Philippe Top-Force

Le Brésil, le géant de l'Amérique du Sud

Recommended Posts

il y a une heure, Kelkin a dit :

L'OTAN ne protège pas la Guyane.

Si la Guyanne est considérée comme une région/département français, il faut bien considérer que la France subie une agression directe, l'article 5 doit bien couvrir ce cas ? a moins que la guyanne n'est plus un territoire français.

 

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, zx said:

Si la Guyanne est considérée comme une région/département français, il faut bien considérer que la France subie une agression directe, l'article 5 doit bien couvrir ce cas ? a moins que la guyanne n'est plus un territoire français.

 

Pas question! Si la Guyane était abandonnée, ça voudrait dire que jaguars, anacondas et piranhas ne seraient pas des animaux du terroir, bien de chez nous! 

(J'allais dire les paresseux aussi, mais ça.... On en a plein en métropoles.... Et il y en a en fait partout)

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Tancrède a dit :

Pas question! Si la Guyane était abandonnée, ça voudrait dire que jaguars, anacondas et piranhas ne seraient pas des animaux du terroir, bien de chez nous! 

(J'allais dire les paresseux aussi, mais ça.... On en a plein en métropoles.... Et il y en a en fait partout)

 

Concernant la dernière bestiole, je tiens à te rassurer: je n'ai pas l'intention d'aller où que ce soit, c'est bien trop de boulot.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, zx a dit :

Si la Guyanne est considérée comme une région/département français, il faut bien considérer que la France subie une agression directe, l'article 5 doit bien couvrir ce cas ? a moins que la guyanne n'est plus un territoire français.

L'OTAN n'était pas intervenu pour les Malouines.

Citation
Citation

Article 5

Les parties conviennent qu'une attaque armée contre l'une ou plusieurs d'entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d'elles, dans l'exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l'article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d'accord avec les autres parties, telle action qu'elle jugera nécessaire, y compris l'emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l'Atlantique Nord.

Toute attaque armée de cette nature et toute mesure prise en conséquence seront immédiatement portées à la connaissance du Conseil de Sécurité. Ces mesures prendront fin quand le Conseil de Sécurité aura pris les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales.

Article 6

Pour l'application de l'article 5, est considérée comme une attaque armée contre une ou plusieurs des parties, une attaque armée :

  • contre le territoire de l'une d'elles en Europe ou en Amérique du Nord, contre les départements français d'Algérie, contre le territoire de la Turquie ou contre les îles placées sous la juridiction de l'une des parties dans la région de l'Atlantique Nord au nord du Tropique du Cancer;
  • contre les forces, navires ou aéronefs de l'une des parties se trouvant sur ces territoires ainsi qu'en toute autre région de l'Europe dans laquelle les forces d'occupation de l'une des parties étaient stationnées à la date à laquelle le Traité est entré en vigueur, ou se trouvant sur la mer Méditerranée ou dans la région de l'Atlantique Nord au nord du Tropique du Cancer, ou au-dessus de ceux-ci.

 

Peut-être que si on renomme la Guyane en "Algérie" ça passera ?

En l'état des chose, le seul territoire français d'outremer protégé par l'OTAN est Saint-Pierre-et-Miquelon.

  • Thanks 3
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elles sont effectivement très jolies mais me paraîssent vraiment très très jeunes,  mineures. ça me dérange quelques peu

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sûr qu'il y a beaucoup de mineures, celle qui organise tout ça a 22 ans et est en fin de carrière...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais qu'en AMSUD les filles sont précoces etc mais il faut éviter de les transformer en objets sexuel...idem pour tous les concours de minimiss etc il y a assez de bordel avec les mineures

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'aspirante mannequin qui a un bébé dans ce documentaire a 15 ans... Et d'ailleurs l'espoir de la jeune femme qui organise tout ça est de réduire le nombre de filles-mères en permettant aux filles des favela de vendre leur image plutôt que leur corps.

C'est aussi ça, la misère.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lorsque je bossais en pédopsy j'avais eu une conversation intéressante avec les adolescentes sur les attitudes de séduction, à quel moment et dans objectif...elles n'avaient absolument aucune idée d'un autre mode relationnel et admettaient être totalement influencée par les chanteuses et actrices du moment.

On est à la fois dans une sexualisation du monde ado tout en criant d'indignation lorsque cela se produit...messages contradictoires.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Sad 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Municipales à Paris : Anne Hidalgo crée la polémique en recevant Lula

La maire socialiste, candidate à sa réélection, a reçu l'ancien président brésilien à l'hôtel de ville avant de l'inviter à son meeting. Certains de ses adversaires dénoncent un «mélange des genres».

https://www.lefigaro.fr/elections/municipales/municipales-a-paris-anne-hidalgo-cree-la-polemique-en-recevant-lula-20200303

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est nouveau non ? La famille Bolsonaro n'aime plus les dictatures.

https://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/202003/19/01-5265510-covid-19-la-polemique-enfle-entre-le-bresil-et-la-chine.php (19 mars 2020)

Le député Eduardo Bolsonaro, très lié aux mouvements de l’ultra-droite américaine, a ouvert mercredi soir une crise diplomatique avec la Chine en accusant « la dictature » de dissimulation au sujet du coronavirus, poussant Pékin à demander des excuses.

Le député a accusé Pékin d’avoir dissimulé des informations sur la propagation de la COVID-19, comme l’avait fait selon lui « la dictature soviétique » lors du désastre nucléaire de Tchernobyl en 1986.

« Une fois de plus, une dictature a préféré dissimuler quelque chose de grave pour éviter les critiques, alors qu’elle aurait pu sauver d’innombrables vies », a écrit les troisième fils de Jair Bolsonaro sur Twitter.

« La Chine est coupable et la liberté serait la solution », a-t-il poursuivi.

Dans un tweet écrit en chinois et en portugais, l’ambassadeur de Chine au Brésil, Yang Wanming, a réclamé à Eduardo Bolsonaro « des excuses au peuple chinois ».

Mais il a aussi retweeté le message d’un internaute qui qualifiait la famille Bolsonaro de « grand poison du Brésil », selon une capture d’écran faite par les médias brésiliens, avant que ce retweet peu diplomatique ne soit effacé.

Eduardo Bolsonaro faisait partie de la délégation accompagnant son père à Miami du 7 au 10 mars, avec au programme notamment un dîner avec le président américain Donald Trump, qui a également agacé Pékin récemment en qualifiant la COVID-19 de « virus chinois ».

« Au retour de Miami, vous avez attrapé un virus mental, qui a infecté l’amitié entre nos peuples », a réagi l’ambassade de Chine au Brésil sur son compte officiel.

La Chine est le premier partenaire commercial du Brésil, qui y exporte massivement des matières premières, notamment du minerai de fer, de la viande et du soja.

  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils n'aiment pas les dictatures de gauche. De droite, ça passe...

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au moins ils mettent des masques, contrairement à la plupart des dirigeants occidentaux :

640x410_le-president-bresilien-a-gauche-

Le président brésilien (à gauche), Jair Bolsonaro, et son ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, à Brasília le 18 mars 2020

Source : https://www.20minutes.fr/monde/2744351-20200320-coronavirus-direct-senat-donne-feu-vert-projet-loi-etat-urgence-sanitaire

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Dessous des cartes spécial Covivd 19. Ils font allusions à cette histoires de tweet effacés.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.liberation.fr/debats/2020/04/06/covid-19-bolsonaro-commet-un-populicide-au-bresil_1784138 (6 avril 2020)

Le 24 mars, Bolsonaro prononce un discours fatidique, le «discours de la mort», totalement irresponsable et criminel. Contrariant toutes les consignes officielles de l’Organisation mondiale de la santé et de son propre ministre de la Santé, il appelle à la levée immédiate du confinement.

La réponse des hauts responsables de la république, des gouverneurs des Etats de la fédération, des maires et de la société civile est immédiate : il faut maintenir la politique du confinement et suivre les directives de l’OMS.

https://www.humanite.fr/bresil-larmee-met-au-pas-bolsonaro-un-coup-detat-tres-discret-687355 (6 avril 2020)

Le cirque de Jair Bolsonaro n’amuse plus du tout les militaires brésiliens. L’armée pesait déjà de tout son poids, avec neuf représentants sur vingt-deux ministres et la désignation, le 14 février, à la tête du gouvernement, du général Walter Souza Braga Netto. Ce dernier assumerait désormais, si on en croit le journaliste argentin Horacio Verbitsky, le rôle de « président opérationnel ». Rien d’officiel pour l’heure, mais les autorités de Buenos Aires auraient été prévenues de façon informelle : « Cela n’équivaut pas à la déposition du président, mais à sa réduction à une figure de type monarque constitutionnel, sans pouvoir effectif. » Le procédé, s’il se confirme, tient du coup d’État à bas bruit.

https://www.la-croix.com/Monde/Ameriques/Bresil-Luiz-Henrique-Mandetta-voix-raison-bresilienne-plein-Covid-19-2020-04-07-1201088240 (7 avril 2020)

Si le président Jair Bolsonaro apparaît de plus en plus isolé, Luiz Henrique Mandetta, actuel ministre de la santé brésilien, gagne en popularité.

https://fr.euronews.com/2020/04/06/au-bresil-les-autorites-sanitaires-face-au-coronavirus-et-au-president-bolsonaro (6 avril 2020)

Après les mesures de confinement prises par les gouverneurs de la plupart des Etats du pays, M. Mandetta s'était initialement rangé du côté du président, en évoquant une "quarantaine précipitée et désordonnée". Mais son discours a changé et le ministre n'a pas hésité à préconiser "le maximum de distanciation sociale". "Je ne me fonde que sur des critères scientifiques. Certains se fondent sur des critères politiques, qui sont importants eux aussi. Laissons-les faire, ils ne me gênent pas", a-t-il lâché fin mars.

"Mandetta était un fidèle écuyer de Bolsonaro, il a participé activement à sa campagne et à l'élaboration de son programme de gouvernement", explique Thiago Vidal, du cabinet de consultants Prospectiva, interrogé par l'AFP. "Le problème, c'est qu'aujourd'hui, le discours technique du ministre entre en conflit avec le discours politique de Bolsonaro, qui n'aime pas qu'on lui fasse de l'ombre".

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.washingtonpost.com/world/the_americas/coronavirus-brazil-bolsonaro-luiz-henrique-mandetta-health-minister/2020/04/16/c143a8b0-7fe0-11ea-84c2-0792d8591911_story.html (16 avril 2020)

Bolsonaro a démis de ses fonctions le ministre de la santé Luiz Henrique Mandetta

"Ne suivez pas les directives du président de la république", a déclaré João Doria, gouverneur de l'État de São Paulo. "Il ne dirige pas correctement la population et ne dirige malheureusement pas le Brésil dans la lutte contre le coronavirus et dans la préservation de la vie".

Doria, un ancien allié de Bolsonaro, a appelé ce mois-ci à un confinement strict dans son État, le plus peuplé du Brésil.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/debat-au-bresil-les-chloroquiners-sopposent-aux-quaranteners

16/04/2020 - 17:43

La traditionnelle opposition entre pro et anti-Bolsonaro s’est transformée en une bataille rangée entre ceux qui voient dans la chloroquine le remède miracle contre le Covid-19 et ceux qui défendent la poursuite du confinement.

L’épidémie de coronavirus au Brésil ne va pas réduire l’extrême polarisation de l’opinion publique, bien au contraire. “Les visions divergentes sur le combat contre la crise réinventent” cette opposition, en y ajoutant “des ingrédients inédits”, observe Folha de São Paulo.

Selon le quotidien de la capitale économique brésilienne, la traditionnelle opposition entre d’une part, les défenseurs du président Bolsonaro et, de l’autre, les partisans du Parti des travailleurs (PT, gauche) de Lula a évolué en un véritable duel. S’y opposent ceux pour qui la chloroquine, médicament utilisé contre le paludisme, constitue le remède miracle à l’épidémie, et ceux, plus méfiants, qui demandent la poursuite de la distanciation sociale.

Fervents défenseurs de la chloroquine

Le premier camp, surnommé celui des “chloroquiners”, a tendance à “exagérer le rôle du médicament utilisé dans le traitement du Covid-19, encore en phase de test” et s’en sert pour fustiger les mesures de confinement, explique Folha. Les partisans de ce traitement qu’ils disent efficace s’alignent ainsi sur Jair Bolsonaro qui, depuis le début de la crise sanitaire, ne cesse de défendre les vertus thérapeutiques de la chloroquine contre le virus, et fustige les autorités locales ayant ordonné le confinement de la population.

Interrogé par Folha, un politologue commente :

Bolsonaro n’a pas cherché à apaiser le pays et il est à l’origine de la politisation du coronavirus.”

Face à ce groupe se dressent les “quaranteners”, comme l’écrit Fohla, c’est-à-dire les partisans du confinement (“quarentena” en portugais). Eux émettent des réserves sur l’efficacité du médicament et, de manière générale, désapprouvent la façon dont le président brésilien gère la situation.

À lire aussi Médecine. À Cuba et au Venezuela, le pari de l’interféron contre le coronavirus

“Si les ‘chloroquiners’ apparaissent comme un groupe plus uni, avec des électeurs du noyau dur de bolsonarisme, les ‘quaranteners’ sont plus variés”, précise le journal.

Pas de potion magique

Les “enthousiastes du PT” y côtoient ainsi des “bolsonaristes repentis”, des “électeurs de gauche déçus” par Lula, des gens du centre, “et même de droite”.

À lire aussi Après sa condamnation, Lula peine à unir la gauche brésilienne

Et si les premiers jours d’épidémie au Brésil s’étaient accompagnés d’une baisse d’activité des pro-Bolsonaro sur les réseaux sociaux, lieu d’affrontement privilégié avec les partisans du PT, la bataille y a repris de plus belle, comme l’illustre Folha :

Les ‘choloriquiners’, aussi traités de négationnistes, se demandent si les défenseurs du confinement sont disposés à sacrifier leurs propres emplois, en raison des conséquences économiques.”

De leur côté, les ‘quaranteners’ affirment “que le discours sur une hypothétique ‘potion magique’” peut affaiblir le confinement, “occasionnant un pic indésirable de cas de Covid-19”, et mettent au défi les “bolsonaristes ne respectant pas l’isolement” de “s’engager à refuser un lit” dans un hôpital public en cas d’infection.
-----------------------------------------------------------------------------------------

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/politique-au-bresil-jair-bolsonaro-se-choisit-un-ministre-de-la-sante-plus-docile

Au Brésil, Jair Bolsonaro se choisit un ministre de la Santé plus docile

17/04/2020 - 12:06

Le président brésilien, Jair Bolsonaro, et son ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, étaient en désaccord sur la ligne à suivre pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Partisan, à l’instar de son prédécesseur, de l’isolement social, le nouveau ministre de la Santé affirme cependant s’aligner sur le chef de l’État.

 

Voilà plusieurs jours que Luiz Henrique Mandetta se savait sur la sellette, tant le climat entre le ministre brésilien de la Santé et Jair Bolsonaro était délétère.

Le premier défendait, depuis le début de l’épidémie, des mesures de confinement, tout en émettant des réserves sur l’usage de la chloroquine pour traiter le Covid-19, mais le président s’appliquait à exiger une reprise rapide de l’activité économique et à demander une distribution massive de ce traitement antipaludéen.

À lire aussi Débat. Au Brésil, les “chloroquiners” s’opposent aux “quaranteners”

Cette opposition radicale sur la ligne d’action à suivre pour combattre le Covid-19 a finalement débouché sur le limogeage du ministre, jeudi 16 avril.

Ce ministre, une star encombrante

“Le président Jair Bolsonaro vient de m’annoncer que j’étais démis de mes fonctions de ministre de la Santé”, a déclaré Luiz Henrique Mandetta sur Twitter, juste après une dernière réunion avec le chef de l’État brésilien.

“La telenovela est finie”, ironise El País Brasil, pour qui ce limogeage est “une décision éminemment politique” : face à un Luiz Henrique Mandetta soutenu par le Congrès et devenu très populaire au sein de l’opinion publique, Jair Bolsonaro, “isolé politiquement”, aurait saisi la chance de “se libérer de ce ministre-star” après que les généraux membres de son gouvernement lui ont fait comprendre “qu’ils ne s’opposeraient plus au départ” de ce dernier, “comme ils l’avaient fait auparavant”. Les militaires n’auraient pas apprécié de voir le ministre lancer des critiques à peine voilées contre le chef de l’État lors d’interviews.

Faire plaisir au président

Nommé à la place de Luiz Henrique Mandetta, l’oncologue Nelson Teich est, comme son prédécesseur, favorable au confinement de la population. Mais lors de son premier discours au palais présidentiel, au soir du 16 avril, le médecin a évoqué un “alignement complet” entre lui et le chef de l’État, et a ajouté vouloir attendre des “informations solides” afin de “définir le meilleur format d’isolement social”, selon ses déclarations reprises par Correio Braziliense.

Le rôle du nouveau ministre est en réalité d’opérer “un demi-tour rapide” sur cette question du confinement, estime une éditorialiste dans Estado de São Paulo, pour qui le président brésilien vient de jouer “sa meilleure carte”.

De son côté, un éditorialiste d’O Globo observe, à propos du nouveau ministre :

Même s’il est encore tôt pour tirer des conclusions, son discours d’intronisation, aux côtés de Jair Bolsonaro, ne laisse place à aucun doute. Il est disposé à faire plaisir au président.”

Au 16 avril, le Brésil comptait quelque 30 000 cas avérés de Covid-19 et 1 537 morts, selon les chiffres officiels.

Edited by Héliphas
  • Sad 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Brazilian President thanks PM Modi for supplying raw material for Hydroxychloroquine

https://economictimes.indiatimes.com/news/politics-and-nation/brazilian-president-thanks-pm-on-for-supplying-raw-material-for-hydroxychloroquine/articleshow/75063382.cms?from=mdr

"Nous avons d'autres bonnes nouvelles. À la suite de ma conversation directe avec le Premier ministre indien, nous recevrons, d'ici samedi, des matières premières pour poursuivre notre production d'hydroxychloroquine afin de pouvoir traiter les patients de COVID-19 ainsi que de lupus. , Le paludisme et l'arthrite. Je remercie le Premier ministre Modi et le peuple indien pour leur aide si opportune au peuple brésilien ", a déclaré Bolsonaro.

Par ailleurs, le Président brésilien Bolsonaro a été interpellé par l'accueil chaleureux de Narendra Modi le 26 janvier 2020 durant 4 jours de visite et il en a fait part cela à Donald Trump et Benjamin Netahnyau . Aucun pays actuel, qu'est l'Inde, ne l'ait accueilli de cette façon.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La situation est actuellement compliquée au Brésil.

Contesté de tous les côté et sans soutien en congrès, il a demandé à ses partisans hier de manifester pour demander à l'armée de prendre le pouvoir et de rétablir l'AI5. Cet AI5 est l'acte qui autorisait l'armée pendant la dictature d'arrêter et de torturer sans contrainte tout opposant.

Il voudrait cela pour se débarrasser du congrès, de la justice et des gouverneurs pour prendre tous les pouvoirs.

Pour le moment, l'armée semble plus que réticente à cette demande et voudrait maintenir au moins un apparence de pouvoir civil ( même si la majorité des ministres actuels sont des militaires ).

Il est possible qu'à force de foutre la merde, Bolsonaro se fasse virer par l'armée.

 

ps: une pensée particulière à ma belle-mère qui a participé hier aux manifestations, malgré ses 80 ans et en plein confinement ......

  • Thanks 1
  • Confused 4
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une prise de pouvoir de l'armée, c'est pas une des clauses d'exclusion du Mercosur ?
J'ai beaucoup de mal à comprendre la logique de Bolsonaro face à l'épidémie (liée à la politique interne brésilienne j'imagine), j'aurais pensé que sa priorité était de défendre le big business brésilien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Redapache
    Newest Member
    Redapache
    Joined
  • Forum Statistics

    20,848
    Total Topics
    1,301,417
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries