Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'artillerie de demain


max
 Share

Recommended Posts

6 minutes ago, Deres said:

Si on commence à généraliser les projectiles guidés GPS ou laser, on pourrait imaginer pour faire le soutien d'artillerie proche des solutions à base de roquettes à relativement courte portée comme le 107 mm ou du 122 mm court au lieu du 68/70 mm occidental venant de l'aérien qui manque clairement de punch et de portée. Les tubes pourraient être mis sur des véhicules non dédiés ou réparti sur les véhicules existants car ils n'ont pas de recul et les véhicules à l'arrière du front pourrait donc faire eux même le soutien des véhicules sur le front. Ce serait une solution beaucoup moins couteuse que de compter sur des MMP plus complexe et ayant besoin d'un ensemble de lancement. Et cette solution éviterait la trop grande centralisation de l'appui feu qui est aussi la vulnérabilité de Scorpion réseau centré si un adversaire est capable de détruire le réseau ou els communications.

Il faut voir si la solution est vraiment intéressante par rapport à un mortier de 120mm, qui a plus ou moins la même portée.

Un 122mm long je pourrais comprendre (ça tape à ~50km) mais de nouveau, on commence à avoir ça avec des 155mm comme l'Excalibur (qui a tiré 46km du CAESAR) et le Katana qui vise les 60km.

 

À mon sens, il vaut mieux disperser une partie des appuis au sein des unités d'infanterie ou de cavalerie (dont les 120mm) d'un côté et de l'autre de leur fournir une capacité munition rôdeuse.

On a discuté précédemment du 120mm en régiment d'infanterie, comme ce que font les US ou les Italiens ainsi que de remplacer les MMP de la compagnie d'appui.

 

Bien sûr, ce faire va déclencher la fameuse guerre de chapelle évoquée à chaque fois qu'on parle de donner à une arme des capacités qui ressemble un peu trop à celles d'une autre mais tant pis.

Link to comment
Share on other sites

D'une manière générale, si on veut anticiper une éventuelle faiblesse de SCORPION via le réseau qui dans les faits cherche à regrouper toute l'artillerie organique à un niveau très élevée, il faut de l'autre côté du spectre renforcer le niveau le plus bas restant car c'est le seul qui continuerait à fonctionner en l'absence totale de communication qui est le talon d'Achille des systèmes réseau-centrés . Et rien ou presque entre les deux.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Un superbe thread que m'a partagé un Ami américain sur Twitter qui est très instructif sur l'artillerie et les drones liés au conflit en Ukraine .

Notre Caesar a pas mal d'atouts ,mais je vous laisse dérouler .

J'ai un doublon sur le file opérations militaire en Ukraine .

 

Link to comment
Share on other sites

32 minutes ago, Patrick said:

Ce serait pas le même canon de 105 que sur le Brutus américain?

Le M119 US est le même que le light gun britannique, c'est juste produit sous licence.

La seule différence c'est que le canon US tire les munitions M1.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, Patrick said:

Ce serait pas le même canon de 105 que sur le Brutus américain?

Brutus c'est du 155mm. Le Hawkeye était sur HMMWV avec un 105mm.

 

 

Sinon, je ne vois rien qui ressemble à du stockage de munitions. Véhicule séparé?

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, mehari a dit :

Le Hawkeye était sur HMMWV avec un 105mm.

Il y avait aussi une version de 105 sur SHERPA - MACK (avec le canon US -brit)  J'ignore si NEXTER a songé à mettre son 105 sur un véhicule. 

spacer.png

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Des précisions sur les prochains incréments du PrSM:

- autodirecteur

- portée doublée à 1000km

- sous-munitions intelligentes

https://www.army.mil/article/256947/devcom_avmc_instrumental_in_development_of_the_armys_next_surface_to_surface_missile

Je suis curieux de voir comment ils vont doubler la portée. Ils peuvent rogner sur la charge utile et passer à un moteur hybride, mais ça fait quand même beaucoup un gain de 2x.

Link to comment
Share on other sites

Tiré du rapport de l'assemblée nationale :  comment renforcer les feux dans la profondeur.

Citation

Compléter les capacités de frappes dans la profondeur

Pour M. Philippe Gros (FRS), le principal défi posé aux forces terrestres réside dans la prolifération des capacités de feux offensifs de précision : les G‑RAMM (guided rockets, artillery, mortars & missiles) et les drones ISR (intelligence, surveillance et reconnaissance) et armés, tout particulièrement ce que l’on peut appeler les « drones-munitions ».

Ces moyens permettent de démultiplier les effets d’interdiction et d’usure dans la profondeur tactique (soit quelques dizaines de kilomètres), et opérative (des centaines de kilomètres). « À l’issue de 25 ans de priorité accordée aux opérations de paix et de guerre irrégulière, les forces terrestres sont déséquilibrées et manquent cruellement de capacités d’appui, c’est-à-dire d’appui-feu mais aussi d’appui renseignement et de guerre électronique. Celles de défense sol-air courte portée en mesure de protéger les unités et leurs sites contre les roquettes et les drones sont extrêmement faibles. […] Les capacités de frappe dans la profondeur sont aussi très insuffisantes. Ainsi, les feux sol-sol manquent non seulement d’épaisseur mais aussi drastiquement de portée ; à titre d’exemple, un lance-roquette unitaire a une portée de 70 km. » Comme l’indiquait M. Tenenbaum, dans le conflit au Haut-Karabakh, « 170 lance-roquettes ont été détruits. Nous en avons 13. »

Le général Michel Delion, directeur du centre de doctrine et d’enseignement du commandement (CDEC) de l’armée de Terre l’a volontiers reconnu : « nous manquons de portée, de systèmes d’acquisition. Il faudra un renforcement considérable en feux », a-t-il conclu. « Il y a deux ans, les Américains ont déployé une brigade entière d’artillerie en Europe dans le cadre de l’OTAN, qui montre qu’ils sont bien conscients de cette insuffisance. »

Pour corriger ces lacunes, tout en garantissant une rentabilité maximale des engagements des forces françaises dans la diversité des cadres évoqués et des fonctions stratégiques, il faudrait investir dans un « high-low mix », c’est-à-dire panacher des capacités de haute technologie avec des solutions plus rustiques et moins coûteuses, à l’instar de ce que recherchent les Américains. Dans le cas français, ce high-low mix pourrait s’appuyer sur les canons automoteurs de 155 mm (Caesar), en augmentant le nombre et en renouvelant, après 2025 les lance-roquettes unitaires (LRU) d’une portée de 84 kilomètres et en développant les missiles de portée comprise entre 150 et jusqu’à 500 kilomètres.

 

Il y a 6 heures, hadriel a dit :

Des précisions sur les prochains incréments du PrSM:

- autodirecteur

- portée doublée à 1000km

- sous-munitions intelligentes

https://www.army.mil/article/256947/devcom_avmc_instrumental_in_development_of_the_armys_next_surface_to_surface_missile

Je suis curieux de voir comment ils vont doubler la portée. Ils peuvent rogner sur la charge utile et passer à un moteur hybride, mais ça fait quand même beaucoup un gain de 2x.

Il me semble que la portée du Prsm était artificiellement et officiellement limitée à 500 km pour cause de traité.

Link to comment
Share on other sites

24 minutes ago, BPCs said:

Il me semble que la portée du Prsm était artificiellement et officiellement limitée à 500 km pour cause de traité.

En fait il y a plusieurs step prévu pour PrSM probablement plusieurs missile de même forme mais avec un choix propulsion<->charge militaire différents pour moduler la portée.

Le premier step c'est autour de 500km... Sous entendu plus que.

Un des derniers c'est un peu moins de 2000km.

---

Pour le 155mm Nammo propose dejà, avec des charge militaire réduite mais guidé.

º obus fusée jusqu'à 85km
º obus ramjet jusqu'à 150km pour bientôt

Pour le MLRS il existe déjà

º Des rocket taille M31 portant à 140km. Charge militaire double des 155mm standard. Et bien sûr guidée. C'est le modèle Tail Controlled.
º Des PrSM portant à +500km

Nul besoin de réinventer la roue ... Tout est déjà disponible plus ou moins sur étagères.

6 hours ago, hadriel said:

Je suis curieux de voir comment ils vont doubler la portée. Ils peuvent rogner sur la charge utile et passer à un moteur hybride, mais ça fait quand même beaucoup un gain de 2x.

Pour les deux premiers step il semble que c'est la masse de la charge utile qui change - du simple au triple -, la techno est la même moteur a poudre classique.

Pour l'increment 2000km je ne sais pas.

Link to comment
Share on other sites

Le 23/05/2022 à 22:39, hadriel a dit :

Un briefing de la Heer autrichienne sur l'artillerie ukrainienne:

 

Le RETEX est donc :

- drone pour la désignation : on a en théorie mais en attente du Patroller et de la généralisation en plus petite taille

- système informatique permettant de

à la batterie pour se protéger de la contre-batterie : on a (ATLAS je crois, chaque rame étant équipé de système de calcul et pas juste le PC de batterie)

- système informatique permettant de commander toute l'artillerie et pas une unique batterie : on a aussi avec ATLAS je crois

- système de communication par satellite pour pallier au brouillage: on a pas à ce niveau je pense, nos systèmes satellite étant dédié au commandement de plus haut niveau (SYRACUSE). Faudrait-il se lancer dans un STARLINK français ou européen tout comme Galileo nous rend indépendant du GPS ?

- munitions guidés nécessaires quand on a des canons tirant à l'unité et sur des véhicules blindés: on a pour les MLRS et pour le 155 mm avec BONUS plus le KATANA en développement

 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, Deres said:

- drone pour la désignation : on a en théorie mais en attente du Patroller et de la généralisation en plus petite taille

J'arrête pas de me poser la question de pourquoi les drones de Leonardo (plus petit et moins chers que le Patroller) ne sont pas plus exploités que cela

Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, Deres said:

drone pour la désignation : on a en théorie mais en attente du Patroller et de la généralisation en plus petite taille

Pas que pour ça mais ça peut faire double emploi. L'observation est toute aussi importante et il faut toute une gamme en dessous.

Les US travaillent avec un Puma par compagnie désormais. À cette échelon, on trouve aussi une équipe d'observation d'artillerie. Le drone peut faire double emploi pour eux, la seule question étant de savoir si c'est l'équipe d'artillerie ou le QG compagnie qui a le drone.

On pourrait aussi imaginer que les pelotons de reconnaissance soient équipés de la sorte.

Ensuite, on pourrait avoir un appareil plus gros au niveau du bataillon avec plus de portée et d'autonomie. Pas sûr que ce soit standard aux US mais on peut imaginer un truc du calibre du ScanEagle dans ce rôle.

Ensuite, on a la brigade. Aux US, cet échelon est équipé d'une compagnie de renseignement avec des drones RQ-7.

Et enfin, la division US dispose d'une compagnie de MQ-1C Gray Eagle.

 

Le Patroller pourrait se mettre en remplacement du MQ-1C tandis que le SpyRanger pourrait servir au niveau du régiment (plus ou moins la même masse que le ScanEagle). En dessous, je ne pense pas qu'il y ait encore d'équivalent au Puma en France, pareil pour un équivalent au RQ-7.

 

Ceci dit, je jetterais un œil à Tekever, une boîte portugaise qui a l'air de faire des drones dans la catégorie du Spyranger (AR3), du Puma (AR4) et du RQ-7 (AR5).

 

1 hour ago, BPCs said:

Je suis le seul à penser que l'autonomie du SpyRanger est un peu faible? 5h d'autonomie pour un appareil de 25kg, c'est bien moins que ce que propose le ScanEagle (20h+) ou le Tekever AR3 (16h).

 

2 hours ago, Asgard said:

J'arrête pas de me poser la question de pourquoi les drones de Leonardo (plus petit et moins chers que le Patroller) ne sont pas plus exploités que cela

Pas français...

Ou pas d'intérêt d'autres pays. Les Italiens ont commandé des drones aux US à coût réduit plutôt que de payer le développement à Leonardo (beaucoup plus cher) il y a des plombes et du coup, c'est trop tard...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, mehari a dit :

Je suis le seul à penser que l'autonomie du SpyRanger est un peu faible? 5h d'autonomie pour un appareil de 25kg, c'est bien moins que ce que propose le ScanEagle (20h+) ou le Tekever AR3 (16h).

Tu donnes là les performances  du spyranger 550 qui va un peu plus loin et un peu plus longtemps que le 330, qui a été lui commandé par les armées.

Mais c'est surtout dans le domaine  naval que l'écart est lamentable entre les surveycopter et les ScanEagle :dry:

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, mehari a dit :

Je suis le seul à penser que l'autonomie du SpyRanger est un peu faible? 5h d'autonomie pour un appareil de 25kg, c'est bien moins que ce que propose le ScanEagle (20h+) ou le Tekever AR3 (16h).

La différence vient de la propulsion électrique non? Moins d'énergie à bord, mais plus silencieux et discret en infrarouge.

Après c'est pas forcément un problème de pas avoir 20h d'endurance, tu as plusieurs vecteurs que tu fais tourner.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,763
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Yucca
    Newest Member
    Yucca
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...