Philippe Top-Force

Aéronavale et l'avenir

Recommended Posts

Je te rappelle qu'aux origines l'armée de l'air n'était qu'un corps de l'armée de terre alors que l'aéronavale a toujours était marine. et nah !!! 

au départ, il s'agissait uniquement d'hydravions. C'était donc normal. Mais maintenant que l'air te l'aéronavale ont toute 2 des Rafale (en plusieures versions), il faurait repenser le système. De même pour l'aéronavale et l'ALAT, qui auront toutes deux le NH90.

Share this post


Link to post
Share on other sites

qq remarques

Vous remarquerez le nombre d'alouettes III encore en ligne

18 Lynx ASM arment 8 navires ASM (le 9 ème le Jo Leygues est la conserve de la Jeanne)

Nous avons commandé (à ce jour) 13 NH 90 ASM ... Cà fera juste le compte dans 15 ans pour 8 FREMM ASM  :'(

Ce chiffre de 27 NH Marine dont 13 ASM est connu depuis plus de 10 ans...

Share this post


Link to post
Share on other sites

qq remarques

Vous remarquerez le nombre d'alouettes III encore en ligne

18 Lynx ASM arment 8 navires ASM (le 9 ème le Jo Leygues est la conserve de la Jeanne)

Nous avons commandé (à ce jour) 13 NH 90 ASM ... Cà fera juste le compte dans 15 ans pour 8 FREMM ASM  :'(

Ce chiffre de 27 NH Marine dont 13 ASM est connu depuis plus de 10 ans...

Ils n'ont pas d'hélico ASM dans l'ALAT ?  Merde alors... On est con  on n'y a pas pensé. Avec toutes ces histoires d'inte-armées on fini par se mélanger les pédales.... :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut lire partout sur les jouraux régionaux y compris le Sirpa mer.

Trois avions Super-Etendard de Landivisiau bientôt déployés en Afghanistan

Ils sont habituellement basés à Landivisiau, dans le Finistère, quand ils ne sont pas embarqués sur le porte-avions Charles de Gaulle. En juin, trois avions de combat Super-Etendard de la flottille 17F partiront pour l'Afghanistan pour quatre mois. Basés à Kandahar, dans le sud du pays, ils seront engagés aux côtés de trois Mirage 2000 de l'armée de l'Air. Le détachement de la flottille 17F comprendra une cinquantaine d'hommes, dont une petite dizaine de pilotes.

Ce déploiement à terre de l'aéronavale embarquée est une première depuis la guerre d'Algérie. Il s'explique par l'indisponibilité du porte-avions Charles de Gaulle, en entretien majeur jusqu'à la fin 2008. En Afghanistan, les avions de combat français appuient les troupes terrestres de l'Otan qui affrontent les Talibans.

Privés de porte-avions, les marins du Charles de Gaulle s'entraînent à terre

Grutage d'un avion Rafale,  transport de charge sous hélicoptère, lutte anti-incendie... Privés de porte-avions, une quarantaine de marins du Charles de Gaulle s'entraînent actuellement à terre aux manoeuvres de pont d'envol sur la base d'aéronautique navale de Landivisiau.

Un pont d'envol fictif a été tracé au sol sur un parking de la base. Ses dimensions sont équivalentes à celles du pont d'envol du Charles de Gaulle (12 000 mètres carrés, soit 1,2 hectares). Il permet aux marins de s'exercer à manoeuvrer les avions dans un espace réduit.

Dans les locaux attenants de la flottille 16F, des postes de commandement ont été aménagés. Ils communiquent par radio avec les hommes d'équipage qui se trouvent sur la piste d'envol.

Baptisé "Carrier week", cet entraînement a lieu du 13 au 23 mai. C'est le deuxième du genre. Une troisième session est prévue en septembre prochain.

Le Charles de Gaulle est actuellement indisponible pour cause de grand carénage à Toulon. Les entraînements à terre doivent réduire le délai nécessaire pour qu'il redevienne pleinement opérationnel une fois qu'il sera sorti de cette période d'entretien majeur.

Cette forme d'entraînement à terre est inédite. Elle s'explique par le fait que la France ne dispose plus que d'un seul porte-avions depuis la vente du Foch au Brésil en 2000.

Image IPB

http://www.defense.gouv.fr/defense/breves/exercice_d_entrainement_sur_porte_avions_pour_la_marine

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un pont d'envol fictif a été tracé au sol sur un parking de la base. Ses dimensions sont équivalentes à celles du pont d'envol du Charles de Gaulle (12 000 mètres carrés, soit 1,2 hectares).

En réalté il est moins long d'une cinquantaine de mètres, le parking de l'ex 16F étant trop petit.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En réalté il est moins long d'une cinquantaine de mètres, le parking de l'ex 16F étant trop petit.

Vu les contraintes budgétaires, il n'avait plus de peinture au sol  :lol:

Une petite vidéo pour se faire plaisir

http://www.dailymotion.com/relevance/search/IPER/video/x5g2jd_ter-questions-diper-dun-pont-a-laut_news

;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ces "bons vieux Super-Etendard" rendent toujours d'immenses services =). Au faît à quelle date ceux qui restent en service seront-ils tous portés au standard "SEM-5" ? (c'était pas 2009 ?). Est-il prévu un standard "SEM-6" ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Retrait progressif à compter de 2015 au fur et à mesure que les potentiels des avions s'épuisent. Place à la prochaine génération.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un avion Rafale de l'aéronautique navale est sorti de piste jeudi matin sur la base de Lann-Bihoue, près de Lorient (Morbihan) et son pilote s'est éjecté puis a été hospitalisé pour examens, a annoncé la marine nationale dans un communiqué.

Le pilote était conscient quand il a été récupéré pour être évacué sur l'hôpital Bodelio de Lorient où il a été placé en observation.

C'est le premier incident connu de ce type touchant un Rafale de la marine.

Source: AFP

Share this post


Link to post
Share on other sites

le pilote est vivant l'avion à peu près intact... Cà sera facile

Share this post


Link to post
Share on other sites

le pilote est vivant l'avion à peu près intact... Cà sera facile

L'appareil, apparemment sans dommage, hormis sa verrière détruite lors de l'éjection, a été aussitôt sécurisé par les services techniques de la marine et va faire l'objet d'une expertise afin de déterminer les causes de l'incident. Contacté par lepoint.fr, Yves Robins, directeur de la communication de Dassault Aviation (fabricant du Rafale) explique : "Toutes les données techniques de l'appareil seront fournies aux enquêteurs."

Un problème de freinage sur une piste détrempée par la pluie ou un atterrissage, qui aurait été trop long, voire trop dur, figurent parmi les pistes prochainement examinées par les hommes du Bureau d'enquêtes accidents défense (BEAD).

Le Rafale, équipé d'un siège éjectable dit "0/0", permet au pilote de s'éjecter au niveau du sol et à l'arrêt. Ces sièges peuvent également être utilisés en cas de panne de freinage et à faible vitesse lors d'un appontage ou d'un catapultage défectueux sur porte-avions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

collectionneur: oui près de Cherry point bagley field un nom dans ce style

un pont de Tarawa pour l'entraînement des pilotes de AV 8 des Marines

Pour la sortie de route du 16 les traces monrent qu'il a suivi la piste jusqu'au bout et que la barrière visible en arrière plan ne s'est pas déclanchée...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hier sur l'USS Harry Truman

Waouh la navy ne boycotte pas le Rafale comme l'air force ... il en parle meme sur leur site ...

C'est rigolo la marge qu'il y a sur la piste oblique par rapport au CdG ... il pourrait presque atterrir sans brin d'arret :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et apparemment ils décollent même sans PC. Faut dire qu'ils sont pas très chargés sur ces photos.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Dark

Les F14 D Tomcat remotorisés pouvaient faire de même

Pas d'enfoncement en bout de pont pour le Rfale

Content de vous relire Bbe

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a aussi celle ci qui est pas mal. Le Rafale vu de devant, ca fait 20 ans que j'en bave (faut pas dire a ma copine  ;)...

Image IPB

Hires: http://www.navy.mil/management/photodb/photos/080521-N-2984R-066.jpg

A noter que sur la 2eme photo postee par BBe, il s'agit du M02 en train de faire un touch & go (il n'a pas apponte contrairement au M15 et M17). Le M02 sert au developement du Standard F3, donc c'est plutot encourageant que Dassault trouvent le temps d'aller faire la recree sur le Truman.  =) Ca doit dire que le development du F3 avance bien.

C'est le calme plat sur le forum "European Navies" sur Warships. Il est en train de mourrir lentement... =( C'est peut etre pour ca que BBe reviens ici?

Share this post


Link to post
Share on other sites

sur la une ce midi reportage sur l'entrainement du personnel sur la "maquette" du CDG aux sol 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour a tous ci-dessous un article sur le midi libre Édition du jeudi 22 mai 2008

La Ban de Nimes Garons n'a jamais été tant menacée

Lors de sa venue à Nîmes le week-end dernier où il présidait le congrès fondateur du Nouveau centre, Hervé Morin, ministre de la Défense, se serait-il laissé aller à quelques confidences ? On a de bonnes raisons de le penser puisque depuis le début de semaine court à vitesse grand V l'information selon laquelle la base aéronavale de Garons (Ban) serait menacée. Son sort pourrait même être scellé d'ici le début de l'automne prochain, après que le ministre Morin qui devrait recevoir les syndicats de la Défense fin juin-début juillet (une réunion programmée pour le 19 juin a été annulée), aura rendu les derniers arbitrages.  Il laisserait ensuite au président Sarkozy le soin de présenter la nouvelle carte militaire à laquelle l'armée de l'air paierait le plus lourd tribut avec cinq à dix bases démantelées, notamment dans le nord et l'est de la France.

Du côté des autorités de la Ban de Garons, on ne conforte ni infirme cette information. Le capitaine Olivier Buretel de Chassey, pacha de la base, se contente tout au plus de reconnaî tre que « la terre tremble et que toutes les hypothèses sont relancées : abandonner la base, enlever une flottille tout en conservant la Ban... Des autorités de la Marine vont à nouveau venir visiter la base dans les prochains jours. On se repose des questions mais encore une fois, tout est possible. » Créée en 1961, la base aéronavale de Garons où travaillent 1 500 personnes (1 240 militaires et 220 personnels civils de la défense) ferait les frais, d'une part, du plan de révision générale des politiques publiques mis en oeuvre par le ministère de tutelle, d'autre part, de la difficulté qu'il y a à appliquer à la Ban de la périphérie nîmoise les futures normes européennes antibruit, sachant que les Rafale - les avions les plus bruyants de la flotte française - venus de Landivisiau (Finistère) envisageaient de s'entraîner dans le ciel nîmois quinze jours par an.

Ce plan d'exposition au bruit (Peb), dénoncé avec force par la municipalité de Garons, perturberait singulièrement l'urbanisation galopante de la commune passée de 800 habitants dans les années quatre-vingt à quelque 5 000 résidents au dernier recensement. D'un poids économique conséquent (outre les salaires des militaires et civils, la Ban sous-traite avec les entreprises locales, pour environ 7 M€ annuels), la base aéronavale serait en concurrence directe avec celle d'Orange, qui serait finalement confortée dans son rôle privilégié de surveillance aérienne de la Méditerranée. De source proche du dossier, la base aérienne d'Istres ne serait pas concernée par le redéploiement des moyens et effectifs, d'abord parce que c'est un établissement inter-armes dont la position est stratégique, ensuite parce qu'elle est dotée de la seule piste (5 km) pouvant assurer en Europe un atterrissage d'urgence de la navette spatiale américaine.

Istres et Orange pourraient par ailleurs absorber les unités transférées de Nîmes-Garons après l'élaboration d'un plan de reclassement des personnels. Toutefois, cette éventualité n'aurait pas été évoquée auprès du capitaine Olivier de Buretel de Chassey, même s'il con fesse que « les questions et pistes qu'on croyait abandonnées ressurgissent sans trop savoir d'où ».

Préférant tenir qu'attendre, le député Yvan Lachaud, anticiperait quant à lui la décision et pèserait de tout son poids, afin que la région nîmoise ne perde pas un seul militaire. Autant dire qu'un autre régiment de 1 200 hommes (on parle d'un régiment du train transféré du centre de la France) pourrait venir s'installer à Nîmes. Et compenser tant que faire se peut le manque à gagner.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,548
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Drul
    Newest Member
    Drul
    Joined
  • Forum Statistics

    21,028
    Total Topics
    1,362,201
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries