Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Union Européenne] nos projets, son futur


Recommended Posts

L'autoritarisme est aussi présent chez LFI , FN et Zemmour en France, nostalgie communiste?. L'Est de l'Allemagne vote plus AFD que Die Linke.

Colonisé , le terme est trop caricaturale et ils ne recouvrent pas la réalité du processus d'adhésion de la RDA vers la RFA. C'est un peu de la soupe Mélenchoniste ça.

Que le sentiment des gens qui ont travaillé des décennies dans une industrie obsolète qui se sont pris le mur de la réalité de la compétitivité économique en pleine face soient violentés, c'est réel mais ce sentiment n'est pas fort différent des ouvriers des aciéries de l'Est de France ou du  Benelux qui se sont faits "mondialiser par les Indiens et les Chinois.

Ou des provinciaux qui voient le prix de l'immobilier s'envoler hors de portée parce que les Parisiens débarquent à cause du TGV...

Rien de spécifique à la RFA.

La RDA c'était du virtuel sous perfusion.

 

  • Like 1
  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 18/05/2022 à 14:55, Chaps a dit :

Mais comme il n'y avait rien d'autres de disponibles pour stabiliser les ex satellites soviétiques pendant et après leurs années d'hyper inflation et que l'autre chemin était qu'ils pouvaient tous tomber dans un chaos certainement exploité par la Russie...

Vouloir consommer comme un Européen de l'Ouest ou un Américain ne fait pas tout.

Mon épouse à beau être Ukrainienne, je suis, encore une fois à titre personnel, contre l'adhésion de ce pays à l'UE car la compréhension de ce qu'est la  démocratie n'est pas du tout la même que la notre, et je ne m'étends pas sur la corruption, le crime organisé, et autres sujets sociétaux.

A titre personnel je pense qu'en proposant aux pays de l'Est d'être d'abord partenaires économiques, il y avait une possibilité de les aider à se redresser économiquement tout en les aidant sur le chemin de la démocratie "à l'occidentale" avant une intégration pleine et entière. Sans compter qu'une opération de séduction sur le long terme aurait permis de faire adhérer les plus agés à nos valeurs alors que là nous en avons braqués en foutant à la poubelle les idéaux et en les confrontant frontalement. 

  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Joska Fisher vous vous souvenez de lui ? Article à lire parce qu'il marque une rupture de la doxa allemande.

JOSCHKA FISCHER

Ministre des affaires étrangères et vice-chancelier de l'Allemagne de 1998 à 2005, a été l'un des leaders du parti vert allemand pendant près de 20 ans.

Comment l'UE doit changer
23 mai 2022
JOSCHKA FISCHER
Pendant plusieurs décennies après la Seconde Guerre mondiale, l'ordre européen a reposé sur la conviction que des institutions partagées, des marchés communs et d'autres formes d'intégration garantiraient la paix sur le continent. Mais maintenant que la Russie a unilatéralement brisé cette vision, l'Union européenne va devoir repenser son modus operandi.

BERLIN - Bien que nous ne sachions toujours pas quand - et, surtout, comment - la guerre d'agression de Vladimir Poutine en Ukraine prendra fin, il est d'ores et déjà clair que le conflit transformera radicalement l'Union européenne.

L'UE a été la réponse de l'Europe occidentale à la violence explosive des deux guerres mondiales, qui étaient elles-mêmes le produit de l'industrialisation et du nationalisme à partir du XIXe siècle. Ces processus historiques ont conduit à la destruction complète de l'ordre européen traditionnel. Après la Seconde Guerre mondiale, le continent européen a été dominé par deux puissances non européennes : les États-Unis et l'Union soviétique. Les intérêts matériels et idéologiques de ces deux puissances étant impossibles à concilier, il s'en est suivi une course aux armements nucléaires et une guerre froide qui ont duré des décennies.

Immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, l'économie de l'Europe occidentale était en lambeaux et elle était militairement sans défense contre une invasion soviétique. Sans le plan Marshall américain et la garantie de protection militaire de l'Amérique, l'Europe occidentale n'aurait guère pu survivre.

La création de l'OTAN en 1949 a permis de garantir que la partie occidentale du continent resterait à l'abri des empiètements soviétiques et d'une Allemagne réapparue, bien que divisée. Cet arrangement a ensuite donné naissance à l'idée qu'un ordre stable en Europe occidentale pouvait être atteint grâce à l'intégration économique au sein d'un marché unique, à des institutions collectives et à un système juridique commun - impliquant finalement une intégration complète des États concernés.

L'objectif n'était pas seulement de surmonter les causes socio-économiques et politiques d'un nationalisme destructeur, mais aussi de faire en sorte que le trouble-fête historique de l'Europe et son économie la plus forte, l'Allemagne, soit pleinement et définitivement intégrée. Dans les décennies qui ont suivi, l'OTAN et l'UE (initialement la Communauté européenne du charbon et de l'acier, puis la Communauté économique européenne) sont devenues les piliers militaires et économiques respectifs de la sécurité et de la prospérité européennes, et donc de l'ordre ouest-européen.

Mais avec la fin de la guerre froide, de nouvelles questions se posent quant à la forme que prendra l'ordre européen. La réponse était que les deux piliers de l'Europe occidentale - l'OTAN et l'UE - allaient s'élargir pour inclure les pays d'Europe centrale et orientale qui remplissaient les conditions pour y adhérer. De leur côté, nombre des anciennes républiques soviétiques et des membres du Pacte de Varsovie voulaient une garantie contraignante que l'ordre européen ne serait pas révisé par la Russie.

L'adhésion à l'OTAN et à l'UE a donc apporté la promesse d'une sécurité collective et d'un marché commun. L'espoir était d'éliminer les derniers vestiges de l'ancienne confrontation Est-Ouest et d'assurer une paix permanente grâce aux échanges économiques et à l'interdépendance.

Sous la direction de Poutine, cependant, la Russie a mené une politique différente. Elle a cherché à rétablir son statut de puissance mondiale en revendiquant de plus en plus de "terre russe", ce qui implique un renversement de l'ordre post-soviétique. Tourné vers le passé plutôt que vers l'avenir, Poutine veut restaurer l'ancien empire russe.

Alors que les Ukrainiens exprimaient de plus en plus leur désir de s'intégrer à l'Occident, Poutine a pris des mesures pour nier leur liberté et la souveraineté de l'Ukraine. En 2014, il a annexé la Crimée et déclenché une guerre à bas bruit dans la région ukrainienne de Donbas. Et maintenant, il a lancé une guerre d'agression totale, anéantissant toute chance de coexistence pacifique entre la Russie et l'UE, du moins tant qu'il reste au pouvoir. La partition géographique, imposée par le chantage nucléaire, l'emportera une fois de plus sur les échanges et la coopération économiques.

L'UE devra désormais se concentrer beaucoup plus sur les questions de sécurité et de géopolitique que par le passé. En outre, maintenant que la Suède et la Finlande vont rejoindre l'OTAN, l'Autriche, l'Irlande, Malte et Chypre seront les seuls membres de l'UE à ne pas appartenir également à l'alliance. Ainsi, la relation entre les deux piliers de l'ordre européen va également changer. Les membres de l'UE devront augmenter considérablement leurs dépenses de défense et renforcer d'urgence leurs contributions à l'OTAN.

L'UE sera également confrontée à des défis géopolitiques aux enjeux de plus en plus importants, comme le montrent déjà les demandes d'adhésion de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie. Jusqu'à présent, le seul instrument géopolitique dont disposait l'UE était la promesse d'une adhésion pleine et entière (et donc la croissance économique et la prospérité). Mais cette promesse s'est révélée être une illusion pour la Turquie et les Balkans occidentaux.

Dans son cadre institutionnel et juridique actuel, l'UE ne peut poursuivre ses intérêts géopolitiques que dans une mesure très limitée, voire pas du tout. L'UE du futur devra donc avoir une structure plus souple, avec un arrangement quasi-confédératif entourant un noyau fédéré. Plutôt que d'exiger une adhésion totale ou rien du tout, l'UE pourrait offrir un accès plus restreint au marché commun, à la sécurité commune, à la communauté juridique européenne, à la monnaie commune, etc.


L'UE ne peut pas s'étendre à l'infini. Mais elle doit accepter que ses intérêts géopolitiques s'étendent bien plus loin que l'instrument de la pleine adhésion. Tant que les régimes autoritaires constitueront une menace matérielle, l'UE - qui représente l'alternative économique et sociétale - deviendra une force de plus en plus importante, non seulement sur le continent européen, mais aussi dans la zone grise plus large à l'est, où il n'existe pas de frontière nette avec l'Asie.

Quoi qu'il arrive en Ukraine, la situation exige une nouvelle flexibilité structurelle et non une adhésion rigide à d'anciens arrangements trop contraignants ou à des promesses impossibles à tenir.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, g4lly a dit :

Un allemand qui explique que c'est l'Allemagne le problème ...

Moi je voyais plus cet article dans le sens "on ne peut pas rester comme maintenant, on doit intégrer une vision géopolitique". Le "On" étant partiellement à destination des allemand et en particuliers des verts dont Joska Fisher est issu.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

2 minutes ago, herciv said:

Moi je voyais plus cet article dans le sens "on ne peut pas rester comme maintenant, on doit intégrer une vision géopolitique". Le "On" étant partiellement à destination des allemand et en particuliers des verts dont Joska Fisher est issu.

C'était juste une boutade... Mais effectivement.

Après un projet politique avec l'Allemagne au centre ça inquiète déjà aux USA.

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, g4lly a dit :

Après un projet politique avec l'Allemagne au centre ça inquiète déjà aux USA.

Aux USA bof, par contre en Grande-Bretagne, certainement 

Clairon

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Oui, enfin, vu le monstre bureaucratique qu'est la Bundeswehr, investir plus de millions pour faire tourner des usines à gaz, ils savent faire.

Vous me direz, faire du vent nos chers cousins d'outre-Rhin le font déjà avec leur politique énergétique ! :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Intervention du président Charles Michel avant la réunion extraordinaire du Conseil européen, 30 mai 2022

Nous allons avoir beaucoup de débats difficiles à l'agenda du Conseil européen.

Le premier va porter sur le soutien à l'Ukraine: davantage de moyens financiers pour prendre en compte les liquidités urgentes dont l'Ukraine a besoin, pour prendre aussi en compte le point de départ qu'il faut donner à la reconstruction du pays. C'est un sujet extrêmement important pour les Ukrainiens, pour lequel nous souhaitons être engagés.

Les sanctions, le sixième paquet, sont sur la table depuis plusieurs semaines maintenant et les prochaines heures, je le crois, doivent être le moment de décider, de faire un pas en avant. Il y a des sensibilités, il y a des préoccupations. Des progrès ont été possibles durant les dernières heures et nous verrons s' il y a ce moment de vérité qui est possible dans les prochaines heures. En tout cas, je soutiens tous les efforts afin de bâtir une position unie sur ce sujet, afin de montrer une fois encore la force de l'Union européenne dans l'unité lorsqu'elle est confrontée à des sujets difficiles et délicats.

Enfin, en matière de défense, nous allons demain avoir l'occasion d'un débat. Ce sera l'occasion de mandater le Conseil pour progresser sur des points opérationnels, pour bâtir cette défense européenne que nous souhaitons. Et nous allons aussi adresser la question de la sécurité alimentaire. C'est la guerre décidée par la Russie qui provoque un risque grave pour la sécurité alimentaire dans le monde. Et c'est la responsabilité de l'Union européenne de prendre soin de nous-mêmes, de prendre soin aussi de nos partenaires, notamment des pays en développement. C'est dans ce sens-là que Macky Sall, au nom de l'Union africaine, aura l'occasion de s'adresser au Conseil européen demain et de montrer cette interactivité, cette coopération que nous voulons, notamment avec les pays africains. Je vous remercie.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 18/05/2022 à 15:15, Chaps a dit :

L'autoritarisme est aussi présent chez LFI , FN et Zemmour en France, nostalgie communiste?. L'Est de l'Allemagne vote plus AFD que Die Linke.

Colonisé , le terme est trop caricaturale et ils ne recouvrent pas la réalité du processus d'adhésion de la RDA vers la RFA. C'est un peu de la soupe Mélenchoniste ça.

Que le sentiment des gens qui ont travaillé des décennies dans une industrie obsolète qui se sont pris le mur de la réalité de la compétitivité économique en pleine face soient violentés, c'est réel mais ce sentiment n'est pas fort différent des ouvriers des aciéries de l'Est de France ou du  Benelux qui se sont faits "mondialiser par les Indiens et les Chinois.

Ou des provinciaux qui voient le prix de l'immobilier s'envoler hors de portée parce que les Parisiens débarquent à cause du TGV...

Rien de spécifique à la RFA.

La RDA c'était du virtuel sous perfusion.

 Plus précisément :

Le 16/11/2017 à 14:04, Wallaby a dit :

http://berlinpolicyjournal.com/unrepresentative-democracy/ (12 novembre 2017)

Alors que les Allemands de l'Est représentent 17 pour cent de la population totale, ils n'occupent que 4 à 5 pour cent des postes de cadres supérieurs dans l'administration. Même en Allemagne de l'Est, seulement 13,3 % des juges et 5,9 % des présidents de tribunaux sont des Allemands de l'Est.

Chacune des 500 familles les plus riches du pays est originaire d'Allemagne de l'Ouest. Les 30 plus grandes sociétés cotées en bourse sont gérées par un total de 190 administrateurs, et tous sauf trois sont des Allemands de l'Ouest. Même dans les cent plus grandes entreprises est-allemandes (non pas qu'elles soient très grandes), les deux tiers des postes de direction sont occupés par des Allemands de l'Ouest.

Et ainsi de suite : sur 200 généraux ou amiraux de l'armée allemande, deux sont des Allemands de l'Est. Sur 22 directeurs d'université en Allemagne de l'Est, trois sont des Allemands de l'Est. L'Allemagne de l'Est compte 13 journaux régionaux, mais les Allemands de l'Ouest les gèrent tous, sauf deux.

