Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Incidents/Accidents d'appareils civils - Crash aériens


Recommended Posts

france info, reportage audio, 

 

Le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, a annoncé jeudi midi que le copilote du vol Germanwings, qui s'est écrasé dans les Alpes-de-Haute-Provence mardi, a actionné "volontairement" les commandes de descente, de façon qui peut être analysée "comme une volonté de détruire" l'avion. Mais pour le moment, "rien ne permet de dire qu'il s'agit d'un attentat terroriste".

 

http://www.franceinfo.fr/actu/justice/article/crash-de-l-a320-le-copilote-volontairement-active-la-descente-660791

Link to comment
Share on other sites

Je reviens sur l'opportunité d'annoncer le plus tôt possible l'élément (que je considérais important, n'en déplaise à certains) du blocage de la porte avec un seul pilote à l'intérieur.

 

- c'est peut-être vulgaire de parler argent quand 150 personnes sont mortes, mais il faut voir le cours de l'EADS Airbus Group suite à l'incident

http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1rPAIR&vue=sem

 

- et de savoir les mesures immédiates sur la sécurité aérienne (présence obligatoire de deux membres d'équipage dans le cockpit: EasyJet et autres, par décision volontaire, l'ensemble des compagnies canadiennes, par décision gouvernementale)

 

sans parler d'en privilégier la piste du crash volontaire.

 

Cela ne mettait nullement en cause la mission du BEA.

Edited by Zalmox
Link to comment
Share on other sites

Sûr, impacter un mur de roche à 800 à l'heure, il n'y a évidemment plus aucun système électrique (ou quel qu'il soit) qui puisse encore fonctionner, si pour autant qu'il ne soit réduit en poussière comme la plupart des organes de cet avion ...

 

Pour autant, les balises fonctionnent quand même pas mal sur le total des accidents ... Dans mon coin, j'ai été témoin (de près et de loin) de 3 crash sévères où les balises ont bien fonctionnées, et pour deux d'entre eux survenus la nuit et en montagne, ces balises ont permis la localisation relativement "rapide" des appareils par les secours, et de leurs occupants. (avec l'aide de radio-amateurs du coin)

 

Je n'ai pas ton expérience sur ce sujet. Je m'appuis simplement sur un extrait du dernier rapport MH370 (33% de déclenchement positif ou qq chose comme ça*).

 

Merci de ce retour.

Edited by TomcatViP
Link to comment
Share on other sites

On a même pas retrouvé un train d'atterrissage ? 

 

J'ai cru en apercevoir un morceau à la TV (sur je ne sais plus quelle chaine).

 

C'est terrible quand même tous ces drapeaux rouges (servant à signaliser les corps) sur le site... on sait "qu'ils" sont là, sous nos yeux, mais impossible de faire la difference avec le reste des débris.

Edited by Flippy
Link to comment
Share on other sites

L'acte du copilote de l'A320 de Germanwings, qui a empêché le commandant de bord de regagner les commandes avant le crash, a conduit dès jeudi un pays, le Canada, et plusieurs compagnies aériennes européennes à imposer la présence de deux membres de l'équipage dans la cabine de pilotage tout au long du vol.

La mesure concernant l'ensemble des compagnies canadiennes entre en vigueur "immédiatement", a annoncé à Ottawa la ministre des Transports, Lisa Raitt, quelques heures après qu'Air Transat et Air Canada ont décidé d'agir volontairement en ce sens.

La low cost britannique EasyJet, qui a transporté l'an dernier près de 65 millions de passagers en Europe, est toutefois pour le moment la plus importante compagnie aérienne à avoir sauté le pas. Elle a annoncé l'entrée en vigueur dès vendredi de cette mesure, en concertation avec l'aviation civile du Royaume Uni.

"La sûreté et la sécurité de ses passagers et de ses équipages constituent la première priorité", a-t-elle souligné.

Outre la Canadienne Air Transat, la Norvégienne Norwegian Air Shuttle et l'Islandaise Icelandair l'avaient précédée peu après les révélations de la justice française sur le déroulement de la catastrophe qui a fait 150 morts dans les Alpes françaises mardi.

"On discute de cela depuis longtemps mais cet épisode a accéléré les choses", a expliqué Thomas Hesthammer, responsable des opérations de vol de Norwegian, la troisième low cost européenne.

Il a précisé s'attendre là aussi à une mise en place de ces mesures à partir de vendredi, après le feu vert de l'aviation civile norvégienne.

D'autres compagnies européennes envisagent de telles mesures, qui verraient une hôtesse ou un steward s'installer dans la cabine de pilotage pendant l'absence d'un des pilotes. Mais elles attendent la fin de l'enquête judiciaire en France pour trancher.

Pour l'heure, "la réglementation de l'Autorité européenne de sécurité aérienne (EASA) n'impose pas que le pilote soit remplacé par un membre de l'équipage lorsqu'il quitte la cabine de pilotage", selon un porte-parole de l'agence.

"Elle prévoit que les pilotes sont tenus de demeurer dans le cabine de pilotage tout au long du vol sauf en cas de besoin physiologique", a-t-il ajouté. Cela doit leur permettre d'aller aux toilettes ou de se reposer sur les longs-courrier, vols pendant lesquels l'équipage est composé de trois pilotes.

Même chose aux Etats-Unis, où le régulateur, la Federal Aviation Authority (FAA), stipule que pilote et copilote doivent demeurer dans la cabine de pilotage du décollage à l'atterrissage, sauf si l'un d'eux doit en sortir "pour réaliser des tâches en liaison avec les opérations de l'appareil (ou) pour des besoins physiologiques".

- Mesure suffisante ? -

Traumatisées par le 11 Septembre, une grande partie des compagnies américaines vont au-delà, en imposant la présence d'un membre de l'équipage dans la cabine de pilotage lorsque l'un des pilotes en sort, avec porte verrouillée, jusqu'à son retour.

En Europe, rares étaient les compagnies qui le faisaient jusqu'ici. Parmi elles, la Finlandaise Finnair : "Le manuel prévoit déjà deux personnes en permanence dans la cabine de pilotage. Si un pilote veut s'absenter, un autre membre de l'équipage doit obligatoirement venir", a expliqué une porte-parole, Päivyt Tallqvist, sans préciser depuis quand cette mesure était en vigueur.

De même pour l'Espagnole Iberia, chez laquelle lorsqu'un pilote sort de la cabine de pilotage, un membre de l'équipage, pas obligatoirement le chef de cabine, s'y rend.

Interrogé sur la question, le patron de Lufthansa Carsten Spohr s'est contenté jeudi d'indiquer que "ce n'est pas prévu en Europe et en Allemagne". "Dans le monde il y a très peu de compagnies qui font cela", a-t-il ajouté.

Pour autant, une telle mesure ne serait pas suffisante pour se prémunir totalement, a estimé Ilja Schulz, le président du syndicat allemand des pilotes Cockpit.

"C'est une idée qui est évoquée par beaucoup. Mais cela ne garantirait pas non plus 100% de sécurité, parce qu'un collègue pourrait alors en terrasser un autre dans la cabine de pilotage", a-t-il déclaré à l'agence de presse DPA.

Et si de nouvelles procédures devaient être adoptées, il faudrait qu'elle le soient "pas juste par la compagnie (aérienne), mais de manière obligatoire par les autorités" de régulation, a-t-il estimé.

Seule l'EASA est habilitée à rendre cette pratique obligatoire en Europe.

Interrogée après l’annonce de Norwegian Air Shuttle, un responsable de l’aviation civile norvégienne, Frode Lenning, a toutefois estimé que "rien n'empêche une compagnie de mettre en place une procédure propre qui soit plus sévère que le cadre réglementaire".

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

okay et une bagarre générale dans le cockpit çà se traduit comment au final ?

Le risque 0 n’existe pas un type décidé à mourir ce n'est pas une hôtesse (sauf si c'est une golgoth de KLM) qui l'arrêtera

 

Une des solutions c'est de connaître le mieux possible le profil de ses PNT et de les suivre tout au long de leur carrière voir d'être intrusif, comme je l'écrivais sur C6 vous allez voir qu'on ve découvrir que Lubitz avait une vie dont son employeur n'avait pas idée.

 

Mais encore une fois le risque 0 n'existe pas et il doit bien décoller un avion toute les secondes

Link to comment
Share on other sites

Mais encore une fois le risque 0 n'existe pas et il doit bien décoller un avion toute les secondes

 

Le risque, c'est comme l'homéopathie ... il faut prendre les facteurs et diluer, diluer, diluer, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de mesurable. Mais ça n'empêche pas les accidents d'arriver et les gens d'être surpris parce que la concentration de facteur de risque était tellement faible qu'ils ne la voyaient plus.

 

Sinon,il décolle un A320 toutes les 2 secondes, sur terre. Avec les autres types, il décolle bien plus d'un avion toutes les secondes, chaque jour.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Pourquoi ne pas priviligier la piste terroriste ? Le copilote aurait été depuis le début un terroriste "dormant". Et aurait attendu son heure pour causer cette attentat.

D'autant qu'il a interrompu sa formation pendant plusieurs mois, temps largement suffisant pour être radicalisé et préparer cette attentat.

Avec les révélations de la presse allemande aujourd'hui, on peut définitivement enterrer la piste terro.

Ils expliquent l'absence de 6 mois par une grave dépression et ils sont en train de découvrir un lourd passé psychiatrique.

D'ailleurs lors d'un stage en Arizona effectué par tout les élèves de la Lufthansa, les américains avaient déjà découvert le pots aux roses et l'avaient déclaré inapte à prendre les commandes d'un avion.

Après, allez savoir pourquoi la Luft n'a pas pris en considération l'avis des américains.

Bref Andreas Lubitz était un psychopathe qui a voulu finir en "beauté" afin que son nom soit gravé dans la postérité.

Et même en reflechissant un peu, un terroriste chercherait plutôt à s' ecraser contre une ville ou contre un symbole économique ou militaire d'un état comme pour le 11/09.

Edited by Claudio Lopez
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

La presse US signalait encore hier que l'école en Arizona restait injoignable. 

 

Remarque qu'il était peut-être sous médoc tout simplement et qu'avec l'altitude, même cabine, c'est pas bon.

 

Sinon, pour le pq il volait, ben un petit coup de tampon par qq qui veut aider et hop. Il avait bien peu d'heures en cabine (hors ses deux années de Steeward)

Edited by TomcatViP
Link to comment
Share on other sites

L"action Lufthansa va chuter..chuter...

 

C'est quand même un peu ahurissant de lire ça

 

 http://www.lefigaro.fr/international/2015/03/27/01003-20150327ARTFIG00031-en-allemagne-la-presse-s-interroge-sur-andreas-lubitz-le-pilote-amok.php

 

Le type est jugé inapte par les instructeurs / évaluateurs US ,mais non on le prend quand même

 

Ca me fait penser à l'histoire du directeur d'école de Villefontaine de ces derniers jours...

 

Comme l'avait dit Pascal on a pas eu à attendre longtemps pour avoir des révélations !

Edited by DrWho
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@ Pascal

okay et une bagarre générale dans le cockpit çà se traduit comment au final ?

Le risque 0 n’existe pas un type décidé à mourir ce n'est pas une hôtesse (sauf si c'est une golgoth de KLM) qui l'arrêtera.

 

 Une des solutions c'est de connaître le mieux possible le profil de ses PNT et de les suivre tout au long de leur carrière voir d'être intrusif, comme je l'écrivais sur C6 vous allez voir qu'on va découvrir que Lubitz avait une vie dont son employeur n'avait pas idée.

 

 

Certes. Ce n’est pas une hôtesse, voir un autre membre d’équipage qui peut stopper par le pugilat un homme décidé à sacrifier l’appareil qu’il pilote et ses passagers, d’autant qu’il peut mettre en descente l’appareil avant une intervention décisive.

 

Au vue de ce qui s’est déjà fait dans le passé, les auteurs de crash volontaire se sont mis en situation de solitude dans le cockpit, après le départ de l’autre membre d’équipage et en se verrouillant à l’intérieur.

 

Que se passera t-il avec un autre membre d’équipage de présent dans le cockpit ?

Que se serait-il passé dans le cas présent ?

Ce co-pilote aurait-il franchi le rubicond ?

 

Nombres de compagnies aériennes ont fait choix – très rapidement – de modifier le nombre d’équipage à deux de façon permanente dans le cockpit pour répondre à une partie du problème en le limitant, le risque zéro n’existant pas effectivement.

 

Par ailleurs, je souscris à vos opinions de mieux connaitre les profils des navigants et futurs navigants et de les suivre – certainement différemment – de ce qui s’est fait jusqu’ici.

 

Un coup de chapeau à tous les intervenants civils et militaires (gendarmerie) pour le travail  effectué dans des conditions des plus difficiles sur le terrain.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Par ailleurs, je souscris à vos opinions de mieux connaitre les profils des navigants et futurs navigants et de les suivre – certainement différemment – de ce qui s’est fait jusqu’ici.

 

il suffisait dans notre cas d'appliquer les recommandations tout simplement ! O0 ne pas l'employer...

(Je suppose qu il a du passer NeOPIR bif Five, MBTI et autres tests et ceux ci ne pardonnent pas quant à leurs qualités)

Edited by DrWho
Link to comment
Share on other sites

Il devrait y avoir des système de survie de l'avion qui empêchent  les manoeuvres suicides... "l'avion" aurait du savoir qu'en continuant de la sorte - après être sortie de son plan de vol et avec les nouveaux paramètres il allait immanquablement s'écraser sur une montagne et alors pouvoir changer son altitude de lui même... un robot dans des conditions extra-ordinaires pourrait prendre momentanément les commandes, se mette en survie,  shunter le pilote et avertir la tourde contrôle aussitot qui prendrait ensuite la main à la manière d'un drone et la rendrait après contrôle..... ou pas.

 

Mettre l'avion en sécurité automatiquement et qu'il échappe au contrôle interne au moins jusqu'à ce que la situation soit claire, ca ne me semble pas impossible à imaginer 

Edited by Zarth Arn
Link to comment
Share on other sites

Il devrait y avoir des système de survie de l'avion qui empêchent  les manoeuvres suicides... "l'avion" aurait du savoir qu'en continuant de la sorte - après être sortie de son plan de vol et avec les nouveaux paramètres il allait immanquablement s'écraser sur une montagne et alors pouvoir changer son altitude de lui même... un robot dans des conditions extra-ordinaires pourrait prendre momentanément les commandes, se mette en survie,  shunter le pilote et avertir la tourde contrôle aussitot qui prendrait ensuite la main à la manière d'un drone et la rendrait après contrôle..... ou pas.

 

Mettre l'avion en sécurité automatiquement et qu'il échappe au contrôle interne au moins jusqu'à ce que la situation soit claire, ca ne me semble pas impossible à imaginer 

Oui mais....

L'automatisation trop poussée implique beaucoup trop de paramètres à prendre en compte pour sortir le pilote de la boucle.

Hors on ne pense jamais à tout, la preuve avec cet effroyable évènement.

Il est des situations ou l'informatique peu dérailler et précipiter la perte de l'avion.

 

Un contrôle du sol et tu multiplies les risques de crash si le système tombe entre de mauvaises mains.

Le risque zéro n'est pas de ce monde, peut être qu'un jour on prévoira des "capsules de survie" pour tous les passagers et l'équipage.

Mais on sera alors dans le cas inverse d'aujourd'hui coté taille et remplissage des avions.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,967
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aquaromaine
    Newest Member
    Aquaromaine
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...