jeanmi

Marine canadienne

Recommended Posts

J'ai fait une erreur dans mon copier/coller ,mais voila c'est corrigé dsl  :-X

Pour les portes hélicoptère, je pense pas qu'on est les moyens même si ça serait vraiment épique  =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fait une erreur dans mon copier/coller ,mais voila c'est corrigé dsl  :-X

Pour les portes hélicoptère, je pense pas qu'on est les moyens même si ça serait vraiment épique  =)

Vu l'étendu du territoire et des voisins qui pourrait devenir dangereux à l'ouest, ce serait un plus, c'est certain

Share this post


Link to post
Share on other sites

DCNS conserve de sérieux espoirs de décrocher le marché canadien “Canadian Surface Combatant (CSC)”, pour lequel la FREMM est en lice.

En soutien à la campagne de l’industriel français, la FREMM “Aquitaine” visitera le port d’Halifax du 18 au 24 avril prochain.

Suite de l'article : http://www.ttu.fr/laquitaine-en-visite-vrp/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Collision entre un navire de guerre canadien et un bateau de pêche

Un bateau de pêche a heurté la frégate NCSM Winnipeg, de la Marine royale canadienne, mardi matin, alors qu’elle se trouvait amarré au quai C de la base d’Esquimalt, en Colombie-Britannique.

Six personnes ont subi des blessures mineures et ont été transportées dans un hôpital de Victoria, selon des médias locaux.

Un navire-usine de la American Seafoods Company de Seattle est entré en collision avec le navire de guerre canadien à approximativement 8h du matin, heures locales (11h, Montréal).

Dans un court message publié sur Facebook, le Quartier général des Forces maritimes du Pacifique «confirme qu’il y a bel et bien eu une collision ce matin impliquant un des navires de guerre, soit le NCSM Winnipeg, ainsi qu’un bateau de pêche. Au moment de la collision, le NCSM Winnipeg était amarré à un quai de la BFC Esquimalt. Les équipes d’urgence sont sur les lieux. On procède présentement à une évaluation préliminaire des dommages causés. C’est tout ce dont nous disposons comme information pour l’instant.»

Le NCSM Winnipeg, neuvième frégate de classe Halifax, est entré en service actif le 23 juin 1995. Il fait partie de la flotte du Pacifique du Canada qui comprend cinq frégates de la classe Halifax, un destroyer de commandement et contrôle de la défense antiaérienne de la classe Iroquois, un navire ravitailleur, six navires de défense côtière, deux sous-marin de la classe Victoria.

Ironie du sort, le Winnipeg sortait tout juste d’une période de carénage où il a été modernisé. Les travaux avaient pris fin… le 10 avril!

   US factory fish trawler collides with navy frigate that was docked at CFB Esquimalt this morning. twitter.com/LisaCordascoCB…

   — Lisa Cordasco (@LisaCordascoCBC) 23 avril 2013

http://www.45enord.ca/2013/04/un-bateau-de-peche-entre-en-collision-avec-le-ncsm-winnipeg/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=un-bateau-de-peche-entre-en-collision-avec-le-ncsm-winnipeg

allez sur le lien, il y a une vidéo ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

La poisse continue...

La marine royale canadienne a confirmé que le sous-marin HMCS Windsor — qui sort d’un grand-carénage — ne peut accomplir les missions prévues en raison d’un générateur diesel hors service.

« Nous avons dû le limiter en rayon d’action et en autonomie, » explique le capitaine Luc Cassivi, directeur de la force sous-marine canadienne.

Cela signifie que le Windsor ne pourra naviguer que dans les eaux côtières du Canada tant que son générateur diesel — un gros moteur à 16 cylindres — ne sera pas remplacé.

Le Windsor dispose d’un second générateur qui fonctionne toujours. Les générateurs diesel sont utilisés pour recharger les batteries qui permettent aux sous-marin de naviguer en plongée.

http://www.corlobe.tk/article32517.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/05/02/007-couts-inexpliques-bateaux-arctique-ottawa.shtml?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Le programme de construction de bateaux de patrouille pour l'Arctique annoncé en mars par Ottawa comporte des dépenses inexpliquées d'environ un quart de milliard de dollars, selon ce qu'a appris le réseau CBC.

Le gouvernement fédéral versera en effet 288 millions de dollars au chantier naval Irving seulement pour le design de ces bateaux de patrouille. Irving les construira ensuite en vertu d'un autre contrat.

Des experts consultés par CBC affirment pourtant que les coûts de design représentent normalement 10 à 20 % de la facture totale de ces bateaux.

Le coût d'un bateau norvégien semblable, le Svalbard, a été de 100 millions de dollars en 2002, design et construction compris. Ottawa a d'ailleurs acheté les plans de ce bateau pour 5 millions de dollars.

Le Danemark a fait l'acquisition de deux navires de patrouille pour 105 millions de dollars, en 2007. Ceux-ci avaient cependant des capacités plus limitées pour briser la glace.

La marine irlandaise construit également deux bateaux de patrouille extracôtière en ce moment pour 125 millions de dollars.

Tant le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, que sa collègue des Travaux publics, Rona Ambrose, ou des responsables de ce ministère n'ont pu expliquer où iraient les 288 millions de dollars. Ils ne pouvaient pas non plus dire pourquoi Irving payait 10 fois plus pour le design que le coût évoqué par d'autres chantiers.

En conférence de presse à Halifax, M. MacKay a simplement affirmé que « les autres chantiers avaient tort ».

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouin j'ai vue ça aux nouvelles aussi et je trouve ça vraiment choquant. Il y a des limites à supportée nos industries si c'est pour se faire **** de la sorte. Le fisc a intérêt à bien les surveiller ...  

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201305/04/01-4647698-coupes-a-la-garde-cotiere-le-fleuve-perd-des-yeux-et-des-oreilles.php

Coupes à la Garde côtière: le fleuve perd des yeux et des oreilles

(Québec) «Mayday!... Maydaayyy!...» D'ici quelques années, des appels à l'aide sur le fleuve Saint-Laurent pourraient demeurer sans réponse. En fermant deux centres responsables des services de communication et de trafic maritimes, la Garde côtière canadienne ampute la voie navigable d'une partie de ses yeux et de ses oreilles.

Dans le flot des coupes annoncées par le gouvernement Harper en 2012, celle de la fin des opérations des centres de Services de communication et de trafic maritimes (STCM) de Montréal et de Rivière-au-Renard, à la pointe de la Gaspésie, était passée quasi inaperçue.

Mais pas chez certains usagers du fleuve et les employés touchés, qui n'hésitent pas à affirmer que des vies humaines seront en danger, d'autant plus que le Centre de recherche et de sauvetage de Québec devrait lui aussi mettre la clé sous la porte. «Il y a des gens qui vont demander de l'aide et qui ne seront pas entendus», soutient Martin Grégoire, le président du syndicat qui représente les officiers de communications maritimes de la région centre.

Ces employés, les «OSCTM», écoutent 24 heures sur 24 la fréquence des radios maritimes et sont les premiers informés lorsqu'une nouvelle embarcation de plaisance prend le large, connaissent la position exacte des navires et répondent aux appels de détresse. Ils reçoivent des milliers d'appels par année, dont 1500 à 2000 qui nécessitent une intervention de sauvetage.

Le centre de Montréal, qui compte 17 officiers, sera fusionné avec celui de Québec, où travaillent 21 de ces professionnels. Dans la foulée, six emplois se perdront. Ils seront désormais 32 communicateurs radio, plutôt que 38, à superviser une région deux fois plus grande, qui s'étendra de Cornwall, à l'ouest, jusqu'à Rivière-du-Loup, à l'est.

Le portrait est le même dans l'est de la province. Le centre des Escoumins, où travaillent 18 officiers radio, prendra le relais des activités de Rivière-au-Renard, gérées par 13 officiers. L'opération entraînera l'abolition de sept postes. Les 24 employés postés aux Escoumins devront gérer, en plus de leur zone, les communications maritimes pour toute embarcation qui navigue dans le golfe Saint-Laurent, de Blanc-Sablon au nord aux Îles-de-la-Madeleine au sud, sans oublier celles qui lèvent l'ancre à partir de l'île d'Anticosti et la quantité de pêcheurs au large de la Gaspésie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le gouvernement du Canada a annoncé dimanche avoir finalement choisi quelle sera la conception pour les futurs navires de soutien interarmées de la Marine royale canadienne.

Selon des analyses et des évaluations effectuées par des représentants du gouvernement et des spécialistes militaires, la conception de navire standard éprouvée de l’entreprise ThyssenKrupp Marine Systems Canada a été jugée la meilleure option pour la Marine royale canadienne ainsi que pour les contribuables canadiens. Il s’agit de la classe de navire utilisée par la marine allemande.

S’il reste encore quelques années avant de voir le premier des deux ou trois navires qui seront construits, il est clair pour l’amiral que la Marine gardera «autant que possible» le design du navire tel quel. «On va regarder certains aspects, certains systèmes de défense qu’on va modifier, mais la conception du navire en lui-même va rester le même.»

Une fois que ThyssenKrupp Marine Systems Canada a préparé l’ensemble de conception, le Canada acheminera la conception à la société Vancouver Shipyards Co. Ltd aux fins d’examen. Une fois cet examen achevé, le Canada obtiendra la licence requise pour la conception des navires. Cette dernière permettra au Canada de se servir de la conception et de faire construire, d’exploiter et d’entretenir les navires de soutien interarmées, ici même, au Canada.

Suite : http://www.45enord.ca/2013/06/la-conception-des-futurs-navires-de-soutien-interarmees-est-allemande/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le design du JSS Canadien dévoilé:

ThyssenKrupp Marine Systems reveals Royal Canadian Navy Joint Support Ship Design

Image IPB

The choice of the proven ThyssenKrupp Marine System’s design, based on the German Navy’s Berlin Class Einsatzgruppenversorger (EGV – Task Force Support Ship) was made within the context of Canada’s National Shipbuilding Procurement Strategy.

Two competing ship designs were assessed to determine which is best suited for the operations of the Royal Canadian Navy. In the end, the proven off-the-shelf ThyssenKrupp Marine System’s design was chosen, following a transparent selection process involving multiple government departments and third party advisors. Their decision was based on three key criteria:

» operational capability

» affordability

» cost and schedule risks during construction

http://www.navyrecognition.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1078

Share this post


Link to post
Share on other sites

L’Institut Rideau et le Centre canadien de politiques alternatives viennent de publier un rapport sur l’avenir du programme canadien des sous-marins.

Portant le titre de «That Sinking Feeling: Canada’s Submarine Program Springs a Leak» (Naufrage appréhendé: le programme canadien des sous-marins prend l’eau), le rapport ne laisse planer aucun doute sur ses conclusions.

L'article :

http://www.45enord.ca/2013/06/le-programme-des-sous-marins-canadiens-serait-compromis-selon-une-etude-de-linstitut-rideau/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les dégâts subis en 2011 par un sous-marin canadien sont très importants

Le HMCS Corner Brook avait heurté le fond au large de la Colombie Britannique. Heurter le fond de la mer à 11 km/h a endommagé un des sous-marins canadiens plus gravement que la marine ne l’avait auparavant admis en public, montrent de nouveaux documents.

Le rapport d’évaluation des dommages de la marine royale canadienne sur le HMCS Corner Brook montre que le sous-marin a subi des « dommages étendus » dont des déchirures qui ont laissé un trou de 2 m dans l’avant du sous-marin....

Suite : http://www.corlobe.tk/article33272.html#sthash.a7lqhh3F.dpuf

ça aurait pût très mal se terminer.....  :O

Share this post


Link to post
Share on other sites

La bonne nouvelle, c'est qu'il risque de ne plus pouvoir reprendre la mer…

…parce que vu tous les déboires que ces tas de ferraille plus ou moins flottants ont déjà eu, y en a bien un jour un qui va finir par couler définitivement...

Share this post


Link to post
Share on other sites
 

(Québec) Malgré les lacunes sur l'emploi du français à la Garde côtière révélées lors de l'échouement de l'Acadien II en 2008, celle-ci n'a pas encore compris qu'elle devait offrir un service dans les deux langues officielles dans les eaux canadiennes.

 

C'est du moins ce que conclut le Commissaire aux langues officielles dans un rapport préliminaire d'enquête dévoilé cette semaine, seulement quelques mois après un blâme similaire de la part du chien de garde linguistique à Ottawa.

La Corporation des pilotes du Saint-Laurent central avait tiré la sonnette d'alarme cet hiver après que certains de leurs membres eurent été incapables de communiquer en français avec l'équipage de brise-glaces canadien naviguant sur le fleuve. Le président du regroupement, Michel Fortin, avait alors soutenu que, par respect pour la langue de travail des marins québécois, les employés fédéraux auraient dû communiquer avec eux en français.

Selon M. Fortin, ce n'était pas la première année que la situation se produisait, mais celle-ci a perduré cet hiver parce que la Garde côtière à Québec a eu recours à deux brise-glaces provenant de l'extérieur de la province, le Terry Fox et le Henry Larson, sa propre flotte étant amputée du Amundsen et du Des Groseilliers. En plus de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, trois autres plaignants se sont adressés au Commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, à ce sujet.

 

...

 

«Les rapports se succèdent et se ressemblent», soupire de son côté la députée de Québec, Annick Papillon. «On dirait qu'on se moque de nous par rapport à la langue française», ajoute-t-elle. «On s'en va vers la mort d'hommes», conclut l'élue.

 

...

 

Trois nouvelles recommandations

Le Commissaire aux langues officielles formule trois nouvelles recommandations au ministère des Pêches et des Océans (MPO).

1- S'assurer qu'un nombre suffisant de postes, dans le bassin des officiers, est désigné bilingue pour avoir la capacité de donner des services dans les deux langues officielles, compte tenu des obligations linguistiques existantes.

2- S'assurer que la mise en oeuvre du protocole révisé est connue de tous les cadres supérieurs de la flotte, les officiers commandants et les officiers supérieurs pour assurer un service bilingue à bord de ses navires.

3- Informer et sensibiliser le personnel et les officiers des navires sur les droits linguistiques du public et les obligations linguistiques du MPO.

 

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201308/16/01-4680653-la-garde-cotiere-recoit-une-autre-tape-sur-les-doigts.php

 

Une grande communauté francophone vie dans cette zone de l'atlantique. Les Acadiens étant un peuple de pêcheur, il est normal qu'ils doivent interagir régulièrement avec les garde-côtes. Ils est aussi normal que le service se donne en français puisque le canada compte deux langues officielles. 

 

Edited by Michael Guay

Share this post


Link to post
Share on other sites

HMCS Algonquin et HMCS Protecteur, 2 navires de la marine canadienne, sont entrés en collision quand ils naviguaient vers Hawaï...

 

Le dégât sur HMCS Algonquin

 

Tnmy71r.jpg

 

Et sur HMCS Protecteur

 

plzDhpY.jpg

 

Henri K.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Décidément, ils ont la scoumoune nos amis canadiens. En avril dernier, un navire de pêche était entré en collision avec la frégate NCSM Winnipeg. :-[

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le coût des futurs navires militaires du Canada se précise

Les nouveaux navires militaires commandés par Ottawa coûteront en fin de compte plus de 100 milliards de dollars.

 

http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2013/11/13/009-couts-navires-militaires-canada.shtml

 

 

 

Navires de guerre: une facture de cent mille millions de dollars! Les contrats fédéraux pour ces navires ont été donnés à la Nouvelle-Écosse et à la Colombie britannique, sans aucune retombée pour le Québec.

 

http://www.lactualite.com/actualites/politique/cent-mille-millions-de-dollars/

 

 

Les navires de l’armée vont servir à un pays bordé par les océans Atlantique et Pacifique. Le Québec souverain n’aura pas à assurer la défense des côtes atlantiques et pacifiques. Nous n’aurons pas besoin de tous ces navires. Il nous suffira d’assurer la défense et les missions de sauvetage du Saint-Laurent et de la Baie-James.

 

La part du Québec de ces dépenses d’au moins 100 milliards représente une somme de 20 milliards de dollars. C’est ce que nous allons payer si nous demeurons une province canadienne. Si le Québec devient un pays, nous n’aurons plus à payer pour ces navires de guerre et pour garder ces côtes qui ne sont pas les nôtres.

 

 

Je ne suis pas en accord avec M. Gobeil. Au contraire, un Québec indépendant n'aurait certes pas besoin de navire destiné à la guerre mais pourrait cependant assurer la souveraineté de ses eaux et aider aux opérations humanitaires. Il aurait surtout besoin d'une garde-côte efficace et adaptée à ses eaux. De ce fait, deux scénarios se présentent, qui impliquent en général la négociation de la dette. 
 
1) Le Canada n'accepte pas de partager ses équipements et de ce fait, la dette du Canada étant au nom du Canada, le Québec n'a aucun dollars de plus à sa dette. Celui-ci est donc libre d'emprunter à sa guise pour s'équiper. 
 
2) Le Canada accepte de négocier. De ce fait, le Québec arrive avec une liste des équipements qu'il veut et qu'il ne veut pas, ainsi que la valeur estimée de ce qu'il désire garder sous limite du +/- 1/4. Ainsi, la modernisation de la marine et de la garde-cote canadienne est une bonne chose car les équipements réclamés seront modernes et adaptés à leur secteur d’opération.
 
Au final, arriveraient lors des négociations le dossier des zones frontalières et maritimes contestées. Il y aurait entre-autres les eaux nordiques qui appartiennent par juridiction au Nunavut et ce, dès la fin de la terre de juridiction Québécoise. Il y aurait aussi le dossier du Labrador qui fut cédé sans accord du Québec à Terre-Neuve. Si l'État du Québec récupère cette terre et les eaux la bordant, le Québec disposerait d'une façade maritime sur l'Atlantique. 
Edited by Michael Guay

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le tristement célèbre sous-marin canadien HMCS Chicoutimi, dont le premier et dernier voyage a été endeuillé par un incendie mortel, a été remis à l’eau.

 

http://www.corlobe.tk/spip.php?article33387

 

Combien de navires aura finalement le Canada avec le budget alloué à la Stratégie d’approvisionnement en matière de construction navale? Le chef d’État major lui aussi a bien hâte de le savoir!

 

http://www.45enord.ca/2013/11/combien-de-navires-aura-notre-marine-tom-lawson-aussi-aimerait-le-savoir/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) croit que le Canada paierait beaucoup plus pour la construction de nouveaux navires de ravitaillement pour sa Marine royale en faisant faire le travail dans un chantier naval canadien plutôt qu'à l'étranger.

 

Deux navires de ravitaillement interarmées doivent être construits au chantier naval Seaspan de Vancouver.

Une nouvelle analyse conclut que la construction au Canada pourrait ajouter jusqu'à 21 % à la facture finale, comparativement à ce qu'on paierait à l'étranger.

Dans un rapport précédent, le DPB avait évalué les coûts de construction des deux navires de ravitaillement à un minimum de 3,2 milliards, mais estime désormais que ce montant pourrait être réduit à 2,5 milliards si les navires étaient construits aux États-Unis.

Le gouvernement Harper souhaite que les nouveaux navires militaires de la Marine et ceux de la Garde côtière soient construits en sol canadien pour donner un coup de pouce à l'industrie canadienne et aux travailleurs. 

 

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/12/11/005-construction-navires-marine-directeur-parlementaire-budget-canada-etranger.shtml

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une photo d'un des nouveaux patrouilleurs semi-hauturiers de la Garde Côtière canadienne, à ce jour 6 des 9 navires de la classe "Hero" commandés ont été livrés :

CCGS_Private_Robertson_V.C.jpg

 

Pour l'instant ces unités tout à fait modestes de 43m de long ne sont pas du tout armées, mais lors de la cérémonie de lancement du deuxième navire de cette classe le ministre de la défense du Canada Peter MacKay a précisé qu'il envisageait de les faire équiper d'un canon pour répondre à une suggestion de l'organisation des états américains dans le cadre de la lutte contre les trafics illicites et la piraterie :  " According to the CBC News on November 13, 2012, Canadian Minister of Defence Peter MacKay announced that Canada was considering arming the Hero-class vessels, during a speech he delivered at the launch of the CCGS Caporal Kaeble V.C., the second vessel of the class.[11] MacKay said the Organization of American States had suggested Canada reconsider arming Canadian Coast Guard vessels to help counter the drug trade and people smuggling. CCG vessels have never been armed before, while, occasionally, when carrying elements of the RCMP, the mounties have carried small arms. A Senate committee recommended CCG vessels should be armed. Michael Byers, a law professor and commentator on Arctic sovereignty and maritime law has argued that CCG vessels should have the "quiet authority of a deck-mounted gun "

 

(source : CBS News cité par Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Hero-class_patrol_vessel)

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Marine royale canadienne a fait savoir que son seul sous-marin en fonction dans l'est du pays devrait faire l'objet de réparations pendant les six à sept prochains mois en raison d'un bris de génératrice.

Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Windsor sera réparé dans un entrepôt de la marine à Halifax entre les mois de mars et septembre, a précisé le capitaine Peter Ryan.

Un submersible est habituellement équipé de deux génératrices, des pièces cruciales dans la propulsion du vaisseau, a-t-il expliqué.

Le NCSM Windsor avait déjà été envoyé en réparation entre 2007 et 2012.

 

Suite : http://www.lapresse.ca/actualites/national/201402/05/01-4736019-le-ncsm-windsor-en-reparation-pour-bris-de-generatrice.php

 

Je plains les canadiens, les anglais se sont sacrément foutus de leurs gueules avec ces sous-marins pourris !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,366
    Total Members
    1,132
    Most Online
    Sauris17
    Newest Member
    Sauris17
    Joined
  • Forum Statistics

    20,608
    Total Topics
    1,225,367
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries