Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Abu Dhabi devrait accueillir la première base navale française


jeanmi
 Share

Recommended Posts

Là la France a su trouver le partenaire idéal pour installer ses forces. Quand je penses ce que Djibouti nous coûte par an, au moins là l'investissement a été rentable.

@ Bruno

Les armées étant dans un credo énergies renouvelables ces derniers temps, il n'est pas impossible que ton voeu soit exaucé  :lol:

Link to comment
Share on other sites

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=109342

"Le sous-marin nucléaire d'attaque Saphir a récemment fait relâche à Fujaïrah, aux Emirats Arabes Unis. Particularité de cette escale : Il s'agissait de la première du genre à être réalisée en autonomie complète, sans le soutien d'un navire de surface. Après cette pose, le SNA a repris sa patrouille dans la région."

Link to comment
Share on other sites

@Coriace

Navire atelier, ravitailleur en vivres frais, pourvoyeur d'électricité, d'eau courante...

Bref de quoi apporter partout dans le monde un soutien "made in France" et certifié normes nucléaires à un navire pas comme les autres.

Cela pouvait être le rôle du Var. Ces navires sont de minis arsenaux flottants

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

J'ai compris jusqu'ici qu'il y avait effectivement deux bases :

-la base interarmées à Abu Dhabi ville et environs, pour les 3 armées, ça doit être là qu'il y aura le Var

-et Fujairah pour des escales discrètes des SNA ou autres (la Loire y a fait escale, voir : http://jdb.marine.defense.gouv.fr/post/2009/02/28/Notre-arriv%C3%A9e-%C3%A0-Fuja%C3%AFrah)

Ca ressemble un peu à Abu Dhabi pour les escales de prestige et la diplomatie, et Fujairah pour du soutien opérationnel.

Link to comment
Share on other sites

@Coriace

Navire atelier, ravitailleur en vivres frais, pourvoyeur d'électricité, d'eau courante...

Bref de quoi apporter partout dans le monde un soutien "made in France" et certifié normes nucléaires à un navire pas comme les autres.

Cela pouvait être le rôle du Var. Ces navires sont de minis arsenaux flottants

.

Merci bien ,je n'y avais pas pensé du tout :S.

Link to comment
Share on other sites

http://www.ttu.fr/francais/Articles/Actualite%20des%20forces/basefrancaiseabu.html

Abu Dhabi: la base française détaillée

Les infrastructures de la base militaire française d’Abu Dhabi ont beaucoup progressé depuis le début des travaux, en mai 2008.

Livrable en mai 2009, l’implantation militaire sera scindée en trois pôles : la base navale et de soutien, la base aérienne Al-Dhafra et le groupement terre. Les pôles sont peu éloignés les uns des autres : 55 minutes par voie terrestre de la base navale à la base aérienne et 1 h 15 entre le naval et le groupement terre. 

En chiffres, le montant des travaux s’élèverait à 50 millions d’euros pour la construction de 22 bâtiments, 21 000 m2 de surfaces créées et 550 000 m2 de terrains répartis sur les trois emprises. Pour la base navale, elle se diviserait entre trois tranches : les zones techniques, de commandement et de vie sur 300 mètres de quai pour 200 mètres de profondeur. Outre une piste d’hélicoptères servant également de place d’armes entre le bâtiment de commandement et la mer, la zone technique abritera différents hangars et lieux de stockages (une armurerie, un dépôt de munitions).

La zone vie devrait se composer, selon les plans finalisés, de trois bâtiments d’hébergement à trois étages en “U”, un restaurant, un gymnase, un terrain de tennis et autres installations sportives. La base aérienne portera le numéro “104” avec quatre bâtiments : le hangar de transit, le bâtiment opérationnel, la bâtiment piste et le hangar de maintenance.

Enfin, le groupement terre, outre un hangar pédagogique, comprendrait des aires spécifiques dédiées à l’entraînement comme des rues en enfilades (“Masta”), un pôle “Medina” et une vaste zone dédiée à l’entraînement pour la guerre urbaine (ZUB). 

A Paris, certains précisent que cette base découle d'une demande des Emiriens, et non l'inverse. Pour ne pas s'enfermer dans une alliance exclusive avec les Etats-Unis, les monarchies du Golfe s'attacheraient à diversifier leurs partenaires. Néanmoins, au plan régional, la présence américaine reste sans égale : Bahreïn accueille l'état-major de la Ve flotte, le Qatar le QG du Central Command et le centre d'opérations aériennes (CAOC), d'où sont gérés tous les avions alliés qui bombardent en Irak et en Afghanistan, et le Koweït plusieurs camps de l’armée de terre.

Si la France a choisi Abu Dhabi, c’est aussi pour s’implanter sur l'avant-scène des tensions internationales, à proximité du détroit d'Ormuz, par où transitent 40 % du trafic pétrolier mondial. L’implantation militaire française sera gérée par 150 permanents et accueillera, par rotation, entre 400 et 500 personnels. Sa mise en service opérationnel pourrait-elle signifier l’installation prochaine du commandement des forces de l'océan Indien (Alindien) à Abu Dhabi ?

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

http://www.lefigaro.fr/international/2009/05/26/01003-20090526ARTFIG00002-abu-dhabi-base-avancee-de-la-france-en-face-de-l-iran-.php

L'inauguration, mardi par Nicolas Sarkozy, d'une installation militaire dans le Golfe illustre un changement de position stratégique.

Face à l'Iran, sur les rives du détroit d'Ormuz, au bord de l'immense océan Indien, la base navale de la nouvelle implantation militaire française aux Émirats arabes unis est sortie de terre en à peine un an. Sous une chaleur écrasante, 40 degrés à l'ombre, des ouvriers s'attellent aux travaux de finition. Les bâtiments, blanc cassé, sentent encore la peinture. Dans le port, majestueuse malgré ses 7 000 tonnes, la frégate antiaérienne Forbin, dernière-née de la marine nationale, se confond avec le gris des eaux. L'Aconit, une frégate furtive spécialisée dans la lutte contre les pirates, a aussi accosté. Seul le Dupuy de Lôme, un bâtiment de la DRM, la Direction des renseignements militaires, officiellement destiné à «l'expérimentation et à la mesure», a été soustrait à l'œil des journalistes. Il ne sera mis à quai que pour la visite inaugurale de Nicolas Sarkozy, ce matin.

C'est la première fois depuis cinquante ans, depuis les indépendances africaines exactement, que la France ouvre une base militaire permanente hors de son territoire national. C'est aussi la première fois que les Français s'implantent ainsi de manière permanente dans une région d'influence anglo-saxonne. Pour s'imposer dans cette ancienne colonie britannique, les militaires français ont mis le paquet. Une base aérienne destinée à accueillir les Mirage et les Rafale de l'armée de l'air française à al-Dhafra ; une base navale appuyée par 300 mètres de quai, dans le port de Mina Zayed, «pour soutenir les forces déployées dans l'océan Indien et compléter, en lui donnant plus d'autonomie, le dispositif de la marine nationale dans la région», selon les mots du colonel Hervé Cherel, qui commande l'implantation française aux Émirats ; enfin une base terrestre, installée dans le camp émirati de Zayed, en plein désert, spécialisée dans l'entraînement au combat urbain. À terme, environ 500 militaires français stationneront là en permanence. Une présence assez modeste, mais un symbole et des possibilités immenses.

«C'est là que se joue une partie de notre sécurité et de celle du monde»

Annoncée lors du dernier voyage de Nicolas Sarkozy aux Émirats arabes unis, en janvier 2008, inaugurée dix-huit mois plus tard seulement, la création de «la base du président» a été gérée de A à Z par l'Élysée, souvent dans le plus grand secret. Et pour cause : elle illustre le changement de position stratégique de la France. Publié il y a tout juste un an, le livre blanc sur la défense avait annoncé le virage géostratégique de la France, dont les intérêts se déplacent chaque année un peu plus à l'est, le long d'un arc de crise allant de l'Atlantique à l'océan Indien, devenu depuis la fin de la guerre froide le centre de toutes les tensions et la région du monde où les risques terroristes sont les plus grands. Pour Nicolas Sarkozy, la création de la base est «le signe que notre pays sait s'adapter aux nouveaux enjeux et aux nouveaux défis, qu'il est prêt à prendre ses responsabilités et à jouer tout son rôle dans les affaires du monde». Car c'est là, affirme-t-il au magazine Diplomatie, que «se joue une partie de notre sécurité et de celle du monde». Autant d'arguments pour vouloir faire de la France, aux côtés de la Grande-Bretagne et des États-Unis, une nouvelle puissance du Golfe. Baptisée «Camp de la paix», la nouvelle installation française est un point d'escale sur la route de l'Afghanistan. Elle rapproche Paris du Pakistan. Elle n'est pas loin non plus de l'Irak et se situe dans une région par laquelle transitent 40 % du pétrole mondial et où Total investit…

Voilà pour la partie émergée de l'iceberg. L'autre partie, sur laquelle les discours officiels glissent volontiers, a pour nom l'Iran, dont les rives sont à 225 kilomètres seulement d'Abu Dhabi. En prenant position de manière permanente au bord du détroit d'Ormuz, les Français espèrent acquérir une «position dissuasive» vis-à-vis de Téhéran. «Si l'Iran attaque les Émirats, il attaque aussi les Français», résume un diplomate. «Vu l'actualité, pouvoir bénéficier d'une infrastructure capable d'accueillir des sous-marins et d'héberger dans ses eaux un porte-avions nucléaire n'est pas négligeable.»

À Paris comme à Tel Aviv et à Washington, on n'exclut pas qu'un échec des négociations ouvertes entre la nouvelle Administration américaine et Téhéran se solde un jour par un bombardement de l'Iran. Et dans le domaine militaire, comme en diplomatie, il faut toujours préparer le coup d'après… Décrite comme devant être une vitrine de la haute technologie et de l'excellence militaires françaises, la nouvelle base sera un site idéal de renseignement, pour observer et écouter, sans être vu, les activités iraniennes. Comme en témoigne la présence du Dupuy de Lôme, dont les oreilles sont capables de traverser les flots…

Nouvel accord de défense avec l'Émirat

Cette implantation aux côtés des Américains, dont la 5e flotte trempe à Bahrein et qui sont aussi présents au Koweït, en Arabie saoudite et à Djibouti, découle d'une demande des Émirats, qui ont d'ailleurs financé la base. Le petit État du Golfe redoute la perspective d'avoir un jour pour voisin un Iran chiite nucléaire. Abu Dhabi recherche donc de nouveaux protecteurs. «Mieux vaut deux alliés qu'un seul… Surtout à une époque où les Américains réévaluent leurs choix stratégiques dans le monde. Les Émirats ont été alliés des États-Unis pendant la dernière guerre d'Irak. Aujourd'hui ils sont inquiets : la guerre d'Irak étant presque finie, ils ont peur de ne plus compter pour Washington», explique un proche du dossier.

Nicolas Sarkozy a donc saisi l'opportunité. «On dit souvent que c'est dans les coups durs que l'on reconnaît ses vrais amis. Soyez assurés que la France sera à vos côtés si votre sécurité devait être menacée», promet-il dans un entretien à l'agence de presse locale. La France, il est vrai, était bien placée pour franchir avec les Émirats ce nouveau cap stratégique. Présente dans la région depuis les années 1970, elle n'a fait que développer ses relations avec les Émirats depuis l'invasion du Koweït par l'Irak de Saddam Hussein en août 1990. Après la première guerre du Golfe, en 1991, Paris et Abu Dhabi ont signé un accord secret de défense, qui garantissait une intervention française en cas d'agression. François Mitterrand puis Jacques Chirac ont poussé très loin la coopération militaire avec ce riche État du Golfe. Pendant et après la guerre Iran-Irak, la France a fourni du matériel d'armement, notamment des navires, des hélicoptères et 63 Mirage 2000, qui constituent aujourd'hui le cœur de l'aviation émiratie. Les Émirats sont également le seul État à qui la France a vendu des chars Leclerc (388). Aujourd'hui, selon l'Élysée, 50 % de leur équipement militaire est d'origine française… «(C'est une) région dont nous étions totalement absents il y a encore trente ans et dont nous sommes devenus aujourd'hui un partenaire majeur», se félicite le président français dans le magazine Diplomatie. Et comme le mieux est de marier les intérêts stratégiques et commerciaux, il espère, dans la foulée de l'inauguration de la base, avoir des retombées économiques. En jeu, la vente de 60 Rafale destinés à remplacer les Mirage 2000, du matériel satellite, des avions de renseignements et un contrat dans le nucléaire civil.

La signature d'un nouvel accord de défense avec les Émirats devrait officialiser, mardi, le repositionnement stratégique de la France aux Émirats. Car ce fut aussi une promesse du livre blanc : apurer les accords secrets passés avec des pays amis - dont certains, qui dataient de la période postcoloniale, étaient dépassés -, les renégocier afin de rationaliser notre présence à l'étranger. Mais aussi les rendre publics et les faire ratifier par le Parlement.

En théorie, l'ouverture d'une nouvelle base à Abu Dhabi n'aura pas de conséquences sur les installations permanentes de la France en Afrique, où Paris avait de toute façon, via des redéploiements, amorcé un désengagement progressif. Elle risque en revanche d'en avoir sur la base de Djibouti, dans le golfe d'Aden. Les qualités stratégiques de cette grosse installation française ont été confirmées par l'augmentation de la piraterie et il n'est pas question de la fermer. Mais les hommes et les équipements pourraient subir, pour des raisons financières, une cure d'amaigrissement…

Link to comment
Share on other sites

Quelqu'un a des vidéos ou des photos de la visite du Président aux Emirats ? Et plus précisément sur la base Française.

Quelques photographies, pour les vidéos, faut voir sur les sites internet de nos journaux TV

http://www.defense.gouv.fr/ema/forces_interarmees/forces_de_presence/emirats_arabes_unis/inauguration_de_l_implantation_militaire_francaise_aux_emirats_arabes_unis

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Link to comment
Share on other sites

La video par la ...

http://www.france24.com/fr/20090526-premiere-base-francaise-inauguree-abou-dhabi-emirats-arabes-unis-golfe

[dailymotion=425,350]x9enpe[/dailymotion]

Le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, a inauguré, ce mardi à Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, la première base militaire française dans le Golfe où, dès le mois de juillet, seront stationnés plus de 400 soldats.

La cérémonie, qui s'est déroulée en présence du vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur des Emirats, cheikh Seïf ben Zayed al-Nahyane, a été marquée par la levée des couleurs françaises et émiraties.

L’implantation d’une telle base aux Emirats arabes unis revêt, en premier lieu, un enjeu géostratégique. Le camp est en effet situé au bord du détroit d’Ormuz, où transitent, le long de l’Iran, quelque 40 % de la production pétrolière mondiale.

    * » Éviter le détroit d'Ormuz à tout prix

"La région a toujours été un point stratégique fort à cause de sa localisation, mais aussi de sa richesse pétrolière, précise Vivian Salama, correspondante de FRANCE 24 à Abou Dhabi. La majorité de la richesse pétrolière de la planète est située juste ici, sur les côtes des pays du Golfe."

Alors que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a exclu, lundi, toute discussion sur son programme nucléaire, la nouvelle base française a aussi valeur de message politique pour les voisins arabes de la République islamique. "La France montre ainsi qu'elle est prête à prendre toutes ses responsabilités pour garantir la stabilité dans cette région essentielle pour l'équilibre du monde", a ainsi affirmé, lundi, Nicolas Sarkozy à l'agence de presse émiratie Wam. "De son côté, le gouvernement iranien a désapprouvé cette présence française permanente aux Emirats arabes unis, et déclaré refuser toute présence étrangère dans la région", ajoute Vivian Salama.

"Une vitrine commerciale"

Le président français est accompagné d’un nombre important de grands patrons. Il entend également faire de cette base militaire une vitrine commerciale des armements français, dont l'armée émiratie est une fidèle cliente. "Nos partenaires [émiratis] auront l'occasion de se familiariser avec les matériels français et d'en apprécier les performances", a-t-il ainsi confié à la revue "Diplomatie".

Dans sa ligne de mire figure d'abord la vente de 60 Rafale, qui n'ont toujours pas trouvé preneurs à l'étranger. "Les Emirats arabes unis veulent renouveler leur flotte aérienne et pourraient acheter entre 60 et 100 Rafale, un contrat qui dépasserait les 18 milliards d’euros, explique Aurélien Colly, également correspondant FRANCE 24 à Abou Dhabi. Il n’y a pas encore d’accord officiel, mais l’Elysée est plutôt confiant."

Le chef de l'Etat français a également profité de sa visite pour promouvoir auprès de ses hôtes le consortium hexagonal composé d'Areva, GDF-Suez, Total et EDF, en compétition avec les Américains, notamment pour la livraison de centrales nucléaires.

Ce contrat concerne "plus de deux" réacteurs de nouvelle génération EPR pour un montant compris "entre 25 et 50 milliards d'euros", a indiqué, lundi soir, l'Elysée, précisant qu’Abou Dhabi ferait part de sa décision à la mi-septembre.

Inauguré un an et demi à peine après son lancement, le "Camp de la paix" français est composé d’une base navale et de soutien logistique dans le port d'Abou Dhabi, d’une base aérienne, où stationnera un détachement d'au moins trois avions de combat, et d’un camp d'entraînement au combat urbain en zone désertique.

Link to comment
Share on other sites

Ca n'a quand même pas trainé la création de cette base :O

Qui l'a construite les émirients ou nous, ça m'a l'air pas trop mal?

Construit financée tousssa pas les émiréens ... enfin les travailleurs qu'ils emploient :lol: Et oui avec du cash, des travailleur "sous payé" en nombre et un peu de volonté politique on fait des miracle :)

En meme temps c'est pas des travaux énormes ... juste des aménagement supplémentaire sur des site déjà existant. Mais visblement tout le monde est content donc c'est parfait :)

Link to comment
Share on other sites

Déjà débattu, les EAU ont 60 2000-9 très récents, pas besoin de 40 Rafales non plus... les 3 à 6 avions Français sont là pour :

1- Entrainer les pilotes locaux

2- En cas d'agression, indiquer très clairement que la France interviendrait en représailles

3- Favoriser l'échange et la coopération entre nos deux pays/Armées

4- Promouvoir le Rafale (si besoin est...)  ;)

Ce n'est certainement pas pour attaquer l'Iran ou pour assurer la défense de l'espace aérien des EAU...

Link to comment
Share on other sites

Nul besoin d'en envoyer plus maintenant Perry.

Mais si les iraniens font les cons et que par exemple ils s'en prennent au trafic du détroit d'ORMUZ les 3 avions pourraient se transformer en 20 en l'espace de 24 ou 36 heures.

Si les iraniens (toujours aussi cons) attaquent les E.A.U par voie aérienne ils se retrouveraient immanquablement opposés aux trois avions français. Au sol ou en l'air. Casus belli entraînant l'envoi de chasseurs supplémentaires.

Nous ne sommes pas en posture d'aggression. On ne déclanchera pas de frappes massives les premiers. Mais le message à d'éventuels hostiles est clair non seulement il y a accord de défense mais il y a aussi engagement physique auprès de notre allié...

De toute façon en plus on a pas vraiment bcp d'avions de DA state of the art à déployer en permanence outre mer.

C'est soit des dash 5 soit des Rafales soit environ 40 zincs point barre.

Link to comment
Share on other sites

Déjà débattu, les EAU ont 60 2000-9 très récents, pas besoin de 40 Rafales non plus... les 3 à 6 avions Français sont là pour :

1- Entrainer les pilotes locaux

2- En cas d'agression, indiquer très clairement que la France interviendrait en représailles

3- Favoriser l'échange et la coopération entre nos deux pays/Armées

4- Promouvoir le Rafale (si besoin est...)  ;)

5- faire de l'ELINT

Link to comment
Share on other sites

Oui, oui je sais tout ça. J'ai lu attentivement tous les articles. Une Horizon et une Lafayette sur place c'est pas mal quand même.

Maintenant, hors considérations de spécialistes. Moi je travaille dans la comm. Et dans la communication visuelle. Va expliquer à l'Iranien ou au Taliban qui ouvrent un journal et voient une photo avec en gros titre au dessus "la France se deploie face à l'Iran" parceque c'est exactement les titres que feront la presse Arabe. Les mecs n'y connaissent rien et les articles ce sera sûrement un ramassis de c... d'inexactitudes. Mais l'homme de la rue, lui, celui qui fait le terreau des terroristes et des excités il se fout complètement des détails, il comprendra que les Français veulent aider à faire barrage à l'Iran et qu'ils sont venus avec trois avions... Inutile de dire qu'ils vont bien rigoler.

Ca coutait un peu plus cher peut être de déployer - pour l'occasion - une dizaine de Rafales et faire une photo correcte. Avec un bel alignement d'avions qui visuellement veut dire quelque chose. Parce que là, excusez-moi mais c'est une très grave erreur de communication.

Un truc que les Américains (puisque notre Président se réfère si souvent à eux) n'auraient jamais commis.

Ce n'était pas si compliqué de faire venir 10 avions, de les aligner sur le tarmac face à la mer : "Clic-Clac : Merci Kodak" et on rentre à la maison.

Là c'est une autre photo qui aurait fait le tour du monde. Tout est dans les symboles.

La dissuasion ça commence par de l'intox et si il faut mettre ses couilles sur la table on le fait.

Quand on inaugure une base dans un endroit aussi stratégique, on vient en force putain !

Si on vient avec trois avions... Pitié... Je n'ose même pas dire l'effet que cela fait.

En matière de communication, je le répète c'est une grosse connerie.

On pourra toujours faire des discours : "On a prévu ci... On va faire ça...". Mais c'est trop tard.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Altocumulus
    Newest Member
    Altocumulus
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...