max

L'artillerie de demain

Recommended Posts

Il y a 14 heures, max a dit :

Espèce de vieux pirate. Honte à toi de venir chatouiller les plates-bandes de ma sensibilité aux gargousses.

Excellent ce RETEX en lien, avec son corollaire sur la pertinence de la munition guidée. Ainsi les bouches à feu auraient aujourd’hui encore une place dans l’appui en agglo, mais au prix…… du prix. Je retiens donc comme axes une carence avérée des munitions guidées sur nos pièces, une usure des tubes impliquant une gestion fine des potentiels. De même une coordination des feux de semonce (tir de harcèlement) et de destruction (munitions guidées) et une nécessaire prise en compte de la planimétrie des objectifs (cf immeubles).

L’employabilité des pièces d’artillerie sol-sol implique une forte notion de moindre dispersion des points de chute pour les tirs sur objectifs. Le point moyen devient donc la référence et les écarts probables doivent être à minima. D’où j’imagine l’appel à la solution Excalibur.

Il semblerait que les tirs de voisinages n’aient été que du fait de nos pièces, et que la comunication à fait défaut avec les forces locales…

Merci bien Gibbs de ce doc’, mais tu n’es qu’un espèce de vieux pirate quand même !

32431643617_6ca67e22bf_b.jpg

 

Le côté vieux pirate vient sûrement de mon côté Colo :wink:

Merci pour la photo :amusec:

Pour les liaisons qui ont fait défaut avec les forces locales je pense qu'effectivement le manque de communication adaptée et de blue tracking a gêné pour effectuer les tirs de voisinage, mais c'est aussi dû au fait qu'on a pas déployé de Détachement de Liaison et d'Observation à leurs côtés. 

je ne voudrais pas dire de bêtise mais il me semble  qu'il y a eu une équipe qui a était prise en embuscade qui nous occasionnera des blessés dont des graves . Dedans il y avait des observateurs et des FS. 

On a voulu sûrement suite à cette embuscade voulu éviter de faire prendre des risques à nos observateurs, enfin si ma mémoire sur cette embuscade est bonne ou juste que je confond avec autre chose. 

Quand j'observe les vidéos des forces irakienne sur le terrain, on ne voyait jamais de soldats US ni français ( bon après tout n'est pas filmé ou photographié). Donc on a peut être essayé de mettre des observateurs en place, mais la manière de gérer des irakiens n'offraient peut être pas de la Sécurité , enfin par rapport à notre façon de faire, même si on n'aura jamais du 100% de sécurité sur la ligne de combat. L'embuscade à dû incitée à ne pas risqué nos équipe d'observateurs. 

Enfin je reste dans la supposition. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je partage ici le lien que Scarabé a partagé, et très intéressant rappel des effets de l'artillerie. 

Je me posais la question si les effets pyrotechnique, simulateur d'artillerie existe toujours dans l'armée de Terre. 

On les appelait " boumba", et on en avait utilisait pas mal pour la formation initiale et de peloton d'élève gradé , via un parcours ou l'idée était de simulé un tir d'artillerie/mortier, afin de donner du réflexe lors des explosions. On avait pris l'initiative en créant se parcours qui était très motivant pour les élèves, en terme de prise de conscience. Ça restait une simulation, mais vu les effets, on comprenait vite comment ça peut être le chaos pour des personnels pris dans le bruit. La vibration, on avait une distance de sécurité mais on sentait les effets de bruit, tremblement et odeur, fumée etc... Garder le lien, la coordination, se protéger, tout devient compliqué. Le fond était une colonne prise à parti par un tir de mortier/artillerie dans un déplacement en forêt ( le terrain de Crisolles était bien fichu). 

Je pense que ça devrait être de mise se type d'exercice, on oubli un peu vite que l'adversaire aussi pourrait faire mal avec son artillerie, mortiers etc... 

Je ne sais pas si on fait des exercices de se genre à petit niveau comme nous l'avions mis en place pour les classes et les élèves gradés, mais c'était très positif comme exercice. 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La munition de 155mm katana est une priorité de l adt qui prévoit la mise en service de la mk1 en 2023-2024. Source nexter cfdt

  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, francois a dit :

La munition de 155mm katana est une priorité de l adt qui prévoit la mise en service de la mk1 en 2023-2024. Source nexter cfdt

D'ailleurs avant, tu nous mettais un lien PDF du rapport réunion syndicale Nexter.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Scarabé a dit :

Un petit tir de roquettes d'exercice par le 1 RA

EGlr6CXXUAAqP0x.jpg

 

EGlr5_vXUAEeRYF.jpg

 

EGlr6CMX0AEqXQw.jpg

C'est quoi ces roquettes d'exercice ? même porté ?  même précision ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, jean-françois a dit :

marrante l'inscription sur le container ( deuxième photo )  : ne pas laisser tomber..... Ben tiens, tu m'étonnes

T'as des bourrins partout !!!

:wink:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'ETO Future Indirect Fire System semble avoir fait des petits @Rescator:

https://forcesoperations.com/un-projet-europeen-pour-muscler-le-lru/

Citation

L’objectif affiché sera d’atteindre une portée de 150 à 300 km, annonce  un représentant de KMW sous couvert d’anonymat. Soit une capacité équivalente au missile ATACMS conçu par Lockheed Martin pour les systèmes M270 et M142 HIMARS de l’armée américaine. Mais côté européen, les industriels espèrent pouvoir porter le rayon d’action du futur missile à 500 km, « un objectif non exigé mais ‘souhaité’ ». Avec une telle portée, « ce ne sera plus une roquette mais réellement un missile, » note KMW.

Un-projet-europ%C3%A9en-pour-muscler-le-

M'étonnerait qu'un système de croisière comme celui présenté entousiasme les artilleurs, c'est pas top contre des cibles relocalisables, une solution balistique serait mieux.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

MBDA et ses petits camarade planche sur de nouveaux missile lançable depuis M270 et engin compatible MLRS/GMLRS.

Un missile de croisière de toute évidence vu la voilure sur la maquette.

Un-projet-europ%C3%A9en-pour-muscler-le-

https://forcesoperations.com/un-projet-europeen-pour-muscler-le-lru/

Quote

FOB – Forces Operations Blog

Modèle réduit d’un système MARS II allemand armé du futur missile sol-sol européen

Une poignée d’industriels européens planchent sur une augmentation radicale de la portée des lance-roquettes multiples M270 en service en France, en Italie et en Allemagne, apprenait-on aujourd’hui au salon NEDS, à Rotterdam.

Ce projet répond à un besoin exprimé par la Direction générale de l’armement et ses homologues italien et allemand pour démultiplier la portée des systèmes M270, ou Lance-Roquettes Unitaire (LRU) dans l’armée de Terre, MLRS Improved en Italie et MARS II dans l’armée allemande. À peine naissant mais d’ores et déjà doté d’un ancrage européen, ce projet réunit pour l’instant KMW (sous la bannière KNDS), MBDA, Diehl et Roxel. Si l’on ne présente plus les deux premiers, le groupe allemand Diehl, au travers de sa filiale Diehl BGT Defence, fournit notamment la roquette M32 SMArt du MARS II. Roxel, détenu à parts égales par MBDA et Safran, est quant à lui le premier fournisseur européen de systèmes de propulsion solides pour missile.

L’objectif affiché sera d’atteindre une portée de 150 à 300 km, annonce  un représentant de KMW sous couvert d’anonymat. Soit une capacité équivalente au missile ATACMS conçu par Lockheed Martin pour les systèmes M270 et M142 HIMARS de l’armée américaine. Mais côté européen, les industriels espèrent pouvoir porter le rayon d’action du futur missile à 500 km, « un objectif non exigé mais ‘souhaité’ ». Avec une telle portée, « ce ne sera plus une roquette mais réellement un missile, » note KMW.

Un design préliminaire du missile présenté au salon NEDS

« Pratiquement toutes les technologies nécessaires existent déjà en matière de conduite de tir, » ajoute KMW. L’intégration d’un missile de cette taille nécessitera néanmoins de remodeler les modules de lancement. La configuration privilégiée serait de deux missiles par panier mais, toujours selon KMW, l’alternative d’un panachage roquettes-missiles n’est pas exclue. Le design présenté durant NEDS est bien entendu à prendre avec des pincettes, les discussions entre industriels ayant démarré il y a seulement quelques semaines, nous explique-t-on.

Ce missile est par ailleurs destiné à dépasser le seul périmètre du M270 pour devenir l’une des briques majeures d’un éventuel remplaçant d’ici « 10 à 15 ans ». Une fois matérialisé, rien ne l’empêchera en théorie d’intégrer le futur système d’artillerie européen attendu à l’horizon 2035, baptisé « Common Indirect Fire System » (CIFS) et co-dirigé par la France et l’Allemagne. Dans le schéma formulé par le représentant de KMW, ce programme, plutôt que de se limiter à une plateforme unique, accoucherait d’un « système de systèmes » couvrant tout le spectre de l’appui-feu, du mortier au missile sol-sol. En toute logique, un missile tel que celui dévoilé ce matin se retrouverait alors dans la couche haute du CIFS. Autant d’hypothèses qui ne seront confirmées qu’au compte-gouttes dans les mois et années à venir. De nouvelles discussions entre industriels sont prévues en début d’année prochaine, avant de pouvoir potentiellement « s’attendre à quelque chose » lors du prochain salon Eurosatory, organisé du 8 au 12 juin 2020 à Paris.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28/11/2019 à 22:37, hadriel a dit :

L'ETO Future Indirect Fire System semble avoir fait des petits @Rescator:

pas certain que l'utilisation du lanceur LRU soit la meilleure hypothèse de conception car ça bride les longueurs de projectiles et ne résout pas la problématique du besoin naval. En outre si MBDA impose une formule missile de croisière les coûts vont exploser. Ce qu'il nous faut c'est une roquette guidée à lancement vertical de longue portée moins cher. On va encore se fourvoyer avec un machin surspécifié. Tout ça pour être "européen".

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
25 minutes ago, Rescator said:

pas certain que l'utilisation du lanceur LRU soit la meilleure hypothèse de conception car ça bride les longueurs de projectiles et ne résout pas la problématique du besoin naval. En outre si MBDA impose une formule missile de croisière les coûts vont exploser. Ce qu'il nous faut c'est une roquette guidée à lancement vertical de longue portée moins cher. On va encore se fourvoyer avec un machin surspécifié. Tout ça pour être "européen".

Je crois que la roquette guidée est un projet séparé. On a ce projet pour taper dur et loin et les roquette pour taper un peu moins dur et un peu moins loin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis pas convaincu du besoin naval en France vu le faible nombre de silos disponibles pour l'AVT, et vu qu'ils sont déjà occupés par du MdCN. Après pour de l'export ça ferait du sens, faudrait être compatible A50 et petits modèles de mk41.

La limitation au format M270 est pas nécessairement un point de bloquage, le projet LRPF américan doit atteindre 500km en en mettant 2 dans un HIMARS. Et commercialement ça permet de vendre la roquette aux gens qui sont déjà équipés HIMARS/MLRS.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Rescator a dit :

pas certain que l'utilisation du lanceur LRU soit la meilleure hypothèse de conception car ça bride les longueurs de projectiles et ne résout pas la problématique du besoin naval. En outre si MBDA impose une formule missile de croisière les coûts vont exploser. Ce qu'il nous faut c'est une roquette guidée à lancement vertical de longue portée moins cher.

 

Il y a 7 heures, hadriel a dit :

Je suis pas convaincu du besoin naval en France vu le faible nombre de silos disponibles pour l'AVT, et vu qu'ils sont déjà occupés par du MdCN. Après pour de l'export ça ferait du sens, faudrait être compatible A50 et petits modèles de mk41.

Si on n'est plus borné par la longueur du lanceur LRU, on pourrait avoir plus de portée pour une roquette pourtant quadpackable.

Une FDI disposerait alors de 16 Aster, 8 MdCN et 32 rockets

Voire si 16 MICA NG quadpackés, 8 MdCN et 80 Rockets.

Mais on regrettera une fois encore que le segment optionnel de 9 m des FDI n'ait pas été envisagé, car on y collerait facilement 48 sylver de plus avec à la clé encore 192 Rockets en plus des 32 à 80 des rockets de la proue...

De quoi faire de l'AVT décent. Voire de couvrir tout le spectre d'une intervention entre des smartcruiser Long Range avec booster, puis des Rockets puis enfin des drones suicides type Fire Shadow.:happy:

Question subsidiaire pour @ARMEN56   :

Est-ce qu'il est réaliste d'imaginer jumboïser les FDI secondairement pour rajouter ce segment central ou est-ce utopique vu la structure ou le câblage d'un navire militaire (à la différence des navires civils où c'est courant) ?

 

Edited by BPCs

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, BPCs a dit :

Est-ce qu'il est réaliste d'imaginer jumboïser les FDI secondairement pour rajouter ce segment central ou est-ce utopique vu la structure ou le câblage d'un navire militaire (à la différence des navires civiles où c'est courant) ?

Jumboiser impacte.

-           la prop,  perte vitesse

-           le mouillage nombre d’armement , revoir masse ancre et calibre de chaines

-           le navire mili est dense , au  niveau de la tripaille et sans couper n’importe où on peut toujours s’arranger pour rabouter ; piping et câblerie notamment les boucles immu.

-          Coupe au mètre , fatigue….etc

Là où çà risque de coincer je pense que c’est au niveau stabilité et devis de masse ( nouveau GM…..poids par tranche , longueurs envahissables …etc ) donc des critères de stabilité à l’état intact  et après avarie sachant que pour les navires mili on prend des vents de 100 nds et non 50 pour les navires civils. Au  stade du projet papier lors itération de boucle,  si on arrive en limite de critères on peut toujours augmenter le B  voire le T . Ce qui est difficilement réalisable navire construit , à moins de prévoir des marges conséquentes mais très pénalisantes  si on ne fait rien .

Perso n'ai pas connu ce genre de refit lourd d'augmenter une Lpp .

Edited by ARMEN56
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Rescator a dit :

pas certain que l'utilisation du lanceur LRU soit la meilleure hypothèse de conception car ça bride les longueurs de projectiles et ne résout pas la problématique du besoin naval. En outre si MBDA impose une formule missile de croisière les coûts vont exploser. Ce qu'il nous faut c'est une roquette guidée à lancement vertical de longue portée moins cher. On va encore se fourvoyer avec un machin surspécifié. Tout ça pour être "européen".

Je pense justement que c'est une bonne idée de réfléchir à une lanceur pouvant accommoder plusieurs options, même si ensuite on ne met pas toutes les options en œuvre.

Après je pense qu'il s'agit avant tout d'un démonstrateur qui ne préfigure pas du système finalement retenu.

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, FoxZz° said:

Je pense justement que c'est une bonne idée de réfléchir à une lanceur pouvant accommoder plusieurs options, même si ensuite on ne met pas toutes les options en œuvre.

Après je pense qu'il s'agit avant tout d'un démonstrateur qui ne préfigure pas du système finalement retenu.

 

 

Edited by mehari

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, FoxZz° said:

Je pense justement que c'est une bonne idée de réfléchir à une lanceur pouvant accommoder plusieurs options, même si ensuite on ne met pas toutes les options en œuvre.

Après je pense qu'il s'agit avant tout d'un démonstrateur qui ne préfigure pas du système finalement retenu.

Je suis d'accord en ce qui me concerne. Il existe plusieurs exemples de ce genre de MRLS.

Ainsi, on a le Chunmoo utilisant des roquettes de 130mm (20 par pod, 36km), 227 (6 par pod, roquettes de M270) et 239mm (6 par pod, guidée, 160km). Le principal avantage est ici que le système est compatible avec les roquettes de M270 et HIMARS.

Quote

Chunmoo_K-MLRS_K239_mult-caliber_launch_

 

Ailleurs, on trouve aussi l'Astros II brésillien. Celui-ci embarque 2 pods de roquettes de 127mm (16 par pod, 30km), 180 (8, 35km), 300mm (2, 90km) ou 450mm (2, 150km).

Spoiler

569c7f160d165041aff6cc453805e1c2.jpg

 

Enfin, on a le Lynx israélien, équipés de 2 pods de roquettes de 122mm (20 par pod, roquettes de  BM-21 Grad), 160mm (13, 45km) ou 306mm (4, 150km). Le système peut aussi embarquer des missiles balistiques Predator Hawk (2 par pods) ou de croisière Delilah (1 par pod).

Quote

dc6c165ceaf6eed0c229e6379fa5e1e0.jpg

Cette dernière solution me paraît la meilleure car, plutôt que d'encadrer les pods de missiles avec l'armature, elle se contente de poser ceux-ci sur un TEL, contraignant moins le facteur forme des pods et laissant donc une plus grande liberté d'usage.

Pour ce qui est des roquettes à utiliser, il faut à mon avis commencer avec une roquette de base qui est définie comme prioritaire dans le processus de développement (en gros, elle reçoit toute l'attention, les développements, la plupart des variantes, etc. tandis que le reste est réalisé si on a encore le temps et l'argent). Si le besoin de roquettes 4-pack en SYLVER est réel, les roquettes de "base" sont construites avec ce besoin en tête.

Un SYLVER mesure 22in de côté, soit 558.8mm ce qui divisé en deux donne 279.4. En comptant la taille des parois et l'espace entre la roquette et celui-ci, on peut considérer une roquette d'environ 250mm de diamètre1. Ce genre de roquette devrait facilement pouvoir être mise en pods de 4 (2x2, au moins) qu'un véhicule lanceur pourrait transporter au nombre de 2 (soit 8 roquettes). À partir de là, on peut développer une roquette plus petite à plus courte portée mais emportable en grand nombre (façon BM21 ou LAROM) et des lanceurs pour missiles balistiques ou de croisière comme ce qu'on voit au dessus. Ces derniers pourraient par ailleurs peut-être aussi bénéficier de versions lancées par VLS.

Enfin, le véhicule-lanceur devrait être un véhicule à roue suffisamment léger pour pouvoir être transporté en A400M avec quelques recharges.

 

1 Comme d'habitude, la taille du SYLVER est sérieusement limitante, surtout comparée au Mk41 dont la largeur de 710mm permettrait presque l'utilisation de roquettes de 227mm en 9-pack...

Edited by mehari
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,444
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Chaos
    Newest Member
    Chaos
    Joined
  • Forum Statistics

    20,779
    Total Topics
    1,272,358
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries