Tancrède

Nanas au combat

Recommended Posts

 

On reste cool les mecs. On ne fait que discuter. Y a pas mort d'hommes......ni même de femmes d'ailleurs.

 

il y a 53 minutes, Absha a dit :

...

Là encore, le travail est de qualité puisqu'on reconnait qu'il y'a une autre forme de biais : l'entraînement est calculé et articulé pour des hommes. D'ailleurs, ils n'en parlent pas mais l'équipement aussi, est calibré pour des hommes. Des rangers au GPB : tout est fait pour les hommes.

...

 

A l'ergonomie des GPB près et des bricoles du genre, l'équipement et l'entrainement est surtout calibré pour faire la guerre. Mener des missions de combat.

 

il y a 53 minutes, Absha a dit :

...


En plus, il est noté plein de fois dans le rapport britannique qu'il faut faire des "changements culturels" pour que la place des femmes ne soit pas remis en question, qu'il n'y ait pas de problèmes de moral/morale, de viols et violences. Et qu'il faut se diriger vers une armée de techniciens et de gens intelligents/formés. Or la Norvège a deux trains d'avance sur tout cela. Et de loin.

 

Et c'est bien ce qui est vivement critiqué ici : puisque les critères ne conviennent pas, on les changent pour faire entrer plus de monde dans le cercle des admissibles, et pas seulement les femmes, mais aussi tout ceux qui ne pourraient pas intégrer certaines unités autrement ; et ce, indépendamment de savoir si ça convient aux besoins.

Et les armées de techniciens/universitaires Bac+5 on en est revenu depuis l'Afghanistan et consort.

Les sélections à la carte et les parcours différentiés ne sont vraiment valable que quand la valeur ajouté apporté par les profils inhabituels est suffisante pour justifier de fermer les yeux sur les manques dans d'autres domaines.

 

Edited by Shorr kan
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Absha a dit :

J'aime cette dévalorisation. Ça redonne un peu d'honneur à titre personnel.


 :blush:

Je faisais allusion à la longueur du texte. Peu sortent de longues tartines. 

Ils sont donc deux, ou trois peut être. 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je cite un seul message car il est récent mais c'est valable tout au long du fil :

Il y a 3 heures, Tancrède a dit :

Mais plus spécifiquement sur le sujet, et en gardant bien à l'esprit qu'on parle ici uniquement des unités terrestres (mêlée, appuis, soutien "exposé"), tu évoques là le problème le plus délicat, celui qui est en même temps crucial et pour lequel il est le plus difficile de se faire une vision claire étant donné la masse d'informations contradictoires qu'on a dessus: la mixité des unités, sa réalité au quotidien et dans la durée, ses coûts, ses problèmes....

Alors s'il vous plaît, si l'on en parle que de ce qui est en gras, changez le titre du sujet :  "les femmes dans les armes de mêlées". Et n'abordez alors que les sujets de performance au combat.

L'autre possibilité, c'est d'aborder le spectre complet des femmes au combat, dans tous les métiers (terre, mer, air, directions et services) et dans tous les lieux (à la caserne, à l'exercice, dans l'administratif, dans le soutien, dans la préparation des forces, ....).

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Absha said:

Tant, tant de préjugés. Tant de préjugés. Et tant de mauvaises foi. Le dimorphisme sexuel a bon dos. Mais j'attendais spécialement celle-là. Pour le reste, je te laisse dans tes divagations d'anti-féministe primaire, dans tes croyances sur ma pensée et celle des autres.
 

Insulter sans savoir et recourir au non argument par défaut de traiter l'autre de sexiste, ou de raciste (les "go to answers" de l'absence de débat qu'on observe de nos jours), prouve juste une chose: vous n'avez pas lu le topic. Je n'ai jamais émis le moindre sexisme sur ce topic, quoique tu puisses sur-interpréter. Je veux bien me dire anti-féministe, ça c'est certain, tout comme je suis anti "-isme" en général, les extrêmismes et idéologies en tous genres (surtout aussi peu fondées) me débectant. 

Quote

... est tiré de l'étude des US Marines. Je ne vais pas encore me retaper le discours sur le biais, tant le contre-argumentaire est foireux (les chinois et les pygmées aussi sont des êtres humains ...), rien que, parce que j'ai vérifié, mais les femmes en question candidataient à un poste de combat mais qu'elles n'avaient pas été recrutées sur une base OPEXable au combat mais sur les tests de sélection des Marines 2013-2014, à une époque où elles n'étaient pas autorisées au combat. Puis pour tout le reste aussi. En plus tu fais des raccourcis entre les risques de blessures musculo-squelettiques qui sont 2 fois plus élevés (relevé sur une population en FI, j'en parle après la seconde citation) et leur niveau d'indisponibilité (qui est 9% plus élevé pour les femmes).

Etant donné que la plupart des points abondamment développés depuis longtemps sur ce topic et ailleurs prédatent de loin le début même de cette fameuse expérience des Marines, encore une fois, ce point manque gravement de validité. C'est pas l'affirmer qui changera grand-chose. Qui plus est, sur le détail de la dite étude, on rappellera que les membres des équipes testées, hommes et femmes, n'étaient pas issus du pool combattant (seuls les cadres des unités étaient des vétérans), et ont tous eu le même temps (anormalement important) de préparation aux épreuves et de mise en condition (largement le temps de faire du muscle et de gonfler le palpitant). 

Sur les blessures et l'indisponibilité, mon point va bien au-delà de la dite étude étant donné que la disproportion entre les sexes se retrouve dans plusieurs armées. Selon les services, elle peut-même être bien plus importante. Sans même aborder une plus forte tendance chez les femmes, dans les armées expéditionnaires, à éviter les déploiements (ou en tout cas à être moins disponible pour eux), ce qui tend à faire des femmes, en moyenne, des investissements nettement moins rentables dans la durée pour ce genre de métier. 

 

Quote

Donc, oui, il y'a des vérités (sur la testostérone, sur le point que je n'ai pas cité), mais la dépression et les problèmes psychologiques, je pourrais rappeler que la France est premier pays en terme d'anti-dépresseurs et que donc l'impact en la matière y est fort, si ce n'est central. Sinon comme expliquer une telle différence dans les taux de suicide de nos deux pays respectifs ? Et il y'a ici, au-delà de l'aspect géographique, une foultitude de paramètres prendre en compte.

Les USA sont le premier pays en terme d'anti-dépresseurs, il me semble, la France n'étant "que" le premier pays européen. Mais surtout, en terme de taux de suicide, les deux pays sont extrêmement proches (quasi identiques en suicides masculins). Ceci dit, je ne vois pas ce que les taux de suicide, avec comme tu le mentionnes l'énormité du nombre de paramètres (accès à des moyens aisés de suicide, niveau de suractivité ou de sous-activité, niveau d'isolement individuel, perspectives socio-économiques, géographie, pression socio-culturelle....), a à voir avec le sujet quand il est ici question d'un environnement particulier où, dans tous les pays où des données peuvent être trouvées, on observe la même différence entre les sexes pour ce qui est des réactions au stress accumulé sur la longue durée. 

Quote



Dans le rapport du RAND, qui cite plein d'autres rapports, dont le rapport britannique, ils approuvent ce que je dis. Que leurs propres études sont biaisées car effectuées sur des femmes en formation initiale, comparées à ce qu'on a vu des hommes en général. Il y'a donc surtout un dimorphisme statistique plus que sexuel. Secondement, l'on retrouve la phrase suivante dans le rapport britannique cité par RAND :

Quel rapport de la RAND? J'en lis depuis près de 15 ans sur le sujet. Ils en ont pondu quelques-uns. 
 

Quote

Là encore, le travail est de qualité puisqu'on reconnait qu'il y'a une autre forme de biais : l'entraînement est calculé et articulé pour des hommes. D'ailleurs, ils n'en parlent pas mais l'équipement aussi, est calibré pour des hommes. Des rangers au GPB : tout est fait pour les hommes.

 

L'entraînement et l'équipement sont avant tout calculés pour les besoins rencontrés et les épreuves affrontées. Tu peux modifier un brelage ou un sac à dos pour mieux correspondre à la morphologie féminine, mais tu ne changeras pas le fait qu'il y a entre 25 et 40kgs, parfois plus, qui doivent être portés. Et chaque fois que des innovations arrivent pour alléger ce paquetage, on découvre de nouveaux besoins, de nouveaux outils et atouts, qui viennent anéantir l'économie réalisée (dernièrement, l'accroissement du nombre de batteries de plusieurs types dans des armées qui se technicisent toujours plus, ou l'éternel besoin d'emporter toujours un peu plus de munitions, sans même mentionner l'emport de plus de bouffe ou d'eau pour accroître l'autonomie). Le paquetage militaire (même hors armes) tourne autour de 30-40 kgs depuis plus longtemps que les légions romaines, au point qu'il s'agit d'une constante quand on parle d'infanterie à travers l'Histoire, malgré tous les changements techniques. Ca devrait inciter à plus de modestie dans les déclarations à l'emporte-pièce comme quoi la chose est sexuée et tout se résoudra par une féminisation de l'équipement. La seule qui ait eu lieu pour tant de militaires depuis maintenant quelques décennies, c'est que ce que les femmes ne doivent pas porter, leurs camarades masculins ont du se le colleter en supplément.... 

Je constate surtout (et on avait déjà abordé la question sur ce sujet) une grande volonté, souvent politiquement motivée, de conformer la préparation de la guerre bien plus aux aspirations sociales, culturelles et politique du corps social, qu'à la réalité de l'adversité rencontrée, qui a toujours déterminé la culture des armées (sauf de beaucoup de celles qui ont perdu). Ce n'est d'ailleurs pas uniquement vrai pour ce sujet, mais des excès de la mentalité de caste mythologisée de la noblesse française de la guerre de 100 ans aux délires tactico-techniques de la RMA (qui ont rencontré la planète réalité dans la dernière décennie... Seulement en partie), l'histoire est riche d'armées qui ont voulu décréter à l'avance ce que la guerre serait, souhaitant que la réalité se conforme à ce qu'ils sont, et pas l'inverse.  

 

Quote


IPersonne. Pourtant lorsqu'il s'agit de se la jouer 13RDP dans des planques, il n'y a plus l'avantage relationnel, si ? Quand faut faire une planque comme lorsqu'ils ont choper Yvan Colonna, ils laissent les nanas dans la bagnole moteur tournant ? Et avec l'EI, il est où l'avantage, pardon mais ça me semble ténu, c'est d'ailleurs souligné par les israéliens, les anglais et les américains, le fait qu'elles soient pas ultra-adaptées pour le renseignement dans ce genre de contrées. 

J'ai pas vu de femmes encore au 13 ou au 2ème Hussards (là où on planque en sentant le chacal). Pour ce qui concerne la guerre en Syrie ou en Lybie, l'avantage est évident et se trouve être le même qu'en Afghanistan ou ailleurs: le recueil du renseignement auprès des populations locales. Y'a pas besoin d'en avoir des dizaines, juste quelques-unes. Et je ne sais pas où tu as lu que Israéliens, Anglais ou Américains démentaient ce fait, étant donné que leur politique semble indiquer exactement le contraire: les unités de renseignement de terrain de Tsahal font largement appel aux femmes, le SRR en a quelques-unes comme tu le mentionnais, et les ricains prolongent les expériences antérieures (feu le "lioness" program des Marines....). 
 

Quote

(D'ailleurs sur l'anecdote de la femme de la FOR agressée, le mec est arrivé bien après, c'est bien elle qui a neutralisé un des agresseurs, puisque c'était elle l'agressée, et l'homme qui a laissé s'enfuir l'autre. Comme quoi. Shit happens)

Marrant, c'est pas ce que j'ai lu sur les multiples articles trouvés en ligne. 

 

Quote

Aller, pour philosopher un peu, et couper court à mon ironie, y'a deux très jolies études qui disent les choses suivantes :
Les femmes font une très grosse partie du sale boulot (80%) - selon une étude germano-britannique - mais ont 15 à 40% de chances en moins d'être promues. < Non reconnaissance du travail des femmes, et surtout, le fait qu'on leur en demande plus, comme ici même.
Secondement, effet corollaire de ce premier état de fait, selon une étude internationale d'IBM, les hommes postuleraient lorsque seulement 60% de leur CV collerait à la description d'un boulot, les femmes attendent que 100% des pré-requis soient cochés. < Ce qui démontre encore une fois, la pression que l'on met sur un des deux sexes. 

Un; ce ne sont pas les armées, là. Deux, il y a amplement matière à débat (notamment parce que ces genres d'études sont rarement commanditées et réalisées par des entités neutres dans ces débats) et ce genre de conclusions ne reflète que très mal la matière collectée, notamment sur les phénomènes psychologiques, étant donné par exemple que la pression que tu évoques, c'est essentiellement les femmes qui se la mettent elles-mêmes. C'est une autre conséquence du dimorphisme sexuel: les hommes tendent à plus risquer, à plus se lancer dans l'inconnu que les femmes (toujours cette chierie de testostérone), quitte à faire des conneries, là où les femmes tendent à vouloir être plus sûres d'avoir couvert absolument toutes leurs bases (ce qui souvent est en grande partie illusoire) avant de pousser un cran plus loin, quitte à rester plantées ou à avancer très lentement. Deux faces d'une même médaille, avec leurs lots d'avantages et d'inconvénients. 


 

Quote

Enfin, dans le rapport britannique, il est bien mentionné qu'il y'a des femmes qui excèdent les performances demandées pour le combat. Donc ça devrait couper court au débat, puisque ça y est, c'est bon, elles passent, même sans adaptation. Il y'en a juste un échantillon plus limité et les risques sur le long terme sont plus élevés.

Personne ne nie qu'il y en a qui soient au niveau: le problème étant qu'elles sont très peu nombreuses, ce qui fait se poser un tas de questions, comme le fait de savoir si ça vaut le coup de changer beaucoup de choses pour très peu de monde; les changements coûtent cher, et contrairement à ce qui est un peu gratuitement affirmé, beaucoup des changements proposés surestiment grandement les résultats qui peuvent en être obtenus, comme les fameux facteurs "culturels". L'ingénierie sociale est un art délicat, qui a rarement changé beaucoup de choses dans des propensions drastiques, surtout quand on parle d'influer sur les mentalités et la façon de penser (demande au "nouvel homme" communiste que devait façonner l'URSS): Lyssenko serait fier de nombres de telles expériences menées de nos jours qui veulent conformer la réalité de situations spécifiques, comme ici la guerre, aux desideratas et représentations de l'époque . Ce que je lis et entends en termes de changements "culturels" semble plus relever du voeu pieux qu'autre chose. C'est un délire qu'un pays loin de toute probabilité de conflit et d'engagement soutenu de ses troupes (au-delà d'éléments FS et de micro-contingents symboliques dans une coalition où seuls les poids lourds font quelque chose) peut se permettre, c'est moins le cas pour un pays s'engageant fréquemment, et ce n'est pas du tout le cas pour un pays sans marge de sécurité (cad qui a au moins un fort risque de faire face à des adversaires réellement dangereux pour lui). Pour des pays loin de menaces réelles (j'entends: existentielles), le poids politique relatif de forces incitant à des changements relevant de l'expérimentation sociologique devient important, parfois décisivement, surtout quand on parle des armées de terre, qui tendent à être la dernière roue du carrosse, avec le moins de "juju" politique pour se faire entendre. 

 

Car on évite toujours la discussion la plus difficile: c'est déjà une chose lourde et complexe de parler des facteurs individuels, c'en est une toute autre de parler de mixité, de cohabitation dans la durée de populations si fondamentalement différentes dans un milieu où l'on incite à un esprit de groupe extrêmement normatif et exclusif (et pas dans des aspects toujours glorieux: la mentalité de meute, c'est pas toujours joli en tout) et à un fort niveau d'agressivité, deux tendances naturelles qu'on exacerbe pour les mettre au service de quelque chose. Elles ont leurs problèmes, mais elles sont aussi très nécessaires (et personne n'a rien trouvé de mieux). 

 

Quote

Et qu'il faut se diriger vers une armée de techniciens et de gens intelligents/formés.

Les fantassins BAC+5? Ouaich. 

 

8 minutes ago, true_cricket said:

Je cite un seul message car il est récent mais c'est valable tout au long du fil :

Alors s'il vous plaît, si l'on en parle que de ce qui est en gras, changez le titre du sujet :  "les femmes dans les armes de mêlées". Et n'abordez alors que les sujets de performance au combat.

C'est ce qu'on essaie de se faire.... Mais comme partout ailleurs sur ce forum, on tend à dévier. 

Edited by Tancrède
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Absha a dit :


 

 

Citation

Oui. Et maintenant qu'elles y sont, qui s'en plaint ? Personne. Pourtant lorsqu'il s'agit de se la jouer 13RDP dans des planques, il n'y a plus l'avantage relationnel, si ? Quand faut faire une planque comme lorsqu'ils ont choper Yvan Colonna, ils laissent les nanas dans la bagnole moteur tournant ? Et avec l'EI, il est où l'avantage, pardon mais ça me semble ténu, c'est d'ailleurs souligné par les israéliens, les anglais et les américains, le fait qu'elles soient pas ultra-adaptées pour le renseignement dans ce genre de contrées. 

Au détail près qu'une mission de recherche militaire et une planque de la police ne sont absoluments pas menées de la même façon. 

Si d'ailleurs, certaines cellules de surveillance des douanes ou de la police recrutent des militaires, ce n'est pas pour rien. 

Citation

Conclusion.

Il me semble tout de même que les norvégiens ont la bonne doctrine. En s'adaptant, une cohorte entière de femmes "normales" peut obtenir des résultats équivalents aux hommes, et qu'en faisant des unités non-mixtes à haut niveau, on peut et sauvegarder une cohérence de performance (et donc éviter à des femmes de porter des gaillards de 80kgs ou à des hommes de porter le sac des femmes, puisqu'elles auront un équipement adapté), et augmenter considérablement le réservoir de recrutement. Et qu'à des niveaux plus bas, en plus grand nombre, les différences hommes-femmes sont assez ténues qu'il suffira d'un programme de maintien en condition physique pour pouvoir bénéficier de ce même nouveau réservoir à recrutement.

En plus, il est noté plein de fois dans le rapport britannique qu'il faut faire des "changements culturels" pour que la place des femmes ne soit pas remis en question, qu'il n'y ait pas de problèmes de moral/morale, de viols et violences. Et qu'il faut se diriger vers une armée de techniciens et de gens intelligents/formés. Or la Norvège a deux trains d'avance sur tout cela. Et de loin.

 

Ce qui est bien avec des unités non mixtes, on va pouvoir observer la différence très rapidement. 

Apres, c'est l'enfer en gestion RH

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Kiriyama a dit :

Concernant l'équipement, on développe de plus en plus d'équipements adaptés à la morphologie féminine.

Et même des kilos plus légers   :tongue: ( je déconne) 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 minutes ago, Fusilier said:

Et même des kilos plus légers   :tongue: ( je déconne) 

Comme je le disais, Lyssenko doit avoir la larme à l'oeil. 

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Absha a dit :

 

Là encore, le travail est de qualité puisqu'on reconnait qu'il y'a une autre forme de biais : l'entraînement est calculé et articulé pour des hommes. D'ailleurs, ils n'en parlent pas mais l'équipement aussi, est calibré pour des hommes. Des rangers au GPB : tout est fait pour les hommes.

 

 

Donc en fait s'est la faute aussi au matos qui est fait pour des hommes ...

Les US ont fait des évolutions sur le matos ,pare balle au niveau de l'Army pour les personnels féminins ,s'était en étude mais je ne sais pas ou en est le programme .

Il n'en demeure pas moins que le pare-balle gardera plus ou moins  le même poids ...

Et qu'il faudra aussi porter les chargeurs , le sac de combat ... qui eux ne changeront pas de poids ...idem pour le FA ...

Pour les "rangers" , depuis pas mal de temps sa a évolué  ...

Mais il y a eu avant des rangers spécifique pour les personnels féminins dans l'armée de terre , bien plus légère et sans jambière attenante ...

Certes , cela n'a empêché de voir des personnels féminins avec des rangers classique .

Pour avoir encadré des féminines pendant leur formation initiale et aussi dans des CME  , elle n'avait pas plus d'ampoules que les mecs ...ou plus mal aux pieds ...

Pour la formation de base ,on avait pas de pare-balle ...

Sans gilet pare-balle , juste le brelage avec porte chargeurs ,gourde ,sac à dos F1 , le truc s'est que comme on porte le brelage sur les hanches , le poids n'étant pas porté par les épaules , les bretelles étant juste pour soulager le poids sans que cela ne pèse sur les épaules , les femmes avec leur hanche plus large était moins gêné qu'un mec question ceinturon et porte chargeurs sur les hanches ...

Vu que pour le combat , il était plus pratique d'avoir les portes chargeurs sur les hanches et des deux côtés ,pas positionné sur l'avant afin de ne pas avoir les portes chargeur sur le ventre ( pas pratique pour récupérer un chargeur ) .

Ben oui , on a du matos mais faut savoir le régler ...

Donc pas de gêne spécifique pour les filles ...

Qu'on travail sur la morphologie des pare-balles est une chose , néanmoins on ne gagnera pas un gain de poids si important ... Idem pour les casques ... 

Il n'empêche , les évolutions en terme de chaussures ,treillis dans l'armée française on est loin des rangers qu'on avait avant ...et pourtant avant ce n'était pas une gêne pour les féminines de porté celle-ci ...

Donc l'argument du matos est pour moi pas une évidence au vu de ce que j'ai put constater ...

Edit :

On présente le fait qu'il y a aussi des mecs moins performant , effectivement ,ils ne sont pas tous premier , avec tout bon en terme de physique , capacité comme GV etc ... Mais ils sont dans le cadre demandé du maximum et minimum exigé , ce qui laisse une marge .

Néanmoins , au 3°RIMa lors du déploiement en Afghanistan , des personnels moins physique selon la norme en mode excellent arrivait  à ce montré plus motivé par le combat et arrivé à tenir mieux sur le terrain , avec de l'endurance et au niveau moral , et cela parfois mieux que des mecs qui étaient au top en régiment ,mais comme tout le monde même des bons peuvent avoir des baisses de régime en opex .

 

Cela montre que si dans les tests physique de base on a pas forcément  en terme de performance tout le monde au même niveau , on a bien calculé le seuil minimal à avoir pour un GV en compagnie de combat  , CAD que l'on peu récupérer de la ressource avec des personnels masculin qui ne font pas des supers performance au tests en régiment mais qu'il y a bien un potentiel une fois sur le terrain .

Pour moi , le constat reste le même , on aura toujours une proportion avec l'exception .

Il n'en demeure pas moins que lorsque nous avions un personnel féminin qui était bien positionné sur tout les domaines  dans la phase de formation de base ... N'oublions pas que le combat  nécessite d'avoir toute les connaissances basique et technique , rusticité etc ... donc pas  que physique  , elle avait mérité sa place sans que personne ne remette en cause ses capacités .

Mais elles n'étaient pas la majorité ...

Donc voilà , Je serais perçu comme un vieux con mais je n'ais jamais rien eu contre les personnels féminin ...

Anti féministe sûrement ,pour le reste ... 

Vous pourrez jugé ma façon d'être , CAD en m'imaginant comme un gros bourrin qui a du mal a faire dans le texte ni dans l'orthographe ,ne méritant pas qu'on le lise mais moi je me base sur un constat que j'ai moi même observé .

 

Edited by Gibbs le Cajun

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Fusilier said:

J'ai toujours subodoré un relent de machisme dans le kilo; la preuve, tout ça est basé sur un étalon... :rolleyes:

Oooooooooh. Joolliiiiiiii! La réplique dont Fusilier n'est pas peu fier: tu gagné ton pastis, ce soir! 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Absha a dit :

Oui. Et maintenant qu'elles y sont, qui s'en plaint ? Personne. Pourtant lorsqu'il s'agit de se la jouer 13RDP dans des planques, il n'y a plus l'avantage relationnel, si ? Quand faut faire une planque comme lorsqu'ils ont choper Yvan Colonna, ils laissent les nanas dans la bagnole moteur tournant ?

Bizarrement dans les récits sur la 14 Intelligence Company (le prédécesseur du SRR), quand ils sont en planque, il n'est jamais question de femmes avec eux, contrairement aux balades à pieds ou en véhicule.

PS : tu as un lien sur cette histoire de SRR forçant un barrage de l'EI ? Le SRR j'ai rien vu sur leurs ops à part le flingage de ce Brésilien à Londres peu après les attentat de juillet 2005 et les deux gars capturés à Bossorah en 2006 (qui, d'ailleurs, ne seraient pas du SRR d'après le livre de Mark Urkan).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Rob1 a dit :

Bizarrement dans les récits sur la 14 Intelligence Company (le prédécesseur du SRR), quand ils sont en planque, il n'est jamais question de femmes avec eux, contrairement aux balades à pieds ou en véhicule.

Pour la 14, je ferais exception.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Rob1 a dit :

Bizarrement dans les récits sur la 14 Intelligence Company (le prédécesseur du SRR), quand ils sont en planque, il n'est jamais question de femmes avec eux, contrairement aux balades à pieds ou en véhicule.

PS : tu as un lien sur cette histoire de SRR forçant un barrage de l'EI ? Le SRR j'ai rien vu sur leurs ops à part le flingage de ce Brésilien à Londres peu après les attentat de juillet 2005 et les deux gars capturés à Bossorah en 2006 (qui, d'ailleurs, ne seraient pas du SRR d'après le livre de Mark Urkan).

Le contexte reste quand même celui de mission spécifique , au milieu des civils .

Donc du travail en mode  renseignement humain .

On ne sait rien de la formation et de la sélection , mais moi je pense qu'au vu de ce manque d'information s'est tout simplement parce que l'on ne demande pas de profil ayant toute les capacités que l'on pourrait avoir avec un SAS ou un SBS .

On emploi les capacités de chacun ,certains allieront plusieurs niveaux , physique , spécificité ,mais d'autres non , néanmoins ceux-la auront droit à des formatons qui ne demande pas du physique , mais pourrait leur sauver la vie , comme la conduite de véhicule .Bien évidemment une grande aptitude à l'emploi des armes .

On doit sûrement avoir des équipes spécifique ayant des capacités pour durer dans la verte pour le rens .

 

 

Le but ,s'est de ne pas avoir des profils qui sont taillé comme des masses , enfin pour certains .

En Irlande du Nord , fallait ce fondre dans la population locale je dirais .

On s'éloigne quand même du rôle de GV progressant en pointe de son groupe de combat , au sein d'une section et d'une compagnie en zone verte en Afghanistan ...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est ce qu'une femme peut accomplir le travail d'un soldat, oui ou non?

Comme cela se sera trancher, si oui, il faut mettre un module spécifique pour monter le niveau chez les recrues féminins voir de la population (plus de sport de combat dans les écoles etc...).

Si non, alors 50% de la population ne sert à rien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, kotai a dit :

Si non, alors 50% de la population ne sert à rien.

ben quand même ... t'envisages quand même pas de mettre une chèvre dans ta vie ?

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Laisse le, il est encore jeune. C'est de son age :sleep:.

La preuve, cette demoiselle a un avis tout aussi tranché sur la question, mais dans le sens inverse.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, pascal a dit :

ben quand même ... t'envisages quand même pas de mettre une chèvre dans ta vie ?

Ben je suis pas légionnaire.....J'attend les androids doll japonais.....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis quand même taraudé pas une question métaphysique : quid, dans les unités mixtes, du "ballon militaire" torse poil, vous savez le truc avec le ballon, au petit matin "frisquet" de février...  

Edited by Fusilier

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Fusilier said:

Je suis quand même taraudé pas une question métaphysique : quid, dans les unités mixtes, du "ballon militaire" torse poil, vous savez le truc avec le ballon, au petit matin "frisquet" de février...  

Tu as peur d’être déstabilisé par une paire de sein?!

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, g4lly a dit :

Tu as peur d’être déstabilisé par une paire de sein?!

Suis hors course, atteint par la limite d'âge :biggrin:   

A part ça, dans les années 70 j'ai formé à l'autodéfense, et à leur demande, des groupes femmes (des féministes pures et dures :rolleyes: )  ; alors dans ce domaine, c'est difficile de me déstabiliser :biggrin:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

C'est une autre conséquence du dimorphisme sexuel: les hommes tendent à plus risquer, à plus se lancer dans l'inconnu que les femmes (toujours cette chierie de testostérone), quitte à faire des conneries, là où les femmes tendent à vouloir être plus sûres d'avoir couvert absolument toutes leurs bases (ce qui souvent est en grande partie illusoire) avant de pousser un cran plus loin, quitte à rester plantées ou à avancer très lentement. Deux faces d'une même médaille, avec leurs lots d'avantages et d'inconvénients. 

Là, il y'a confusion entre dimorphisme sexuel et conditionnement social. L'agressivité est une composante évidente de la testostérone, mais il y'a foultitudes de papelards scientifiques sur ce sujet qui nuance énormément la proportion à modifier le comportement, surtout visible chez les personnes transgenres puisqu'elles sont soumises aux deux hormones au cours de leur vie. Et se lancer dans l'inconnu n'est pas une composante de la testostérone, c'est une des résultantes de l'homme-aventurier, simplement. D'ailleurs, ce même conditionnement social n'est pas virtuel, et le patriarcat existe bien, combien de femmes ici pour défendre leur point de vue sur la défense ? Ou bien c'est une question de biologie ? Bref. Pas sûr que ce message passe, les derniers ont tous été mal compris.

Après j'irai pas répondre à tout, ça prendrait trop de temps et j'aurais vraiment trop l'impression de me répéter. Je rappellerai simplement que le résumé des différents rapports se bornent à établir qu'il n'y a pas assez d'études, qu'il n'y a pas de panel représentatif, qu'il y'a des biais. La plupart des réponses sont : "Variable and difficult to quantify." ou "Further evidence would be required to prove this categorically."

Or ici, il n'y a que des affirmations péremptoires uniquement basées sur vos idéologies, anti-féministe donc, c'est visiblement admis. 

Et au passage il n'y a aucune insulte qui a été faite par moi contrairement à la condescendence dont on peut faire preuve ici vis-à-vis de vos visions de cette "idéologie" ou même du milieu académico-universitaire.

Pour le rapport RAND il est ici, il cite de multiples autres rapports : https://fas.org/sgp/crs/natsec/R42075.pdf 
 

Citation

 Si les tests physiques permettent de s'assurer une capacité opérationnelle, pourquoi les femmes ont-elles des barèmes distincts plus conciliant ?

Parce qu'on ne reste pas toute sa vie au niveau 0 et que l'on peut leur faire atteindre un niveau égal après l'entraînement. On dit d'ailleurs dans les différents rapports qu'il y'a une différence de 10% dans les performances physiques avant et après la FI, et que chez les femmes cela atteint même 20%. Faudrait faire le calcul mais il me semble qu'il est possible d'excéder certains des prérequis physiques des mecs et qu'il est réalisable de les atteindre tous. Sauf sur les tractions il me semble.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et de notre point de vue nazispédohiles  "d'anti-féministes" tu vas trop loin dans le pure constructivisme. Tout ne serait que culture ? C'est trop facile.

Et la plupart de ces rapports ont la même structure qui consiste à conclure le contraire des résultats de l'étude et de proposer d'aller encore plus loin dans le volontarisme...

Rien que dans cet histoire de traction, avec la marche c'est probablement l'effort le plus révélateur du métier de combattant qui a besoin d'un maximum de force dans le haut du corps, et en manquer est rédhibitoire.

Edited by Shorr kan
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Et de notre point de vue nazispédohiles  "d'anti-féministes" 

Typique de ce dont je parlais. C'est bien plus une insulte pour moi,que pour vous.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Absha a dit :

Typique de ce dont je parlais. C'est bien plus une insulte pour moi,que pour vous.

C'est bien toi qui nomme tes contradicteurs d'anti-féminstes parce-qu’ils ne sont pas d'accords avec toi, non ?

Quand on stigmatise des gens, d'une façon ou d'une autre, il ne faut pas s'attendre à ce qu'ils soient bien disposés en retour.

Edited by Shorr kan
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Member Statistics

    5,358
    Total Members
    1,132
    Most Online
    pripankaj
    Newest Member
    pripankaj
    Joined
  • Forum Statistics

    20,588
    Total Topics
    1,219,399
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries