Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Economie et climat. CO2 or not CO2?


Recommended Posts

Le 03/06/2021 à 16:48, g4lly a dit :

Euhhhh non! les canadiens francophones ne partage pas "notre" culture ... notre langue à la limite.

Certes mais il y a tout de même des similitudes

 

On peut citer par exemple la loi 21 propre au Québec avec une vision plus proche de la laïcité française que du multiculturalisme du reste du Canada

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 6 heures, penaratahiti a dit :

Je suis pas de nature pessimiste mais on n'arrivera pas à faire ça de manière concertée, apaisée... La machine est lancée de toute façon... 

Du coup, je me pose la question de l'endroit le plus pérenne pour élever mes filles : la Bretagne ?

La pointe de la Bretagne (Brest et alentour) ou le Cotentin (Cherbourg et alentours) seront par leur position bien moins impactés par les vagues de chaleur et les sécheresses, mais en revanche encore moins épargnés par les tempêtes qu'auparavant...

Sinon en région montagneuse, à au moins 800m d'altitude ? (Donc forcément dans des toutes petits villes, voire des villages, car que je sache toutes les villes françaises de + de 20 000 habitants sont à moins de 800m d'altitude, même dans les Alpes)  

Edited by Bruno
Link to post
Share on other sites

Je ne savais pas trop où mettre ça : Un pipeline offshore est en feu dans le golfe du Mexique. Des fuite d'hydrocarbures à une profondeur de 78 mètres seraient à l’origine de l’incident.

 

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

"Si j'étais ministre, ce que je dirais, c'est que chaque fois que quelqu'un veut franchir la porte et parler d'hydrogène... et qu'il veut commencer à faire des présentations sur les voitures, les camions et les trains, je dirais, genre, "attendez, laissez-moi vous arrêter. Quel est votre plan pour les engrais ? Quel est votre plan dans votre raffinerie, vous prenez du gaz naturel [non traité] et vous l'utilisez dans l'engrais ou l'hydrocraquage. Quel est votre plan [pour passer à de l'hydrogène plus propre], mais aussi, de quoi avez-vous besoin ?"

https://www.rechargenews.com/energy-transition/liebreich-oil-sector-is-lobbying-for-inefficient-hydrogen-cars-because-it-wants-to-delay-electrification-/2-1-1033226

 

 Liebreich : "Le secteur pétrolier fait pression en faveur de voitures à hydrogène inefficaces parce qu'il veut retarder l'électrification".

Un analyste et conseiller influent explique pourquoi l'alimentation des voitures à l'hydrogène est une mauvaise idée, quoi qu'en dise l'industrie pétrolière.

Michael Liebreich, le charismatique fondateur de BloombergNEF, aujourd'hui analyste et conseiller indépendant, est extrêmement passionné lorsqu'il parle de l'hydrogène propre comme outil de décarbonisation - mais pas de la manière dont on pourrait le croire.

Fervent partisan d'une décarbonation de notre planète aussi rapide et rentable que possible, il est fermement opposé à l'utilisation de l'hydrogène propre dans certains secteurs où il existe des solutions électriques moins coûteuses et plus efficaces, comme les voitures et le chauffage domestique - ce qui contraste fortement avec les éléments du secteur pétrolier et gazier qui dépensent des dizaines de millions d'euros en lobbying pour de telles utilisations.
 

Pour tenter de détourner l'attention des gouvernements et des acteurs du secteur, il a créé ce qu'il appelle son "échelle de l'hydrogène", un tableau simple (photo) montrant les cas d'utilisation de l'hydrogène qui ne sont pas compétitifs, ceux qui sont inévitables pour la décarbonisation et ceux qui se situent quelque part au milieu.

Ainsi, au sommet de l'échelle, à l'extrémité "inévitable", se trouvent les utilisations actuelles de l'hydrogène gris, très polluant, produit à partir de combustibles fossiles non exploités, comme les engrais à base d'ammoniac et le raffinage du pétrole, qui sont responsables de 3 à 4 % de toutes les émissions mondiales de carbone. Le stockage saisonnier de l'énergie, la sidérurgie, la chimie, la navigation et l'aviation long-courrier (utilisant de l'hydrogène liquide ou des carburants synthétiques dérivés de l'hydrogène) figurent également en bonne place.
 

Au bas de l'échelle, les voitures et le chauffage domestique à l'hydrogène sont "non compétitifs", ce qui, selon lui, n'a aucun sens lorsque l'on dispose de véhicules électriques à batterie (BEV) et de pompes à chaleur.

M. Liebreich, qui soutient le parti conservateur britannique, siège au conseil d'administration du gouvernement britannique et est également conseiller du géant pétrolier norvégien Equinor, estime que les compagnies pétrolières et gazières savent que l'hydrogène est un mauvais choix pour ces deux segments, mais qu'elles s'y intéressent néanmoins.

"Si vous êtes une entreprise pétrolière et gazière, d'une certaine manière, parler de l'hydrogène est une sorte de pari à double sens, car si cela fonctionne, alors vous êtes intégré dans l'industrie de l'hydrogène - mais si cela ne fonctionne pas, vous avez retardé la transition vers la chose que vous ne faites pas, à savoir l'électricité", dit-il à Recharge. "Alors pourquoi ne pas promouvoir l'hydrogène pour un usage inapproprié ? Pour les choses qui ne sont pas en haut de l'échelle, qui sont plutôt en bas - donc les trains locaux, les bus locaux, les voitures, les véhicules de livraison - pourquoi ne pas le promouvoir ? Parce qu'au pire, cela crée une confusion, ce qui est formidable [pour eux]. Et ces entreprises ont intérêt à ce que ce matériel [électrique] n'avance pas trop vite, j'en ai peur - malgré toutes leurs bonnes paroles."

La suite :

Révélation

M. Liebreich donne l'exemple de Shell qui est heureux de dépenser 12 milliards de dollars pour une plateforme flottante de gaz naturel liquéfié (GNL), la Prelude, qui a connu de nombreux problèmes, "mais il ne dépensera pas 12 milliards de dollars pour produire de l'hydrogène bleu, vert, rose ou tout autre type d'hydrogène propre pour les utilisations [existantes] pour lesquelles nous produisons actuellement 3 à 4 % des émissions mondiales".

Il cite un rapport publié l'année dernière par le Corporate Europe Observatory, organisme de surveillance des activités de lobbying, selon lequel le "lobby de l'hydrogène, dont les principaux acteurs sont des sociétés de gaz fossiles, a déclaré des dépenses annuelles combinées de 58,6 millions d'euros pour tenter d'influencer l'élaboration des politiques à Bruxelles".

"Donc, ce qu'ils veulent faire, c'est financer des gens pour aller faire du lobbying à Bruxelles en faveur des utilisations de l'hydrogène, où ils pensent essentiellement que parce que les politiciens aiment se faire prendre en photo [avec des voitures et des trains à hydrogène], ils toléreront [l'utilisation existante de l'hydrogène gris]", explique Liebreich. "Je ne sais pas s'il s'agit d'un manque de sincérité ou d'une fausse guerre, mais nous parlons à contresens si nous utilisons de l'hydrogène sale [pour les utilisations existantes], mais que nous parlons d'hydrogène propre [pour les voitures]".

"Si j'étais ministre, je dirais qu'à chaque fois que quelqu'un veut franchir la porte et parler d'hydrogène... et qu'il veut commencer à faire des présentations sur les voitures, les camions et les trains, je dirais : "Attendez, laissez-moi vous arrêter. Quel est votre plan pour les engrais ? Quel est votre plan dans votre raffinerie, vous prenez du gaz naturel [non traité] et vous l'utilisez dans l'engrais ou l'hydrocraquage. Quel est votre plan [pour passer à un hydrogène plus propre], mais aussi, de quoi avez-vous besoin ?"
L'argument contre les voitures à hydrogène

Liebreich affirme que les gens de l'industrie pétrolière sont intelligents et comprennent l'inefficacité et le coût des véhicules électriques à pile à combustible (FCEV) fonctionnant à l'hydrogène.

"Il est tellement évident que l'hydrogène est moins efficace parce qu'il a ces processus chimiques et... tout le monde a fait les chiffres qui montrent que si vous avez de l'électricité propre et que vous voulez conduire quelque part, la dernière chose à faire est de la mettre dans un électrolyseur et d'avoir ensuite toutes ces autres pertes [d'énergie], puis de la mettre dans une pile à combustible et d'avoir encore plus de pertes. Vous ne pouvez pas enfreindre les lois de la physique - c'est de la thermodynamique, c'est la microéconomie de quelque chose de très simple par rapport à quelque chose de très complexe.

"L'autre argument qui n'est jamais suffisamment mis en avant est que si vous regardez les voitures et les dimensions de la concurrence, l'électrique l'emporte sur tout... parfois par de grandes marges. De zéro à 60 en quatre secondes [pour un véhicule électrique à batterie (BEV)] contre neuf secondes [pour un FCEV], la possibilité de rabattre les sièges et d'y mettre des bagages contre non, désolé, il y a une bouteille d'hydrogène là-dedans [qui prend de la place]. Les VEB sont] trois fois plus efficaces et, soit dit en passant, les voitures à hydrogène ne gagnent pas sur le poids, elles ont tendance à être plus lourdes, donc elles n'ont même pas cet avantage.

"Ce qu'elles gagnent, c'est la possibilité de brancher le véhicule à la buse et de le remplir d'hydrogène pour parcourir 400 miles en cinq minutes - sans tenir compte du fait que la buse devient ensuite très froide et que la personne suivante doit attendre qu'elle se réchauffe. C'est très important si vous partez pour un voyage de 400 miles, parce qu'en dessous, vous pourriez tout aussi bien acheter une voiture électrique moins chère et plus performante.

"Donc, à l'heure actuelle, le seul avantage de la voiture à hydrogène, où que vous puissiez en acheter une, c'est qu'elle peut rouler là où vous ne pouvez pas faire le plein parce qu'il n'y a pas de [stations de] remplissage d'hydrogène."

Il poursuit : "Même si l'on remédiait à cela, même si l'on injectait suffisamment d'argent des contribuables pour que, lorsque vous parcourez vos 350-400 miles, il y ait une station de ravitaillement en hydrogène, cela vous ferait gagner les 45 minutes que vous auriez autrement dû charger [un BEV] pour rentrer.

"Ok, donc vous avez gagné 45 minutes. Le reste de l'année, vous êtes de retour à la maison et à votre trajet ennuyeux, et vous conduisez vos 20 miles par jour. Eh bien, chaque fois que vous faites 300 miles, vous devez vous rendre à une station-service d'hydrogène [contrairement à un BEV que vous pouvez recharger à la maison]. Ainsi, 40 fois par an, vous devez perdre 10 minutes, voire plus, pour vous rendre à une station-service à hydrogène. Cela fait 400 minutes et vous avez économisé 45 minutes sur les deux à cinq fois, peut-être, où vous vous rendez à votre chalet ou dans les Alpes, ou ailleurs. Donc même sur le temps passé, sur une base annuelle, ce n'est pas un gain, c'est une grosse perte pour la plupart des gens".
 

Recharge a fait référence à sa récente interview du patron du Hydrogen Council, Daryl Wilson, qui a déclaré que les voitures à hydrogène seront nécessaires parce que l'infrastructure électrique ne pourra pas faire face à la recharge de millions de BEV.

"C'est absurde", déclare M. Liebreich. En 1995, [les gens disaient] "nous n'utiliserons jamais l'internet parce qu'il n'y a pas assez de modems". En 2000, on a dit : "nous ne ferons jamais de vidéo en ligne parce qu'il n'y a pas assez de bande passante", puis : "vous ne pouvez pas faire de flux vidéo multiples parce que vous n'aurez jamais la fibre optique à domicile". Nous avons 30 ans d'ici à 2050 [date à laquelle les pays prévoient d'atteindre des émissions nettes nulles] et nous aurons simplement de plus en plus d'investissements. Nous avons creusé les rues pour le câble, le téléphone, le gaz, le câble, la fibre, l'électricité. C'est une chose que nous faisons. Nous savons comment construire lentement au fil du temps. Ce n'est pas de la science infuse.

"De plus, il y a la recharge intelligente. Et bien sûr, nous savons que nous allons le faire parce que nous allons aussi devoir ajouter de la capacité à cause du chauffage électrique. Et donc l'idée de dire 'non, non, nous ne devons pas faire cette extension de l'infrastructure existante, nous devons en construire une toute nouvelle [pour le ravitaillement en hydrogène], c'est un non-sens, franchement."
L'argument contre l'hydrogène pour le chauffage domestique

Certains éléments du secteur des hydrocarbures, en particulier les sociétés de distribution de gaz, ont fait pression pour convertir leurs réseaux de gaz afin qu'ils fonctionnent à l'hydrogène - et ont eu un certain succès, avec le Royaume-Uni, par exemple, qui a dépensé des dizaines de millions de livres pour des essais de chauffage domestique à l'hydrogène.

Comme Recharge l'a déjà signalé, la conversion des réseaux de gaz à l'hydrogène - dont les molécules sont plus petites que celles du gaz naturel - nécessiterait le remplacement de toutes les conduites de gaz souterraines en métal par des conduites en polyéthylène, y compris celles dissimulées dans les murs et sous les planchers des maisons. Il faudrait également remplacer toutes les vannes de gaz et tous les compresseurs de chaque réseau, sans compter que l'énergie nécessaire pour pomper le H2 dans le réseau gazier serait trois fois plus élevée que pour le gaz naturel.

Et bien sûr, les pompes à chaleur ont un rendement énergétique près de six fois supérieur à celui des chaudières à hydrogène, puisqu'elles nécessitent 150 % d'énergie primaire en moins pour produire la même quantité de chaleur.
Le pipeline mondial d'hydrogène vert dépasse les 200 GW - voici les 24 plus grands projets à l'échelle du gigawatt.
Plus d'informations

L'utilisation d'hydrogène inflammable dans les habitations pose également des problèmes de sécurité, ainsi que de qualité de l'air, car la combustion de l'hydrogène produit des oxydes d'azote toxiques qui sont également de puissants gaz à effet de serre, souligne M. Liebreich.

"Le chauffage à l'hydrogène ne se fera tout simplement pas", dit-il.

Si les sociétés de distribution de gaz font pression en faveur de l'utilisation de l'hydrogène dans le chauffage domestique, ce n'est pas parce qu'elles veulent que le monde devienne vert, mais parce qu'"elles veulent nous obliger à utiliser leurs conduites de gaz pour la décarbonation, car c'est leur atout", ajoute M. Liebreich.

Et l'idée de mélanger de l'hydrogène propre au réseau de gaz naturel pour réduire les émissions de carbone est "stupidement inefficace", ajoute-t-il.

"Si vous mettez 20 % d'hydrogène dans votre gaz, 20 % de votre volume ne représente que 7 % d'énergie. Et si c'est de l'hydrogène vert, vous avez commencé avec de l'électricité. Une unité de cette électricité aurait pu produire trois unités de chaleur [avec une pompe à chaleur]. Au lieu de cela, vous avez injecté cette unité dans le réseau de gaz que vous avez transformé en hydrogène. Vous avez donc perdu 30 % de [l'énergie]. Ensuite, vous l'avez injecté dans le réseau de gaz, vous l'avez comprimé et vous lui avez fait subir toutes sortes de transformations. Puis vous l'avez mis dans votre chaudière et obtenu un rendement de 85 %. Ainsi, à partir d'un kilowattheure d'électricité, vous obtenez un chauffage d'une valeur d'un demi-kilowattheure.

S'il s'agit d'hydrogène bleu [dérivé du gaz naturel avec capture et stockage du carbone], vous en reviendrez toujours à ma remarque précédente, à savoir : "Je ne suis pas prêt à avoir cette discussion tant que vous ne m'aurez pas dit comment vous allez décarboner les engrais".

 

Edited by Gallium
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
6 minutes ago, hadriel said:

Pendant ce temps les allemands brulent du charbon plutôt que du gaz parce que c'est moins cher ...

 

En même temps quand tu commercialises ton électricité à plus de 30 cts le kW ça serait dommage de se priver :bloblaugh:

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le 03/07/2021 à 00:51, Bruno a dit :

La pointe de la Bretagne (Brest et alentour) ou le Cotentin (Cherbourg et alentours) seront par leur position bien moins impactés par les vagues de chaleur et les sécheresses, mais en revanche encore moins épargnés par les tempêtes qu'auparavant...

Sinon en région montagneuse, à au moins 800m d'altitude ? (Donc forcément dans des toutes petits villes, voire des villages, car que je sache toutes les villes françaises de + de 20 000 habitants sont à moins de 800m d'altitude, même dans les Alpes)  

Pourquoi parles-tu de 800 mètres d'altitude :huh: ?

Si on essaie de se projeter à une ou deux générations dans l'avenir, les trois sujets principaux me sembleraient être :
- l'augmentation des températures en elle-même, disons au pire +3 °C dans la période, sauf qu'il s'agit d'une moyenne qui sera dépassée à certains endroits et surtout certaines périodes de l'année avec des épisodes de chaleur très forte
- l'impact sur le cycle de l'eau et par conséquent l'agriculture, qui est la question à regarder en premier de mon point de vue
- et enfin la montée du niveau des océans - un mètre d'ici la fin du siècle peut-être, deux dans le pire des pires des cas, plus l'effet de l'infiltration des eaux salées

D'une manière générale, mieux vaudrait donc une région :
au climat actuellement au moins tempéré sinon plutôt froid
- où le cycle de l'eau n'est pas menacé donc plutôt riche actuellement et dont on n'exploite pas des nappes phréatiques de manière non-pérenne
- enfin évidemment pas une région côtière

Après il faut bien sûr parler de stabilité politique, et c'est difficile à évaluer vu les crises prévisibles dans cette période, de nature écologique comme de nature économique - notamment du fait de la limitation des ressources. Disons que le minimum semblerait de préférer un endroit où l'on ne fait pas trop de cas des différences ethniques, de couleur ou de croyance - si c'était déjà le cas en temps ordinaire, ça risquerait de devenir vraiment dangereux dans une époque plus sombre. Et un endroit qui n'a pas trop d'historique récent de violence politique. La France est d'ailleurs pas mal sur ces deux critères là.

Qu'est-ce qui là-dedans nécessiterait d'aller très haut en altitude ?

Edited by Alexis
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 3 heures, Alexis a dit :

Pourquoi parles-tu de 800 mètres d'altitude :huh: ?

Si on essaie de se projeter à une ou deux générations dans l'avenir, les trois sujets principaux me sembleraient être :
- l'augmentation des températures en elle-même, disons au pire +3 °C dans la période, sauf qu'il s'agit d'une moyenne qui sera dépassée à certains endroits et surtout certaines périodes de l'année avec des épisodes de chaleur très forte
- l'impact sur le cycle de l'eau et par conséquent l'agriculture, qui est la question à regarder en premier de mon point de vue
- et enfin la montée du niveau des océans - un mètre d'ici la fin du siècle peut-être, deux dans le pire des pires des cas, plus l'effet de l'infiltration des eaux salées

D'une manière générale, mieux vaudrait donc une région :
au climat actuellement au moins tempéré sinon plutôt froid
- où le cycle de l'eau n'est pas menacé donc plutôt riche actuellement et dont on n'exploite pas des nappes phréatiques de manière non-pérenne
- enfin évidemment pas une région côtière

Après il faut bien sûr parler de stabilité politique, et c'est difficile à évaluer vu les crises prévisibles dans cette période, de nature écologique comme de nature économique - notamment du fait de la limitation des ressources. Disons que le minimum semblerait de préférer un endroit où l'on ne fait pas trop de cas des différences ethniques, de couleur ou de croyance - si c'était déjà le cas en temps ordinaire, ça risquerait de devenir vraiment dangereux dans une époque plus sombre. Et un endroit qui n'a pas trop d'historique récent de violence politique. La France est d'ailleurs pas mal sur ces deux critères là.

Qu'est-ce qui là-dedans nécessiterait d'aller très haut en altitude ?

- Je parlais de 800m d'altitude, car étant donné que la température moyenne à une latitute donnée baisse de 0.5ºC à chaque fois que l'on s'élève de 100m au dessus du niveau de la mer, et bien à 800m il fait 4ºC de moins qu'au niveau 0. Or, on nous annonce que le climat va se réchauffer de 3ºC d'ici 2100 ; d'où j'en déduis que c'est à partir de 800m d'altitude qu'à ce moment là nous aurons à une latitude donnée la même température moyenne qu'au niveau 0 dans les années 2000... 

- L'intérêt d'aller en altitude, c'est qu'en général les régions montagneuses ont des lacs (surtout en zone tempérée) : les climatologues nous disent que comme le réchauffement va générer plus d'évaporation, il y aura davantage de pluies dans beaucoup de régions du monde. Mais en revanche, ces pluies plus abondantes seront davantage concentrées sur des périodes assez courtes de l'année (fin de l'hiver et fin de l'été, par exemple). Or, les sommets à plus de 1000m d'altitude "accrochent" une partie des nuages et génèrent le phénomène de condensation qui les fait se déverser ; ce qui continuera à nourrir les lacs (des Alpes, d'Auvergne, etc...). Les lacs mais aussi les réservoirs et barrages artificiels qui pourront stocker l'eau issue de ces pluies abondantes, voire diluviennes, sur des courtes périodes. Voilà pour le "cycle de l'eau", qui ne sera sans doute pas, ou peu, menacé dans les zones montagneuses, du moins si les prévisions des climatologues s'avèrent exactes.  

Edited by Bruno
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
On 7/8/2021 at 3:43 PM, Bruno said:

- Je parlais de 800m d'altitude, car étant donné que la température moyenne à une latitute donnée baisse de 0.5ºC à chaque fois que l'on s'élève de 100m au dessus du niveau de la mer, et bien à 800m il fait 4ºC de moins qu'au niveau 0. Or, on nous annonce que le climat va se réchauffer de 3ºC d'ici 2100 ; d'où j'en déduis que c'est à partir de 800m d'altitude qu'à ce moment là nous aurons à une latitude donnée la même température moyenne qu'au niveau 0 dans les années 2000... 

- L'intérêt d'aller en altitude, c'est qu'en général les régions montagneuses ont des lacs (surtout en zone tempérée) : les climatologues nous disent que comme le réchauffement va générer plus d'évaporation, il y aura davantage de pluies dans beaucoup de régions du monde. Mais en revanche, ces pluies plus abondantes seront davantage concentrées sur des périodes assez courtes de l'année (fin de l'hiver et fin de l'été, par exemple). Or, les sommets à plus de 1000m d'altitude "accrochent" une partie des nuages et génèrent le phénomène de condensation qui les fait se déverser ; ce qui continuera à nourrir les lacs (des Alpes, d'Auvergne, etc...). Les lacs mais aussi les réservoirs et barrages artificiels qui pourront stocker l'eau issue de ces pluies abondantes, voire diluviennes, sur des courtes périodes. Voilà pour le "cycle de l'eau", qui ne sera sans doute pas, ou peu, menacé dans les zones montagneuses, du moins si les prévisions des climatologues s'avèrent exactes.  

Le problème des montagnes c'est que les phénomènes naturels y sont plus violents...

... Forte pluie ça produit des glissements de terrain.

La forte amplitude thermique fait éclatera roche plus facilement. Fracturation donc éboulements à terme.

La température si elle s'élève vite l'été peu poser des problème naux conifères. Certes il peut y avoir une transition vers d'autres essences mais c'est très lent.

Pour les crues en montagne c'est vite le bordel ça a vite fait de faire tomber les ponts et donc de couper les routes.

Pour l'altitude un des avantages de la montagne c'est que la durée du jour est assez courte parce que l'habitat est souvent fond de vallée à l'ombre des montagnes. Ça limite l'insolation des habitations.

Après il faut voir l'habitat locale. Quand on parle de baraque avece des mur en pierre de plus 1m d'épaisseur. Beaucoup d'aménagement en bois qui qui ne stocke pas la chaleur. Peu d'ouvrant. Des sous sol semi enterré avec en plus des caves assez profonde et humide. Et bien sûr de la verdure partout autour.

Forcément la canicule ça n'existe pas ... D'autant plus que les nuit la température chute vite.

Le petit souci c'est commee mode de vie des chasseurs cueilleurs ce n'est pas reproductible a l'infini. En gros ça mobilise énormément de foncier pour très peu d'habitants.

Link to post
Share on other sites

Je recopie : 

à l’instant, Wallaby a dit :

https://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/publications/china-trends-9-une-chine-decarbonee-est-elle-possible.pdf (juillet 2021)

He Jiankun, directeur de l'Institut de l'économie à faible émission de carbone de l'université de Tsinghua, est généralement considéré comme le cerveau de la recherche qui a fourni la base factuelle des objectifs de la Chine en matière de plafonnement du carbone en 2030 et de neutralité carbone en 2060, communément appelés "objectifs 30/60" (3060目标).

Son étude, intitulée Stratégie de développement à long terme à faible émission de carbone pour la Chine (中国长期低碳发展战略研究), détaille la transformation nécessaire dans tous les secteurs industriels pour que la Chine atteigne les objectifs 30/60.  Pour rester dans les limites des exigences les plus strictes de l'Accord de Paris, les émissions de gaz à effet de serre de la Chine devraient diminuer de 90 % d'ici à 2050 et les énergies non fossiles devraient représenter 85 % de la consommation d'énergie primaire d'ici à 2050 (15,8 % en 2020), l'énergie du charbon fournissant moins de 5 % de l'électricité du pays (60 % en 2020).

Le rythme de la transition dans le secteur de l'énergie, en particulier le rôle que le charbon jouera dans les futurs systèmes électriques, est un facteur déterminant de la trajectoire des émissions de carbone de la Chine.  Selon Chao Qingchen, directeur général adjoint du Centre national du climat, les secteurs de l'électricité et de l'industrie doivent atteindre le pic de leurs émissions avant 2025 pour que la Chine puisse atteindre le pic global d'émissions de 2030. Dans le même temps, He Jiankun a souligné à plusieurs reprises que la Chine devrait mettre en place des "contrôles stricts de la consommation de charbon (对煤炭消费量进行严格的控制)", plafonner l'utilisation du charbon pendant la période du 14e plan quinquennal (2021-2025) et décliner par la suite. Kang Junjie, directeur adjoint de l'Institut de l'énergie de l'université de Pékin, a demandé des mesures beaucoup plus radicales : l'arrêt complet de tous les nouveaux projets de centrales au charbon.

Lors d'une récente réunion de l'organe économique suprême du Parti communiste28, le président Xi a déclaré que la réalisation des objectifs 30/60 est une "bataille difficile, et aussi un test de la capacité de notre Parti à gouverner le pays". "(实现碳达峰、碳中和是一场硬仗, 也是对我们党治国理政能力的一场大考)

Lors du sommet des dirigeants sur le climat, convoqué par le président Biden en avril, le président Xi a indiqué pour la première fois que l'énergie du charbon était en voie de disparition dans le système énergétique chinois, Il s'est engagé à "contrôler strictement" la croissance de la consommation de charbon au cours de la période couverte par le 14e plan quinquennal (2021-2025) et à réduire progressivement l'utilisation du charbon au cours de la période couverte par le 15e plan quinquennal (2026-2030) ("十四五 "时期严控煤炭消费增长、"十五五 "时期逐步减少). Cependant, les critiques ont déclaré que cela laisse une marge de manœuvre pour la croissance de l'énergie au charbon d'ici 2025, et ne correspond pas au rythme de changement requis par l'Accord de Paris.

Les inspecteurs du Bureau central de supervision de l'écologie et de l'environnement (中央生态环境保护督察办公室), le chien de garde officiel du gouvernement en matière de politiques environnementales supervisé par Han Zheng, membre du Politburo, ont publié en janvier 2021 un examen cinglant des politiques de l'Administration nationale de l'énergie (ANE). L'équipe d'inspection a reproché à l'ANE de ne pas avoir adapté sa politique en matière d'énergie charbonnière aux stratégies du pays en matière de lutte contre la pollution atmosphérique et d'énergie à faible teneur en carbone, ce qui a conduit à une situation où "ce qui aurait dû être construit n'a pas été construit, tandis que ce qui n'aurait pas dû l'être l'a été à tort."  (该建的没建、不该建的建了).

Des experts en énergie ont défendu le rôle du charbon dans les futurs systèmes énergétiques, pour des raisons de sécurité énergétique.  Wang Guofa, membre de l'Académie chinoise d'ingénierie, estime que le charbon, la source d'énergie la plus abondante disponible au niveau national,   est "le ballast pour sécuriser l'approvisionnement en électricité" et "un stabilisateur de la transition énergétique" (煤炭仍是能源安全稳定供应的 "压舱石", 支撑能源结构调整和转型发展的 "稳定器"), car il complète la nature variable des énergies renouvelables.

La transition vers une économie fondée sur les énergies fossiles est extrêmement difficile pour les principales provinces productrices de charbon, notamment la Mongolie intérieure, le Shanxi, le Shaanxi et le Xinjiang.  Elles dépendent fortement du charbon pour leurs recettes fiscales.  Le Shanxi, par exemple, tire 46 % de ses impôts des industries liées au charbon.

Il ne faut pas se faire d'illusions : la quête du plafonnement et de la neutralité carbone ne sera pas une sinécure.    Pour remporter cette "bataille difficile", le président Xi devra contrer de puissants vents contraires, tout en naviguant dans la politique intérieure et en équilibrant les budgets locaux. Au cours des six prochains mois, Pékin devrait étoffer son plan d'action climatique avec deux documents : le Plan d'action pour la réduction des émissions de carbone (碳排放达峰行动方案) et le 14e Plan quinquennal de développement énergétique (能源 "十四五 "规划).  Le rythme du changement préconisé par ces plans déterminera combien de temps encore le charbon restera dans le mix énergétique chinois et donnera aux observateurs une nouvelle occasion de faire le point sur le bras de fer entre les progressistes du climat et les intérêts particuliers.

World_fossil_carbon_dioxide_emissions_si

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_émissions_de_dioxyde_de_carbone

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Records d'émissions de CO2 en vue :

https://www.courrierinternational.com/depeche/pas-assez-denergies-propres-dans-la-relance-emissions-record-de-co2-prevoir-selon-laie.afp.com.20210719.doc.9fd6ym.xml

La fiction selon laquelle une épidémie devrait marquer l'avènement d'un monde nouveau vient se fracasser contre la réalité.
Le directeur de l'AIE parle de "mieux reconstruire" alors que rien n'a été détruit. Concrètement, aucun bombardement n'a rayé de la carte des villes et des centres industriels, et les décès affectent très peu la population active et la force de travail. Donc une fois cet intermède passé, avec bien plus de peur que de mal, tout repart comme avant, et en particulier, il n'y a pas de raisons que les éoliennes et panneaux solaires soient subitement devenus plus intéressants que les centrales au charbon pour se développer.

Edited by WizardOfLinn
  • Thanks 1
  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
Quote

« Décarboner vraiment, c’est rompre avec les libertés individuelles, voire avec le pacte démocratique »

Frédérique Laget : Agrégée et docteure en histoire, professeure d’histoire dans un lycée

L’historienne Frédérique Laget se demande si les gouvernements des principaux pays ont encore les moyens de limiter le dérèglement climatique.

Tribune. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié, lundi 9 août, un premier volet extrêmement pessimiste de son sixième rapport d’évaluation. Dans ce contexte, opposants politiques et citoyens impliqués n’ont pas manqué de rappeler au chef de l’Etat sa timidité en matière environnementale, sans oublier la décision récente du Conseil d’Etat, condamnant les pouvoirs publics à une amende de 10 millions d’euros pour ne pas avoir lutté efficacement contre la pollution atmosphérique.

Pourquoi les gouvernements – non seulement le nôtre, mais ses homologues également – n’agissent-ils pas plus frontalement contre le dérèglement climatique, dont nous savons tous aujourd’hui le degré de dangerosité et de déstabilisation profonde qu’il entraînera dans le monde ? De nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la soumission des gouvernants aux « lobbys », aux « industriels » et aux « puissants », ce qui n’est évidemment pas faux, mais qui reste une réponse simpliste.

Quel que soit son bord politique, le nœud du problème pour l’Etat est triple : d’abord, il lui faudrait prendre, pour décarboner l’économie, des mesures extrêmement dures, voire liberticides ; on pourrait évoquer une « économie de guerre » ; ensuite, il ne peut agir seul dans ce domaine, il faut nécessairement une coordination à l’échelle mondiale ; enfin, il lui faut lutter contre l’atomisation croissante des sociétés, où les intérêts particuliers tendent à empiéter sur l’intérêt commun qui présiderait à de telles mesures.

Comment, concrètement, décarboner l’économie française, si nous restons à l’échelle de notre pays ? Bien sûr, la question pourrait ne pas se poser en ces termes, puisque ce mouvement devrait s’accompagner dans un proche avenir des entreprises de captation de CO2, que le GIEC évoquera dans le second volet de son rapport.

Interdictions et obligations

Envisageons toutefois la décarbonation seule. L’objectif pour la France serait d’atteindre une empreinte carbone par habitant de 3,7 tonnes de CO2e (équivalent CO2) en 2030, soit le tiers de ce qu’elle était en 2017.

Pour ce faire, les mesures à prendre toucheraient aussi bien le bâtiment (résidentiel ou tertiaire) que les mobilités, l’agriculture, l’énergie, la consommation ou encore l’aménagement du territoire.

Il faudrait que l’Etat prenne, pour décarboner l’économie, des mesures extrêmement dures, voire liberticides

Elles concerneraient la vie quotidienne de chacun d’entre nous : augmentation du renouvellement des équipements de chauffage, interdiction de construction de nouvelles maisons individuelles (toute construction neuve étant réservée à l’habitat collectif), mise en place d’un couvre-feu thermique dès 2025, interdiction des voitures thermiques dans les centres urbains dès 2024 (les villes devenant dédiées au vélo et aux transports en commun), limitation généralisée des températures dans les logements et les bureaux, obligation pour toute parcelle de jardin de devenir productive, fin de l’artificialisation des sols, interdiction de tout vol hors Europe non justifié (donc de confort ou non nécessaire), division par trois du flux vidéo consommé (moins de vidéos en ligne, jeux vidéo, réseaux sociaux), limitation à 1 kg du nombre de vêtements neufs mis sur le marché par personne et par an (contre 40 kg en 2017), limitation drastique de la consommation de viande, instauration de quotas sur les produits importés (chocolat, café, thé…), et bien entendu, reconversions et créations massives de nouveaux emplois.

...

 

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

https://www.tagesschau.de/wirtschaft/konjunktur/china-null-covid-lieferengpaesse-deutsche-unternehmen-weihnachten-101.html (1er septembre 2021)

"Il ne fait guère de doute que l'économie chinoise va connaître un nouveau ralentissement en raison du virus et de la réglementation politique", déclare Hao Zhou, analyste de Commerzbank. La tolérance zéro pour les infections virales va encore freiner l'économie. L'économie chinoise est confrontée à des vents contraires plus forts.

C'est surtout la consommation intérieure qui est sous pression, comme le montrent les faibles données des directeurs d'achat dans le secteur des services. Les ventes d'automobiles ont chuté de 15 % en glissement annuel au cours des trois premières semaines d'août. L'essentiel est que le marché doit se préparer à un net recul des ventes au détail en août, souligne l'économiste Hao Zhou.

Dans sa lutte contre l'endettement et les excès du secteur immobilier, ainsi que contre le pouvoir des grandes entreprises technologiques, Pékin devrait continuer à s'appuyer sur des mesures visant à freiner l'économie. En juillet, la production d'acier est tombée à son plus bas niveau en 15 mois après que le gouvernement chinois a annoncé qu'il produirait moins d'acier pour des raisons de protection du climat.

Au-delà de la variante delta du coronavirus, la nouvelle frénésie réglementaire de Pékin constitue probablement le plus grand risque pour l'économie chinoise et ses partenaires commerciaux à l'heure actuelle.

Link to post
Share on other sites

Concernant l'adaptation au changement climatique...

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/09/07/une-cinquantaine-de-responsables-internationaux-appellent-a-accelerer-l-adaptation-au-dereglement-climatique_6093662_3244.html

Quote

Une cinquantaine de responsables internationaux appellent à accélérer l’adaptation au dérèglement climatique

Les participants à un dialogue international décrivent les mesures à adopter, selon eux, lors de la conférence mondiale sur le climat (COP26), qui se tiendra à Glasgow au mois de novembre.

Une cinquantaine de responsables internationaux ont appelé, lundi 6 septembre, à accélérer la préparation aux effets du changement climatique comme les tempêtes, les inondations et les sécheresses extrêmes, rappelant que la plupart de ces phénomènes sont « tragiquement, déjà inexorables ».

Ces conséquences « mettront les gens, les communautés et l’économie mondiale en danger comme jamais auparavant et feront peser de nouvelles menaces majeures sur la biodiversité et la santé de l’homme », a souligné dans un communiqué le Centre mondial pour l’adaptation (GCA).

Fondé en 2018, le GCA est une organisation internationale destinée à accélérer l’adaptation du monde aux effets du changement climatique. Elle est présidée par l’ancien secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

L’adaptation – comprenant systèmes d’alerte avancés, ajustements des infrastructures, améliorations agricoles – n’a, selon le GCA, pas bénéficié de la même attention, des mêmes ressources ni du même niveau d’action sur le terrain que la réduction des émissions de gaz à effet de serre, laissant des communautés du monde entier exposées à une urgence climatique plus rapide que prévu.

« Les pays sont prêts pour une nouvelle ambition »

Un dialogue, rassemblant une cinquantaine de responsables politiques et de spécialistes du climat et du développement en présence de M. Ban et de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, s’est tenu, lundi, à l’occasion de l’inauguration à Rotterdam du siège du GCA.

Les participants – ministres, maires, chefs d’organisations internationales et banques de développement – ont décrit dans un communiqué les mesures à prendre, selon eux, lors de la conférence mondiale sur le climat (COP26) qui se tiendra à Glasgow au mois de novembre, notamment la révision des plans d’adaptation pour lesquels les Nations unies se sont engagées à consacrer 100 milliards de dollars par an (environ 85 milliards d’euros).

« Les pays sont prêts pour une nouvelle ambition en matière d’adaptation, et sont également prêts pour un financement à grande échelle pour l’adaptation », a déclaré Ban Ki-moon.

Un récent rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a averti qu’une aggravation majeure des impacts climatiques surviendrait une décennie plus tôt que prévu, avec des changements sans précédent et certains irréversibles.

 

Link to post
Share on other sites

https://www.tagesschau.de/inland/gesellschaft/scientist-rebellion-101.html (7 septembre 2021)

Je suis originaire de Suisse. L'empreinte de notre système financier est vingt fois plus grande que l'empreinte de l'économie nationale suisse. Les politiciens pourraient dire à la Banque nationale de cesser d'investir dans les combustibles fossiles. Si la Banque nationale faisait cela, UBS et Crédit Suisse feraient de même. Mais ça n'arrive pas. Les politiciens s'assurent qu'ils ne dictent rien aux banques. C'est pourtant le plus grand levier dont nous disposons en Suisse.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Voici un procédé de captage du CO2 qui pour l'instant est anecdotique mais qui pourrait faire parti des éléments capables d'inverser la tendance. Il y a encore des questions à résoudre (notamment le type d'énergie avec lequel fonctionne cette usine) mais la piste pourrait s'avérer intéressante.

https://www.usinenouvelle.com/editorial/l-instant-tech-comment-va-fonctionner-orca-la-plus-grande-usine-de-captage-de-carbone-au-monde-qui-ouvre-ses-portes-en-islande.N1138871

https://www.letemps.ch/economie/climeworks-lance-islande-plus-grande-usine-captage-co2-lair-monde

Edited by FAFA
  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
Le 12/09/2021 à 23:26, FAFA a dit :

Voici un procédé de captage du CO2 qui pour l'instant est anecdotique mais qui pourrait faire parti des éléments capables d'inverser la tendance. Il y a encore des questions à résoudre (notamment le type d'énergie avec lequel fonctionne cette usine) mais la piste pourrait s'avérer intéressante.

https://www.usinenouvelle.com/editorial/l-instant-tech-comment-va-fonctionner-orca-la-plus-grande-usine-de-captage-de-carbone-au-monde-qui-ouvre-ses-portes-en-islande.N1138871

https://www.letemps.ch/economie/climeworks-lance-islande-plus-grande-usine-captage-co2-lair-monde

Il reste à construire plus de 11 millions d' exemplaires de cette usine et on est bon pour absorber les émissions annuelles anthropiques de co² :cool:.

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, Deres a dit :

Cela dépend si tu veux capter du CO2 ou des subventions ...

Sans rigoler, c'est un procédé très énergivore, donc en Islande ils peuvent avoir du courant hydroélectrique "vert" en abondance.

Déjà que l'efficacité du processus est à débattre, si ton courant est aussi "chargé en carbone", ton bilan en CO2 sera probablement négatif.

En un sens, c'est un mécanisme de transfert d'électricité "verte" indirect via le CO2 de l'atmosphère. Tu produit de l'électricité/énergie quelque part en émettant du CO2 car tu n'as pas de source propre puis tu recaptes ce CO2 en utilisant de l'énergie verte ailleurs. Au lieu de produire du carburant (hydrogène, ...) ou de l'électricité verte puis de le transporter vers le lieu de consommation, c'est le CO2 qui fait le trajet inverse via l'atmosphère. Ce mécanisme a quand même l'avantage de ne pas modifier la source "polluante" qui n'a rien à investir. On voit bien que le choix du meilleur moyen de verdir la production d'énergie est complexe et demande des études précises de comparaison. 

Link to post
Share on other sites

La limite physique de l'énergie requise pour concentrer le CO2 se calcule bien par la thermodynamique : R*T*ln(P/P0), ce qui donne environ 20 kJ/mol, soit 450 kJ/kg(CO2).
Dans le principe, ça ne parait pas exorbitant par rapport à l'énergie libérée associée à ce kg de CO2.
Evidemment, on n'est pas nécessairement proche de la limite physique, et il y a ensuite le coût énergétique des réactions chimiques endothermiques aboutissant à un composé stable stockable, et c'est là que ça se gâte.

 

Link to post
Share on other sites
Le 13/09/2021 à 11:00, g4lly a dit :

C'est quand même plus simple de séquestrer à la sortie des cheminée des centrales à charbon non?! :bloblaugh:

Non.

N’étant pas spécialiste en la matière, je dis peut-être d’énormes bêtises, mais je pense que séquestrer le CO2 à la sortie des cheminées des centrales à charbon et le procédé proposé par cette société sont très différents.

- A la sortie des cheminées, Il faut stocker le CO2 sous forme gazeuse. Ensuite il faut le transporter par bateau ou par oléoduc pour l’amener sur des lieux de stockage appropriés qui peuvent être situés à des milliers de kilomètres. Généralement les lieux les plus appropriés sont d’anciens gisements d’hydrocarbure (pétrole ou gaz). Je doute que de tels endroits existent au pieds des usines à charbon.  Balancer ce gaz dans n’importe quelle cavité du sol, c’est courir le risque de le voir ressortir d’un coup en quantité phénoménale, par exemple en cas de séisme. Le CO2 peut également ressortir de façon plus limitée mais avec constance par une multitude de petites fuites.

- Le procédé proposé par Climworks consiste à capter le CO2 sur place et à l’envoyer à 1000 mètres de profondeur. Cette technique reproduit en accéléré – deux ans seulement – un processus naturel appelé la minéralisation qui peut prendre plusieurs milliers d’années. Le CO2 est pétrifié et ne peut donc pas revenir en surface sous forme gazeuse. (Le procédé est sommairement décrit dans le deuxième lien).

Il est évident que la meilleure façon d’éviter le réchauffement climatique est d’éviter les émissions de CO2. Par contre je trouve cette solution intéressante car même si l’humanité n’émettait plus un gramme de CO2, la solution proposée par Climworks permet d’inverser le cours des choses afin de remédier au mal déjà fait.  Ce n’est certainement pas LA solution, mais cela pourrait être une solution parmi beaucoup d’autres.

Voici un autre domaine qui émet beaucoup de CO2. A l'échelle mondiale, le béton représente près de 9% des émissions de gaz à effet de serre. Pour réduire son empreinte écologique, une entreprise de l'Arc jurassien teste cette semaine une solution innovante en réinjectant du CO2 dans des gravats de béton recyclé. Là encore, ce n’est peut-être pas la solution miracle, mais ça va tout de même dans le bon sens.

https://amp.rts.ch/info/regions/neuchatel/12492015-une-entreprise-teste-la-reinjection-de-co2-dans-du-beton-recycle.html

En lisant quelques pages de ce fil, j’ai eu le sentiment que ça baignait dans la sinistrose, c’est pourquoi je me suis dit que sans tomber dans la béatitude, poster quelques informations un peu plus positives ne ferait pas de mal.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, FAFA a dit :

- A la sortie des cheminées, Il faut stocker le CO2 sous forme gazeuse. Ensuite il faut le transporter par bateau ou par oléoduc pour l’amener sur des lieux de stockage appropriés qui peuvent être situés à des milliers de kilomètres. Généralement les lieux les plus appropriés sont d’anciens gisements d’hydrocarbure (pétrole ou gaz). Je doute que de tels endroits existent au pieds des usines à charbon.  Balancer ce gaz dans n’importe quelle cavité du sol, c’est courir le risque de le voir ressortir d’un coup en quantité phénoménale, par exemple en cas de séisme. Le CO2 peut également ressortir de façon plus limitée mais avec constance par une multitude de petites fuites.

- Le procédé proposé par Climworks consiste à capter le CO2 sur place et à l’envoyer à 1000 mètres de profondeur. Cette technique reproduit en accéléré – deux ans seulement – un processus naturel appelé la minéralisation qui peut prendre plusieurs milliers d’années. Le CO2 est pétrifié et ne peut donc pas revenir en surface sous forme gazeuse. (Le procédé est sommairement décrit dans le deuxième lien).

Si j'ai bien compris la première étape du procédé de Climworks est de capter le CO2 très diffus de l'atmosphère, (et donc de le concentrer) avant de le pétrifier. Je ne vois pas ce pourquoi on ne peut pas prendre du CO2 directement concentré en sortie d'usine et le pétrifier... On gagne l'étape pénible du captage à partir de l'atmosphère. Non ?

Il serait aussi intéressant d'estimer le CO2 produit pour la construction de l’installation (acier, béton, engins de chantiers...) pour voir si le truc à une chance d'être viable.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,630
    Total Members
    1,550
    Most Online
    victor27
    Newest Member
    victor27
    Joined
  • Forum Statistics

    21,250
    Total Topics
    1,437,069
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...