Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Il y a 5 heures, Boule75 a dit :

Ce qui est reproché c'est la confusion et l'incohérence des déclarations iraniennes, ainsi que certains mensonges probables (délai de réaction : 10s comme annoncé ou 45s comme l'indiquent les éléments ?). La question est : quelles sont les parts respectives du "pas de chance" et de "l'inconséquence criminelle" dans le résultat final ?

On sait très bien que au niveau procédure et entrainement et éxécution rigides aveugles des ordres sans analyse, les armées iraniennes et surtout les gardiens de la révolution ne doivent pas être les meilleures dans ce domaine ! Donc peu importe, qui et comment ils ont pu faire une telle boulette, cette comission doit prendre conscience qu'ils ont une dictature en face d'eux et qu'ils n'auront rien de plus comme information.  Bref, c'est une affaire interne aux iraniens. 

Edited by Claudio Lopez
Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Claudio Lopez a dit :

On sait très bien que au niveau procédure et entrainement et éxécution rigides des ordres sans analyse, les armées iraniennes et surtout les gardiens de la révolution ne doivent être les meilleures dans ce domaine ! Donc peu importe, qui et comment ils ont pu faire une telle boulette, cette comission doit prendre conscience qu'ils ont une dictature en face d'eux et qu'ils n'auront rien de plus comme information.  Bref, c'est une affaire interne aux iraniens. 

S'il suffit d'être une dictature pour être irresponsable... ça simplifie les choses :mechantc: !

Pour autant, je crains que tu ne négliges un point : l'Iran n'est pas unie, il y a lutte de pouvoir interne depuis longtemps entre les durs (dont les Gardiens de la Révolution) et de plus modérés, sans compter tout un pan de la population qui ne rêve que de voir dégager tous les mollahs. Tous ces "modérés" souhaitent probablement l'aboutissement de l'enquête, elle les intéresse, que ce soit parce qu'ils sont sincèrement atterrés par ce qui a été fait, parce qu'ils estiment que celà met le pays en vilaine posture, parce qu'ils espèrent que ça mettra en difficulté les Gardiens de la Révolution et qu'ils le méritent, et/ou tout à la fois.

L'Iran n'est pas la Corée du Nord, elle est même beaucoup plus diverse que la Russie, pour ce que j'en vois.

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Le 24/02/2021 à 14:27, collectionneur a dit :

Étrange, Une experte française des Nations Unies déclare que l'Iran ment a propos de l'avion de ligne abattu au décollage à Téhéran. L'erreur de tir ne serait pas une erreur ?

https://www.20minutes.fr/monde/2984507-20210224-boeing-ukrainien-abattu-iran-experte-onu-accuse-iran-mensonges

En même temps, le même jour, Le Point révèle que l'Iran détient illégalement emprisonné un touriste français, depuis mai 2020:

https://www.lepoint.fr/monde/un-francais-emprisonne-illegalement-en-iran-24-02-2021-2415371_24.php

 

Offensive diplomatique?

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites

Oui mais non, là encore. C'est l'avocat qui parle d'une détention illégale.

Le touriste en question a été arrêté au nord-est de l'Iran près de la frontière turkmène en possession d'un drone, ce qui a fait tiquer les autorités locales (et en ferait tiquer bien d'autres). Mais il n'est pas au secret, il reçoit régulièrement des visites consulaires et on précisait ce matin (France Info ?) qu'il avait été en contact à trois reprises par téléphone avec sa sœur. Je ne dis pas que tout va bien mais il n'est pas à Erin ou au cachot.

Reste que oui, ce citoyen français est au milieu d'une nouvelle (et pas dernière) négociation avec l'Iran. On s'échange régulièrement des prisonniers du reste.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

De toute façon, quand tu voyages dans certains pays  ( et pas que des dictatures ), tu prends un risque quand tu pars avec un drone ( j'ai un collègue qui avait été averti que c'était formellement interdit en Colombie. Il ne s'est pas fait prendre à l'utilisation ,mais si ça avait été le cas, ça aurait pu être compliqué. A mon avis; c'est la même chose en Israel par exemple )

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Ciders a dit :

Oui mais non, là encore. C'est l'avocat qui parle d'une détention illégale.

Le touriste en question a été arrêté au nord-est de l'Iran près de la frontière turkmène en possession d'un drone, ce qui a fait tiquer les autorités locales (et en ferait tiquer bien d'autres). Mais il n'est pas au secret, il reçoit régulièrement des visites consulaires et on précisait ce matin (France Info ?) qu'il avait été en contact à trois reprises par téléphone avec sa sœur. Je ne dis pas que tout va bien mais il n'est pas à Erin ou au cachot

:smile: Personne (ni l'article, ni moi-même) ne parle de cachot ni de mise au secret, où as-tu vu cela?

Mais d'illégalité de la détention (c'est certes l'avocat qui l'avance), dans la mesure où, je cite:

- Les avocats n'ont pas été autorisés à accéder au contenu de l'affaire pendant cette période [mai2020 - maintenant]

- les autorités n'ont pas fourni le moindre dossier ni la moindre explication sur sa détention.

D'accord avec ta dernière phrase.

Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Boule75 a dit :

Pour autant, je crains que tu ne négliges un point : l'Iran n'est pas unie, il y a lutte de pouvoir interne depuis longtemps entre les durs (dont les Gardiens de la Révolution) et de plus modérés, sans compter tout un pan de la population qui ne rêve que de voir dégager tous les mollahs. Tous ces "modérés" souhaitent probablement l'aboutissement de l'enquête, elle les intéresse, que ce soit parce qu'ils sont sincèrement atterrés par ce qui a été fait, parce qu'ils estiment que celà met le pays en vilaine posture, parce qu'ils espèrent que ça mettra en difficulté les Gardiens de la Révolution et qu'ils le méritent, et/ou tout à la fois.

Je ne crois pas que ces critiques fragilisent les "durs" du régime, au contraire. Le nationalisme iranien demeure assez chatouilleux.

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, gustave a dit :

Je ne crois pas que ces critiques fragilisent les "durs" du régime, au contraire. Le nationalisme iranien demeure assez chatouilleux.

Qu'ils soient fiers, pourquoi pas. Mais flinguer 180 civils dont bon nombre d'iraniens par erreur, ça reste une tache : il a fallu présenter des excuses, ça dénote un manque évident de maîtrise, etc... Et c'est précisément ce manque de maîtrise que l'enquête met au jour : l'infaillibilité des Gardiens en prend un coup, je pense.

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Boule75 a dit :

Qu'ils soient fiers, pourquoi pas. Mais flinguer 180 civils dont bon nombre d'iraniens par erreur, ça reste une tache : il a fallu présenter des excuses, ça dénote un manque évident de maîtrise, etc... Et c'est précisément ce manque de maîtrise que l'enquête met au jour : l'infaillibilité des Gardiens en prend un coup, je pense.

Relache un peu la pression camarade, parce que depuis deux pages, franchement à mes yeux, tu t'enfonces dans le ridicule sur des sujets où tu as plus une posture idéologique qu'une maitrise pleine, voire au moins une capacité à poser les perspectives... que ce soit l'Iran ou l'Ukraine.

Je ne dis pas que je suis plus malin, mais au moins les infos locales que j'ai me forcent à être un poil plus nuancé.

 

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Boule75 a dit :

Qu'ils soient fiers, pourquoi pas. Mais flinguer 180 civils dont bon nombre d'iraniens par erreur, ça reste une tache : il a fallu présenter des excuses, ça dénote un manque évident de maîtrise, etc... Et c'est précisément ce manque de maîtrise que l'enquête met au jour : l'infaillibilité des Gardiens en prend un coup, je pense.

Cela suppose que la population ait connaissance de cela, fasse confiance à ceux qui porte ce message (et c’est là que le nationalisme obsidional joue) et l’interprète de la même façon dans le contexte tel qu’il est perçu. Autant dire que ce ne sera probablement le cas que d’une minorité...

Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, rendbo a dit :

Relache un peu la pression camarade, parce que depuis deux pages, franchement à mes yeux, tu t'enfonces dans le ridicule sur des sujets où tu as plus une posture idéologique qu'une maitrise pleine, voire au moins une capacité à poser les perspectives... que ce soit l'Iran ou l'Ukraine.

Je ne dis pas que je suis plus malin, mais au moins les infos locales que j'ai me forcent à être un poil plus nuancé.

Dites donc camarade Rendbo : tu penses vraiment qu'en Iran même cette affaire du Boeing n'affaiblit pas les Gardiens de la Révolution, ou au moins une partie de leur hiérarchie ? C'est quand même une mégo-boulette, non ?

Par ailleurs, je ne vois pas en quoi le postuler relève d'une "posture idéologique"... (peut être peux-tu expliciter par MP).
Pour la Russie de Poutine, par contre, tu as tout à fait raison : vu de moi, pour l'instant, il n'y a juste rien à en tirer, et toute résurgence des tristes fables servies abondamment autour du MH-17 m'horripile. Les iraniens sont plus respectueux.

Link to post
Share on other sites

Boule75

Les opérateurs DCA Iraniens avait ( et ont toujours ) en face d'eux la plus grande machine de guerre du monde, les risques d'escalade ce jour là étaient réelle.

Ils ont étaient chatouilleux a la détente, certes.

Cela a coûté 180 vies.

Mais j'ai la conviction qu'une bonne partie du peuple iranien, sur ce coup là, en tout cas, ne vont pas blâmé leur armée, les tensions étant monté suite à l'assassinat de souleimani.

 

 

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
11 hours ago, Boule75 said:

... Et c'est précisément ce manque de maîtrise que l'enquête met au jour : l'infaillibilité des Gardiens en prend un coup, je pense.

Tu converses avec des iraniens de temps en temps? Même des immigrés opposants? Parce que je peux t'assurer qu'il n'ont pas du tout notre lecture occidentale, individualiste, soit disant paisible etc. de la politique ... mais alors vraiment pas du tout.

Pire le fait de mettre le pays au pieds du mur fasse au reste du monde ... à plutôt tendance à ressouder les rangs ... d'autant qu'ici ce qui ce joue ce n'est pas juste le lead régional ... mais clairement l'avenir des Chiite du PO/MO ... qui eux ne sont pas miscible dans un PO saoudien - contrairement au juifs par exemple -.

C'est comme dans des violences conjugal ... tu vois un couple qui se met sur la gueule ... tu te dis la pauvre petit dame qu'est ce qu'elle prend ... je vais intervenir ... tu t'interpose ... et la seconde d’après la petite dame et son mec te tapent sur la gueule unis comme jamais ...

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, g4lly a dit :

Tu converses avec des iraniens de temps en temps? Même des immigrés opposants? Parce que je peux t'assurer qu'il n'ont pas du tout notre lecture occidentale, individualiste, soit disant paisible etc. de la politique ... mais alors vraiment pas du tout.

Dans l'ordre : non / non (et toi ?) / et ????

il y a 18 minutes, g4lly a dit :

Pire le fait de mettre le pays au pieds du mur fasse au reste du monde ... à plutôt tendance à ressouder les rangs ... d'autant qu'ici ce qui ce joue ce n'est pas juste le lead régional ... mais clairement l'avenir des Chiite du PO/MO ... qui eux ne sont pas miscible dans un PO saoudien - contrairement au juifs par exemple -.

Je ne vois pas trop le "pieds du mur" :  y a-t-il un ultimatum ? Des propos comminatoires ? Les propos de cette responsable de l'ONU concernen-t-ils tout l'Iran ou seulement ceux qui ont défouraillé ce soir-là ?

Je comprend bien la difficulté dans laquelle se trouve l'Iran et les chiites plus généralement, mais il ne me semble pas, précisément, que cette affaire du Boeing soit utilisée comme un levier général contre l'Iran.

Link to post
Share on other sites

Edit : il s’agi(rait) du bombardement de JANVIER 2020

Il y a 7 heures, collectionneur a dit :

Sur twitter, on a mit vers midi cette vidéo disant qu'il s'agit d'une salve de 4 missiles iraniens contre la base américaine de Ain Al Assad en Irak prise depuis un drone ou avion de de reconnaissance :

https://publish.twitter.com/?query=https%3A%2F%2Ftwitter.com%2Finbarspace%2Fstatus%2F1366318455943802880&widget=Tweet

Un peu plus que 4 ;)

Je mets le version longue Youtube, ton lien ne fonctionnant pas:

https://youtu.be/rZooQ_6sLjc

 

Edited by Hirondelle
Rappel date
  • Thanks 3
Link to post
Share on other sites
Le 01/03/2021 à 20:17, Hirondelle a dit :

Edit : il s’agi(rait) du bombardement de JANVIER 2020

Un peu plus que 4 ;)

Je mets le version longue Youtube, ton lien ne fonctionnant pas:

https://youtu.be/rZooQ_6sLjc

 

D'autres détails avec le témoignage de quelques militaires présents ce jour là:

https://www.cbsnews.com/news/iran-missle-strike-al-asad-airbase-60-minutes-2021-02-28/

 

Citation

L'attaque aérienne américaine contre les milices soutenues par l'Iran jeudi soir a été le dernier chapitre de la relation empoisonnée avec le président iranien Biden héritée de l'administration Trump. Il y a treize mois, les deux pays se sont dangereusement rapprochés de la guerre. Elle a commencé par une attaque de drones américains qui a tué le plus puissant général iranien et s'est terminée par une attaque de missiles balistiques iraniens contre les troupes américaines en Irak. C'était la plus grande attaque de missiles balistiques jamais lancée contre les Américains. Ce soir, nous allons vous montrer pour la première fois, la vidéo de l'attaque par drone et parler aux troupes qui étaient là la nuit où les Etats-Unis et l'Iran ont été au bord du gouffre.


Alan Johnson en vidéo enregistrée : Salut, bonhomme. Si tu vois cette vidéo, il est arrivé de mauvaises choses à papa hier soir... Alors j'ai besoin que tu sois fort, OK, pour maman. Et que tu saches toujours dans ton coeur que je t'aime, OK. Bye fiston.

Quelques heures après que le Major Alan Johnson ait enregistré ce message à son fils, des missiles balistiques iraniens ont commencé à pleuvoir sur la base aérienne d'Al Asad en Irak où 2000 soldats américains étaient basés. Alors qu'un drone enregistrait l'attaque, les Américains pris dans le collimateur ne pouvaient rien faire d'autre que de courir ou de s'esquiver et de se mettre à l'abri.

Chaque missile transportait une ogive de plus de 1 000 livres.

Alan Johnson : Eh bien, les mots ne peuvent même pas décrire la quantité d'énergie qui est libérée par ces, ces missiles.

Johnson s'abritait dans un bunker conçu pour protéger les troupes contre des ogives beaucoup plus petites ne pesant que 30 kg.

Alan Johnson : Ça m'a coupé le souffle, puis la poussière au goût d'ammoniaque le plus putride qui a balayé le bunker vous a enduit les dents.

Après l'onde de choc et les débris, les flammes sont arrivées.

Alan Johnson : Le feu roulait juste au-dessus des bunkers, vous savez, à environ 30 mètres dans les airs.

Le bunker de Johnson n'offrait aucune protection contre cela.

Alan Johnson : Nous allons brûler à mort. On commence à descendre à 135 mètres, on arrive au tiers du chemin, la grande voix qu'on appelle, clique sur "Incoming, Incoming, Take Cover, Take Cover, Take Cover".  J'ai un autre terrain de football à parcourir. Je ne sais pas quand le prochain missile va frapper.

David Martin : Pouvez-vous entendre l'arrivée ?

Alan Johnson : Comme un train de marchandises qui passe devant vous.

Johnson n'était pas le seul à chercher frénétiquement une couverture.

Alan Johnson : C'est six personnes qui courent pour leur vie pour atteindre le prochain bunker. On arrive au bunker et on se rend compte qu'il y a environ 40 personnes qui essaient de s'entasser dans ce bunker qui est fait pour une dizaine de personnes.   J'ai attrapé le gars devant moi et je me suis dit : "Vous devez entrer dans le bunker !" Et j'ai poussé tout le monde dedans.

David Martin : Mais, quand tu cours entre les bunkers, c'est juste une question de, quoi, de chance ?

Alan Johnson :  De chance. La seule chose que je peux trouver, c'est que la main de Dieu nous a protégés. Parce que, vraiment, personne n'aurait dû vivre ça.

Frank McKenzie :  Il se passe des choses qui pourraient nous conduire à la guerre si nous ne faisons pas le bon choix.

Le général de marine Frank McKenzie, commandant des forces américaines au Moyen-Orient, a surveillé l'attaque depuis son quartier général à Tampa, en Floride - en se réfugiant dans cette petite pièce de son centre d'opérations principal où il pouvait parler directement aux deux seules personnes au-dessus de lui dans la chaîne de commandement.

Frank McKenzie : Ils font venir le secrétaire à la Défense. Et un peu plus tard, ils ont fait venir le président pour cette conversation. Nous écoutons les rapports sur les missiles en vol.  

David Martin : Vous avez déjà été sur un tel engin ?

Frank McKenzie : Je n'ai jamais été sur un tel site où de vrais missiles sont tirés sur nos forces et où je pensais que les risques étaient si élevés.

L'attaque iranienne sur Al Asad était en représailles d'une opération américaine étonnante que le président Trump avait ordonnée six nuits auparavant - une attaque de drone qui a tué le plus puissant général iranien, Quasem Soleimani.

Frank McKenzie : Le sang de nombreux Américains est sur les mains de Quasem Soleimani. Il était aussi proche d'un homme indispensable qu'on peut en trouver en Iran. Là où il est allé, la violence et la mort ont suivi.

Pendant l'occupation américaine de l'Irak, Soleimani avait orchestré des attaques qui ont tué plus de 600 soldats américains et, selon McKenzie, il prévoyait de le faire à nouveau.

Frank McKenzie : Nous avons vu des rapports des services de renseignement où Qasem Soleimani faisait avancer divers courants d'attaque contre nos forces en Irak, contre notre ambassade et contre d'autres bases là-bas.

David Martin : Étaient-ils imminents ?

Frank McKenzie : Peut-être en quelques heures, peut-être en quelques jours, probablement pas en quelques semaines.

Jusqu'alors, les Etats-Unis avaient hésité à poursuivre Soleimani de peur que le meurtre d'un fonctionnaire aussi haut placé ne provoque d'autres attaques iraniennes.

Frank McKenzie : Je ne considère jamais que tuer quelqu'un est une décision facile, mais je pense que le risque de ne pas agir dans ce cas l'emportait sur les risques d'agir, donc, oui, j'ai pris la bonne décision.

Le 3 janvier de l'année dernière, une caméra de sécurité de l'aéroport a enregistré l'arrivée de Soleimani à Bagdad sur un vol commercial en provenance de Damas. Mckenzie regardait sous un angle différent.

David Martin : Vous avez les drones au-dessus de votre tête. Est-ce que vous le voyez...

Frank McKenzie : Oui.

David Martin : ...descendre de l'avion ?

Frank McKenzie : Oui, oui.

Alors que l'entourage de Soleimani s'éloigne de l'avion, McKenzie donne l'ordre de tuer le commandant qui contrôle les drones.

Frank McKenzie : Et puis j'ai dit, "Tirez quand vous l'aurez."

Les missiles ont frappé les deux véhicules simultanément.

Frank McKenzie : Il n'y a pas de claquement de dos. Il n'y a pas d'acclamations. Parce que maintenant je dois me préparer à faire face aux conséquences de l'action.

Le général McKenzie était sûr que l'Iran allait riposter, mais il ne savait pas comment - et les Iraniens non plus, pendant un certain temps.

Frank McKenzie : Je crois qu'ils sont entrés dans une période de désorganisation parce qu'ils avaient perdu l'officier qui avait vraiment pris la parole, qui avait tout façonné et qui leur avait dit ce qu'ils allaient faire.

David Martin : C'était donc une sorte de silence de mauvais augure.

Frank McKenzie : C'était un silence de très mauvais augure.

David Martin : Et quel était le premier signe que l'Iran pourrait vraiment penser à une attaque de missiles balistiques ?

Frank McKenzie : Ils ont commencé à déplacer leurs missiles balistiques.

L'attaque était à quelques heures de là lorsque le major Alan Johnson a appris que les armes les plus puissantes de l'Iran visaient Al Asad.

Alan Johnson : Mon officier de renseignement m'a pris à part et m'a dit en gros, "Monsieur, j'ai de mauvaises nouvelles pour vous." "Qu'est-ce qu'il y a ?" (RIRES) "Nous avons des informations selon lesquelles l'Iran alimente 27 missiles balistiques de moyenne portée et leur intention est de niveler cette base et nous pourrions ne pas survivre."

Tim Garland : C'est une menace complètement différente.  

Le lieutenant-colonel Tim Garland commandait un bataillon de l'armée de terre à Al Asad, une base aérienne tentaculaire à environ 120 miles à l'ouest de Bagdad où les États-Unis utilisaient des dizaines d'hélicoptères, de drones et d'autres avions.  

David Martin : La base disposait-elle d'une défense contre les missiles balistiques ?

Tim Garland : Non, monsieur. C'était une menace sans précédent. Je ne pense pas qu'elle ait jamais été calculée, donc la capacité à empêcher une attaque de missiles balistiques n'était pas là.

David Martin : Aviez-vous un plan pour ce qu'il fallait faire ?

Tim Garland : Nous avons élaboré un plan.

Staci Coleman : La seule véritable défense contre une attaque de missiles balistiques est de se mettre à l'abri.

Le lieutenant-colonel Staci Coleman et le reste de l'équipe d'Al Asad se sont empressés d'évacuer plus de 50 avions et 1000 soldats avant que les missiles ne frappent. Mais la base devait encore être occupée.

Staci Coleman : Nous devions encore être en mesure d'accomplir notre mission. La première décision a donc été de diviser notre équipe par capacité de combat.

David Martin : Que pensiez-vous qu'il allait arriver aux personnes à qui vous disiez de rester ?

Staci Coleman : La vérité est que je ne pensais pas que nous allions survivre.

Le meilleur abri était les bunkers construits pendant le règne de Saddam Hussein - mais ils n'étaient pas assez nombreux.

Tim Garland : Et je viens de me souvenir qu'un très lourd sentiment de naufrage s'installe.  C'était comme si, mec, nous, nous n'allions pas élaborer un plan de bunker qui serait adéquat pour le nombre de personnes dont nous parlons.

Garland a donc envoyé la plupart de ses soldats dans le désert, où ils ont observé l'attaque à distance de sécurité.

Tim Garland : Il y avait beaucoup de gens qui ne voulaient pas partir. Ils ne voulaient pas être ce type qui allait vers une sécurité relative.

David Martin : Beaucoup de gens pourraient avoir du mal à comprendre ce que vous venez de dire. Dites-moi pourquoi un soldat ne voudrait pas aller dans un endroit sûr.

Tim Garland : Ils veulent porter le fardeau. Ils veulent partager le danger.

Depuis son quartier général à Tampa, le Général Frank McKenzie a essayé de chronométrer l'évacuation juste à temps.

Frank McKenzie : Si vous y allez trop tôt, vous risquez que l'ennemi voit ce que vous avez fait et ajuste ses plans.

Les Iraniens ont surveillé Al Asad en achetant des photos comme celles-ci prises par des satellites commerciaux. McKenzie a attendu que l'Iran ait téléchargé sa dernière photo de la journée.

David Martin : Donc la dernière fois que les Iraniens ont jeté un coup d'œil avec leurs photos d'espionnage acquises commercialement, qu'auraient-ils vu ?

Frank McKenzie : Ils auraient vu des avions au sol et des gens qui travaillent.

David Martin : Donc, quand ils ont lancé ces missiles, ils ont pensé que ce serait une ligne de vol complète.

Frank McKenzie : Je pense qu'ils s'attendaient à détruire un certain nombre d'avions américains et à tuer un certain nombre de membres des services américains.

John Haines : C'est comme si le soleil se levait instantanément. C'est comme ça que c'était brillant.

Le sergent-chef John Haines et son équipe de sécurité étaient à l'extérieur de leur véhicule de patrouille blindé lorsque les premiers missiles ont frappé.

John Haines : Et à travers la radio on a entendu, "Incoming, Incoming, Incoming."

David Martin : Que faites-vous ?

John Haines : J'ai juste jeté le téléphone par terre et j'ai couru vers mon véhicule.  Et une fois que l'impact s'est produit, la contre-pression a fait sauter nos portes et vous voyez un nuage de poussière, du feu.

Staci Coleman :  Ils appellent ça une "onde de choc" et vous ressentez cela, cette onde presque intérieurement. C'est comme si vos organes vacillaient à l'intérieur.

Le sergent Kimo Keltz se trouvait à l'extérieur des bunkers, occupant un poste de garde au cas où le barrage de missiles serait suivi d'un assaut au sol.

Kimo Keltz : Nous sommes descendus et nous avons protégé nos organes vitaux, notre tête, et nous avons attendu.

David Martin : Est-ce que ça vous a soufflé ?

Kimo Keltz : Dans l'une des plus proches qui a frappé directement près de nous, mon corps a été soulevé d'environ 5 cm du sol.

L'Iran a tiré un total de 16 missiles depuis trois endroits - cinq ont été manqués, 11 ont atterri à Al Asad.  

David Martin : C'était une attaque sans précédent.

Frank McKenzie : C'était une attaque qui ne ressemble à rien de ce que j'ai vu ou vécu.

David Martin : Qu'avez-vous appris jusqu'à présent ?

Frank McKenzie : Leurs missiles sont précis.

David Martin : Cela vous a-t-il surpris ?

Frank McKenzie : Nous le savions, mais de le voir.  Ils ont tiré ces missiles à une portée importante.  Et ils ont touché à peu près là où ils voulaient toucher.

Du premier lancement au dernier impact, il s'est écoulé 80 minutes. D'une manière ou d'une autre, personne n'a été tué. Quand le soleil s'est levé, les survivants ont examiné les dégâts.

Tim Garland : Les coquilles d'un bâtiment, vous savez, des cadres squelettiques laissés sans rien d'autre. Des cratères de la taille d'une pièce, profondément enfoncés dans le sol. Des barrières de béton soufflées à travers un champ ou une rue.

John Haines : Cela ressemble à une scène de film où tout est détruit autour de vous, mais pourtant, personne n'a été tué.

Staci Coleman : Je n'ai toujours aucune idée de ce que cela signifie, si ce n'est que Dieu est de notre côté, que personne n'a été gravement blessé et qu'il n'y a pas eu, vous savez, de morts.

La nouvelle a rapidement remonté la chaîne de commandement et le président Trump a tweeté "tout va bien". Cela s'est avéré prématuré.

Alan Johnson : Il y a des gens qui vomissent, tout le monde a eu des maux de tête.  

Kimo Keltz : J'ai eu une commotion cérébrale pendant deux semaines.

David Martin : Qu'avez-vous ressenti ?

Kimo Keltz : Quelqu'un me frappait sur la tête avec un marteau, encore et encore.

Alan Johnson : Finalement, vous savez, quelques heures plus tard, nous avons réalisé, "Nous avons ici un événement de masse de victimes de traumatismes crâniens."

Les médecins militaires ont diagnostiqué plus de 100 cas de lésions cérébrales traumatiques. Le major Alan Johnson et 28 autres soldats ont reçu des purple hearts.

David Martin : Avez-vous des effets persistants aujourd'hui ?

Alan Johnson : Des maux de tête tous les jours, d'horribles acouphènes ou des bourdonnements d'oreilles. Trouble de stress post-traumatique. Vous savez, je suis prêt à l'admettre. Je fais encore des cauchemars.

Mais le cauchemar de la guerre avec l'Iran a été évité.

Frank McKenzie : Si des Américains avaient été tués, cela aurait été très différent.

David Martin : Avez-vous déjà fait une estimation des dégâts qui auraient été causés si vous n'aviez pas évacué ?

Frank McKenzie : Monsieur, je pense que nous aurions pu perdre 20 ou 30 avions et que nous aurions pu perdre 100 à 150 membres du personnel américain.

David Martin : Vous aviez un plan de représailles s'ils tuaient des Américains.

Frank McKenzie : David, nous avions un plan de représailles si les Américains étaient morts.

L'Iran était en alerte pour une éventuelle frappe américaine et quelques heures plus tard, il a abattu par erreur un avion de ligne ukrainien, pensant qu'il s'agissait d'un bombardier américain. 176 personnes entièrement innocentes sont mortes.

Produit par Mary Walsh. Producteur associé, Tadd J. Lascari. Associée de diffusion, Mabel Kabani. Montage par Richard Buddenhagen.

 

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Tout commence par l'assassinat d'un général iranien et de son escorte d'iraniens.

Visiblement le général américain qui dit que si un américain était mort lors de ces frappes il y auraient eu guerre, oublié que c'est.. encore... Eux qui on commencé à tuer des ressortissants extrêmement important d'un pays tiers...

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Snapcoke a dit :

Tout commence par l'assassinat d'un général iranien et de son escorte d'iraniens.

Visiblement le général américain qui dit que si un américain était mort lors de ces frappes il y auraient eu guerre, oublié que c'est.. encore... Eux qui on commencé à tuer des ressortissants extrêmement important d'un pays tiers...

oui mais il le dit plusieurs fois : pas de victimes car Dieu était de leur côté... et ils se battent contre une théocratie, sont impliqués dans une guerre autant nationaliste que confessionnelle (tout en soutenant d'autres théocraties plus barbares).

Edited by rendbo
  • Haha 3
Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, kalligator a dit :

Ils ont l air assez précis ces missiles, pas comme de vieux Scud 

Je me demande d'ailleurs jusqu'à quel point les constellations de positionnement par satellites russes et chinois ont été de la partie.

Edited by Shorr kan
Link to post
Share on other sites

Intéressant de voir la précision du suivi des actions iraniennes presque en direct: "Nous avons des informations selon lesquelles l'Iran alimente 27 missiles balistiques de moyenne portée et leur intention est de niveler cette base" [....] "les Iraniens ont surveillé Al Asad en achetant des photos comme celles-ci prises par des satellites commerciaux. McKenzie a attendu que l'Iran ait téléchargé sa dernière photo de la journée. David Martin : Donc la dernière fois que les Iraniens ont jeté un coup d'œil avec leurs photos d'espionnage acquises commercialement"

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,559
    Total Members
    1,550
    Most Online
    b52.
    Newest Member
    b52.
    Joined
  • Forum Statistics

    21,128
    Total Topics
    1,386,093
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...