Philippe Top-Force

Notre Marine Nationale, les nouvelles, les effectifs, la composante

Recommended Posts

il y a 44 minutes, ARPA a dit :

En fait, la question me parait encore plus ouverte pour le mode de lancement. Surtout si on vend des Rafale M "STOBAR" à l'Inde, un PA STOBAR serait tout à fait crédible. S'il s'avère que le Rafale ne se vend plus et qu'en 2020 on arrête sa production, il sera peut-être cohérent de s'équiper de la "7eme merveille" qu'est le F35 donc la solution d'un PA STOVL est peut-être même crédible.

Autant le mode de propulsion ne concerne que notre politique interne et la taille de nos navires ravitailleurs, autant le choix du mode de lancement implique beaucoup plus. Cela concernera le type d'avions qu'on peut envisager (le STOBAR ne demande pas trop de modification, le CATOBAR implique de renforcer le train avant et limite à une masse maximale qui dépend de la taille/puissance des catapultes, le STOVL implique un avion complètement différent) et les relations qu'on acceptera d'avoir avec les USA (donc si on peut avoir des catapultes américaines)

Acheter des F35 tu rigoles là !!!

Fermer la chaine du Raffy en 2020 mais bougre de diou on n'aura même pas reçu la dernière tranche de production !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 56 minutes, ARPA a dit :

il sera peut-être cohérent de s'équiper de la "7eme merveille" qu'est le F35 donc la solution d'un PA STOVL est peut-être même crédible

COMMENTAIRE : Quelle horreur esthétique qu'un PA STOBAR !     Sacrilège-s et Reniement-s dans la phrase citée : Grave !

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 17 minutes, PhilACP7 a dit :

Acheter des F35 tu rigoles là !!!

Fermer la chaine du Raffy en 2020 mais bougre de diou on n'aura même pas reçu la dernière tranche de production !!!

C'est une possibilité que j'ai du mal à envisager et qui me ferait vraiment râler, mais théoriquement, ça reste envisageable. Cela voudrait dire qu'il y a un premier "miracle" qui fait que les F35 (au moins A et B) sont vraiment performants (de part ses performances brutes mais aussi par son coût) mais aussi une "catastrophe" qui fait le Rafale devient presque aussi obsolète que le Typhoon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 30/10/2017 à 21:32, hadriel a dit :

- En lisant entre les lignes on comprend qu'il n'y a pas de firewall sur les batiments français. Si c'est vraiment le cas, c'est dramatique, et ça ceut dire qu'on est extrèmement vulnérables à une cyber attaque russe par exemple.

Ou alors on comprend que l'Amiral a quelques trous dans sa culture informatique, ce qui ne serait pas outrageusement surprenant. L'attirail classique de sécurisation est assez pénible : chiffrement des liaisons, pare-feu, proxy-cache en sortie et en DMZ (je met le relais SMTP dans le même sac), proxy-authentifiant au même endroit pour connexions entrantes, avec ou sans chiffrement en plus, re-pare-feu, le bazar des anti-virus si on est sous Windows, et par dessus la messagerie aussi, la messagerie elle-même, les serveurs internes... Si ça se trouve il y a la voix sur IP, la possibilité de s'appuyer sur des liaisons de données locales (au mouillage) ou via différents satellites pas forcément chiffrés pour l'accès à Internet, de la supervision (informatique, logistique, mécanique...) assurée depuis un ou plusieurs sites centraux, des histoires de sauvegardes, la possibilité pour certains marins de Brest d'entrer sur le réseau du navire de l'extérieur, etc...

Est-ce que le déploiement et la mise à jour de tout ça est automatisée, à quelle fréquence, par où ??

En prime j'imagine que le ou les réseaux du navire sont amenés à ingurgiter des données provenant de sous-systèmes potentiellement corrompus (PC portables, clés ou disques USB probablement, données venant de drones ou hélicos, transmises par d'autres navires ou avions français ou alliés...)

Va savoir ce dont ils disposent, ce qui manque et comment c'est architecturé ! Par contre, qu'il n'y ait pas de pare-feu, je me demande même comment ce serait possible : il y a au moins un routeur qui fait du masquage, non ? Ou alors ils sont full Ip v.6 ou travaillent avec des IPs publiques sur leur réseau local... :mechantc:

Modifié par Boule75

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
5 hours ago, Boule75 said:

En prime j'imagine que le ou les réseaux du navire sont amenés à ingurgiter des données provenant de sous-systèmes potentiellement corrompus (PC portables, clés ou disques USB probablement, données venant de drones ou hélicos, transmises par d'autres navires ou avions français ou alliés...)

C'est terrible ... dans l'armée tout le monde vient avec sont laptop perso pour passer le temps ... et bosser. Le même laptop qui fini dans un centre de SAV d'on ne sait ou ...

En pratique la sécurité stricte est ingérable sur tout une partie du réseau... une forme de fatalité.

Après c'est pas typique à l'armée, c'est un probleme bien plus global...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, g4lly a dit :

C'est terrible ... dans l'armée tout le monde vient avec sont laptop perso pour passer le temps ... et bosser. Le même laptop qui fini dans un centre de SAV d'on ne sait ou ...

En pratique la sécurité stricte est ingérable sur tout une partie du réseau... une forme de fatalité.

Après c'est pas typique à l'armée, c'est un probleme bien plus global...

Son pas obligés de mélanger les réseaux. Tu peux avoir un réseau téléphonie / messagerie publique sur Immarsat , iridium etc , ce ne sont pas les solutions qui manquent, à l'étranger tu peux te connecter sur les wiffi des ports. 

http://www.naya.mc/fr/detail-monaco-radio/monaco-radio/403-radio-monaco.cfm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Fusilier a dit :

Son pas obligés de mélanger les réseaux. Tu peux avoir un réseau téléphonie / messagerie publique sur Immarsat , iridium etc , ce ne sont pas les solutions qui manquent, à l'étranger tu peux te connecter sur les wiffi des ports. 

http://www.naya.mc/fr/detail-monaco-radio/monaco-radio/403-radio-monaco.cfm

Oui, et puis il existe aussi des solutions pour interdire l'accès à un réseau à des postes non-identifiés, on peut souder les ports USB du matos voire commander des PCs sans ports USB, mettre en place plusieurs réseaux, des sondes pour détecter d'éventuels matériels intrus sur un réseau, on peut installer des pare-feux individuels sur les serveurs, etc, etc, etc...

Le problème c'est le coût, de mise en marche d'une part (il faut une PKI pour le 802.1x, par exemple, et trouver à installer proprement les certificats au niveau des pilotes des cartes réseau qui sont rarement homogènes), d'entretien direct de tout ça (même dispositif : il faut renouveler les certificats périodiquement, gérer les révocations en cas de remise à neuf d'un poste ou serveur et obtenir de nouvelles clés ; alors : PKI locale ou à Brest ? Et si elle n'est pas locale au navire, protocoles d'authentification des demandes, gestion d'accréditations, protocoles de transmission des clés ainsi générées, etc, etc...), et aussi largement les coûts plus ou moins cachés induits, parce que tout ce bazar vient avec ses contraintes éventuellement fortes pour les gens du bord et ceux qui entretiennent et utilisent tout ça.

Donc non seulement les coûts, mais également les compétences : toutes ces briques sont souvent d'une complexité décoifante à utiliser proprement, les documentations rédigées par des "sachants" et ambiguës pour les juste-un-peu-moins-sachants, les outillages pareil, etc, etc...

En outre il ne faut pas que le navire dépende excessivement des liaisons de données, des fois qu'elles soient inexploitables.

 

@g4lly : quand je parlais des PCs extérieurs ou autres matériels venant se connecter aux réseaux du bord, je pensais effectivement au matos privé des marins, mais aussi à tout le reste, éventuellement parfaitement légitime, répondant à des besoins opérationnels : embarqués à bord des aéronefs en visite, pour la maintenance de ci ou ça, pour le transfert de données lors d'exercices divers, les échanges avec des fournisseurs lors d'escales, etc, etc...

  • Merci (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Officiel

 

Florence Parly, ministre des Armées, a réuni le 17 octobre un comité ministériel d'investissement à l’issue duquel elle a décidé de retenir le port militaire de Toulon pour la réalisation des arrêts techniques majeurs des Sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) Barracuda, dans la continuité du dispositif actuellement mis en œuvre pour les SNA de type Rubis.

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, ARMEN56 a dit :

Il m'avait pourtant semblé comprendre que des travaux étaient lancés pour l'entretien des SNA à Brest aussi .

Bon ben , Florence n'a pas dû demander l'avis de Patricia ......

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/base-navale-en-attendant-les-barracuda-05-07-2015-10693886.php

C'est seulement un nouveau quai SNA  à Brest prévu pour entretien minimum et avitaillement.

Toujours à propos de Brest  

Le second quai Fremm à Brest doit aussi être construit en 2018. Il va être à coté du premier il corrigera certain défaut et sera plus long d'une 10 de Mètres.

https://www.marchesonline.com/appels-offres/avis/base-navale-de-brest-29-realisation-d-une-ligne-d/ao-7425759-1

 Photo quai Fremm 1

45213.jpg

 

 

Modifié par Scarabé
  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 15 heures, Scarabé a dit :

C'est seulement un nouveau quai SNA  à Brest prévu pour entretien minimum et avitaillement.

Toujours à propos de Brest  

Le second quai Fremm à Brest doit aussi être construit en 2018. Il va être à coté du premier il corrigera certain défaut et sera plus long d'une 10 de Mètres.

https://www.marchesonline.com/appels-offres/avis/base-navale-de-brest-29-realisation-d-une-ligne-d/ao-7425759-1

 Photo quai Fremm 1

45213.jpg

 

 

Quels sont les défauts du premier ?

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Marine nationale s’équipe de projecteurs soniques

le Marin, 29/11/2017 18:24

La Marine nationale investit dans les armes sublétales, c’est-à-dire des équipements qui déstabilisent des adversaires sans les blesser. Pas des armes à impulsions (comme le célèbre Taser), mais des projecteurs soniques de la société américaine LRAD (Long range acoustic device). Autrement dit, des haut-parleurs de très forte puissance....

http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/defense/30042-la-marine-acquis-des-projecteurs-soniques-lrad

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 30/10/2017 à 21:32, hadriel a dit :

- En lisant entre les lignes on comprend qu'il n'y a pas de firewall sur les batiments français. Si c'est vraiment le cas, c'est dramatique, et ça veut dire qu'on est extrêmement vulnérables à une cyber attaque russe par exemple.

Je comprends davantage qu'il n'y a pas de système ultra-performant de protection, à l'instar de ceux que l'on rencontre dans les entreprises dont l'activité économique a besoin de passer par internet, et que la marine est encore sur des solutions plus classiques mais dont on n'est pas certain de l'étanchéité à 100% dans toutes les conditions face aux nouveaux hackers.

Le 31/10/2017 à 04:14, HK a dit :

Pas forcément. Le format de 18 frégates pourrait être atteint dès 2020 sans gros investissement supplémentaire, en tuilant tout simplement les dates de retrait des dernières frégates F70.

En effet les Latouche Treville et Jean Bart peuvent facilement durer jusqu’en 2025 pour être remplacées par les 2 premières FTI. Elles seraient déclassés pour leur fin de vie en 2ème rang comme les FLF, c-a-d sans leur système Tartar/Crotale, mais avec des Simbad/Sadral.

Certes, mais à quel prix? Le MCO des vieilles unités s’envole, à l'instar de celui des vieux hélicoptères. Le tout pour une performance pourrie. Déjà un tartar et un crotale sont des missiles au bout du rouleau, mais avec un sadral, on ne fait plus rien que de la balade sans capacité militaire.

Le 31/10/2017 à 13:40, ARMEN56 a dit :

Quelqu'un aurait des détails sur ce qui c'est passé ? Le JB avait déjà subit un incendie important dans sa machine avant en 2003

S'il a pu continuer sa mission sans faire de longue escale de réparation, c'est que ça devait être un feu mineur, non?

Le 31/10/2017 à 14:51, Bruno a dit :

- Prolonger le CDG 10 ans de + nécessiterait un ATM de plus, or on sait que le coût de l'ATM 2016-2018 en cours est estimé à 1 milliard d'€.., Disons que cet ATM de plus après 2040 coûterait 1.5 milliard grand maximum (si on change encore les senseurs + le système de mission, pas si on se contente juste de  changer les réacteurs nucléaires, refaire le revêtement du pont d'envol, vérifier la structure, etc...) ce qui reste inférieur d'au moins 50% au prix d'un PA neuf.

L'ATM actuel du CDG coûte cher car il y a de nombreuses remises à niveaux et refontes de matériels pour augmenter la performance. Cela ne serait pas el cas si le but est juste de maintenir le navire en ligne en maintenant sa performance actuelle. Or si l'on sait que le navire part prochainement à la ferraille, les améliorations installées sont forcément minorées. Car al fonction principale : envoyer des aviosn en l'air, sera toujours possible même avec une rénovation à minima. Les senseurs et armements les plus performants peuvent être déportés sur les frégates d'escorte pour une période transitoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 28 minutes, true_cricket a dit :

S'il a pu continuer sa mission sans faire de longue escale de réparation, c'est que ça devait être un feu mineur, non?

Complètement

J’avais pensé à l’incendie de 2003 suivi d’une longue indispo de remise en état . Incendie provoqué par une pulvérisation GO sur points chauds du moteur . Les moteurs de type bas taux de compression bénéficie d’une double sural série et tout ceci fait qu’on se trouve parfois en sortie turbo avec des temp à faire rougir les collecteurs. Bref départ d’incendie donc , détection et attaque du sinistre par équipe sécu ,  déclenchement halon ….extinction et reprise feu via un dilatoflex sous parquet  il me semble donc des dégâts .

Ici sinistre vite maitrisé , mais l’Amiral en parle quand même , possiblement pour  signifier que ses barcasses vieillissent aussi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Apparemment l'Amiral veut louer des hélicos pour remplacer les Alouettes 

" Je suis ainsi prêt à louer des hélicoptères civils d’occasion pour faire le travail de liaison entre les bâtiments à la mer, aujourd’hui réalisé par les Alouettes III », a-t-il lâché devant les sénateurs."
 

http://www.opex360.com/2017/12/05/la-marine-nationale-envisage-de-louer-des-helicopteres-civils-doccasion-pour-remplacer-ses-alouette-iii/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.opex360.com/2017/12/05/entre-avaries-et-incendie-le-remplacement-des-deux-fregates-anti-aeriennes-de-type-70-est-urgent/

Citation

 

Entre avaries et incendie, le remplacement des deux frégates anti-aériennes de type 70 est urgent..............

Ces mesures visent à « surveiller et réparer les fissures dans les coques et les chaises de lignes d’arbres », ce qui devrait coûter « une centaine de millions d’euros dans le projet de Loi de programmation militaire », a expliqué le CEMM. « La priorité est d’accueillir des bateaux neufs, mais avec l’étalement des programmes, il faut bien adopter des mesures palliatives. Je n’ai aujourd’hui que quatre frégates de défense aérienne et si j’enlève celles de l’ancienne génération, il ne m’en reste plus que deux », a-t-il déploré.

 

 

Modifié par LBP

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 06/12/2017 à 20:11, LBP a dit :

http://www.opex360.com/2017/12/05/entre-avaries-et-incendie-le-remplacement-des-deux-fregates-anti-aeriennes-de-type-70-est-urgent/

"Et quand ce dernier évoque des « difficultés », c’est un euphémisme. Ainsi, récemment, la ligne d’abres de la frégate « Cassard » s’est cassée en pleine mer, ce qui a affecté son système de propulsion. Quant au « Jean Bart », un incendie s’est déclaré dans sa salle des machines alors qu’il était en mission dans le golfe arabo-persique."

Pour la LA cassée du Cassard çà c'est passé en octobre 2016 je crois , ce genre d'avarie reste très très rare , généralement dû à de la fatigue en flexion torsion cyclique ....

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, ARMEN56 a dit :

ce genre d'avarie reste très très rare , généralement dû à de la fatigue en flexion torsion cyclique ....

Question de néophyte: l'état du navire est-il si mauvais pour que ce genre d'avarie se produise?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Yamato a dit :

Question de néophyte: l'état du navire est-il si mauvais pour que ce genre d'avarie se produise?

C'est surtout que ces bâtiments sont très surchargés, la taille du flotteur est aux limites de l'acceptable au regard des équipements (détection, armement) embarqués. La poutre flotteur a été renforcée mais les efforts mécaniques sur la structure la font souvent travailler en limite et une ligne d'arbre c'est rigide.

Mettre un long segment rigide dans une structure potentiellement plus souple ...

Ces bâtiments ont un système d'arme très performant (détection, interception, traitement des données) et semblent employés à leur maximum, les FAA ont maintenant près de 30 ans, elles ont eu une carrière très riche donc elles sont fatiguées, donc les avaries auront tendance à se multiplier

  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, Yamato a dit :

Question de néophyte: l'état du navire est-il si mauvais pour que ce genre d'avarie se produise?

Ici il s’agit de ruine liée à la fatigue matériau . Les phénomènes de fatigues touchent un peu de tout dans les assemblages mécaniques de l’industrie et la casse peut  intervenir  tôt mais généralement tard selon le nombre de cycles

http://matperso.mines-paristech.fr/Donnees/data02/254-aussois.pdf

Dans ce cas d’espèce , cette ligne d’arbre à pu rompre sous sollicitations cycliques alternées ; départ de fissures probablement à partir d’un défaut ( métallurgique, corrosion …etc) , elles se propagent  dans le temps et arrive ce qui arrive ,  je ne vois pas d’autres explications . Les lignes propulsives sont protégées contre les surcharges mécaniques ( limitation de cran coté moteur) et qd on dépasse les limites , ce sont quelque fois les bielles qui plient avant que çà cassent ailleurs. C'est vrai aussi que ces barcasses se sont alourdies et ont a leur actifs quelques heures de mer et de rotations LA .......

Si ces occurrences d’avarie sont exceptionnelles  la  logistique initiale du programme doit normalement mettre en place des lots de rechanges de grande prévoyance dit RGP ; tronçons de ligne d’arbres par exemple , sais pas si c’était le cas des FAA….

  • Upvote (+1) 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Statistiques des membres

    5143
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    adel
    Membre le plus récent
    adel
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20157
    Total des sujets
    1102021
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets