Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Union Européenne] nos projets, son futur


Recommended Posts

J'espère bien que cette idée folle de Mélenchon d'accueillir Snowdon chez nous en France ne sera pas mise en application, et d'ailleurs je ne vois pas FH, vu son caractère, opter pour ce genre de chose. On a mis 10 ans à purger les conséquences d'un certain orgasme chiraco-villepinesque à l'ONU, à propos de la guerre des Etats-Unis en Irak en 2003. Attitude pleine de panache certes, fondée poiur ce qui est des ADM certes, mais où étaient nos vrais intérêts là dedans? Et en prime cela nous a valu bien des déboires vu l'hostilité agressive et persistante du monde anglo-saxon à notre égard, avec pertes de contrats économiques et d'armement à la clé, perte de crédibilité au niveau international, french bashing généralisé etc., alors on va pas recommencer les conneries version Chirac hein? Il suffisait à l'époque de s'abstenir à l'ONU au lieu de jouer aux cons en agitant le veto, sans penser aux conséquences. Le monde est ainsi fait, si on mécontente gratuitement (sans que nos vrais intérêts soient en jeu) le super grand dans la cour de récré, vaut mieux avoir des billes et des alliés, sinon faut pas venir pleurer après. De Gaulle s'opposait aux Américains mais de façon intelligente, et il savait dire "présent" quand il le fallait pour les soutenir quand nos intérêts convergeaient, cf. la crise des missiles de Cuba. Or dans le monde d'aujourd'hui, avec la menace islamiste et l'émergence de nouvelles puissances comme la Chine et d'autres, il n'y a pas de solution de rechange à l'alliance US, en vertu de leur puissance militaire bien sûr, ensuite parce que la France n'a plus le poids suffisant pour rouler seule, ensuite parce que "l'Europe" se fiche d'être une puissance militaire, mais aussi car malgré tous leurs défauts, qui sont nombreux, les Américains partagent avec nous la culture judéo-chrétienne et la culture démocratique, ce qui nous rapproche beaucoup.  

Link to comment
Share on other sites

les Américains partagent avec nous la culture judéo-chrétienne et la culture démocratique

... Qui nous met sur écoute.

La France de 2003 aurait-elle conservé ses contrats d'armements et d'export si elle s'était tue ? Rien n'est moins sûr. Les anglais ont suivis d'une manière à la limite de l'honteux et n'ont pas gagné grand chose, voir rien du tout.

Après je ne suis pas pour accueillir le bonhomme, les européens ne sont pas prêts, matériellement parlant, à en assumer les conséquences. Toujours est-il qu'entre Bradley Manning et ce monsieur, le grand public que nous sommes en apprend chaque jour davantage sur comment notre allié judéo-chrétien se comporte avec nous...

Link to comment
Share on other sites

... Qui nous met sur écoute.

La France de 2003 aurait-elle conservé ses contrats d'armements et d'export si elle s'était tue ? Rien n'est moins sûr. Les anglais ont suivis d'une manière à la limite de l'honteux et n'ont pas gagné grand chose, voir rien du tout.

Après je ne suis pas pour accueillir le bonhomme, les européens ne sont pas prêts, matériellement parlant, à en assumer les conséquences. Toujours est-il qu'entre Bradley Manning et ce monsieur, le grand public que nous sommes en apprend chaque jour davantage sur comment notre allié judéo-chrétien se comporte avec nous...

Tout le monde écoute tout le monde. Nous les premiers. Et cela cela fait 15 à 20 ans que l'on sait que les US nous écoutent via internet et ce qui tourne autour. On n'est pas en reste, car ils se sont énervés à plusieurs reprises de nos actions clandestines à leur égard, notamment dans le domaine économique. Les Allemands nous écoutent aussi, les Belges peut-être, les Chinois sûrement, les Italiens il ne faut pas en douter, et le Vatican itou. =) Cela n'a rien d'inamical. On feint de s'indigner quand l'un ou l'autre est pris la main dans le sac, mais bon...  :lol:

Pour les contrats des Anglais ce serait à vérifier.  ;)

Link to comment
Share on other sites

Chirac était, sur le plan de la politique exterieure, la derniere survivance de gaullisme. Après on peut toujours speculer une proximité avec les "elites" irakiennes mais Chirac c'était aussi le dernier à defendre un peu la defense nationale si l'on peut dire, les essais atomiques au beau milieu du pacifique, en ne creusant pas trop profondément le puit, histoire de montrer qu'on ne bluffe pas  :lol:

Même sur le plan européen, pour rester dans le sujet, il nous a offert le referendum à nous les gueux qui sommes trop betes pour  comprendre que Barroso, Carlucci et autres crevards ne veulent que notre bonheur :lol: . C'est à se demander si l'auteur de l'appel de Cochin n'avait pas inconsciemment envie de donner un coup de frein à la construction européenne.

Link to comment
Share on other sites

Je ne crois pas que Bradley Manning ou Snowden nous aient appris quoique ce soit de nouveau dans les grandes lignes.

Pour 2003, on a évité que l'ONU ne donne une carte blanche à Bush pour faire ce qu'il veut, je pense que c'était la bonne décision. Si on l'avait fait, l'ONU aurait perdu toute crédibilité pour dix ans. Je ne dis pas qu'elle en a des masses, hein, mais comment des pays, notamment du Moyen-Orient, auraient ensuite pu faire confiance à cette institution pour leurs problèmes ?

Link to comment
Share on other sites

Je ne crois pas que Bradley Manning ou Snowden nous aient appris quoique ce soit de nouveau dans les grandes lignes.

Les grandes lignes non. Quid de l'ampleur du phénomène et de la logique animant de plus en plus notre protecteur ?

Link to comment
Share on other sites

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/06/30/97001-20130630FILWWW00189-la-nsa-visait-la-france-selon-le-guardian.php

La France, l'Italie et la Grèce figuraient parmi les 38 "cibles" surveillées par l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA)

Des tentatives d'écoute ont visé les ambassades de France, d'Italie et de Grèce à Washington. Le Japon, le Mexique, la Corée du Sud, l'Inde et la Turquie ont également été cités parmi les cibles d'opérations de surveillance électronique dans un document datant de 2010.

On va se laisser ridiculiser encore combien de temps?

Link to comment
Share on other sites

Pour l'instant on ne fait rien.

http://www.bruxelles2.eu/europe-pouvoir-traite-de-lisbonne/une-europe-tres-ecoutee.html

Ce qu'il nous faudrait, c'est un système de dissuasion informatique comme on l'a fait pour le nucléaire : mettre au point un système d'attaque informatisé automatique contre les USA, la Russie et la Chine. Et prévenir ces trois pays : en cas de détection d'intrusion, une attaque automatique sera lancée contre des objectifs civils et militaires.  ça devrait les refroidir.  >:(

Exercer des représailles est de toute façon obligatoire. On n'aurait pas des informations bien sales et dégueulasses sur des hommes politiques américains qu'on pourrait faire fuiter sur internet ? faudrait trouver un truc bien repoussant, de quoi faire bien vomir... ça plus un contrôle fiscal vicieux dans toutes les boites américaines implantées en Europe.

Link to comment
Share on other sites

Ce qu'il nous faudrait, c'est un système de dissuasion informatique comme on l'a fait pour le nucléaire : mettre au point un système d'attaque informatisé automatique contre les USA, la Russie et la Chine. Et prévenir ces trois pays : en cas de détection d'intrusion, une attaque automatique sera lancée contre des objectifs civils et militaires.  ça devrait les refroidir.  >:(

Exercer des représailles est de toute façon obligatoire. On n'aurait pas des informations bien sales et dégueulasses sur des hommes politiques américains qu'on pourrait faire fuiter sur internet ? faudrait trouver un truc bien repoussant, de quoi faire bien vomir... ça plus un contrôle fiscal vicieux dans toutes les boites américaines implantées en Europe.

Il n'y a aucune volonté politique de s'opposer aux USA sur ce genre de sujet, bien au contraire. Les récentes lois votés dans diverses pays européens vont dans le sens d'écoute tout azimut sous a peu prés n'importe quel prétexte.

La différence entre l'Europe et les US c'est l'ambition et les moyens, mais dans le fond les deux vont dans le même sens, les US y vont juste bien plus vite. Avec tous les fantasmes "big data" ca va être de pire en pire, sauf si les usagers change d'habitudes ... mais c'est pas vraiment le sens le l'histoire.

Il y a des solution pour éviter ces écoute systématique. Le Luxembourg par exemple quand il a fait sa "révolution bancaire", a mis a disposition des banques, des communication intégralement en fibre optique, a l'époque pas espionnable du tout, et les banque ont affluées.

Par contre quand on est la DCRI DGSE et qu'on a des moyen de malien, on fait tout pour que les communications soit le plus en clair possible pour pouvoir écouter quelques choses ;) Forcément c'est d'autant plus facile pour autres. Faut se rappeler qu'il y a pas si longtemps crypter une communication en France était criminel!!! c'est dire le travail de font qu'il y a a faire sur la culture de la confidentialité.

Link to comment
Share on other sites

C'était considérée comme une arme de guerre, parce que l'état n'avait pas encore les moyens de décrypter, mais vu que cela prend des proportions énormes dans le domaine économique avec la progression de l'information et de son stockage exponentiel, on va devoir utiliser des systèmes de crypto de plus en plus puissant.

Les USA mettent en place tous les outils de collecte de l'information sous leur contrôle (google, yahoo, youtube, mail, facebook, twiter, voie ip, lync, skype, etc...), il ne faut pas être surpris de les voir utiliser à leur avantage. D'abord collecte, puis filtrage et aiguillage, analyse, traduction, acheminent aux services concernés. Comme pour les drones,

la France est très en retard sur le sujet, ce qui est beaucoup plus grave sur le plan économique et de nos intérêts. La nature a horreur du vide, si on n'occupe pas le

terrain, d'autres le feront.

Les sociétés de cyber sécurité vont avoir un avenir radieux. On va devoir crypter, mais même cela, cela ne fait que ralentir, car si un état se donne les moyens

il peut casser le cryptage plus ou moins rapidement avec un super calculateur question de vitesse et de mise en parallélisme.

A titre d'exemple, si on prend le RSA avec une cle publique/privée  4096/2048 bit qui est une méthode de cryptage asymètrique robuste très connue, si on utilise un processeur particulier qui module sa fréquence en fonction des recherches de collision pour obtenir le décodage des données et déterminer la clé privé, cela va aller de plus en plus vite pour le décryptage, ils ont certainement des cartes à processeur dédiés pour faire cela. Ce qui prendrait des mois/années à décrypter pour un simple tartenpion se fera en quelques millisecondes.

Il y a 15 ans, j'étais dans une pme dans l'énergie, une fois j'ai vu débarquer la police avec leur détecteur, les policiers avaient captés des émissions anormales, ils ont trouvés dans notre bâtiment 5 micro, notamment dans les salles de réunions ou se tenait les commerciaux et les clients, les micro étaient installés dans le mécanisme des néons et l'autocom avait un système

d'écoute mis en place, il semblait que le système était abandonné depuis un moment avant sa découverte.

Je parle simplement du cas d'une petite pme, j'imagine pas les moyens aujourd'hui pour des grosses structures. à l'époque c'était de l'artisanat, maintenant avec internet c'est industriel.

Mais si tout le monde se met à crypter les données pour ses "hello world" avec 15 niveaux de crypto différents, le cauchemar des états, tout le réseau explose  =) je pense que ca va être rigolo vu le volume  massif des données que cela va générer.

Link to comment
Share on other sites

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00532271-l-allemagne-est-la-principale-cible-de-la-nsa-en-europe-spiegel-580982.php (30 juin 2013)

« La NSA qualifie l'Allemagne de partenaire de "troisième classe". Avec 500 millions d'écoutes par mois, elle est autant surveillée que la Chine »

http://www.spiegel.de/politik/deutschland/spaehaffaere-trittin-fordert-schutz-fuer-snowden-von-deutschland-a-908698.html (1er juillet 2013)

Le chef du groupe parlementaire des Verts, Jürgen Trittin, recommande d'accorder l'asile politique à Snowden en Europe.

http://nationalinterest.org/blog/jacob-heilbrunn/why-germany-might-offer-snowden-asylum-8681 (30 juin 2013)

Les raisons pour lesquelles l'Allemagne pourrait accorder l'asile politique à Snowden.

Link to comment
Share on other sites

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters-00532271-l-allemagne-est-la-principale-cible-de-la-nsa-en-europe-spiegel-580982.php (30 juin 2013)

« La NSA qualifie l'Allemagne de partenaire de "troisième classe". Avec 500 millions d'écoutes par mois, elle est autant surveillée que la Chine »

http://www.spiegel.de/politik/deutschland/spaehaffaere-trittin-fordert-schutz-fuer-snowden-von-deutschland-a-908698.html (1er juillet 2013)

Le chef du groupe parlementaire des Verts, Jürgen Trittin, recommande d'accorder l'asile politique à Snowden en Europe.

http://nationalinterest.org/blog/jacob-heilbrunn/why-germany-might-offer-snowden-asylum-8681 (30 juin 2013)

Les raisons pour lesquelles l'Allemagne pourrait accorder l'asile politique à Snowden.

pfff ils vont rien faire. Ils vont faire les indignés pendant quelques jours voir semaines et après les USA vont siffler la fin de la récré et tout le monde rentrera dans le rang.
Link to comment
Share on other sites

Il y a plein de choses à faire : investir quelques dizaines de millions dans un système de cryptage des communications à Bruxelles par exemple, le truc de base que personne n'a songé à faire à la Commission. On prendra ça sur le budget alloué aux ronds-points ou à un autre, qu'importe.

Ensuite... ben oui, pas grand chose. On peut refuser de discuter le projet de libre-échange. Sinon, ça se jouera au niveau des Etats :une petite expulsion de "diplomates" ou quelques arrestations ciblées aux douanes, ça permet parfois de faire passer quelques messages, à ceux qui savent.

Link to comment
Share on other sites

En tout cas cette affaire snowden sonne le glas du storytelling servi par les US depuis quelques années sur les menaces cybernetiques exterieures (chine, russie, iran, corée etc), avec Stuxnet, et l'espionnage globalisé et totalitaire de la NSA (la STASI du pipi de chat à coté), les Etats-Unis sont  de l'avis d'une majorité devenus la plus grande menace pour la vie privée et les intérets économiques des citoyens du globe. La Chine a raison, les USA sont les plus grand cyber-voyous  O0

Link to comment
Share on other sites

Il y a plein de choses à faire : investir quelques dizaines de millions dans un système de cryptage des communications à Bruxelles par exemple, le truc de base que personne n'a songé à faire à la Commission. On prendra ça sur le budget alloué aux ronds-points ou à un autre, qu'importe.

Ensuite... ben oui, pas grand chose. On peut refuser de discuter le projet de libre-échange. Sinon, ça se jouera au niveau des Etats :une petite expulsion de "diplomates" ou quelques arrestations ciblées aux douanes, ça permet parfois de faire passer quelques messages, à ceux qui savent.

Un des piliers de l'hégemonie de l'espionnite américaine est il faut le rappeler le fait que les éditeurs de logiciels sont souvent américains. Si google, yahoo, microsoft, facebook étaient européens le gouvernement US aurait moins de prise dessus. L'UE si elle souhaitait réellement répliquer (ce dont je doute comme beaucoup) pourrait commencer par bannir tous ces softs d'Europe ou a minima de ses institutions...

Link to comment
Share on other sites

Un des piliers de l'hégemonie de l'espionnite américaine est il faut le rappeler le fait que les éditeurs de logiciels sont souvent américains. Si google, yahoo, microsoft, facebook étaient européens le gouvernement US aurait moins de prise dessus. L'UE si elle souhaitait réellement répliquer (ce dont je doute comme beaucoup) pourrait commencer par bannir tous ces softs d'Europe ou a minima de ses institutions...

Rhoooooo! mais puisqu'on te dit que c'est normal et de bonne guerre ;)

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/06/30/espionnage-la-nsa-visait-la-france-l-italie-et-la-grece_3439237_651865.html

François Hollande a demandé aux Etats-Unis de cesser "immédiatement" leur espionnage de l'Union européenne en soulignant que la France ne pouvait "pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés". "Les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications", a déclaré le président français, en visite en Bretagne, en pleine controverse sur le programme d'espionnage de la NSA, qui aurait visé les institutions de l'UE et des millions de citoyens européens.

"On ne peut avoir de négociations, de transactions, sur tout domaine, qu'une fois obtenues ces garanties pour la France, et ça vaut pour toute l'Union européenne, pour tous les partenaires des Etats-Unis". François Hollande a dit avoir demandé au ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, "de se mettre immédiatement en contact avec son homologue John Kerry pour avoir toutes les explications et toutes les informations". Ces révélations ont également provoqué de vives réactions au sein de la classe politique française.

Lire aussi Espionnage de la NSA : la classe politique française estomaquée

JOHN KERRY MINIMISE

De leur côté, les Etats-Unis ont minimisé les dernières informations de presse. La France, l'Italie et la Grèce figuraient parmi les 38 "cibles" surveillées par la NSA, selon les documents communiqués au Guardian par l'ancien consultant de cette agence, Edward Snowden. L'un des documents de la NSA révèle que les activités d'espionnage électronique de l'agence prenaient pour cibles les ambassades à Washington et les représentations de ces pays à l'ONU. Des tentatives d'écoute ont visé les ambassades de France, d'Italie et de Grèce à Washington. Le Japon, le Mexique, la Corée du Sud, l'Inde et la Turquie ont également été cités parmi les cibles d'opérations de surveillance électronique dans un document datant de 2010.

Selon ces documents, l'opération ayant pris pour cible l'UE aurait eu pour objectif d'en savoir plus sur les dissensions entre les pays membres de l'UE. L'opération de surveillance de la représentation française à l'ONU a été baptisée "Blackfoot" et celle visant l'ambassade de France à Washington "Wabash". L'ambassade d'Italie à Washington a été visée par une opération dont le nom de code était "Bruneau". L'Union européenne, la France et l'Allemagne ont exigé dimanche des explications sur ces allégations d'espionnage à l'encontre de l'UE.

Pour John Kerry, une telle recherche d'informations sur d'autres pays n'est "pas inhabituelle". Après avoir discuté au téléphone avec son homologue européenne, Catherine Ashton, le chef de la diplomatie américaine a refusé de faire un commentaire direct sur la controverse suscitée par les allégations d'espionnage par l'Agence nationale de sécurité (NSA).

    "Lady Ashton a en effet évoqué [la question] avec moi aujourd'hui et nous avons convenu de rester en contact. J'ai accepté de chercher à découvrir exactement de quoi il s'agit et je lui ferai part de mes conclusions. Chaque pays dans le monde qui est impliqué dans les affaires internationales, de sécurité nationale, exerce de nombreuses activités afin de protéger sa sécurité nationale et toutes sortes d'informations qui peuvent y contribuer. Tout ce que je sais, c'est que cela n'est pas inhabituel pour un grand nombre de pays."

LES EUROPÉENS, "CIBLES À ATTAQUER"

L'hebdomadaire allemand Der Spiegel avait affirmé dès samedi, en se fondant sur des documents fournis par le même Edward Snowden, que la NSA, accusée d'espionner les communications électroniques mondiales dans le cadre du programme Prism, avait pris pour cible les bureaux de l'Union européenne à Bruxelles et la mission diplomatique de l'UE à Washington. La délégation de l'UE auprès des Nations unies a fait l'objet d'une surveillance similaire, selon Der Spiegel. Il s'agissait non seulement de micros installés dans le bâtiment, mais aussi d'une infiltration du réseau informatique qui permettait de lire les courriers électroniques et les documents internes. Selon les documents confidentiels cités par le magazine allemand, les Européens sont explicitement désignés comme des "cibles à attaquer".

L'Union européenne a exigé dès dimanche des explications sur ces allégations d'espionnage à l'encontre de l'UE. Le président de la Commission, José Manuel Barroso, a demandé un contrôle de la sécurité de la Commission. Mais dans l'immédiat, l'exécutif refuse d'indiquer si les négociations sur l'accord commercial bilatéral, dont le démarrage était prévu pour lundi 8 juillet, auront lieu oui ou non.

Lire nos explications La Commission européenne se dit "focalisée" sur l'affaire de l'espionnage américain

L'Allemagne a estimé que les Etats-Unis auraient un comportement "inacceptable" et digne de la guerre froide si les informations étaient avérées, et que cela mettrait effectivement en danger les négociations d'un traité de libre échange transatlantique.

La Direction nationale du renseignement américain (ODNI), qui chapeaute les 17 agences de renseignement du pays dont la NSA, a indiqué que les Etats-Unis "répondront de façon appropriée" à l'UE et à ses Etats membres par les canaux diplomatiques. "Si nous ne commentons pas publiquement les activités de renseignement supposées, nous avons été clairs sur le fait que les Etats-Unis recueillent des renseignements à l'étranger du type de ceux recueillis par tous les pays", affirme-t-il.

Link to comment
Share on other sites

En tout cas cette affaire snowden sonne le glas du storytelling servi par les US depuis quelques années sur les menaces cybernetiques exterieures (chine, russie, iran, corée etc), avec Stuxnet, et l'espionnage globalisé et totalitaire de la NSA (la STASI du pipi de chat à coté), les Etats-Unis sont  de l'avis d'une majorité devenus la plus grande menace pour la vie privée et les intérets économiques des citoyens du globe. La Chine a raison, les USA sont les plus grand cyber-voyous  O0

Raisonnement totalement déséquilibré. La Chine et la Russies doivent en faire autant de leurs cote, ce sont pas de petits anges non  plus. Surtout la Chine qui a plus de moyens que les russes.
Link to comment
Share on other sites

Un des piliers de l'hégemonie de l'espionnite américaine est il faut le rappeler le fait que les éditeurs de logiciels sont souvent américains. Si google, yahoo, microsoft, facebook étaient européens le gouvernement US aurait moins de prise dessus. L'UE si elle souhaitait réellement répliquer (ce dont je doute comme beaucoup) pourrait commencer par bannir tous ces softs d'Europe ou a minima de ses institutions...

Si déjà on pouvait se débarrasser de Windows... L'option la plus simple serait de faire passer tous les PC des services européens sous Linux, avec des logiciels libres, développés par et pour l'UE. Voire de les développer en interne, ce ne sont pas les informaticiens talentueux qui manquent en Europe.

Ensuite, le cryptage des communications est vraiment essentiel. Mais ça, ce sera plus rude. Pas facile de faire comprendre aux pontes de l'UE qu'un PC portable ou un smartphone est accessible à n'importe quel geek un poil outillé.

Et au niveau des pays... va falloir songer à envoyer des renifleurs à Washington, faire le tour des ambassades, consulats et autres sites officiels français.

Link to comment
Share on other sites

Si déjà on pouvait se débarrasser de Windows... L'option la plus simple serait de faire passer tous les PC des services européens sous Linux, avec des logiciels libres, développés par et pour l'UE. Voire de les développer en interne, ce ne sont pas les informaticiens talentueux qui manquent en Europe.

Ensuite, le cryptage des communications est vraiment essentiel. Mais ça, ce sera plus rude. Pas facile de faire comprendre aux pontes de l'UE qu'un PC portable ou un smartphone est accessible à n'importe quel geek un poil outillé.

Et au niveau des pays... va falloir songer à envoyer des renifleurs à Washington, faire le tour des ambassades, consulats et autres sites officiels français.

Ben je pense pas que ce soit un gros problème. Au niveau logiciel y'a pas mal de choses existantes. Mieux, la Gendarmerie développe deja ses propres solutions sur des bases Linux.
Link to comment
Share on other sites

Raisonnement totalement déséquilibré. La Chine et la Russies doivent en faire autant de leurs cote, ce sont pas de petits anges non  plus. Surtout la Chine qui a plus de moyens que les russes.

hébé !!! si dire que les US sont les plus grands cyber-espions est déséquilibré alors que dire des salades qu'ils nous ont servi pendant des années sur les armées de petits chinois avec moult conférences de presse d'officiels US démultipliés par les dizaines de media.

Désolé c'est pas parce que la NSA-STASI américaine est institutionnalisée et qu'on nous fiste régulièrement et avec le sourire en disant "business as usual we're looking for terrorists!!!" que ca enlève quelque chose à l'ampleur TOTALITAIRE (je pèse mes mots) du projet américain. Réflechis deux secondes et mets toi à la place des décideurs US qui ont mis en place des moyens d'écoute MASSIFS et TOTAUX sur toutes les voies de communication, qui STOCKENT et ANALYSENT ABSOLUMENT TOUT...

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    U235
    Newest Member
    U235
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...