Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Union Européenne] nos projets, son futur


Recommended Posts

il y a 29 minutes, Skw a dit :

 On a des dirigeants français, parce que Macron s'inscrit finalement dans une lignée plus longue, qui remettent sur la table cette question de l'intégration politique... avant de parler d'extension. Et cela me paraît sans doute sage si l'on ne veut pas voir l'Union Européenne imploser à terme ou prendre des virages désastreux.

Ce qui m'a semblé intéressant dans cet article, c'est la perception de la France comme étant le défenseur le plus bruyant de l'approfondissement de l'UE. Je ne suis pas ces débats de très près, mais j'aurais supposé que la France souhaitait moins d'approfondissement que l'Allemagne. L'approfondissement signifie forcément moins de souveraineté, et sur ce point, nous, Allemands, nous considérons comme beaucoup plus généreux que les Français.

Une interprétation allemande de mauvaise foi sera bien sûr que la France souhaite l'approfondissement de l'UE essentiellement en ce qui concerne les dettes communes, mais qu'elle ne souhaite pas céder de souveraineté pour le reste. On peut abandonner la souveraineté sur un enfant mal-aimé le cœur léger.

J'aimerais bien savoir quel est le concept d'approfondissement de Macron en particulier, car il n'est pas du tout débattu chez nous, ni même considéré comme un sujet. Une première étape consisterait à regarder de très près qui, de la France ou de l'Allemagne, réclame le plus bruyamment la suppression du veto et l'instauration de décisions à la majorité ? Et dans quels domaines ?

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
Il y a 3 heures, Pakal a dit :

Les fonds européens de Défense pourraient servir à acheter Américain !!!!!

Tentative éhontée de certains états pour torpiller l'industrie de Défense européenne.....

https://twitter.com/ftbrussels/status/1590948132061184000

Ça fait un bail qu'on est au courant et ça a déjà été accepté. Ne reste plus qu'à l'entériner et vous aurez la joie de découvrir que vos impôts servent à acheter des F-35.

Du coup vous croyez qu'on devrait introduire une clause de livraison d'équipements au pro-rata de l'argent versé? Un amendement style "Je paie, je ramasse"? :biggrin:

La démocratie, c'est quand deux loups et un mouton votent pour savoir ce qu'il y a pour diner.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Pakal a dit :

Les fonds européens de Défense pourraient servir à acheter Américain !!!!!

Tentative éhontée de certains états pour torpiller l'industrie de Défense européenne.....

https://twitter.com/ftbrussels/status/1590948132061184000

EU waters down its buy-local defence push. New draft could permit subsidies for US weapons purchases

It was initially billed as a €500mn sweetener to encourage European governments to work together on joint procurements of European weapons. Rebuild stocks depleted by the war in Ukraine while at the same time boost the continent’s military-industrial complex, went the thinking. It’s less clear now.

The latest draft of rules governing the European Defence Industry Reinforcement through common Procurement Act (EDIRPA) remove that link. What member states are now proposing is a workaround that will — in the name of speed and short-term fixes — allow this EU fund to support joint purchases of arms from third countries.

No prizes for guessing which particular third country is likely to be top of shopping lists. It makes the F-35 fighter jet and the Patriot missile system — both in high demand from European capitals since Russia’s invasion of Ukraine began in February.

When EDIRPA was first announced in July by internal market commissioner Thierry Breton, reporters were told that the fund would give cash to joint procurement of weapons “made in the EU but with no strings attached”.

But the latest draft of the regulation, first reported by Bruxelles2, appears instead to be quite strings-friendly, stating that “in light of the current situation”, products “subject to a restriction by a non-associated third country” are also allowed.

Negotiations are ongoing and the text could yet change again, but EU officials involved in the drafting say that the dilution is needed to meet short-term needs and restock arsenals cleared out by the necessity to supply weapons to Ukraine.

Russia’s war against Ukraine has made stark Europe’s reliance on the US for defence and security, despite determined language from Paris and Brussels on the need for “strategic autonomy”.

No member state thinks that Europe should rely on the Americans for all their defence kit. But many have spent the past eight months reassessing the feasibility of going all-European, and whether it makes sense spending years developing new platforms with other EU states when you can buy off-the-shelf stuff from Washington (and get a handshake in the White House as part of the deal).

As a case in point, the Czechs last month became the most recent EU member state to submit a bid to buy Lockheed Martin’s F-35s. With current and pending orders, by the end of the decade at least 15 of the EU’s 27 member states’ air forces will be flying American fighter jets.

“This idea that we can protect ourselves without the Americans? It doesn’t exist anymore,” said one senior EU official. “But we can take better care of ourselves at the same time as leaning on them.”

 

Voilà voilà, on a eu un bel effort concerté pour transformer une subvention à l'achat de produit européens en subvention de produits américains. Je vous garantis qu'il n'y aura aucun client du SAMP/T en Europe puisque tout le monde pourra à la place utiliser les subventions européennes pour acheter des Patriot et rejoindre l'initiative SkyShield allemande.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, herciv a dit :

Georgia veut sortir la France de l'UE ? Ou c(est juste une basse vengeance ?

Ça permet juste de désigner un coupable de l'immigration à ses électeurs.

"Si la France ne volait pas le pain de la bouche des Africains, ils seraient plus riches et ne viendrait pas chez nous. Tout est de la faute de la France!"

Oui on a des intérêt en Afrique, oui on a des sacré squelettes dans le placard, mais ressortir le Franc CFA c'est vraiment montrer qu'elle n'a pas d'arguments digne de ce nom.

Depuis son premier mandat, Macron fait tout pour tuer le sujet en renommant le truc (Histoire qu'il n'y ait plus Franc dans le nom) et en mettant les dirigeants des pays utilisant le CFA devant leurs responsabilités :

Révélation

 

Oui le CFA (ou équivalent) est une bonne chose pour nous parce-que ça participe à stabiliser l'économie de la région mais ça s'arrête là.

On a toujours été en concurrence avec l'Italie pour ce qui est de l'influence dans le sud de la méditerranée. Meloni fait juste de la démago et essaye de gratter des points envers ses électeurs tout en essayant de nous embarrasser par la même occasion. Ça peut fonctionner un peu mais ça va surtout être repris par tous les trolls pro-Kremlin/Bejing et risque d'encore plus pousser les pays d'Afrique dans les bras des Chinois et des Russes, et ça personne n'y a intérêt en Europe...

Edited by Alzoc
  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, herciv a dit :

Georgia veut sortir la France de l'UE ? Ou c(est juste une basse vengeance ?

Mais quelle folle. :laugh:

Le volume de fake news balancées au calme par cette mussolinienne de commedia dell'arte mérite une mise au point clair nette précise et définitive afin que plus personne n'ose jamais venir raconter de telles âneries... parce qu'il va y avoir des cons pour y croire.

En tout cas les mains tendues et les sourires de Macron n'auront servi à rien.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, herciv a dit :

Georgia veut sortir la France de l'UE ? Ou c(est juste une basse vengeance ?

 

Vengeance ? C'est surtout complètement débile ! (le CFA a été réformé avec l'accord des pays utilisateurs, ne s'appelle plus "franc", la France ne touche pas de dîme sur l'or Burkinabé et les sociétés qui l'exploitent ne sont pas françaises mais australiennes, russes, canadiennes, chinoises peut-être...)
Reprise en pire - et en daté ! des propagandistes anti-français les moins scrupuleux.

Qu'est-ce que c'est que ce délire, et pour quoi, en fait ?

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Giorgia doit quand même gênée aux entournures ces dernières heures.

Si ça ressort massivement ces derniers temps, elle ne peut pas ne pas répondre.

1) se renier en parti. C'était en 2019, etc.....bla bla bla. Un peu coup de lessive blancheur sur un parti un peu extrême, ça serait pas la première fois une fois arrivé au pouvoir.

2) confirmer. Si le doute était permis, il ne le sera plus pour 100% des dirigeants européens, et encore plus fort pour 100 % des élus et fonctionnaires EU. On ne peut pas discuter ou même commencer avec des gens aussi sots, au delà de leur simple courant de pensée politique. Il ne va pas falloir que l'Italie attende bcp de l'EU dans le futur.....mais comme çà, il y aura un coupable de plus de tous les maux, l'EU.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Patrick a dit :

Mais quelle folle. :laugh:

Le volume de fake news balancées au calme par cette mussolinienne de commedia dell'arte mérite une mise au point clair nette précise et définitive afin que plus personne n'ose jamais venir raconter de telles âneries... parce qu'il va y avoir des cons pour y croire.

En tout cas les mains tendues et les sourires de Macron n'auront servi à rien.

Ca date de 2019...

Link to comment
Share on other sites

L'écrivain Hans Magnus Enzensberger s'est éteint hier à Munich âgé de 93 ans. Il avait écrit un livre sur l'Union Européenne :

https://www.philomag.com/livres/le-doux-monstre-de-bruxelles-ou-leurope-sous-tutelle (19 juillet 2012)

Ce livre n’est pas un pamphlet, mais une enquête très documentée sur l’Union européenne. Son auteur, Hans Magnus Enzensberger, est un poète, un romancier, un dramaturge et un essayiste : un homme de lettres allemand engagé dans l’histoire de notre présent. L’Europe qui est sienne a six décennies d’existence, celle qu’il décrit s’est cristallisée selon lui en une hydre à mille têtes prise dans un palais de verre à Bruxelles. Là, dans le silence ouaté de son bâtiment, elle conçoit des directives qui régissent notre quotidien jusque dans ses détails les plus intimes mais ignore les fondamentaux de la démocratie – séparation des pouvoirs, représentativité. Machine aveugle, c’est avec une « douce » violence qu’elle nous dépossède de notre vie. Aujourd’hui, en pleine crise, elle avoue une autre dépossession – financière et économique. Là, la violence se fait moins « douce » pour les citoyens. Enzensberger remonte l’histoire de l’Europe et enquête sur ses mécanismes politiques comme on retrouve les lieux d’un crime originel : la destruction d’un rêve de communauté et de liberté !

https://www.contrepoints.org/2012/01/31/67011-le-doux-monstre-de-bruxelles (31 janvier 2012)

La pacifique bureaucratie de ses institutions n’arrivera pas à éluder la cause principale de la déroute : le déficit démocratique. L’Union européenne est construite sur le dos des citoyens, ou pire, ceux-ci sont davantage traités en sujets qu’en êtres libres. La politique, comme la philosophie, se venge toujours de ceux qui la nient. Vous avez ici une preuve supplémentaire du pouvoir de l’art de la politique. Les bureaucrates de la politique ont voulu unifier les conflits, les coutumes, les idées et les croyances des nations de l’Europe sans recourir à la politique, spécialement à la méthode démocratique, mais ils ont échoué. Les seigneurs bureaucrates de l’Union européenne sont retombés dans la même superbe qui détruisit les grands empires : « La surexpansion et les contradictions internes sont les causes de son échec. »

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2022/12/01/remarks-by-president-charles-michel-following-his-visit-to-china/

La Chine est notre premier partenaire commercial pour les marchandises, à hauteur de près de 2 milliards d'euros par jour, et la Chine représente plus de 22 % des importations européennes. La croissance de la Chine au cours des dernières décennies a profité à la fois à la Chine et à l'UE et a contribué de manière substantielle à la transformation économique spectaculaire de la Chine.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Wallaby a dit :

https://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2022/12/01/remarks-by-president-charles-michel-following-his-visit-to-china/

La Chine est notre premier partenaire commercial pour les marchandises, à hauteur de près de 2 milliards d'euros par jour, et la Chine représente plus de 22 % des importations européennes. La croissance de la Chine au cours des dernières décennies a profité à la fois à la Chine et à l'UE et a contribué de manière substantielle à la transformation économique spectaculaire de la Chine.

Ca explique pourquoi les US ne veulent plus calmer le jeu depuis plusieurs mois avec la Chine. On est (était ?) leur principal partenaire.

Ces abrutis en tentant à la fois l'alliance militaire avec les US et les échanges commerciaux avec la Chine se sont mis le cul entre deux chaises qui commencent à se repousser l'une et l'autre.

La seule façon de jouer cette stratégie c'est effectivement de développer l'indépendance de l'Europe ce qui veut dire développer une vision militaire autonome de celle des US. C'est le modèle indien. Mais non, tous ces pays continuent de mettre en avant l'OTAN comme organisation principale de leur défense.

Mais çà n'est pas possible sans abandonner le f-35 !!!! Cet avion est la colonne vertébrale de la plupart des Armées de l'Air de l'Europe et une composante essentielle de certaines marines.

Le piège US se referme et ils commencent à sentir les dents.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Victor Orban et son gouvernement vont-ils avoir des ennuis? 

Citation

Etat de droit : la Hongrie pourrait être privée de 13,3 milliards d’euros de fonds européens  
La Commission européenne a proposé aux Etats membres, mercredi 30 novembre, de geler le versement de 13,3 milliards d'euros de fonds européens à la Hongrie. Une manière pour l'UE de signifier sa fermeté sur l'état de droit, régulièrement attaqué par le gouvernement de Viktor Orbán.
https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/etat-de-droit-la-hongrie-pourrait-etre-privee-de-133-milliards-d-euros-de-fonds-europeens/

Révélation

L’exécutif européen a annoncé mercredi 30 novembre vouloir suspendre le versement à la Hongrie de 13,3 milliards d’euros de fonds européens. “Une procédure unique jusqu’à présent”, souligne Die Welt. Les Echos font d’ailleurs remarquer que “pas moins de trois commissaires (Valdis Dombrovskis, chargé de l’Economie, Didier Reynders à la Justice, Johannes Hahn au Budget)” étaient présents en conférence de presse pour défendre la position de l’exécutif européen.
Sur ces 13,3 milliards d’euros, 7,5 sont issus de fonds de cohésion destinés à la Hongrie. “Il s’agit de la part réservée à la Hongrie sur le budget régulier de l’Union européenne”, explique Pierre Bénazet pour RFI. “De l’autre côté figure le plan de relance européen post-Covid”, dont l’enveloppe de subventions qui doit être allouée à Budapest s’élève à 5,8 milliards d’euros, ajoute la radio internationale.
En ce qui concerne la politique de cohésion, la Commission a décidé de geler 20 % des fonds qui lui reviennent pour la période 2021-2027. “Car elle estime que le gouvernement hongrois n’a pas mené à bien les 17 mesures qu’il avait promises pour lutter contre la corruption et que l’argent de l’UE est donc toujours menacé”, explique El País. “C’est la première fois que la Commission utilise [le] mécanisme de conditionnalité” des fonds européens au respect de l’état de droit [RFI], lequel a été instauré en décembre 2020.
27 conditions
Dans le même temps, Bruxelles a donné son feu vert au plan de relance post-Covid-19 hongrois, en l’assortissant toutefois “de 27 conditions, qui reprennent les 17 mesures de lutte anticorruption, ainsi que des réformes pour améliorer l’indépendance de la justice”, détaille Le Monde.
Si l’exécutif européen avait récemment semblé privilégier une approche plus conciliante à l’égard de la Hongrie, elle a “finalement durci sa position” [Le Monde]. Les Echos considèrent que “la pression exercée ces dernières semaines par le Parlement européen a clairement eu un impact”. “L’éventualité d’une motion de censure du Parlement contre la Commission, en cas de dégel des fonds européens, a même été évoquée”, fait savoir le quotidien économique.
Pour débloquer cette somme, le gouvernement de Viktor Orbán devra “prendre des mesures tangibles pour réprimer la corruption, en particulier la corruption de haut niveau, renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire et mettre en place un système de contrôle de la bonne utilisation des fonds européens”, détaille le journal hongrois Népszava. Une barre “placée très haut pour Viktor Orbán” [Les Echos].

Citation

Bras de fer
Les Etats membres ont “jusqu’au 19 décembre” prochain [La Stampa] pour se prononcer à la majorité qualifiée sur les recommandations de la Commission. Pour faire pression sur l’UE, Viktor Orbán pratique de son côté un “ ‘chantage’ larvé” au niveau européen, indiquent Les Echos. Libération rapporte que “Budapest bloque plusieurs dossiers soumis au vote à l’unanimité au sein du Conseil des ministres”, à l’instar du second plan d’aide européen à l’Ukraine pour 2023 (18 milliards d’euros de prêts) ou encore de la création d’un impôt mondial minimal de 15 % sur les multinationales.
Mais “la Hongrie a désespérément besoin de ces subventions, car elle est confrontée à une crise économique d’une rare gravité”, indique le journal français. En proie à une inflation de plus de 21 % en octobre, à une chute de sa monnaie nationale, le forint, ces fonds européens représentent “près de 10 % de son PIB” [Libération].
Selon Le Monde, le gouvernement de Viktor Orbán pourrait user de tous les recours possibles pour contester ce non-versement de l’argent européen, “par exemple en portant la question devant la justice de l’UE. Il pourrait aussi demander que la question soit tranchée au prochain sommet des dirigeants, prévu pour les 15 et 16 décembre”.

Pour rappel, la majorité qualifiée, c'est quinze pays sur vingt-sept, représentant au moins 65 % de la population totale de l’UE.

Et pour éviter le procès contre la méchante Europe qui interfère avec les affaire des états, je tiens à rappeler que personne ne force la Hongrie à prendre l'argent de la Commission. C'est comme pour une banque: si tu veux qu'elle te prête de l'argent, soit tu acceptes ses conditions, soit tu en trouves une autre. Mais je ne suis pas sûr que Moscou dispose de 13 milliards à fournir gracieusement à Budapest.

En tout cas, le sommet du 15 décembre s'annonce intéressant :happy:

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

La commission européenne hausse le ton face aux USA et surtout face à la loi IRA. Comme le voyage de Macron a permi de voir que rien ne serait fait pour arrêter cette loi au congret et que cette loi contrevient aux règle de l'OMC (et surtout aux fondements même du libéralisme en fait) et bien l'Europe va produire son propre texte.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/etats-unis-ursula-von-der-leyen-appelle-l-ue-à-réagir-face-aux-distorsions-de-concurrence-causées-par-le-plan-d-investissement-américain/ar-AA14TmcP?ocid=msedgntp&cvid=a5b729a66ac745558c1fb7d1272f8296

Etats-Unis : Ursula von der Leyen appelle l'UE à réagir face aux "distorsions" de concurrence causées par le plan d'investissement américain

Article de Franceinfo • Hier à 16:00

Cet été, Washington a adopté l'"Inflation Reduction Act", qui prévoit 430 milliards de dollars d'investissements (environ 408 milliards d'euros) pour aider les entreprises à faire face à l'inflation et au dérèglement climatique.

Etats-Unis : Ursula von der Leyen appelle l'UE à réagir face aux "distorsions" de concurrence causées par le plan d'investissement américain© Fournis par franceinfo

Les annonces américaines n'ont pas plu à Bruxelles. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a estimé, dimanche 4 décembre, que l'Union européenne devait prendre des mesures de "rééquilibrage" pour aplanir les "distorsions" de concurrence. Dans son viseur figure l'Inflation Reduction Act, le programme d'investissements et de subventions de 430 milliards de dollars (408 milliards d'euros) pour aider les entreprises américaines et lutter contre l'inflation.

Tout en "travaillant avec les Etats-Unis pour résoudre les aspects les plus problématiques" du plan, "nous devons ajuster nos propres règles pour faciliter les investissements publics dans la transition [environnementale] et nous devons réévaluer le besoin de financements européens" communs, a-t-elle affirmé dans un discours au Collège de l'Europe à Bruges (Belgique).

L'Inflation Reduction Act (IRA) prévoit d'investir 370 milliards de dollars (environ 351 milliards d'euros) en faveur de la lutte contre le changement climatique. Ces fonds sont destinés à financer la construction d'usines, d'éoliennes et de panneaux solaires, ou encore des primes pour l'achat de véhicules électriques à condition qu'ils sortent d'une usine nord-américaine.

L'UE dénonce des aides exceptionnelles contraires aux règles du commerce international, susceptibles de saper la compétitivité des entreprises européennes déjà pénalisées par la flambée des prix énergétiques. L'UE "doit simplifier et adapter" ses règles très strictes régissant les aides publiques accordées par ses Etats membres, afin d'offrir aux gouvernements "une souplesse accrue" et de proposer aux entreprises "un cadre plus prévisible et compréhensible", a souligné la présidente de la Commission européenne.

Edited by herciv
  • Thanks 1
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Kelkin a dit :

Ce qui est amusant, c'est que ce que font les Américains, c'est un peu la même chose que ce que font les Allemands.

Je positive un coup : au moins on peut se réjouir que les américains enfourchent enfin une série d'action destinées à lutter contre le réchauffement climatique. Il y avait eu un premier paquet sous Obama, largement dégommé sous Trump, mais au moins l'inflexion va dans le bon sens.
Reste à voir si les mesures sont bonnes, ce qui n'est pas certain...

Link to comment
Share on other sites

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/union-europeenne/union-europeenne-un-accord-trouve-pour-interdire-l-importation-de-produits-issus-de-la-deforestation_5526390.html

Cet accord cible plusieurs produits comme le cacao, le café, le soja ou l'huile de palme. Le bois, la viande bovine ainsi que le caoutchouc sont également concernés, tout comme plusieurs matières associées (cuir, chocolat, ameublement, papier, charbon de bois...). Leur importation sera interdite si ces produits sont issus de terres déboisées après le 31 décembre 2022.

Selon l'ONG WWF, l'UE est le deuxième destructeur de forêts tropicales après la Chine. 

Link to comment
Share on other sites

Le Qatar a-t-il tenté d'infiltrer ou d'influencer la politique européenne? C'est la question qui occupe le parquet belge, qui a mené vendredi des interpellations et perquisitions dans le cadre d’une vaste enquête anticorruption.

https://www.rts.ch/info/monde/13613590-le-parlement-europeen-soupconne-le-qatar-de-corruption.html

Dans la soirée, l'eurodéputée socialiste grecque Eva Kaili, qui est une des vice-présidentes de l'assemblée, a été interpellée à son domicile à Bruxelles pour être auditionnée, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier, confirmant des informations de presse. Il s'agit de la cinquième interpellation de la journée.

https://www.lefigaro.fr/international/le-qatar-soupconne-de-corruption-une-vice-presidente-du-parlement-europeen-interpellee-en-belgique-20221209

Et dire que l'Europe s'est tournée vers le Qatar pour son gaz...

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Paschi a dit :

Et dire que l'Europe s'est tournée vers le Qatar pour son gaz...

Ca n'avait rien d'exclusif et il m'a semblé que ce n'était pas l'Europe en tant que telle (des achats en commun ne sont toujours pas décidés...) mais chaque état-membre individuellement. Macron a fait une première visite en Algérie par exemple.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Boule75 a dit :

Ca n'avait rien d'exclusif et il m'a semblé que ce n'était pas l'Europe en tant que telle (des achats en commun ne sont toujours pas décidés...) mais chaque état-membre individuellement. Macron a fait une première visite en Algérie par exemple.

En effet, je me suis mal exprimé

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,956
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Amoroso
    Newest Member
    Amoroso
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...