Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Notre Marine Nationale, les nouvelles, les effectifs, la composante


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

Merci pour les infos. Mais dans ce merveilleux pays de la liberte d'expression ou je vie, je n'ai malheureusement pas acces a Wikipedia. Le methanier sur lequel j'ai travaille etait l'un de ceux construit par les chantiers de l'Atlantique pour Petronas. Si je me rappel ce que l'on m'avait expliquer, il y avait deux mode de propulsion l'un conventionnel, moteur diesel, et l'autre utilisait le gaz . Mais maintenant que j'y reflechit , il me semble me souvenir que le second etait utilise pour diminuer en partie la consomation de gazole et qu'effectivement il ne s'agissait pas de remplacer completement le premier.

Link to comment
Share on other sites

Une turbine à gaz ne peut fonctionner au gazole, ce carburant n'a pas un indice d'octane suffisant pour permettre une forte puisance dans un petit volume; ce sont les moteurs diesels assurant la vitesse de croisière (ou la génération des moteurs électriques comme sur le paquebot Queen Mary 2 ou les frégates britanniques du Type 23, ou encore les futures FREMM) qui utilisent ce carburant. Par contre sur les méthaniers modernes on récupère bien le peu de méthane qui s'évapore et on l'injecte dans la chambre de combustion des moteurs diesels pour diminuer la conso de gazole (technique utilisée notamment sur les deux méthanier géants construits à St-Nazaire pour Gaz de France, cf site des ex chantiers de l'Atlantique).

Une turbine à gaz peut fonctionner au gaz (indice d'octane très élevé comme le kérozène), mais la plupart du temps je crois bien que c'est au kérozène qu'elle tourne, comme les réacteurs d'avion dont elles sont dérivées

Moi non plus je ne suis pas ingénieur mais je suis certain que la turbine à gaz du Wielingen n'utilise pas de kérozène mais du diesel qui est le seul carburant à son bord. Et quand le Wielingen utilise sa turbine à gaz, à pleine capacité, ses 2 moteurs diesel sont à l'arrêt.

- avec 1 diesel vitesse jusqu'à 16 noeuds,

- avec 2 diesel vitesse jusqu'à 20 noeuds,

- sur turbine à gaz vitesse jusqu'à 28 noeuds.

Link to comment
Share on other sites

Les frégates type Georges Leygues possèdent 2 turbines à gaz Rolls-Royce Olympus TM 3B de 28000 CV (dérivées de notre feu Concorde). La difference entre les deux (l'aérienne et la marine), une tournait au Kérozène et celles des frégates au GO.

Link to comment
Share on other sites

Une turbine à gaz ne peut fonctionner au gazole, ce carburant n'a pas un indice d'octane suffisant pour permettre une forte puisance dans un petit volume; ce sont les moteurs diesels assurant la vitesse de croisière (ou la génération des moteurs électriques comme sur le paquebot Queen Mary 2 ou les frégates britanniques du Type 23, ou encore les futures FREMM) qui utilisent ce carburant. Par contre sur les méthaniers modernes on récupère bien le peu de méthane qui s'évapore et on l'injecte dans la chambre de combustion des moteurs diesels pour diminuer la conso de gazole (technique utilisée notamment sur les deux méthanier géants construits à St-Nazaire pour Gaz de France, cf site des ex chantiers de l'Atlantique).

Une turbine à gaz peut fonctionner au gaz (indice d'octane très élevé comme le kérozène), mais la plupart du temps je crois bien que c'est au kérozène qu'elle tourne, comme les réacteurs d'avion dont elles sont dérivées (cf l'article précité de meretmarine.com du 12 mai qui explique que la MT30 reprends 80% d'éléments du réacteur Trent 800), mais là j'avoue ne pas en être certain à 100%, car si je m'intéresse beaucoup à ces questions je ne suis pas ingénieur pour autant.

1)Une TAG peut évidemment fonctionner au G.O.; c'est d'ailleurs le cas sur tous les batiments de guerre. Pour simplifier, une TAG c'est une flamme qui brule dans une chambre de combustion; tu peux bruler n'importe quoi il suffit de calibrer les injecteurs: du kerosene, du gasoil, de l'essence, de l'huile vegetale, du gaz.....

Sur les bateaux c'est du diesel car les moteurs diesels l'utilisent et en plus ca coute moins cher que le reste.

Je te conseil de réviser la définition du mot octane:

-octane: caractérise la capacité d'une essence à résister au cliquetis (autoinflammation en masse)

-cetane: capacité d'un carburant diesel à s'autoenflammer

donc on utilise jamais le terme octane avec du diesel et surtout ca n'a aucun rapport avec la puissance.

2) Effectivement, les methaniers sont équipés de moteurs Dual Fuel qui peuvent utiliser indifféremment du diesel ou du gaz,en l'occurence, celui qui s'évapore des citernes.... c'est n'est pas négligeable car cela suffit à propulser le navire....

De la meme manière les TAG existent en version Dual Fuel elles sont plutot utilisées dans le domaine off shore (récupération des gaz en provenance des puits).

3) Pour les biocarburants, bien qu'il y ait des détails à régler il n'y a pas de difficultés majeures à utiliser de l'huile végétale à bord des navires....mais la question est pourquoi le faire ?

En effet les normes environnementales sont peu contraignantes pour les navires, effectivement ils naviguent rarement en centreville.....

Le Diesel marine est moins cher que tous les biocarburants et ce pour encore au moins une décénie.

De plus, avant de critiquer nos "grosses tetes" pose toi la question de savoir:

- si les biocarburants sont compatibles avec un environnement humide et salin

- si les biocarburants ne se dégradent pas lorsqu'ils sont secoués en permanence par les mouvements de mer

- s'il est facile de s'approvisionner en biocarburant de qualité au fond de l'afrique

- s'il est intelligent de prévoir des capacités de stockage pour du bio et pour du diesel....etc etc etc

4) Effectivement les TAG navalisées sont toujours dérivées de réacteurs d'avions car le marché marine n'est pas suffisant pour développer une application spécifique. Les différences principales: suppression du fan qui n'a pas d'interet, modification du système d'injection (bruler du diesel à la place du kero)...

PS: pour moi l'article de meretmarine ne veut rien dire, la Marine n'a pas touché à son stock de combat de xx mois. Il s'agit simplemenent du budget de fonctionnement qui a été accordé pour l'année 2006 qui doit être epuisé:

- comme d'hab les prévisions de dépenses 2006 ont été élaborées à partir des éléments de 2004

- comme d'hab, la marine navigue à fond le 1er semestre et ne fait rien au 2° semestre

- LOLF ou pas, controle du parlement ou pas,s'il y a besoin on trouvera de l'argent, la réglementation prévoit des dérogations (j'échange une FREMM contre 100 000 m3 de gazole...)

Link to comment
Share on other sites

Bon allez, pour arrêter la polémique : Sur les centrales nucléaires nous avons une TAG en alimentation élec de dernier secours ... elle est alimentée en GO de l'armée (il est vert et livré par les service combustible de l'armée de terre). Comme le dit Panajim il suffit que la pulvérisation dans la chambre de combustion soit la plus fine possible et ça marche trés bien ;)

Link to comment
Share on other sites

J'aurais jamais cru que les turbines à gaz puissent fonctionner avec une telle variété de carburants incluant le gazole, au moins on est plusieurs à avoir appris quelque chose de vraiment peu connu, d'où l'intérêt décidément de ce genre de forum où chacun partage les connaissances plus ou moins importantes qu'il peut avoir :D

Link to comment
Share on other sites

Tous à vos APN : A Ajaccio : le Commandant Birot fera escale du 13 au 17 juillet. Accueil à bord le 15 juillet de 14h à 17h. En Arles : le Sabre sera en escale du 12 au 17 juillet. Accueil à bord le 13, 14 et 15 juillet de 9h30 à 12h et de 16h30 à 19h ainsi que le dimanche 16 juillet de 16h à 19h30. Vous pourrez y découvrir une quarantaine d’œuvres de peintres officiels de la Marine. Le Sabre sera amarré entre le pont Trinquetaille et le nouveau pont d’Arles A Banyuls-sur-mer : l’Orion mouillera du 13 au 17 juillet. Il vous accueillera le 16. A Cavalaire : le Bougainville fera escale du 13 au 15 juillet. Accueil à bord le 14 juillet (de 9h à 12h et de 14h à 16h). A Grau-du-Roi : le Malin mouillera du 13 au 17 juillet. Accueil à bord les 13, 14, 15 et 16 juillet de 13h30 à 17h. Le trajet jusqu’au bâtiment se fera par vedette SNSM. A Port-la-nouvelle : l’Achéron fera escale du 13 au 16 juillet. Vous pourrez visiter son bord le 14 juillet (15h-18h). L’Achéron sera amarré au quai sud. A Sète : escale du Jean de Vienne, du 13 au 16 juillet. Il vous accueillera à bord les 14 et 15 juillet (10h-12h, 14h-16h). Pour pouvoir visiter le navire contacter le BICM Béziers (téléphone : 04-67-30-49-30) ou la mairie de Sète (04 67 46 21 21) A Théoules sur mer : la Somme sera en escale du 13 au 17 juillet. Accueil à bord le 15 juillet après-midi (14h-19h). A Villefranche-sur-Mer : escale du Jean Bart (13 au 15 juillet).

Link to comment
Share on other sites

Et à Lorient, il devrait y avoir possibilité de voir la Frégate "Forbin" qui vient de commencer ses essais mécaniques en mer, non ?? Sans parler de la coque de son sistership le "Chevalier Paul", qui devait être lancée hier (12 juillet) Pas d'escale prévue à St Nazaire fin juillet ? :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Hip3rion : C'est pas idiot ta question. Du temps de la guerre froide il y avait la MarNat sur le Rhin. Elle était composée essentiellement de chalands automoteurs et de vedettes. J'ai un copain qui y a fait son SN dans les années 75/80. Mais apparemment elle n'existe plus depuis 1990 il me semble.

;)

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Depuis notre article du 4 juillet dernier, où nous vous révélions que la Marine nationale connaissait de gros problèmes de combustible, la situation ne semble pas s’être améliorée. Subissant le contrecoup de la hausse du prix du pétrole et le manque d’anticipation des budgets associés au poste carburant, l’état des réserves de la flotte serait toujours aussi critique, le niveau du stock de crise ayant même atteint, selon certaines sources, la zone rouge. Conséquence directe de cette situation, les navires, très sollicités cette année, risqueraient bien de voir leur activité sérieusement réduite dans les prochains mois, les entraînements et le moral des équipages faisant les frais de la pénurie de gasoil. En 2005 déjà, les crédits alloués n'avaient pu couvrir qu'entre 60 et 70% des besoins opérationnels. Cette année, la réduction des sorties en mer a empêché les bâtiments de la marine de remplir les objectifs de la loi de programmation militaire, soit 110 jours de mer par an. Si aucune rallonge budgétaire conséquente n’intervient rapidement, les problèmes devraient même se poursuivre l’année prochaine. En effet, si le projet de loi de finances 2007 constitue un léger mieux sur la question du combustible, cette hausse du poste resterait, aux dires de spécialistes, insuffisante pour reconstituer les réserves stratégiques. 450 M€ en 2007 pour les dépenses courantes Alors que le plein d'une simple frégate du type La Fayette atteint près de 400.000 euros, les crédits alloués l'année prochaine aux dépenses de fonctionnement courantes, qui comprennent le carburant, n'atteignent que 450 M€. De même, si le ministère de la Défense consent à anticiper une dépense de 375 millions d’euros pour les opérations extérieures, cette somme ne correspond, environ, qu’à la moitié des dépenses moyennes réalisées chaque année par les armées pour les « opex ». Ironie du sort, c'est au moment où la flotte réduit la voilure qu'elle bénéficie à plein de la nouvelle politique d'entretien de ses unités. Après avoir atteint le taux de disponibilité record de 70% cette année (contre 64% en 2004), l'amélioration du maintient en condition opérationnelle (MCO) devrait porter ce chiffre à 72% en 2007. http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=102659 400000 € le plein d'une lafayette ! [09]

Link to comment
Share on other sites

Il va falloir sérieusement penser à mettre de l'huile de Colza dans nos navires ; leurs moteurs diesels plutôt rustiques (ce n'est pas de l'injection directe très haute pression comme sur les voitures récentes tels que HDI, DCI etc ...) devraient bien en supporter 20 à 30 % minimum, non ? (voire plus où la totalité du plein : les voitures/utilitaires diesels d'il y a plus de dix ans tels que les vieux "renault trafic" peuvent pour la plupart rouler au Colza alors pourquoi pas les navires ?) Il serait temps que nos dirigeants utilisent leurs neurones, soit pour penser à ce genre d'alternatives, soit pour abonder le budget carburant de la Marine conformément aux vrais besoins, plutôt que de laisser le problème persiter bêtement ... [31][24]

Link to comment
Share on other sites

Iréalisable, les américains l'ont tenté, avec des croiseurs à propulsion nucléaire pour escorter leur porte avions, ils ont vite renoncé en voyant les couts. Et lors du renoncement du croiseur nucléaire, le pétrole était bien plus haut (le ticonderoga, premier croiseur non nuclaire à été commandé en 1978). C'est pourquoi je ne suis pa sûr qu'un PA nucléaire est plus économe qu'un PA conventionnel, la propultion nucléaire se justifie pour les navires de taille exceptionnelle (+100 000 T pour les CVN américains), lorsqu'elle apporte un plus non négligeable (autonomie illimtée avec puissance max sous la mer pour les soum) ou lorsqu'il y a manque de bases en outre mer pour assurer un ravitaillement fréquent (cas des russes qui perdaient la moitié de leur autonomie à atteindre leur zones de patrouilles depuis l'Artique, mais pas celui des européens qui possédent des bases partout ou presaue dans le monde).

Link to comment
Share on other sites

Il va falloir sérieusement penser à mettre de l'huile de Colza dans nos navires ; leurs moteurs diesels plutôt rustiques (ce n'est pas de l'injection directe très haute pression comme sur les voitures récentes tels que HDI, DCI etc ...) devraient bien en supporter 20 à 30 % minimum, non ? (voire plus où la totalité du plein : les voitures/utilitaires diesels d'il y a plus de dix ans tels que les vieux "renault trafic" peuvent pour la plupart rouler au Colza alors pourquoi pas les navires ?)

Et ben ca risque de sentir la friture sur les océans [28]
Link to comment
Share on other sites

les russes egalement ont eu une flotte de navires nucleaires, mais bon finir en casino c'est pas top [26] sans rire quand, meme je suis assez desespéré qu'un pays comme le notre, theoriquement au top du monde occidental, en soit reduit à ça... et si demain on a besoin de nos navires, vite et beaucoup? on va vider les cuves de l'habitant? P-A-T-H-E-T-I-Q-U-E aux chiottes les politiques! pour faire des courbettes et des conneries a la paris plage ca les millions ils y sont...

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...