Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

  • 3 weeks later...

Les 3 premiers épisodes de The Expanse saison 5 sont sortis sur amazon prime, et ça envoie du lourd, il y a eu une grosse augmentation du budget effet spéciaux pour montrer les différents environnements sur Mars, la lune et Tycho, c'est impressionnant. Le rythme a un peu changé aussi, la série se focalise sur quelques personnages par épisode.

Pour le prochain il faut attendre mercredi prochain :sad:

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, hadriel a dit :

Les 3 premiers épisodes de The Expanse saison 5 sont sortis sur amazon prime, et ça envoie du lourd, il y a eu une grosse augmentation du budget effet spéciaux pour montrer les différents environnements sur Mars, la lune et Tycho, c'est impressionnant. Le rythme a un peu changé aussi, la série se focalise sur quelques personnages par épisode.

Pour le prochain il faut attendre mercredi prochain :sad:

 

Épisodes de transition et de build up des personnages manifestement. Et puis les objets sur trajectoires balistiques mettent du temps à arriver à destination. Maintenant que c'est fait ça va bouger comme il faut.

 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

 

La série His dark Materials, dont la saison 2 se termine, est renouvelée pour une troisième et dernière saison (ce qui risque de faire un poil court pour balayer tout le 3ième tome. Comme dit dans l’article, ils en profiteront certainement pour bananer tout l’arc sur la religion, histoire de s’éviter les mêmes critiques que celles subies par le livre à sa sortie).
 

https://cultures.jeuxonline.info/actualite/58958/hbo-bbc-commandent-troisieme-derniere-saison-his-dark-materials

Edited by TarpTent
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Une interview intéressante qui met en regard « Le meilleur des mondes » et la série « Brave New World » qui en est tirée.

Je ne reprends délibérément pas d’extrait, l’interview est à lire dans son ensemble pour comprendre le pourquoi de ses assertions.

https://www.marianne.net/culture/cultures-pop/on-a-montre-la-serie-le-meilleur-des-mondes-a-un-specialiste-daldous-huxley

Link to comment
Share on other sites

Moi je m'occupe avec les saisons de Pretty Little Liars

Je ne l'avais pas regardée à sa sortie, et j'ai toutes les saisons à rattraper... 

https://www.youtube.com/watch?v=skUQXMoLSgg

J'adore ce genre de séries. 

Je me demande à quel point la vie des personnages est représentative de la réalité des jeunes des beaux quartiers. Leur façon de se comporter (et leurs parents), leurs préoccupations, leur rythme de vie, la scolarité et le contenu des cours, etc. 

  • A un moment, des élèves jouent une espèce de jeu de rôle où les filles (ou les garçons) doivent repousser les avances d'un camarade ;
  • Une fille qui vole des lunettes de soleil (à 350$...) dans un magasin est interpellée chez elle par la police, et emmenée menottes aux poignets au commissariat. 
Edited by Kiriyama
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

J'avance dans Pretty Little Liars (moitié de la 3e saison) et c'est toujours très sympa. 

Les personnages sont vraiment très chouettes (aussi bien les principaux que les secondaires), le scénario est à rallonge, mais dans l'ensemble il reste cohérent et facile à suivre dans les grandes lignes

Une scène musicale que j'ai adorée dans le dernier épisode, avec Adam Lambert. Une fête d'Halloween était organisée dans un train (le train fantôme), à laquelle le tueur s'est invité. 

https://www.youtube.com/watch?v=Be1aa9IVw10

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Parce qu'on entend de plus en plus parler d'un troisième confinement, on peut se demander ce que vont être nos séries. Et parce qu'on est tous maso, que diriez vous de mater le reboot de Walker Texas Ranger, surtuot si c'est de CW (un double appeau à @Tancrède ????

Citation

http://www.unificationfrance.com/article65717.html

(Gros soupir) Encore un reboot... Je me demande si c’est par manque d’imagination - pourtant, Hollywood regorge de créatifs - ou alors tout simplement par paresse intellectuelle au plan marketing : est-il plus facile de vendre une série dont tout le monde connait déjà le titre ? Souvent, le mot ’reboot’ n’augure rien de bon : Charlie’s Angels, MacGyver, Legacy (24)... sont des exemples flagrants de loupés magistraux. Mais parfois, ça marche plutôt bien : Hawaii 5-0, Battlestar Galactica, Sabrina... Essayer de remplacer une icône comme Chuck Norris, l’un des acteurs les plus bourrins jamais vus à la télévision, ça va être difficile. Surtout si le remplaçant n’est autre que le délicieux Jared Padalecki !

[...]

Il me semble que l’on est sensé s’attacher au héros, trouver un lien affectif avec lui qui nous permette de nous identifier, ou de le plaindre, ou d’avoir envie de le protéger... mais Padalecki ne nous donne pas cette chance. Il n’est pas crédible en père d’ados, encore moins en tant que fils, et carrément pas du tout en tant que ranger. Comme frère, ça le fait, mais après avoir passé 15 ans dans Supernatural, il maîtrise ! Donc ça ne fonctionne pas pour moi, désolée. Quitte à recycler un des frères Winchester, j’aurais choisi Jensen Ackles, beaucoup plus macho, qui aurait certainement mieux marché dans les bottes de Chuck. Mais c’est comme ça, il faut faire avec. Et puis on va donner à Jared le bénéfice du doute : peut-être qu’après avoir chassé ses démons, il s’appropriera le rôle...

Comme il fallait s’y attendre avec une série du CW, le scénario est d’une insipidité affligeante, avec des raccourcis vraiment lourdingues et une trame narrative emmentalesque. Les clichés s’accumulent et la mise en scène est bateau, on nage dans le superficiel et le téléphoné. Le pauvre veuf éploré qui fait passer sa carrière avant ses enfants ; le papa texan chrétien intolérant ; la fliquette qui raccompagne Walker chez lui un soir de biture pour qu’il découvre le lendemain qu’elle est sa nouvelle partenaire ; la fifille qui fugue parce que son papa ne s’occupe pas assez d’elle ; le nouveau chef de Walker qui est son ancien collègue ; le méchant garçon qui provoque Walker en lui parlant de sa défunte femme... bref, on ne nous épargne aucun lieu commun de la série américaine de seconde zone. Ça frise même parfois le ridicule, mais le CW n’en est pas à un navet près.

[...]

walker_1ere_photo.jpg

 

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Salut !

J'ai découvert To the Lake (Эпидемия, littéralement Épidémie) , une série russe adaptée d'un roman de Yana Vagner.

Citation

Un virus inconnu se répand dans Moscou, dont les habitants sont porteurs de la maladie ou pillards. Cette ville est mise en quarantaine. Non loin, dans une belle maison, Anna et son mari Sergueï décident de s'enfuir vers le nord avec leur fils autiste Misha. Mais Sergueï ne peut pas quitter la maison sans son autre fils Anton , ainsi que son ex-femme Irina, qui se trouvent dans la capitale. Anton a réussi de fuir de la quarantaine dans son école, grâce à la signalisation de sa mère. Sergueï les retrouve enfin, puis les amène à la maison. En même temps, un soir, le père de Sergueï fait irruption devant la maison. Très vite, ses voisins Lyonya, Marina et leur fille Polina vont participer à leur aventure, dans le but de joindre une maison du pêcheur sur un lac à la frontière finlandaise appelé Vongozero…

C'est franchement excellent.

Très bien filmé, très bien réalisé, ça a clairement un côté haut de gamme sur le plan visuel et des effets techniques.

Mais contrairement aux séries américaines, les personnages sont vraiment bien travaillés, ont chacun leur personnalité, la série évite habillement les clichés (même s'il y en a, forcément), on profite de décors souvent dépaysants, merci la nature russe !

210127093849595027.jpg

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Grace à un copain je viens enfin de voir Lupin. Je n'étais pas forcément très intéressé, mais cet article m'a assez titillé :

Révélation

Arsène Lupin est décidément la figure incontournable de ce début d'année 2021. Grâce à la série dont Omar Sy est le héros, le personnage imaginé par Maurice Leblanc revient en force en librairies, faisant un pied de nez à J.K.Rowling, reine de la littérature jeunesse.

Les chiffres donnent le vertige : 70 millions de personnes dans le monde ont déjà regardé « Lupin » sur Netflix. Succès oblige, la nouvelle version du recueil « Gentleman cambrioleur » de Maurice Leblanc éditée par Hachette Romans à cette occasion ((la couverture fait volontairement penser à celle de la série Netflix et un cahier photos est inséré dans l'ouvrage), se vend comme des petits pains. Selon Le Parisien, après des pré-commandes qui laissaient entendre un best-seller à venir, cette édition sortie le 13 janvier s'est vendue à 5700 exemplaires en seulement 3 jours. Interrogée par le quotidien, Cécile Thérouanne, directrice d'Hachette Romans et du Livre de Poche Jeunesse, explique que, porté par les audiences folles de la série, le livre a déjà été réimprimé quatre fois. « Nous en sommes à 70 000 exemplaires et nous avons dû trouver un deuxième imprimeur », note-t-elle, alors que de nombreuses librairies sont désormais en rupture de stock. Hachette parle déjà d'en vendre 100 000 exemplaires d'ici la fin de l'été. Pendant ce temps là, l'oeuvre de Maurice Leblanc est entrée, elle, directement numéro 1 des meilleures ventes jeunesse, détrônant ainsi « L'Ickabog », le dernier roman à succès de J.K. Rowling, qui caracolait en tête des ventes depuis sa publication chez Gallimard en novembre 2020.

Au vu du succès de la série et de « Gentleman cambrioleur » regroupant neuf aventures d'Arsène Lupin, Hachette ne compte pas s'arrêter là et a publié quatre autres histoires de Maurice Leblanc faisant intervenir son héros de papier. De son côté, Kobo propose une nouvelle version audio du fameux «Gentleman cambrioleur» avec la voix du chanteur Féfé, soit plus de cinq heures de lectures des aventures rocambolesques du voleur au grand coeur.

Parmi les nombreuses adaptations jeunesse des aventures d'Arsène Lupin, notons également une autre nouveauté audio : celle de Souffleur de rêves. Pour les enfants à partir de 8 ans, une série en dix épisodes (le premier est en écoute gratuite mais le site fonctionne sur un service d'abonnements) raconte les aventures de Maurice, 8 ans, qui rêve de ressembler un jour à Arsène Lupin, à la différence que lui, ne volera que pour rendre justice. L'éditeur promet une série qui accompagnera les enfants dans leur développement, notamment pour les aider à s'accomplir et exprimer leurs émotions.

https://www.cnews.fr/culture/2021-01-22/arsene-lupin-maurice-leblanc-detrone-jkrowling-en-librairies-1038567

Comme pour Kaamelott, si une oeuvre "inspirée de" peut faire s'intéresser à l'original, je dis pourquoi pas. Sauf qu'à la différence de ce que pouvait proposer Astier en format court puis long, je suis resté de marbre.

Après le premier épisode plutôt sympa, avec un casse bien enlevé, et un twist final assez intelligent qui nous rappelle que la série est produite par Louis Leterrier, la série s'enfonce rapidement dans le classicisme et les poncifs, avec des rebondissement et des lourdeurs écrits avec les pieds. D'autant plus qu'on ne voit plus vraiment de grands éclats à la Lupin, et qu'on a l'impression que tout le budget écriture & décors a été dépensé dans le premier épisode. D'ailleurs c'est bien simple, prenez un épisode au hasard, c'est quelconque et vous ne saurez pas que le mec s'inspire du héros de Maurice Leblanc.

De plus, autant j'aimais que la France soit filmée dans sa diversité, autant j'appréciais qu'il n'y ait pas que de la carte postale, autant... autant c'est tout. Omar Sy est un bon acteur, c'est sur, mais j'ai moins de mal à le voir comme le "serviteur invisible à la Fight Club" que comme une personne passant inaperçu grâce aux postiches (qu'il y a d'ailleurs fort peu) ou aux subterfuges. J'ai trouvé les flics plutôt mauvais et mal défini, dignes des farces bessoniennes.... quant au flic qui voit du Maurice Leblanc partout dès le deuxième épisode, ça m'a fait penser à la finesse du héros jouer par ce pauvre Tom Hanks dans "Da Vinci Code". Que dire de ce livre de ML qui passe de main en main en génération, qui passionne forcément, histoire de bien nous faire comprendre que si le héros est comme ça, c'est qu'il voue un culte à Arsène ?

Bon alors pourquoi ça cartonne ? Je me disais qu'une majeure partie de la population était devenue "débile", ce qui ne m'aurait pas étonné vu le carton de la téléréalité (que personne ne regarde, mais qui nous donne toujours des scores d'audience indécents). A l'heure actuelle, je ne sais pas trop... peut être même que c'est moi le débile pas normal. Mais il y a peut être un début de réponse dans cet article :

Révélation

Pourquoi “Lupin” fait-il un carton aux États-Unis ?

La série de Netflix, avec Omar Sy en réincarnation moderne du gentleman cambrioleur, triomphe outre-Atlantique. Comment l’expliquer ? Ludovic Cortade, professeur associé de littérature française à New York University analyse ce succès.

Lupin cartonne aux États-Unis. La série, qui suit les aventures d’Assane Diop (Omar Sy) pour venger la mort de son père, s’est même hissée parmi les programmes les plus visionnés outre-Atlantique. Du jamais-vu pour une production française. Ludovic Cortade, professeur associé de littérature française à New York University (NYU) et spécialiste de cinéma, analyse ce succès.

Avez-vous été surpris par le succès de la série aux États-Unis ?
Non, et plusieurs facteurs peuvent expliquer ce succès, à commencer par le fameux algorithme de Netflix. Les spectateurs font leur choix à partir du top 10 des séries les plus visionnées, ce qui entraîne un effet boule de neige. La question du doublage et du sous-titrage est également primordiale. Historiquement, les productions françaises qui ne font pas l’objet de “remake” ne connaissent pas un tel succès, mais la pratique du doublage et du sous-titrage à la demande rend la série plus accessible à un public non francophone.

Dans la lignée du critique André Bazin, qui disait que « tout film est un documentaire social », il faut aussi saisir ce que Lupin nous dit sur les États-Unis. La mythologie de Lupin, avec son identité évolutive à multiples facettes, renvoie à la mythologie américaine du nouveau départ et de la renaissance, elle-même héritée de certaines variantes du protestantisme américain. Elle s’inscrit également dans l’actualité : les inégalités sociales, le mouvement antiraciste Black Lives Matter, l’élection présidentielle au cours de laquelle des millions d’Américains demandent de rendre des comptes… Lupin développe un discours très critique vis-à-vis des stéréotypes associés à la couleur de la peau, avec des scènes qui montrent des maltraitances symboliques ou des relations de domination économique et culturelle. Tout ceci fait écho à l’actualité américaine.

Au delà de cet écho, quelle place occupent le romancier Maurice Leblanc et son personnage d’Arsène Lupin aux États-Unis ?
Maurice Leblanc n’est peut-être pas aussi connu aux États-Unis que Victor Hugo ou Alexandre Dumas. Peut-être a-t-il souffert de la concurrence de Sherlock Holmes… Pourtant, Arsène Lupin s’est très tôt invité à Broadway et au cinéma, en même temps que ses premiers succès en France. À l’ère du cinéma muet, deux films inspirés par les aventures d’Arsène Lupin sont réalisés : The Gentleman Burglar, en 1908, et The Teeth of the Tiger, en 1919. Malgré la présence de ligues qui veillent alors à la moralité du cinéma, ces films permettent aux spectateurs de faire l’expérience de l’une des fonctions du cinéma policier et d’aventures : la subversion de la loi par procuration.

En 1932, à l’aube du cinéma sonorisé, un troisième film, Arsène Lupin, avec John Barrymore, sort aux États-Unis. Mais ce début de succès ne se prolonge pas, à cause de l’évolution de la représentation de la masculinité et de la féminité au cinéma. À l’époque, Lupin est présenté comme l’avatar d’une figure très française, un mélange de sophistication, de charme, de séduction par les mots… Il correspond à la figure du french lover, à la fois séduisant et dangereux pour l’ordre établi. Deux facteurs vont précipiter le déclin de ces figures : le code Hays, qui ne permet plus de représenter des scènes trop intimes entre hommes et femmes, entre en vigueur en 1934. Par la suite, la Seconde Guerre mondiale conduit à des représentations plus traditionnelles de la masculinité. À ce titre, il est intéressant de noter que le relatif déclin de la cote d’Arsène Lupin correspond à la montée en puissance de Scarface, le film de gangsters de Howard Hawks, sorti en 1932.

Pensez-vous que le succès de la série permettra à l’œuvre de Maurice Leblanc d’être plus connue ?
Oui, car il n’est pas rare que la culture visuelle relance l’intérêt pour une œuvre littéraire. Regardez Les Misérables ! Aux États-Unis, Broadway a ainsi permis à l’œuvre de Victor Hugo de toucher un public large. Au-delà d’éléments qui combinent l’histoire et la géographie, comme l’aiguille d’Étretat que Maurice Leblanc imagine abriter le trésor des rois de France, le « gentleman cambrioleur » reste une figure mythique qui dépasse les frontières. Dans le contexte actuel, Arsène Lupin nourrit aussi un désir de justice et d’évasion auquel chacun peut s’identifier. Quand une œuvre littéraire, un film ou une série offre un point d’équilibre entre l’actualité et le mythe, le succès est au rendez-vous !

https://www.telerama.fr/ecrans/pourquoi-lupin-fait-il-un-carton-aux-etats-unis-6808851.php

Donc voilà j'ai pigé : ça marche grâce à un algorithme, puis le bouche à oreilles aux US, puis parce qu'on est nous aussi devenu des Américains (et c'est pas Camilla Jordana ou la miss Traoré qui me contrediront... ni les JSW locaux d'ailleurs) après 30 ans de séries/films de plus en plus de merde dans le PAF.

 

Edited by rendbo
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Ca marche pour des raisons superficielles analogues à celles qui font marcher l'autre série Netflix liée à la France: Emily in Paris. Juste avec un angle marketing différent, et donc avec un public un peu différent. Y'a pas d'histoire ni de vrais personnages autres que des caricatures et des assemblages de caractéristiques jugées "trendy", et les situations sont dictées par les clichés qui marchent. Inventivité zéro, storytelling zéro, mais, à l'instar de la grande majorité des produits actuels, ça vise à tiquer les bonnes cases: l'immense majorité foire, ces deux-là sont celles qui réussissent dans ce calcul. Emily in Paris vise la nouvelle génération de nanas CSP+ (ou aspirantes à/fantasmant ce registre) dont les prédécesseures mataient "sex'n the city". Lupin est un créneau qui était jadis moins bien identifié/circonscrit, de plus ou moins jeunes diplômés qui veulent de la "conscience sociale" pour se sentir vertueux, mais le genre de "conscience" qui ne dérange pas (le genre "la révolution, mais entre 12 et 16h, parce qu'après, ça abîme les Westons/Nikes"). 

 

 

Edited by Tancrède
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Concernant Lupin, je me suis réjoui lorsque j’ai appris qu’une série sur Lupin était sur Netflix et avait du succès.

je suis un grand fan des romans de Maurice Leblanc, et j’avais pris et lu l’intégrale des aventures de Lupin sur kindle il y a quelques années. 
je trouve ces aventures, ces intrigues très modernes, et les romanciers d’aujourd’hui n’ont vraiment rien inventé. Alors bien sûr les romans et nouvelles sont parfois de qualité inégales, mais globalement, qu’est ce que c’est bon!

alors la série, je l’ai vue en famille en une après midi pluvieuse : c’est bien, mais ça ne justifie pas à mon goût tout l’engouement  qu’il y a eu autour.

si les deux premiers épisodes sont très bons, après, ça se tasse quand même beaucoup. Et c’est vrai que les caractères des personnages sont peu développés. 
C’est un peu rapide et survolé à mon goût.

neanmoins, je regarderai avec plaisir la suite!

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Le 02/09/2009 à 20:49, Tancrède a dit :

En matière de Space Opera, Farscape est meilleur selon moi, dans les récents (sinon, je suis un fan historique de Babylon V)

A ce sujet, triste nouvelle pour les fans de Babylon 5.
Un nouveau décès parmi les acteurs: Mira Furlan (jouant Delenn)

https://www.20minutes.fr/arts-stars/serie/2959183-20210122-mira-furlan-actrice-lost-babylon-5-decedee

La majorité du cast est maintenant décédée :/

ça m'a foutu le bourdon quand je regarde l'affiche de la série avec les autographes recueillis.

  • Thanks 1
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Salut !

Est-ce que certains connaissent où se souviennent de La femme Nikita, série diffusée entre 1997 et 2001 ?

Avec Peta Wilson et Roy Dupuis. 

J'avais vu quelques épisodes à l'époque, n'ayant pas la télédistribution (!) et ça m'avait assez impressionné.

Est-ce que vous savez si elle a été éditée en DVD ?

Un grand merci ! 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Kiriyama a dit :

Salut !

Est-ce que certains connaissent où se souviennent de La femme Nikita, série diffusée entre 1997 et 2001 ?

Avec Peta Wilson et Roy Dupuis. 

J'avais vu quelques épisodes à l'époque, n'ayant pas la télédistribution (!) et ça m'avait assez impressionné.

Est-ce que vous savez si elle a été éditée en DVD ?

Un grand merci ! 

J'en ai gardé un bon souvenir: c'était une série assez sombre (pour l'époque), avec des scénarios qui jouaient volontairement de l'ambiguïté du statut de cellule black ops de ses protagonistes et de leurs actions.

Tu as essayé sur les sites types fnac ou amazon ? Généralement, ça s'y trouve assez facilement.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

41x7NekNSXL._AC_.jpg

google nous propose au moins une intégrale à 400 boules et en zone 1 vu que la série ne semble jamais être sortie en zone 2. Je ne trouve pas de trace sur du streaming légal, donc au final tu fais comme tout le monde, tu demandes à un petit pote de télécharger pour toi via un VPN...

sinon tu peux télécharger légalement des images de Peta, parce que c'est ce qu'il y avait de mieux dans la série... :rolleyes:

b05886a303565c129ea50e256f720073--peta-w18761537.jpgLa-Femme-Nikita-1997.jpgla-femme-nikita-peta-wilson-don-francks- 

Link to comment
Share on other sites

@Cathax et @rendbo

Oui, je me souviens que le ton de la série était fort sombre, et clairement il y avait ce côté "vie de l'ombre" des agents qui était marquant. Une espèce de chair à canon consommable pour les intérêts supérieurs de certains puissants.

J'ai déjà vu des DVD américains, mais effectivement c'est hors de prix. Je me demandais si la série était sortie en Europe. 

il y a 2 minutes, kalligator a dit :

Zone 1 signifie anglais uniquement ?

Uniquement lisible par les lecteurs DVD vendus en Amérique du Nord.

Link to comment
Share on other sites

On 11/30/2020 at 12:32 PM, Kiriyama said:

C'est le problème de ces séries diffusées par streaming : si on a pas le "bon" abonnement, on rate certaines bonnes séries qui ne sont déjà pas nombreuses. Et multiplier les abonnements est hors-de-prix. C'est un système un peu vicié je trouve.

Y a t moyen de zapper, abonnement court d un site à l autre ?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,644
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mehdi2909
    Newest Member
    Mehdi2909
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...