Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Union Européenne] nos projets, son futur


Recommended Posts

La France retranscrit dans le droit national la législation sur le parquet européen:
(Double post :blush:, mais avec plus de 24h d'intervalle :smile:)

Citation

(...) Le projet de loi sur le parquet européen qui vient en discussion à l’Assemblée nationale mardi 8 décembre doit donner le top départ à cette institution supranationale en matière de justice pénale. Une véritable révolution à laquelle seuls cinq pays de l’Union européenne (Danemark, Hongrie, Irlande, Pologne, Suède) ont choisi de ne pas participer pour le moment.

(...)  Adopté en première lecture au Sénat le 3 mars (...) , ce texte adapte le droit français à ce parquet européen chargé d’enquêter sur les fraudes aux intérêts financiers de l’UE et de poursuivre leurs auteurs en justice. Il s’agit essentiellement de lutter contre les escroqueries aux subventions européennes, estimées à 3 milliards d’euros par an, et les fraudes à la TVA intracommunautaire, qui atteindraient quelque 50 milliards d’euros. (...) 

Issue d’un (...) compromis lors du Conseil européen du 12 octobre 2017, l’architecture de cette nouvelle institution est complexe (...). Laura Codruta Kövesi, égérie roumaine de la lutte anticorruption, choisie (...) pour mettre en place ce parquet supranational (...)  sait qu’elle devra faire la démonstration de son efficacité en affichant des résultats concrets rapides. (...) 
Concrètement, le parquet basé à Luxembourg est composé d’un collège de 22 procureurs européens, un par pays, déjà nommés. Ex-représentant de la France à Eurojust, l’unité de coopération judiciaire de l’UE, le magistrat Frédéric Baab, qui a participé aux négociations préalables à l’accord (...) de 2017 (...) y a été nommé par Paris. Cet organe décidera, en totale indépendance à l’égard des institutions communautaires comme des pays membres, des enquêtes qu’il souhaite lancer et des suites qu’il compte leur donner. (...) 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/12/08/avec-le-parquet-europeen-l-emergence-d-une-justice-penale-supranationale_6062621_3224.html 

Pour prévenir toute inquiétude, il faut savoir que, si le parquet européen peut demander l'arrestation d'un suspect,  cela doit être confirmé par l'autorité nationale compétente ( "When deemed necessary, the EPPO may request the arrest of the suspected criminals. These requests will be authorized by the competent national judicial authorities according to national law ".   https://globalcompliancenews.com/eu-public-prosecutors-office-20170620/ )

Rappel sur la genèse du parquet européen : 

Citation

(...)  La Commission européenne a présenté une proposition de règlement portant création du Parquet européen en 2013. Mais après l'échec des négociations à Vingt-Huit (lire ci-dessous), les ministres français et allemand de la Justice ont finalement proposé en décembre 2016 d'instaurer cette instance via le mécanisme de la coopération renforcée. (...) 

Coopération renforcée. (...) 
"Pour combattre les infractions portant atteinte aux intérêts financiers de l’Union", l'article 86 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) permet à un groupe composé d'au moins neuf Etats membres d'aller de l'avant en cas d'absence d'unanimité au Conseil concernant la création d'un Parquet européen.
En juin 2017, ce sont finalement 20 Etats membres qui sont parvenus à un accord politique sur la création d'un parquet, dont le règlement est entré en vigueur en novembre 2017. Deux Etats, Malte et les Pays-Bas, y ont adhéré en 2018.    https://www.touteleurope.eu/actualite/qu-est-ce-que-le-parquet-europeen.html

Pour créer le parquet européen, on a donc utilisé le mécanisme de coopération renforcée qui sera sans doute aussi utilisé pour le plan de relance si la Pologne et la Hongrie continuent à s'y opposer. A noter qu'on peut adhérer à un système mis en place par coopération renforcée après qu'il ait été conclu...

 

  • Upvote 3
Link to post
Share on other sites

Compromis avec la Hongrie et la Pologne :

https://www.tagesschau.de/ausland/orban-spricht-von-sieg-101.html (10 décembre 2020)

Le ministre hongrois des affaires étrangères, Peter Szijarto, a publié sur sa page Facebook mercredi soir : "Nous avons remporté une victoire, un succès, parce que nous nous sommes battus pour les intérêts nationaux".

Dans les jours et les semaines précédentes, le Premier ministre hongrois avait souligné que ce n'était pas ce qu'il appelait une "majorité politique" dans l'UE qui devait décider si et quand un État membre violait l'État de droit, mais la Cour européenne de justice. Dans la déclaration complémentaire désormais disponible, il est indiqué que les fonds de l'UE ne peuvent être réduits ou annulés tant que la Cour de justice européenne n'a pas statué sur une plainte.

Cette approche juridique consistant à laisser la CJCE statuer permet au chef du gouvernement hongrois de gagner du temps. Il est donc peu probable qu'il y ait une éventuelle décision à Luxembourg avant les prochaines élections législatives en Hongrie au printemps 2022.

La réaction des partis d'opposition hongrois à la proposition de compromis a été limitée : Orban aurait subi une "lourde défaite". Mais la démocratie n'a pas gagné non plus, ont écrit les Verts hongrois. Bien qu'il soit positif qu'il y ait un mécanisme d'état de droit, ont-ils déclaré. Mais l'entrée en vigueur de ce mécanisme sera probablement reportée de deux ans tant que la Cour de justice européenne ne se sera pas prononcée sur la conformité du nouveau mécanisme avec le droit communautaire, ont-ils ajouté.

La députée européenne Anna Donath, du parti hongrois des droits civiques Momentum, a déclaré que le "chantage" d'Orban n'avait pas atteint son but. Il n'a pas pu empêcher la création d'un mécanisme d'État de droit. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de véritables sanctions pour le "vol" de fonds européens, a déclaré la femme politique de l'opposition, mais à partir de janvier, il y en aura. Orban n'a pu reporter la mise en œuvre que pour une courte période.

https://www.polskieradio.pl/395/7785/Artykul/2636925,Compromise-on-offer-for-Poland-as-EU-leaders-seek-deal-on-budget (10 décembre 2020)

Le président polonais Andrzej Duda a déclaré mercredi qu'un accord préliminaire avait été conclu.

Il a ajouté : "L'accord est le résultat d'efforts très importants de la part de la Pologne, de la Hongrie mais aussi de la présidence allemande" de l'UE.

Le porte-parole du gouvernement polonais, Piotr Muller, a déclaré en début de semaine qu'il y avait une chance de parvenir à un accord sur le budget lors du sommet des dirigeants européens jeudi et vendredi.

Mais il a ajouté que la Pologne et la Hongrie maintenaient leur position selon laquelle toute évaluation du respect de l'État de droit devrait être une question distincte des versements des fonds de l'UE.

Le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a précédemment déclaré aux dirigeants européens que son pays s'oppose à l'utilisation de "critères non objectifs" pour décider du montant des fonds que les États membres reçoivent de l'Union.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

J'ai attendu ce matin et la fin des réunion d'hier pour y voir un peu plus clair: 

Citation

(...) Le budget de l'UE pour la période 2021-2027 (1 074 milliards) et le plan de relance européen post-Covid (750 milliards d'euros) avaient été adoptés en juillet par les Vingt-Sept, mais étaient bloqués depuis un mois par la Hongrie et la Pologne. (...) Pour vaincre leurs réticences, l'Allemagne a proposé un compromis : le mécanisme sera assorti d'une déclaration « explicative » précisant la possibilité de saisir la Cour de justice européenne pour examiner sa légalité avant son application, quitte à la retarder. Un tel recours prend 18-19 mois en moyenne, selon la Cour… soit jusqu'aux prochaines élections en Hongrie.

(...) Après une « analyse juridique », notamment réclamée par les Pays-Bas et le Luxembourg, désireux de s'assurer que cette déclaration n'affaiblisse pas le mécanisme, le compromis a été adopté par l'ensemble des Vingt-Sept réunis en sommet. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a salué une déclaration qui empêchera « tout usage arbitraire » du dispositif. Plusieurs États se sont félicités que le mécanisme lui-même n'ait pas été révisé. (...) 

La levée des veto de Budapest et Varsovie ouvre la voie à la ratification par les parlements nationaux de la décision autorisant la Commission à lever des fonds pour financer le plan de relance, une première qui donnera naissance à un endettement commun. Elle permettra également au Parlement européen, qui refusait toute remise en cause du mécanisme, de donner son feu vert au paquet budgétaire. Ce déblocage sur le budget, qui comprend un fonds de transition énergétique pour aider les régions charbonnières, doit permettre aux Vingt-Sept d'adopter leur nouvel objectif d'émissions de gaz à effet de serre pour 2030.
https://www.lepoint.fr/politique/sommet-de-l-ue-la-voie-est-libre-pour-le-plan-de-relance-massif-post-covid-10-12-2020-2405226_20.php

 Bref, la Pologne sauve la face avec quelques vagues déclarations :happy: et la Hongrie a obtenu une petite victoire tactique, puisque V. Orban devrait disposer d'un délai pour pouvoir passer les législatives :rolleyes:. Par contre, il semble que la saisie de la Cour de justice européenne, pour en "examiner sa légalité avant son application", ne fonctionnera qu'une fois. Un peu comme l'examen des lois françaises par le Conseil Constitutionnel.

Autre point sensible, la Turquie : 

Citation

(...) Après le compromis sur le plan de relance (...) les 27 sont parvenus à un accord sur un autre dossier sensible du sommet européen. À l'issue d'âpres pourparlers achevés peu avant 1 heure du matin (...) , les Européens ont surmonté leurs divisions pour sanctionner la Turquie en raison de ses travaux d'exploration gazière dans des zones maritimes disputées (...) 

« Les mesures décidées sont des sanctions individuelles, et des mesures supplémentaires pourront être décidées si la Turquie poursuit ses actions », a expliqué un diplomate européen. Une liste de noms va être établie (...) et sera soumise à l'approbation des États membres (...) . Les noms seront inscrits sur la liste noire établie en novembre 2019 pour sanctionner les activités de forage de la Turquie dans les eaux de Chypre. Elle compte deux responsables de la Turkish Petroleum Corporation (TPAO), interdits de visas et dont les avoirs dans l'UE ont été gelés. Les dirigeants européens ont donné mandat au chef de la diplomatie européenne Josep Borrell de leur « faire un rapport (...) en mars 2021 sur l'évolution de la situation » et de proposer alors, si nécessaire, d'étendre les sanctions (...) , a indiqué le diplomate européen. « L'idée est de serrer la vis progressivement », a-t-il souligné. (...) 
https://www.lepoint.fr/europe/union-europeenne-les-27-s-accordent-pour-sanctionner-la-turquie-11-12-2020-2405238_2626.php 

Pour le moment, on en reste aux sanctions individuelles, mais on ponte en puissance. En mars 2021, Biden sera à la maison blanche. Si l'UE et les USA prennent la Turquie en tenaille, ça va devenir compliqué pour Ankara ...:dry:

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Desty-N a dit :

Autre point sensible, la Turquie : 

Pour le moment, on en reste aux sanctions individuelles, mais on ponte en puissance. En mars 2021, Biden sera à la maison blanche. Si l'UE et les USA prennent la Turquie en tenaille, ça va devenir compliqué pour Ankara ...:dry:

La Turquie, n'est pas dans "l'Europe" mais elle est dans l'OTAN.

Vladimir Poutine aimerait décrocher la Turquie de l'OTAN pour faciliter son accès à la Méditerranée.

Les USA veulent garder la Turquie dans l'OTAN pour compliquer l'accès de la Fédération de Russie à la Méditerranée.

L'Europe est une alliée de la Turquie par l'OTAN qui la "protège".

Recep Tayyip Erdogan dispose de plein de bras de levier (la liste est encore longue) pour nuire à tout le monde en équilibrant les risques par les avantages de la situation. 

Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, capmat a dit :

La Turquie, n'est pas dans "l'Europe" mais elle est dans l'OTAN.

Vladimir Poutine aimerait décrocher la Turquie de l'OTAN pour faciliter son accès à la Méditerranée.

Les USA veulent garder la Turquie dans l'OTAN pour compliquer l'accès de la Fédération de Russie à la Méditerranée.

L'Europe est une alliée de la Turquie par l'OTAN qui la "protège".

Recep Tayyip Erdogan dispose de plein de bras de levier (la liste est encore longue) pour nuire à tout le monde en équilibrant les risques par les avantages de la situation. 

On parle bien du même Erdogan qui vient de débarquer en Azerbaïdjan comme en terrain conquis? ( https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/10/ilham-aliev-offre-a-recep-tayyip-erdogan-de-partager-son-triomphe_6062891_3210.html ) Je doute que Poutine apprécie trop ce genre de manœuvre dans l'arrière cour russe.

Par ailleurs, le principal problème de la Turquie n'est pas politique mais économique. Sur ce plan, je ne suis pas sûr que la Russie offre les mêmes perspectives que les pays occidentaux :sleep: Alors Erdogan peut se lancer dans une fuite en avant, mais, plus il s'éloigne des USA et de l'UE, plus les dégâts chez lui seront importants.
Il n'y a que la Chine qui pourrait offrir un soutien économique intéressant, mais avec de grosses contreparties. Ce n'est pas pour rien que Téhéran n'a toujours rien signé avec Pékin, alors qu'il semble qu'ils négocient depuis des mois.

Maintenant, Ankara peut essayer de jouer sur tous les tableaux, négociant sa position stratégique auprès de plusieurs acteurs, pour en obtenir le maximum de faveurs , mais ça nécessite de la diplomatie, du tact et de l'habileté. Pas vraiment des qualités dont le mini sultan a fait preuve ces derniers temps ...:happy:

Edited by Desty-N
  • Upvote 3
Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Desty-N a dit :

On parle bien du même Erdogan qui vient de débarquer en Azerbaïdjan comme en terrain conquis? ( https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/10/ilham-aliev-offre-a-recep-tayyip-erdogan-de-partager-son-triomphe_6062891_3210.html ) Je doute que Poutine apprécie trop ce genre de manœuvre dans l'arrière cour russe.

Par ailleurs, le principal problème de la Turquie n'est pas politique mais économique. Sur ce plan, je ne suis pas sûr que la Russie offre les mêmes perspectives que les pays occidentaux :sleep: Alors Erdogan peut se lancer dans une fuite en avant, mais, plus il s'éloigne trop des occidentaux, plus les dégâts chez lui seront importants.
Il n'y a que la Chine qui pourrait offrir un soutien économique intéressant, mais avec de grosses contreparties. Ce n'est pas pour rien que Téhéran n'a toujours rien signé avec Pékin, alors qu'il semble qu'ils négocient depuis des mois.

Maintenant, Ankara peut essayer de jouer sur tous les tableaux, négociant sa position stratégique auprès de plusieurs acteurs, pour obtenir le maximum de faveurs , mais ça nécessite de la diplomatie, du tact et de l'habileté. Pas vraiment des qualités dont le mini sultan a fait preuve ces derniers temps ...:happy:

J'étais tenté de me livrer à une fresque bien plus large de la situation pour préciser la position des pièces sur l'échiquier mais je me méfie des post long.

Tout ce que tu cites participe "de la fresque".

- "Maintenant, Ankara peut essayer de jouer sur tous les tableaux, négociant sa position stratégique auprès de plusieurs acteurs, pour obtenir le maximum de faveurs , mais ça nécessite de la diplomatie, du tact et de l'habileté. Pas vraiment des qualités dont le mini sultan a fait preuve ces derniers temps ...:happy:"

Erdo s'en est pas trop mal tiré au début, maintenant il est dans l'entonnoir.

 

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, capmat a dit :

Erdo s'en est pas trop mal tiré au début, maintenant il est dans l'entonnoir.

 

Tout à fait d'accord, mais je pense que c'est pas le bon topic pour discuter de ça. Le fil Turquie me semble plus indiqué.

Pour en revenir au sujet de cette page web : 

Citation

(...) Les Etats membres de l'Union européenne ont conclu vendredi, (...) un nouvel accord sur le climat portant sur un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'au moins 55% d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990, contre un précédent objectif de baisse de 40%.
Le nouvel objectif climatique doit permettre au bloc de parvenir à la neutralité carbone en 2050 (...)

Pour parvenir à ce nouvel objectif, les Etats membres ont dû surmonter leurs divisions (...)
La Pologne, très dépendante du charbon, a bataillé (...) pour s'assurer que la réforme du marché du carbone de l'UE ne réduirait pas les financements consacrés aux Etats membres les plus pauvres.

Varsovie a également demandé que le nouvel objectif prenne en compte le produit intérieur brut de chaque pays (...)
Le nouvel objectif devra à présent être approuvé par le Parlement européen (...)
https://www.challenges.fr/top-news/accord-europeen-sur-un-nouvel-objectif-climatique-plus-ambitieux_741621 

  Du moment que la Pologne atteint ses objectifs en respectant l'état de droit :tongue:

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, capmat a dit :

J'étais tenté de me livrer à une fresque bien plus large de la situation pour préciser la position des pièces sur l'échiquier mais je me méfie des post long.

Tout ce que tu cites participe "de la fresque".

- "Maintenant, Ankara peut essayer de jouer sur tous les tableaux, négociant sa position stratégique auprès de plusieurs acteurs, pour obtenir le maximum de faveurs , mais ça nécessite de la diplomatie, du tact et de l'habileté. Pas vraiment des qualités dont le mini sultan a fait preuve ces derniers temps ...:happy:"

Erdo s'en est pas trop mal tiré au début, maintenant il est dans l'entonnoir.

 

Il y avait hier soir un "C'est dans l'Air"  sur ERDOGAN   ... Pas écouté mais peut-être intéressant pour "la vision stratégique"  ?    L'épisode avec Macron et l'Islam ne me semblant pas le point le + important , même si cela fait "bruit"

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

https://www.theguardian.com/politics/2020/dec/27/margaret-thatcher-said-plan-for-the-euro-was-a-rush-of-blood-archives-reveal

L'Irlande publie des archives de discussions entre le premier ministre Charles Haughey et Margaret Thatcher :

À l'époque, le contrôle de l'Union soviétique sur l'Europe de l'Est s'effondrait et Thatcher comparait l'intégration européenne au communisme.

"Nous essayons d'amener l'Europe de l'Est à accepter les normes démocratiques et nous recréons ici notre propre politburo. Ils sont tout simplement trop nombreux".

"Je n'abandonne pas l'autorité à une bureaucratie non élue... Je suis complètement dégoûtée que la Communauté européenne essaie de nous lier avec des règlements bureaucratiques."

https://balkaninsight.com/2020/12/21/polexit-sign-appears-at-end-of-long-corridor/

Le dirigeant du PiS [Jaroslaw Kaczynski] est même allé jusqu'à accuser l'UE d'être pire que l'Union soviétique, car sous le communisme la Pologne était au moins partiellement indépendante, mais maintenant l'UE veut se débarrasser complètement de l'indépendance polonaise et la "coloniser" : "Nous défendrons notre identité, notre liberté, notre souveraineté à tout prix".

  • Like 1
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

https://www.politico.eu/article/eu-china-investment-deal-angela-merkel-pushes-finish-line-despite-criticism/ (29 décembre 2020)

Pour les critiques, c'est un accord précipité qui est trop doux pour les droits du travail. Pour Angela Merkel, c'est une victoire stratégique et la cerise sur le gâteau de la présidence allemande du Conseil de l'UE.

Les diplomates et les fonctionnaires européens affirment que la chancelière allemande a joué un rôle crucial dans la finalisation de l'accord d'investissement UE-Chine, longtemps retardé, qui a nécessité plus de sept ans de négociations. Ces discussions devraient se terminer mercredi par une vidéoconférence de haut niveau entre Bruxelles, Berlin et Pékin, juste avant que l'Allemagne ne cède la présidence tournante du Conseil de l'UE au Portugal à la fin de la semaine.

La vidéoconférence avec Merkel, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le président du Conseil européen Charles Michel et le président chinois Xi Jinping est prévue pour 13 heures, heure de Bruxelles, mercredi, l'UE ayant confirmé mardi dernier.

Les dirigeants prévoient de donner un aval politique à l'accord, qui devra ensuite être révisé juridiquement, traduit dans différentes langues et approuvé officiellement par les gouvernements de l'UE et le Parlement européen, ainsi que, éventuellement, par les parlements nationaux - un processus qui devrait durer au moins jusqu'au début de l'année 2022.

La Commission européenne a déclaré que l'accord était une réussite car non seulement il améliore l'accès au marché pour les investisseurs européens en Chine et s'attaque aux transferts de technologie forcés, aux subventions non transparentes et aux entreprises d'État, mais il engage également la Chine à "faire des efforts continus et soutenus" pour ratifier les conventions internationales sur l'interdiction du travail forcé.

Toutefois, certains pays de l'UE, comme la Belgique et les Pays-Bas, ont fait part de leurs inquiétudes quant à la capacité de l'UE à traiter les questions relatives aux droits de l'homme dans le cadre de cet accord. D'autres, comme la Pologne, se demandent pourquoi l'UE se précipite pour conclure l'accord avec la Chine sans attendre l'investiture du président américain élu Joe Biden, dont l'équipe de transition a déjà fait part de ses préoccupations concernant l'accord.

Des critiques sévères émanent également du Parlement européen. "La Commission a plié sur la question des droits des travailleurs", a déclaré l'eurodéputé vert Reinhard Bütikofer, président de la délégation du Parlement pour les relations avec la Chine. M. Bütikofer a déclaré que de simples engagements sur l'abandon du travail forcé ne suffisaient pas : "Il est ridicule d'essayer de vendre cela comme un succès".

Le législateur allemand a également critiqué l'accord comme étant "une affaire en solo telle que nous la connaissons de l'administration Donald Trump", et a déclaré : "Expliquez pourquoi, il y a trois semaines, l'UE - qui aime à se qualifier de porte-drapeau du multilatéralisme - a déclaré vouloir se coordonner avec l'administration Biden vis-à-vis de la Chine, et maintenant elle essaie de faire passer cet accord juste avant l'investiture de Biden en tant que président".

Theresa Fallon, directrice du Centre for Russia Europe Asia Studies, a également critiqué l'accord d'investissement prévu. "Le principal résultat du point de vue de Pékin était de créer un fossé dans les relations transatlantiques, et Bruxelles semble s'y être plié", a-t-elle déclaré.

Les fonctionnaires de l'UE rejettent les critiques concernant la précipitation à conclure un accord sans consulter les États-Unis, soulignant que Washington a obtenu son propre accord en matière de commerce et d'investissement sous la présidence de M. Trump et que l'UE essaie simplement d'obtenir des conditions d'accès au marché similaires, ce qui permettrait à Bruxelles et à Washington de coordonner leurs politiques à l'égard de la Chine à partir d'un point de départ similaire.

Un fonctionnaire de la Commission a rappelé que Bruxelles et Pékin s'étaient engagés en avril 2019 au plus haut niveau politique à finaliser l'accord sur les investissements avant la fin de cette année, et que les deux parties s'en tenaient à leur propre objectif en finalisant maintenant les négociations, après avoir échoué à plusieurs reprises à faire des progrès substantiels dans les discussions au cours des années précédentes - "au grand dam de certains de ceux qui critiquent maintenant cet accord", comme l'a dit le fonctionnaire.

Pourtant, il ne fait guère de doute non plus à Bruxelles que la conclusion de l'accord prévue pour la fin de l'année - à un moment inhabituel pour des accords aussi médiatisés, entre Noël et le Nouvel An - porte l'écriture de Merkel.

L'accord d'investissement s'inscrit dans le cadre d'une stratégie d'ouverture vers la Chine dont Merkel a fait une pierre angulaire de la présidence semestrielle du Conseil de l'Allemagne. "Je crois qu'il est juste et important de s'efforcer d'établir de bonnes relations stratégiques avec la Chine", a déclaré Mme Merkel le 14 septembre, jour où elle avait initialement prévu un sommet géant UE-Chine à Leipzig, qui a dû être annulé en raison de la pandémie de coronavirus et a été remplacé par une vidéoconférence avec le Chinois Xi.

Pour les entreprises européennes, en particulier les constructeurs automobiles et les fabricants allemands, cet accord revêt une grande importance car il leur permettrait d'accroître leurs investissements sur le lucratif marché chinois, qui connaît une croissance constante, sans avoir à faire face à des restrictions protectionnistes telles que les coentreprises forcées, dans lesquelles les entreprises locales détiennent la majorité des parts et peuvent accéder aux secrets commerciaux.

"Nous ne devons pas nous faire d'illusions à ce stade ; nous devons plutôt mesurer les choses par rapport aux réalités", a déclaré Mme Merkel en septembre. "Aujourd'hui, la Chine est un concurrent évident dans de nombreuses hautes technologies. Donc, bien sûr, l'accès au marché et les caractéristiques de nos échanges commerciaux doivent être sur un pied d'égalité. Des conditions de concurrence équitables, comme on dit, doivent prévaloir".

Outre la forte impulsion de Berlin, renforcée à Bruxelles par l'ambassadeur allemand Michael Clauss - qui, ce n'est pas un hasard, est l'ancien ambassadeur allemand à Pékin - Merkel pouvait également compter sur le "moteur allemand" de la Commission européenne, comme l'a dit un diplomate européen : Il a nommé Björn Seibert, chef de cabinet du président de la Commission, Sabine Weyand, directrice générale du commerce, ainsi que Michael Hager, chef de cabinet du vice-président exécutif Valdis Dombrovskis, comme faisant partie de ce "moteur".

Mais surtout, Merkel semble avoir obtenu le soutien de la France pour l'accord. Un fonctionnaire proche du ministre français du commerce Franck Riester, qui a critiqué la semaine dernière l'accord relatif aux droits de l'homme, a déclaré mardi que "les choses vont dans la bonne direction". Un fonctionnaire de l'UE a déclaré que Mme Merkel avait conclu un accord avec le président français Emmanuel Macron selon lequel elle pourrait conclure l'accord sous la présidence allemande, tandis que la ratification et la signature de l'accord seraient finalisées sous la présidence française du Conseil au cours du premier semestre 2022.

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/francois-godement-la-chine-a-fait-des-concessions-douverture-larges-qui-ne-sont-pas-bordees-dun-point-de-vue-legal-1277299 (30 décembre 2020)

Au fond, l'Union européenne était bien plus demandeuse que la Chine. Car le marché européen a toujours été très ouvert, tandis que la Chine pouvait restreindre l'investissement dans de nombreux domaines - sans compter son opacité. Pour résumer, la Chine reçoit l'assurance que le marché européen reste ouvert , et obtient une ouverture surprise de la vente d'électricité en gros et au détail en Europe. Les deux parties conservent leur filtrage des investissements, chacune promettant d'être de bonne foi… L'Europe obtient, elle, des avancées dans quinze secteurs d'importance inégale. Il y a la finance, les sociétés de conseil, le marché des télécoms ou encore la chimie. Mais des inconnues demeurent : par exemple dans le secteur automobile dont l'ouverture ne concerne que les voitures électriques, dans les télécoms avec beaucoup d'obligations d'entreprises conjointes, l'exclusion des réseaux internet et de l'e-commerce.

Edited by Wallaby
Link to post
Share on other sites

Et je me demande si, mutatis mutandis, cette opinion de Lawrence Summers, ancien secrétaire au trésor de Bill Clinton, s'applique aussi à l'Europe :

Le 05/06/2018 à 09:50, Wallaby a dit :

https://www.nytimes.com/2016/12/05/opinion/its-time-for-a-reset.html (5 décembre 2016)

Nous devons réorienter le dialogue économique mondial vers la promotion d'un "nationalisme responsable" plutôt que sur l'intégration internationale pour elle-même. Un exemple classique d'initiative malavisée est l'effort de promotion d'un traité bilatéral d'investissement entre les États-Unis et la Chine. Même dans l'éventualité peu probable qu'un tel traité puisse être négocié, son effet serait de réduire la capacité de l'Amérique à contrôler le comportement des entreprises chinoises aux États-Unis pour accroître la sécurité des entreprises américaines mondiales lorsqu'elles implantent des installations de production ou investissent en Chine. Du point de vue d'un électeur américain typique de la classe moyenne, l'accord est perdant-perdant.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

https://www.spectator.co.uk/article/the-eu-is-taking-a-gamble-with-china (2 janvier 2020)

[Biden] était, bien sûr, vice-président lorsque les services de renseignements américains ont mis le téléphone de Merkel sur écoute. Il s'agit là d'une alerte précoce qui montre que, bien qu'elle soit amie du monde entier, l'UE n'est pas inféodée à l'Amérique, mais qu'elle peut faire son chemin si nécessaire.

Le fait que, malgré les inconvénients, Merkel ait quand même donné suite montre qu'elle poursuit son propre programme plutôt que celui de l'Amérique. Elle est convaincue que l'équilibre des pouvoirs se déplacera vers l'Asie au XXIe siècle. Alors que la Chine et ses voisins progressent, elle souhaite que l'Europe s'accroche au géant économique pour tenter de maintenir son statut dans le monde. Alors que de nombreux médias allemands l'ont critiquée pour son approche douce de la Chine, les experts économiques ont affirmé avec force que les fabricants allemands ont besoin du marché chinois. Volkswagen vend près de 50 % de ses voitures à la Chine, et ses concurrents en dépendent tout autant. Le nouvel accord commercial garantit à Volkswagen, Daimler et aux autres constructeurs qu'ils pourront bientôt vendre des voitures électriques en Chine. Dans leur quête de domination mondiale, les géants automobiles allemands ont irrévocablement lié leur destin à la Chine et n'ont peut-être laissé à Berlin aucune autre option que de trouver un accord avec Pékin.

  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

https://www.eurotopics.net/fr/255036/l-ue-versus-astrazeneca-o-en-sommes-nous (30 janvier 2021)

Markus Felsenkirch, chroniqueur de Spiegel (Allemagne) cache de moins en moins sa colère contre l'UE :

«Comment, dans la pire des crises depuis la Seconde guerre mondiale, a-t-on pu avoir négligé à ce point l'acquisition de ce bien capital et s'être comporté comme s'il s'agissait de soldes, d'une course aux bonnes affaires, d'achats impulsifs réalisés sur un coup de tête ? ... Pour chaque euro économisé, ce sont des gens qui meurent actuellement. L'UE a alloué 750 milliards d'euros pour adoucir l'impact de la pandémie, contre à peine 3 milliards pour en venir à bout par la vaccination. Un choix difficilement défendable. ... Au lieu de s'excuser auprès des 448 millions de citoyens européens, Bruxelles fait étalage d'un esprit de corps et rejette la faute sur les laboratoires. ... L'immunité collective semble exister depuis longtemps dans l'UE, une immunité à la critique.»

Le modus operandi de Bruxelles, qui décide de son propre chef, est trop souvent facteur d'erreurs, écrit le Corriere del Ticino (Suisse) :

«Il semblerait que la Commission européenne se soit laissée duper par Pfizer et Astrazeneca en leur versant des millions d'euros à titre de 'contribution aux coûts de la recherche' en échange d'une promesse de livraisons à grande échelle de vaccins contre le Covid-19 sans la moindre garantie. ... Si la Commission avait été soumise à un véritable contrôle démocratique par le Parlement européen, quelqu'un l'aurait sûrement remarqué et aurait demandé sur quelle base il était garanti que les vaccins seraient livrés à temps. ... Or, non seulement ce contrôle n'existe pas, puisque le Parlement européen n'est en fait qu'un organe de révision - mais en plus, les traités ont été gardés secrets pour empêcher l'opinion publique de se prêter à tout contrôle.»

L'UE se comporte comme si les ennuis avec les grands laboratoires pharmaceutiques étaient quelque chose de nouveau, fulmine Avvenire (Italie) :

«Ceux qui suivent la bataille de l'accès aux médicaments essentiels n'en connaissent que trop bien le scénario, depuis le sida. ... Cette fois, l'histoire se répète au niveau mondial. ... Dans la course au vaccin, les gouvernements ont signé des contrats avec des entreprises, liées au secret, sans définir les conditions d'accès au vaccin en fonction de critères de santé publique et sans regarder au delà de leurs propres frontières. Au mépris du rôle qu'ils se devaient de jouer en tant que bons investisseurs, les pays européens ont laissé leurs institutions publiques s'engager dans une pratique risquée et inédite d'achat de produits et de services. ... Une maladresse qui a de quoi faire peur. »

 

Link to post
Share on other sites
Le 28/01/2021 à 00:53, TarpTent a dit :

Trump qui a créé le sentiment d’urgence pour l’UE de s’affirmer en tant que puissance économique notamment ;

- le Brexit qui a soudé les européens et leur a permis de prendre conscience de leur force lorsqu’ils étaient unis ;

- le Covid qui les a obligé à surmonter une crise idéologique et à mettre en place une première vraie dette commune qui sera remboursée par des recettes communes ;

- avec en corollaire de ce dernier point spécifiquement la volonté nette désormais affichée de taxer les Gafam, en faisant front face aux américains et leurs mesures de rétorsions ;

Je vais faire "radio langue de pute", mais quand même :

  • Maintenant que Saint Biden a été élu et est plus présentable que son prédécesseur, on peut craindre que les bonnes vieilles habitudes vont reprendre ;
  • Ca a surtout permis de montrer à ceux qui tenteraient de quitter le navire que l'UE fera tout pour le leur faire payer cher. Sinon, je ne pense pas que les citoyens de l'UE aient vu un "message positif" dans la manière dont a été géré le Brexit. Même si administrativement c'était plutôt du bon travail, vu de l'extérieur ça donnait l'image d'une cacophonie monstrueuse. 
  • Reste à voir quelles recettes communes. De la croissance est attendue dans l'UE dans les prochaines années ?  
  • Les Allemands ont des voitures à vendre aux Etats-Unis. Et pas dit que les pays de l'Est (Pologne en consorts) suivent le mouvement. 

Je pense qu'il y a réellement eu des prises de conscience de certains individus dans les hautes sphères politiques, et effectivement, au moins dans les discours et les intentions un changement de vision des choses, mais je doute sérieusement qu'un mouvement coordonné puisse être mis en place.

Mais j'espère me tromper.

 

Edited by Kiriyama
  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Le 01/02/2021 à 18:39, Kiriyama a dit :

Ca a surtout permis de montrer à ceux qui tenteraient de quitter le navire que l'UE fera tout pour le leur faire payer cher. Sinon, je ne pense pas que les citoyens de l'UE aient vu un "message positif" dans la manière dont a été géré le Brexit. Même si administrativement c'était plutôt du bon travail, vu de l'extérieur ça donnait l'image d'une cacophonie monstrueuse. 

je vais la faire court : tu ne serais pas un peu à la masse sur ce point ? quasiment toutes les personnes que je connais dans l'UE trouvent qu'on a été trop patient trop  longtemps... même ceux qui ne sont pas particulièrement pro-UE 

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
11 minutes ago, rendbo said:

je vais la faire court : tu ne serais pas un peu à la masse sur ce point ? quasiment toutes les personnes que je connais dans l'UE trouvent qu'on a été trop patient trop  longtemps... même ceux qui ne sont pas particulièrement pro-UE 

Quel rapport? Tu peux faire souffrir quelqu'un longtemps ... ça n'en est pas moins méchant!

Link to post
Share on other sites
Le 03/02/2021 à 10:37, rendbo a dit :

je vais la faire court : tu ne serais pas un peu à la masse sur ce point ? quasiment toutes les personnes que je connais dans l'UE trouvent qu'on a été trop patient trop  longtemps... même ceux qui ne sont pas particulièrement pro-UE 

 

Le 03/02/2021 à 10:55, mayamac a dit :

L’UE a été méchante?

 

Nous avons été très patients vis-à-vis d'une clique de politiciens démago n'ayant absolument pas anticipé le tourbillon qu'ils avaient déclenché par amateurisme. Alors on a négocié tranquillement en attendant que les adolescents d'en face comprennent que la souveraineté dont ils ne cessaient de parler à corps et à cris avait un prix et que TANSTAAFL, comme ils aiment dire...

 

 

Link to post
Share on other sites
On 2/3/2021 at 10:55 AM, mayamac said:

L’UE a été méchante?

Au final elle a été plutôt arrangeante, du moins c'est l'impression que ça donne ... mais ce n'était pas forcément le message qui était professé au début. Peut être que la situation actuelle est vu comme suffisamment dissuasive ... et qu'elle n'a pas jugée utile d'en faire plus.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, g4lly a dit :

Au final elle a été plutôt arrangeante, du moins c'est l'impression que ça donne ... mais ce n'était pas forcément le message qui était professé au début. Peut être que la situation actuelle est vu comme suffisamment dissuasive ... et qu'elle n'a pas jugée utile d'en faire plus.

Tu sais, si je t'invitais à manger chez moi, et en plein milieu du repas, après avoir picolé et mis les pieds sur la table, tu te levais pour me dire que la bouffe est dégueux, cela malgré les efforts fait adapter mon menu à tes exigences alimentaires, je ne serai ni persuasif à te retenir, ni accommodant...

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, g4lly a dit :

Au final elle a été plutôt arrangeante, du moins c'est l'impression que ça donne ... mais ce n'était pas forcément le message qui était professé au début. Peut être que la situation actuelle est vu comme suffisamment dissuasive ... et qu'elle n'a pas jugée utile d'en faire plus.

L'UE n'a aucun intérêt à totalement couler l'UK.

Par contre l'Union n'a jamais fait que donner au Royaume-Uni ce qu'il voulait : sortir du mécanisme contraignant, ce qui implique la perte des avantages....

C'est logique à un moment, si tu veux hors du groupe, les avantages induits ne suivent pas non plus.

 

Link to post
Share on other sites
44 minutes ago, rendbo said:

Tu sais, si je t'invitais à manger chez moi, et en plein milieu du repas, après avoir picolé et mis les pieds sur la table, tu te levais pour me dire que la bouffe est dégueux, cela malgré les efforts fait adapter mon menu à tes exigences alimentaires, je ne serai ni persuasif à te retenir, ni accommodant...

Le Uk a toujours été le pays le plus respectueux des traités ... de manière quasi obsessionnelle ... contrairement à beaucoup d'autre qui se présente comme des parangons de vertu ... alors qu'il retranscrivent toutes les directives en traînant très très largement les pieds.

Donc reprocher au Uk d'avoir mis les pieds sur la table ...

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

bon moi j'aurais préféré l'esperanto qui me semble plus cartésien dans sa construction, ainsi que plus consensuel et rassembleur  d'un point de vue politique. Ma fibre élitiste aurait préféré le grec parce que pour moi tout vient du grec (de la démocratie au commerce, des mathématiques à la philosophie)... 

https://www.lefigaro.fr/vox/culture/et-si-la-langue-officielle-de-l-union-europeenne-devenait-le-latin-20210208

Révélation

«Et si la langue officielle de l’Union européenne devenait... le latin?»

FIGAROVOX/HUMEUR - Trait d’union entre tous les espaces et toutes les périodes du continent européen, et si le latin remplaçait l’anglais? L’exemple de l’hébreu moderne, en Israël, prouve qu'il est possible de ressusciter une langue pour en faire le ciment d’une entité politique, argumente Sundar Ramanadane, normalien et haut fonctionnaire.

Depuis que les Anglais se sont boutés eux-mêmes hors de l’Union européenne, il est assez fréquent de lire des articles traitant du futur linguistique de l’Europe. L’anglais ne peut plus, désormais, légitimement prétendre rester la langue de la construction européenne, tant il est vrai que le Brexit doit s’accomplir dans les deux sens: si les Anglais sont partis, il faut aussi que nous autres Européens abandonnions ce qu’ils ont pu nous laisser de plus nocif, et particulièrement l’accent excessif mis sur le commerce et le libre-échange au détriment de l’approfondissement politique, ainsi que le globish, solution de facilité pour structurer ces échanges dans le cadre d’une institution sans identité revendiquée.

Depuis donc que le divorce est acté, on peut lire des articles se demandant si l’Europe ne devrait pas parler l’allemand (perspective riche de promesses de ce côté-ci du Rhin!) ou français (perspective tout aussi riche de promesses de l’autre côté du Rhin, des Pyrénées ou des Alpes - nous avons la prétention de croire, horresco referens, que nos voisins aiment Napoléon autant que nous!).

 

Cet enjeu est pourtant important. La question de la langue que parle une entité politique est cruciale. L’hébreu moderne, produit de la résurrection d’une langue longtemps restée comme morte, a accompagné la construction d’Israël ; l’Inde comme le Pakistan ont élaboré sur la langue hindoustanie deux registres de langue, le premier fortement imprégné par l’antique sanskrit, l’autre fortement enrichi d’apports persans tel qu’il se pratiquait dans la cour des Mogols, pour structurer respectivement le hindi et le ourdou et au-delà, l’identité de leurs pays, leur idéologie, et les éléments d’un passé pourtant commun sur lesquels ils ont choisi de mettre l’accent de manière différenciée.

Si l’Europe envisage d’être un jour plus qu’un marché, elle ne peut faire l’économie de cette réflexion sur la langue qui doit porter les principaux éléments de l’identité dont elle se revendique, et qui renferme un passé commun. C’est donc très naturellement qu’elle doit se poser la question du latin comme langue de ses institutions.

Si la conclusion ne paraît pas naturelle à notre lecteur, qu’il se demande ce qui constitue le passé commun du cœur de ce continent: il verra que l’Empire romain, la Chrétienté, la pensée des humanistes et des Lumières ont tous les trois contribué à la structurer. Ces trois éléments fondateurs (à l’exception de la pensée des Lumières) avaient le latin pour véhicule. Cette langue est celle de Virgile et de Catulle, elle est celle de Saint-Augustin et celle de Luther, celle de Descartes et d’Erasme et celle de Spinoza, elle est également celle de ces monastères qui ont permis la préservation de la culture lors des invasions barbares.

Le latin porte en lui deux millénaires d’une culture aussi variée que le furent ses auteurs: elle a été le trait d’union d’une Europe des esprits qui à travers le temps et à travers l’espace, ont débattu, se sont disputés, mais toujours avec, en toile de fond, une identité commune. Le latin a aussi structuré les langues que nous parlons aujourd’hui en Europe, dans leur construction grammaticale ou dans leur lexique: il les subsume au-delà de leurs particularismes.

Au-delà de la culture, il y a la politique. Le latin est la langue des grands orateurs et celle du droit. Elle est la langue politique par excellence, celle qui a servi de référence à des générations de parlementaires dans les pays (notamment anglo-saxons) qui ont une tradition démocratique, celle qui a permis de former à la rhétorique des générations entières de politiques, à partir de l’imitation et de l’appropriation des Anciens.

Enfin, il y a le symbole que véhiculerait une Europe qui reparlerait en latin, celui de la force, de la rigueur, de la volonté de puissance (thème que l’Europe tente depuis peu et très timidement d’investir), de la volonté de fédérer autour d’elle des peuples innombrables. Elle serait alors la langue d’une entité qui aurait une autre ambition que celle d’être un cartel d’États représentant pour les plus grands d’entre eux, un peu plus d’un pour cent de la population mondiale.

Pour toutes ces raisons (et d’autres sans doute encore) le latin mériterait de redevenir la langue de l’Europe. L’exemple israélien montre qu’il est possible, pourvu qu’on ait une volonté forte, de ressusciter une langue qui n’avait d’usage que liturgique, pour en faire une langue qui cimente une nation.

Si l’Europe aspire un jour à développer une identité européenne au-delà des particularismes nationaux, et à être autre chose qu’une dispensatrice de subventions et une grande pondeuse de normes (choses qu’on ne critique pas en soi), elle doit se doter d’une langue qui, contrairement à cette langue de laboratoire qu’est l’Espéranto, est dotée d’une riche histoire, et reflète un legs historique dans lequel les peuples se reconnaissent et sous lequel ils peuvent envisager de se fédérer.

 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,559
    Total Members
    1,550
    Most Online
    b52.
    Newest Member
    b52.
    Joined
  • Forum Statistics

    21,129
    Total Topics
    1,386,342
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...