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Bon volilà les conclusion du conseil européen extraordianaire en matière de défense européenne :

23. La guerre d'agression menée par la Russie contre l'Ukraine a entraîné un bouleversement de l'environnement stratégique de l'Union européenne et a mis en évidence la nécessité de rendre l'Union européenne plus forte et plus capable dans le domaine de la sécurité et de la défense. Dans ce nouveau contexte, rappelant la déclaration de Versailles et les conclusions du Conseil européen des 24 et 25 mars 2022, l'Union européenne mettra résolument en œuvre la boussole stratégique, renforcera ses partenariats, accroîtra sa résilience et augmentera ses capacités en matière de sécurité et de défense grâce à des investissements plus nombreux et de meilleure qualité, en mettant l'accent sur les insuffisances stratégiques recensées. La relation transatlantique et la coopération entre l'UE et l'OTAN, dans le plein respect des principes énoncés dans les traités et de ceux que le Conseil européen a adoptés, y compris les principes d'inclusivité, de réciprocité et d'autonomie décisionnelle de l'Union européenne, sont fondamentales pour notre sécurité globale. Une Union européenne plus forte et plus capable dans le domaine de la sécurité et de la défense contribuera positivement à la sécurité globale et transatlantique et est complémentaire à l'OTAN, qui reste le fondement de la défense collective pour ses membres. La solidarité entre les États membres est exprimée à l'article 42, paragraphe 7, du TUE. Plus largement, l'Union européenne réaffirme son intention d'accroître son soutien à l'ordre mondial fondé sur des règles et articulé autour des Nations unies. Conclusions – 30 et 31 mai 2022 EUCO 21/22 7 FR

24. Compte tenu de l'analyse des déficits d'investissement dans le domaine de la défense effectuée par la Commission et le haut représentant, en coordination avec l'Agence européenne de défense, ainsi que des différentes recommandations formulées pour renforcer la base industrielle et technologique européenne, le Conseil européen invite le Conseil à examiner les questions ci-après, conformément aux compétences respectives conférées par les traités:

a) de toute urgence, des mesures visant à coordonner les besoins à très court terme en matière de marchés publics dans le domaine de la défense afin de soutenir la passation conjointe de marchés pour reconstituer les stocks, notamment à la lumière du soutien apporté à l'Ukraine, ainsi qu'un outil à court terme visant à renforcer les capacités industrielles européennes de défense par une passation conjointe de marchés volontaire;

b) la création d'une capacité de l'UE en matière de programmation stratégique, de passation de marchés et de coordination dans le domaine de la défense, en complémentarité avec l'OTAN;

c) de nouvelles mesures visant à cartographier les capacités de fabrication actuelles et celles qu'il convient de créer, ainsi qu'à renforcer la capacité et la résilience du secteur technologique et industriel de défense européen, y compris des PME;

d) l'accélération de la mise en œuvre des projets d'infrastructures de mobilité militaire;

e) le renforcement du rôle de la Banque européenne d'investissement à l'appui de la sécurité et de la défense européennes, conformément à sa récente initiative stratégique pour la sécurité européenne.

25. Le Conseil européen attend avec intérêt la présentation d'un éventuel programme européen commun d'investissement dans le domaine de la défense, y compris l'examen d'un instrument pour l'exonération de la taxe sur la valeur ajoutée et pour les projets européens de défense présentant un intérêt commun élevé.

26. Le Conseil européen reviendra sur la question lors d'une prochaine réunion.

  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Le 17/05/2022 à 04:04, g4lly a dit :

Disons qu'il y a des "centaines" de sujets plus urgents pour l'Union ... que de discuter de l'adhésion à la sauvette d'un pays gangrené par la corruption et le nationalisme ...

Et moi, j'aimerais comprendre en quoi cela contredit le fait qu'il n'y a pas la France de Macron qui fait barrage à l'adhésion de l'Ukraine et le reste de l'Europe qui y est favorable.

Pour éviter tout malentendu, je considère qu'il faut refuser l'adhésion de l'Ukraine à l'UE tant qu'elle n'a pas été admise dans l'OTAN mais la faire entrer au plus vite le cas échéant:

- Faire adhérer l'Ukraine à l'UE sans adhésion préalable de l'OTAN signifie que les pays européens sont seuls pour la défendre en cas d'agression.

- La faire adhérer après adhésion à l'OTAN signifie qu'on peut soutenir son redressement face à la Russie (ce qui revient à reconstruire un rempart) et priver l'OTSC des ressources qu'elle lui procurerait en tant que membre de l'Union Economique Eurasienne.

J'admets donc volontiers que l'UE doit se concentrer sur sa stabilisation plutôt que de relancer l'élargissement à outrance.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Le 23/05/2022 à 11:54, herciv a dit :

L'UE sera également confrontée à des défis géopolitiques aux enjeux de plus en plus importants, comme le montrent déjà les demandes d'adhésion de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie.

Et pour compléter ce que j'ai dit plus précédemment, je suis contre l'adhésion de la Géorgie et la Moldavie à l'UE:

- La Géorgie est "coincée" entre la Russie et la Turquie et pratique inaccessible. A ce compte-là, pourquoi ne pas tenter d'élargir l'UE à Taïwan et au Japon tant qu'on y est? Désolé les Géorgiens mais on peut rien pour vous, même si vous adhérez à l'OTAN.

- La Moldavie: Non, non et non.Un: C'est un pays résolument neutre. L'UE a déjà bien assez de membres neutres qui ne peuvent s'intégrer militairement. Deux: De quelle Moldavie parle-t-on exactement? Son gouvernement a perdu le contrôle de la Transnistrie (territoire ouvertement dissident) et de la Gagaouzie (prétendue région autonome) qui veulent adhérer à l'UEE. Conclusion: Un Etat à moitié failli qui n'apporterait rien à la défense européenne, serait une charge financière pour l'UE et la mettrait en conflit immédiat avec la Russie. Dorcel tirerait profit de son adhésion mais ce n'est pas suffisant.

 

Link to comment
Share on other sites

Premières propositions du Parlement européen pour réviser les traités de l'UE

09/06/2022 | 14:40

Strasbourg (AFP) -- Fin du droit de veto des Etats membres, compétences élargies pour l'Union dans la santé et la défense, droit du Parlement européen de proposer des législations: les eurodéputés ont fait jeudi leurs premières propositions de révision des traités de l'UE.

Par 355 voix favorables (154 contre et 48 abstentions), le texte adopté au Parlement européen à Strasbourg demande que les dirigeants des Vingt-Sept déclenchent désormais une procédure de révision des traités en mettant en place une convention.

Beaucoup d'eurodéputés souhaitent que cette décision soit prise dès le sommet européen prévu les 23 et 24 juin à Bruxelles, le dernier de la présidence française du Conseil de l'UE.

Les propositions formulées s'inscrivent dans la foulée de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, vaste consultation citoyenne d'un an ayant formulé quelque 300 propositions, dont certaines nécessiteraient pour être mises en oeuvre un changement des traités européens.

En cas d'accord des Etats membres pour modifier les textes fondateurs, serait convoquée une convention rassemblant des eurodéputés, des commissaires européens, des parlementaires nationaux et des dirigeants de l'UE. Une ratification est ensuite nécessaire dans chaque Etat de l'UE, éventuellement par le biais d'un référendum si la législation nationale le prévoit, ce qui en 2005 avait tué le projet de constitution européenne.

Evoquant "l'ampleur des crises actuelles et récentes" nécessitant une capacité d'action accrue, les eurodéputés ont souhaité jeudi "une nouvelle configuration institutionnelle de l'UE".

De leur point de vue, cela doit passer par la fin, dans certains domaines, du vote à l'unanimité au Conseil, fréquente source de blocage des décisions, ainsi que par "l'inclusion du progrès social dans les traités".

Reprenant une revendication de longue date de nombreux eurodéputés, le Parlement européen souhaite également avoir le "droit d'initier, d'amender ou de révoquer une législation". Pour l'heure, seule la Commission initie les législations européennes, dont la version finale est le fruit de négociations avec le Parlement et le Conseil (Etats membres).

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

On 6/2/2022 at 3:18 AM, Lame said:

J'admets donc volontiers que l'UE doit se concentrer sur sa stabilisation plutôt que de relancer l'élargissement à outrance.

Le problème c'est le processus décisionnel dans l'UE.

Les français qui émotionnellement veulent hébergé une ukrainienne sexy chez eux seront les premiers à gueuler quand les 42.000.000 millions d'Ukrainiens vont peser presque autant qu'eux la France dans les décisions de l'Union.

L'adhésion de l'Ukraine déséquilibrerait encore un peu plus l'Union a mon sens.

A tel point que même les allemands ne le souhaite pas.

l'Ukraine aurait par exemple plus de poids dans l'union que la Pologne ou la Roumanie.

Soit quasiment autant de député que l'Espagne.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, g4lly said:

Le problème c'est le processus décisionnel dans l'UE.

Tant que le Conseil décide à l'unanimité, il serait dangereux d'ajouter plus de membres à l'Union. Le mode de décision n'est déjà pas vraiment adapté au nombre de pays actuel...

1 hour ago, g4lly said:

Les français qui émotionnellement veulent hébergé une ukrainienne sexy chez eux seront les premiers à gueuler quand les 42.000.000 millions d'Ukrainiens vont peser presque autant qu'eux la France dans les décisions de l'Union.

L'adhésion de l'Ukraine déséquilibrerait encore un peu plus l'Union a mon sens.

A tel point que même les allemands ne le souhaite pas.

l'Ukraine aurait par exemple plus de poids dans l'union que la Pologne ou la Roumanie.

Soit quasiment autant de député que l'Espagne.

Le problème étant? Si ils sont citoyens européens, ils doivent être représentés au Parlement de la même manière que les autres. La partie compliquée va plutôt être le vote des plus petits pays avec la limite basse du nombre de députés pour l'instant à 6.

 

Ceci dit, personne ne veut d'une adhésion immédiate à l'UE (à part peut-être Zelensky mais il devrait savoir que ce n'est pas réaliste). Ce que certains (moi compris) veulent, c'est l'accession de l'Ukraine au statut de candidat.

Même si elle devenait candidate aujourd'hui, l'Ukraine ne serait probablement pas en mesure de rentrer avant une décennie...

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 09/06/2022 à 16:45, g4lly a dit :

l'Ukraine aurait par exemple plus de poids dans l'union que la Pologne ou la Roumanie.

Soit quasiment autant de député que l'Espagne.

Cela pourrait causer problème mais tu remarqueras que l'on peut faire la même remarque pour tous les élargissement.

Pourquoi est-ce que les membres de l'Europe des 12 ne sont pas opposés aux élargissements progressifs? A priori, pour les gouvernements, l'enjeu de notre zone de libre-échange n'est pas d'avoir un représentation prépondérante au Parlement européen.

L'Ukraine aura sa représentation au Parlement mais qu'elle ses apports et sa position sur l'intégration?

Apports: On a beau critiquer son niveau de corruption, elle joue une rôle d'importance stratégique pour la fourniture de divers denrées: ce n'est pas pour rien que Putine fait tellement d'effort pour faire basculer le pays dans l'UEE.

Position: L'Ukraine, devenu membre de l'UE, s'opposera-t-elle au développement d'une défense européen? Si elle est admise dans l'UE avant son adhésion à l'OTAN, c'est douteux, surtout si cette adhésion paraît compromise à court et moyen terme: veto turc. Donc, en quoi déstabiliserait-elle l'UE? L'Ukraine n'est  pas le Groupe de Visengrad.

Quoi qu'il en soit, je reste sur ma position: pas d'adhésion à l'UE avant l'adhésion à l'OTAN en raison de notre incapacité à défendre le territoire de l'Union sans assistance américaine. C'est un obstacle ennuyeux mais incontournable.

Le 09/06/2022 à 18:26, mehari a dit :

Tant que le Conseil décide à l'unanimité, il serait dangereux d'ajouter plus de membres à l'Union. Le mode de décision n'est déjà pas vraiment adapté au nombre de pays actuel...

C'est effectivement problématique et il faut envisager de recentrer l'action communautaire sur l'exerce de ses compétences d'appui et compléments. Dans cette optique, les Etats s'intègrent dans le cadre des unions régionales (Benelux, Groupe de Visengrad, IEI, Conseil nordique, etc...) et le cadre institutionnel appuie et complète l'action des Etats et des unions régionales. On peut bien sûr s'acharner à y voir un "affaiblissement de l'UE" mais le reste ne fonctionne plus. Quant à l'affaiblissement "des Etats"/des services publics au profit du secteur privé, c'est une dérive anarchocapitaliste qui n'a finalement profité à personne: ni aux citoyens, ni aux entrepreneurs restés sur le marché unique, ni même aux institutions européennes.

Link to comment
Share on other sites

Le 09/06/2022 à 18:26, mehari a dit :

Le problème étant? Si ils sont citoyens européens, ils doivent être représentés au Parlement de la même manière que les autres. La partie compliquée va plutôt être le vote des plus petits pays avec la limite basse du nombre de députés pour l'instant à 6.

Il est plus probable que les petits conservent 6 députés puisque c'est le minimum garanti par les traités dans l'immédiat. Le nombre maximum de députés repasserait de 705 à 750 et la représentation des gros Etats seraient rognées donner une place à la députation ukrainienne.

Le 09/06/2022 à 18:26, mehari a dit :

Ce que certains (moi compris) veulent, c'est l'accession de l'Ukraine au statut de candidat.

Même si elle devenait candidate aujourd'hui, l'Ukraine ne serait probablement pas en mesure de rentrer avant une décennie...

Ce serait en tout cas logique dès lors que certains (dont je ne fais pas partie) soutiennent encore la candidature et l'adhésion de la Turquie. Etre pour l'adhésion de la Turquie et contre celle de l'Ukraine, pour moi, c'est non seulement absurde mais anti-européen et ce n'est pas la place de l'Islam en Turquie qui me cause problème.

Pour la Moldavie: En même temps que l'Ukraine si elle fait l'effort de renoncer à la neutralité. Sinon que les Moldaves se débrouillent avec la Transnistrie et Gagaouzie.

Pour Géorgie: Non, pas possible, vu sa situation géographieque. Leurs usines de bactériophages sont tentantes mais bien trop loin...

Link to comment
Share on other sites

11 minutes ago, Lame said:

Pour Géorgie: Non, pas possible, vu sa situation géographieque. Leurs usines de bactériophages sont tentantes mais bien trop loin...

Pendant longtemps certain voulaient intégrer Israël ... on est plus à quelques kilomètre près.

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, g4lly a dit :

Pendant longtemps certain voulaient intégrer Israël ... on est plus à quelques kilomètre près.

Oui et d'autres voulaient élargir l'UE au Maroc.

Ce n'est pas une question de distance mais de situation géographique. Tu as vu les voisins de la Géorgie? Tu as remarqué l'absence d'accès terrestre entre l'UE et ce pays?

Israël n'a pas été admise dans l'Union et il y avait des tas de raisons de ne pas le faire en plus de sa situation géographique. D'un point de vue géographique, la Géorgie serait un candidat encore pire qu'Israël et le Maroc.

 

 

Edited by Lame
Link to comment
Share on other sites

 

Le 09/06/2022 à 15:56, herciv a dit :

Premières propositions du Parlement européen pour réviser les traités de l'UE

09/06/2022 | 14:40

Strasbourg (AFP) -- Fin du droit de veto des Etats membres, compétences élargies pour l'Union dans la santé et la défense, droit du Parlement européen de proposer des législations: les eurodéputés ont fait jeudi leurs premières propositions de révision des traités de l'UE.

Par 355 voix favorables (154 contre et 48 abstentions), le texte adopté au Parlement européen à Strasbourg demande que les dirigeants des Vingt-Sept déclenchent désormais une procédure de révision des traités en mettant en place une convention.

Beaucoup d'eurodéputés souhaitent que cette décision soit prise dès le sommet européen prévu les 23 et 24 juin à Bruxelles, le dernier de la présidence française du Conseil de l'UE.

Les propositions formulées s'inscrivent dans la foulée de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, vaste consultation citoyenne d'un an ayant formulé quelque 300 propositions, dont certaines nécessiteraient pour être mises en oeuvre un changement des traités européens.

En cas d'accord des Etats membres pour modifier les textes fondateurs, serait convoquée une convention rassemblant des eurodéputés, des commissaires européens, des parlementaires nationaux et des dirigeants de l'UE. Une ratification est ensuite nécessaire dans chaque Etat de l'UE, éventuellement par le biais d'un référendum si la législation nationale le prévoit, ce qui en 2005 avait tué le projet de constitution européenne.

Evoquant "l'ampleur des crises actuelles et récentes" nécessitant une capacité d'action accrue, les eurodéputés ont souhaité jeudi "une nouvelle configuration institutionnelle de l'UE".

De leur point de vue, cela doit passer par la fin, dans certains domaines, du vote à l'unanimité au Conseil, fréquente source de blocage des décisions, ainsi que par "l'inclusion du progrès social dans les traités".

Reprenant une revendication de longue date de nombreux eurodéputés, le Parlement européen souhaite également avoir le "droit d'initier, d'amender ou de révoquer une législation". Pour l'heure, seule la Commission initie les législations européennes, dont la version finale est le fruit de négociations avec le Parlement et le Conseil (Etats membres).

Citation

 

23. Proposition: L’UE en tant qu’acteur de premier plan sur la scène mondiale dans le domaine de la paix et de la sécurité

Objectif: Nous proposons que l’UE continue d’agir pour promouvoir le dialogue et garantir la paix et un ordre international fondé sur des règles , en renforçant le multilatéralisme et en s’appuyant sur les initiatives de paix de l’UE de longue date qui ont contribué à l’attribution du prix Nobel en 2012, tout en renforçant sa sécurité commune, à travers les mesures suivantes:

Mesures:

1. Des forces armées communes, utilisées  des fins d’autodéfense et destinées  prévenir toute action militaire agressive de quelque nature que ce soit, ayant la capacité de fournir une assistance en temps de crise, y compris en cas de catastrophe naturelle. Hors des frontières européennes,  elles pourraient être déployées dans des circonstances exceptionnelles, de
préférence en vertu d’un mandat légal du Conseil de sécurité des Nations unies et donc dans le respect du droit international, sans faire concurrence à l’OTAN ni faire double emploi avec elle et en respectant les différentes relations nationales avec l’OTAN; à cet égard, une évaluation des relations de l’UE avec l’OTAN devrait être réalisée dans le contexte du débat sur l’autonomie stratégique de l’UE.

2. Un rôle de premier plan dans la mise en place de l’ordre de sécurité mondial après la guerre en Ukraine, sur la base de la boussole stratégique de l’UE récemment adoptée.

3. La protection de sa recherche stratégique et de ses capacités dans des secteurs prioritaires tels que le secteur spatial, la cybersécurité, le secteur médical et l’environnement.

4. Le renforcement des capacités opérationnelles nécessaires pour assurer l’efficacité de la clause d’assistance mutuelle prévue à l’article, paragraphe 7, du traité sur l’Union européenne, qui garantit une protection adéquate de l’UE à tout État membre attaqué par un pays tiers.

5. Une réflexion sur la manière de lutter contre la désinformation et la propagande de manière objective et factuelle.

 

Source: Conférence sur l’avenir de l’Europe RAPPORT SUR LES RÉSULTATS FINAUX

L'Ukraine aurait au moins le mérite d'être un acteur proactif de cette politique.

Le 31/05/2022 à 20:08, herciv a dit :

Bon volilà les conclusion du conseil européen extraordianaire en matière de défense européenne :

23. La guerre d'agression menée par la Russie contre l'Ukraine a entraîné un bouleversement de l'environnement stratégique de l'Union européenne et a mis en évidence la nécessité de rendre l'Union européenne plus forte et plus capable dans le domaine de la sécurité et de la défense. Dans ce nouveau contexte, rappelant la déclaration de Versailles et les conclusions du Conseil européen des 24 et 25 mars 2022, l'Union européenne mettra résolument en œuvre la boussole stratégique, renforcera ses partenariats, accroîtra sa résilience et augmentera ses capacités en matière de sécurité et de défense grâce à des investissements plus nombreux et de meilleure qualité, en mettant l'accent sur les insuffisances stratégiques recensées. La relation transatlantique et la coopération entre l'UE et l'OTAN, dans le plein respect des principes énoncés dans les traités et de ceux que le Conseil européen a adoptés, y compris les principes d'inclusivité, de réciprocité et d'autonomie décisionnelle de l'Union européenne, sont fondamentales pour notre sécurité globale. Une Union européenne plus forte et plus capable dans le domaine de la sécurité et de la défense contribuera positivement à la sécurité globale et transatlantique et est complémentaire à l'OTAN, qui reste le fondement de la défense collective pour ses membres. La solidarité entre les États membres est exprimée à l'article 42, paragraphe 7, du TUE. Plus largement, l'Union européenne réaffirme son intention d'accroître son soutien à l'ordre mondial fondé sur des règles et articulé autour des Nations unies. Conclusions – 30 et 31 mai 2022 EUCO 21/22 7 FR

24. Compte tenu de l'analyse des déficits d'investissement dans le domaine de la défense effectuée par la Commission et le haut représentant, en coordination avec l'Agence européenne de défense, ainsi que des différentes recommandations formulées pour renforcer la base industrielle et technologique européenne, le Conseil européen invite le Conseil à examiner les questions ci-après, conformément aux compétences respectives conférées par les traités:

a) de toute urgence, des mesures visant à coordonner les besoins à très court terme en matière de marchés publics dans le domaine de la défense afin de soutenir la passation conjointe de marchés pour reconstituer les stocks, notamment à la lumière du soutien apporté à l'Ukraine, ainsi qu'un outil à court terme visant à renforcer les capacités industrielles européennes de défense par une passation conjointe de marchés volontaire;

b) la création d'une capacité de l'UE en matière de programmation stratégique, de passation de marchés et de coordination dans le domaine de la défense, en complémentarité avec l'OTAN;

c) de nouvelles mesures visant à cartographier les capacités de fabrication actuelles et celles qu'il convient de créer, ainsi qu'à renforcer la capacité et la résilience du secteur technologique et industriel de défense européen, y compris des PME;

d) l'accélération de la mise en œuvre des projets d'infrastructures de mobilité militaire;

e) le renforcement du rôle de la Banque européenne d'investissement à l'appui de la sécurité et de la défense européennes, conformément à sa récente initiative stratégique pour la sécurité européenne.

25. Le Conseil européen attend avec intérêt la présentation d'un éventuel programme européen commun d'investissement dans le domaine de la défense, y compris l'examen d'un instrument pour l'exonération de la taxe sur la valeur ajoutée et pour les projets européens de défense présentant un intérêt commun élevé.

26. Le Conseil européen reviendra sur la question lors d'une prochaine réunion.

Et le Conseil européen y fait de moins en moins obstacles (au moins en parole).

Edited by Lame
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,766
    Total Members
    1,550
    Most Online
    dzf
    Newest Member
    dzf
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...