xav

Armée de terre Chinoise

Recommended Posts

Création et histoire :

    * 1er août 1927 : Soulèvement de Nanchang, des troupes du Guomindang se soulèvent contre leur hiérarchie et s'allient au parti communiste chinois, c'est la création de l'Armée populaire de libération.

    * 1927-1949 : guerre civile chinoise en plusieurs phases entrecoupé de trêves.

    * Création de l'Armée rouge chinoise

    * 1928 : Incident de Jinnan, le Japon intervient contre le Guomindang pour empêcher la réunification chinoise.

    * 18 septembre 1931 : Conquête de la Mandchourie par le Japon, Puyi devient empereur du Manzhouguo contrôlé par le Japon.

    * 1937-1945 : guerre sino-japonaise

    * 1937 : deuxième front uni : les troupes communistes sont intégrées à l'Armée nationale révolutionnaire du Guomindang et forment en son sein la Huitième armée de route et la Nouvelle 4ème Armée, mais conservent un commandement séparé.

    * 1945-1949 : fin de la guerre civile chinoise, la majorité des forces armées de la République de Chine intègre les rangs de l'armée communiste (rebaptisée Armée populaire de libération) lors de son entrée à Pékin, une partie se réfugie sur Taïwan épaulée par les États-Unis d'Amérique.

    * 1949 : Annexion du Turkestan oriental par la République populaire de Chine

    * 25 octobre 1950 : 54 divisions de « volontaires » chinois commencent à participer à la guerre de Corée.

    * 15 octobre 1950 : Début de l'occupation militaire du Tibet [5].

    * 1958 : Bombardements de iles de Jinmen (Quemoy) et Matsu sur la côte du Fujian restées sous le contrôle du Guomindang après sa retraite vers Taiwan et violents accrochages naval et aériens avec les forces armées de la République de Chine.

    * 1962 : Guerre sino-indienne, La RPC qui conteste la souveraineté indienne sur 90 000 km² de territoire dans le Cachemire fait une incursion en force 20 km au-delà de la frontière, puis se retire. Les États-Unis et l'Union soviétique interviennent pour arrêter le conflit. L'Inde s'incline et cède la région d'Aksai Chin (33 000 km²) dans l'est du Cachemire indien. Lancement par l'Inde de son programme nucléaire suite à cette agression. Revendication par la Chine de la province d'Arunachal Pradesh (nord-est de l'Inde).

    * 16 octobre 1964 : Premier essai d'une bombe A dans le désert du Lop Nor.

    * Entre octobre 1965 et mars 1968 : Environ 320 000 soldats chinois sont envoyés pour aider le Nord-Viêt Nam dans les tâches de défense aérienne, de génie et de logistique. Plus de 1 400 d'entre eux ont été tués.

    * 1969 : Conflit frontalier avec l'URSS; plusieurs centaines de victimes de part et d'autre.

    * Du 17 février au 16 mars 1979 : Guerre sino-vietnamienne, l'armée populaire de libération tente d'envahir le nord du Viêt Nam avec 170 000 hommes pour la punir d'avoir envahi le Cambodge. L'opération est un échec; 26 000 tués et 37 000 blessés chinois, 30 000 morts et 32 000 blessés du côté vietnamien.

    * Janvier 1987 : Incidents de frontière entre la République populaire de Chine et le Viêt Nam (600 morts dans les rangs chinois et 500 chez les Vietnamiens).

    * 1989 : Répression violente des manifestations de la place Tian'anmen.

    * 1992 : Les premiers Casques bleus chinois sont envoyés par l'ONU au Cambodge, intervention du corps du génie

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est effectivement un peu décalé,  =)

Non-virgule-je-ne-lis-pas-un-script-préparé-à-l'avance-et-traduit-avec-Google-Translate-point

Share this post


Link to post
Share on other sites

Y avait un truc qui m'a choqué, sur d'autres photos d'exercices, on ne voit pratiquement aucun soldat chinois porter de gilets pare-balles. Un manque ?

gibbs

ben faut y voir que le soldat chinois ,sa reste du consommable vue les effectifs de l'armée chinoise .

hormis le déploiement de quelques casque bleu à l'étranger,l'intérêt d'équiper de gilet pare-balle toute l'armée n'est pas une priorité .

faut pas oublié qu'en France ,l'armée ne fournit des gilets pare-balle que lors de déploiement extérieure .

on a quelques dotation d'ancien modéle pour la prépa des unités en partance pour l'afghanistan (qui perçoive directement les nouveaux modéle acheté aux US sur le théatre dans le stock prépositionné ),mais rien en quantité pour équiper toute l'armée .

pareil chez les brits .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Où trouver l' organisation de l' armée populaire de Chine ?

En particulier, l' organisation, de préférence au chiffre prés, de ses unités

élémentaires : section, compagnie,escadron, bataillon, régiment,

division, corps, armée de campagne...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Je viens juste de rentrer de Chine, nous avons couvert la parade du 60° anniversaire des photos incroyable.

Probablement un N° spéciale sur la Chine, pour un prochian magazine Army Recognition.

Un peu de patience pour les photos.

L'équipe Army Recognition

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

L'équipe du magazine Army Recognition était en reportage en Chine lors du défilé, alors pour des photos de qualité.

Voici le lien

http://www.armyrecognition.com/?Itemid=109&option=com_ebygallery&limitstart=80&task=album&sw=0&path=60th_anniversary_republic_china_military_parade

Des information sur les équipements et véhicule blindés chinois

http://www.armyrecognition.com/china/chinese_army_china._military_equipment_armoured_armored_vehicles_land_forces.html

Pourquoi chercher si loin .....

A+

L'équipe Army Recognition

Share this post


Link to post
Share on other sites

RAIDS a également publié plusieurs photos du défilé  =)

Sinon j'ai trouvé cet article :

Image IPB

La Chine doit s'efforcer de devenir au plus vite la première puissance militaire et économique mondiale, affirme un colonel de l'Armée populaire de libération dans un livre reflétant les ambitions grandissantes de son pays. Lire la suite l'article

Photos/Vidéos liées

LESSOR ÉCONOMIQUE CHINOIS DOIT ALLER DE PAIR AVEC UNE PROGRESSION DANS LE DOMAINE …Plus

Agrandir la photo Plus de photos Chine

.Articles liés

L'Arctique éveille l'appétit de la Chine

Le patron de Toyota s'excuse auprès des clients chinois de la marque

L'alerte au tsunami levée dans le Pacifique

Plus d'articles sur : Chine

Discussion: Chine

"Le grand objectif de la Chine au XXIe siècle est de devenir le numéro un mondial, la première puissance", écrit le colonel Liu Mingfu dans son livre, "Le rêve chinois".

"Si la Chine ne peut devenir numéro un mondial, ne peut devenir première puissance au XXIe siècle, alors elle deviendra inévitablement un retardataire laissé pour compte".

La Chine a récemment durci le ton envers Washington sur des dossiers allant des échanges commerciaux aux ventes d'armes à Taïwan en passant par le Tibet.

Le colonel Liu ne cache pas que la montée en puissance de la Chine risque d'inquiéter Washington, au risque d'une guerre en dépit des intentions pacifiques de Pékin.

"Tant que la Chine cherche à s'élever pour devenir numéro un (...) même si elle est plus capitaliste que les Etats-Unis, les Etats-Unis resteront déterminés à la contenir", écrit-il.

La rivalité entre les deux puissances relève d'une "compétition (...) pour être le pays qui dominera le monde", estime le colonel Liu, professeur à la prestigieuse Université de la Défense nationale, qui forme les officiers.

"Ce livre représente mon point de vue personnel, mais je pense qu'il reflète aussi un courant de pensée", a-t-il déclaré dans une interview à Reuters. "Il nous faut un essor militaire autant qu'un essor économique".

TENSIONS

La parution du livre intervient alors que le Parti communiste joue sur la corde de la fierté nationale en s'efforçant de montrer que la croissance économique rapide se traduit par une montée en puissance du poids de la Chine sur la scène internationale.

Le budget militaire de 2009 était en augmentation de 14,9% sur celui de 2008. L'annonce, la semaine prochaine, du montant du budget militaire de 2010 devrait permettre de voir si les autorités entendent poursuivre sur cette lancée.

Un autre officier chinois a déclaré que le budget militaire de cette année devrait adresser un signal fort à Washington après la décision de l'administration Obama de maintenir son projet de vente d'armes à Taïwan pour un montant de 6,4 milliards de dollars.

Ces derniers mois, les sujets de tension entre Pékin et Washington se sont multipliés, allant du commerce au contrôle d'internet en passant par les ventes d'armes à Taïwan et la rencontre du président Barack Obama avec le dalaï-lama, chef spirituel des Tibétains que la Chine considère comme un dangereux séparatiste.

La Chine n'a pas caché son irritation et a menacé de sanctions les entreprises impliquées dans les ventes d'armes à Taïwan. Elle n'a cependant pas mis ses menaces à exécution et a autorisé la visite à Hong Kong d'un porte-avions américain.

Les dirigeants chinois ne souhaitent pas compromettre leurs relations avec les Etats-Unis, important partenaire commercial qui reste la première puissance économique et militaire mondiale.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a déclaré ce week-end qu'il souhaitait que se dissipent les tensions commerciales avec les Etats-Unis, et le secrétaire d'Etat adjoint américain James Steinberg est attendu cette semaine à Pékin.

PREMIÈRE FORCE MONDIALE

Cependant, les décideurs chinois sont confrontés, dans leurs relations avec Washington, à la nécessité de maintenir l'équilibre entre les nouvelles exigences de la société chinoise et les contraintes de la politique internationale.

"La société chinoise change, et vous le voyez dans tous les points de vue qui s'expriment sur ce que la Chine devrait faire face aux Etats-Unis", explique Jin Canrong, professeur de relations internationales à l'université Renmin de Pékin, notant que la société peut réclamer une position plus ferme sans tenir compte du prix que cela peut coûter.

Liu et d'autres officiers chinois reconnaissent qu'il sera difficile d'éviter une aggravation des rivalités avec les Etats-Unis, qu'elles restent ou non pacifiques.

"Je suis très pessimiste quant à l'avenir", écrivait le colonel Dai Xu dans un autre livre paru récemment, affirmant que la Chine est en grande partie entourée de pays hostiles ou redevables aux Etats-Unis.

"Je crois que la Chine ne peut échapper à la calamité de la guerre, et cette calamité peut venir dans un avenir pas très éloigné, au plus dans dix ou vingt ans.

"Si les Etats-Unis peuvent allumer un incendie dans notre arrière-cour, nous pouvons aussi allumer un incendie dans la leur", affirmait le colonel Dai.

Liu estime pour sa part que la Chine et les Etats-Unis peuvent gérer leur rivalité grâce à une concurrence économique pacifique en rivalisant pour élargir leur influence dans les prochaines décennies.

Mais à mesure que la Chine accède au premier rang de l'économie mondiale, il lui faudra aussi devenir la première force militaire pour dissuader les Etats-Unis de lui contester ce rang, fait valoir Liu.

L'armée populaire de libération doit être si puissante que les Etats-Unis "n'oseront pas et ne seront pas en mesure d'intervenir dans un conflit militaire dans le détroit de Taïwan".

Source AFP

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pékin ralentit sa course militaire

Le budget de la défense chinois n'augmentera cette année que de 7,5 %.

Pour la première fois depuis deux décennies, la croissance du budget de la défense chinois repasse à un chiffre. À la grande surprise de tous les observateurs, qui s'attendaient à un maintien au-dessus des 10 %, Pékin a annoncé jeudi que ses dépenses militaires n'augmenteraient «que» de 7,5 % cette année. Après avoir approché les 20 % certaines années, le budget chinois était déjà redescendu à 14,9 % d'augmentation l'an dernier (contre 17,6 % en 2008).

L'annonce a été faite à la veille de l'ouverture de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire. Le porte-parole du Parlement, Li Zhaoxing, a précisé que le budget de la défense serait porté à 532,1 milliards de yuans, soit près de 57 milliards d'euros. Il a aussi souligné le caractère «raisonnable» de ces dépenses, ne représentant pas plus de 1,4 % du PIB chinois, contre plus de 4 % aux États-Unis et autour de 2 % en Grande-Bretagne et en France. «Les militaires chinois craignaient ce ralentissement, confie une source occidentale, et ils vont batailler ferme pour l'arbitrage entre les différentes armées…»

Bien sûr, le budget réel est supérieur à ces chiffres officiels. Les programmes de recherche et d'armements, comme dernièrement les opérations extérieures type mission antipirates, n'étaient jusque-là pas pris en compte. La plupart des experts estiment que le vrai budget est 2 à 2,5 fois supérieur au chiffre officiel. Mais même en tenant compte de cette part cachée, ces sommes n'apparaissent pas totalement disproportionnées, à l'aune d'une armée de 2,3 millions d'hommes. Et comme toujours, les militaires chinois expliquent depuis longtemps que ces sommes sont surtout destinées à améliorer les conditions de vie des militaires. De fait, après avoir fait de considérables efforts sur ses équipements et ses armements ces dernières années, Pékin a lancé la deuxième modernisation de l'APL, en s'attaquant à son organisation et à la qualité de ses hommes (nos éditions du 12 janvier).

Donner un signal rassurant 

Quelle que soit la réalité du budget militaire chinois, l'ordre de grandeur est là. Tout comme le message politique, tant vis-à-vis de l'intérieur que de l'extérieur. En ces temps de crise et malgré la croissance revenue, le régime entend montrer que son discours sur la réduction des inégalités entre ruraux et urbains, ou la priorité aux réformes sociales, de santé et d'éducation, n'est pas un slogan vide. Vis-à-vis du monde, et de Taïwan en particulier, le signal se veut sans doute aussi rassurant. Même si Américains et Japonais continueront à déplorer l'opacité totale sur l'affectation de ces dépenses.

Cette modestie budgétaire est d'autant plus étonnante que la rhétorique était plutôt virile ces derniers temps. Des sources militaires chinoises n'ont eu de cesse de vanter les nouvelles capacités de projection d'une armée rejoignant les standards occidentaux. Et, à la faveur des dernières tensions sino-américaines après les ventes d'armes à Taïwan, ils se sont empressés d'affirmer que l'attitude de Washington «forçait» la Chine à muscler son armée. Il y a quelques jours, le livre du colonel Liu Mingfu a fait du bruit à Pékin, avec son appel à bâtir une armée capable de « supplanter celle des États-Unis ».

http://www.lefigaro.fr/international/2010/03/05/01003-20100305ARTFIG00315-pekin-ralentit-sa-course-militaire-.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Si vous ête intéressé par le matériel chinois, les nouveaux véhicules chinois présentés au salon de défense du moyen orient IDEX dans le prochaine numéro du magazine Army Recognition N° 11 , et un N° spéciale sur la Chine avec des fiches techniques détaillées sur les véhicules et missiles chinois pour Eurosatory 2010 (N°12).

Pour info le site Army Recognition a été sélectionné par l'organisation Eurosatory comme le journal officiel en ligne des actualités du salon, ce sera des reportages écrits, photos et de la vidéo.

A+

Alain

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous,

Pour info le site Army Recognition a été sélectionné par l'organisation Eurosatory comme le journal officiel en ligne des actualités du salon, ce sera des reportages écrits, photos et de la vidéo.

A+

Alain

Bravo, félicitations.

Share this post


Link to post
Share on other sites

S-300: Moscou livre à Pékin 15 unités de systèmes antimissiles sol-air

Image IPB

La Russie a réalisé un contrat prévoyant la fourniture à la Chine 15 systèmes antimissiles sol-air S-300, a annoncé vendredi aux journalistes le directeur des Bureau d'études du groupe Almaz-Anteï, concepteur de ces systèmes, Igor Achourbeïli.

"Nous venons de réaliser un très important contrat prévoyant la fourniture à la Chine de 15 systèmes antimissiles sol-air S-300 les plus récents", a-t-il déclaré.

Le responsable a souligné que les importateurs "faisaient la queue" pour se procurer les produits militaires russes, notamment les systèmes antimissiles sol-air S-300 et S-400, précisant que le groupe avait toutefois suspendu le processus de conclusion de nouveaux contrats.

"D'abord il faut équiper l'armée russe. Lorsque nous aurons des capacités supplémentaires et que nous aurons réalisé tous les contrats conclus, ce processus sera poursuivi", a expliqué M. Achourbeïli avant d'ajouter que la question des capacités supplémentaires s'éclaircira dès que le ministère russe de la Défense aura adopté la loi de programmation militaire jusqu'en 2020.

Le système de missiles sol-air S-300 est destiné à la protection des grands ouvrages industriels et des centres administratifs, des bases militaires et des postes de commandement. Les S-300 sont capables de détruire les missiles balistiques, d'abattre les avions à une distance de 150 km et à une altitude allant jusqu'à 27 km et d'anéantir des cibles terrestres le cas échéant.

Les systèmes à long rayon d'action S-300 ont déjà été achetés par la Slovaquie, le Vietnam et Chypre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non car la doctrine est différente, la veritable info est que cette commande prouve que les Chinois n'ont toujours pas confiance dans leurs propres copies de S 300, le HQ9

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,402
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Hannibal Lektor
    Newest Member
    Hannibal Lektor
    Joined
  • Forum Statistics

    20,690
    Total Topics
    1,243,960
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries