Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

La crise financiere mondiale


Guest barbaros pacha
 Share

Recommended Posts

Le (pardon) capitaliste n'en a rien à faire de l'industrie de son pays. La mondialisation n'a aucun but philantropique. Le but est de maximiser les choix d'investissements pour le capital et de maximiser la concurrence fiscale et sociale. Les conséquences sont une concentrations des richesses sur le haut de l’échelle sociale de tous les pays plutôt qu'une concentration géographique.

A noter aussi que le tiers monde n'est pas un bloc. La concurrence existe entre eux et il y'a des perdants de la mondialisation aussi dans le tiers monde.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 9.1k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Je dirais aux 2/3 allez, faut pas voir tout en noir... =) Si on voit les choses d'un point de vue historique, dépassionné et distancié, finalement, c'est un mouvement positif, cette mondialisation, car elle permet à des zones entières de l'humanité de sortir du sous-développement. Ce que des décennies d'aide octroyée au Tiers-monde n'ont pas réussi à faire, ce mouvement économique de baisse des frontières douanières le fait. Marrant... Certes le monde occidental souffre au passage, mais les tiers-mondialistes diront que c'est un juste retour des choses pour les anciens colonisateurs, un rééquilibrage, et les autres diront que nous Occidentaux sommes bien bons finalement, d'accepter ça. Ou alors on y trouverait aussi notre compte?  ;)

on n'est tout de même pas sur que l'on va acceptez ça...

rien n'empeche que les états occidentaux ce rebiff, quelques torgniole a certain emergent et on repars comme en 40.

Link to comment
Share on other sites

@Jojo

ce qu'il disait il y a bien longtemps c'est que le "capitalisme" entendre aujourd'hui l'organisation économique qui régit nos sociétés, n'a de but que d'acquérir de nouveaux marchés et de les conserver. Pour être compétitif il faut innover mais baisser ses coûts il faut externaliser sa production avec pour conséquence et aussi pour but de transférer de la richesse etc etc ... le problème c'est que çà ressemble à une fuite en avant.

Ce que disaient les marxistes attention je parle des économistes et sociologues pas des soviétiques, c'est que le capitalisme a tendance à régir sur le court terme mais que sa stratégie comporte à long terme (on est quasiment sur le long terme économique de 15 ans) les racines de sa disparition ou de sa nécessaire mutation...

La mondialisation que nous connaissons depuis les années 90 nous impose aujourd'hui des situations qui à terme remettent en cause le fonctionnement de nos économies occidentales et notre mode (niveau) de vie -pouvoir d'achat, relation au travail gestion des ressources. Ni plus ni moins

Link to comment
Share on other sites

Le plus gros des prélèvements obligatoires est formé des charges sociales...

ok mais ça reste des prélèvements obligatoires. Je vois pas pourquoi les bénéfices (et donc le dividende) et le salaire direct (via le chomage) seraient soumis à variation mais pas la dépense publique (et donc aussi sociale)

Et oui c'est "pour notre bien" sauf à considérer que laisser crever les gens après 67 ans ( ou les transformer en bouffe qu'on vendra comme étant du plancton ) soit bien 

allons allons, ne dramatisons pas, sur 1100 milliards de dépense publique (et donc aussi sociales) il manque environ 75 miliards pour revenir à l'équilibre, pour peux qu'on se bouge le c*l il doit y avoir moyen de gratter ces 75 milliards sans transformer les gens de 67 ans en bouffe non ?  :lol:

Link to comment
Share on other sites

Mais si le Japon fait défaut, est-ce que ça impacterait la Chine ? Taïwan oui, car les deux sont fort interdépendants.

En terme industriel, le Japon investie (enfin, je devrais peut etre employer le passe) beaucoup en Chine, donc si l'economie Japonaise se porte tres mal,  oui, il y aura un impact.
Link to comment
Share on other sites

Donnez aux banques de la dette et du QE..

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20121030trib000727915/la-banque-du-japon-augmente-son-programme-d-assouplissement-monetaire.html

L’économie japonaise est à la peine. Et la Banque centrale du Japon (BoJ) espère bien contribuer à la redresser. Mardi, son comité de politique monétaire a augmenté son programme d’assouplissement monétaire de 11.000 milliards de yens (110 milliards d’euros), le portant ainsi à 91.000 milliards. Par ailleurs, elle a laissé inchangé son principal taux directeur dans une fourchette de 0% à 0,1%.

Et oui le taux à 0.1%.

Link to comment
Share on other sites

Il est excellent, et surtout les faits lui donnent raison.

Je ne sais pas s'il est excellent; il n'offre aucune solution, en revanche là où ses chroniques sont à mon humble avis salutaires c'est qu'elles brossent un tableau de la réalité sans fard.

Il dit ce que toute la finance sait et qu'elle ne dit pas ... Mais comme les autres il n'a pas de solution miracle. Il le dit lui-même d'ailleurs. C'est un poil à gratter dont il convient de ne pas perdre de vue les propos histoire de ne pas être surpris.

Link to comment
Share on other sites

Hoouu le petit guillaume était bien plus sage aujourd'hui. =)

Je ne sais pas s'il est excellent; il n'offre aucune solution,

ya pas de "bonnes solutions" à ce genre de problèmes ya que des "mauvaises solutions".

On va nous dire que le QE9 permet techniquement aux politiciens de gagner du temps pour prendre les mesures nécessaires au redressement.

Mais la pratique démontre que quand tu donnes du temps aux politiciens, ils s'en servent pour faire autre chose, comme entretenir leur clientèle, préparer le renouvellement de leur mandat..etc.

La solution n'en sera pas une, elle sera l'issue normale et logique d'un système défaillant comme un défaut, ou un choc "économique" de type hyper inflation, ou spoliation à grande échelle, avec tous les déstabilisants de la société civile que cela peut générer...c'est juste ce qu'explique delamarche.

Link to comment
Share on other sites

Quoi de plus normal?

Les fameux fonds dits "vautour" ne sont rien d'autre que les retraites des américains. Renoncer aux prêts, c'est renoncer aux versements des retraites de leurs clients.

Marrant que Le Monde oublie ce petit détail.

Link to comment
Share on other sites

Je ne sais pas s'il est excellent; il n'offre aucune solution, en revanche là où ses chroniques sont à mon humble avis salutaires c'est qu'elles brossent un tableau de la réalité sans fard.

Il dit ce que toute la finance sait et qu'elle ne dit pas ... Mais comme les autres il n'a pas de solution miracle. Il le dit lui-même d'ailleurs. C'est un poil à gratter dont il convient de ne pas perdre de vue les propos histoire de ne pas être surpris.

Attention, des solutions miracles, effectivement, il dit bien que personne n'en a, lui y compris. Par contre, des actions a preconiser, il y en a, comme arreter les distortions des marches, et lorsqu'une mesure ne sert a rien, qu'on la retire mais aussi faire defaut si cela semble etre la seule solution.
Link to comment
Share on other sites

Je ne sais pas s'il est excellent; il n'offre aucune solution, ...

C'est un peu inexacte.

OD prône depuis Mathusalem que l'on se tape une récession (ie. payer la note) pour faire revenir l'économie et son baromètre : la bourse, sur leurs niveaux réels, ou fondamentaux.

Quand tu vois en même temps ce que dit C. Grave ( ), ça concorde parfaitement à la fois sur les niveaux fictivement élevés (dopés par les taux bas et l'émission monétaire) et sur le fonctionnement de l'économie : la consommation basée sur le crédit et non sur les revenus.

Regardons les choses en face, la France, même si son économie a ralenti, n'a pas connue véritablement une crise majeure (même si certains sont touchés), n'a pas fait de gros effort fiscaux et a toujours les mêmes problèmes structurels de dépense et d'endettement.

La seule chose que les gouvernants font est d'acheter du temps pour espérer s'en sortir par une croissance qui viendrait on ne sait d'où.

Link to comment
Share on other sites

Et non, contrairement aux mensonges éhontés de certains membres du gouvernement, la Crise n'est pas finie ! Et même... le pire est encore à venir.

XERFI Canal - Patrick Artus.

[dailymotion=640,390]xupndt[/dailymotion]

Link to comment
Share on other sites

Bill Bonner : - "On a emprunté 5000 milliards de dollards, et on a eu en retour 1,7% de croissance... révisable...".

Jusqu'ici tout va bien...

▪ Nous sommes revenu à Baltimore à temps pour la Grande Lessive. Un ouragan majeur approche de nos côtes. Le ciel était gris ce week-end. Le vent soufflait de plus en plus fort. Les gens sont sortis pour s’approvisionner en produits de première nécessité — eau, médicaments, alcool. On nous a conseillé de nettoyer nos gouttières et de nous préparer à de la pluie — beaucoup de pluie.

Avant la tempête, nous sommes allé à une fête d’Halloween en Virginie du Nord. Nous n’avions guère de temps pour trouver un costume, de sorte que nous avons juste mis un béret et une écharpe, et avons laissé notre fille nous dessiner une moustache au crayon. Qui étions-nous censé être ? Un Français louche ? Un réalisateur de cinéma des années 40 ? Errol Flynn ? Personne ne semblait le savoir ; nous non plus.

Certains déguisements étaient étonnants. Un homme était en robot. Un autre était en costume trois-pièces, mais peint en gris métallique de la tête aux pieds… Il y avait abondance de princesses et de sorcières — et tout un groupe de scarabées.

La fête se déroulait dans un champ ; environ 500 personnes s’y trouvaient déjà quand nous sommes arrivé. Les organisateurs avaient construit un Stonehenge miniature dans le comté de Rappahannock, en Virginie. Une petite troupe de théâtre donnait une représentation au milieu des pierres. Les comédiens avaient de grands masques et d’étranges costumes très élaborés… Un orchestre d’instruments exotiques les accompagnait, dont un homme avec un didgeridoo aborigène. La pièce contait l’histoire du monde moderne et de ses problèmes. Les personnages principaux étaient les trois Parques… qui affrontaient des multinationales, des graines génétiquement modifiées, des politiciens corrompus, Wall Street, le réchauffement climatique et ainsi de suite. C’était un cocktail mêlant 10% de traits d’esprit, 10% de sagesse et 80% de n’importe quoi… mais pourquoi pas ?

Puis les Parques ont réuni toutes les personnes vertueuses… et tous les animaux… dans une grande arche. Ils sont partis voguer vers un monde meilleur… laissant les méchants à leur destin.

Une fois la pièce finie, il y a eu de la musique et un bal parmi les “menhirs”. Un grand feu de joie a été allumé sur lequel se trouvaient des effigies du néo-conservateur Richard Perle et de Jamie Dimon (le bankster). Les flammes étaient chaudes. La foule s’est reculée.

Une “sorcière”, que nous avions déjà rencontrée un an auparavant, a fait un long discours. Très amusant. Elle lisait dans les étoiles. Elle parlait de Mercure ascendant… de Venus descendante… et disait que le Grand tricheur nous réservait sans doute un avenir improbable.

“Vous voulez savoir qui va gagner les élections américaines ?”, a-t-elle demandé. “Les étoiles peuvent vous le dire”…

Peut-être… mais elles ne l’ont pas fait. Pas samedi soir. Elles attendront le soir de l’élection pour se prononcer.

De la croissance… ça ?

Pendant ce temps, dans le monde de la finance, il ne se passe pas grand-chose — mais la pression est énorme cette semaine. Si le marché craque, Romney a de meilleures chances de gagner la Maison Blanche. Si les cours grimpent, Obama pourrait avoir quatre ans de plus.

L’équipe Obama a fêté les dernières nouvelles du PIB la semaine dernière. L’économie américaine s’est développée plus que prévu au troisième trimestre. On en est désormais à 1,7% de croissance pour l’année.

Attendez une minute. Comme le dit le Wall Street Journal, “nous avons emprunté 5 000 milliards de dollars, et tout ce qu’on a eu en retour, c’est ce minable 1,7% de croissance ?”

C’est pire que ça. Sur le troisième trimestre, au moins un tiers de la croissance peut être attribué aux dépenses gouvernementales — qui ont augmenté de 9,6%. Si l’on retire cela, le secteur privé se développe au rythme de 1,3%.

La presse décrit ça comme “une reprise fragile”. Mais ce n’est pas du tout une reprise. C’est une escroquerie. La population américaine se développe au rythme de 0,9%. De sorte que la croissance per capita est en réalité de 0,4%.

C’est là un chiffre qui a déjà été faussé par des “ajustements” saisonniers, qualitatifs, de substitution et ainsi de suite, qui le rendent parfaitement dépourvu de toute signification. En d’autres termes, les chiffres du PIB sont englués dans une telle mélasse qu’on a des caries rien qu’en les regardant. Et en fin de compte, ils ne vous disent absolument rien qui vaille la peine d’être connu. En fait, ils vous induisent en erreur… de sorte que vous pensez savoir quelque chose alors que ce n’est pas du tout le cas. En d’autres termes… ils ont un contenu informatif négatif.

C’est bien le problème avec ce triste métier. Nous parlons de notre triste métier — expliquer… et tenter de comprendre… le monde de l’argent en cette Ere du Viagra. Tout ce qui peut exciter les consommateurs est apparemment une bonne chose. Tout ce qui les fait reprendre leurs esprits… les décourage de dépenser de l’argent qu’ils n’ont pas pour des choses dont ils n’ont pas besoin… est mauvais.

Comment est-il possible, cher lecteur, que s’endetter plus lourdement soit une bonne chose ? Comment la véritable richesse, la véritable prospérité, pourraient-elles se construire sur la base d’une dette plus grande ? Comment les gens pourraient-ils se trouver mieux alors qu’en fait ils s’appauvrissent ? Quel genre de reprise mène les ménages à répéter les erreurs commises durant les années de bulle ?

Ah… très bonne question, merci de l’avoir posée.

Rendez-vous demain… pour plus d’explications sur le fait que les économistes et les politiciens sont des crétins !

Link to comment
Share on other sites

Il a peut être raison Artus en tout cas en tant que ponte de Natixis il sait de quoi il parle ... un expert  :lol:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Natixis

et ces branleurs nous donnent des leçons à longueur d'émission TV complaisantes

On rêve  :lol:

J'avais des mecs de chez Groupama en stock mais impossible de les publier, ils sont au coin et sont punis.  >:(

Link to comment
Share on other sites

Il a peut être raison Artus en tout cas en tant que ponte de Natixis il sait de quoi il parle ... un expert  :lol:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Natixis

et ces branleurs nous donnent des leçons à longueur d'émission TV complaisantes

On rêve  :lol:

J'ai vu cette video, et franchement, c'est loin d'être le pire !

Et puis, ce n'est pas lui qui passe à la TV. Cette video ne vient pas de la TV. C'est même un peu dommage parce que, même si il peut se tromper, comparé à N Doze, ou pire, Dessertine, Artus développe des raisonnements au moins.

Link to comment
Share on other sites

Quoi de plus normal?

Les fameux fonds dits "vautour" ne sont rien d'autre que les retraites des américains. Renoncer aux prêts, c'est renoncer aux versements des retraites de leurs clients.

Marrant que Le Monde oublie ce petit détail.

Les "fonds vautour" sont un autre terme pour les fonds spéculatifs ou "hedge fund" en anglais. C'est réservé aux très grosses épargnes.

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,967
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aure-Asia
    Newest Member
    Aure-Asia
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...