Recommended Posts

"Vendredi 13 octobre, jour du 100e anniversaire de la dernière apparition de Fatima, l’Afghanistan a été consacré au Cœur immaculé de Marie, à Kaboul, par le P. Giovanni Scalese.

Il y a une seule église catholique en Afghanistan, c’est la chapelle de l’ambassade d’Italie.

Le P. Scalese est le « supérieur » de la « mission sui juris » d’Afghanistan, érigée en 2002 (il est supérieur de lui-même et de quelques religieuses).

Il s’agit bien du même Père Scalese dont les billets sur son blog ne sont pas tendres pour François, c’est le moins qu’on puisse dire (voir les nombreuses traductions sur Benoît et moi).

C’est sans doute pourquoi François l’a envoyé en Afghanistan, dans une chapelle invisible d'un pays où il n'y a aucun catholique autochtone.

Mais il réussit quand même à faire parler de lui…

La consécration de l'Afghanistan « cœur de l'Asie martyre » au Cœur immaculé de Marie a eu lieu à 18h locales après le rosaire et la messe. Il y avait là notamment l’aumônier catholique de la base de l’OTAN (un dominicain tchèque) et quelques militaires, le premier conseiller de l’ambassade d’Italie, les sœurs de la mission, et quelques fidèles venus des ambassades et autres institutions internationales."

 

http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2017/10/15/consecration-de-l-afghanistan-5989354.html

 

Nota : il me semble que Rula Ghani, l'épouse du président afghan, est pourtant une chrétienne libanaise maronite

Modifié par Zalmox

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore 43 militaires cette nuit executé durant leur sommeil...:fachec:

Pour faire un tel carton, ils ont encore du bénéficier de complicité interne...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/10/19/97001-20171019FILWWW00080-afghanistan-au-moins-43-soldats-tues.php

Plus d'information dans cet article du monde.

Donc ce serait une attaque qui aurait été lance à l'aide d'un Humvee bourré d'explosifs qui aurait soufflé une partie du camp et d'une dizaine de talibans qui se seraient précipités pour faire un max de pertes...

Ce qui explique ce terrible bilan..

Modifié par Claudio Lopez
  • Triste 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.spiegel.de/politik/ausland/rex-tillerson-manipuliertes-foto-bei-visite-in-afghanistan-a-1174356.html & https://www.nytimes.com/2017/10/23/world/asia/afghanistan-kabul-bagram-photographs-tillerson.html (23 & 24 octobre 2017)

La présidence afghane a retouché une photo pour faire croire que la rencontre Tillerson-Ghani a eu lieu à Kaboul, alors qu'elle s'est déroulée à la base de Bagram dans une pièce sans fenêtres. Deux heures après que cette manipulation fut éventée par la presse, l'ambassade américaine à Kaboul avouait sur Twitter que la rencontre s'était effectivement déroulée à Bagram.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://foreignpolicy.com/2017/10/31/sitrep-senators-spar-with-mattis-tillerson-about-war-powers-concern-turns-to-trump-and-nukes/ (31 octobre 2017)

Le ministère de la Défense [américain] classifie l'information de base et anciennement publique sur la taille des forces afghanes, le nombre de victimes qu'elles ont subies et l'état de leur équipement dans un geste qui, selon certains, représente un effort pour dissimuler les mauvaises nouvelles au sujet de cette guerre de 16 ans. Le commandement militaire américain en Afghanistan défend cette décision en disant qu'elle a été prise à la demande du gouvernement afghan.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ceux qui suivent (encore) ce conflit :

http://taskandpurpose.com/taliban-red-unit-commandos-m4s-killed-scores-afghan-troops-week/?utm_content=buffer0e3e5&utm_medium=social&utm_source=twitter&utm_campaign=tp-buffer

Citation

The Red Unit launched a total of five rolling attacks on more than a dozen Afghan police posts in Kandahar and Farah Province this week. The Afghan police at those posts did not have night-vision capabilities, according to local officials, and were slaughtered in droves. Some put the number of Afghan security personnel killed in Kandahar alone at 70. Government officials said that three police officers and 15 Afghan National Army soldiers were killed in Farah.

Développement intéressant mais très inquiétant.

  • Triste 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quote

Afghanistan: les interprètes de l'armée française abandonnés aux menaces des talibans

Un Afghan de 28 ans ayant travaillé pour l'armée française, lors d'un entretien avec l'AFP réalisé à Kaboul le 26 novembre 2017 / © AFP / NOORULLAH SHIRZADA

Avec la dégradation de la situation et la progression des insurgés en Afghanistan, les interprètes ayant travaillé pour l'armée française subissent pressions intenables et menaces répétées: "Nous sommes en danger", jurent-ils.

Mercredi dernier, Zainullah a été blessé dans une attaque à la moto-suicide devant chez lui, à 36 km au nord de Kaboul, alors qu'il discutait avec une patrouille de l'Otan.

Un des soldats, un Georgien, a été tué sur le coup, plusieurs autres blessés : pour le jeune homme de 28 ans, le tueur voulait faire d'une pierre deux coups en le visant avec les Occidentaux.

En juin, Zainullah avait été blessé dans son jardin par deux tireurs à moto. Il avait reçu des appels menaçants juste avant. D'autres ont suivi depuis. "Le type parlait avec un accent de Kandahar (sud). Il m'a dit +Je t'aurai, chez toi, au bazar... c'est l'ordre de mon commandant+".

"Il n'y avait aucun taliban par ici avant. Aujourd'hui, ils sont dans le village voisin de Qallah Nossra", à cinq minutes de trajet. Le climat s'est fortement dégradé en Afghanistan, dont les talibans contrôlent plus de 40% du territoire.

Zainullah s'est adressé à la police. Il montre le reçu de sa plainte, rangé dans une pochette en plastique avec ses contrats de 2009 à 2013, attestations et feuilles de paye de l'Isaf, la force internationale. Il a même ses badges d'accès aux bases françaises de Kaboul et Surobi.

"Nous ne pouvons pas te protéger. Nous n'avons pas assez d'hommes et tu n'es pas un VIP", lui a répondu le policier, navré.

"On n'est pas assez important" remarque Bachir, autre laissé pour compte des troupes françaises parties, pour les dernières, en 2014.

Il sont 152 ex-interprètes ou auxiliaires afghans dont la demande de relocalisation a été rejetée par la France, selon leur avocate jointe à Paris, Caroline Decroix. Cent autres ont vu la leur acceptée. Ils vivent désormais dans l'Hexagone avec leurs familles, soit 371 personnes au total.

Parmi les recalés, "beaucoup sont partis clandestinement" vers la Turquie, l'Europe ou les pays voisins, affirme "Bachir", qui dit avoir changé de nom. Lui a servi l'armée française de 2009 à 2013, à Kaboul et en Kapisa, une province instable au nord de la capitale, anciennement sous protection française. "Les menaces sont très réelles", insiste-t-il.

- 'Espion' -

"Pour les insurgés, nous sommes des espions, des infidèles. Je me méfie même des gens de ma tribu (un grand clan pachtoune, NDLR) qui, sans le vouloir, pourraient donner des informations sur moi".

"J'ai changé huit ou neuf fois de domicile (...) Pratiquement aucun d'entre nous ne peut vivre dans son village (...) Certains sont obligés de circuler en burqa pour ne pas se faire remarquer".

Député de la Kapisa, Hajji Mirdad Mijrabi confirme ce climat de terreur à l'AFP : "Pratiquement tous les interprètes ont dû quitter la province avec leurs familles. Ils survivent à Kaboul ou dans d'autres villes, sans emploi ni argent. Les talibans sont après eux".

Zainullah, jeune père de 28 ans, n'a "pas les moyens" de déménager sans cesse. "Dans mon village, chacun sait que j'ai travaillé pour la coalition. J'ai essayé de vendre ma terre mais personne n'en veut", raconte-t-il.

Les proches sont paniqués. "Je regrette d'avoir travaillé pour les Français. Aujourd'hui mon père me dit, +si seulement tu avais fait un autre choix+". Son frère aîné, ex-interprète des troupes britanniques, vit aujourd'hui en Grande-Bretagne.

Début octobre, le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction française, a estimé qu'il y avait eu "erreur d'appréciation" dans la gestion de certaines demandes de séjour.

"Zaniullah est en attente de protection depuis deux ans et n'a pas obtenu de réponse", résume Me Caroline Decroix, qui assure recevoir "des informations alarmantes quasi-quotidiennes" d'Afghanistan.

"Avec cet arrêt du Conseil d'Etat", l'avocate espère "que le gouvernement prendra enfin conscience des carences et des failles du dispositif de relocalisation".

Sollicité par l'AFP, le ministère des Affaires étrangères à Paris s'est dit "attentif à la situation individuelle" de ses anciens employés.

En février dernier, une source diplomatique avait déclaré "terminé" le réexamen des dossiers: interrogée sur le danger auquel les ex-interprètes sont confrontés, elle l'avait qualifié de "considération un peu subjective", qu'il "appartient aux autorités d'estimer objectivement".

En Afghanistan, Zainullah, Bachir et tant d'autres vivent pourtant très concrètement dans la crainte d'une mort imminente.

(©AFP / 28 novembre 2017 09h39)

 

  • Triste 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, Gibbs le Cajun a dit :

 

Dans l'article :

Citation

 

« Il faut penser, il faut accepter de penser que, comme tous les résistants du monde entier, les Afghans ne peuvent vaincre que s’ils ont des armes, ils ne pourront vaincre des chars qu’avec des fusils-mitrailleurs, ils ne pourront vaincre les hélicoptères qu’avec des Sam-7, ils ne pourront vaincre l’armée soviétique que s’ils ont d’autres armes (...) que celles qu’ils parviennent à ravir à l’Armée rouge, bref, si l’Occident, là encore, accepte de les aider. (...) Je vois que nous sommes aujourd’hui dans une situation qui n’est pas très différente de celle de l’époque de la guerre d’Espagne. (...) En Espagne, il y avait un devoir d’intervention, un devoir d’ingérence. (...) Je crois qu’aujourd’hui les Afghans n’ont de chances de triompher que si nous acceptons de nous ingérer dans les affaires intérieures afghanes. »

Bernard-Henri Lévy, journal télévisé de la nuit de TF1, 29 décembre 1981

 

Bon, c'est noël, ne pas s'énerver.
Remarque j'enverrai bien BHL juste armé d'un FM se battre contre un char... :rolleyes: La scène qui suivrait serait une allégorie baroque de toute son existence.

  • J'aime (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Bocket a dit :

Étonnant et glaçant si c'est vrai  : un interprète afghan de l'armée Française debouté du droit d'asile en France

http://www.lepoint.fr/societe/droit-d-asile-un-interprete-afghan-de-l-armee-francaise-deboute-02-01-2018-2183651_23.php

Comme le dit un des commentaires, "ce n'est plus le chagrin et la pitié, mais le dégout et la révolte".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 11/12/2017 à 23:59, Gibbs le Cajun a dit :

Merci, intéréssant comme article. Surtout ce passage je trouve : 

Citation

This fluidity between groups that are nominally locked in bitter fighting reflects the often murky dividing line between allies and enemies in Afghanistan. On all sides men make a living with their gun.

It also reflects changing relations in Afghanistan between local powerbrokers and their militias, on the one hand, and communities on the other. In the past communities raised militias themselves to defend against intruders (including, at times, the state). Nowadays, however, political and financial support comes primarily from outside, mostly from Kabul and its foreign backers. This means local commanders are no longer accountable to communities, no longer controlled by them and no longer dependent on their support. They tend to join ranks with whoever pays their way or offers opportunities for security and profit. They change stripes fast, particularly as they are rarely fully integrated into the security forces. Such militias tend to be the first to lose out when funds dry up.

On dirait presque les condottieri italiens de la Renaissance.

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Bocket a dit :

Étonnant et glaçant si c'est vrai  : un interprète afghan de l'armée Française debouté du droit d'asile en France

http://www.lepoint.fr/societe/droit-d-asile-un-interprete-afghan-de-l-armee-francaise-deboute-02-01-2018-2183651_23.php

Humm... Si l'ambassade et/ou le consulat l'a débouté c'est qu'il y a une raison...

Se méfier des réactions à l'emporte pièce.

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Statistiques des membres

    5150
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    (.....)
    Membre le plus récent
    (.....)
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20192
    Total des sujets
    1109339
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets