Philippe Top-Force

Le Brésil, le géant de l'Amérique du Sud

Recommended Posts

il y a 12 minutes, pascal a dit :

j'ai le sentiment qu'ils ont d'autres préoccupations les cariocas que leur futur porte-avions et les Sea quelque-chose à mettre dessus ...

Il pourrait même être difficile à Saab de faire miroiter des Gripen E/F supplémentaires, quand bien même produits localement. Le contrat initial était prévu pour 36 unités, avec une extension possible à 120 appareils... J'imagine que l'on comptait sur des acquisitions supplémentaires du côté de Linköping, sans même atteindre les 120 unités, pour amortir un minimum certains coûts. Il va sans doute leur falloir être offensif pour obtenir des exportations...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Wallaby a dit :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/05/18/97001-20170518FILWWW00033-bresil-le-president-temer-dans-la-tourmente.php (18 mai 2017)

Le président brésilien Michel Temer a été enregistré par un chef d'entreprise en train de donner son accord à des pots-de-vin... selon le quotidien O Globo.

Publié sur le Twitter de la série House of Cards, en portugais dans le texte : 

Ou autrement dit : "Difficile de faire concurrence" ...

Modifié par Skw
  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est triste de constater que la saga n'en finit pas. D'un autre côté, Temer était un pourri de première et ce n'est guère étonnant.

Il y a une autre image marrante de la visite de la PF à Rio chez Aécio Neves, dont le secret de Polichinelle est de consommer de la cocaïne en quantité astronomique: celles des pompiers de NY couvert de cendre blanchâtre lors du 9/11.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 50 minutes, Gibbs le Cajun a dit :

 

 

Est-ce le prémice d'un recours beaucoup plus fréquent à la force militaire ? Temer ne restera pas longtemps, qu'il soit destitué ou viré par les urnes. En revanche, on devine une certaine montée en puissance du probable candidat Jair Messias Bolsonaro aux présidentielles de 2018. Il s'agit d'un sénateur nationaliste, proche des milieux conservateurs religeux et ancien parachutiste, qui n'a sans doute pas totalement mis de côté le passé dictatorial du pays. Il a toujours soutenu l'ancienne dictature des militaires. Lors de la procédure de destitution de Dilma Rousseff, ayant jadis été une opposante à la dictature, il a profité de son temps de parole pour rendre hommage à Carlos Alberto Brilhante Ustra, qui fut le premier militaire reconnu par la justice brésilienne comme coupable de tortures.

Modifié par Skw
  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.iris-france.org/95731-bresil-amerique-latine-la-democratie-en-danger/ (8 juin 2017)

Cette combinaison du pouvoir judiciaire et des grands médias butte pour l’instant sur les réalités sociales, désastreuses, et la capacité du PT et de la CUT (le principal syndicat) à résister à ce qu’il faut bien appeler par son nom : un coup d’État à la sauce du XXIème siècle, sophistiqué et sans victimes mortelles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://www.letemps.ch/monde/2017/06/27/president-michel-temer-formellement-accuse-corruption-passive (27 juin 2017)

Pour que le chef de l’Etat soit inculpé, la demande de Rodrigo Janot doit être acceptée par les deux tiers des 513 députés, dont plusieurs dizaines sont eux-mêmes dans le collimateur de la justice.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 35 minutes, zx a dit :

ça me laisse mitigé tout ça. Malgrés les moyens mis pour lui trouver des poux sur la tête, on n'a pas trouvé grand chose sur son compte. En revanche la rumeur court, notamment sur comment son fils est sensé le vrai patron de JBS, le conglomérat de la viande pincé pour fraude alimentaire il y a quelques mois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est surtout pour l'empécher de se présenter à l'élection présidentielle de l'année prochaine, élection qu'il était certain de remporter.

Donc les autres parties avec la complicité du procureur l'ont fait condamner pour une raison trés limite, voir sans réelle existence selon certain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lula risque d'allé en taule, et les militaires semblent commencer en à avoir marre de cette ''chienlit'' (alors qu'ils sont déployé pour faire la police à Rio), rumeurs d'intervention militaire :

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_bresil-certaines-franges-de-l-armee-ne-sont-plus-hostiles-a-une-intervention-militaire?id=9884832

 

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui la situation est toujours aussi trouble là-bas. N'étant pas un pasionaria victimaire des néo-libéraux, il est indéniable que la compasante cabale anti-Lula est très élevée dans cette décision. Techniquement parlant, Lula n'est pas vraiment compromis et ce uniquement sur des clopinettes. Evidemment, la rumeur dans les cercles autorisés dit que... mais malgré l'extrême politisation de son cas judiciaire, les enquêteurs ont rien touvé de consistant sur son compte par rapport aux autres crapules.

Par exemple, Temer l'actuel président est bien plus compromis, par plus de témoins, d'enquêtes, mouvements de fonds que Lula et est pourtant préservé. Le Brésil est un pays désuni et violent, où les antagonismes sont très forts. L'élite économique est ultra-violente et nourri une profonde haine à l'égard du PT et de la gauche dont les valeurs seraient celles de "boulets".

L'intervention du CEMA est assez inquiétante vu la probité des institutions de maintien de l'ordre (armée, polices commettent des exactions en toute impunité entre chacinas, interventions en favelas, extorsions des trafiquants et meurtres sur gages).

En tout cas, LATAM ne cesse pas de subir les conséquences de l'affaire Lava Jato/Petrobras.

  • Upvote (+1) 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus inquiétant, une grande partie de la population est favorable à une intervention militaire, qu'ils s'imaginent du genre " on vient un an faire le manage et après on vous rend les clés de la maison".

Concernant les cas de corruptions, pratiquement 100 % des membres du congrès brésilien, députés comme sénateurs, sont repérés comme étant corrompus. Mon épouse brésilienne a une ami qui travaillait comme assistante parlementaire et ce qu'elle a vu l'a tellement dégoutée qu'elle a quitté son poste.

  • J'aime (+1) 1
  • Confus 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 24 minutes, jean-françois a dit :

Plus inquiétant, une grande partie de la population est favorable à une intervention militaire, qu'ils s'imaginent du genre " on vient un an faire le manage et après on vous rend les clés de la maison".

J'ai pu remarquer, à mon étonnement, qu'une partie non négligeable de la population, notamment dans les strates les plus âgées, avait quelquefois une certaine nostalgie de la dictature militaire... Ainsi, au sein des mêmes familles, on a parfois un clivage entre les grands parents, les parents et les enfants dans le rapport à la dictature/démocratie. Aussi, un nombre non négligeable de Brésilien pensent qu'il n'y avait pas ou moins de corruption du temps de la dictature militaire. Mais... quand il n'y a pas d'enquêtes, il n'y a pas de corruption.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le souci est que ce n'est pas uniquement auprès des personnes âgées, "nostalgiques" de cette époque.

Une part importante de jeunes, n'ayant connus que la fin de la dictature, est favorable à une intervention qui, comme je le dis, est assez fantasmée.

Il y a aussi le mythe de la croissance qu'à eu le Brésil pendant la dictature ( leur 30 glorieuses qui n'a duré qu'une vingtaine d'année ) qui fait réver une partie de la population.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A travers cette instabilité politique qui est la règle plus que l'exception au Brésil, se pose en fait plus métaphysiquement la question (mème si je ne suis pas sur un forum de philosophie) : de la viabilité des sociétés multi-raciales ?

S'il est vrai que l’Amérique latine est, pour des raisons historiques et non politiques et conceptualisées, multi-raciale, cette réalité actuelle de ces pays nous pousse et nous contraint à interroger la chimère culturelle dans laquelle nous voulons (vraiment d'ailleurs ?) ou nous auto-persuadons de vivre dans une Europe géographique qui présente une primauté historique ethno-raciale indo-européenne.

ps : il s'agit pour moi d'insister volontairement sur le curseur ethno-racial de manière isolée, attendu l'acharnement avec lequel son influence ou même son existence dans l'histoire des sociétés humaines depuis toujours est niée, aujourd'hui, par les médias ambiants.

Si mon discours, qui est une question d'ailleurs, est d’extrême droite (et si l’extrême droite est interdite par le règlement d'ailleurs...), n’hésitez pas à m'en informer. :smile:

Avec de la distance historique, je m’aperçois que :

- au nom de la redistribution des richesse des idées Marxistes

- ou au nom de l' "humanisme" béat des société libérales

une réalité froide et mécanique dure, perdure et demeure : les détenteurs historiques de la technologie et du capital, et en fait les architectes des sociétés latino américaine, (les européens) ne partagent pas leur rang social, ou refusent de donner, gratuitement, sans rien en retour, de leur capital humain, immatériel, matériel, financier, que ce soit dans la coercition (communisme) ou dans la bien bienpensance  (" "humanisme" ")

Modifié par V. Yeⴽⴽen

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème du Brésil est beaucoup moins racial qu'économique et social (et dans ce contexte économique et social, il y a ensuite une composante raciale héritée de l'histoire) lié à un système qui a fondamentalement peu évolué depuis les origines, à savoir une féodalité coloniale. Une relative démocratisation et l'ère industrielle ont favorisé un certain niveau de développement et de mobilité sociale pour une portion de la population, mais le sommet de la pyramide reste globalement inchangé dans sa composition (en tout cas, il change trop peu) et surtout dans sa mentalité et ses comportements, et la "classe professionnelle", ou les "classes moyennes" plus généralement, sont trop petites en proportion de la population, et souvent trop promptes à singer à leur échelle les comportements du "haut", pour que le reste de la population ait au moins l'espérance d'un progrès. Ils sont de fait dans une situation de "perpétuel XIXème siècle": mentalité de caste en haut, avec des aspects purements féodaux en particulier dans les zones rurales (grands propriétaires, "patrons de droit divin"....), effectifs gigantesques qui galèrent, entre campagnes très difficiles et prolétariat urbain énorme et congestionné dans un habitat inadapté, avec entre les deux mondes des classes moyennes trop petites et dont une partie galère pas mal, ou pire encore, est trop proche de la galère pour ne pas haïr ceux qui la vivent. Les services publics sont souvent trop limités, dysfonctionnels, corrompus, et les abus du "haut" souvent trop manifestes. Comment s'étonner que le cocktail qui en résulte soit détonnant à la minute même où la croissance cesse d'être assez soutenue pour créer assez d'activité et au moins l'espoir qu'il y a un peu plus de places au soleil? 

La chose qui continue à me surprendre est le fonctionnement de la justice brésilienne, au moins au niveau de la lutte anticorruption qui a lieu depuis le début de cette crise: chapeau, honnêtement! Non seulement déterrer ce cadavre et trouver les autres, mais en plus pouvoir continuer à le faire sur une si longue période, il y a là de la solidité institutionnelle. 

Modifié par Tancrède
  • Upvote (+1) 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 24 minutes, Tancrède a dit :

Le problème du Brésil est beaucoup moins racial qu'économique et social (et dans ce contexte économique et social, il y a ensuite une composante raciale héritée de l'histoire) lié à un système qui a fondamentalement peu évolué depuis les origines, à savoir une féodalité coloniale. Une relative démocratisation et l'ère industrielle ont favorisé un certain niveau de développement et de mobilité sociale pour une portion de la population, mais le sommet de la pyramide reste globalement inchangé dans sa composition (en tout cas, il change trop peu) et surtout dans sa mentalité et ses comportements, et la "classe professionnelle", ou les "classes moyennes" plus généralement, sont trop petites en proportion de la population, et souvent trop promptes à singer à leur échelle les comportements du "haut", pour que le reste de la population ait au moins l'espérance d'un progrès. Ils sont de fait dans une situation de "perpétuel XIXème siècle": mentalité de caste en haut, avec des aspects purements féodaux en particulier dans les zones rurales (grands propriétaires, "patrons de droit divin"....), effectifs gigantesques qui galèrent, entre campagnes très difficiles et prolétariat urbain énorme et congestionné dans un habitat inadapté, avec entre les deux mondes des classes moyennes trop petites et dont une partie galère pas mal, ou pire encore, est trop proche de la galère pour ne pas haïr ceux qui la vivent. Les services publics sont souvent trop limités, dysfonctionnels, corrompus, et les abus du "haut" souvent trop manifestes. Comment s'étonner que le cocktail qui en résulte soit détonnant à la minute même où la croissance cesse d'être assez soutenue pour créer assez d'activité et au moins l'espoir qu'il y a un peu plus de places au soleil? 

 

@Tancrède

Incroyable capacité de synthèse de la logique libérale appliquée à travers les ages et les révolutions industrielles, dans la dimension spatiale et temporelle de l'histoire d'un pays !

C'est une intervention d'une très haute densité de pertinence.

Je n'oppose pas les effets :

- des rapports de force (déséquilibrés) du libéralisme

- à la réalité raciale héritée de l'histoire coloniale.

Ils s’interpénètrent dans l'espace et dans le temps.

Mais mon propos : dans une société comme la France, l'application du modèle libéral produirai les même effets de domination, j'en suis certains. Mais la réalité raciale, secondaire, (tu le reconnais) ne simplifie pas les choses, elles les rends moins lisibles, complexifie les causalité et enrichie la complexité des problèmes.

En fait mon véritable propos dépasse largement le cadre du Brésil et je ne sais pas trop dans quel sujet le placer .

==> Tu reconnais Tancrède une chose ?

Les systèmes universellement appliqués produisent tous, et dans des fenêtres de nuance très larges, des effets trop différenciés avec pour principal facteur différenciant (pas le seul) l'ethnie ou la race pour que l'on ignore ou relativise par l'histoire ou le contexte son importance.

La Corée du Nord en comparaison ... de l'Algérie ou des communismes latino-américain est un paradis socialiste par exemple !

Idem, les États-Unis, réels hein et non fantasmés, n'ont rien à voir avec le Brésil ou l'Inde dans la famille des systèmes libéraux.

En mettant la focale sur l’Amérique du Sud, la situation de l'Argentine aussi est révélatrice, en comparaison du... bordel Brésilien, nonobstant l'absence de réserves rentières par les ressources naturelles...

 

Modifié par V. Yeⴽⴽen

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne faut pas négliger la géographie physique du brésil qui est à mon sens l'un voir le plus gros obstacle à un développement harmonieux : l'essentiel des terres sont pauvres et  ne sont bonnes qu'à des cultures commerciales - beaucoup de précipitation + chaleur = sol lixivé - mais beaucoup moins à la production céréalière, et les communications sont cauchemardesques. Ce n'est pas un hasards si l'essentiel de l'activité et de la population se concentre sur la cote sud-est du Brésil, proche de l’Uruguay et de l'Argentine au climat plus clément.

Et de fait, le territoire brésilien est un terreaux très fertile pour une société néo-féodale centré sur une économie rentière et l'est beaucoup moins pour un modèle de développement industriel et agricole plus égalitaire. 

Modifié par Shorr kan
  • J'aime (+1) 1
  • Upvote (+1) 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5203
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    wolfmoy2
    Membre le plus récent
    wolfmoy2
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20297
    Total des sujets
    1136885
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets