'ici 2012 l'armée suisse doit recevoir =

- 220 DURO IIIP

- 12 DURO III de détection ABC

- 12 LAV reco ABC

Le tout pour un cout de 217 M$

Sinon

Elle a recu aussi 8 Piranha 3C 8x8 de guerre éléctronique (EWV) fin 2007/début 2008

Image IPB

Recoit ou a recu 186 char de grenadier 2000 (CV-90)

Image IPB

12 Char du génie KODIAK AEV (leopard 2) à recevoir en 2010

Image IPB

26 Piranha 3 8x8  C3I livrés en 2010/2011

Image IPB

Au total l'armée suisse disposerait de 900 Piranha en différentes versions =

- 310 Chasseur de char 6x6 Piranha 1

Image IPB

Sur ces 310 =

- 40 sont modernisés en ambulance blindées (2006/2007)

Image IPB

- 160 vont être modifié en "protected command vehicle" entre 2008 et 2010

Image IPB

- 515 transport APC 8x8 Piranha 2

http://img.blog.yahoo.co.kr/ybi/1/24/56/shinecommerce/folder/8/img_8_4554_6?1150979832.jpg

http://img.blog.yahoo.co.kr/ybi/1/24/56/shinecommerce/folder/8/img_8_4554_1?1150979832.jpg

156 Eagle 1

175 Egale 2

120 Eagle 3

http://www.armyrecognition.com/europe/Suisse/vehicules_a_roues/Eagle/Eagle_Artillery_Observation/Eagle_Armoured_Vehicle_Artillery_Observation_Swiss_11.jpg

Iy a un projet de modernisation de 120 du Panzer 87 en PZ87WE

http://img101.imageshack.us/img101/637/87web7zd.jpg

Nouveau blindage, système éléctrique de tourelle, tourelleau télé-opéré, nouveau caissons de rangement, nouvelle optique, nouveaux système de navigation..........

Link to comment
Share on other sites

hé bé... Vous avez pas aussi du vieux matos de plus de 30 ans toujours en première ligne (un peu comme nous autres français avec notre AMX 10 lol) ??

Impressionnant tout ça au demeurant, du neuf et du solide  :O Perso aux Eagle I/II j'préfère les CV 90 ceci dit ;)

Link to comment
Share on other sites

M113: il doit encore en rester quelques uns...

M109: modernisés il y a quelques années.

Et bien sûr la logistique... Nos camions tout-terrains (c'est à dire autre qu'IVECO...) sont vieux, que ce soit les Steyr (quelle merde ces engins, pourtant ils sont plus récents que les Saurer...) ou les Saurer (increvables ces bestioles...).

On doit aussi avoir de vieux engins chenillés destinés au ravitaillement des troupes d'artillerie, de conception américaine il me semble.

Link to comment
Share on other sites

les M109 tu peux difficilement faire récent dans ce domaine non ? Les automoteurs blindés récents ne courent pas les rues. En gros les seules réelles antiquités suisses sont donc des M113 et quelques camions tout terrains... Ca va, on a pire ;) lol Et tant mieux pour la Suisse !

Je me suis d'ailleurs toujours demandé ce que cela donnerait si la France faisait moins d'opex et en serait restée à une armée de conscription. On éviterait alors les gouffres à fric (pour des causes perdues bien souvent) et, fin de guerre froide aidant, on aurait pu se recentrer sur du matériel de qualité pour un effectif moindre. M'enfin, l'histoire fiction ne sert pas à grand chose lol

++

Link to comment
Share on other sites

Salut

Oui il doit rester quelques versions spécialisées

- Déminage Minenräumpanzer 63/00

http://img.blog.yahoo.co.kr/ybi/1/24/56/shinecommerce/folder/7/img_7_3933_6?1147309882.jpg

et la version porte-mortier de 120 mm Minenwerferpanzer 64/91 (entre 95 et 120 unités selon les sources ....)

Image IPB

Photo de l'infanterie

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Détachement de reco 10

Image IPB

Nouvelle tenue climat désertique

Image IPB

4X4 Gavial pour les forces spéciales

Image IPB

Image IPB

Link to comment
Share on other sites

salut,

tu entends quoi par "forces spéciales" ? (photos avec le Gavial)

DRA 10 (détachement de reco), une unité pro ou une unité de milice, type Grenadiers ou Eclaireurs Parachutistes ?

Ou alors des unités plus standards, mais formées à des missions plus particulières ?

D'ailleurs, j'éspère que les 4x4 des FS ont un moteur un peu plus puissant que celui des Push*, parce que sinon, je les plains...

Sinon, les militaires avec une tenue de couleur unie sont des membres de la sécurité militaire, c'est il me semble les seuls à porter cette tenue.

*en montée (c'est pas très plat, la suisse...), un Push vide (juste le chauffeur...) avec une remorque vide (3 tonnes), ça dépasse dificilement les 30/40 km/h...

à plat, si le Push et la remorque sont chargées (jusqu'à 5 tonnes, au grand maximum), difficile de dépasser les 50 km/h, même à plat...

Link to comment
Share on other sites

salut,

tu entends quoi par "forces spéciales" ? (photos avec le Gavial)

DRA 10 (détachement de reco), une unité pro ou une unité de milice, type Grenadiers ou Eclaireurs Parachutistes ?

Ou alors des unités plus standards, mais formées à des missions plus particulières ?

D'ailleurs, j'éspère que les 4x4 des FS ont un moteur un peu plus puissant que celui des Push*, parce que sinon, je les plains...

Sinon, les militaires avec une tenue de couleur unie sont des membres de la sécurité militaire, c'est il me semble les seuls à porter cette tenue.

*en montée (c'est pas très plat, la suisse...), un Push vide (juste le chauffeur...) avec une remorque vide (3 tonnes), ça dépasse dificilement les 30/40 km/h...

à plat, si le Push et la remorque sont chargées (jusqu'à 5 tonnes, au grand maximum), difficile de dépasser les 50 km/h, même à plat...

http://en.wikipedia.org/wiki/AGF_(Light_infantry_vehicle)

160ch ca devrait aller.

Link to comment
Share on other sites

SaluT

Les seules forces spéciales sont le DRA10 ,les autres unitées (grenadier + CE17) sont considérées "capable de menées des opérations particulières", un peu comme les MEU (SOC) des US marines

Le DRA10 unité complètement profesionnelle déclarée opérationnel le 01 aout 2007 et qui est basée au MONTE CENERI (sud de la suisse)

Elle disposerait d'une dizaine de Gavial, serait composée de 90/100 hommes (objetcif en 2011)

IL est rattaché au FRAG (formations de reco et de grenadier de l'armée), mais ces unités sont des troupes de milices composée de peu de professionnels (encadrement)

Le problème des FRAG ,c'est qu'ils ne peuvent pas intervenir hors du sol Suisse, contrairement au DRA10 qui lui peut être amené à intervenir à l'étranger (ordonnance du conseil fédéral de 2006)

L'unité peut être utilisée en sécurisation d'ambassade, extraction de personnels.......)

Pour les paras, je crois qu'il y a une seule unité para dans l'armée Suisse, c'est la 17° compagnie d'éclaireurs des forces aériennes, mais c'est une unité composée de milicien (elle appartient aussi au FRAG avec le DRA10 et les grenadiers), compte 150 hommes et est basée à MAGADINO

Pour les grenadiers, composés des battaillons 20-30 et 40 (réserve)

Le battallion 20 dispose de 3 compagnie de combat + 1 compagnie d'appui (dont des STINGER) + 1 compagnie de commandement

Le battaillon 30 est composé de 2 compagnies d'exploration/reco ,1 compagnie d'action directe et il met en oeuvre comme le DRA10 des GAVIAL, La quatrième section des compagnies d'exploration  sera qualifiées "para"

Pour les armes, les grenadiers sont équipés du FAS90 ,de minimi, de SAKO.338, de PGM Hecate, panzerfaust3, mortier de 81 mm, FASS90 + 40mm, HKMP5SD3, Sig P220, Remington 870, Stinger, mitrailleuses de 1.70 mm

IL devrait recevoir/ont recus des minidrones

Link to comment
Share on other sites

oui, seule la compagnie 17 est une compagnie parachutiste.

Les futurs éclaireurs parachutistes sont formés par la FOAP (formation d'application) av 31, une des trois FOAP* des forces aériennes et celle-là même qui est responsable de la formation des futurs soldats d'aviation (commandements 81 et 82), éclaireurs parachutistes (commandement 83), opérateurs de drône (commandement 84) et pilotes (commandement 85).

La formation d'éclaireurs parachutistes est probablement la formation de milice la plus dure de l'armée suisse. Il n'y a pas d'ailleurs pas de soldats, juste des sous-officiers et des officiers, ce qui en fait une arme à part.

A noter quand même que tous les éléments du FRAG sont basés au Tessin, les Grenadiers étant basés à Isone.

*il y a aussi la FOAP aide cmdt 30, chargée de la formation de tous les opérateurs météos, radars, communication etc. des forces aériennes et la FOAP dca 33, qui forme tous les soldats chargés de descendre les avions...

Link to comment
Share on other sites

négatif.

D'ailleurs, j'ai du mal à voir l'utilité:

pour le sanitaire, on a des Piranha et bien sûr des véhicules non blindés (je crois qu'on a des Duro 6x6, sans compter les ambulances civiles).

pour la reconnaissance, les Eagle font l'affaire (ils sont fait pour...), et il y a en plus les chasseurs de char, qui doivent aussi pouvoir faire de la reco, en cas de besoin.

pour la surveillance, il y a les Eagle I et II, sans parler des Puch, qui font aussi l'affaire, même s'ils ne sont pas armés ni blindés...

pour le transport de gradé/troupes, les GMTF doivent pouvoir faire l'affaire, sans compter les Duros non blindés, qui embarquent quand même 18/19 passagers...

pour le commandement, il y a les futurs Piranha chasseurs de char modifiés, ou les Duro de commandement non blindés.

pour l'ABC, il y a à la fois des Duro IIIP et des Piranha IIIC, qui viennent d'être commandés.

Link to comment
Share on other sites

Sans être a jour sur le sujet, je crois savoir que la formation d'explorateur au sein de l infanterie va être rétablie ( www.explorateur.ch ). Ils devront notamment explorer le terrain et accompagner les piranha et le GMTF. Apparement les essais avec l'eagle n avait pas été concluante pour l'exploration en faveur des brigades d infanterie en 1999. ( http://www.checkpoint-online.ch/ , menu direct article Exploration dans l'infanterie mécanisée: extraits du rapport d'instruction dans le bat fus méc 19 )

Dès lors, je ne sais pas si il a été envisagé d'équiper ces explorateurs avec d'autres véhicules spécifiques comme le eagle IV.

Link to comment
Share on other sites

sinon pour en revenir à nos troupes de chocs, certaines missions prises en charge par des troups spécialisées dans d'autre pays sont prises en charge, en suisse, par la Police Militaire.

Surtout dans le domaine de la sécurisation de convois (par exemple le transport d'armements particuliers, type missiles Air-Air), les missions à l'étranger, l'escorte de personalités (le conseil fédéral est protégé par la PM), protection des ambassades, etc.

En plus, bien sûr, des missions de police militaire "normales".

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

La Marine Française prête à intégrer les soldats suisses

Par Michel Guillaume, Titus Plattner

Exclusif. Si le Conseil fédéral confirme la participation des Forces spéciales suisses à la mission Atalante pour lutter contre la piraterie, la France devrait les accueillir.

Sur le plan militaire, l’essentiel est planifié: les hommes du DRA 10, le détachement de forces spéciales de l’armée suisse qui participerait à la mission de lutte contre la piraterie Atalante, devrait rejoindre le détachement de fusiliers marins français qui se trouve déjà sur place. Ne manque plus que la décision finale du Conseil fédéral, qui se prononcera lors de sa séance du 14 janvier. Dans les trois à cinq jours suivants, la troupe d’élite basée au Tessin partirait pour le golfe d’Aden. Le projet a été soumis le 7 janvier au nouveau chef du Département de la défense, Ueli Maurer. Il prévoit deux teams de sept spécialistes du DRA 10, accompagnés de cinq à dix personnes, qui assureraient le commandement et la logistique.

Leur intégration aux troupes françaises aurait lieu aussi bien en mer, sur l’une des frégates tricolores, que sur terre, au sein du campement français à Djibouti. A la fin de novembre, l’amiral Marin Gillier, commandant de la Force des fusiliers marins et commandos à Lorient, avait dit sa «disponibilité» à accueillir les Suisses qui participeraient à l’opération Atalante, selon une source au Département de la défense à Berne.C’est Jacques Dousse, ancien chef des Forces terrestres devenu attaché de défense à l’ambassade suisse de Paris, qui a servi d’intermédiaire. Le Fribourgeois refuse de confirmer l’information: «La seule chose que je puisse dire, c’est que j’ai bien vu l’amiral.»

Sarkozy sait aller vite. La Suisse dispose déjà d’un accord avec la France portant sur l’instruction des Forces spéciales. Il faudrait simplement ajouter un avenant à ce Memorandum of Understanding, afin de permettre une collaboration dans le golfe d’Aden. Cela peut se régler en deux à trois jours, estime Jacques Dousse: «Si le ministre de la Défense, Hervé Morin, le veut, il peut en parler très rapidement avec le président Sarkozy.» Le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Grèce, l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique et la Suède participent ou participeront également à l’Eunavfor Somalie, mise sur pied pour lutter contre la piraterie au large des côtes somaliennes. Jusqu’à présent, les membres du DRA 10 ont le plus souvent travaillé avec les commandos français. Le dernier entraînement en commun s’est déroulé il y a deux mois à peine dans le Sud-Ouest de la France pendant deux semaines. Auparavant, les Français sont venus à plusieurs reprises au Tessin. Tous les membres du DRA parlent au moins le français, l’allemand et l’anglais. Et certains d’autres langues plus exotiques.

Dans le scénario d’une intégration aux troupes françaises, l’opération coûterait 8 à 10 millions de francs et s’étendrait jusqu’à la fin de 2009. En cas de prolongation de la mission en 2010, il faudrait une rallonge budgétaire. «Ce serait lourd, mais nous serions capables d’assumer un tel engagement», soutient une source proche du DDPS. Actuellement, le Détachement de reconnaissance d’armée 10 ne compte qu’une quarantaine de militaires, tous professionnels. L’effectif complet de 91 membres, qui avait été calculé pour mener simultanément plusieurs missions, ne sera atteint que dans cinq ou six ans.

Une collaboration avec d’autres nations serait également envisageable, mais elle serait plus compliquée et augmenterait probablement les coûts de l’intervention suisse. Quant à une action qui préserverait une certaine indépendance des unités suisses – en apparence du moins –, elle se monterait à 15 ou 20 millions de francs sur l’année 2009, selon les estimations encore «très floues» de l’état-major de conduite de l’armée.

Juristes et troupes sanitaires. Ce projet d’engagement répond à l’appel adressé au début de décembre par l’Union européenne. Comme la Suisse, neuf autres pays tiers ont été sollicités: la Norvège, le Canada, la Croatie, la Corée du Sud, le Japon, les Emirats arabes unis, la Turquie, l’Ukraine et la Malaisie. Le 16 décembre, tous ces pays étaient conviés à une conférence de coordination qui s’est tenue au quartier général de l’Eunavfor à Northwood, au sud de l’Angleterre, sur l’île de Wight. Côté suisse, c’est le divisionnaire Jean-Pierre Badet, représentant militaire au siège de l’OTAN, à Bruxelles, qui a fait le voyage. Il était secondé par un spécialiste du Département des affaires étrangères (DFAE).

Outre le besoin en Forces spéciales pour monter la garde sur les navires marchands les plus exposés lors des convois emmenés par une frégate militaire, d’autres contributions ont été demandées:

- des troupes sanitaires;

- des capacités de planification dans les états-majors;

- une expertise juridique dans le domaine très complexe du droit maritime international.

On peut imaginer que la contribution suisse concerne également l’un de ces domaines, estime un proche du dossier à Bruxelles. La piste d’une équipe de juristes envoyés à Northwood et financés par la Suisse est actuellement étudiée. On parle aussi d’une contribution suisse aux frais communs de l’Eunavfor, de l’ordre de 12 millions de francs. En tout, le budget à débloquer pour l’ensemble de la participation helvétique se monterait donc à 20 ou 25 millions.

Seulement voilà, comme pour l’engagement du DRA 10, l’affaire est éminemment politique, voire politicienne. Et c’est bien le problème, comme le déplorent plusieurs personnes travaillant sur le dossier.

Erreur du Conseil fédéral. «Il est regrettable que le Conseil fédéral ait donné son accord de principe le 19 décembre 2008, avant que les détails techniques et juridiques n’aient été clarifiés», estime l’une d’elles. Cela a permis à tous ceux qui sont opposés à un tel engagement de mettre des bâtons dans les roues, sans connaître l’arrière-plan de l’opération. Chez certains hauts gradés, les dissensions seraient particulièrement fortes. Il y aurait aussi une ou deux voix discordantes au DFAE.

Pour ne rien arranger, cette décision du Conseil fédéral a précédé de quelques jours seulement l’entrée en fonctions du nouveau chef du DDPS. Qu’ils l’aient fait intentionnellement ou non, ses collègues ont offert un cadeau empoisonné de bienvenue à Ueli Maurer, dont le parti n’est pas franchement favorable à un engagement militaire à l’étranger.

D’autant que Pascal Couchepin a jeté de l’huile sur le feu en évoquant le sujet lors d’une interview à la fin de décembre (il aurait été dépassé par l’ampleur de la réaction à ses propos) et que Micheline Calmy-Rey vient de participer à une émission sur la question à la télévision alémanique.

L’UDC parle déjà de scandale et le Parti socialiste se montre pour le moins sceptique. Les débats au Parlement seront tendus au début du mois de mars, lorsqu’il s’agira de faire valider a posteriori l’éventuel engagement suisse au sein de l’Eunavfor.

Argumentation à clarifier. D’ici là, le Conseil fédéral devra également revoir son argumentation. Pour l’instant, il invoque avant tout la protection des 35 bâtiments naviguant sous pavillon helvétique. Seulement voilà, sur un trafic mensuel de 2000 bateaux entre la Corne de l’Afrique et le canal de Suez, seulement un à quatre navires portent les couleurs suisses. Les détourner par le sud, via le cap de Bonne-Espérance, coûterait probablement moins cher (environ 500000 francs par navire), que les 20 à 25 millions nécessaires à l’opération Atalante. D’autant que, avec la récession économique, le nombre de passages baissera encore.

Le véritable enjeu tient à la solidarité que la Suisse témoigne concrètement pour la résolution d’un problème de dimension internationale. La Suisse, qui profite autant que les autres de l’essor du trafic maritime, peut-elle rester à l’écart? En deuxième lieu, il s’agirait également d’une manière peu onéreuse de faire un pas en direction de l’Union européenne. Dans le contexte où les discussions avec l’UE sont de plus en plus tendues (différend fiscal, etc.), cela donnerait un peu de lest aux négociateurs helvétiques.

Reste à savoir si l’envoi de quelques soldats d’élite dans le golfe d’Aden est la façon la plus habile de répondre à ces questions.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,751
    Total Members
    1,550
    Most Online
    jmdc33
    Newest Member
    jmdc33
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...